Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

Questions de poétique

Peut-on écrire en allemand ?

Madeleine de Scudéry et Johann Christoph Wagenseil, un entretien sur la langue allemande

Wanda G. Klee et Sabine Koloch

Texte intégral

  • 1 Dans la critique littéraire il n’est mentionné que deux fois : M. Bircher, Johann Wilhelm von Stube (...)
  • 2 M. Estermann (éd.), Verzeichnis der gedrucklen Briefe deutscher Autoren des 17. Jahrhunderts, 3, p. (...)
  • 3 S. Koloch met en lumière la réception importante de Madeleine de Scudéry dans les pays allemands à (...)
  • 4 Ainsi cet entretien montre-t-il une différence manifeste entre sa manière de raisonner avec Wagense (...)

L’entretien entre Madeleine de Scudéry et Johann Christoph Wagenseil qui fait l’objet de notre présente étude, n’est pas absolument inconnu1. Pourtant il n’a jamais fait l’objet d’une recherche scientifique ni chez les romanistes, ni chez les germanistes. Dans la mesure où ce document constitue un témoignage extraordinaire des temps modernes, cette négligence ne peut qu’étonner. En effet, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Madeleine de Scudéry était l’auteur français le plus connu en Allemagne, de même que la correspondante de la noblesse et de savants allemands tels que Leibniz et Sibylla Ursula von Braunschweig-Wolfenbüttel, comme du prince Ferdinand de Fürstenberg2 ; il était à la mode de se rendre à Paris pour faire sa connaissance3. Si le regard allemand sur la France est bien documenté, en revanche le regard français sur l’Allemagne, tel qu’il se manifeste dans cet entretien, est mal connu. En 1697, Johann Christoph Wagenseil dressa, en allemand, une sorte de procès-verbal de sa conversation avec Madeleine de Scudéry, qui avait eu lieu en 1665 lorsqu’il était à Paris pour la première fois. Ce texte aborde le problème de l’équivalence intellectuelle de la langue allemande par rapport au français, en intégrant cette question dans un contexte d’histoire littéraire plus général. Elle constitue ainsi une source éloquente, qui témoigne de la participation d’une femme dans un dialogue érudit4, d’autant qu’au XVIIe siècle ce genre d’entretien était, en général, limité aux hommes.

  • 5 II n’existe pas de biographie de Wagenseil à partir de toutes les sources disponibles. Une chroniqu (...)
  • 6 « Wagenseil was a typical polyhistorian of his time, but in knowledge of the world he surpassed all (...)
  • 7 J.C. Wagenseil, Von Erziehung eines jungen Printzen/ der vor allen Studiren einen Abscheu hat/ daβ (...)
  • 8 Cf. W. Schöppa, « Johann Christoph Wagenseil und seine Unterrichtsmethode ». À l’encontre de Schöpp (...)

1Avant d’entrer dans l’analyse même de ce dialogue, procédons à quelques remarques concernant Johann Christoph Wagenseil5. Né à Nürnberg, il commença sa carrière comme précepteur avant de devenir un des savants les plus célèbres de son temps. La diversité de ses intérêts scientifiques et de ses aptitudes intellectuelles en fait un bon représentant des polymathes de l’âge baroque. En 1665 il reçut son doctorat de droit à l’université d’Orléans. Deux ans plus tard, il fut nommé professeur de droit et d’histoire à Altdorf, une petite ville universitaire tout près de Nümberg, où Leibniz présenta sa thèse de doctorat. En 1673 il quitta ce poste pour une chaire d’orientalisme, à laquelle s’ajouta une chaire de droit canonique en 1697. En sa qualité de précepteur, Wagenseil fit entre 1659 et 1665 un tour d’Europe et d’Afrique du Nord qui finit par le conduire à Paris. Le trait le plus remarquable de sa personnalité est l’importance qu’il attache à l’éducation des jeunes. Le savoir des livres ne sert à rien s’il n’est pas prolongé par l’expérience personnelle6. C’est cet axiome qui constitue la base de son œuvre pédagogique, Von der Erziehung eines jungen Printzen (De l’éducation d’un jeune prince), publié en 1705, année du décès de Wagenseil7. La thèse centrale de son œuvre pédagogique comprend donc aussi une implication politique importante, car un bon précepteur est responsable de l’éducation d’un bon souverain, dont tous les sujets profitent8.

  • 9 Wagenseil est célèbre pour ses œuvres consacrées à la culture judaïque. Depuis des décennies, les o (...)
  • 10 U. Maché, Wagenseil, Johann Christoph, p. 83. Concernant la poétique de Wagenseil, voir le premier (...)
  • 11 Dans ce contexte, ses œuvres sur la politesse et le cérémonial sont d’une importance particulière. (...)
  • 12 H. Zirnbauer, « Wagenseil, Johann Christoph », col. 74-75 ; H. Thompson, Wagner & Wagenseil. Thomps (...)
  • 13 Joh. Christophori Wagenseilii de Sacri Rom. Imperii libera civitate Noribergensi commentatio. Voir (...)
  • 14 Au cours de l’entretien. Wagenseil mentionne la mort récente de J.W. von Stubenberg (1619-1663), le (...)

2Ses thèses pédagogiques sont un des aspects les mieux connus de l’œuvre de Wagenseil, outre ses études sur le judaïsme9, la littérature allemande10 et l’histoire de la culture11. Les musicologues12se sont, eux aussi, occupés de notre érudit, car il est l’auteur d’une histoire des maîtres chanteurs de Nürnberg insérée dans sa chronique générale de la cité De Civitate Noribergensis Commentatio13. Cette dernière nous renvoie à notre entretien, car le récit de sa rencontre avec Madeleine de Scudéry en constitue l’ouverture. Dans le but de préparer ses lecteurs aux thèmes de la littérature et de la musique, Wagenseil donne une sorte de procès-verbal de son entretien sur la qualité de la langue allemande avec Madeleine de Scudéry, fondé sur ses mémoires ou sur des notes personnelles. Il est heureusement possible de donner une date exacte à cette rencontre, car Wagenseil ne séjourna qu’une seule fois à Paris, en 166514. Il avait donc trente-deux ans tandis que la Française en avait plus de soixante et était arrivée à une étape de sa carrière littéraire où elle préférait la nouvelle au roman.

  • 15 Nous remercions PD Dr. P. Blastenbrei pour nous avoir fourni la date exacte de l’élection de Wagens (...)

3L’entretien comprend environ treize pages (p. 452-464), dont deux de remarques préliminaires (p. 451-452). Il est précédé d’un emblème en l’honneur de l’académie des Ricovrati de Padoue, mentionnée dans la suite de la conversation ; Wagenseil en était membre élu depuis le 22 novembre 167815. La conversation est principalement rendue en discours indirect, de sorte que nous n’avons que peu de commentaires directs de Wagenseil et de Scudéry. Donc, du point de vue linguistique, ce document ne peut être que difficilement considéré comme le procès-verbal d’un véritable entretien oral. On peut à peine y voir une source fiable pour des recherches relatives aux sciences de la communication. Voilà qui rejoint le problème central de la linguistique historique, tel que le linguiste allemand Gerd Fritz l’a formulé en 1994 :

  • 16 G. Fritz, « Geschichte von Dialogformen », en particulier p. 550.

La plupart de ces sources se sont écartées des dialogues authentiques en deux ou trois étapes. Ainsi les connaissances et l’intention de l’auteur, l’histoire de la transmission et d’autres questions herméneutiques y jouent un grand rôle16.

  • 17 C’est Chapelain qui a établi le contact entre Wagenseil et Scudéry (J. Pirson. art. cit., p. 201).
  • 18 Pour une analyse plus détaillée des caractéristiques du langage oral, voir H. Henne, « Thesen. Aufg (...)

4Wagenseil ne dit rien sur les circonstances de son accueil par Madeleine de Scudéry ; il ne mentionne pas non plus comment il est parvenu à entrer en contact avec cette femme célèbre17. Comme la critique littéraire a l’habitude des problèmes herméneutiques, les questions évoquées par Gerd Fritz nous serviront d’instrument d’analyse, surtout pour déceler les intentions de l’auteur. Dans le cas de notre source, la distance avec la communication réelle se montre non seulement à travers le discours indirect, mais aussi dans le manque patent de formules illocutoires telles que les compliments, les formules de politesse du début de conversation, etc. On ne trouve aucune marque d’oralité telles que l’anacoluthe, l’ellipse, non plus que des corrections ni des répétitions dans la version de Wagenseil18. Seule la fin de la conversation fait exception, car Wagenseil se sert des formules de politesse pour prendre congé de Scudéry :

Et ainsi notre conversation prit fin et je pris congé non sans m’être assuré de ses bonnes grâces et l’avoir fait promettre de nous revoir bientôt.
(Und hiemit/ nachdem ich vorhero der Fräulein beständigen Huid und Gewogenheit mich empfohlen/ und mir die Erlaubnus einer balden Widerkunfft erbetten hatte/ endete sich unsere Unterredung, p. 464)

  • 19 U. Stelzel, « Die Kommunikationsmaxime “Kooperativität” in einem Streitgespräch des 16. Jahrhundert (...)

5À première vue il est évident que Wagenseil parle beaucoup plus que Scudéry : trois cent soixante-six lignes lui sont consacrées dans le compte rendu, contre soixante-seize à Scudéry. En dépit de cette divergence flagrante, il essaye de parler des « affaires des femmes », en se donnant beaucoup de peine dans ses réponses, longues et parfois digressives, afin d’intégrer des sujets qu’il croit intéressants aux yeux de Madeleine de Scudéry. La connaissance de l’œuvre scudérienne figure largement dans ces explications. Du point de vue linguistique, ce comportement est considéré comme un signe de coopération : le linguiste allemand Manfred Beetz parle de « l’accord avec le destinataire » (« Konformität mit dem Adressaten »), condition indispensable pour une communication réussie19.

6Prenons maintenant l’entretien dans le détail de son déroulement. Dans la première phrase du texte (p. 451 sq.), qui fait partie de son introduction thématique, Wagenseil revendique sous la forme d’une question programmatique l’efficacité de la langue allemande :

L’état actuel de la langue allemande et si elle mérite de faire partie des langues bel les et parfaites ?
(Was es für eine Bewantnus mit der Teutschen Sprach hätte/ und ob sie verdiene/ unter die vollkommenen und schönen Sprachen gezehlet zu werden ? p. 452)

  • 20 Malgré quelques parallèles, les académies allemandes ne peuvent pas être considérées comme l’équiva (...)
  • 21 Pour une analyse de la tradition de cette image négative de l’Allemagne, voir H. Maquis. « Aux orig (...)

7Il constate alors « la grâce et l’habileté du haut-allemand » (« Zierde und Kunstrichtigkeit », p. 452) en prose et en poésie. Ainsi résume-t-il par avance les idées principales de sa conversation avec Madeleine de Scudéry. Ce faisant, Wagenseil s’appuie sur les théories linguistiques de la Fruchtbringende Gesellschaft, une des académies littéraires les plus importantes d’Allemagne. Wagenseil mentionne quelques-uns des membres les plus célèbres de cette société – Martin Opitz et Georg Philipp Harsdörffer – qui ont fait beaucoup pour la reconnaissance de l’allemand comme langue nationale véritable20. Dans ce contexte, Wagenseil souligne que l’allemand mérite aussi d’être reconnu comme langue poétique. Il termine cette introduction thématique par une citation de l’Evangelienbuch d’Otfrid von Weiβenburg où est évoqué le cliché de l’Allemand barbare, sans grâce et sans esprit, afin de mieux le réfuter au cours de son entretien avec l’illustre intellectuelle21.

8Après cet éloge de sa langue maternelle, Wagenseil présente son interlocutrice en deux phrases. Il la loue « pour ses vertus, son brillant esprit, ses connaissances scientifiques en plusieurs langues » (« ob ihrer Tugend/ hohen Verstandes/ vieler Sprachen Wissenschafft », p. 452 sq.) et pour son extraction noble (« von einem fürnehmen Edlen Hans », p. 453). Wagenseil s’adresse toujours à elle en l’appelant « Fräulein », comme il convient à une femme célibataire qui appartient à la noblesse. Il suppose que Madeleine de Scudéry est membre de la haute noblesse comme les autres aristocrates françaises qui tinrent un salon (Mme de Rambouillet, la princesse de Montpensier, Mme de Longueville, etc.). Suite à cela, il se lance dans le dialogue en répondant à la première question de Scudéry :

La langue allemande mérite-t-elle de compter parmi les langues belles et parfaites ?
(Was es für eine Bewantmis mit der Teutschen Sprach hätte/und ob sie verdiene/ unter die vollkommenen und schönen Sprachen gezehlet zu werden?, p. 453)

9Le reproche traditionnel d’infériorité de la langue allemande reflétait l’hégémonie culturelle de la France. Scudéry illustre sa question par un exemple. L’allemand des gardes suisses qu’elle a entendu lui semble beaucoup plus rude (« sehr rauh und unlieblich fürkommen », p. 453) que le français aux oreilles qui n’en ont pas l’habitude. La réponse détaillée que Wagenseil lui donne se termine par la mise en valeur des attributs « belle et parfaite » que la demoiselle avait remis en question. Il réfute l’exemple des gardes suisses en fonction d’une argumentation géo- et socio-linguistique. Ce que Scudéry a entendu, c’est un dialecte local, qui ne relève pas du « haut-allemand » (« Hoch-Teutsch ») et qui en outre est employé par des soldats, donc très éloigné de l’allemand soigné. L’allemand sonne beau quand il est parlé par des gens de qualité. Mais la langue en elle-même mérite d’être appelée belle autant que le français :

On ne peut pourtant nier que la langue allemande a quelque chose d’austère et de strict de la même manière que nous sommes appelés Allemands, Allemanni et Germani, ce qui signifie que nous sommes tous des hommes, des hommes guerriers. De la même façon notre langue est mâle, mais quand elle est parlée par ceux qui se rendent compte de sa propreté, elle est sans dureté et sonne beau.
(Zwar [...]/ man kan nicht in Abrede seyn/ daβ die Teutsche Spach nicht etwas ernstliches an sich habe/ dann gleich wie wir Alemanni, und Germani, welches so viel gesagt/ daβfi wir alie zusamt Männer/ und zwar streitbare Männer/ seyen/ genennet werden/ also ist auch unsere Sprach Mannisch/ jedoch aber/ wann sie von denen welche sich ihrer Reinligkeit befleissigen/ ausgesprochen wird/ sonder aller Härtigkeit und Ubellaut, p. 453)

  • 22 Cf. A. Gardt, Sprachreflexion in Barock und Frühaufklärung. Entürfe von Böhme bis Leibniz, en parti (...)

10La dialectique qui transforme un reproche en caractéristique positive rend cette argumentation particulièrement intéressante : au lieu de nier la dureté phonologique de sa langue maternelle, Wagenseil défend celle-ci comme un moyen d’expression du caractère mâle et sérieux de l’Allemand. Il recourt à nouveau aux théories linguistiques de l’âge baroque qui soutiennent l’équivalence entre le caractère d’un peuple et sa langue22. Comparé au français, l’allemand possède beaucoup plus de précision et cette sorte d’originalité inaliénable appelée « Eigentlichkeit ». La francophobie implicite de cette réflexion n’est pourtant pas exploitée par Wagenseil. Il continue à expliquer que la racine du problème se trouve dans l’étymologie différente des deux langues. Puisque le français est une langue qui remonte au latin, la langue populaire en France est beaucoup plus proche du langage des sciences, tandis qu’en Allemagne il n’y pas de commune mesure entre la langue du peuple et la langue des savants :

De la sorte, en France, tous, hommes et femmes, peuvent s’instruire dans les arts libéraux, rapidement et agréablement, et à Paris tous ceux qui le désireraient, à l’exception des gens les plus vulgaires, peuvent lire tous les livres disponibles en français sans être obligés d’apprendre d’autres langues.
(Auf diese Weise geschiehet/ daβ man in Franckreich gar leicht/ und mit Lust/ auch in gar kurtzer Zeit/ zu Erlernung der freyen Künste/ und schönen Wissenschafften gelangen kan/ und daβ in Paris durchgehends/ die über den Stand der gemeinen Lente erhabene/ so wol Manns-als Frauens-Personen selbiger nicht unerfahren seyn. Wenigst kan/ wer nur wil/ zimlich gelehrt werden/ wann er anderst die Mühe nehmen mag/ die in seiner Sprach zu voller Genüge verhandene Bücher zu tesen/ ohne daβ er gezwungen ist/ sich um eine fremde im geringsten zu bekümmern, p. 454)

  • 23 Contrairement à ce dernier, Wagenseil n’essaya jamais de changer les structures en place des instit (...)

11Wagenseil annonce donc l’idéal pédagogique de Christian Thomasius, collègue célèbre de Wagenseil23. Voici les termes qu’il emploie :

Il s’ensuit donc que, chez nous, les études sont lentes. Alors qu’en France on a déjà achevé l’apprentissage des sciences et arts qui suffit à un galant homme, chez nous on commence à peine et cela ne suscite que dégoût et terreur [...].
(Hieraus nun folgt/ daβ es mit unsern Lernen zimlich langsam hergehet/ und daβ/ wann man in Franckreich mit denen Wissenschafften (ich rede aber nicht von Vollkommenheit derselben/ sondern nur sofern ein galant huomo derselben erfahren seyn soll) schier fertig/ man bey uns kaum anhebet ; daβ ihrer viel ob den studiren einen Eckel und Grauen empfinden [...], p. 454 sq.)

12Dès sa toute première réponse, Wagenseil mentionne la situation des femmes, qui est tout à fait différente dans sa patrie, où la différence insurmontable entre le latin et l’allemand rend une telle transmission du savoir impossible. Une génération plus tard, cette argumentation est reflétée dans un écrit programmatique (1688) de Thomasius :

  • 24 Thomasius en attendait autant de la jeunesse étudiante de Leipzig dans son discours intitulé « Welc (...)

Il me faut souligner que les Français publient la plupart de leurs livres en français et traduisent aussi les œuvres les plus importantes du grec, du latin, parfois de l’allemand, ce qui fait que tout le monde peut s’instruire dans les sciences et les arts en lisant ces livres dans leur langue nationale sans devoir apprendre les langues étrangères.
(Dieses kan ich unangemerckt nicht lassen/ daβ sie [= die Franzosen] aus einem überaus klugen absehen nicht allein ihre Wercke mehrentheils in Frantzö[s]ischer Sprache heraus geben ; sondern auch den Kern von denen Lateinischen/ Griechischen/ ja auch nach Gelegenheit teutschen Autoren in ihre Muttersprache übersetzen; denn dadurch wird die Gelehrsamkeit unvermerckt mit grossen Vortheil fortgepflantzet/ wenn ein ieder das jenige/ was zu einer klugen Wissenschafft erfordert wird in seiner Landes Sprache tesen kan/ und es sich nicht erst umb frembde Sprachen zuerlernen sauer werden lassen muβ24)

13En Allemagne, il faut traduire les termes techniques latins. Mais les résultats sont médiocres. Dans la plupart des cas, les versions allemandes des « mots étrangers et artificiels » (« fremden Kunsbwörter », p. 454) rendent la langue aussi incompréhensible que le latin. Ainsi Wagenseil souligne la nécessité pour les intellectuels allemands d’apprendre le latin ; il ajoute à cela un raisonnement pédagogique complémentaire. La manière d’apprendre le latin à l’aide de grammaires écrites exclusivement en latin ruine l’intérêt des jeunes gens pour ces matières. C’est pour cette raison que les sciences ont beaucoup de peine à prendre pied en Allemagne, ce qui donne aux jeunes nobles de France l’avantage sur leurs voisins allemands – quarante ans plus tard cet argument fait l’objet de la thèse centrale de son Éducation d’un jeune prince (1705). Pour la même raison, l’éducation des femmes pose problème :

[...] de même, chez nous, quelle que soit leur intelligence, les entretiens des femmes se bornent aux choses du ménage.
([...] (item/daβ bey uns/ gleich wie der Verstand/ also auch das Gespräch des mehrern Frauenvolcks/ sich meistes [meistens] in den häuslichen Sachen einschrencken, p. 455)

  • 25 Son attitude pédagogique envers les femmes est pourtant ambiguë. Malgré l’excellente éducation huma (...)

14Ainsi Wagenseil donne-t-il à Scudéry un argument sociolinguistique pour expliquer le manque d’une culture féminine de salons en Allemagne25. À nouveau, on remarquera son souci de lui présenter des sujets propres à la condition féminine.

15Mais suite à cette analyse nourrie des faiblesses de sa langue maternelle, il s’empresse d’exposer des arguments en faveur d’une équivalence de l’allemand sur le plan intellectuel :

Elle [la langue allemande] n’est pas le vinaigre d’un bon vin, je pense qu’elle n’est pas une langue qui s’est développée par la dérivation, par mélanges linguistiques ou par emprunts mais l’allemand est une langue principale, dont l’âge n’est dépassé que par l’hébreu.
(Sie [die deutsche Sprache] ist kein saurer Essig eines guten Weins/ ich meine/ daβ sie keine abgeleitete/ und durch Vermischung anderer erzwungene/ sondern eine Haupt-Sprach sey/ in deren nichts geborgtes und die an Alterthum bloβ der Hebreischen weichet, p. 455)

  • 26 Wagenseil mentionne aussi l’alphabet naturel de Fanciscus Mercurius van Helmonts. Pour une analyse (...)
  • 27 « En général, il y a un parallèle entre les jugements sur les nations et leurs langues. La valeur d (...)
  • 28 Les sources les plus importantes de cette théorie se trouvent dans les œuvres de J.G. Schottelius, (...)
  • 29 Pour un résumé de cette discussion voir G.-L. Fink, « Vom Alamodestreit zur Frühaufklärung. Das wec (...)

16Cet argument remonte lui aussi aux théories linguistiques de l’époque, décrivant l’allemand comme une possible langue adamique26. Contrairement à Schottelius et ses collègues, le raisonnement de Wagenseil ne vise pas à justifier la supériorité de l’allemand sur les langues dérivées27 – avant tout le français – mais simplement à prouver leur équivalence. Wagenseil essaie de justifier l’attribut « parfait » dans la question de Scudéry. Ce faisant, il reproduit les théories de la congruence entre le mot et l’idée, qui était considérée comme le propre d’une langue non-dérivée. Comme il n’y a presque pas de phénomène d’homonymie, de synonymie ou bien de polysémie, l’ontologie de la langue nationale se fonde sur ce caractère univoque de l’allemand28. Comme Wagenseil ne croit pas pour sa part à la supériorité de l’allemand, il se peut qu’il évite de parler de la question des mots français, qui sont « à la mode »29 en Allemagne, et qui ont provoqué un débat acharné parmi les savants.

  • 30 Dans son analyse du « Alamode-Streit », Gardt souligne « la transformation du monde en son contrair (...)

17Car il est frappant de constater qu’il consacre une demi-page aux problèmes des latinismes en allemand sans mentionner le problème des mots français. Ceux-ci soulevaient une très vive querelle parce qu’on les considérait comme une menace pour l’univocité de la langue allemande30. Au lieu de se perdre dans une impasse conversationnelle en attaquant le français de front, l’argumentation de Wagenseil aboutit plutôt à présenter les idéaux linguistiques cartésiens défendus par Madeleine de Scudéry et ses amis comme s’ils étaient allemands d’origine :

La langue allemande peut exprimer les pensées des gens d’une manière claire, distincte, belle et parfaite [...].
(Sie [= die deutsche Sprache] kan alle Gedancken der Menschen/ klar/ deutlich/ schön und vollkommen an den Tag geben [...], p. 455)

  • 31 Clelia : Eine römische Geschichte. v. Stubenberg était lui aussi membre de la Fruchtbringende Gesel (...)

18Ainsi justifie-t-il la possibilité de traduire en allemand et cite-t-il en exemple la traduction de Clélie par Stubenberg31 :

Quand la demoiselle apprit que sa Clélie avait été traduite en allemand, elle en fut très flattée et me demanda si elle pouvait espérer que le traducteur avait bien réussi.
(Ais die Fräulein vernahm/ daβ ihre Clelia in die Teutsche Sprach gebracht worden/ bezeugte Sie darüber eine sonderbare Vergnügung/ fragte aber/ ob Sie hoffen dürffte/ daβder Herr Ubersetzer [sic] es wol getroffen ?, p. 456)

  • 32 Madeleine de Scudéry, d’origine italienne par sa mère, possédait cette langue. Sa traduction du Cal (...)

19Le discours qui répond à cette question est la plus longue réplique que Wagenseil accorde à Madeleine de Scudéry dans le texte. Elle y offre, de manière ramassée, une théorie de la traduction qu’elle illustre par un exemple. Ses connaissances de différentes langues et son expérience de traductrice fondent la base de ses compétences dans ce domaine32. Puisqu’il n’existe que peu de sources relatant la position féminine sur les problèmes de la traduction, ce passage est d’une grande importance. Selon Madeleine de Scudéry, un bon traducteur doit posséder des compétences sur le plan lexical, sur le plan culturel et sur le plan thématique. Dans la traduction de Wagenseil, en allemand, il devient évident que la compétence culturelle requise est liée à la capacité à maîtriser une langue :

Chez nous, dit-elle, on a écrit beaucoup sur les qualités nécessaires d’un bon traducteur pour se faire honneur à l’étranger, et ne pas se ridiculiser lui-même non plus que l’auteur qu’il traduit. Pour ma part, je trouve indispensables les trois qualités suivantes : il lui faut posséder la langue dans laquelle il traduit. Il lui faut aussi une connaissance supérieure de la langue qu’il traduit. Et en outre, il lui faut des connaissances du sujet dont le livre à traduire traite. Un de mes romans n’a pas eu la chance de tomber entre les mains d’un tel traducteur.
(Es haben/ sagte Sie/ viel bey uns geschrieben/ mit was [für] Gaben und Eigenschafften ein guter Ubersetzer/ soll er anderst [anderswo] Ehre einlegen/ und sich selbst/ samt dem Autore, den er verdolmetschet/ nicht in Spott bringen/ müsse versehen seyn/ deren einige gar viele und mancherley erfordern. Ich pflege alies in drey Haupt-Nothwendigkeiten zusamm zu fassen. Nemlich/ ein Ubersetzer muβ erstlich die Sprach vollkommen besitzen/ in die er etwas fremdes verwandelt. Ferner/ muβ er auch der Sprach wol erfahren seyn/ aus deren er etwas zu dolmetschen sich fürnimmt ; und drittens/ muβ er die Sach selbsten/ von welcher das Buch/ so er zu übersetzen bedacht ist/ handelt/ gründlichen verstehen. Einer meiner Romanen hat in Italien das Glück nicht gehabt/ in die Hände eines solchen Ubersetzers zu gerathen, p. 456)

  • 33 Madeleine de Scudéry, La Clelia. Historia romana, Venise 1655-1656, 4 vols, par le comte Majolino B (...)

20La mauvaise traduction de la Clélie en italien la rend furieuse ; à cause de son incompétence linguistique, le traducteur y a introduit un anachronisme ridicule qui, à son avis, ruine l’œuvre entière33. Wagenseil consent aux exigences de Scudéry et lui assure que la traduction allemande est conforme à ses attentes. Monsieur von Stubenberg, que Wagenseil connaît bien – il était le précepteur de son fils Rudolf Wilhelm entre 1657 et 1659 – est réellement le traducteur omniscient qu’elle souhaite et que son œuvre mérite :

Je suis convaincu qu’il a présenté votre Clélie pour nous, les Allemands, de sorte qu’elle suscite l’admiration de tout le monde. Pourtant les mots équivoques d’une langue provoquent parfois des fautes dans une traduction.
(Von ihm nun bin ich versichert/ daβ er Eure Clelia, uns Teutschen gantz untadelhaft dargestellet habe/ und so/ daβ sie jedermann zur Liebe reitzet. Sonsten verursachen freylich die zweysinnige Wörter oder Æquivoca, in einer Sprache bisweilen/ daβ man einen Fehler in ihrer Ubersetzung begehet, p. 457)

  • 34 Recuperatorum est la traduction latine du mot italien « ricovrati ». Wagenseil, De civitate Noriber (...)

21Wagenseil, à son tour, donne l’exemple des difficultés de traduction dues à la polysémie de l’italien. Dans le même contexte, il mentionne les Ricovrati, dont le nom relève d’une telle faute de traduction34. Cette fois-ci, sa vanité l’emporte sur la vérité historique du strict procès-verbal de son entretien de 1665, car il se dit alors membre de cette académie alors qu’il ne fut élu qu’en 1678.

  • 35 Ce Thuano (de Thou) est vraisemblablement Jacobus Augustus Thuanus, qui fut ambassadeur aux Pays-Ba (...)

22L’exemple de l’académie italienne invite à l’association avec l’Académie française et les salons parisiens où Wagenseil fut introduit par son ami Chapelain (1595-1674). Grâce à lui, il avait l’honneur de participer à l’assemblée de Thou35, qui recevait chaque jour, et celle de Ménage, qui recevait le mercredi,

où beaucoup de gentilshommes de la cour, des parlements et aussi des savants célèbres de cette grande ville sans égale sont présents pour montrer leur intelligence et habileté en conversation galante. De telles assemblées de gens extraordinaires ne se trouvent qu’ici.
(woselbst allemal viel Grosse Herren von des Königs Hofe/ oder den [dem] Höchsten Ober-Gericht des Parlaments, benebenst den gelehrtesten und so sehr berühmten Männern dieser grossen und unvergleichlichen Stadt zugegen/ und durch freundliche Unterredungen ihren Verstand/ Weisheit und Geschickligkeit hören lassen. Dergleichen herrliche Versammlungen/ von dem Ausbund lauter fürtreflichen Leute/ sind sonst nirgends anzutreffen [...], p. 457)

  • 36 Scudéry recevait aussi le samedi. Cf. N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au Pays de T (...)

23Ainsi Wagenseil loue-t-il la liberté intellectuelle de ces assemblées, en gardant le silence sur la situation allemande : Au XVIIe siècle, peu d’assemblées offraient aux savants des pays germaniques la tradition des salons français. Les académies linguistiques et les petites académies des cours étaient liées à des sujets particuliers, fait qui rendait la liberté d’échange plus difficile, si ce n’est dans la correspondance. Sous cet aspect, Wagenseil fait un grand éloge de la France, quand il est interrompu brusquement par Madeleine de Scudéry. Celle-ci se dépêche d’ajouter les soirées du mardi (« Erichtage »)36 à son énumération des grands salons :

  • 37 Wagenseil se trompe en limitant les participants du salon scudérien aux membres de la cour. Cf. G. (...)

Il vous faut savoir, dit Madeleine de Scudéry, que le mardi les femmes de qualité de la cour s’assemblent chez moi pour parler raisonnablement et soyez assuré que souvent, on parle des choses dont nous n’avons pas honte. [...]37.
(Ihr müsset wissen“, sagte Madeleine de Scudéry, „ daβ bey mir/ alle Erichtag/das fürnehmste Frauenzimmer von Hof eine Zusammenkunfft halt/ um sich vernünfftig zu unterreden/ und glaubet mir/ daβ oft Sachen fürfallen/ deren wir uns nit zu schämen [...], p. 458)

24En d’autres termes, elle se présente comme l’égal de Chapelain et de l’Académie. En la décrivant ainsi, Wagenseil souligne la supériorité intellectuelle de Madeleine de Scudéry :

J’ai déjà entendu parler, mademoiselle, lui dis-je, de la qualité extraordinaire de votre salon qui, en vertu, esprit, conseil et éclat de beauté dépasse le Senatus mulierum que l’empereur Héliogabale établit sur le mont Quirinal en l’honneur de sa mère Semeja.
(Ich bin schon/ meine Frdulein/ [...] von der preiβwürdigsten Versammlung die bey euch geschiehet/ berichtet/ und gantz versichert/ daβ diese Gesellschaft an Würde/ Verstand/ Berathschlagungen und verwunderbaren Schönheits-Glantz den Senatum Mulierum, welchen der Käyser Heliogabalus, seiner Mutter Semejce zu Ehren/ auf den Quirinal-Berg zu Rom angestellt/ weit übertreffe, p. 458)

25Madeleine de Scudéry montre peu de patience pour les maintes digressions de Wagenseil et demande à revenir à leur premier sujet de conversation, car elle veut en savoir plus sur la langue allemande : « [...] mais qu’est-ce qui vous fait abandonner notre sujet initial ? » (« [...] aber was verleitet euch auf diesen Abweg von unserer ersten Handlung ? », p. 458).

26En dépit de cette remarque, Wagenseil continue de raconter des anecdotes sur Ménage qui en entraînent d’autres. Il évoque à présent une amusante faute de traduction dans L’Adone, qui pourtant sert l’entreprise. Scudéry l’interrompt promptement à nouveau ; elle connaît le livre et la faute en question, mais Wagenseil continue de digresser. Quoiqu’elle se montre davantage intéressée par une nouvelle anecdote qui lui fournit de nombreux détails sur Ferrante Pallavicino et l’Inquisition, en fin de compte c’est elle qui, pour la troisième fois, met fin à ses causeries qui ont duré trois pages entières (p. 459-462) :

Ce récit, que je n’ai jamais lu ou entendu d’une manière si pleine de détails, m’intéresse vraiment, dit la demoiselle, mais nous nous éloignons trop de notre sujet, qui est la langue allemande. Retoumons-y donc car il me faut savoir s’il y a une bonne et subtile poésie en allemand.
(Diese Erzehlung/ welche ich noch nie so umständlich gelesen oder gehöret/ ist mir zwar lieb/ sagte die Fräulein/ aber wir kommen zu weit von der Teutschen Sprach/ lasset uns wieder zurücke/ und ich muβ das noch von euch wissen/ ob in eurer Sprach eine gute und geschickte Poesie sey ?, p. 462)

27Dans la réponse à cette question, Wagenseil remonte à nouveau aux sources. Il lui parle d’Aristote, de Balthasar Gracián, de Tacite décrivant les Allemands, des chansons médiévales, qui, comme en France, ont peu en commun avec la poésie contemporaine, mais il lui assure que la poésie allemande est « égale à la beauté et à la perfection de notre langue » (« der Schönheit und Vollkommenheit der Sprach gemäβ », p. 463). Ainsi Wagenseil rejoint-il la question initiale de Scudéry. Il ajoute encore une description contrastive des techniques poétiques en Allemagne et en France, en mettant l’accent sur les rimes et la question de l’enjambement. Il essaie aussi d’interpréter la fameuse Pucelle de son ami Chapelain pour étayer ses arguments. Mais Madeleine de Scudéry ne s’intéresse pas du tout à ces détails. Elle veut tout simplement savoir si l’allemand connaît la poésie, ce sans quoi il ne peut être compté parmi les langues de culture. L’entretien se termine sur cette réponse de Wagenseil et ses compliments de circonstance.

  • 38 Nous nous référons à la notion de transfert culturel telle qu’elle est définie dans M. Espagne /W. (...)
  • 39 Entre 1688 et 1697 la France combattit le Palatinat, sous le prétexte d’exigences de Louis XIV au n (...)

28Pour terminer, essayons de répondre aux questions herméneutiques posées au début de notre intervention : Quelle fonction cet entretien possède-t-il dans l’œuvre de Wagenseil consacrée aux « Maîtres chanteurs » ? Pour trouver une réponse, il faut revenir à la structure de l’entretien. À première vue, Wagenseil parle trois fois sur quatre. L’analyse du contenu du discours montre pourtant qu’il ne cesse de dévier du sujet en se perdant dans de petites anecdotes. Ce qui fait la cohérence du dialogue, ce sont les questions de Madeleine de Scudéry, plus précisément, celle de savoir si l’allemand peut être appelé beau et parfait. Il semble que Wagenseil attache une réelle importance à la défense de sa langue maternelle dans une dispute intellectuelle, au lieu d’affirmer son équivalence tout simplement comme il le fait dans le petit prologue. Ainsi se présente-t-il comme un savant, capable de discuter ses avis sur le plan le plus élevé possible avec un personnage illustre. Dans le contexte allemand, son entretien avec Madeleine de Scudéry démontre le sentiment de la valeur propre des savants d’origine bourgeoise. Face à la célébrité de Scudéry en Allemagne, cet entretien hausse Wagenseil, son livre et la culture allemande à un niveau intellectuel d’envergure, dans la mesure où les questions de Scudéry dénotent un intérêt pour l’Allemagne. Le transfert culturel est donc bilatéral et ne mène pas à l’impasse38. L’existence même d’un tel transfert bilatéral suggère aux lecteurs allemands le déclin de l’hégémonie culturelle de la France, que beaucoup trouvaient menaçante39. Wagenseil lui-même se présente comme un « galant’uomo », ce qu’il ne cesse d’évoquer dans ses anecdotes.

  • 40 « En m’interrompant, la demoiselle me dit : Je suis très contente que nos gentilshommes vous reçoiv (...)
  • 41 Cf. H.J. Vermeer, « Unterschiedliche Zielsetzungen von Übersetzungswissenschaft und komparativer Sp (...)
  • 42 Nous ajoutons les exemples suivants à ceux qui ont été déjà interprétés : Monsieur Le Gache est rem (...)
  • 43 Descartes. Correspondance avec Elisabeth et autres lettres.

29Quelle image de Madeleine de Scudéry nous donne-t-il ? Il la dépeint comme une intellectuelle qui est au moins de son rang, si elle ne le dépasse pas. Face à n’importe quel exemple en latin ou en italien qu’il lui donne, Madeleine de Scudéry reconnaît le livre, elle parle la langue, elle est toujours au courant de ses anecdotes jusque dans leur moindre détail. C’est elle qui guide la conversation en interrompant ses associations. Elle l’oblige à lui répondre, tandis que Johann Christoph Wagenseil ne lui pose pas une seule question. Dans la conversation, elle se montre coopérative : elle est « galante »40. Pourtant Wagenseil fait d’elle aussi un personnage rationnel et donne une image complète de sa personne. Il décrit ses réactions physiques, un sourire quand il lui parle de la traduction allemande de Clélie (« Weil die Fräulein/ hierauff lächelnd/ den Kopff schüttelte », p. 457), sa colère face à la mauvaise traduction italienne. Ses exigences de traduction impliquent une conception générale de celle-ci, semblable à celle des théories les plus récentes41. Pour elle, l’entretien avec Wagenseil doit avoir de la substance. Elle ne veut pas deviser mais s’informer sur les qualités de la langue allemande. Aussi évite-t-elle les sujets « féminins » que Wagenseil lui propose à plusieurs reprises42. Elle poursuit une tactique considérée comme « mâle » par les linguistes car elle met l’accent sur le sujet du dialogue. La discussion entre Wagenseil et Scudéry se joue sur un plan intellectuel qui connaît peu d’équivalent à l’époque. La correspondance de Scudéry avec ses connaissances allemandes ne l’atteint pas ; seule celle entre Elisabeth et René Descartes lui est peut-être comparable43. Malgré son optimisme culturel à l’égard de la langue allemande, le personnage de Madeleine de Scudéry tel que Wagenseil le décrit, représente la supériorité intellectuelle de la France.

Notes

1 Dans la critique littéraire il n’est mentionné que deux fois : M. Bircher, Johann Wilhelm von Stubenberg (1619-1663) und sein Freundeskreis. Studien zur österreichischen Barockliteratur protestantischer Edelleute et « Souvenir d’un allemand qui a rendu visite à Mlle de Scudéry. De sacri Romani Imperii libera civitate Noribergense, par J.C. Wagenseil », p. 452. « L’auteur a rendu visite à Mlle de Scudéry à Paris en 1665. Elle lui a demandé si l’allemand était vraiment un langage, car elle en doutait en écoutant parler les gardes suisses et les valets. Il lui a répondu que l’Allemagne avait des écrivains et des poètes, et que sa Clélie a été traduite en allemand. » Cf. H. Thompson. Wagner & Wagenseil.

2 M. Estermann (éd.), Verzeichnis der gedrucklen Briefe deutscher Autoren des 17. Jahrhunderts, 3, p. 765, Nr. 728-730 (Inventaire de la correspondance entre Leibniz et Madeleine de Scudéry). Concernant le contact entre Leibniz et Sibylla Ursula von Braunschweig-Lüneburg et Scudéry, voir. S. Koloch, « Madeleine de Scudéry in Deutschland. Zur Genese eines literarischen Selbstbewuβtseins bürgerlicher Autorinnen », en particulier p. 221-223 et p. 230 sq. (notices bibliographiques): « Le savant prince Ferdinand, évêque de Paderborn et de Munster lui donna sa médaille et ses œuvres » (« Der gelehrte Fürst Ferdinand Bischoffzu Paderbom und Münster verehrte ihr seine Medaille und seine Wercke »), comme Leibniz et son assistant Johann Georg Eckhardt le rapportent dans leur magazine Monathlicher Auszug aus allerhand neuherausgegebenen und artigen Büchern (Décembre. 1701, p. 37). C’est la seule mention des contacts entre Ferdinand II von Fürstenberg (1678-1683) et Scudéry; voir H. Lahrkamp. « Ferdinand von Fürstenberg in seiner Bedeutung für die zeitgenössische Geschichtsforschung und Literatur ».

3 S. Koloch met en lumière la réception importante de Madeleine de Scudéry dans les pays allemands à la fin du XVIIe siècle (« Madeleine de Scudéry in Deutschland »). Et aussi: « Les étrangers venus à Paris suivant leur désir noble d’y s’instruire n’ont rien trouvé de plus exceptionnel que Mlle de Scudéry » (« Die Ausländer/ so aus einer löblichen Begierde allerhand zu wissen nach Paris kommen/ haben nichts rarers als die Fräulein von Scudéry angetroffen. »), Monathlicher Auszug, p. 37.

4 Ainsi cet entretien montre-t-il une différence manifeste entre sa manière de raisonner avec Wagenseil tel qu’il la représente avec authenticité et les fameux dialogues didactiques, typiques de l’œuvre scudérienne. Cf. l’opinion divergente de R. Baader qui. dans ce contexte, parle d’une « chronique de salon » (Dames de lettres).

5 II n’existe pas de biographie de Wagenseil à partir de toutes les sources disponibles. Une chronique détaillée de sa vie figure dans P. Blastenbrei, Johann Christoph Wagenseil (1633-1705) und sein philosemitisches Konzept. La bibliographie consacrée à Wagenseil par H. Brunner n’est pas complète et ne comprend que les années 1719-1968. Elle est publiée dans l’annexe de la réimpression en fac-similé de l’ouvrage de Wagenseil intitulé Buch von der Meister-Singer Holdseligen Kunst, p. 6 sq. Cf. A. P. Gerhard, « Wage du. zu irren und zu träumen... Juden und Christen unterwegs » et « Wagenseil, Johann Christoph », col. 146 sq.; E.-M. Degen, Johann Christoph Wagenseil. Ein Altdorfer Gelehrter des 17. Jahrhundert, p. A400-A405.

6 « Wagenseil was a typical polyhistorian of his time, but in knowledge of the world he surpassed all the German professors. What distinguishes him is an instinct for important topics which were rather neglected in his time, as may be observed from the three titles listed below, dealing with the Meistersinger, the Yiddish language, and reading material for the rising generation. » C. von Faber du Faur, German Baroque Literature. 1, 385.

7 J.C. Wagenseil, Von Erziehung eines jungen Printzen/ der vor allen Studiren einen Abscheu hat/ daβ er dennoch gelehrt undgeschickt werde [...]. Des extraits commentés de cette œuvre par K. Allnach (p. 521-528) sont publiés dans H.-O. Mühleisen / T. Stammen / M. Philipp (eds.), Fürstenspiegel der Frühen Neuzeit, p. 521-559.

8 Cf. W. Schöppa, « Johann Christoph Wagenseil und seine Unterrichtsmethode ». À l’encontre de Schöppa, qui souligne l’aspect innovant des principes de Wagenseil du point de vue didactique, W. Kühlmann regarde celui-ci comme un exemple de « la capitulation totale des prétentions pédagogiques des bourgeois face à la manière de vivre, la mentalité, et le snobisme des “magnats” » (« totale Kapitulation des bürgerlichen Bildungsanspruches vor Lebensstil, Mentalitat und Snobismus der “Magnaten” [...] ») : Gelehrtenrepublik und Fürstenstaat. Entwicklung und Kritik des deutschen Späthumanismus in der Literatur des Barockzeitalters, p. 349, note 107.

9 Wagenseil est célèbre pour ses œuvres consacrées à la culture judaïque. Depuis des décennies, les opinions sont partagées quant à savoir si Wagenseil était anti ou plutôt philo-sémite. Voir A.P. Coudert, « Christliche Hebraisten des 17. Jahrhunderts : Philosemiten oder Antisemiten ? Zu Johann Jacob Schudt, Johann Christoph Wagenseil und Franciscus Mercurius van Helmont ». p. 99-132.

10 U. Maché, Wagenseil, Johann Christoph, p. 83. Concernant la poétique de Wagenseil, voir le premier volume de l’encyclopédie pédagogique Pera librorum juvvenilivm. Cf. aussi G.E. Grimm, Literatur und Gelehrtentum in Deutschland, partt. p. 199. Du point de vue de la critique littéraire, H. Zohn et M.C. Davis sont les seuls à reconnaître le travail comparatiste de Wagenseil (« Johann Christoph Wagenseil, Polymath »), en particulier p. 35.

11 Dans ce contexte, ses œuvres sur la politesse et le cérémonial sont d’une importance particulière. Voir V. Bauer, Hofökonomie : Der Diskurs iiber den Fiirstenhof in Zeremomalwissenschaft, Hausväterliteratur und Kameralismus, en particulier p. 75.

12 H. Zirnbauer, « Wagenseil, Johann Christoph », col. 74-75 ; H. Thompson, Wagner & Wagenseil. Thompson mentionne aussi « the long conversation with the French lady-novelist, Madeleine de Scudéri, on the French and German languages, printers ’ errors, the delicate skin of French ladies, and many other equally interesting topics » p. 5.

13 Joh. Christophori Wagenseilii de Sacri Rom. Imperii libera civitate Noribergensi commentatio. Voir aussi la microfiche de la collection Faber du Faur (No. 1513, reel No. 488), German Baroque Literature, 1, p. 385, Index to the Microfilm Edition, New Haven, 1971, p. 195. Cette chronique des « Meistersinger » constituera plus tard la source de l’opéra de Wagner. Dans la même œuvre se trouve aussi le récit sur les vols à Paris qui a inspiré le conte de Hoffmann « Das Fräulein von Scudéry » (1819) publié en 1820 dans Die Serapions-Brüder (voir l’éd. v. Wulf Segebrecht).

14 Au cours de l’entretien. Wagenseil mentionne la mort récente de J.W. von Stubenberg (1619-1663), le traducteur de Clélie (De Civitate Noribergensi Commentatio, p. 456). La date de 1665 est aussi confirmée par l’étude de J. Pirson. « Johann Christoph Wagenseil und Jean Chapelain. Die Universität Altdorf im Dienste Colberts », en particulier p. 199.

15 Nous remercions PD Dr. P. Blastenbrei pour nous avoir fourni la date exacte de l’élection de Wagenseil. Voir Chr. Juncker, Schediasma historicum, de ephemeridibus sive diariis eruditorum [...]. In appendice exhibetur centuria foeminarum eruditione et scriptis illustrium [...], p. 123.

16 G. Fritz, « Geschichte von Dialogformen », en particulier p. 550.

17 C’est Chapelain qui a établi le contact entre Wagenseil et Scudéry (J. Pirson. art. cit., p. 201).

18 Pour une analyse plus détaillée des caractéristiques du langage oral, voir H. Henne, « Thesen. Aufgaben einer pragmatikorientierten Gesprächsforschung » p. 134-135, en particulier p. 135.

19 U. Stelzel, « Die Kommunikationsmaxime “Kooperativität” in einem Streitgespräch des 16. Jahrhunderts. Ein Beitrag zur Erforschung der verbalen Interaktion in der frühen Neuzeit », en particulier p. 25. Voir M. Beetz, Frühmoderne Höflichkeit, p. 161-163.

20 Malgré quelques parallèles, les académies allemandes ne peuvent pas être considérées comme l’équivalent de l’Académie française. À cause de la nature radicalement différente du système politique des pays allemands (polycentrisme vs. monocentrisme), la Fruchtbringende Gesellschaft et ses consœurs n’exercent pas la même fonction normative. Pour cette raison J.J. Berns les appelle « des manières d’académies » (« akademieähnlich ») dans « Die deutsche Akademiebewegung im 17. Jahrhundert. Ein Überblick ».

21 Pour une analyse de la tradition de cette image négative de l’Allemagne, voir H. Maquis. « Aux origines de la germanophobie : la vision de l’Allemand en France aux XVIIe et XVIIIe siècles ».

22 Cf. A. Gardt, Sprachreflexion in Barock und Frühaufklärung. Entürfe von Böhme bis Leibniz, en particulier le chapitre intitulé « Die ontologisierend-patriotische Sprachreflexion und ihre Gegenströmungen », p. 129-188. La réception des théories linguistiques de son époque par Wagenseil ne peut être ici analysée en profondeur.

23 Contrairement à ce dernier, Wagenseil n’essaya jamais de changer les structures en place des institutions universitaires.

24 Thomasius en attendait autant de la jeunesse étudiante de Leipzig dans son discours intitulé « Welcher Gestalt man denen Frantzosen in gemeinem Leben und Wandel nachahmen solle ? [...] », ici p. 21 sq. Dans un autre contexte, Thomasius inclut les femmes dans son programme pédagogique ; voir l’éd. cit., p. 35.

25 Son attitude pédagogique envers les femmes est pourtant ambiguë. Malgré l’excellente éducation humaniste dont profitaient son fils et sa fille, il rédigea en latin son livre encyclopédique Pera librorum juvvenilvm qui fondait la base de leur éducation. Il ne contribua donc pas à la diffusion de ses idées modernes dans sa langue maternelle. Wagenseil prit en outre position dans le débat sur la papesse Jeanne ; voir E. Gössmann (éd.), Mulier Papa. Der Skandal eines weiblichen Papstes. Zur Rezeptionsgeschichte der Gestalt der Päpstin Johanna.

26 Wagenseil mentionne aussi l’alphabet naturel de Fanciscus Mercurius van Helmonts. Pour une analyse du débat relatif à la langue parfaite, voir A. Borst, Der Turmbau von Babel. Geschichte der Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Sprachen und Völker, 3, 1ère partie ; U. Eco, La ricerca della lingua perfetta nella cultura europea.

27 « En général, il y a un parallèle entre les jugements sur les nations et leurs langues. La valeur d’une nation reflète la valeur de leur langue et, vice versa, la valeur attribuée à une langue reflète la valeur de la nation qui la parle. » (« Die Bewertung der einzelnen Sprachnationen und deren Nationalsprachen erfolgt bei den deutschen Sprachdenkern des Barock zumeist parallel : Aus der Bewertung einer Nation wird auf den Wert ihrer Sprache und umgekehrt aus der Bewertung einer Sprache auf den Wert der entsprechenden Nation geschlossen. », Th. Roelcke, « Der Patriotismus der barocken Sprachgesellschaften. », p. 139-168, en particulier p. 147).

28 Les sources les plus importantes de cette théorie se trouvent dans les œuvres de J.G. Schottelius, Ph. von Zesen, K. Stieler et G. Ph. Harsdörffer que Gardt résume ainsi : « La langue allemande possède une sorte de base linguistique qui la rapproche de l’être naturel des choses. Pour cette raison, violer les règles linguistiques ne constitue pas qu’une simple erreur, mais constitue une faute “contre la nature” » (« Die deutsche Sprache verfügt auf einer Art Tiefenebene – auf der Ebene eines Sprachgrundes ’ – über besondere Nähe zum natürlichen Sein der Dinge ; regelwidriger, ’undeutscher ’ Sprachgebrauch ist nicht einfach nur falsch, sondern gleich "der Natur zuwider " »), Sprachreflexion in Barock und Frühaufklärung, p. 135 sq.

29 Pour un résumé de cette discussion voir G.-L. Fink, « Vom Alamodestreit zur Frühaufklärung. Das wechselseitige deutsch-französische Spiegelbild 1648-1750 ».

30 Dans son analyse du « Alamode-Streit », Gardt souligne « la transformation du monde en son contraire » : « Les mots parlés en Allemagne par les Allemands cessent d’être le miroir objectif de la réalité. Un Allemand qui se sert des expressions étrangères viole la nature et se montre moins rationnel qu’un animal [...]. » (« Das in Deutschland von Deutschen gesprochene Wort ist kein zuverlässiger Spiegel objektiver Wirklichkeit mehr. Wer ais Deutscher modische Fremdwörter verwendet, verhdlt sich widernatürlich und ist unvernünftiger als ein Tier [...]. »), Sprachreflexion in Barock und Frühaufklärung, p. 169.

31 Clelia : Eine römische Geschichte. v. Stubenberg était lui aussi membre de la Fruchtbringende Gesellschaft et un de ses traducteurs les plus productifs ; voir M. Bircher, Johann Wilhelm von Stubenberg (1619-1663) und sein Freundeskreis. Il est fort probable que son fils Rudolf Wilhelm v. Stubenberg, qui était responsable de la publication posthume de Clelia, donna une copie de l’œuvre à son ancien précepteur Wagenseil.

32 Madeleine de Scudéry, d’origine italienne par sa mère, possédait cette langue. Sa traduction du Calloandre fidelle (1668) de Marino n’a pourtant laissé aucune trace dans la critique scudérienne. Dans son entretien, Wagenseil lui fait aussi mentionner qu’elle connaissait L’Adone (1623) de Marino (p. 458 sq.). Pour une analyse des théories de la traduction en Allemagne au XVIIe siècle, voir J. Hardin (éd.), Translation and Translation Theory in Seventeenth-Century Germany.

33 Madeleine de Scudéry, La Clelia. Historia romana, Venise 1655-1656, 4 vols, par le comte Majolino Bisaccioni (1582-1663). Lors de l’évocation du siège de Babylone, Bisacioni traduisit par « quatre petits chronomètres »« la solde pour quatre mois ». Pour Scudéry, cette faute est le comble de la bêtise, car l’action se déroule dans un temps où il n’y avait pas de chronomètres à emporter. Cf. Wagenseil, De civitate Noribergensi commentatio, p. 456.

34 Recuperatorum est la traduction latine du mot italien « ricovrati ». Wagenseil, De civitate Noribergensi commentatio, p. 457.

35 Ce Thuano (de Thou) est vraisemblablement Jacobus Augustus Thuanus, qui fut ambassadeur aux Pays-Bas pendant les années 1658-1660. Lors de son retour à Paris, il fut l’un des prétendants au poste de Mazarin. Voir Chr. G. Jöcher, Allgemeines Gelehrten-Lexicon, p. 1180.

36 Scudéry recevait aussi le samedi. Cf. N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au Pays de Tendre, p. 217.

37 Wagenseil se trompe en limitant les participants du salon scudérien aux membres de la cour. Cf. G. Mongrédien. Madeleine de Scudéry et son salon et B. Krajewska, Du cœur à l’esprit. Mademoiselle de Scudéry et ses Samedis.

38 Nous nous référons à la notion de transfert culturel telle qu’elle est définie dans M. Espagne /W. Michael, « Deutsch-französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem interdisziplinären Forschungsprogramm des C.N.R.S ».

39 Entre 1688 et 1697 la France combattit le Palatinat, sous le prétexte d’exigences de Louis XIV au nom de sa belle-sœur Elisabeth Charlotte (Lieselotte).

40 « En m’interrompant, la demoiselle me dit : Je suis très contente que nos gentilshommes vous reçoivent bien et vous offrent l’occasion de faire l’éloge de notre galanterie dans votre patrie. » (« Die Fräulein/ meine Rede unterbrechend/ sagte : Ich bin selbst froh/ daβ unsere Herren euch wohl begegnen/ und Gelegenheit geben/ das Lob ihrer Höfligkeit künftig in eurem Landauszubreiten. », p. 458).

41 Cf. H.J. Vermeer, « Unterschiedliche Zielsetzungen von Übersetzungswissenschaft und komparativer Sprachwissenschaft [...] ».

42 Nous ajoutons les exemples suivants à ceux qui ont été déjà interprétés : Monsieur Le Gache est remplacé dans son enseignement par une femme (« ein Weib », p. 454). Une autre anecdote tirée du salon de Ménage remonte à la question que la duchesse de Mantoue posa à l’ambassadeur de France pour savoir comment les femmes françaises arrivent à avoir la peau du visage douce. (« wie es doch das Frauenzimmer in Franckreich mache/ daβ sie so eine schöne und zarte Haut im Gesichte hätten », p. 458). La reine Christine de Suède demande la permission du Pape Alexandre VII de lire tous les livres interdits, p. 459.

43 Descartes. Correspondance avec Elisabeth et autres lettres.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search