Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

La « Morale du monde »

De l’idéal galant à l’héroïsme amoureux

Marie-Odile Sweetser

Texte intégral

Les travaux érudits du dernier quart de siècle ont bien mis en valeur la naissance au cours de la décennie 1650-1660 d’un esprit et d’un idéal galant dans des salons animés par des femmes. Cette vie de société allait favoriser les genres littéraires mondains, roman, poésie, lettres, portraits. Son influence se prolonge dans les décennies suivantes et se fait sentir dans les œuvres dites « classiques ». Cet important phénomène socioculturel a fait l’objet d’études savantes comme en témoignent de récents colloques, en France celui de Nancy, « Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staël », le présent colloque célébrant le tricentenaire de la mort de Madeleine de Scudéry ; aux États-Unis celui d’Arizona State University où de nombreuses sessions furent consacrées à « La femme à l’âge classique », couronnées par la conférence magistrale de Delphine Denis et accueillant l’importante communication de Myriam Maître.

1Il y a vingt-cinq ans, Alain Niderst publiait son savant ouvrage Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde et Nicole Aronson un utile volume d’initiation destiné au public anglophone, Mlle de Scudéry, suivi d’une biographie détaillée en français. L’une et l’autre ont présenté avec une intelligente sympathie la vie, le milieu, l’œuvre et l’influence considérable de Madeleine de Scudéry en son temps. Ils ont ainsi préparé et suscité la floraison d’études récentes. En anglais, les ouvrages de Joan DeJean. En France, les prestigieuses collections « Lumière classique » et « Sources classiques » dirigées par un éminent dix-septiémiste, Philippe Sellier, chez Champion. Du côté des romancières et des « Reines de Tendre », nous possédons aujourd’hui d’importants ouvrages, ceux de Delphine Denis, Myriam Maître et Nathalie Grande ; du côté de la poésie, de Voiture à La Fontaine, celui d’Alain Génetiot ; pour le genre épistolaire, celui de Marie-Gabrielle Lallemand dans la collection « Biblio 17 », dirigée par un autre éminent dix-septiémiste et comparatiste, Wolfgang Leiner. Tous ont su profiter des travaux sur le loisir lettré, l’entretien, la conversation, le dialogue de Marc Fumaroli, Bernard Beugnot, Emmanuel Bury, Suzanne Guellouz, et Christoph Strosetzki. Ils se sont également inspirés des travaux sur l’esprit galant de Roger Duchêne et d’Alain Viala.

  • 1 Il y a hésitation entre les termes de « conversation » et d’« entretien ». Voir S. Guellou (...)
  • 2 D. Denis. « Conversation et enjouement au XVIIe siècle : l’exemple de Mlle de Scudéry ». p (...)

2En effet l’idéal galant consiste en une préférence marquée pour les entretiens ou conversations enjoués1, dans le cadre d’un cercle d’amis réunis dans un salon ou pour une promenade : c’est précisément le cadre utilisé par Madeleine de Scudéry dans ses nouvelles. Les interlocuteurs jouissent d’une grande liberté, acceptent avec une tolérance aimable et beaucoup de bonne grâce d’écouter des vues fort divergentes des leurs. Ce sont ces caractéristiques d’enjouement, de liberté, d’ouverture aux autres qui marquent les conversations rapportées comme introduction aux nouvelles publiées de 1661 à 1669. Delphine Denis offre une définition précise de ces conversations et en dégage les traits caractéristiques : une finalité de divertissement, un déroulement libre et réciproque où règne la fantaisie, un ton familier et naïf, relevant du style galant2.

3Les nouvelles débutent par une promenade, dans un cadre choisi pour sa beauté naturelle, rehaussée par l’art, capable de procurer du plaisir aux membres du cercle : fraîcheur du bois de Vincennes, charmes de ses allées ombreuses, magnificences du château embelli par Mazarin dans Célinte :

  • 3 Madeleine de Scudéry, Célinte, nouvelle première, éd. Alain Niderst, Prologue, p. 35. Tout (...)

Ce superbe Palais qui a la gloire d’avoir esté baty par un homme dont la Prudence vient d’establir la Paix3.

  • 4 La Fontaine, Œuvres diverses, p. 498 et p. 509-512. Toutes les références à La Fontaine so (...)
  • 5 M. Maître, Les Précieuses, p. 174-175.

4Dans Mathilde d’Aguilar, le lieu est le parc de Saint-Cloud, résidence de Monsieur et de Madame dont l’éloge prendra place dans le prologue. Un autre parc royal sert de cadre à La Promenade de Versailles. La Fontaine, de la même façon, situe ses œuvres « galantes » dans les parcs de Vaux et de Versailles. Le choix de palais et de parcs magnifiques fournit à la romancière l’occasion de célébrer la magnificence royale, l’habileté diplomatique du ministre qui a négocié la paix couronnée par le mariage espagnol : l’entrée de la jeune reine à Paris constitue précisément le sujet de conversation du moment4. La Fontaine, de même, avait célébré la diplomatie de Mazarin, artisan de la paix, en badinant : « Jules [...] a chassé Mars, ce mauvais garnement » dans la Ballade sur la Paix des Pyrénées et le mariage du Roi, et avait rédigé une Relation de l’entrée de la Reine dans un style de burlesque léger, destiné à plaire à un public mondain. Madeleine de Scudéry témoigne ainsi de son attachement de loyale sujette à ses souverains et pratique le style encomiastique, manifestation mondaine de l’esprit galant. Myriam Maître a bien montré la permanence et la complexité de ses liens avec la Cour5.

5C’est avec beaucoup de naturel, par une transition pour ainsi dire spontanée que l’entrée de la Reine à Paris qui a suscité un intérêt général et intense, ainsi qu’un afflux extraordinaire de spectateurs, amène les promeneurs à aborder le sujet de la curiosité à partir d’un exemple particulier qui leur permet de passer à des réflexions plus générales. La foule des spectateurs et divers incidents ont fourni un sujet d’observation à la narratrice et à ses amis. Une scène comique, digne de Molière, entre un pédant et un groupe d’étrangers parlant plusieurs langues et ne comprenant pas bien ce qui se passe est évoquée avec humour :

la chose alla de telle sorte qu’ils se querellèrent sans s’entendre, et ne virent, ni n’entendirent la cérémonie. (Célinte, p. 43)

6On remarque ici l’ironie à l’égard des pédants notée par l’éditeur (note 39, p. 60) et l’utilisation de la raillerie qui contribue au plaisir des lecteurs, par la création d’un style galant, comme l’a noté Delphine Denis :

  • 6 D. Denis, La Muse galante, p. 275.

L’art de railler est l’un des composants essentiels de cet air de Cour tant recherché. La raillerie réunit en effet en elle à la fois l’ingéniosité d’une pensée plaisante et la délicatesse de son expression nouvelle et piquante. Elle constitue, de l’avis unanime, le sel de la conversation qu’elle agrémente de ses trouvailles.6

7Dans une autre loge, au lieu de suivre le déroulement du cortège, des spectateurs se lancent dans des discussions politiques, tout à fait déplacées, ou même chimériques :

au milieu d’une Feste de Paix [ils] se mirent à faire de grandes et longues réflexions politiques, et à predire des Guerres qui n’arriveront jamais. Ils rapporterent des exemples de Guerres enfantées par la Paix [...]. (Célinte, p. 44)

  • 7 Ibid., p. 276.

8Alain Niderst estime qu’« on peut remarquer ici le talent satirique, un peu inattendu de Mlle de Scudéry » (note 40, p. 60). Delphine Denis note que la raillerie comporte parfois « un versant satirique [...] généralement condamné ou très sévèrement limité »7.

9Un incident tragi-comique est évoqué : un balcon s’écroule, un spectateur se précipite au secours de la femme qu’il aime tandis qu’un autre en profite pour se débarrasser d’un rival (p. 43), ce qui permet de revenir de façon enjouée à la présentation paradoxale du même incident et au sujet même de l’entretien :

Voilà bien des désordres causez par la Curiosité [...] mais puisqu’ils servent à divertir la Compagnie, il ne faut pas encore se repentir tout à fait d’estre Curieux. (Ibid., p. 43)

  • 8 La Fontaine. La Vie d’Esope le Phrygien, dans Fables. Contes et Nouvelles, p. 17.
  • 9 Madeleine de Scudéry. La Promenade de Versailles, p. 201 : « Telamon, et moi rîmes de ce q (...)

10Pour les uns, il y a une bonne curiosité, celle que nous qualifierions de curiosité intellectuelle, désir de connaître et de comprendre, pour d’autres une curiosité assez vaine et superficielle qui pousse à vouloir être au courant des actions d’autrui, enfin une curiosité coupable qui est une véritable indiscrétion. Cette position illustrant la coexistence des contraires pourrait être rapprochée de celle d’Esope, présentée par La Fontaine, démontrant que la langue peut être la meilleure ou la pire des choses8. De même, dans La Promenade de Versailles, Madeleine de Scudéry rapporte une discussion enjouée et amicale où deux membres du cercle soutiennent des points de vue opposés en matière de goût littéraire : l’amateur de descriptions est placé en contraste avec la jeune femme qui les trouve ennuyeuses et les saute dans ses lectures pour s’attacher aux aventures, actions et sentiments des personnages9. Cette opposition marquée n’aboutit pas à un conflit : tout en restant chacun sur leur position, les deux amis se montrent réceptifs au point de vue de l’autre.

11La promenade au bois de Vincennes se termine par la décision d’aller « à une agreable Maison qui n’est pas éloignée de celle de l’illustre Cléonime », c’est-à-dire de celle de Fouquet. Le désir de connaître un personnage aussi extraordinaire serait « une curiosité bien fondée » (p. 57) : la romancière ramène ainsi ses lecteurs au thème du prologue, après avoir illustré, de façon plaisante, non didactique, l’idéal galant dans la pratique mondaine de la conversation et dans les rapports harmonieux existant dans un cercle d’amis où chacun respecte la liberté d’opinion et d’expression de l’autre.

  • 10 Mme de Lafayette. La Princesse de Clèves, p. 270.

12L’idéal galant dans le domaine des sentiments personnels d’amitié ou d’amour obéit aux mêmes principes : liberté de choix et respect accordé à cette liberté. Célinte affirme « que le mérite tout seul ne fait pas toujours naître l’amitié » (p. 73). Ce point de vue sera illustré par Mlle de Chartres qui reconnaît les bonnes qualités de M. de Clèves mais n’éprouve « aucune inclination pour sa personne »10. La comparaison avec une beauté régulière, quasi parfaite mais à laquelle manque un charme indéfinissable rappelle la célèbre formule de La Fontaine sur « la grâce plus belle encore que la beauté ». Célinte ajoute :

On trouve quelquefois des Gens qui ont de l’esprit, du jugement, de l’honneur et mille qualitez solidement bonnes, qui n’ont ni grace ni agrement, et à qui on ne peut jamais donner que son estime ; encore a-t-on besoin de toute sa raison pour cela [...] ; si mon inclination ne s’accommode avec ma raison, je ne puis jamais rien aimer. (Ibid., P. 73)

13Pour la jeune fille, l’idéalisme galant est fondé sur l’inclination, sur un mouvement spontané « des sentiments de son cœur » (p. 76). L’estime et la reconnaissance du service d’un soupirant ne sauraient remplacer l’inclination ou compenser son absence. Toutefois, cette condition fondamentale n’est pas un mouvement irrationnel : « je n’ai jamais rien aimé, qui n’ay esté de mon estime » (ibid., p. 74) :

Selon moy, l’inclination est plustost un effet d’un jugement exquis et caché, qui agit sans que nous le sçachions, que non pas un sentiment privé de toute raison, comme beaucoup de personnes le croyent. (p. 75)

14La passion irrationnelle et destructrice n’est pas l’amour conçu comme un équilibre, une harmonie entre attraction spontanée de deux êtres faits l’un pour l’autre mais éprouvant une forte estime pour les qualités morales de l’autre. Cet idéal semble correspondre à la définition cornélienne :

  • 11 Corneille, Rodognne, I, 5, v. 359-362, dans Œuvres complètes, éd. G. Couton. Paris, Gallim (...)

Il est des nœuds secrets, il est des sympathies,
Dont par le doux rapport les âmes assorties
S’attachent l’une à l’autre, et se laissent piquer
Par ces je ne sais quoi, qu’on ne peut expliquer11.

15Célinte traite ses deux admirateurs sur un pied d’égalité, en amis faisant partie de son cercle, non en prétendants, malgré leurs efforts pour se faire agréer comme tels (p. 85). Survient Poliante, exilé de la Cour depuis quelques années, « homme de grand esprit et de grand cœur » qui « estoit la galanterie mesme » (p. 89) ; il est introduit auprès de Célinte par le frère de celle-ci. Le nouveau venu essaie de découvrir les véritables sentiments de la jeune fille à l’égard de ses deux prétendants. Elle affirme qu’ils lui sont indifférents et qu’elle est entièrement sincère, ce qui préfigure le caractère qui sera attribué à Mme de Clèves. Elle tombe amoureuse de Poliante de façon spontanée ; toutefois lorsque celui-ci, devenu progressivement amoureux d’elle, lui parlera de ses sentiments, elle adoptera le rôle prescrit aux jeunes personnes selon le code précieux, celui du refus dicté par le désir d’exiger le « prix » d’un long service :

Cependant Célinte n’estoit pas sans inquiétude, par ce que dans le même temps qu’elle traittoit Poliante avecque rigueur, elle l’aimoit avec tendresse, et ne pouvoit s’empescher de desirer que son frere se declarast pour luy. (p. 99)

  • 12 A. Niderst, « La bigarrure de prose et de vers dans les textes classiques ». p. 167- 171. (...)

16Poliante, en parfait galant homme, refuse de faire peser l’autorité d’un frère sur la décision de Célinte et ne veut la devoir qu’à elle-même. Toutefois, inquiet de la faveur de Méliandre, un des soupirants malheureux, auprès du Prince et de l’influence que cette position de favori pourrait avoir sur un frère ambitieux, il demande à celui-ci de parler en sa faveur à Célinte : celle-ci « abandonna son cœur à toute la tendresse dont il estoit capable » (p. 100) et exprime ses sentiments intimes en un quatrain pris pour un aveu par Poliante. On retrouve ici le mélange de prose et de poésie caractéristique du style galant12, utilisé aussi par La Fontaine dans Le Songe de Vaux et encore dans Les Amours de Psyché.

17La réciprocité des sentiments chez les deux protagonistes aboutit à « une conversation fort tendre » (p. 101). Poliante toutefois avoue que son amour pour Célinte n’est pas né à leur première rencontre mais qu’il s’est formé à mesure qu’il la connaissait mieux. Pour elle, le véritable amour naît spontanément : « il n’y a que l’amour qui naist par inclination que je puisse appeler amour », dit-elle.

Je ne connois que trop que je vous ay aimé la première et que l’affection que vous avez pour moy est une amour de reconnaissance qui est la plus tiède amour du monde [...]. Pour bien aimer il ne faut point sçavoir pourquoi on aime [...], il ne faut point dire j’ayme, parce que je suis aimée [...], mais seulement j’ayme parce que j’ayme. (Ibid., p. 102)

  • 13 M. Maître, Les Précieuses, p. 571.

18Pour Poliante, la qualité essentielle de l’amour véritable consiste dans la permanence des sentiments (p. 103). Célinte désire alors s’assurer de cette constance et exige un délai de six mois. Poliante estime ce délai cruel et dangereux, vu le pouvoir dont dispose son rival Méliandre auprès du Prince, pressentiment qui se révélera justifié. Célinte, dans sa vision idéaliste, estime que le Prince n’a rien de tyrannique et « demeura ferme dans sa résolution » (p. 103). Le récit des infortunes du couple est ainsi préparé. Poliante du moins « eut la consolation de connoistre que la bizarrerie de Célinte n’estoit causée que par son exces de tendresse » (p. 103). Alain Niderst souligne que cette vue de l’amour par inclination comme supérieur aux autres formes correspond à celle représentée dans la Carte de Tendre (note 111, p. 161- 162) : c’est la « voie royale », la plus directe, qui surpasse les voies plus lentes de l’estime et de la reconnaissance auxquelles ne revient « qu’une place secondaire ». Cette conversation se termine par l’acceptation par Poliante d’une décision qui va mettre le couple à l’épreuve, mais elle montre, selon les termes de Myriam Maître, « le tableau de rapports harmonieux, à la fois délicats et libres, entre hommes et femmes », représentation qui correspond à un idéalisme galant : Célinte a commencé, on l’a vu, par un refus, non par manque d’amour, mais par fidélité à une conception qui refuse « une version masculine et galante du jeu amoureux », fondé sur la défaite féminine13.

  • 14 Mathilde d’Aguilar, Slatkine Reprints, p. 515-517.

19Le même scrupule joue dans le cas des héroïnes qui résistent longtemps à l’idée du mariage, Mathilde et Célanire. Mathilde a été fortement influencée par le modèle d’une amitié tendre, durable et heureuse, celle de Laure et de Pétrarque. Au dénouement, unie à Alphonse dont elle a éprouvé la constance, elle retournera avec lui en Avignon auprès de ses amis pour y mener une vie privée, loin de la Cour et de ses intrigues14.

20Les obstacles qui surgissent et qui pourraient séparer Célinte et Poliante ne font qu’affermir et approfondir leur amour (p. 106). Le mariage a lieu « à la campagne chez l’oncle de Célinte », mais Poliante est arrêté « comme il sortoit du Temple ou il venoit d’espouser Célinte » (p. 107) et emprisonné.

  • 15 Guilleragues, Lettres portugaises, présentation de Fr. Deloffre (Paris. Gallimard. 1990), (...)

21Célinte tente tout pour « sauver un mary, qui n’avoit pas cessé d’estre son amant, et qu’elle aimoit avec une passion extreme » (p. 108). Les épisodes romanesques se succèdent : fausse mort et retraite de Célinte dans un couvent éloigné, fuite et bruit de l’assassinat de Poliante sur l’ordre de son rival Méliandre. L’affliction et le désespoir de l’un et de l’autre en apprenant ces fausses nouvelles sont extrêmes et témoignent d’une passion véritable aussi bien que d’un attachement durable. Célinte souhaite la mort et se reproche de pouvoir vivre sans celui qu’elle aime, comme le fera Mariane, la religieuse portugaise15. L’abbesse lui rappelle la condamnation du suicide selon la morale chrétienne, mais c’est en invoquant ce que Poliante souhaiterait, qu’elle obtient de Célinte « de n’attenter point à sa vie », sans pouvoir « l’empescher de désirer ardemment la mort » (p. 124). À grands frais, elle fait ériger un tombeau pour y déposer ce qu’elle croit être les restes de Poliante. L’épisode de sa rencontre avec un serpent illustre de nouveau son désir de mourir :

sa douleur augmenta de jour en jour, et s’ennuyant de vivre, elle se reprochoit de n’estre pas assez affligée pour mourir [...] et durant six ans entiers, elle ne fit que se pleindre, et desirer la mort. (p. 127)

22Les hasards de la guerre amènent Méliandre et l’armée qu’il commande dans le voisinage ; Célinte refuse de quitter le tombeau de son époux et se voit confrontée avec celui qu’elle croit être le meurtrier de Poliante, auquel elle reproche un crime qu’il n’a pas commis. La véhémence de Célinte traduit la force de ses sentiments de mépris et de haine (p. 131) pour celui qu’elle considère comme la cause de ses malheurs, responsable de la mort de son époux.

23Un chevalier mystérieux assure, par son intervention dans la bataille, la victoire des troupes royales ; il n’est autre que Poliante qui, lui aussi, cherche la mort (p. 135). Le roi, averti de ses exploits, tient à le récompenser. Les deux époux se retrouvent, le roi admire la constance de Célinte (p. 151) :

il fut si touché de la fidelité de Poliante et de Celinte [...] et il conceut tant d’estime pour Celinte et pour Poliante, qu’il les rendit aussi heureux, qu’ils meritoient de l’estre. (p. 156)

24La constance, la fidélité des deux époux ont été égales dans les épreuves subies, dans une séparation qu’ils croyaient définitive : ils ont dépassé l’idéalisme galant pour parvenir à l’héroïsme amoureux par une fidélité inébranlable à un amour qui dure au-delà de la mort. Leurs épreuves leur ont permis de devenir eux-mêmes, de dépasser les qualités mondaines, faites pour une agréable vie en société, qu’ils possédaient et pratiquaient au début de la nouvelle pour atteindre un niveau héroïque. Célinte, dans ses années de douleur « devint plus saine et plus belle qu’elle n’avoit jamais esté », c’est-à-dire que la beauté intérieure de son âme grandie et fortifiée par l’épreuve transparaît dans son apparence même (p. 125). De son côté Poliante entreprend sans espoir de récompense, sans chercher la gloire, une carrière militaire de service désintéressé à son prince.

  • 16 N. Hepp, « La notion d’héroïne », p. 16-18. N. Grande, Stratégies de romancières, p. 31. L (...)

25L’épreuve a donc fourni aux deux protagonistes l’occasion d’une ascension morale, soutenue par leur amour, les haussant à un niveau héroïque, dans l’action et le dévouement du fidèle serviteur à son prince pour Poliante, dans la contemplation et la consécration à un culte du souvenir de l’être aimé pour Célinte. La spécificité des rôles, masculin et féminin, relevée par Noémi Hepp et récemment par Nathalie Grande est clairement présente, selon les mentalités de l’époque16. Le processus de perfectionnement et d’élévation au niveau héroïque est de même nature, s’il diffère dans ses manifestations. Mme de Lafayette, plus audacieuse, moins soumise aux conventions romanesques qui amènent Madeleine de Scudéry à réunir les protagonistes séparés au dénouement, osera présenter une héroïne qui atteindra seule ce perfectionnement dans un choix existentiel profond, celui d’être à soi.

Notes

1 Il y a hésitation entre les termes de « conversation » et d’« entretien ». Voir S. Guellouz. Le Dialogue, sur Mlle de Scudéry, p. 36-38, et p. 54.

2 D. Denis. « Conversation et enjouement au XVIIe siècle : l’exemple de Mlle de Scudéry ». p. 114.

3 Madeleine de Scudéry, Célinte, nouvelle première, éd. Alain Niderst, Prologue, p. 35. Toutes les citations de cette nouvelle renvoient à cette édition et la page sera indiquée dans le texte.

4 La Fontaine, Œuvres diverses, p. 498 et p. 509-512. Toutes les références à La Fontaine sont données dans l’édition de la Pléiade.

5 M. Maître, Les Précieuses, p. 174-175.

6 D. Denis, La Muse galante, p. 275.

7 Ibid., p. 276.

8 La Fontaine. La Vie d’Esope le Phrygien, dans Fables. Contes et Nouvelles, p. 17.

9 Madeleine de Scudéry. La Promenade de Versailles, p. 201 : « Telamon, et moi rîmes de ce que disoit Glicere [...] ». La divergence des points de vue ne suscite pas de conflit.

10 Mme de Lafayette. La Princesse de Clèves, p. 270.

11 Corneille, Rodognne, I, 5, v. 359-362, dans Œuvres complètes, éd. G. Couton. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, vol. II, p. 217.

12 A. Niderst, « La bigarrure de prose et de vers dans les textes classiques ». p. 167- 171. L’auteur cite la strophe improvisée où Célinte appelle la Mort, p. 168.

13 M. Maître, Les Précieuses, p. 571.

14 Mathilde d’Aguilar, Slatkine Reprints, p. 515-517.

15 Guilleragues, Lettres portugaises, présentation de Fr. Deloffre (Paris. Gallimard. 1990), p. 86-87.

16 N. Hepp, « La notion d’héroïne », p. 16-18. N. Grande, Stratégies de romancières, p. 31. L’auteur cite précisément les héroïnes des nouvelles : Célinte, Mathilde et Célanire.

Auteur

University of Illinois, Chicago

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search