Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

La « Morale du monde »

Sapho, reine de tendre : entre monarchie absolue et royauté littéraire

Myriam Maître

Texte intégral

  • 1 R. Duchêne, Les Trois Scudéry, p. 625-632, et Les Précieuses, p. 28-38.
  • 2 A. Godeau consacre Sapho « reine de Tendre » dans un poème manuscrit de 1654, cité dans De (...)
  • 3 Voir bibliographie. Nous analysons plus loin l’hésitation sensible, dans le régime de Tend (...)

Lors d’un colloque consacré aux trois Scudéry, Roger Duchêne avait analysé sous le titre « Mlle de Scudéry, reine de Tendre » la nature morale de la tendresse, dont il montrait toute la nouveauté1. C’est dans une perspective un peu différente qu’on se propose d’examiner les images de ce royaume et le sens de cette figuration de soi en souveraine, assez frappante en effet pour s’imposer, à ses contemporains comme à la critique aujourd’hui, comme une caractérisation topique de Sapho2. Une série de textes, produits par Madeleine de Scudéry et son cercle, filent la métaphore du royaume ou de l’empire de Tendre, dont Sapho est la « reine », la « princesse » ou la « souveraine »3. Cette figuration de soi est certes un jeu dont il convient de ne pas exagérer l’importance en y appliquant trop lourdement l’esprit de sérieux de la critique. Mais un jeu n’est pas dépourvu de signification et l’examen de ces textes vient éclairer deux images croisées : image littéraire de la souveraineté politique d’une part, figuration politique de l’espace du particulier d’autre part.

1Visiblement très informée par les débats contemporains sur l’absolutisme, mais à nette distance du statut réel de la reine de France aussi bien que des souveraines de romans, la figure de la « reine de Tendre » trouve ses principaux usages dans l’articulation entre le monde et les Belles-Lettres, au cœur de la galanterie. Dans les réduits mondains, les femmes héritent du rôle civilisateur de la Dame : ces postures anciennes, déjà profondément réinterprétées depuis la fin de la courtoisie et l’exaltation de la « femme forte », entrent en résonance, mais aussi en dissonance voire en conflit avec d’autres figurations vénérables de la sociabilité intellectuelle, qui privilégient l’égalité, l’amitié et la liberté. Contradictions ? Hésitations ? Evolutions ? Tensions en tout cas entre des modèles divergents et peut-être inégalement adaptés pour penser l’espace nouveau du particulier, et en son sein ces activités de langage que l’on n’appelle pas encore littérature.

2La figure du royaume de Tendre, si elle dit beaucoup des conceptions politiques et morales de sa souveraine, est en effet aussi un dispositif d’engendrement des textes, les formes dans lesquelles ces écrits circulent et les publics diversifiés qu’ils visent participant de leur sens : entre la parodie amusée du style de chancellerie, sous forme manuscrite et à destination visiblement interne, et l’impression pour un public large et anonyme de la Carte de Tendre dans le premier tome de la Clélie, est parcouru un éventail de formes, de destinations et d’usages qui éclairent aussi ces tensions, hésitations ou contradictions du régime de Tendre.

3Je m’intéresserai donc d’abord à l’image de la souveraineté qui se dégage de cet ensemble de textes écrits entre 1653 et 1657, pour suggérer ensuite des usages de cette fiction politico-juridique dans l’espace du particulier, ainsi que des effets, pour Madeleine de Scudéry, de cette figuration de soi que la postérité a trop souvent mieux retenue que ses œuvres elles-mêmes.

1. Le « royaume de Tendre », une image de la souveraineté moderne

  • 4 D. Denis, Le Parnasse galant, p. 171.
  • 5 N. Elias. La société de cour, chap. VI, « Curialisation et romantisme aristocratique ».
  • 6 F. Yates. Astrée. Le symbolisme impérial.
  • 7 F. Marcou, Etude sur la vie et les œuvres de Pellisson, p. 105.
  • 8 J. Bodin, Les six livres de la République [1576] ; J.-L. Guez de Balzac. Le Prince ; G. Na (...)

4Pour être un jeu galant, la fiction du royaume de Tendre ne laisse pas d’être précisément informée par les débats contemporains sur la définition de la souveraineté. De façon peut-être inattendue, la métaphore politique emprunte ici très peu à l’imaginaire de la chevalerie, pourtant si actif à l’époque. Nombre de sociétés mondaines, dès les années 1640, ont fondé des « ordres galants »4 dont la mode durera au moins jusqu’à la cour de Sceaux : reféodalisation imaginaire dont, depuis N. Elias5 et F. Yates6, on a pu montrer la fonction de compensation face à la déliaison entre le monarque absolu et ses sujets. Or Tendre n’est pas un royaume de paladins, c’est un État moderne par bien des traits, et ce n’est pas là sa moindre originalité. Sapho parle « en reine qui a lu Tite-Live »7, mais aussi Bodin, Guez de Balzac, voire Naudé8, et l’on soupçonne aisément la part que prennent à ces textes les avocats, parlementaires et commis de l’État qui entourent alors Madeleine de Scudéry, Pellisson et Conrart au premier chef.

5Nombreux sont en effet les traits du pouvoir à Tendre qui renvoient à la souveraineté moderne, telle que l’a définie Jean Bodin : fondée sur la raison, la souveraineté impose une définition d’abord judiciaire de l’État. Elle s’incarne idéalement en un souverain absolu, créateur de droit, qui entretient avec ses sujets et ses officiers une relation fondée non plus sur la fidélité vassalique, mais sur l’obéissance et l’amour, et qui place au cœur de cette obéissance le respect des mystères de l’État.

6La souveraineté se distingue d’abord de la force tyrannique par la reconnaissance de sa légitimité. Dans sa « Relation de ce qui s’est depuis peu passé à Tendre... », Sapho rappelle les origines récentes et pourtant déjà oubliées de l’empire :

  • 9 « Relation ». Sur le fondement historique et profane de la souveraineté moderne, voir la p (...)

[...] il faut reprendre les choses d’assez loin, et vous faire souvenir que c’est moi qui ai bâti la ville de Tendre et fondé cet empire, que j’en ai fait les lois telles qu’il m’a semblé à propos [...]9.

  • 10 « Le pouvoir de dire la loi cesse alors d’être pensé comme pouvoir de juridiction pour dev (...)

7Sapho donne ainsi à son État une origine historique et profane (et non pas naturelle et divine) : né de la volonté et de la raison humaines, l’acte fondateur confère la légitimité à régner et à légiférer. La souveraineté se manifeste à Tendre par les marques mêmes que Bodin lui avait reconnues. La première de ces marques, dont découlent les autres, est la puissance de donner loi à tous en général, et à chacun en particulier, sans le consentement de personne. Le souverain, lex animata, est créateur de droit10. C’est bien ce pouvoir que reconnaît Acante à la reine de Tendre :

  • 11 Chroniques, f° 243.

Je n’ai que faire de vous alléguer ici les propres termes de votre clause de six mois. Vous avez trop d’esprit pour n’y pas trouver tout ce qu’il vous plairait et pour vous et contre moi. Et puis pourquoi plaider contre une personne qui ne veut point reconnaître de juge comme en effet son mérite fait qu’elle n’en saurait avoir qui lui fût inférieur ? Vous êtes la Souveraine et la Maîtresse, et personne ne peut régner dans Tendre que vous11.

8Pour rétablir son autorité contestée par les dames de « l’ancienne ville », Sapho rappelle fortement que Tendre est régi non par la coutume mais par des lois qu’elle a dictées et qui portent, comme toute loi, « peine et loyer ». Une peine d’exil a frappé ainsi les dames rebelles, à qui l’on fera grâce néanmoins :

  • 12 « Ouvrez-nous les portes de Tendre ».

Vous voici, belles exilées.
À Tendre on s’attendrit pour vous ;
Vous en étiez bien reculées
Revenez-y donc à genoux12.

  • 13 J. Bodin. I, X, p. 326.

9Deux ans plus tard, Thrasile ne saurait sortir de Tendre sans avoir obtenu les « lettres nécessaires », de peur d’encourir les peines portées par les « ordonnances royales » ; et s’il commet la moindre « contravention » aux volontés de Sapho, celle-ci se réserve le droit de le destituer de sa charge ainsi que de tous ses « privilèges et prérogatives ». Le seul souverain peut encore octroyer grâces et dispenses contre la rigueur des lois, et Bodin précise que « même la reine de France ne peut avoir ce privilège »13. Sapho, elle, l’exerce souverainement :

  • 14 « Sapho, reine de Tendre... ».

À ces conditions, et non autrement, nous lui permettons de s’embarquer, et lui promettons, par un pur effet de notre royale tendresse, de lui redonner, à son retour, le même rang qu’il tient aujourd’hui dans notre empire, et de le faire jouir durant son absence de tous les droits, privilèges, franchises, et immunités dont jouissent les habitants de notre bonne ville de Tendre, et même des gages et appointements attribués à sa charge de Grand Décrotteur de Tendre, comme s’il n’était point parti des terres de notre domination, nonobstant la rigueur de nos ordonnances, auxquelles nous avons dérogé pour ce regard seulement, et sans tirer à conséquence14.

  • 15 « Aussi voyons-nous à la fin des édits et ordonnances ces mots : Car tel estnostre plaisir(...)

10Et la reine de Tendre ne manque pas d’ajouter la formule qui exprime l’essence même de la souveraineté : « Car tel est mon plaisir »15.

  • 16 « Relation ».

11Une autre vraie marque de souveraineté est la capacité à instituer et à destituer les plus grands officiers. Sapho sait fort bien utiliser ces charges, prérogatives et dignités pour mettre entre ses sujets les différences nécessaires, auxquelles même les républiques idéales ne sauraient échapper, selon Bodin. C’est ainsi en fonction de leur ancienneté à Tendre que seront désignés les membres du « Conseil suprême »16.

  • 17 Bodin, I, X, p. 310.
  • 18 D. Nordman, Frontières de France. 1998.
  • 19 R. de Bussy-Rabutin et A. de Conti, Carte géographique de la cour ; A. Furetière, Nouvelle (...)
  • 20 L’empire de la mesotès, défini par Pythagore. Platon, Aristote et Plutarque, philosophes d (...)
  • 21 Sur ce que la géographie de Tendre doit à l’imaginaire pastoral et à l’Astrée, J.-P. van E (...)

12Souveraine est encore la capacité à « décerner la guerre ou traiter la paix, qui est l’un des plus grands points de la majesté »17. Imitant en ce point seulement les « rois de guerre », Sapho entend bien exporter les conflits au-delà des marches de son royaume. Thrasile reçoit donc l’autorisation d’armer des vaisseaux et d’embarquer « autant de munitions de guerre qu’il sera besoin pour l’expédition secrète qu’il entreprend » aux Terres inconnues. Mais en bon serviteur de l’État, il devra revenir au « premier mandement, quand même il serait près de triompher ». Car le Tendre ne cherche ni conquêtes ni annexions territoriales, et sa Carte manifeste clairement la nature pacifique du royaume. Selon la figuration des « bornes » d’un royaume en effet, la cartographie justifie la guerre ou fonde la paix18. Des cartes comme celles de Conti et Bussy-Rabutin, de Furetière ou de Guéret19 font de chaque royaume le résultat d’un partage, marqué par des frontières artificielles toujours susceptibles d’être déplacées par un nouveau conflit. La figuration de limites naturelles au contraire a pour fonction morale de borner les ambitions et le royaume de Tendre ne saurait s’étendre au-delà de ses lacs, mers et montagnes. C’est, à tous points de vue, un « empire du milieu »20, organisé par la confluence vertueuse, en son centre, de voies aux pentes paisibles où glissent de merveilleuses îles flottantes ou de petits chars dorés21.

  • 22 Une recherche par titres dans le catalogue des imprimés de la BNF permet de constater qu’e (...)
  • 23 « C’est donc la reconnaissance, et obéissance du franc sujet envers son Prince souverain, (...)

13Le pouvoir s’exerce et se publie enfin, à Tendre, par un ensemble d’actes de discours dont on peut souligner la rhétorique concertée : la carte et le discours géographique, les harangues, entrées solennelles et autres « cérémonies de la parole » éloquente, les édits, ordonnances et lettres, les brevets et attaches, la gazette, les chroniques enfin22. Ainsi est-ce selon les règles des États modernes que s’acquiert la citoyenneté, au bout d’un « temps préfix » et par le biais de lettres de naturalité : six mois d’obéissance et d’épreuves sont ainsi nécessaires à Acante pour être fait, dans les formes poétiques requises, « citoyen de Tendre »23.

14Tendre se gouverne donc en apparence selon une rationalité politique qui s’exprime par des maximes tirées de l’expérience et de l’Histoire et par des actes de souveraineté respectueux des lois fondamentales. Ce légalisme paraît assez caractéristique pour être mentionné par l’auteur anonyme et sans doute plus tardif du « Catéchisme des Précieuses » qui précise ainsi que le « brevet » de précieuse est décerné par Mlle de Scudéry avec « l’attache de toutes celles qui font profession de cette illustre doctrine » : autrement dit, la grâce (ou don royal) signifiée par le « brevet » s’accompagne d’une « lettre d’attache » d’un officier du lieu qui en permet l’exécution dans son propre ressort.

  • 24 « Ouvrez-nous... ».
  • 25 Le palais d’Arthénice est tout proche, à Bonté, et fait bien partie des monuments admirabl (...)
  • 26 « Gazette ».
  • 27 J. Cornette, Le roi de guerre, p. 39.

15Les formes du gouvernement de Tendre ne sont pas néanmoins tout à fait stabilisées, et l’oscillation paraît sensible, selon les textes, entre les trois « sortes de Républiques », et les modèles qu’en offrait alors l’Europe. Protégée par des murailles dont on demandera d’ouvrir les « portes »24, et forte de son droit particulier de « bourgeoisie », Tendre s’enorgueillit de ses palais25, de ses places et de ses monuments, notamment de quatre superbes tombeaux – littéraires s’entend – que Sapho fait construire26. La charge de « Grand Décrotteur de Tendre » dont Thrasile est honoré suggère qu’à cette magnificence s’ajoute une propreté inhabituelle en France, mais qui faisait la fierté des villes néerlandaises et l’admiration des étrangers qui les visitaient27. Divers indices suggèrent en effet un rapprochement de Tendre avec les villes-États des Provinces-Unies et leur gouvernement de « bourgeois ». Des bas-reliefs représentant « tous ceux que l’amitié a rendus célèbres dans l’Antiquité » décorent la « magnifique salle » où se tient l’assemblée de « tous ceux qui ont charge dans cette fameuse ville ». Le discours de Sapho insiste sur l’assujettissement volontaire des citoyens de Tendre aux lois de la ville, et rappelle la supériorité du mérite sur la naissance pour y être reçu : originalité politique et sociale dont les Pays-Bas, encore une fois, fournissaient en Europe un exemple qui étonnait. De façon plus nette encore, la société des Samedis est présentée comme une « petite république où l’état monarchique n’a jamais été établi ». Cette présentation de Tendre vient pourtant au cœur d’une lettre de commandement, par laquelle Sapho défend expressément à Isarn de se rendre à Londres :

  • 28 Chroniques, f°85-86.

[...] je vous déclare que si vous faites le voyage d’Angleterre, je vous interdis le Samedi plus solennellement qu’on n’interdisait autrefois le feu et l’eau et qu’il n’est rien que je ne fasse pour vous empêcher d’être de mes tendres amis. Car en vérité je ne puis souffrir que vous préfériez Cromwell à tant d’illustres amis que vous avez ici. Laissez donc là ce bourreau de rois et venez dans notre société du Samedi. Car comme c’est une petite république où l’état monarchique n’a jamais été établi, les lois en sont innocentes, douces et agréables [...]. Je ne doute pas que vous ne trouviez ce que je vous dis un peu tyrannique, mais après tout il faut pourtant que vous le regardiez comme une chose fort obligeante, car je ne demande jamais de grâce qu’à ceux que j’estime28.

16Sapho paraît même un moment vouloir partager le pouvoir et s’assujettir à ses propres lois :

  • 29 « Relation ».

[...] je veux bien me démettre d’une partie de mon autorité, et m’imposer moi-même une loi que j’obéirai peut-être plus exactement que quelques-uns d’entre vous n’ont observé les miennes. Je déclare donc que comme à mon conseil suprême, je vous laisse la connaissance absolue du mérite de ceux qui se présenteront pour être reçus dans la ville, et qu’ainsi il n’entrera aucun étranger à l’avenir qui n’ait été examiné par vous, et qui n’ait obtenu votre approbation [...]29.

17On voit que se joue, dans cette déclaration audacieuse, la définition même de la souveraineté : selon Bodin en effet, les vraies marques de la souveraineté sont incommunicables aux sujets. La crise qui affecte Tendre, à propos de la naturalisation de nouveaux citoyens, oblige la souveraine à une négociation qui met au jour les ambiguïtés du régime. Le « conseil suprême » qu’a instauré Sapho et qui a nommé des « députés » trouve en effet ses prérogatives immédiatement limitées, en droit comme en fait. En droit, dans la mesure où la souveraine de Tendre conserve un droit de veto sur les nouveaux entrants. En fait, car un « tumulte » s’élève bientôt dans l’assemblée. La rumeur court en effet

  • 30 Ibid.

que durant que Sapho ne semblait vouloir suivre que les conseils du sage Théodamas et ceux du généreux Aristhée, et qu’elle témoignait de mettre en doute la réception de tous ces illustres étrangers, il y en avait quelques-uns d’entre eux qui regardaient cette cérémonie dans une petite tribune vitrée qui donne du cabinet de Sapho dans cette superbe salle. [...] La chose fit assez grand bruit, de sorte que Sapho l’ayant sue commanda hardiment qu’on allât dans la tribune pour s’éclaircir de la vérité. Mais le respect qu’on eut pour elle fut si grand que personne n’y voulut aller, ainsi on ne sait si la chose était vraie ou fausse30.

  • 31 L’absolutisme est moins l’imposition brutale d’une autorité venue d’en haut qu’une négocia (...)

18Ce respect dont Sapho est entourée, et qui empêche qu’on vérifie ses assertions, paraît bien éloigné cette fois des valeurs de la république néerlandaise ou romaine, et plus proche au contraire des sentiments que doit susciter un monarque absolu. La tyrannie supprimerait les corps constitués, la république les rendrait souverains ; le royaume de Tendre, lui, sollicite leur active collaboration, et entend bien qu’en retour ils ferment les yeux sur les mystères de la raison d’État31. Mise en scène exemplaire d’une obéissance politique lucidement consentie, la relation de cette assemblée fait accepter, avec le sourire complice de Sarasin, tous les moyens d’imposer la paix civile. Mais la Gazette de Tendre signale que les « plus factieux » continuent d’irriter les dignitaires du royaume en insinuant que Sapho fait semblant de déférer aux avis qu’on lui donne, mais par « politique » seulement.

  • 32 Ch. Loyseau caractérise la royauté comme « office seigneurial » (Offices, II, 1) : cité pa (...)
  • 33 C. Le Bret. De la souveraineté du roi, de son domaine et de sa couronne (1632), cité par E (...)
  • 34 Dans Cyrus, le débat sur la naturalisation des Grecs à Marseille présente ce mélange de pr (...)
  • 35 Bodin, I, VIII.

19Sapho, « Reine de Tendre, Princesse d’Estime, Dame de Reconnaissance, Inclination, et terres adjacentes » conjugue en ses actes et discours les deux grandes définitions de la monarchie moderne, entre seigneurie et magistrature32. Si elle privilégie la vision d’un monarque administrateur, gouvernant selon des maximes rationnelles, respectueuses des lois et des prérogatives des corps constitués, elle ne se laisse pas dérober néanmoins la moindre parcelle de souveraineté absolue : « l’incomparable Sapho » exerce seule sur son royaume une « souveraineté non plus divisible que le point en la géométrie »33, et ne recule pas devant les moyens modernes de l’art de gouverner, petite manipulation « machiavélienne » comprise34. La figure de la souveraine de Tendre se dessine dans une tension entre la transparence des lois et les arcanes du pouvoir, faisant ainsi discrètement écho aux plus vigoureux débats du siècle sur la liberté du souverain à l’égard de ses propres engagements35.

20Tendre n’est donc pas un simple paysage allégorique, c’est une cité habitée d’un corps légitime de citoyens et un État moderne, pourvu d’un « droit gouvernement » s’exerçant sur un territoire défini : différence décisive pour comprendre la façon dont la fiction politique modèle la sociabilité mondaine et le champ littéraire.

2. Fiction politique, politesse mondaine et littérature : la légitimation oblique

  • 36 Deux récents colloques ont examiné de façon critique cette historiographie des salons : Vi (...)

21Le vocabulaire des institutions politiques est donc mobilisé pour figurer le « gouvernement » du particulier, et la clôture d’une ville pour évoquer celle d’une ruelle. Une traduction terme à terme n’offrirait évidemment aucune difficulté, mais ce serait perdre en chemin ce que la métaphore construit, à savoir une dignité du particulier. L’historiographie élaborée au XIXe siècle et peu remise en cause jusque récemment36, avait fait des salons du XVIIe siècle des espaces absolument particuliers, organisés selon des principes d’égalité temporaire et fictive radicalement distincts des protocoles et des hiérarchies auliques. Cette image demande au moins qu’on la nuance, et qu’on examine le long temps où la sociabilité des particuliers se pense aussi dans l’analogie et dans la continuité avec la sphère publique, ses catégories et ses valeurs.

22Le « Discours géographique, pour l’utilité de ceux qui veulent apprendre la Carte pour aller de Particulier à Tendre », glose ainsi une Carte de Tendre assez différente de celle que nous connaissons et qui est commentée dans la Clélie. Il pourrait s’agir d’une première version de la Carte, puisqu’elle comprend cette ville de Particulier dont part Pellisson en 1653. Or cette première version montre fort clairement comment les espaces de la civilité s’emboîtent tout en se distinguant :

  • 37 « Discours géographique ».

Il faut premièrement savoir que Particulier est une grande ville fort peuplée, située sur une montagne très spacieuse, qu’on nomme Civilité, et bâtie avec tant d’artifice, qu’elle semble sortir de cette montagne. Les peuples, quoiqu’ils paraissent libres et francs, y sont circonspects et serrés, et étudient avec attention les mœurs, les paroles et les actions de ceux qui ont commerce avec eux37.

  • 38 Serré : « on dit [...] qu’un homme est serré [...] quand il est dissimulé et peu communica (...)

23La sociabilité du particulier se modèle donc sur la civilité générale, au point de paraître en sortir tout naturellement. Or, c’est de cette montagne de la Civilité, et plus précisément encore de la ville de Particulier, dont les habitants demeurent « circonspects et serrés »38, que descendent les trois fleuves de Tendre. Mais de la source à la plaine, le paysage change progressivement :

Ce qui rend cette ville plus fameuse, c’est que trois beaux fleuves y prennent leur source, qui après avoir coulé quelque temps, vont arroser une province la plus agréable du monde, puisque la Joie, les Ris, les Douceurs, et les plaisirs innocents l’ont choisie pour leur séjour.

  • 39 On voit la différence avec l’insularité du « Royaume de Coquetterie » de l’abbé d’Aubignac (...)

24Pas de rupture donc de la civilité publique la plus compassée à la tendresse particulière la plus riante, mais une progression inégalement rapide à travers une même « province ». La Carte définitive adoptera, pour radicaliser cette différence de vitesse, la distinction entre la voie fluviale sans étapes de l’Inclination et le cheminement terrestre à petites journées sur les routes d’Estime et de Reconnaissance. Dans le même temps aura disparu cet emboîtement significatif des espaces du public et du particulier, au profit d’une origine plus ambiguë de la tendresse en la Nouvelle Amitié : sentiment particulier, mais discrètement héritier aussi peut-être de toutes les valeurs politiques de la philia. Dans cette seconde figuration, les limites naturelles du royaume de Tendre n’isolent cependant pas tout à fait cette « province » d’un territoire plus vaste, les bords du dessin suggérant nettement un hors-cadre39.

25À le dire autrement, Tendre n’est pas une utopie. Loin d’être la fiction insulaire d’une sociabilité rêvée, la carte fonde ici le territoire autant qu’elle le figure. Cet espace qui s’invente alors et qui reste à légitimer est celui d’une sociabilité particulière, distincte de la famille aussi bien que de la cour, où prennent place des échanges et des jeux langagiers que l’on ne nomme pas encore littérature. Mixtes, ces assemblées se distinguent encore de la sociabilité intellectuelle au masculin qui forme la République des Lettres. Or ces figurations du particulier sont loin d’être innocentes : la question de la souveraineté concerne la totalité du corps social. La famille, fondement de l’État, légitime la souveraineté dans le particulier du pater familias ; les corps et collèges dûment contrôlés sont appelés à coopérer au bien public ; quel statut donner en revanche à ces compagnies mixtes dont les plaisirs sont discrets plutôt que secrets, mais dont les productions connaissent tous les degrés de la publication, depuis le manuscrit réservé à un cercle choisi jusqu’au roman largement diffusé ?

26La tension paraît nette entre la modélisation, souhaitée par le pouvoir et ses officiers, des rapports sociaux sur les rapports politiques et le danger qu’il y aurait à abandonner aux sujets, même par fiction, des parcelles de la souveraineté. Sous forme de jeu entre particuliers, la fiction monarchique assure une pédagogie du contrôle de soi et de l’obéissance dont profite le pouvoir absolu. Mais dès qu’il est question de l’exercice concret et potentiellement public d’une autorité particulière, les figurations ne peuvent sans risques se calquer directement sur les pouvoirs politiques en place, ni les contester plus ou moins ouvertement par des modèles alternatifs. Ce n’est ainsi nullement par hasard qu’est posée au royaume de Tendre la question cruciale et dangereuse de l’assujettissement du monarque à ses propres lois et à ses engagements :

  • 40 Chroniques, f° 246.

Au commencement on se fiait à la parole de tous les hommes : depuis on a tenu du moins pour inviolable celle des rois, qui toutefois aujourd’hui ne trompe pas moins que les autres. Il n’y a plus que celle des personnes vertueuses comme Sapho dont on se puisse assurer, et si celle-là même vient à manquer jugez où nous en serons dans le monde40.

  • 41 R. Koselleck, Le règne de la critique.
  • 42 J. Grimm, « Les idées politiques dans les romans de Mlle de Scudéry ».
  • 43 Chroniques, f° 199.

27L’obéissance de Sapho aux lois de son propre royaume détermine un sujet à la fois législateur souverain et assujetti à sa propre loi : figure de l’autonomie, au sens propre, qui fondera plus tard le citoyen chez Rousseau. Un tel sujet n’a évidemment pas sa place dans une monarchie absolue, sinon à bas bruit dans l’espace séparé du particulier et dans les activités « innocentes » de la galanterie41. S’expliquent ainsi peut-être les modulations sensibles entre ces parodies qui circulent en manuscrits dans un espace contrôlé autour de Madeleine de Scudéry, et le caractère beaucoup plus convenu, voire conforme, des figurations du pouvoir dans les romans42. Sans renier totalement les prestiges de la République des Lettres, sans négliger à l’occasion les séductions du modèle chevaleresque ou pastoral, le groupe de la rue de Beauce, composé de plus de bourgeois que de nobles, cherche dans le modèle monarchique la dignitas susceptible de légitimer son ambition d’hégémonie dans le champ littéraire naissant. Autour de la demoiselle du Marais, ces loyaux officiers du royaume que sont Conrart, Pellisson et leurs amis construisent et légitiment, mais obliquement, leur position de « maîtres du Parnasse galant »43.

  • 44 J. DeJean a bien montré comment cette biographie remarquable de la poétesse grecque vient (...)

28Reste à expliquer pourquoi c’est par la figure d’une reine, et non d’un roi, que passe cette légitimation oblique des « littérateurs ». Sapho n’est pas en effet, à l’origine, une figure de pouvoir. C’est l’autorité d’une poétesse et l’aura d’une grande amoureuse qui motivent fondamentalement les références à Sapho dans Cyrus où, fuyant l’appellation de « fille savante » et de « bel esprit », elle se fait sujette de la princesse des Nouveaux Sauromates, et l’ornement de sa cour44. Cette princesse elle-même n’est d’ailleurs pas tout à fait souveraine, puisque son royaume est un « État dans l’État » du Prince des Sauromates. C’est enfin bien avant l’arrivée de la poétesse que cet « Empire de l’Amour » a formulé ses lois particulières et s’est fait le refuge des sciences et des arts. Le glissement qui fait de Sapho la « reine de Tendre » s’opère hors du cadre romanesque, par le biais de ces petites pièces manuscrites qui parodient pour un public restreint les divers actes publics d’une souveraine absolue : figuration qu’on peut supposer assumée par Madeleine de Scudéry, puisqu’elle graphie de sa main la fameuse harangue vraisemblablement rédigée par Pellisson ou Conrart.

29Les années 1652-1654 sont pour Madeleine de Scudéry des années à la fois difficiles et fécondes. À l’inquiétude politique et à la misère matérielle des années de la Fronde succèdent la rencontre avec Pellisson, la perspective d’un changement de patron et la conscience que la fiction qui faisait de Georges l’auteur des romans ne sera plus tenable très longtemps. Les Chroniques du Samedi enregistrent donc, pour des lecteurs qualifiés, l’attribution du Cyrus à Madeleine, et ce par une voix aussi incontestable que celle de l’évêque Godeau. La correspondance entre le Mage de la Montagne et Sapho établit de même, et pour les mêmes lecteurs sans doute, le rôle de Madeleine dans la rédaction d’Ibrahim. Les fictions galantes manuscrites des « Nouvelles de l’Ile de Delphes » et des lettres de Dom Luis à Palinis permettent d’allier la revendication d’une écriture professionnelle, les contraintes de l’ethos féminin et une figuration glorieuse de soi. Dans le nom galant de « Sapho », miroitent ainsi les images de la protégée d’Apollon, de l’hôtesse enjouée de la rue de Beauce et de la souveraine de Tendre.

30Les travaux de Claudie Martin-Ulrich sur la persona de la princesse ont montré comment cette dernière a fourni jusqu’au début du XVIIe siècle une des seules figures légitimes des femmes dans l’espace des Belles-Lettres :

  • 45 J. Bouchet, Le Panégyric du seigneur Loys de la Trimoille (1527), cité par L. Timmermans, (...)

[...] les roynes, princesses et aultres dames qui ne doivent pour la révérence de leurs estats applicquer à mesnager comme les mécaniques, et qui ont serviteurs ou servantes pour le faire peuvent devenir lectrées en lectres vulgaires45.

  • 46 Cléobuline, Cyrus, III ; Cléonisbe, Cyrus, VIII ; la Princesse des Léontins, Clélie, IX, e (...)

31Cette « autorisation » de la princesse dans l’univers des Lettres s’accompagne néanmoins d’un ethos où dominent l’humilité et la modestie. C’est encore sur ce modèle que sont peintes les princesses vertueuses et savantes des romans scudériens46. Le contraste peut donc paraître saisissant entre ces représentations romanesques de reines et de princesses conformes à l’ethos modeste et la figure impérieuse de la reine de Tendre, elle-même singulièrement éloignée de l’ethos empreint de modestie et de bonté que publie Madeleine de Scudéry, dans sa correspondance par exemple. Comment interpréter ces écarts ?

  • 47 S. Hanley, « La loi salique », in Encyclopédie politique et historique des femmes ; S. Ber (...)

32C’est sans doute parce que le lien féodal a pratiquement disparu dans l’espace public que l’imaginaire féodal peut être mobilisé pour figurer un lien social dans l’espace du particulier. De même, la figure de la reine peut être fortement investie pour signifier et construire la dignité des Belles-Lettres, dans la mesure même où, depuis le début du XVIIe siècle et chaque jour davantage après la Fronde, la reine de France perd en visibilité politique et en sacralité47. Tenu avec toute la distance amusée qui sépare Madeleine de Sapho, le rôle de « reine de Tendre » facilite considérablement les stratégies de légitimation du cercle producteur de la Clélie. Quand une figure de « prince des poètes » eût paru peut-être insolente voire subversive, ce pouvoir féminin, dépourvu de légitimité dans le réel et dont la figuration peut paraître inoffensive et ludique, mobilise néanmoins au profit d’un groupe une appréciable charge symbolique. La reine peut figurer sans lèse-majesté une dignité du particulier, à égale distance de la dynamique potentiellement « libertine » de la « République des Lettres », de la renonciation au pouvoir de la pastorale ou de la nostalgie impuissante des ordres chevaleresques.

  • 48 Voir N. Heinich, États de femmes, pour une analyse de cette triple position. La notion de (...)

33Sapho, loin d’être une figuration de soi monolithique, se module, selon les destinataires et les formes de publication, dans un jeu contrôlé entre situation réelle, place symbolique et rôle imaginaire48. Ainsi peut se comprendre l’écart entre la constante justification de la loi salique dans les romans et la figure plus confidentielle de la toute-puissante « reine de Tendre » : ces discours reflètent moins les positions politiques supposées personnelles de Mlle de Scudéry qu’ils ne sont des actes dont les destinataires et les visées diffèrent profondément.

34Le dispositif n’est cependant pas sans failles, et la satire de Sapho en « Souveraine des précieuses » révèle la nature potentiellement dangereuse de cette figuration monarchique du particulier, en insistant sur la sacralité de la souveraine ainsi que sur les guerres qui troublent son royaume. Les inflexions sacrées de la souveraineté absolue restent extrêmement discrètes dans le cercle Scudéry. La bergère d’une églogue demande qu’on lui explique « le mystère fameux de la Carte de Tendre ». Cette glose de la Carte s’achève par la description du Temple de Tendresse, dont Sapho est la déesse :

  • 49 « Eglogue. Atis, Amarillis ».

Autour de ce lieu saint, mille Amours enchaînés Sont comme des captifs en triomphe emmenés49.

  • 50 « Gazette de Tendre ».

35Le triomphe de Sapho divinisée reste ici dans les conventions d’une métaphore inoffensive. L’Almanach d’Amour précise que le royaume de Tendre n’accueille pas de foires, « car en matière d’amour ou d’amitié, on ne peut vendre ni acheter sans simonie »50. Le genre invite certes à la parodie du comput ecclésiastique, mais c’est franchir un pas dans l’image de la souveraineté que d’écrire, dans une variante de ce même almanach de 1657 :

  • 51 [S. Isarn], Le Grand Almanach d’Amour... Plus prudente est la variante profane : « Pour le (...)

Tous les jours sont appelés du nom des saints que Sapho canonise, et qu’on révère dans l’Empire de Tendre51.

  • 52 Au cours du XVIIe siècle, la sacralisation du pouvoir monarchique ne doit pas masquer le m (...)

36Le « Catéchisme des précieuses » mêle plus étroitement et plus précisément encore les formes de l’autorité spirituelle à celles du pouvoir temporel. On est là désormais dans une figuration du pouvoir féminin qui relève de la fantaisie, et dont les usages sont alors aisément polémiques52. La contribution de Tendre à la pacification des mœurs est contestée dans des écrits qui placent à ses frontières d’autres États alliés ou hostiles. La Gazette galante, évidente parodie de la Gazette de Tendre, envoie au Royaume des Précieuses, dont Sapho est la souveraine, des nouvelles alarmantes de la République d’Amour, des royaumes de Coquetterie et de Bigotisme, tandis qu’on fait la revue des troupes dans les provinces amies des Prudes ou des Enjoués. Loin d’œuvrer à la paix civile au sein du royaume de France, le royaume de Tendre est soupçonné d’y provoquer des dissensions moins insignifiantes qu’il n’y paraît. Qu’il le veuille ou non, Tendre devra entrer dans une « guerre des auteurs » qui est loin de laisser le pouvoir indifférent. La Gazette galante lève en effet le voile sur ce que la fiction du royaume de Tendre laissait dans l’ombre, ou ne destinait qu’à un public choisi, à savoir le lien étroit entre magistère moral et autorité littéraire. La République d’Amour, indique le gazetier,

  • 53 Gazette galante (ex. consulté : B.M. de Grenoble).

ne devait pas s’imaginer que le Royaume des Précieuses fût dépourvu de forces et de gens de guerre, puisqu’outre les garnisons du Royaume de Tendre [...], ils avaient en leur disposition toutes les forces de la République des Lettres commandée par le colonel Critique et le général de Style tendre : [...] l’on prétend que les ambassadeurs, qui sont le président Roman, et le chevalier de Poésie fleurie, partiront dans peu de jours53.

Conclusion

37Si Madeleine de Scudéry s’est fort habilement défendue de l’assimilation de son royaume à celui des « précieuses », la suite de sa carrière montre qu’elle ne dénoua jamais, bien au contraire, cette alliance profonde de la littérature et de la morale, à laquelle la figuration monarchique conférait un authentique quoiqu’innocent pouvoir. L’éloge funèbre que lui consacre l’abbé Bosquillon signe la réussite éclatante de la reine de Tendre, dont le génie et la prudence ont peu à peu étendu le royaume littéraire et moral à toute l’Europe polie :

  • 54 Abbé Bosquillon, « Éloge de Mademoiselle de Scudéry ». Journal des Savants.

La beauté, qui sans jalousie se plaisait à lui former une cour brillante, trouvait chez elle les mêmes hommages, les mêmes respects que l’on rend aux rois ; on y était, quoique sans contrainte et d’un air aisé, avec autant d’égards et de retenue qu’au Louvre. [...] Les personnes placées au centre de la politesse, et dont les manières en font la règle, le quittaient pour venir chercher dans la conversation de cette admirable fille, à se polir encore davantage. [...]
On a vu des souverains ne recommander autre chose aux princes leurs enfants qui venaient en France, que de ne point retourner auprès d’eux sans avoir vu Mademoiselle de Scudery. [...] Et feue Madame lui fit l’honneur de lui dire un jour : C’est moi qui suis l’amant dans notre commerce, car c’est moi qui vous cherche avec mystère54.

38Jouant simultanément des deux images de « Sapho en majesté » et de « Madeleine en modestie », cet éloge montre de façon exemplaire que les représentations dans le champ littéraire et dans l’espace mondain demeurent longtemps à la fois dérivées, analogiques et antithétiques des représentations qui structurent la sphère publique.

  • 55 Ce chiasme s’autorise d’une formule plus synthétique d’A. Godeau, qui nomme Sapho « votre (...)

39À la différence des ordres galants nostalgiques de la chevalerie ou des rêveries pastorales hors du temps, le royaume de Tendre est un État moderne, où s’expérimentent et se réfléchissent la lente scission du public et du particulier, et la différenciation plus lente encore de leurs valeurs et de leurs autorités. Même lorsque le Samedi avait disparu depuis longtemps, la puissance de cette représentation fondamentalement mixte et complexe est demeurée. Malgré la satire des précieuses, la catastrophe de Fouquet, les changements du goût et la montée du pessimisme moral, la fiction du royaume de Tendre a conservé la force d’ancrage qui permettait d’unir en Sapho, « reine de Tendre », la muse du monde et la souveraine des Lettres55.

Notes

1 R. Duchêne, Les Trois Scudéry, p. 625-632, et Les Précieuses, p. 28-38.

2 A. Godeau consacre Sapho « reine de Tendre » dans un poème manuscrit de 1654, cité dans De la galanterie à la sainteté.... p. 37 ; É. Magne, Le Salon de Madeleine de Scudéry, ou le Royaume de Tendre ; Cl. Aragonnès, Madeleine de Scudéry, reine du (sic) Tendre ; G. Mongrédien, « Au Royaume de Tendre », Madeleine de Scudéry et son salon ; Y. Fukui, « Madeleine de Scudéry et son Royaume de Tendre », Raffinement précieux...

3 Voir bibliographie. Nous analysons plus loin l’hésitation sensible, dans le régime de Tendre, entre république et monarchie.

4 D. Denis, Le Parnasse galant, p. 171.

5 N. Elias. La société de cour, chap. VI, « Curialisation et romantisme aristocratique ».

6 F. Yates. Astrée. Le symbolisme impérial.

7 F. Marcou, Etude sur la vie et les œuvres de Pellisson, p. 105.

8 J. Bodin, Les six livres de la République [1576] ; J.-L. Guez de Balzac. Le Prince ; G. Naudé, Considérations politiques sur les Coups d’État.

9 « Relation ». Sur le fondement historique et profane de la souveraineté moderne, voir la préface de G. Mairet à la République de Bodin.

10 « Le pouvoir de dire la loi cesse alors d’être pensé comme pouvoir de juridiction pour devenir pure manifestation de la volonté souveraine », F. Hildesheimer, Du Siècle d’or au Grand Siècle, p. 217. Ce droit, supérieur à la coutume, passe significativement par la formalisation de l’écrit.

11 Chroniques, f° 243.

12 « Ouvrez-nous les portes de Tendre ».

13 J. Bodin. I, X, p. 326.

14 « Sapho, reine de Tendre... ».

15 « Aussi voyons-nous à la fin des édits et ordonnances ces mots : Car tel estnostre plaisir, pour faire entendre que les lois du Prince souverain, ores qu’elles fussent fondées en bonnes et vives raisons, néanmoins qu’elles ne dépendent que de sa pure et franche volonté. » (J. Bodin, I, X, p. 192).

16 « Relation ».

17 Bodin, I, X, p. 310.

18 D. Nordman, Frontières de France. 1998.

19 R. de Bussy-Rabutin et A. de Conti, Carte géographique de la cour ; A. Furetière, Nouvelle allégorique ; G. Guéret. Carte de la cour.

20 L’empire de la mesotès, défini par Pythagore. Platon, Aristote et Plutarque, philosophes dont on sait l’importance dans la pensée scudérienne. Voir la communication de Ch. Morlet dans ce volume.

21 Sur ce que la géographie de Tendre doit à l’imaginaire pastoral et à l’Astrée, J.-P. van Elslande, L’imaginaire pastoral du XVIIe siècle, 1600-1650.

22 Une recherche par titres dans le catalogue des imprimés de la BNF permet de constater qu’entre 1487 et 1650. à l’exception des Chroniques de Gargantua [1532], le terme de chroniques apparaît exclusivement dans les titres d’ouvrages consacrés aux nations, régions, institutions, saints, monarques ou grands personnages. Le choix de ce terme (attesté par Conrart et Tallemant) pour désigner le recueil choisi des textes échangés dans l’entourage de Mlle de Scudéry distingue ainsi ce manuscrit du « journal », registre des marchands qui va offrir sa forme à l’écriture autobiographique.

23 « C’est donc la reconnaissance, et obéissance du franc sujet envers son Prince souverain, et la tuition, justice, et défense du prince envers le sujet, qui fait le citoyen : qui est la différence essentielle du bourgeois à l’étranger » (J. Bodin. I, VI, p. 141).

24 « Ouvrez-nous... ».

25 Le palais d’Arthénice est tout proche, à Bonté, et fait bien partie des monuments admirables du royaume de Tendre ; voir la « Gazette de Tendre ».

26 « Gazette ».

27 J. Cornette, Le roi de guerre, p. 39.

28 Chroniques, f°85-86.

29 « Relation ».

30 Ibid.

31 L’absolutisme est moins l’imposition brutale d’une autorité venue d’en haut qu’une négociation permanente avec des pouvoirs locaux soucieux de leurs privilèges, mais seuls susceptibles de faire appliquer la volonté du roi et de donner l’exemple de l’obéissance (F. Hildesheimer, p. 76, 151-152, 157-158).

32 Ch. Loyseau caractérise la royauté comme « office seigneurial » (Offices, II, 1) : cité par R. Descimon, « La royauté française » ; F. Hildesheimer, p. 216.

33 C. Le Bret. De la souveraineté du roi, de son domaine et de sa couronne (1632), cité par E. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, p. 275.

34 Dans Cyrus, le débat sur la naturalisation des Grecs à Marseille présente ce mélange de principes moraux et de considérations pragmatiques (t. VIII, p. 339-345).

35 Bodin, I, VIII.

36 Deux récents colloques ont examiné de façon critique cette historiographie des salons : Vie des salons et activités littéraires, de Marguerite de Valois à Mme de Staël, Nancy. n° 28-29, 2001, et Inventions et usages du XVIIe siècle. CRH / GRIHL. Paris. 12-13 juin 2001. avril 2002.

37 « Discours géographique ».

38 Serré : « on dit [...] qu’un homme est serré [...] quand il est dissimulé et peu communicatif » (Furetière).

39 On voit la différence avec l’insularité du « Royaume de Coquetterie » de l’abbé d’Aubignac, à la même date.

40 Chroniques, f° 246.

41 R. Koselleck, Le règne de la critique.

42 J. Grimm, « Les idées politiques dans les romans de Mlle de Scudéry ».

43 Chroniques, f° 199.

44 J. DeJean a bien montré comment cette biographie remarquable de la poétesse grecque vient soutenir la construction de soi de la femme de lettres française : Fictions du désir, p. 92.

45 J. Bouchet, Le Panégyric du seigneur Loys de la Trimoille (1527), cité par L. Timmermans, L ’Accès des femmes..., p. 26, note 48.

46 Cléobuline, Cyrus, III ; Cléonisbe, Cyrus, VIII ; la Princesse des Léontins, Clélie, IX, et surtout Mandane et Clélie, passim.

47 S. Hanley, « La loi salique », in Encyclopédie politique et historique des femmes ; S. Bertière, Les Reines de France au temps des Bourbons ; F. Cosandey, La Reine de France.

48 Voir N. Heinich, États de femmes, pour une analyse de cette triple position. La notion de « distance symbolique » et son rôle dans l’esthétique classique sont analysés par Th. Pavel, L’art de l’éloignement.

49 « Eglogue. Atis, Amarillis ».

50 « Gazette de Tendre ».

51 [S. Isarn], Le Grand Almanach d’Amour... Plus prudente est la variante profane : « Pour les jours, ils sont appelés du nom des amants qui ont été immortalisés, et que l’on révère dans l’empire de Tendre. » (Avis. n. p.).

52 Au cours du XVIIe siècle, la sacralisation du pouvoir monarchique ne doit pas masquer le mouvement plus profond de sécularisation du politique, dont l’ordre est désormais celui de la raison humaine : voir F. Hildesheimer, Du Siècle d’or au Grand Siècle, p. 17, et G. Mairet, présentation des Six livres de la République de J. Bodin, p. 5.

53 Gazette galante (ex. consulté : B.M. de Grenoble).

54 Abbé Bosquillon, « Éloge de Mademoiselle de Scudéry ». Journal des Savants.

55 Ce chiasme s’autorise d’une formule plus synthétique d’A. Godeau, qui nomme Sapho « votre Altesse Musaïque » (Ms. 5414, p. 78).

Auteur

CEREDI, Université de Rouen

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search