Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

La « Morale du monde »

Corps sacré, discours souverain :

Le couple dans les femmes illustres

Suzanne C. Toczyski

Texte intégral

  • 1 Les Femmes illustres, p. 29.
  • 2 Ibid., p. 29.
  • 3 N. Aronson a déjà démontré que la représentation du mariage par Scudéry est plus nuancée q (...)
  • 4 N. Aronson, « Amour et mariage », passim.
  • 5 D. Kuizenga, « L’Arc de Triomphe des Dames », p. 302.
  • 6 J. DeJean, Tender Geographies, p. 32-33.

Dans son « Epître aux dames », le narrateur des Femmes illustres se targue de l’« agréable diversité »1 des matières dont se compose son recueil de harangues. On y prend des libertés avec la chronologie et l’unité thématique afin d’offrir au lecteur un « beau mélange »2 qui plaira et divertira sans prétendre livrer un message unique et monolithique. Pourtant, malgré un choix de matières les plus différentes possibles, on trouve dans le premier volume des Femmes illustres un portrait remarquablement cohérent de l’amour conjugal, une sorte d’éthique du couple qui étonne par son énergie, et qui va carrément à l’encontre du poncif rebattu selon lequel la préciosité considère le mariage comme indésirable, voire repoussant3. Dans un premier temps, donc, nous dégagerons du premier volume des Femmes illustres l’essence de ce portrait surprenant. D’autre part, comme l’ont montré Nicole Aronson4, Donna Kuizenga5, Joan DeJean6 et d’autres, les femmes illustres qui discourent devant différents publics ne sont pas des victimes dociles du sort ou de la société patriarcale au sein de laquelle elles évoluent ; loin d’être passives, en prenant la parole elles se mettent en position de sujet agissant pour leur propre bien et pour le bien des autres. En outre, à de rares exceptions près, l’héroïne scudérienne mariée puise sa force à la source conjugale, où elle trouve justement confirmation de son droit à la parole ; c’est souvent le corps du mari, qu’il soit vivant ou défunt, qui sert de pierre de touche à sa valeur oratoire. Dans un deuxième temps, donc, nous démontrerons comment les femmes illustres renversent la dichotomie traditionnelle selon laquelle l’homme est le maître de la parole tandis que la femme ne reçoit en partage que les fonctions corporelles (passions, désirs, accouchements). Car dans Les Femmes illustres, ce sont les femmes qui mettent oralement en scène le corps de l’homme, et c’est la parole de l’héroïne qui a la préséance sur l’invocation de son propre corps.

  • 7 Certaines sources indiquent que Cléopâtre a épousé Marc-Antoine en 32 av. J.-C., après qu’ (...)
  • 8 La quatrième harangue, « Sisygambis à Alexandre », est tenue à l’occasion du mariage de ce (...)

1D’un point de vue strictement structural, tout d’abord, il convient de signaler que, des vingt harangues dont se compose le premier volume des Femmes illustres, pas moins de quatorze (ou soixante-dix pour cent) mettent en scène un rapport homme-femme, dont un seul – celui de la troisième harangue, à savoir « Cléopâtre à Marc-Antoine »7 – représente une liaison entre deux individus non-mariés8. Parmi les treize évocations du rapport conjugal, il ne s’en trouve que deux dans lesquelles le mari est critiqué ou censuré pour un acte d’injustice envers sa femme : Mariamne condamne Hérode lorsque celui-ci refuse de reconnaître son innocence dans un cas d’adultère ; Octavie réprouve tristement l’infidélité de Marc-Antoine sans pourtant renoncer au lien conjugal qui les unit. D’autres femmes s’accusent elles-mêmes de « crimes » plus ou moins sérieux : Athénaïs avoue avoir donné un cadeau que lui avait offert son mari Théodose à son ami et guide spirituel Paulin ; Lucrèce s’accuse elle-même d’avoir été violée par Tarquin. Cela dit, pas moins de dix parmi ces treize femmes (onze, si l’on inclut la malheureuse Octavie) ne ménagent pas leurs mots pour faire un éloge extraordinaire des grandes actions et passions de leurs maris ; ainsi les paroles de la femme remplacent-elles le corps agissant de l’homme dans la représentation de la grandeur masculine. Parmi les cas les plus intéressants on note six harangues élogieuses prononcées par des veuves, dont trois (celles d’Artémise, de Porcie et de Panthée) se terminent par le suicide de celles-ci, suicides auxquels participe, réellement ou virtuellement, incarné ou sous forme de cendres, le corps du mari en question ; une quatrième femme, Agrippine, brandit l’urne contenant les cendres de son époux défunt comme arme afin de persuader le peuple romain de venger la mort de Germanicus. Dans les harangues de Scudéry, la variété abonde, mais nous soulignons toutefois la cohérence essentielle du portrait des couples scudériens, où s’exprime de façon constante l’intérêt de l’auteur pour l’état conjugal.

  • 9 Les Femmes illustres, p. 149.
  • 10 Ibid., p. 129.
  • 11 Ibid., p. 107.
  • 12 Ibid., p. 74.

2Les circonstances elles aussi sont variées qui occasionnent les différentes unions formelles des époux dans ce recueil. La grande passion allant parfois jusqu’à l’adoration se retrouve chez Artémise, femme du roi Mausole, aussi bien que chez Bérénice qui, dans la version scudérienne, a épousé secrètement Titus. Bien des couples sont dévoués l’un à l’autre : Athénaïs maintient qu’« elle n’a jamais rien aimé que l’empereur Théodose et la vertu »9. Lucrèce implore Colatin de se souvenir de « l’amour que vous avez toujours eue pour [Lucrèce] et de celle qu’elle a eue pour vous »10 ; Panthée reconnaît qu’Abradate n’a agi que par amour pour elle11 et même Massinissa, époux d’un jour de Sophonisbe, sa prisonnière, aime sa nouvelle femme autant que lui-même12. Tout en notant ce dernier « amour de conquête », on distingue aussi, là où l’amour fait défaut, des mariages arrangés ; il n’est guère surprenant que l’union de Mariamne et Hérode se range sous cette rubrique.

  • 13 Ibid., p. 34.
  • 14 Ibid., p. 38.
  • 15 Ibid., p. 104.

3Tout en mettant en scène des couples plus ou moins heureux ou malheureux selon le cas, Les Femmes illustres offrent aussi une sorte de credo général de l’état conjugal, mis pour ainsi dire dans les bouches de trois femmes particulièrement investies dans l’analyse de cet état. Dans la première harangue, Artémise suggère que l’amour légitime d’une femme pour son mari est un « noble sujet » à illustrer13, ce qu’elle fait justement dans son éloge de Mausole ; elle décrit le mariage comme une « sainte liaison qui force deux personnes vertueuses à s’aimer éternellement »14. Ce souci de constance sera repris par Bérénice, parmi d’autres, qui tient avant tout à garder le cœur de Titus, même si elle ne peut pas garder son corps : « Il ne faut pas donner son cœur », dit-elle, « sans y avoir pensé longtemps, mais quand on l’a donné, il ne faut jamais le retirer »15. C’est Athénaïs qui fait la distinction la plus nette entre l’amour passionné des amants et l’amour durable des époux, tout en réduisant quelque peu le degré d’affection de ceux-ci :

  • 16 Ibid., p. 146.

L’amour d’un mari et d’une femme n’est plus celle d’un amant et d’une maîtresse, et quoique ce soient les mêmes personnes et que l’amour soit aussi ardente, dans leur cœur, qu’elle l’était auparavant leur mariage, leurs sentiments sont pourtant différents à plusieurs moments. Ils ont plus de solidité et moins d’affection, et toutes ces folies que les amours criminelles produisent, tous les jours, ne se trouvent point en leur âme16.

  • 17 S. Dixon suggère que la notion de concordia (l’harmonie) dans le mariage est souvent menti (...)

Malgré cette légère réduction, Athénaïs et ses sœurs illustres s’efforcent de mettre en valeur l’état conjugal fondé sur l’amour ; leurs harangues témoignent du caractère sacré de cette union choisie librement et respectée fidèlement17.

  • 18 Les Femmes illustres, p. 99.
  • 19 Ibid., p. 206.
  • 20 Ibid., p. 122.
  • 21 Ibid., p. 126.
  • 22 Ibid., p. 96.
  • 23 Ibid., p. 110.
  • 24 Ibid., p. 80. Il est à noter que ce désir de propriété se retrouve aussi dans la bouche de (...)
  • 25 Artémise ne mentionne que très brièvement ses propres exploits militaires ; en fait elle a (...)

4Il s’ensuit de ces témoignages de nombreuses convictions portant sur la nature de l’état conjugal tel qu’il est présenté dans Les Femmes illustres. On note tout d’abord le privilège lié à l’identification de la femme en tant qu’épouse : Bérénice signale « l’honneur que vous m’avez fait, en me donnant le glorieux titre de votre femme »18 ; Octavie, souffrant de l’infidélité de Marc-Antoine, tient ardemment à ce titre19 ; Lucrèce, déshonorée, n’ose plus se nommer femme de Colatin20 bien que celui-ci ait toujours le droit au titre de « mari de Lucrèce »21. Au titre s’associe un certain désir de propriété inscrit dans l’article possessif : « mon cher Brutus »22, « mon Abradate »23, « mon cher seigneur »24. Au titre s’associent aussi certaines obligations : ayant épousé sa prisonnière Sophonisbe, Massinissa aura à lui envoyer le poison du suicide afin d’épargner à sa femme l’indignité d’être obligée de suivre le char de Scipion. Dans leurs harangues les femmes illustres agissent souvent pour le bien de leurs maris, leur prodiguant les louanges qui serviront à les rendre immortels (Calphurnie, Livie, Artémise25, etc.), et parfois réclamant la vengeance (Agrippine) ; de même certains hommes agissent selon le désir de leur femme : Abradate abandonne le parti de Crésus par amour pour Panthée.

  • 26 Les Femmes illustres, p. 100.
  • 27 Ibid., p. 92.
  • 28 Ibid., p. 102.
  • 29 Auguste lui donnait aussi des conseils sur ses vêtements, ses bijoux, son comportement, et (...)
  • 30 En fait il subsiste des doutes sur le rôle exact de Zénobie dans l’assassinat d’Odenath en (...)
  • 31 Les Femmes illustres, p. 93.

5D’autre part le rapport conjugal se fonde sur le principe d’unicité – « Elle sera seule en votre âme, comme vous êtes seul dans la sienne »26 –, d’où l’importance de la constance des époux, dont Octavie marque le cas extrême, puisqu’elle refuse de quitter le domicile conjugal sans que l’époux infidèle exige explicitement une telle attitude. D’où la valorisation de la présence du bien-aimé comme corrélatif au bien-être du couple : « J’ai pleuré plus pour son absence que je n’ai fait pour sa perte », dit Porcie27 ; Bérénice ose même imaginer un ailleurs où elle ne serait pas reine ni Titus roi, mais où ils pourraient jouir de leur présence l’un à l’autre en toute tranquillité : « il y a des moments où je souhaiterais que nous fussions malheureux, pourvu que nous le fussions ensemble »28. Car dans l’union conjugale tout est partagé : intérêts, responsabilités, gloire, et même la mort. Livie se targue de connaître la poésie grâce aux interventions éclairées d’Auguste dans son éducation29. Zénobie se considère une partenaire entière dans les responsabilités comme dans les conquêtes d’Odenath avec qui elle s’est emparée de tout l’Orient30. Porcie se vante de savoir partager le sort de son mari : « je veux qu’Octave porte envie à Brutus, d’avoir su choisir une femme assez courageuse pour le suivre jusqu’au tombeau »31. Car la perte de l’estime et de l’affection du bien-aimé, que ce soit par la mort ou par l’exil, est insupportable :

Je quitterais, sans regret, le sceptre, la couronne, le trône, la Cour et l’empire, et toute cette pompe éclatante que fuit la royauté, si je pouvais retourner dans ma solitude, avec votre estime et votre affection.

  • 32 Ibid., p. 143.
  • 33 Ibid., p. 80.
  • 34 Voir les nombreuses épitaphes qui indiquent que le seul jour malheureux de tel ou tel mari (...)
  • 35 Les Femmes illustres, p. 144.
  • 36 Ibid., p. 111.
  • 37 Ibid., p. 96.

dit Athénaïs au mari qui veut la bannir32. Zénobie n’est pas seule à signaler la douleur « excessive »33 qui accompagne la mort du bien-aimé ; toutes les veuves mettent en avant leur souffrance comme le signe de leur dignité conjugale34. Lorsque l’autre est « un autre moi-même », comme le signale Athénaïs35, le lien affectif qui joint les deux époux suffit à faire anticiper la mort du bien-ainté et à faire souffrir. Panthée décrit en détail la mort d’Abradate à laquelle elle n’a été témoin qu’en imagination et finit par dire : « Jugez donc dans quel état était mon âme, durant une si funeste apparition »36. Mais si la femme désire rejoindre son mari dans l’au-delà, ce n’est point par lâcheté ni par pessimisme. Se retrouver dans la mort, c’est le comble de la relation entre les époux, le sine qua non de leur couple : « Voyez, mon cher Brutus » dit Panthée, « si je n’ai pas une impatience extrême d’être auprès de vous »37. Dans la mort comme dans la vie, les époux peuvent s’aimer, et s’aimer éternellement.

  • 38 César est resté lié à Calphurnie pendant quinze ans malgré l’incapacité de celle-ci à lui (...)
  • 39 En fait Lucrèce était obligée de recevoir Tarquin chez elle selon les règles de l’hospital (...)

6Si les harangues des femmes illustres font ressortir la vigueur du lien conjugal, c’est précisément cette vigueur qui facilite la prise de parole de la part de la femme chez Scudéry. Le mariage représente chez Mariamne seulement une force contre laquelle elle doit lutter. Pour toutes les autres, y compris Octavie, l’état conjugal participe essentiellement à la construction de leur identité même, il représente la source du pouvoir de leur parole aussi bien que le prétexte de leurs harangues. Le plus souvent, comme on l’a déjà suggéré, ce sont les actions de leurs maris que racontent les femmes illustres : Mariamne le fait avec dérision, Octavie avec compassion, mais Artémise, Porcie, Panthée, Calphurnie38 et Livie le font avec respect et même orgueil. Parfois, comme chez Zénobie et Agrippine, ce sont leurs propres actions qu’elles célèbrent avec celles de leurs maris, mettant en avant leur propre participation aux victoires masculines. Pour d’autres il s’agit d’une quête personnelle découlant des droits dont elles jouissent en tant que femmes ; mariées, c’est leur statut conjugal qui leur permet de demander ce qu’elles désirent. Sophonisbe souhaite mourir ; son second mariage permettra son suicide. Bérénice peut s’assurer de la fidélité de Titus grâce à la possession de son cœur. Lucrèce ose supplier Colatin de la venger, malgré son déshonneur, parce que leur relation est fondée sur le principe de fidélité qui informe presque toutes les relations conjugales du recueil39. Athénaïs, pour sa part, situe ses adieux à Théodose dans un contexte respectueux du lien conjugal, consciente du fait que son retour en fin de compte au lit conjugal dépend de la tendresse de son discours. Dans chacun de ces cas, le lien conjugal ne sert pas seulement de prétexte à la harangue, mais est aussi la pierre de touche de sa valeur oratoire.

  • 40 Selon Plutarque, Octavie. en s’occupant des enfants de Marc-Antoine pendant son absence et (...)

7Or que gagnent ces femmes par leurs discours ? Dans les cas de quêtes personnelles, la mort souhaitée, la fidélité éternelle, la vengeance, la confiance du mari. Grâce à leur participation active aux victoires de leurs maris, Zénobie et Agrippine acquièrent aussi une certaine immortalité, qui va de pair avec celle de l’époux. Quant aux plus infortunées des femmes illustres, leurs cas sont plus difficiles à juger. Mariamne, qui mourra après avoir parlé, gagne au mieux un sursis qui lui permet de nous raconter sa version de l’histoire ; cette représentation de la prise de la parole féminine n’est pas négligeable. La modeste Octavie, quant à elle, n’acquiert que la distinction de se martyriser au nom d’une institution qui l’a trahie ; c’est précisément ainsi qu’elle trouve sa place dans l’accumulation des « saintes liaisons » qui remplissent le recueil40.

  • 41 Plutarque note tout simplement qu’elle s’est tuée après avoir subi certaine violence (ibid (...)

8Si, dans l’histoire d’Octavie, c’est bien le corps de l’homme qui se distingue par la transgression (un véritable attentat sur l’inviolabilité du corps de la femme), il faut néanmoins signaler que traditionnellement, c’est le corps de la femme qui est le plus souvent associé à ce phénomène. La femme elle aussi peut être infidèle, et les accusations ne manquent pas dans Les Femmes illustres. Mais Athénaïs et Mariamne réfutent ces calomnies, revendiquant le corps tout en valorisant la parole. Cas intéressant, Athénaïs arrive même à décriminaliser le geste de transgression d’Ève en offrant en toute innocence une pomme, cadeau de son mari, à un autre homme. Dans ces deux exemples, loin d’être le lieu d’une transgression, le corps de la femme reste intact. Le cas de Lucrèce est plus compliqué41. Selon son propre dire, le viol qu’elle a subi la souille irrémédiablement – notion inacceptable pour notre sensibilité moderne – et pourtant, tout en s’accusant de sa propre participation au crime et au déshonneur qui s’ensuit, Lucrèce plaide simultanément pour une appréciation plus complète de la portée de ce crime. Bien qu’elle ne se croie plus digne du nom de « femme de Colatin », elle ose suggérer que Colatin, lui, conserve son titre de mari ; sa parole à elle provoquera donc son action à lui et la vengeance qu’il obtiendra aussi bien que la chasteté de Lucrèce (le mot se trouve dans « l’effet » de la harangue) trouveront leur place parmi les grandes histoires conjugales. Là où il est question, dans Les Femmes illustres, de la transgression potentielle du corps de la femme, ce corps se retrouve dépassé, transcendé par un autre ordre, celui de la parole féminine ; l’union sacrée du mariage est laissée intacte.

  • 42 Bien que le texte de Scudéry ne parle pas explicitement de la passion chamelle entre époux (...)

9S’il y a des corps qui imposent leur présence dans Les Femmes illustres, ce sont sans doute les corps des maris mis en évidence par Scudéry, les exemples les plus remarquables étant la dépouille mortelle des époux érigée en autel par les veuves endeuillées. Renversant la dichotomie traditionnelle – homme/voix, femme/corps – les héroïnes scudériennes mettent oralement en scène le corps de l’homme. Trois veuves surtout – Panthée, Porcie et Artémise – ne se limitent pas à raconter en détail les grandes actions de leurs maris ; au contraire, elles célèbrent, chacune de façon unique, le corps sacré du défunt, affirmant à la fois leur propre droit à la parole aussi bien que le caractère central de l’amour conjugal dans leur conception du monde. Puis, ayant rendu, par leur discours, hommage à cette autre partie d’elles-mêmes, Panthée, Porcie et Artémise rejoignent leurs maris par un geste à la fois sensuel et mortel ; leurs suicides complètent de façon érotique le geste oral qui engageait la harangue42. Pour conclure, donc, examinons individuellement ces trois cas.

  • 43 Les Femmes illustres, p. 108.
  • 44 Ibid, p. 109.
  • 45 Ibid, p. 112.

10Dans la neuvième harangue nous apprenons que le corps d’Abradate est physiquement présent sur scène devant Panthée et son interlocuteur Cyrus ; c’est un cadavre mutilé, car l’ennemi a failli arracher la main du héros dans son effort pour le désarmer. Panthée attribue à son propre désir d’orner le corps de son mari avec « toutes [ses] pierreries »43 la défaite du défunt, car, en le rendant plus « remarquable », elle a fini par indiquer à l’adversaire le lieu où il fallait frapper. Cet effort pour rester près du bien-aimé au moyen de la présence des bijoux ne peut qu’échouer, de même que sa dernière tentative de s’approcher du corps vivant d’Abradate : « ne pouvant plus embrasser mon cher Abradate, tout ce que je pus faire fut de baiser de l’extérieur la chaire où il était assis »44. Ce ne sera donc que dans la mort que les époux se rejoindront. Le prétendu désir de Panthée de « laver ses blessures avec [s]es larmes »45 ferait s’entremêler eau et sang dans un geste érotique en lui-même ; son geste ultime surpasse de loin cette union temporaire : Panthée profite des deux minutes qu’on lui accorde auprès d’Abradate pour se donner un coup de poignard dans le sein et elle expire sur le corps même de son mari, corps qui devient à la fois son lit et son tombeau.

  • 46 Ibid., p. 96.
  • 47 Curieusement l’on croit aujourd’hui que Porcie s’est suicidée un an avant Brutus, lors de (...)

11L’exemple de Porcie est peut-être le plus simple. Comme Panthée, Porcie évoque ses larmes comme hommage au mari ; pour Porcie tout comme pour Panthée, les larmes ne suffisent pas. Cette illustre femme ne cache point son désir de rejoindre Brutus au-delà du tombeau ; il s’agit d’imiter son geste vers la mort afin de s’unir une dernière fois à lui. Bien que le corps du mari ne soit pas présent devant Porcie lors de sa harangue, son « impatience extrême d’être auprès de [Brutus] »46 (cité ci-dessus) suggère vraisemblablement la plénitude du lien conjugal. Son dernier geste – l’acte de s’étouffer avec des charbons ardents aux yeux même de Volumnius – fait ressortir l’urgence de cette volonté conjugale de l’union sacrée, non pas seulement d’un point de vue idéal mais dans toute son intégrité physique47.

12La harangue d’Artémise sur laquelle s’ouvre ce volume des Femmes illustres est sans doute parmi les plus touchantes du recueil, car elle offre le portrait le plus profond de l’union conjugale ainsi sacralisée. Artémise demande aux orateurs Isocrate et Théopompe de faire vivre éternellement l’histoire de son alliance avec Mausole :

  • 48 Les Femmes illustres, p. 38.

[P]arlez avec ardeur de l’amour qu’il avait pour moi et de celle que j’ai toujours eue pour lui. Dépeignez cette passion aussi forte, aussi pure et aussi fidèle qu’elle a été. Détrompez ceux qui croient que le crime est la nourriture de l’amour et qui pensent qu’une passion légitime ne peut être ni ardente, ni longue, ni agréable. Apprenez leur que Mausole et moi donnons un exemple qui détruit toutes leurs expériences et tous leurs raisonnements, puisqu’encore que notre amour ait toujours eu beucoup [sic] d’innocence et n’a pas laissé d’avoir beaucoup d’ardeur de durer jusqu’à la mort et de nous être infiniment agréable. Parlez donc, avec éloge, de cette sainte liaison qui force deux personnes vertueuses à s’aimer éternellement48.

Or cet amour d’Artémise est effectivement si puissant et son désir de reprendre son union physique avec Mausole est si ardent, que le corps de celui-ci, sous la forme des cendres, devient non pas simplement l’autel sur lequel Artémise se sacrifie, mais en fait la victime même qu’elle consume peu à peu, car son discours se termine par l’ingestion des dernières cendres du mari dans ce que l’on pourrait appeler un geste ultime de communion sacrée.

13Dans leur portrait remarquable de l’amour conjugal, les femmes illustres valorisent avant tout le caractère sacré de l’institution du mariage ; la constance est un élément essentiel d’une vie conjugale stable et harmonieuse. Au mariage s’associent certains privilèges, certains droits et responsabilités : on soutient son époux, on le loue et le glorifie. Chez les femmes illustres, l’altérité des deux époux est réduite à néant, l’autre n’est plus « autre », et l’une parle pour deux. Notre analyse des Femmes illustres démontre que l’éthique du couple que présente le texte se révèle finalement une sorte d’érotique conjugale émouvante, où les corps des époux s’allient l’un à l’autre pour faire prévaloir la puissance de la voix féminine qui entreprend de peindre l’amour du couple.

Notes

1 Les Femmes illustres, p. 29.

2 Ibid., p. 29.

3 N. Aronson a déjà démontré que la représentation du mariage par Scudéry est plus nuancée qu’on ne prétend croire (Mademoiselle de Scudéry..., p. 136-137).

4 N. Aronson, « Amour et mariage », passim.

5 D. Kuizenga, « L’Arc de Triomphe des Dames », p. 302.

6 J. DeJean, Tender Geographies, p. 32-33.

7 Certaines sources indiquent que Cléopâtre a épousé Marc-Antoine en 32 av. J.-C., après qu’il eut divorcé d’avec sa femme Octavie. La bataille d’Actium décrite dans la harangue de Cléopâtre a eu lieu en 31 av. J.-C., donc un an après leur mariage (M. et B. Lightman, Biographical Dictionary, p. 68). Selon Scudéry, Marc-Antoine est à ce moment de l’histoire un « amant irrité » (Les Femmes illustres, p. 52). Marc-Antoine se suicidera bientôt après la bataille et Cléopâtre après lui, en 30 av. J.-C., afin d’éviter le déshonneur d’être prise par Octave, le frère d’Octavie (Biographical Dictionary, p. 69). Cependant, selon Plutarque, Cléopâtre n’a été que la maîtresse de Marc-Antoine (Plutarque, The Lives of Noble Grecians and Romans, p. 1139).

8 La quatrième harangue, « Sisygambis à Alexandre », est tenue à l’occasion du mariage de celui-ci avec la fille de Sisygambis et Darius, Statira ; la harangue ne mentionne toutefois cette alliance qu’en passant (Les Femmes illustres, p. 62-63). Selon Plutarque, Alexandre n’a pas eu affaire avec la famille de Darius (Plutarque. The Lives of Noble Grecians and Romans, p. 816).

9 Les Femmes illustres, p. 149.

10 Ibid., p. 129.

11 Ibid., p. 107.

12 Ibid., p. 74.

13 Ibid., p. 34.

14 Ibid., p. 38.

15 Ibid., p. 104.

16 Ibid., p. 146.

17 S. Dixon suggère que la notion de concordia (l’harmonie) dans le mariage est souvent mentionnée dans la littérature et dans les épitaphes, où l’on se loue d’un mariage sans désaccord. L’harmonie est donc un idéal à poursuivre (S. Dixon, The Roman Family, p. 70). Au XVIIe siècle, « Il semblerait [...] que, bien loin de souder la famille, l’affection et les attachements sentimentaux fussent supposés provoquer toutes sortes de désordre » (J.-L. Flandrin, Familles, p. 151). Les Femmes illustres seraient-elles donc transgressives dans leur valorisation de l’amour conjugal ? « Plus encore que l’amour excessif entre parents et enfants, on se méfiait de l’amour “naturel” entre conjoints » (J.-L. Flandrin, op. cit., p. 156) ; les moralistes semblaient préférer un amour « chrétien » qui évitait de provoquer certaines « complaisances criminelles » entre époux (J.-L. Flandrin, op. cit., p. 157).

18 Les Femmes illustres, p. 99.

19 Ibid., p. 206.

20 Ibid., p. 122.

21 Ibid., p. 126.

22 Ibid., p. 96.

23 Ibid., p. 110.

24 Ibid., p. 80. Il est à noter que ce désir de propriété se retrouve aussi dans la bouche des hommes : dans ses lettres à sa femme, Cicéron l’appelle « mea Terentia » (S. Dixon, The Roman Family, p. 85) ; Auguste appelle Livie « mea Livia » (S. Treggiari, Roman Marriage, p. 256).

25 Artémise ne mentionne que très brièvement ses propres exploits militaires ; en fait elle a conquis Rhodes avant de mourir un an ou deux après Mausole (Biographical Dictionary. p. 34).

26 Les Femmes illustres, p. 100.

27 Ibid., p. 92.

28 Ibid., p. 102.

29 Auguste lui donnait aussi des conseils sur ses vêtements, ses bijoux, son comportement, etc. (S. Treggiari, Roman Marriage, p. 213-214). En revanche Auguste consultait souvent Livie comme une collègue respectée (S. Treggiari, Roman Marriage, p. 255 & 258).

30 En fait il subsiste des doutes sur le rôle exact de Zénobie dans l’assassinat d’Odenath en 267 ap. J.-C. ; il est possible qu’elle y ait joué un rôle important (Biographical Dictionary, p. 241).

31 Les Femmes illustres, p. 93.

32 Ibid., p. 143.

33 Ibid., p. 80.

34 Voir les nombreuses épitaphes qui indiquent que le seul jour malheureux de tel ou tel mariage est celui de la mort de l’époux (S. Dixon. The Roman Family, p. 86). Ceci est d’autant plus surprenant dans le contexte de Scudéry puisque, comme le note Jean-Louis Flandrin. ce n’est qu’au début du XIXe siècle qu’il est devenu « décent [...] de pleurer ses morts et particulièrement son conjoint : la douleur qu’on manifeste alors est témoin de l’amour qu’on portait au défunt ; et le mariage est censé établir ou sanctifier une relation sentimentale entre les conjoints » (J.-L. Flandrin, op. cit., p. 114).

35 Les Femmes illustres, p. 144.

36 Ibid., p. 111.

37 Ibid., p. 96.

38 César est resté lié à Calphurnie pendant quinze ans malgré l’incapacité de celle-ci à lui donner des enfants (S. Treggiari, op. cit., p. 480).

39 En fait Lucrèce était obligée de recevoir Tarquin chez elle selon les règles de l’hospitalité de son époque (S. Treggiari, op. cit., p. 426).

40 Selon Plutarque, Octavie. en s’occupant des enfants de Marc-Antoine pendant son absence et en se comportant de façon éminemment honorable, a nui à la réputation de celui-ci, car à voir le mal qu’il faisait à une femme si vertueuse, le peuple s’est mis à le détester (Plutarque, The Lives of Noble Grecians and Romans, p. 1135).

41 Plutarque note tout simplement qu’elle s’est tuée après avoir subi certaine violence (ibid., p. 118).

42 Bien que le texte de Scudéry ne parle pas explicitement de la passion chamelle entre époux, il le suggère. Or les théologiens condamnaient absolument l’amour de concupiscence entre mari et femme ; selon saint Jérôme, « “Adultère est aussi l’amoureux trop ardent de sa femme” » (J.-L. Flandrin, op. cit., p. 157). Flandrin poursuit : « L’homme sage doit aimer sa femme avec jugement, non avec passion » (ibid.) ; il va sans dire que les restrictions imposées à la femme sont d’autant plus rigides.

43 Les Femmes illustres, p. 108.

44 Ibid, p. 109.

45 Ibid, p. 112.

46 Ibid., p. 96.

47 Curieusement l’on croit aujourd’hui que Porcie s’est suicidée un an avant Brutus, lors de l’été 43 av. J.-C. ; Brutus, quant à lui, est mort en octobre 42 (Biographical Dictionary, p. 196). Plutarque parle de l’existence d’une lettre de Brutus à un ami dans laquelle il déplore le suicide de Porcie (op. cit., p. 1219). Pourtant l’hagiographie de Porcie soutient la version présentée par Scudéry (S. Treggiari, op. cit., p. 487). Une autre version de l’histoire suggère qu’elle a respiré de la fumée empoisonnée (S. Treggiari, ibid.).

48 Les Femmes illustres, p. 38.

Auteur

Sonoma State University

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search