Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

La « Morale du monde »

Préciosité et théologie : l’amour conjugal dans Clélie et dans quelques traités catholiques sur le mariage

Claire Carlin

Texte intégral

  • 1 Ce que J. Gaudemet appelle « la crise du XVIe siècle » est provoquée d’abord par la Réform (...)
  • 2 M. Daumas, La Tendresse amoureuse XVIe-XVIIIe siècles, p. 184.
  • 3 N. Aronson, « Amour et mariage dans les œuvres de Mlle de Scudéry ».

Dans toute recherche sur l’imaginaire nuptial au XVIIe siècle, le discours précieux doit occuper une place de prédilection aux côtés du discours religieux. En pleine évolution depuis les bouleversements de la Réforme1, la vie conjugale connaît de nouvelles tendances, notées par Maurice Daumas : « [...] au milieu du siècle, un courant hétérogène, né à la fois de François de Sales et de la préciosité, tend à légitimer l’amour-passion et le plaisir physique dans le mariage »2. Nicole Aronson a montré que, malgré la place de choix que Madeleine de Scudéry donne à l’amour platonique et malgré sa critique d’une institution qui le plus souvent détruit l’amour du couple tout en privant la femme de sa liberté, dans Clélie, d’une manière plus complète et plus complexe que dans ses autres ouvrages romanesques, Scudéry brosse un portrait nuancé du mariage3 et en propose une problématisation qu’on trouve également dans les ouvrages des ecclésiastiques. La mise en question des fins du mariage par les réformateurs provoque un foisonnement de textes catholiques, surtout à partir des années 1630, et qui continue pendant tout le siècle. Madeleine de Scudéry étudie le mariage dans un contexte en grande partie établi par les théologiens ; les mêmes préoccupations sous-tendent la discussion du mariage chez notre auteur et chez les religieux.

  • 4 I. Maclean, Woman Triumphant, p. 91. Nous avons repéré une trentaine de traités catholique (...)
  • 5 Une différence importante à noter entre les traités catholiques et le roman de Madeleine d (...)

1Ian Maclean a observé qu’on trouve dans ces traités religieux sur le mariage des principes d’organisation semblables et que leurs arguments restent à peu près les mêmes à travers le siècle : un survol rapide des mérites relatifs du célibat et de la vie conjugale est suivi par une énumération des maux du mariage. Ensuite, une apologie de l’institution aide à équilibrer la vision d’ensemble. Ces traités se terminent par des remèdes ou stratégies préventives qui assureront le maximum de contentement non seulement au sein du couple, mais dans toute la famille4. Dans Clélie, le mariage n’est bien sûr pas examiné d’une manière aussi systématique, mais pour imposer une certaine cohérence à notre étude, nous aborderons le sujet selon l’ordre établi par les clercs5.

  • 6 Madeleine de Scudéry, Clélie, histoire romaine, t. IV, p. 1162-1163 ; t. X, p. 1064- 1065.

2Ce faisant, il faut noter le ton plutôt négatif qui caractérise l’exploration initiale du choix entre mariage et célibat, état supposé moralement supérieur au mariage. Chez Mademoiselle de Scudéry, ce sont les périls du mariage qui rendent le célibat désirable, comme nous le disent Césonie et surtout son amie Plotine dans la IIe et la Ve parties du roman6. On trouve chez nos prélats le même genre de mise en garde généralisée. Jacques Du Bosc, dans L’Honneste femme dont la première édition date de 1632, insiste sur les dangers de l’union :

  • 7 J. Du Bosc, L’Honneste femme, p. 241-243.

[...] il faut avoüer qu’il y a tousjours bien du hazard, quelque bon esprit qu’on ait ; La fortune y a meilleure part, que l’addresse. Ce qui paroist bon, ne l’est peutestre point ; & quand il le serait en effet, il ne le sera peut-estre pas long-temps [...]
Apres tout, quoy qu’on face, il y a tant de conditions à desirer pour rendre un mariage parfait, qu’il est quasi impossible de les trouver ensemble7.

3Le problème de la perte de la liberté qui préoccupe Césonie et Plotine n’est pas escamoté par les religieux. Claude Maillard dans Le Bon Mariage reprend des arguments semblables : le mariage est un état

  • 8 Cl. Maillard, Le Bon Mariage. Préface, n. p.

absolument necessaire pour la conservation de la nature humaine ; le plus important pour la prosperité de tous les estats : le plus commun parmy les hommes : le fondement de tous : le plus espineux : voire le plus perilleux pour le salut, estant le mariage. Je ne croy pas pourtant qu’il y en ait aucun qu’on entreprenne avec moins de deliberation, qui soit accompagné de plus d’incommoditez, & suivy de plus de repentir8.

4Plus tard dans le siècle, Le Saint mariage du capucin Charles d’Abbeville sympathise en prose et en vers avec la mal-mariée :

  • 9 Ch. d’Abbeville, Le Saint mariage, p. 19-20.

Enfin si vous considerez combien il faut de qualitez en l’homme, & en la femme, pour un mariage accomply : vous serez tres reservé à vous lier dans cét estat, & vous y apporterez de tres-meures deliberations avant que de permettre qu’on vous serre avec des liens dont on ne peut vous délier.
Helas ! que faites-vous de courir à la gesne.
Mal-heureux ennemis de vôtre liberté.
Le lien conjugal est une forte chaîne,
Dont la mort seulement rompt la captivité9.

5Le mariage-prison est bien sûr un leitmotiv de la satire misogame ; dans leur exposition des maux du mariage, Scudéry et les clercs reprennent encore d’autres topoï typiques des textes polémiques : la coquetterie féminine, la tyrannie masculine et la jalousie destructrice. C’est dans l’histoire de Cloranisbe et de Lysonice dans la IVe partie de la Clélie que l’on a un tableau de toutes ces difficultés. Leur mariage est fondé sur une fourberie de la part de Cloranisbe, qui savait que le prince de Carthage s’intéressait à l’ambitieuse Lysonice. Mais Cloranisbe a caché aux yeux du prince sa belle fiancée devenue sa femme. Lors d’une visite royale à la maison de campagne où Cloranisbe les a exilées, Lysonice et ses parentes se réjouissent d’entrer en conversation avec le prince :

  • 10 Clélie, t. X, p. 795-801.

Cloranisbe ne voulant pas passer pour mari jaloux, répondit que Lysonice estoit maistresse de ses actions, & qu’elle pouvoit faire ce qu’il luy plairait. J’ay toute ma vie si peu sceu par experience, repliqua-t’elle, ce que c’est que faire sa volonté, que je ne sçay si je dois commencer de l’apprendre, de peur que si je la faisois une fois, je ne la voulusse faire toute ma vie. Ce n’est pas. adiousta-t’elle, que j’accuse Cloranisbe, mais c’est que toutes les femmes en general, sont exposées à ce malheur là. & qu’une partie de leur vertu, consiste pour l’ordinaire, à n’avoir point d’autre volonté que celle de ceux à qui la bien-seance les assujettit. Il est vray, dit Pasilie, que nous naissons avec la necessité d’obeïr presque toûjours & de ne commander jamais. Au contraire, reprit le Prince, tout obeït à la beauté. & il n’appartient qu’aux Dames de commander. Les hommes prient toute leur vie. & ne commandent jamais. En verité, Seigneur, repliqua Delise, je ne sçay pas s’ils prient, ou s’ils commandent, mais je sçay bien qu’ils font pour l’ordinaire tout ce qui leur plaist. [...] Je trouve cette loy là aussi dure que vous, reprit Palisie, mais je confesse à la honte de mon sexe, que souvent les femmes usent si mal de la liberté, quand on la leur donne toute entiere, que la folie de quelques unes, excuse en quelque sorte, la servitude de toutes les autres. Car enfin je connois une femme en Massilie qui a fait cent extravagances en sa vie, qu’elle n’auroit pas faites, si elle n’avoit pas eu un trop bon mary. Ha ! Pasilie, reprit Delise, il n’y eut jamais que l’on pust appeler ainsi. Pour moy, dit le Prince, en souriant, je croy qu’une belle femme n’en peut jamais avoir de trop bon : Pour moy, dit Pasilie, je croy qu’une coquette & une jeune estourdie, n’en peut jamais avoir un trop severe. [...] Mais que faut-il qu’un honneste homme fasse, reprit Delise, quand il est assez malheureux pour avoir une femme qui n’a ni veritablement vertu, ni conduite, car je ne conte pas pour vertueuses, ces femmes qui parce qu’elles ne sont pas tout à fait criminelles, ne font point de scrupule de commencer plusieurs galanteries, qui les exposent à la médisance. & qui les engagent à faire mille folies, qui les font mépriser par ceux mesmes pour qui elles les font. [...] Si j’en suis creu, repliqua le Prince, il se divertira de son costé le mieux qu’il pourra. & ne verra que ce qu’il voudra voir : & si j’en suis creuë, repliqua Pasilie, un mary qui aura une femme de cette espece, la flattera durant quelque temps, il essayera de la gagner par la douceur, par la raison, & par l’adresse, il tachera de luy donner des Amies, qui auront de la vertu, de faire qu’elle n’ait pas une esclave auprés d’elle qui ne soit vertueuse, de luy faire aimer les plaisirs innocens & de faire du moins en sorte qu’elle le craigne, si elle ne le peut aimer. Et si tout cela est inutile, je consens qu’il agisse en maistre, qu’il regle les visites qu’elle rend. & qu’elle reçoit. & qu’il l’envoye mesme à la campagne. Car enfin je ne veux point qu’un mary endure paisiblement que sa femme soit coquette. Mais y a-t’il chose qui semble plus estrange, repliqua le Prince, qu’un mary jaloux, on en rit, on raille. & l’on dirait presque que c’est assez qu’il soit jaloux, pour meriter que sa femme soit coquette. Un sot jaloux, reprit Pasilie, est assurement une sotte chose, mais un galant homme prudent, ne se doit pas regarder comme un jaloux. Au contraire on le doit pleindre & estimer : mais pour un jaloux de temperamment, qui persecute une innocence sans sujet, &hors de propos, je consens qu’on en raille, & qu’on luy souhaite mesme tout ce qui peut augmenter sa jalousie10.

6Dans ce passage, les défauts de certaines épouses sont étalés. Plus tard dans la Ve partie, Plotine est d’accord pour condamner la majorité des femmes :

  • 11 Ibid., t. X, p. 987.

[...] la plupart des femmes dés qu’elles sont mariées, sont negligées pour leurs maris, contredisantes, chagrines. & bien souvent coquettes. & mesme jalouses sans sujet. De sorte qu’il ne faut pas s’estonner si les trouvant si differentes de ce qu’elles estoient avant que de les avoir espousées, les maris changent de sentimens pour elles11.

7Nos théologiens s’accordent pour attribuer la plus grande partie des malheurs du mariage aux femmes. Dès 1630, Jeanne de Cambry, la seule religieuse à ma connaissance qui ait écrit un traité sur le mariage, semblait annoncer les remarques de Plotine :

  • 12 J. de Cambry, Traité de la reforme du mariage, p. 19. Les Œuvres de Sœur Jeanne furent pub (...)
  • 13 Ibid., p. 26.

[...] souvent le mary est fascheux, par la mauvaiseté de la femme, estant vray qu’ordinairement où il y a femme sage et discrette, il y a bon mesnage, & iceluy en bon ordre. Une femme mauvaise fait bien souvent debaucher un homme bon, dont il se trouve assez d’exemples12.
On ne voit que trop de femmes legeres & volages, qui n’ayment rien moins que la sobriété, la temperance & la recollection avec leurs marys & enfans en leur mesnage ; ains cherchent les banquets & festins, ne se contentant de s’y trouver aux occasions avec leurs marys, en toute honesteté & bien séance ; ains s’associent avec des compagnes de mesme humeur, boivent le bon vin, disent le motelet. & bien va, quand ce n’est pas avec autres hommes que les leurs, dont naissent encore des plus grands malheurs : car quel amour, quel accord peut-il avoir entre eux, quand la femme en ayme un autre que son mary13 ?

Du Bosc continue dans la même veine :

  • 14 J. Du Bosc, op. cit., p. 238-239.

Et pour depeindre naïvement ce qui s’y rencontre de mauvais ; Quel plaisir y a-t’il avec une Coquette, qui veut vivre plustost selon son humeur, que selon la raison ; & qui voudrait resusciter la coustume de Sparte, où les femmes commandoient à leurs maris ? Quel contentement y a-t’il de demeurer avec une querelleuse, qui gronde sans cesse, qui est rarement en bonne humeur, & qui ne fait quasi jamais bon visage ? Quelle satisfaction y a-t’il avec une dissimulée, qui ne flatte que pour tromper : qui ne hante les lieux sacrez, que pour estre moins suspecte d’aller dans les infames : & qui ne paroit bonne, que pour avoir meilleur moyen d’estre mauvaise ? Enfin quel avantage y a-t’il d’estre attaché avec une perfide & une rusee. qui a mille cabales & mille inventions pour faire reüssir ses mauvais desseins : qui vous peut deshonnorer, quoy que vous soyez innocent ; avec laquelle la Reputation n’est pas seulement en danger, mais la vie mesme : Et pour iuger de cecy par un exemple commun à tout le monde, ne fut ce pas Eve qui fist pecher Adam, qui luy ravit son innocence & sa felicité, qui le rendit en mesme temps & malheureux & coupable14 ?

8Charles d’Abbeville insiste lui aussi sur l’hypocrisie de la fiancée qui se métamorphose en mégère une fois mariée :

  • 15 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 82-83.

Un jeune homme recherche une fille avec des poursuites qui le privent du repos, il ne sçait pas qu’il cherche maistre, il pense avoir trouvé une pierre precieuse, & il a pris une happelourde, il pensoit que ce fût une brebis. & c’est un serpent qui jette feu & flâmes. [...] il n’y a point de supplice égal à celuy d’un homme, obligé de vivre avec une femme, de qui les foles humeurs ne peuvent estre gueries que par la mort15.

9À la fin du siècle le jésuite Jean Girard de Villethierry tient le même genre de discours :

  • 16 J. Girard de Villethierry, La Vie des Gens Mariez, p. 19-20.

La femme méchante [...] est avec son mari comme un joug de bœufs qui se battent ensemble : celui qui la tient avec lui est comme un homme qui prend un scorpion. La femme sujette au vin sera la colere & la honte de son mari. & son infamie ne sera point cachée. La malignité de la femme est une malice consommée : il n’y a point de tête plus méchante que la tête du Serpent, ni de colere plus aigre que la colere de la femme. Il vaut mieux demeurer avec un lion & avec un dragon, que d’habiter avec une méchante femme. Elle est l’affliction du cœur, la tristesse du visage, & la pluie mortelle de son mari : l’affoiblissement de ses mains, & la débilité de ses genoux [...]16.

10Cette sévérité n’étonne peut-être pas, mais il faut noter que, comme Madeleine de Scudéry, les religieux considèrent que les maris ont droit à la critique eux aussi. Jeanne de Cambry prétend qu’un mari débauché est encore pire qu’une femme légère,

  • 17 J. de Cambry, op. cit., p. 29.

[...] car d’autant plus qu’il est relevé par dessus la femme, dont il est le chef, d’autant plus est il obligé de bien vivre.
Si le chef est malade, tout le corps est malade [...] : si le Soleil est obscurcy, tous les autres corps lumineux perdent leur lustre, & sont sans lumiere [...]17.

Du Bosc renchérit sur cette vision de la responsabilité masculine :

  • 18 J. Du Bosc, op. cit., p. 239-240.

Voila comme les hommes se peuvent plaindre, mais il faut voir comment les femmes n’en ont pas moins de sujet. S’il y a du malheur dans le mariage, c’est elles bien-souvent qui en ont la meilleure part parce qu’il est bien moins importun de commander à un mauvais esprit, que d’y obeyr. La coustume leur oste le droit de se deffendre : & s’il y a de la tyrannie, elles la souffrent, durant que d’autres l’exercent.
De vray, se peut on imaginer un plus grand martyre que d’estre contrainte de passer sa vie avec un homme qui n’a ny esprit ny probité ? Qui vous peut tenir en captivité pour satisfaire à sa crainte, quoy qu’injuste, & qui sert plustost d’espion que de mary ? Qui ne peut souffrir la conversation des plus honnestes gens, ny la lecture des meilleurs livres ? Qui peut avoir de la jalousie si on est belle, ou de l’aversion si on ne l’est pas ? Certes, on ne voit que trop souvent le mariage d’Abigail, avec Nabal, j’entend celuy des hommes impertinens, avec d’honnestes femmes18.

11La tyrannie et la jalousie de la part des hommes reviennent comme des problèmes typiques. Pour Charles d’Abbeville, le thème du mariage-prison doit être évoqué de nouveau en parlant des maris méchants :

  • 19 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 35.

Pauvre fille qui as esté nourrie si doucement, sous l’aile de tes parents, on te va peut-estre mettre entre les mains d’un mary, pour y souffrir un esclavage bien rigoureux : lors qu’il te recherchoit, il étoit doux comme un agneau, mais le mariage consommé, il monstre ce qu’il estoit, joueur, colere, vicieux, & barbare : & qui pis est, cette pauvre fille achete cette miserable servitude d’un mary qui devore tout19.

  • 20 J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 20-21.
  • 21 Fr. de Sales, Introduction à la vie dévote, p. 269 ; J. de Cambry, op. cit., p. 20 ; . J. (...)

12Girard de Villethierry confirme que les maris peuvent être aussi vicieux que les femmes20. En effet, la responsabilité des maux ainsi que des biens du mariage doit être partagée, selon la morale religieuse comme selon la morale mondaine, même si les religieux insistent sur le fait que l’époux se doit de gouverner sa femme, comme un être plus faible qui dépend de lui : saint François de Sales le dit dès 1602 et tous nos théologiens en conviennent21.

13La notion du partage des devoirs est explorée avec finesse dans Clélie. Dans une déclaration faite par la sage Valérie, la difficulté de bien jouer le rôle de mari est examinée :

  • 22 Clélie, t. V, p. 334-336.

Je vous asseure, dit Valerie, qu’il est plus difficile que vous ne pensez, d’estre tout à la fois un bon mary, un agreable Amant. & un fort honneste homme, car pour estre Amant, il faut estre esclave ; pour estre mary avec honneur, il faut estre maistre, & pour estre un fort honneste homme, il ne faut estre ny le tyran, ny l’esclave de sa femme. Je soutiens mesme qu’il y va de l’honneur de celles qui ont de bons maris, de leur laisser une authorité qui paroisse aux yeux du monde, quand mesme par excez d’amour, ou par quelque autre cause, ils n’en voudraient pas avoir ; & qu’une fort honneste femme ne doit jamais souhaiter qu’on dise qu’elle soit la gouvernante de son mary ; mais seulement qu’elle a du credit sur son esprit, qu’il l’estime, qu’il la croit, & qu’il l’ayme, & non pas qu’il luy obeït aveuglement, comme s’il estoit incapable de se conduire par luy mesme. Mais aussi ne trouvay-ie pas bon, qu’un mary fasse eternellement le mary. & le mary imperieux, qui regarde sa femme comme la première esclave de sa maison, qui ne luy confie rien, qui ne la considere point. & qui la traite enfin comme si elle n’avoit pas l’usage de la raison, comme s’il n’estoit pas obligé de l’aimer, & comme s’il luy estoit permis d’en aimer cent autres, sans qu’elle le trouvast mauvais22.

14Scudéry analyse le problème de l’exercice du pouvoir à l’intérieur du ménage tout en situant les époux dans le contexte social qui influence inévitablement les relations du couple. Le respect des bienséances s’impose aux deux partenaires devant le monde, mais qu’en est-il des relations intimes ? La seule manière de concilier les conflits entre les rôles de mari, d’amant et d’honnête homme, est d’exister et d’agir dans un état d’harmonie avec sa femme, sur la scène publique comme à la maison.

  • 23 Fr. de Sales, op. cit., p. 267-268 ; voir aussi J. Du Bosc, op. cit., p. 253.
  • 24 Cordier, op. cit., préface, p. 2.
  • 25 J. de Cambry, op. cit., p. 7 ; J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 10.

15C’est en effet cette reconnaissance du lien entre intimité et société qui fournit les bases de l’apologie du mariage selon les religieux. Ils font bien sûr l’éloge du sacrement qui permet au couple de bénéficier de la grâce divine, mais chacun rajoute des paragraphes qui insistent sur l’utilité sociale du mariage : c’est l’union « du corps, ains du cœur, de l’affection et de l’amour » dont les effets sont « la Conversation, la Communauté, & la Ressemblance »23. Le mariage fournit cette « douceur de la compagnie [...] si naturelle à l’homme »24, un soutien et une consolation dans les moments difficiles, inévitables en société25. Le Père Maillard explique que ce qui

  • 26 Cl. Maillard, op. cit., préface, n. p.

a fait vivre aux hommes une vie commune & humaine, c’est le Mariage : [...] ce qui a donné commencement aux villes, c’est le Mariage : ce qui a enseigné à garder la foy, honorer la justice, travailler pour le commun, faire des alliances et amitiés, est le mesme Mariage26.

16Quand Scudéry chante la louange de la vie du couple marié, c’est la même dynamique entre l’intime et le social qui est suggérée. Hortense épouse la Princesse Élismonde et règne en Élide

  • 27 Clélie, t. VII, p. 613.

encore avec beaucoup de gloire, & de satisfaction, & la belle Elismonde qui est presentement dans l’âge où la beauté est la plus parfaite, se tient tout à fait heureuse d’avoir espousé un homme de qui l’affection est egallement ardente & durable27.

17La stabilité d’un bon mariage mène à une existence sociale et sentimentale satisfaisante dans le cas de Persandre et de Césonie aussi, réunis après la dissolution de leurs premiers mauvais mariages (un divorce qui ne serait bien sûr pas admis par nos religieux) :

  • 28 Clélie, t. IV, p. 1344-1345.

[...] comme vous le sçavez, ce n’est guere la mode de voir des Maris amoureux de leurs femmes, le vous assure, reprit Plotine, que Persandre l’est tousiours de la sienne, qu’il le sera toute sa vie ; & que toute la différence qu’il y a de ce qu’il estoit autrefois, à ce qu’il est aujourd’huy, c’est qu’il ne fait pas le galant en public : mais pour les sentimens de son cœur ils sont aussi tendres, aussi passionnez. & aussi pleins de respect, qu’ils l’estoient du temps qu’il n’estoit que le Rival de Turnus28.

18Le couple royal, ainsi que Césonie et Persandre, établissent un équilibre sentimental qui se manifeste devant le monde, témoignage public de l’existence du bon mariage. Ce que nous ne voyons pas dans les traités catholiques sont des mots tels que « ardente » et « passionez » mais l’idéal (une harmonie durable fondée sur deux cœurs unis) reste semblable.

19Semblable aussi est la notion que le bon mariage est le résultat d’un travail de construction conscient. Les théologiens semblent ne jamais pouvoir assez insister sur ce point : les moyens d’éviter le fléau de la jalousie et de conserver la fidélité et la paix du ménage sont longuement exposés. Le couple devrait viser cette idée si chère à Madeleine de Scudéry, la « tendre amitié ». Les religieux en parlent en ces termes :

  • 29 Fr. de Sales, op. cit., p. 268-269.
  • 30 J. de Cambry, op. cit., p. 7 ; voir aussi p. 15.
  • 31 J. Du Bosc, op. cit., p. 252-253.
  • 32 P. Cordier, op. cit., p. 21.
  • 33 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 49.
  • 34 J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 347-348.

Conservez donc, o maris, un tendre, constant et cordial amour envers vos femmes [...] Et vous, o femmes, aimez tendrement, cordialement [...] les maris que Dieu vous a donnés29.
[Le mari et la femme] se doivent aymer d’un amour d’amitié, & d’une charité en Dieu30.
L’amitié, à ce que tout le monde confesse, fait la meilleure partie de nostre félicité ; sans elle, il n’y a point de douceur dans le commerce ; sans elle, la gloire et les richesses sont importunes : sans elle, la volupté mesme ne se gouste point. Et neantmoins c’est dans le mariage, qu’elle se doit trouver un degré plus parfait ; c’est là qu’elle doit faire iouïr de ses plus pures delices31.
Cette sympathie d’humeurs, & ce rapport d’inclinations qu’on peut appeler, la source ou le lien des plus fermes amitiés32.
[Il faut entre mari et femme une] mutuelle amitié33.
Les maris ont une obligation particuliere d’aimer leurs femmes & de leur témoigne [sic] de la tendresse34.

  • 35 Cl. Maillard, op. cit., p. 61. La nécessité de refouler les appétits du corps est l’objet (...)
  • 36 Ch. Morlet-Chantalat, La Clélie de Mademoiselle de Scudéry, p. 328-329.
  • 37 « Plaisir de la vie sociale et gloire de la vertu, voilà ce qu’il faut concilier par le Te (...)

20Cette vision s’exprime dans une atmosphère où règne la notion de chasteté conjugale, « une vertu Chrestienne qui apprend à mettre des bornes à la concupiscence, & à user avec moderation des plaisirs du mariage »35. Le divorce entre sentiments profonds et plaisir physique trouve son écho dans Clélie, où ceux qui savent aimer dépassent les désirs corporels pour atteindre la combinaison de tendresse, de respect et de passion que nous voyons chez Persandre. Chantal Morlet-Chantalat nous a montré que la tendresse amoureuse dans le roman est avant tout une qualité morale, exempte de la brutalité qui caractérise un amour galant et superficiel36. Les dimensions morale, affective et sociale se réunissent dans ce qu’on pourrait appeler « la tendresse conjugale »37.

  • 38 La plupart de nos religieux se prononcent contre le mariage forcé ; voir J. de Cambry, op. (...)
  • 39 Clélie, t. VI, p. 1341-1342.
  • 40 Ibid., t. VI, p. 869.

21Sans passer par autant d’aventures romanesques que Césonie et Persandre, comment accéder à la tendre amitié en mariage ? D’abord en évitant de marier les jeunes contre leur gré : les religieux sont aussi fermes sur ce point que l’est Scudéry38. À 17 ans, Artélise exprime la sagesse d’une femme plus mûre quand elle insiste pour attendre que son jugement se développe avant de s’engager39. Le mariage forcé de Démarate, princesse de Syracuse, la désespère en dépit des excellentes qualités du Prince Périanthe40. Une incompatibilité foncière annonce que leur mariage sera désastreux, surtout après le retour de Thémiste, l’objet des premières affections de Démarate.

22Le cas de cette princesse illustre un autre précepte essentiel au bon mariage catholique et scudérien : la modération des passions. Tant que Démarate arrive à se dominer, l’ordre règne dans la cour de Syracuse :

  • 41 Ibid., t. VI, p. 869-870.
  • 42 Ibid., t. VI, p. 877.

Cependant elle se contraignit si admirablement le lendemain, que le prince creut qu’elle partageoit tous ses plaisirs, & qu’elle estoit aussi contente qu’il estoit content, de sorte que ce ne furent que divertissements continuels41.
N’estoit-ce pas assez (disoit-elle en elle mesme. comme elle l’a redit depuis) que j’eusse le malheur d’estre attachée à la fortune d’un Prince pour qui j’ay une aversion invincible, sans me faire revoir un homme pour qui j’ay une inclination que sept ans d’absence n’ont pû d’estruire. Cependant il la faut combattre, pour ma propre gloire, & pour mon repos il la faut vaincre. Demarate prit donc cette genereuse resolution, & n’oublia rien pour l’executer42.

23Régler ses passions est en effet parmi les « plus grands plaisirs » de la sage Amalthée :

  • 43 Ibid., t. VI, p. 819. J. Mesnard souligne l’identification de la vertueuse Amalthée avec M (...)

Amalthée fait donc ses plus grands plaisirs de regler ses passions ; de donner bon exemple à tous ceux qui la voyent, de faire tout le bien qu’elle peut, de vivre avec Anaxandre, comme la plus honneste femme du monde doit vivre avec un mary, dont le rang est tres-illustre ; qui a mille bonnes qualitez, & entre les autres de la generosité, de la bonté, de la magnificence, de l’équité, & une grande affection pour elle43.

  • 44 Ibid., t. VI, p. 819-820.

24Cette affection ne peut exister que dans un mariage où les époux pratiquent une vertu active : la vie d’Amalthée et d’Anaxandre est un ouvrage qu’ils sont conscients de créer grâce à leurs efforts sur le plan matériel et sur le plan moral44.

25Que faire si son partenaire ne partage pas cette bonne volonté ? Amiclée observe en racontant l’histoire d’Aurélise et de Térentia que la gloire de la femme (et non pas la soumission exigée par les religieux) demande un comportement irréprochable :

  • 45 Ibid., t. VIII, p. 1352.

Cependant soit qu’on vous aime, ou qu’on vous haïsse, il faut par vertu, & pour l’amour de soy, estre aussi fidelle à un mary qui ne vous aime pas, qu’à un qui vous aime, car il ne faut jamais se venger à son prejudice, ni faillir par exemple45.

  • 46 Ibid., t. X, p. 1231.
  • 47 Ibid., t. VIII, p. 1407-1408.
  • 48 Ibid., t. VIII, p. 1338-1342.
  • 49 Ibid., t. VIII, p. 1347-1355.
  • 50 Ch. Morlet-Chantalat, op. cit., p. 340, décrit le « rapport de supériorité féminine qu’est (...)
  • 51 Ibid., t. X, p. 1322.

26Les deux femmes en question sont aimées d’Émilius et de Téanor, mais dans une chaîne d’amour qui est aussi un cercle vicieux : Aurélise aime Téanor qui aime Térentia qui aime Émilius qui aime Aurélise. Térentia et Aurélise se trouvent à la fin du roman dans la situation décrite ci-dessus par Amiclée : les sorts de Préneste déclarent que les jeunes hommes dovient céder au désir des femmes, « car selon les apparences vous aimerez enfin celles qui vous aiment depuis si long-temps, & vous n’aimeriez peut-estre pas tousjours celles que vous aimez, si elles ne vous pouvoient jamais aimer »46. L’oracle déclare que l’amour conjugal peut se développer avec le temps ; les remarques de Tolumnius, oncle de Téanor et d’Émilius, vont dans le même sens quand il leur explique que « le mariage et l’amour sont deux choses qui ne sont pas souvent long-temps ensemble [...] »47. Il se réfère bien sûr à l’amour-passion, ce feu de paille qui ne peut que rarement nourrir la tendre amitié. La préférence des femmes est satisfaite à mon avis pour valoriser la manière dont leur amour est né. Animées par une bonne connaissance du caractère des deux hommes qu’elles ont fréquentés pendant un certain temps, elles trouvent chacune de quoi les attirer : la fidélité de Téanor à une seule maîtresse et l’inconstance d’Émilius représentent deux types de défi différents pour leurs futures femmes48. Téanor et Émilius, pour leur part, commencent à aimer seulement après que Térentia et Aurélise leur ont donné une impression tout à fait fausse de leur préférence pour un fidèle ou un volage49, et ce par un esprit de contradiction démesuré dont la frivolité aurait empêché le mariage désiré sans l’intervention de l’oracle50. On apprend en fin de compte que « Teanor et Emilius obeïrent aux Dieux, et s’en trouvèrent bien »51.

  • 52 J. Du Bosc, op. cit., p. 237.

27Le modèle du mariage sur la base d’une tendre amitié n’est jamais dissocié dans Clélie de la nécessité de travailler pour dépasser les difficultés inévitables dans le parcours des relations intimes, qu’il s’agisse d’obstacles internes à la relation comme le jeu frivole de Térentia et d’Aurélise ou d’obstacles externes comme les contretemps rencontrés par Clélie et Aronce. Le même genre d’effort est exigé par les religieux, un effort qui doit se poursuivre tant que dure l’union. La Clélie et les autres ouvrages de Madeleine de Scudéry reflètent la tension entre problématisation et célébration qui caractérise les traités religieux (et qui crée une grande partie de leur intérêt). Plus que n’importe quel auteur de la période entre la Renaissance et la Révolution, Madeleine de Scudéry reprend les thèmes esquissés par les ecclésiastiques à la suite de la revalorisation du sacrement de mariage par le Concile de Trente. Comme l’abbé Du Bosc le dit, le mariage est « l’Enfer ou le Paradis de ce monde »52. Dans les traités théologiques, comme dans la Clélie, le contentement conjugal est une récompense réservée à ceux qui œuvrent pour le gagner.

Notes

1 Ce que J. Gaudemet appelle « la crise du XVIe siècle » est provoquée d’abord par la Réforme et la Contre-Réforme, mais aussi par les tensions entre l’autorité civile et l’autorité ecclésiastique au moment du Concile de Trente, tensions qui ne feraient qu’augmenter au XVIIe siècle : voir Le Mariage en Occident, p. 277-295. Cette remise en question de l’institution du mariage inspire, outre les traités religieux et la fiction romanesque, des textes de divers genres : traités médicaux, facta légaux, et surtout des écrits polémiques ; ces derniers se multiplient au tournant du siècle, comme l’a noté L. Timmermans dans L ’Accès des femmes à la culture (1598-1715), p. 240. J’examine certains d’entre ces textes polémiques dans « Misogynie et misogamie dans les complaintes des mal-mariés au XVIIe siècle », à paraître dans La Femme au XVIIe siècle, Biblio 17.

2 M. Daumas, La Tendresse amoureuse XVIe-XVIIIe siècles, p. 184.

3 N. Aronson, « Amour et mariage dans les œuvres de Mlle de Scudéry ».

4 I. Maclean, Woman Triumphant, p. 91. Nous avons repéré une trentaine de traités catholiques sur le mariage au XVIIe siècle ; ici nous mettons l’accent sur six documents représentatifs de divers ordres catholiques (les Pères Cordier, Maillard et Girard de Villethierry sont jésuites, Du Bosc est cordelier, Charles d’Abbeville capucin, et Jeanne de Cambry est de l’ordre des chanoinesses régulières de saint Augustin). Nous ajoutons des références à L ’Introduction à la vie dévote de François de Sales car ce texte a le plus influencé l’ouverture de la discussion sur l’affection conjugale dans les traités religieux.

5 Une différence importante à noter entre les traités catholiques et le roman de Madeleine de Scudéry est la part consacrée par les religieux à la procréation et aux enfants. Il est d’autant plus surprenant de constater combien il existe de parallèles entre Clélie et ces traités, malgré l’absence d’une telle discussion dans le roman.

6 Madeleine de Scudéry, Clélie, histoire romaine, t. IV, p. 1162-1163 ; t. X, p. 1064- 1065.

7 J. Du Bosc, L’Honneste femme, p. 241-243.

8 Cl. Maillard, Le Bon Mariage. Préface, n. p.

9 Ch. d’Abbeville, Le Saint mariage, p. 19-20.

10 Clélie, t. X, p. 795-801.

11 Ibid., t. X, p. 987.

12 J. de Cambry, Traité de la reforme du mariage, p. 19. Les Œuvres de Sœur Jeanne furent publiées à titre posthume par son parent, le Père P. de Cambry. C’est son Abrégé de la vie de Dame Jenne de Cambry qui permet d’attribuer la date approximative de 1630 au Traité.

13 Ibid., p. 26.

14 J. Du Bosc, op. cit., p. 238-239.

15 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 82-83.

16 J. Girard de Villethierry, La Vie des Gens Mariez, p. 19-20.

17 J. de Cambry, op. cit., p. 29.

18 J. Du Bosc, op. cit., p. 239-240.

19 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 35.

20 J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 20-21.

21 Fr. de Sales, Introduction à la vie dévote, p. 269 ; J. de Cambry, op. cit., p. 20 ; . J. Du Bosc, op. cit., p. 261-266 ; le R.P.J. Cordier. La Famille Saincte, p. 197-200 ; Cl. Maillard, op. cit., p. 26-27, p. 236-300 ; Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 64-98, p. 132 et passim ; J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 143-144, p. 157.

22 Clélie, t. V, p. 334-336.

23 Fr. de Sales, op. cit., p. 267-268 ; voir aussi J. Du Bosc, op. cit., p. 253.

24 Cordier, op. cit., préface, p. 2.

25 J. de Cambry, op. cit., p. 7 ; J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 10.

26 Cl. Maillard, op. cit., préface, n. p.

27 Clélie, t. VII, p. 613.

28 Clélie, t. IV, p. 1344-1345.

29 Fr. de Sales, op. cit., p. 268-269.

30 J. de Cambry, op. cit., p. 7 ; voir aussi p. 15.

31 J. Du Bosc, op. cit., p. 252-253.

32 P. Cordier, op. cit., p. 21.

33 Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 49.

34 J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 347-348.

35 Cl. Maillard, op. cit., p. 61. La nécessité de refouler les appétits du corps est l’objet de commentaires par tous les théologiens cités dans notre étude. Voir Fr. de Sales, op. cit., p. 178-181, p. 271-272 ; J. de Cambry, op. cit., p. 11-15 ; P. Cordier, op. cit., p. 14 ; Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 56-65 ; J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 93-107.

36 Ch. Morlet-Chantalat, La Clélie de Mademoiselle de Scudéry, p. 328-329.

37 « Plaisir de la vie sociale et gloire de la vertu, voilà ce qu’il faut concilier par le Tendre, qu’il prenne la forme du mariage idéal dont l’imagination romanesque finit par gratifier Herminius et Valérie ou de la fidèle amitié à laquelle se résigneront Pellisson et Madeleine de Scudéry » (Ch. Morlet-Chantalat, op. cit., p. 335).

38 La plupart de nos religieux se prononcent contre le mariage forcé ; voir J. de Cambry, op. cit., p. 66, P. Cordier, op. cit., p. 406-412, Cl. Maillard, op. cit., p. 92-95, p. 384-391, Ch. d’Abbeville, op. cit., p. 22-28, J. Girard de Villethierry, op. cit., p. 289-299.

39 Clélie, t. VI, p. 1341-1342.

40 Ibid., t. VI, p. 869.

41 Ibid., t. VI, p. 869-870.

42 Ibid., t. VI, p. 877.

43 Ibid., t. VI, p. 819. J. Mesnard souligne l’identification de la vertueuse Amalthée avec Madame du Plessis-Guénégaud et son cercle lié à Port-Royal (« Pour une clef de la Clélie », p. 378-379).

44 Ibid., t. VI, p. 819-820.

45 Ibid., t. VIII, p. 1352.

46 Ibid., t. X, p. 1231.

47 Ibid., t. VIII, p. 1407-1408.

48 Ibid., t. VIII, p. 1338-1342.

49 Ibid., t. VIII, p. 1347-1355.

50 Ch. Morlet-Chantalat, op. cit., p. 340, décrit le « rapport de supériorité féminine qu’est l’amour tendre », mais une juxtaposition des passages de Clélie où il est question de l’amour conjugal montre que cette supériorité n’est pas un élément nécessaire au tendre en mariage.

51 Ibid., t. X, p. 1322.

52 J. Du Bosc, op. cit., p. 237.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search