Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

La « Morale du monde »

Pour une édition des Chroniques du Samedi

Alain Niderst

Texte intégral

  • 1 Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1960-1961, t. II (...)

Dans ses Historiettes Tallemant des Réaux évoque la carte de Tendre et les dames qui paraissaient aux samedis présidés par Sapho et n’étaient, affirme-t-il, « pas autrement jolies ». Il ajoute : « Pelisson [sic] fait un recueil où il met toutes les lettres et tous les vers sans rien corriger. J’en trie ce qu’il y a de meilleur. Cela s’appelle les Chroniques du Samedy »1.

  • 2 Feuillet de Conches prépara une édition de ce texte, qui figure dans les annonces de la Bibliothèqu (...)

1Le recueil de Pellisson formait un manuscrit « gainé de velours bleu ». Il passa au dix-neuvième siècle dans les mains du collectionneur Jacques Feuillet de Conches2. En 1902, Louis Belmont en publia des morceaux dans la Revue d’Histoire Littéraire de la France. Quelques extraits ont conservés dans les manuscrits de la Bibliothèque Nationale (N. Acq. fr. 22129, f. 406) et de la Bibliothèque de La Rochelle (ms. 672, f. 239 sq.). Dans les recueils Conrart de la Bibliothèque de l’Arsenal se retrouve une des parties les plus célèbres de ces Chroniques : La Journée des Madrigaux, qu’Émile Colombey publia en 1856.

2Mais le recueil lui-même avait mystérieusement disparu jusqu’en 1977. Cette année-là, le 23 mars, la Bibliothèque de l’Arsenal put se le procurer à une vente de la salle Drouot, rive gauche. Quand nous avons travaillé sur l’œuvre de Madeleine de Scudéry, nous n’avons pu recourir à cet ouvrage, qui semblait alors perdu à jamais. C’est récemment que des chercheurs français et américains, rencontrés à la Bibliothèque de l’Arsenal, nous ont signalé qu’il était retrouvé et nous ont conseillé de le publier.

3Il est fort lisible. Pellisson a donné tous les manuscrits qu’il avait rassemblés à son secrétaire Girard. Celui-ci les a recopiés ; Pellisson relut l’ensemble et y ajouta quelques notes, que compléta parfois Sapho elle-même.

4Si l’on excepte La Journée des Madrigaux, le Dulot vaincu, épopée burlesque de Sarasin, les Nouvelles de l’île de Delphes, longue et somptueuse fable de Godeau, nous ne trouvons dans ce recueil que des lettres, toutes écrites entre l’été 1653 et le printemps 1654.

5Qui les a écrites ? Louis Belmont a commis quelques erreurs, attribuant à Lignières et à Conrart des lettres qui étaient écrites « pour Lignières » ou « pour Conrart ». Les auteurs sont les suivants : Madeleine de Scudéry : 60 lettres, Pellisson : 49 (en comptant celles où il emprunte une fausse identité), Conrart : 18, Ysarn : 8, Ranchin : 3, Donneville : 2, Godeau : 2, Mlle Bocquet : 1, Mlle Robineau : 1, Mlle Marpon : I.

6On le voit : les habitués des samedis ne sont pas tous représentés. Les plus vieilles amies de Sapho – ces dames que Tallemant évoquait sans trop d’admiration – sont Jeanne Aragonnais, sa fille Marie, qui épousa en 1652 Michel d’Aligre, le fils du chancelier Étienne d’Aligre, sa sœur Marie (ou Marion) Le Gendre, qui fut la maîtresse de Louis Barbier de La Rivière, l’évêque de Langres, l’aumônier et le favori de Gaston d’Orléans, et Marie Robineau. Ce sont dans Le Grand Cyrus Philoxène, Télamire, Cléodore et Doralise. On parle parfois d’elles dans les Chroniques du Samedi ; elles interviennent dans la Journée des Madrigaux, mais il ne reste aucune lettre de leur main (excepté quelques lignes de Marie Robineau) dans ce recueil.

7Ces dames forment ce qu’on appelle « l’ancienne ville ». En face d’elle « la nouvelle ville » constituée par Anne Bocquet, qui figure sous le nom d’Agélaste dans Le Grand Cyrus, sa sœur Marguerite et sa nièce Angélique. D’elles on ne trouve dans les Chroniques du Samedi qu’un seul billet signé par Agélaste.

8Godeau, l’ami de longue date, dit « le Mage de Sidon » n’a pas non plus un rôle très important, et il n’est aucune épître de Sarasin. qui est toutefois présent – et vainqueur – à la Journée des Madrigaux. En fait, autour de Sapho ne se retrouvent que Conrart et les jeunes protestants de Castres, qu’il a introduits dans le royaume de Tendre.

9Ce sont tous des robins de la Chambre de l’Édit – constituée moitié de catholiques, moitié de huguenots. Ils sont plus jeunes que Madeleine de Scudéry et la plupart de ses amies : Paul Pellisson, dit Acante ou Herminius, Samuel Ysarn et Jacques de Ranchin. Avec eux Marc Antoine de La Bastide et Rémond du Mas, qui sont bien plus effacés, et un catholique, Jean-Georges de Garaud-Duranti de Donneville, d’un rang d’ailleurs plus élevé, issu d’une illustre famille de parlementaires, fils d’un président à mortier de Toulouse, et lui-même conseiller aux requêtes depuis 1649.

10On comprend que les dames du Marais et leurs amis, qui viennent du Toulousain, se réunissent pour échanger des nouvelles et de petites pièces en vers et faire, au coin du feu, assaut d’esprit. On comprend moins bien qu’ils s’écrivent si fréquemment.

11Cet usage n’était pas ancien. La Grande Mademoiselle et Conrart l’expliquent : ce sont Mme de Sablé et la comtesse de Maure qui l’avaient inventé vers 1635. Ces deux amies étaient aussi hypocondriaques l’une que l’autre, et il n’y avait point d’heure, écrit la Grande Mademoiselle,

  • 3 Texte cité par A. Adam, dans son éd. de Tallemant des Réaux, t. I, p. 1152.

où [elles] ne conferassent des moyens de s’empescher de mourir et de l’art de se rendre immortelles ; leurs conferences ne se faisoient pas comme les autres : la crainte de respirer un air trop froid ou trop chaud, l’apprehension que le vent ne fust trop sec ou trop humide [...] estoient cause qu’elles s’escrivoient d’une chambre à l’autre [...] ; auparavant on n’escrivoit que les contrats de mariage, et des lettres on n’entendoit pas parler : ainsi nous leur avons l’obligation d’une chose si commode pour le commerce3.

  • 4 Ms. Arsenal 5414, p. 215.

12Même quand on est voisins, on en vient donc à échanger des lettres. Paul Pellisson et Samuel Ysam demeurent rue Saint-Martin. Ce n’est vraiment pas loin de la rue de Beauce où résident Madeleine de Scudéry et son frère, ni de la rue de Berry, où habitaient Anne Bocquet et sa sœur. Cela n’empêche pas de s’écrire, et apparemment on parle de n’importe quoi dans ces lettres qui peuvent aussi bien être de cursifs billets ou de longues épîtres, contenir ou ne pas contenir de vers. On parle de n’importe quoi, sauf des affaires sérieuses qu’on peut avoir à traiter. Pellisson est venu à Paris, comme il le dit à Donneville, « pour des affaires qui regardent l’etablissement de notre famille », et il lui demande « des lettres de recommandation pour M. le garde des Sceaux ou MM. les secretaires d’Etat, ou de M. le président votre père ou de M. le premier président [du parlement de Toulouse] »4. Il achète en 1652 une charge de secrétaire du roi, ce qui lui impose du travail et l’oblige en particulier à assister chaque semaine à l’audience du Sceau, où, en présence d’une foule de robins, le grand audiencier présente au chandelier les édits, ordonnances, lettres patentes, lettres de naturalisation et autres. Ses amis – excepté peut-être Ysarn – ne sont pas non plus oisifs : Sarasin est venu à Paris pour négocier « l’accommodement » du prince de Conti, dont il est secrétaire, avec la cour et singulièrement avec Mazarin, dont il épousera la nièce. La Bastide est au service de l’ambassadeur Antoine de Bordeaux. Donneville semble intervenir dans les bureaux des ministères ou du parlement. D’ailleurs, les dames ont aussi leurs tracas : Marie Robineau est absente de la Journée des Madrigaux, car elle doit s’occuper des taxes qu’on a imposées sur les rentes de son père ; Madeleine de Scudéry écrit ou fait écrire un mémoire pour défendre son frère, quand ses relations avec Condé suscitent l’inquiétude de la cour.

13De tout cela il n’est presque jamais question. La politesse impose d’avoir toujours l’air de bonne humeur et même oisif. Personne ne prendrait le risque d’ennuyer ses correspondants en étalant les tracas que suscitent les imbroglios financiers ou juridiques de l’Ancien Régime.

14De façon plus générale, le concret n’a pas grande part dans ces missives, qui incarnent admirablement une certaine conception de la vie mondaine, et, peut-on dire, de la conversation. Il arrive qu’au détour d’une phrase soient évoqués la chandelle et la bougie, les boîtes à lettres que Villayer a inventées, les laquais qui portent les épîtres d’une maison à l’autre, les chaises à porteurs qu’il faut trouver pour se rendre du Marais au Pré-aux-Clercs, les carrosses que les plus riches prêtent aux plus démunis, les « bonnes tartes » et les « bonnes brioches » du pâtissier de la rue Saint-Louis, et celles que fait Sapho elle-même. Quelques notations aussi sur les parties d’échecs que joue Acante, les belles allées d’Issy, la délicieuse maison de Conrart à Athis-Mons, le vent qui « s’abaisse », « l’air de la campagne après la pluie ».

15C’est peu. Cela ne suffit qu’à moitié pour retrouver la vie quotidienne des beaux esprits au temps de Mazarin. Parfois, bien qu’on tienne absolument à ne pas ennuyer l’autre et à ne pas s’étaler, il est inévitable de confier ses malaises ou plutôt ses maladies. Donneville a « la fièvre tierce » ; Conrart a ce qu’il appelle « la goutte », mais une goutte qui lui prend tous les membres et s’accompagne de fièvre ; Pellisson a des rages de dents épouvantables, et il a bien du mal à faire encore de l’esprit, alors qu’il a « la cervelle chargée de six bonnets, le visage bridé et la tête enfoncée dans sa coque comme une tortue ».

16Les beaux esprits ont donc bien des soucis et parfois des douleurs insupportables. Ils n’en ont assurément que plus de mérite à toujours sourire et à toujours badiner. Un jour, Pellisson se confie sans détours, et ce sont alors des aveux qui paraissent déchirants :

Je m’aperçois de tous côtés que ceux qui m’aimoient le mieux, commencent à m’aimer un peu moins. Je commence à me haïr furieusement moi-même pour cette raison. Je ne vous mens point : j’en ai le cœur non pas égratigné, comme vous dites quelquefois, mais percé en divers endroits. Je ne sais s’il n’en paroist rien à mon visage, bien que deux ou trois personnes m’aient déjà demandé si j’avois été malade. Mais quoi qu’il en soit, la mélancolie m’assomme et cette humeur de mourir dont vous m’avez peut-être entendu parler, au lieu qu’elle ne me prenoit qu’une fois ou deux fois la semaine, me prend depuis quelque temps trois ou quatre fois par jour [...]. Mon esprit ne repose presque jamais la nuit.

17En fait, un code régit la correspondance, comme toute la littérature. Au plus haut l’épopée qu’illustrent Georges de Scudéry avec son Alaric, Godeau avec son Saint Paul et, sur un mode burlesque, Sarasin dans son Dulot vaincu. C’est « la langue des dieux ». Un peu plus bas, le grand lyrisme sentimental, où brille Mme de La Suze.

18Ces formes sont vénérables et dans une lettre souvent citée à Jacques Bordier de Raincy (l’Agathyrse de la Journée des Madrigaux), Madeleine de Scudéry proteste de son goût pour la poésie de la passion, qu’elle préfère de loin à la poésie badine :

  • 5 Ms. Arsenal 5418, p. 901.

Mes vulgaires amans ne demandent qu’à rire,
Et ne connoissent pas cet aimable martyre
Qui mele les chagrins avecque les désirs.
Qui confond les tourmens avecque les plaisirs.
Qui de mille douleurs et de mille supplices,
Fait naitre en un moment mille et mille délices.
Ils cherchent vainement ce qu’ils ne trouvent pas,
Car l’amour enjoué n’a que de faux appas5.

19Mais, quand on s’écrit de la rue de Beauce à la rue Saint-Martin, quand on veut d’abord plaire et distraire, ce ne sont évidemment pas ces grands accents qui conviennent. On en reste à la « poésie galante et enjouée ». Elle est définie dans Clélie :

  • 6 Clélie, Paris. Augustin Courbé. 1654-1660, t. VIII, p. 868-869.

Elle sera noble, naturelle, aisée, agréable, elle raillera sans malice, elle louera sans grande exageration, elle blasmera quelquefois sans aigreur, elle sera ingénieusement badine et divertissante. Elle aura tantôt de la tendresse et tantôt de l’enjouement, elle souffrira même de petits traits de morale délicatement touchés, elle sera quelquefois pleine d’invention agréable et d’ingenieuses feintes, on y melera l’esprit et l’amour tout ensemble, elle aura un certain air du monde qui la distinguera des autres poésies, elle sera enfin la fleur de l’esprit de ceux qui y seront excellens6.

20Ce peut être le burlesque du Dulot vaincu. Ce sont surtout les madrigaux, qui s’accumulent dans la journée qui leur est consacrée. Ces badinages peuvent s’accompagner d’une versification difficile, qui leur donne plus de brillant. Ainsi compose-t-on des acrostiches. Ou bien l’ingéniosité éclate dans la trouvaille initiale : c’est ce qui engendre les énigmes, qui doivent être aussi bizarres, aussi obscures que possible – tels ces « esclaves » venus de Marseille, en lesquels il faut reconnaître une paire de gants. La liberté peut même aller jusqu’au renoncement à toute versification réglée – ainsi dans « la folle lettre » d’Acante à Agélaste.

  • 7 Ch. Cotin. Recueil des énigmes de ce temps, Rouen. J. Cailloué, 1655, Discours sur les énigmes.

21Trouvailles ingénieuses, jeu sur l’enchaînement des idées ou sur les formes poétiques – tout cela est fait pour amuser et aussi pour émerveiller. Mais à l’intérieur de toutes ces plaisanteries doit se trouver quelque chose de sérieux. On peut instruire en badinant. On peut, selon l’expression qu’utilise Cotin, lorsqu’il légifère de l’énigme, « donner un coup à l’ame »7.

22Telle est la véritable galanterie. Elle frôle le burlesque, puisque comme le burlesque elle implique une distance plus ou moins marquée entre ce qu’on veut dire et la manière de le dire, ou, si l’on préfère, une hypertrophie du style, qui s’impose avec une désinvolture souvent provocatrice. Mais ce n’est pas « le bas burlesque ». C’est un burlesque sans vulgarité, sage, destiné seulement à faire sourire. Peut-on parler de préciosité ? Mais il faut enlever à la préciosité toute l’aura de sophistication vaniteuse et d’hermétisme affecté, dont on l’entoure d’ordinaire. Les romans de Madeleine de Scudéry sont écrits au fil de la plume. Les poésies qu’elle compose ou que lui offrent ses amis doivent paraître faciles, jusque dans leurs plus ingénieuses trouvailles.

23La « poésie galante et enjouée » peut avoir « de la tendresse », et c’est alors peut-être qu’elle est le plus estimable. C’est ce que Sapho dit au bel Ysarn, qui lui a adressé une petite pièce :

Les vers que vous m’avez donnez.
Sont si galants, si bien tournez.
Qu’ils sont tous faits, je vous le jure,
Comme s’ils estoient de Voiture [...]
Ils ont quelque chose de tendre,
Que ceux de Voiture n’ont pas,
Qui leur donne certains appas.

  • 8 Clélie, t. I, p. 407.

24À travers toutes ces fantaisies, qui paraissent éparpillées au gré de l’inspiration et du temps qui passe, se discerne une certaine continuité. Pellisson avait demandé à Sapho à devenir son « tendre ami ». Pour l’éclairer elle griffonna la « carte de Tendre », où se trouvent trois Tendre – sur Inclination, sur Estime, sur Reconnaissance – et les chemins qui y conduisent. Cette « bagatelle », comme dit Sapho, cette « folie d’un moment », faite pour « n’être vue que de cinq ou six personnes qui ont infiniment de l’esprit »8, fut ensuite placée dans Clélie, et l’on vit Horatius Coclès, Mucius Scévola et Junius Brutus la dessiner et la commenter.

25C’est pour parvenir à Tendre que Pellisson durant plusieurs mois accumula tant de plaisanteries et montra tant de bonne humeur. À la fin il fut admis :

Enfin, Acante, il faut se rendre.
Vostre esprit a charmé le mien ; Je vous fais Citoyen de Tendre,
Mais de grace n’en dites rien.

À quoi il répliqua :

  • 9 G. Mongrédien, Madeleine de Scudéry et son salon, p. 87.

O dieux, que le secret est rude.
Et qu’il serait doux de parler9 !

26Cependant qu’il progressait vers le Tendre, Madeleine de Scudéry s’émancipait peu à peu de la tyrannie de son frère, qui, après la Fronde, partit pour l’exil au printemps 1654. Il n’avait pas aimé la manière dont Pellisson l’avait traité dans la Relation contenant l’histoire de l’Académie Française. Aussi grondait-il, quand il apprenait que sa sœur voyait Acante. Conrart d’ailleurs était jaloux et s’attachait, autant qu’il le pouvait, à brouiller Sapho et Pellisson.

27Allons-nous donc trouver dans les Chroniques du Samedi, sous des voiles mondains et un badinage insistant, l’histoire – amusante et émouvante à la fois – d’une union qui se fait, de deux êtres qui vont l’un vers l’autre, malgré tout ce qui peut les séparer ? Union d’autant plus belle, au fond, qu’elle fut davantage moquée. Ainsi Lignières se permit-il d’écrire :

  • 10 Voir Tallemant, t. I, p. 575 ; A. Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, p. 3 (...)

La figure de Pellisson
Est une figure effroyable ;
Toutefois, quoique ce garçon
Ait un visage épouvantable,
Il a pour Sapho des appas ;
Mais je ne m’en étonne pas.
On aime toujours son semblable10.

  • 11 Historiettes, t. II, p. 691.

28Ce petit roman sentimental peut assurément se discerner dans les Chroniques du Samedi. Mais ce recueil de lettres n’échappe pas à tout ce qui s’impose et qui pèse sur les recueils de correspondances. Il faut une grande naïveté pour lire les lettres du dix-septième et du dix-huitième siècles – en particulier, ainsi qu’on l’a montré, celles de Voltaire – comme de sincères épîtres, où se découvriraient la vie et les sentiments de ceux qui les écrivirent. Tallemant nous annonce qu’il ne retiendra que les meilleures de ces lettres11. Pellisson a déjà trié, et il nous avoue à propos d’une de ces missives qu’elle n’est pas à sa place, mais, ajoute-t-il, « cela ne gâte rien ». Bref, Tallemant et Pellisson se sont comportés comme tous les éditeurs de correspondances de l’âge classique – et cela ne change rien, quand l’éditeur est l’auteur lui-même : ils ont considéré les pages qu’on leur remettait avec respect et pourtant avec désinvolture, n’hésitant pas à violer la chronologie, à émonder et à corriger ici et là... Ils n’ont pas été des historiens attachés à transmettre un document, mais des artistes, qui sacrifient l’exactitude des détails à une certaine harmonie d’ensemble ou à une certaine conception esthétique. La littérature, au bon et au mauvais sens du terme, règne dans cet amas de lettres, qui paraissent si sincères et, jusque dans leurs afféteries, si négligées...

29Aussi plutôt que de s’attarder sur les anecdotes qui nourrissent cette correspondance et peuvent y transparaître, il convient de considérer d’abord l’idéal artistique et moral qui y règne. La galanterie consiste, en évitant et la vulgarité du « bas burlesque » et les éclats lyriques et les pompes épiques, à se livrer à un perpétuel badinage, qui n’exclut d’ailleurs ni la réflexion ni la tendresse. Les hommes et les femmes de cette génération incarnent un très beau moment de notre culture : il convient d’abord d’admirer leur courage, qui les fait sourire et plaisanter au milieu des tracas et des douleurs ; il convient ensuite de méditer sur cette belle alliance qu’ils nous présentent, de politesse et de liberté, de mondanité et d’impertinence. La Fontaine, dans ses plus beaux moments, sera l’héritier et l’une des plus exquises incarnations de cette esthétique de la « grâce », qui, « plus belle encore que la beauté », signifie d’abord une extraordinaire apparence de facilité pour les plus ardues réussites.

Notes

1 Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1960-1961, t. II, p. 690-691.

2 Feuillet de Conches prépara une édition de ce texte, qui figure dans les annonces de la Bibliothèque Elzévirienne.

3 Texte cité par A. Adam, dans son éd. de Tallemant des Réaux, t. I, p. 1152.

4 Ms. Arsenal 5414, p. 215.

5 Ms. Arsenal 5418, p. 901.

6 Clélie, Paris. Augustin Courbé. 1654-1660, t. VIII, p. 868-869.

7 Ch. Cotin. Recueil des énigmes de ce temps, Rouen. J. Cailloué, 1655, Discours sur les énigmes.

8 Clélie, t. I, p. 407.

9 G. Mongrédien, Madeleine de Scudéry et son salon, p. 87.

10 Voir Tallemant, t. I, p. 575 ; A. Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, p. 329.

11 Historiettes, t. II, p. 691.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search