Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

Questions de poétique

Le pouvoir des sens : une exploration des poésies de mademoiselle de Scudéry

Christine McCall Probes

Texte intégral

« Premièrement, elle est née avec une inclination à faire des vers. [...] qu’elle [...] fait mieux que qui que ce soit » (Artamène ou le Grand Cyrus)
« Tout cède, tout fléchit sous le pouvoir des sens » (« L’Été ». De la poésie française)

  • 1 « L’Amour échappé », cité in N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au pays de T (...)
  • 2 Dictionnaire, cité in N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry [...], p. 46.

Les contemporains de Mademoiselle de Scudéry confirment tous son talent poétique ; Donneau de Visé chante ses louanges à travers le personnage « Amour » : « Ses vers sont si justes, et si bien tournés, qu’il n’y a pas de bel esprit qui ne souhaitât les avoir faits »1. Pour Pierre Bayle, les vers de Mlle de Scudéry, avec sa prose, donnent du lustre à son homonyme grec2.

  • 3 Cf. les paroles élogieuses de Voltaire dans Le Siècle de Louis XIV sur les « vers agréable (...)
  • 4 Bibliographie des écrivains français : Madeleine de Scudéry, p. 123.
  • 5 Voir mon étude sur Racine in Racine et la Méditerranée, éd. J. Emelina, 1999 et celle sur (...)

1Malgré le jugement de son siècle comme du suivant3, cette poésie n’a pas connu d’édition d’ensemble, ce que regrette Chantal Morlet-Chantalat dans sa récente et indispensable bibliographie4. Nonobstant l’éparpillement des vers scudériens, notre étude se propose d’explorer le pouvoir des sens dans ses rapports avec les catégories de cette poésie (poésie galante, poésie de circonstance, poésie chrétienne) et avec les topoï récurrents tels que la nature, l’amour, la mémoire, la raison, pour n’en nommer que quelques-uns. L’étude s’inscrit dans le cadre des recherches que je mène depuis plusieurs années sur la rhétorique des sens dans la poésie du dix-septième siècle5.

  • 6 Ms Ars. 5418, cité in A. Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, p. 4 (...)

2Le rôle des sens est crucial dans la poésie scudérienne qui célèbre la nature, les animaux, et les oiseaux. Dans « Sapho à sa pigeonne », par exemple, le lecteur est frappé par l’évocation de la voix de la pigeonne (trop zélée, elle parle « comme une Gasconne »). Le poète lui conseille d’être « douce » ; la raison devrait l’amener à tempérer sa voix. Anacréon est à entendre et à imiter, avec « son stile [...] si tendre » et ses « paroles de Soye » (la phrase évoque des sons agréables à l’ouïe, doux et brillants comme le tissu) qui instruisent celui qui écoute sur « l’Amour & la Joye »6.

  • 7 Édition critique d’A. Niderst, p. 45. Les références suivantes indiqueront le titre et les (...)
  • 8 Célinte, p. 45.

3Pour établir « le regne des Amours », le poète peut commander que les instruments de musique militaire, les tambours et les trompettes, cessent de se faire entendre, pour être remplacés par ceux de la paix, les musettes ; le cœur épris se fera l’écho de ces sons musicaux plus sereins (Célinte, nouvelle première)7. L’appel à l’ouïe par l’évocation de sons agréables (la belle voix de celui qui chante le couplet, les sons des musettes et les soupirs du cœur) se trouve complété dans le contexte narratif par un appel à la vue. L’Entrée de la Reyne attache « agréablement les yeux » ; tout un chacun ne cesse de la regarder et suit des yeux pareillement le cheval richement harnaché qui porte les Sceaux royaux8.

  • 9 Dans M. Chefdor (éd.), De la palette à l’écritoire, vol. I, p. 48.
  • 10 Ibid., p. 51-52.

4Dans son récent et perspicace essai, « En peignant, en écrivant : peinture et motivation narrative dans l’écriture romanesque au XVIIe siècle », Anne-Elisabeth Spica nous rappelle que, pour les théoriciens (elle analyse les préceptes de Pierre-Daniel Huet, d’Etienne Binet, du Père Lamy, de Fénelon, parmi d’autres), « écrire, c’est d’abord faire voir, [...] écrire, c’est plus que faire image, c’est peindre »9. Peindre est aussi motiver le récit, comme elle le démontre à propos de La Promenade de Versailles10. Une brève considération d’un exemple des poésies qui formaient des joutes galantes nous permettra d’observer le rôle des sens dans cette peinture qu’est l’écriture et de mettre à l’épreuve la réflexion de Fénelon dans le deuxième de ses Dialogues sur l’Éloquence :

  • 11 Ibid., p. 47.

Peindre, c’est non seulement décrire les choses mais en représenter les circonstances d’une manière si vive et si sensible que l’auditeur s’imagine presque les voir11.

  • 12 Célinte, p. 66-67.
  • 13 CAIEF n° 34 (1982), p. 60.
  • 14 « Romans au jardin : aspects et évolution de quelques stéréotypes », p. 219-227. Pour une (...)

5Dans les vers de Célinte à Melicrite, « Les Mouches galantes, aux Mouches volantes », ainsi que dans ceux que compose Ariston, la « Response des vrayes mouches aux fausses mouches », les sens occupent une place prédominante. Ces vers et le contexte de prose sont conformes aux recommandations que Fénelon formulera plus tard. L’auditeur ou le lecteur peut envisager et sentir presque la Corbeille de Fleurs, « ornée de rubans de couleurs différentes, & au milieu une petite boîte garnie de Diamans, couverte de Jasmin, pleine de Mouches [galantes] » dans laquelle Melicrite trouve « caché sous les Fleurs » les vers de Célinte12. En écoutant le passage en prose entre les deux poèmes, on ne peut manquer le rire de l’aimable Erpinice qui propose de fournir les pensées, ou l’esprit, à cette Satire pour laquelle Ariston trouverait les paroles ou les rimes. Le lieu de composition de ces vers n’est autre que le locus amoenus extérieur par excellence, un jardin. Bien qu’ici « le Jardin de Melicrite » ne soit aucunement décrit, l’agrément d’un jardin n’est que trop évident au lecteur de l’époque : le chant des oiseaux, les odeurs des fleurs, la fraîcheur des vents. Marie-Odile Sweetser, dont l’essai perspicace dans le volume des Cahiers de l’Association Internationale des Etudes Françaises consacré aux jardins et à la littérature française s’intitule « Le Jardin : nature et culture chez La Fontaine », avait soutenu que « le jardin [...] représente un triomphe de l’intelligence humaine sur les forces brutes de la nature »13. Une étude récente d’Isabelle Trivisani-Moreau, faite à partir d’un corpus représentatif de la fiction de la période de 1660 à 1680, examine la « sollicitation des sens » tant pour l’organisation que pour l’agrément d’un récit14.

6Retournons aux mouches. Les « mouches galantes » se décrivent par rapport à la beauté de la femme qu’elles parent :

  • 15 Les vers sur les mouches, cités ici et ci-dessous, se trouvent aux pages 67-69 de Célinte.

Des yeux les plus brillans nous redoublons les traits, Et du teint le plus vif augmentons les attraits15.

7Si la maxime au centre du poème, « Servir à la beauté, c’est regner sur la terre », communique l’importance et l’universalité de la mission des mouches galantes, le vers pénultième transmet la particularité des mouches galantes narratrices : célébrer les attraits de Melicrite. La forme souligne le concept ; le vers octosyllabique est mis en relief, contrastant avec les autres vers, qui sont tous des alexandrins :

Et nous ne reservons pour suprême bonheur,
Pour nous ravir de joye, & nous combler d’honneur
Que le beau teint de Melicrite,
Cependant notre part n’est pas la plus petite.

8Les mouches galantes sont désignées comme de « fausses mouches » dans le second poème. Ce sont les « vrayes mouches » qui sont les narratrices ici ; la description est toujours donnée par rapport à la femme parée, mais cette dernière n’est plus la belle femme du premier poème. Les fausses mouches sont « eternellement sur des rozes fanées [...] sur des teints bazanez », leur mission consiste à « cacher des rougeurs » et à « servir tous les jours des Philis hors de mode ». La maxime du second poème semble détruire celle du premier : « Les lis des plus beaux teints ne durent pas toujours ». Les sens sont essentiels à la description de la nature, cadre des mouches volantes. Elles se baignent

[...] dans les pleurs de l’Aurore, Au milieu des parfums de l’Empire de Flore.

9Cet empire est représenté par une remarquable accumulation de termes, tour à tour généraux ou spécifiques : « les plus hautes montagnes, / Les valons & les bois, les prez & les campagnes », « les Fleurs », « les Arbrisseaux » alternent avec « les Joncs » et « les Roseaux » dont les « vrayes mouches » cherchent « la fraischeur ». Le tableau exécuté au moyen d’une évocation répétée des arômes et du spectacle des fleurs et des arbres à profusion (des « Lys », des « Rozes », des « Mirthes fleuris », des « verds Orangers ») se complète d’un appel aux autres sens, notamment à l’ouïe et au toucher (« les Zephirs » avec lesquels les mouches folâtrent, les « rayons du Soleil nouvellement escloses »). Selon la narration qui entoure les poèmes, le premier est censé être une louange de Melicrite, et le second « une espece de petite Satire contre les Mouches qu’on porte mal à propos », et par extension contre les « Philis hors de mode ». Je soutiendrais, en revanche, que la description si vivante et prolongée du beau cadre (le jardin) des « vrayes mouches » permet de douter de la supériorité célébrée (celle de Melicrite aussi bien que la leur) par les mouches galantes.

  • 16 Célinte, p. 93.

10Rappelons que selon Fénelon le deuxième élément de la définition de « peindre », citée ci-dessus, est la représentation « si vive et si sensible [des choses] que l’auditeur s’imagine presque les voir ». Ce deuxième élément, déjà apparent dans les descriptions des mouches, du jardin, et des dames parées, se manifeste d’une façon saisissante dans la représentation de « l’horreur » qu’inspire le spectacle des mouches « Esclaves ». L’auditeur est amené à écouter des sons : le bruit des ailes des « petits Moucherons » ainsi que leurs sourds murmures de moquerie. Les sons s’accentuent dans l’évocation d’insectes apparentés, des guêpes. La vue et le toucher se joignent à l’ouïe pour présenter « les fiers Escadrons des Guespes en courroux ». L’imagerie des joyaux et du métal précieux si agréable à la vue (ces « Mouches d’Orient » sont « dorées, /D’emeraudes & d’Or ») contraste avec un rude appel au toucher (le lecteur est invité à imaginer « les coups » que « font sentir » les guêpes aux « Belles »). Une dernière sollicitation des sens est invitée au moyen d’une évocation des conversations de toutes les « vrayes mouches » : abeilles, guêpes, mouches communes. Les « fausses mouches » sont « le sujet de mille railleries » quand les « vrayes », entièrement libres, volent « sur les plaines fleuries ». Cette conversation trouve son écho dans celle d’Ariston, de Melicrite et d’Erpinice. Plus délicate et bienveillante que celle des mouches, la conversation des personnages pose en principe la possibilité d’un effet salutaire de ces poèmes. Melicrite n’y changerait pas un mot et Erpinice insiste sur le fait que « ce seroit en effet dommage qu’ils ne fussent pas veus [...] de trois ou quatre femmes [de sa connaissance], à qui ils sont assez necessaires ». Le lecteur apprend plus loin que les souhaits de Melicrite et d’Erpinice sont réalisés. Après une autre « galante raillerie », un couplet de chanson sur les qualités d’un amant, une véritable réverbération s’ensuit. Les sons de querelle succèdent aux sons de chant, la narratrice concluant ainsi : « Ce Combat causé par des Mouches & par un couplet de chanson, fit assez de bruit dans le monde »16.

  • 17 Ch. Morlet-Chantalat, dans son admirable bibliographie, citée ci-dessus, énumère et décrit (...)
  • 18 Mathilde, p. 196-197.

11Un examen plus exhaustif des sens dans la poésie galante scudérienne ferait référence aux vers dans les autres nouvelles, dans les romans, dans les Conversations (quelquefois les mêmes) ainsi que dans les recueils collectifs17. Les personnages scudériens invoquent les sens, d’une façon littérale ou métaphorique, pour dévoiler leurs ennuis18, pour révéler la profondeur de leur passion pour l’amant :

  • 19 Ibid., p. 285-286.

Du matin jusqu’au soir je l’appelle cent fois [...] Veuïlle, veuïlle l’Amour qu’il m’assure aujourd’huy Qu’il a senti pour moy ce que je sens pour luy19,

  • 20 La Promenade de Versailles, p. 54.
  • 21 Ibid., « Histoire de Celanire », p. 156.

pour consoler l’amant qui doit partir (« Je veux que ses regards sombres et languissans/ Consolent mes douleurs en troublant tous mes sens »)20, ou pour enseigner, au moyen d’une belle voix qui chante « des vers d’écho », qu’en amour « il se faloit taire » (« Taisez-vous rossignols, vous estes trop heureux, / Vostre chant est trop gai pour un cœur amoureux »21).

  • 22 Ibid., p. 221.
  • 23 Ibid., p. 202.
  • 24 Ibid., p. 189-203.

12Les sens trahissent le secret de l’âme, ils sont « les indices d’une flâme/ Qui veut sortir de toutes parts »22. La vue du soleil, d’un arc-en-ciel « qui presage la paix », les fraîcheurs des « zephirs dans les vertes campagnes » peuvent servir à clôturer un débat sur la raison et les sens. Tel est le cas dans « l’Eglogue » où Tircis enjoint Alcidon ainsi : « Ecoutez mes conseils, écoutez la raison »23. En amour, selon Alcidon, on ne peut rien contre les sens : « On ne sait ce qu’on sent, on ne sait ce qu’on voit, /Plus on veut s’éclaircir, & plus on se deçoit »24.

  • 25 A. Niderst. Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson [...], p. 463-464.
  • 26 Pour les citations de « La Tubéreuse » je me réfère aux choix de poésies donné par E.J.B. (...)

13Un poème galant peut adopter un registre élevé. Tel est le cas de « La Tubéreuse », poème galant destiné à une amie et qui constitue néanmoins un panégyrique du souverain. Il fut offert le 27 janvier 1666 à l’occasion de la Sainte Angélique à Célie (Madame de Platbuisson) en réponse à un cadeau de vers et de bijoux que cette dernière avait offert à Madeleine de Scudéry pour les étrennes de 166525. La vue, l’odorat et l’ouïe concourent à célébrer tour à tour la fleur à « l’âme hautaine » et les destinataires du poème, Célie et Angélique. La fleur narratrice sollicite leurs « regards » et leur amitié, et Louis voit la fleur « d’un regard assez tendre », la préférant aux lauriers et à la palme26. Noble de naissance, la fleur invoque son haut lignage : « Le soleil proprement se peut dire mon père ». L’éclat de la fleur, suggéré par l’image du soleil, est développé plus loin par rapport aux autres fleurs : « Des roses et du lis j’ai le brillant éclat, / Et du plus beau jasmin le lustre délicat ». Sa vigueur, due à la chaleur du soleil, se distingue des fleurettes simples et fragiles, le muguet et les violettes. L’appel à l’odorat se fait par une référence à deux fleurs appréciées pour leurs parfums, la jonquille au parfum subtil et l’ambre, une espèce d’hibiscus au parfum fort, « Je surpasse en odeur et la jonquille et l’ambre ». Si Célie est invitée à composer des chants « doux et touchants » en l’honneur de cette fleur dont la renommée devrait être publiée « partout du couchant à l’aurore », toutefois nous ne perdons point de vue le souverain. Le poème s’achève sur son nom, en lettres majuscules : « Toutes [les fleurs] doivent céder à la fleur de Louis ».

  • 27 RB, p. 519-520.
  • 28 RB, p. 522.

14Les poésies de circonstance qui louent la famille royale, que ce soit des vers commémoratifs en l’honneur d’Anne d’Autriche27, d’autres célébrant la naissance du duc de Bourgogne28, ou ceux qui exaltent Louis XIV, reposent largement sur un entrelacement des sens avec des topoï tirés de la nature et de la mémoire.

  • 29 U. Döring, A. Lyroudias et R. Zaiser (éds.), Ouverture et dialogue, p. 563-574.
  • 30 RB. p. 287-288.
  • 31 Ibid., p. 288.

15L’essai riche et pertinent de Nicole Aronson, « “Depuis son berceau jusqu’à son char de triomphe” : Louis XIV dans les écrits de Mlle de Scudéry », établit que, pour notre poète, faire la louange du roi, en prose ou en vers, était une véritable vocation personnelle29. La phrase que cite Aronson dans son titre, tirée d’une lettre que Mlle de Scudéry avait adressée au roi en 1663, fait valoir la dimension notable de sa production de panégyrique. La lettre dont l’anthologie de Rathéry et Boutron inclut le texte intégral révèle autant la modestie que le zèle de notre poète30. Le rôle crucial des sens, ceux du poète dans ce cas, s’y manifeste clairement : « Quand on a admiré les victoires et les conquêtes de V.M., je les ai senties »31. Nulle part dans sa production poétique n’a-t-elle plus de recours aux sens que dans les vers composés en 1682 « Sur la naissance du Duc de Bourgogne ».

16Si l’appel visuel prédomine dans la première offrande, du début (« Venez, heureux enfant, venez à la lumière ») jusqu’à la fin :

  • 32 Ibid., p. 522.

Vous pourrez surpasser tous les princes du monde.
[...]
Et voir toujours Louis bien au-dessus de vous,
Eclairer tous vos pas [...]
Etre du roi des rois une image fidèle32,

  • 33 Kroll, voir n. 17. Toutes les références au poème se trouvent aux pages 425-426.
  • 34 Ibid., p. 231-232.

dans la seconde, les sens rivalisent pour peindre le spectacle honorant cette naissance. Nous devons remercier Renate Kroll d’avoir inclus le texte entier de ce poème, difficilement accessible, dans l’appendice de son livre33. Elle analyse les divers éléments du poème, la ville, le palais, les feux d’artifice, les vertus et le lignage royal, concluant ainsi : « Madeleine de Scudéry errichtet mit pompôsen Bildern dem französischen Königsgeschlecht ein prachtvolles Denkmal »34. Une sollicitation constante des sens évoque tour à tour la nature, l’éblouissant divertissement honorant le duc, et la mémoire. Ce sont « les Filles de Memoire » qui peignent le « Palais d’un or éclatant » que tout Paris « vit apparoître ». Le soleil qui avait disparu « sous l’onde » avant le spectacle réapparaît incarné dans l’artificiel « Palais du Soleil » lumineux et brillant. La nuit, qui avait ôté « ses ombres [sic] voiles » participe à « l’enchantement », ayant montré « des millions d’étoiles, / Qui n’étoient point du Firmament ».

17L’enchantement des yeux, « un Cahos [sic] d’ombre & de lumière », se complète d’une présentation qui frappe l’oreille, le tout investi de signification métaphorique :

Le feu sort de l’Eau sur la Terre,
L’air retentit de toutes parts :
La Paix craignit que ce fut Mars,
Ou que Jupiter en colere
Vint foudroyer notre Hemisphere.

18La voix des « Dauphins brûlans » interprète le spectacle, les sons et les éléments visuels signifient « la joye/ D’un Duc que le Ciel nous envoyé ». Vers le centre du poème une véritable fusion des sens se produit, c’est ce mélange (notons l’emploi de « se mêler » dans les vers suivants) qui avait ébloui les spectateurs et qui ne cesse de charmer le lecteur actuel :

Des Jets de feu frappant les Cieux,
Surprenoient & charmoient les yeux :
En cent figures differentes
De longues flammes ondoyantes,
Tantôt calmes, tantôt bruyantes,
Se méloient au doux son des voix,
Des Trompettes & des Hautbois.

19Aux sons des instruments se mêlent d’autres sons, la « voix humaine » qu’emprunte « la Nymphe de la Seine » ainsi que celle des Échos qui évoque des ancêtres glorieux, pour s’achever au zénith, dans une louange de Louis. Un dernier appel visuel enrichi de sens métaphorique est mis en valeur par une variation métrique ; le divertissement en octosyllabes cède à un panégyrique, en alexandrins :

Enfin tous leurs Faits inouïs,
Vous les trouverez en Louis.
Cessez, heureuz Mortels d’admirer ces Spectacles
L’Etoile de Louis, fait bien d’autres Miracles.

20La vocation scudérienne de chantre s’accomplit au moyen de la vérité qui peint ou « fait voir », rendant visibles les « vertus chrétiennes » de Louis ainsi que « le faux éclat » des héros romains comme Auguste :

  • 35 « Réponse de Mlle de Scudéry à M. de Bétoulaud », dans RB, p. 529.

La vérité [...]
[...]
Suffit pour faire voir que les héros romains
N’étoient près de LOUIS que des fantômes vains,
Et que le faux éclat de leurs vertus payennes
Est terni pour jamais par ses vertus chrétiennes35.

  • 36 Ibid., p. 473-474 et 129.
  • 37 Lettre de Racine dans RB, p. 96.
  • 38 Mlle de Scudéry caractérise La Lettre du provincial comme « une excellente apologie ». Bla (...)
  • 39 RB. p. 120.
  • 40 La lettre du P. Rapin du 21 septembre 1671 s’achève ainsi : « J’ai trouvé l’endroit où vou (...)
  • 41 Les chapitres III et IV, « L’art de persuader » et « L’art de plaire » du livre récent de (...)

21Il n’est pas question ici de passer en revue les nombreuses lettres qui commentent avec admiration l’instruction morale contenue dans les œuvres scudériennes (on pourrait donner en exemple celles de Fléchier et de Leibniz36), la « peinture avantageuse de Port-Royal » dans Clélie37, l’appréciation témoignée par Mlle de Scudéry tant pour l’instruction que pour l’esprit des Provinciales de Pascal38 ou le Discours de la Gloire qui renferme selon les exigences annoncées pour l’obtention du prix « des matières pieuses » comme « une courte prière à Jésus-Christ »39 et qui a mérité à son auteur le premier prix d’éloquence de l’Académie française en 167140. Nous nous contenterons de citer deux références, la première suggérant une filiation méthodologique avec saint Augustin, la deuxième nous permettant d’entrevoir une pratique qui ne s’éloigne pas des recommandations de saint Ignace de Loyola. Une lettre du 15 octobre 1688 de Mascaron à Mlle de Scudéry révèle que l’évêque avait relu les Conversations de morale pendant un voyage aux eaux de Bagnères ; il en apprécie surtout le don de persuader en touchant et en délectant (docere, movere, delectare)41 :

  • 42 RB, p. 481-482.

Bon Dieu, la belle manière d’inspirer la vertu et l’amour des beaux sentiments ! Saint Augustin a dit quelque part : Facilius flectitur animus cum delectatur. Peut on se faire un chemin plus doux à la persuasion et à la victoire42 ?

  • 43 Journal des Savans juillet 1701, p. 315-322. Les références subséquentes à l’Éloge se rapp (...)

22Dans son Éloge de Mademoiselle de Scudéry, l’abbé Bosquillon proclame sa foi « éclairée, mais simple & docile » et sa piété « sans faste & sans foiblesse »43. Il estime « ingenieux » ses vers et ses écrits parmi lesquels « il se trouve de Courtes Prières pour tous les Dimanches de l’année, & d’autres sur les 150 Pseaumes » et nous brosse un tableau émouvant de son lit de mort. Le rôle des sens y est extrêmement frappant. Mlle de Scudéry ne cessa d’embrasser tendrement le Crucifix qu’elle avait demandé. Bien que défaillante, « elle demeura les yeux atachez dessus, priant, ofrant ses soufrances à Dieu ». On essaya de lui ôter le crucifix à cause de son poids mais « elle le reprit [...] l’appuyant sur sa poitrine [...] en disant : Donez, donez-moi mon Jesus ».

  • 44 Recueil des poésies chrétiennes, par M. de La Fontaine, cité dans Aronson. Mademoiselle de (...)

23Laissons le lit de mort de notre poète pour contempler ses vers sur la Résurrection44. Les stances comportent six quatrains composés d’alexandrins en rimes embrassées. Quoique le poème veuille enseigner en présentant des doctrines fondamentales (l’Incarnation et la Rédemption : « Vous venez nous sauver, et recevez la mort ») et en soulevant des questions théologiques (« Comment joindre la mort avec l’éternité, / Et le Dieu tout-puissant avec tant de faiblesse ? »), l’accent est mis sur les sens. Les premiers vers ne suggèrent-ils pas la scène où la Madeleine, perplexe et en larmes, visite le tombeau dans le jardin (Jn 20) ?

Tombeau de mon Sauveur où mon espoir se fonde
N’aurez-vous point pitié des peines que je sens ?

24L’appel visuel est persistant. Le poète propose de substituer, si elle le pouvait, son sang à celui du Christ. L’exclamation « Quoi, le père du jour a perdu la clarté ! » rappelait au lecteur de l’époque l’imagerie biblique solaire dans des textes tels que « L’Eternel Dieu est un soleil » (Ps. 84. 12) ou « Pour vous qui craignez mon nom se lèvera le Soleil de Justice » (Malachie 4. 2). Cette « clarté » qui se retrouve dans l’évocation du ciel et des astres et, métaphoriquement dans l’exclamation « Quel bien et quelle gloire en merveilles féconde », s’oppose à la grotte « dans ces obscurités ».

25Si la vue est essentielle au tableau du Tombeau, l’ouïe, sens qui prédomine dans les « Stances », sous-tend la représentation de la Résurrection. Les « tristes accents » du poète cessent, et l’impératif du début, adressé au Tombeau d’un ton abattu, « Ouvrez-vous, ouvrez-vous [...]/ Ou pour me recevoir, ou pour le rendre au monde », se transforme en une invitation réitérée et joyeuse faite aux anges, à la terre, aux astres, ainsi qu’au poète elle-même à chanter la Résurrection :

Venez avecques nous, chantez. Anges, chantez.
[…]
Que la terre commence et que le ciel réponde.
Ouvrez-vous, cieux des cieux, chantez, astres, chantez,
Vous mourez, tout-puissant, mais vous ressuscitez
Et cette courte mort est le salut du monde.

26La répétition de l’impératif et les répons des chœurs confèrent au poème un rythme biblique et liturgique. Si la forme remet en mémoire les accents entonnés par des psalmistes, par exemple, ceux de David :

  • 45 Ps. 24. 7, 9. Dans Eph. 4.7-10, Paul se réfère aux Ps. 24 et 68, comme ayant préfiguré la (...)

Portes, élevez vos linteaux :
Élevez-vous, portails éternels !
Que le roi de gloire fasse entrée45 !

  • 46 Pour le Baptême, par exemple « Les cieux s’ouvrirent, il vit l’Esprit de Dieu descendre co (...)

le fond s’associe aux événements insignes de la vie du Christ, son Baptême et son Ascension46.

  • 47 Les vers autorisent pleinement la double signification d’« entendre ».

27Par l’entremise des sens, Mlle de Scudéry brosse un tableau fidèle de la Résurrection ; les sens amènent le lecteur comme le poète au seuil de l’entendement. De même que la Madeleine qui a écouté le message joyeux des anges et du Christ – qu’elle a pris pour un jardinier, le poète entend son Sauveur47 :

Je vous entends. Seigneur, la grotte s’est ouverte.
[...]
Vous mourez, mon Sauveur, mais vous ressuscitez.

  • 48 Billet à M. de Charleval, RB, p. 511.
  • 49 Ibid., p. 522.
  • 50 « Les Quatre saisons » des Conversations, dans « Les Bains des Thermopyles » et dans « l’H (...)
  • 51 « Billet à M. de Charleval ». RB. p. 511.

28Consciente de toutes les potentialités des sens, comme nous l’avons vu dans sa poésie (soit en acceptant ou en refusant des louanges – pour « goûter cette gloire » ou pour mépriser « de l’encens vulgaire »48 –, soit en commémorant la famille royale – « l’éclat riant » du petit duc de Bourgogne se compare favorablement à celui du soleil naissant, Louis éclairera les pas de l’enfant en étant « du roi des rois une image fidèle »49, soit en évoquant la Résurrection où l’ouïe et la vue guident le poète, soit en représentant les saisons de l’année et de la vie50), Mlle de Scudéry reconnaît toutefois la tension manifeste entre les sens et la raison. Tout en ayant recours d’une façon continue aux sens, elle affirme que la raison éclaire son cœur51. Une maxime admirable, soutenant que la raison doit nous servir de guide, peut venir à l’appui de l’idée :

  • 52 « Les Quatre saisons » dans De la poésie françoise, p. 108.

La raison en tout temps doit garder son empire,
Quand on ne la suit pas, on s’en repent toujours.
Et de cruels remords troublent nos plus beaux jours52.

  • 53 A. Niderst. Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson [...], p. 349.

29Notre examen de cette tension poétique entre les sens et la raison nous permet de proposer la réponse de Mlle de Scudéry, qui partageait avec Jean de La Fontaine l’adhésion « à une sorte de naturalisme épicurien » et une appréciation de « la quiétude plus sévère de Port-Royal »53, au dilemme posé par ce dernier dans « Un Animal dans la lune » :

  • 54 Fables, livre VII, xvii, p. 178 (éd. Paris. Gallimard. 1963).

Pendant qu’un philosophe assure,
Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés.
Un autre philosophe jure,
Qu’ils ne nous ont jamais trompés54.

  • 55 De la poésie françoise, p. 107, 106.
  • 56 Il serait tentant d’examiner le rôle des sens chez les nombreux poètes anciens et modernes (...)

30Notre étude suggérerait une solution moyenne et quelque peu paradoxale au dilemme. Si, d’un côté, le poète avertit son lecteur des dangers des sens (« Le tonnerre grondant n’a rien de si terrible ») et recommande « un solide esprit » et un « œil egal », elle veut persuader ce même lecteur, grâce à un recours constant aux sens55. Nos analyses ont démontré que dans la poésie de Mlle de Scudéry, les sens, bien qu’« agréables », se mettent le plus souvent à la disposition de « l’utile ». Notre poète n’a-t-elle pas su régler les « charmes » et les « enchantements » des sens ? Serait-il trop osé de voir dans le conseil donné pour la vie où elle prône le bon usage des sens ou des « passions », une application à l’art56 ?

  • 57 De la poésie françoise, p. 110.

Songez à les regler, au lieu de les détruire.
L’art de s’en bien aider est un art précieux57.

  • 58 Clélie, Ie partie, livre I. et Correspondance dans RB, p. 209.
  • 59 Ph. Sellier, « “Se tirer du commun des femmes” : la constellation précieuse », p. 313-329.

31Nous espérons que cette enquête sur les sens dans les vers de la Reine de Tendre (on se rappelle que l’un des agréables villages du Royaume porte le nom « Jolis Vers », que le parfait amant doit « sentir jusques aux plus petites douleurs de ceux qu’on aime », et que la délicate imagination de Mlle de Scudéry ne peut souffrir les « vilaines choses dont il [Job] est environné »58), a pu apporter certaines précisions à deux des caractéristiques des Précieuses, la délicatesse et la galanterie, toutes deux élucidées d’une façon originale et érudite par la critique récente, notamment par les travaux de Delphine Denis précédemment cités et par ceux de Philippe Sellier avec l’équipe de son séminaire de recherches sur la préciosité à la Sorbonne59.

Notes

1 « L’Amour échappé », cité in N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au pays de Tendre, p. 79.

2 Dictionnaire, cité in N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry [...], p. 46.

3 Cf. les paroles élogieuses de Voltaire dans Le Siècle de Louis XIV sur les « vers agréables » de Mlle de Scudéry citées in N. Aronson, Mademoiselle de Scudéry [...], p. 61.

4 Bibliographie des écrivains français : Madeleine de Scudéry, p. 123.

5 Voir mon étude sur Racine in Racine et la Méditerranée, éd. J. Emelina, 1999 et celle sur Chassignet in Imaginaire, Topique, Vision, éd. A. Mantero, volume sous presse.

6 Ms Ars. 5418, cité in A. Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, p. 461.

7 Édition critique d’A. Niderst, p. 45. Les références suivantes indiqueront le titre et les pages citées.

8 Célinte, p. 45.

9 Dans M. Chefdor (éd.), De la palette à l’écritoire, vol. I, p. 48.

10 Ibid., p. 51-52.

11 Ibid., p. 47.

12 Célinte, p. 66-67.

13 CAIEF n° 34 (1982), p. 60.

14 « Romans au jardin : aspects et évolution de quelques stéréotypes », p. 219-227. Pour une plus ample discussion voir son livre Dans l’empire de Flore.

15 Les vers sur les mouches, cités ici et ci-dessous, se trouvent aux pages 67-69 de Célinte.

16 Célinte, p. 93.

17 Ch. Morlet-Chantalat, dans son admirable bibliographie, citée ci-dessus, énumère et décrit les œuvres poétiques en regrettant l’absence d’une édition d’ensemble, p. 24- 30. Le lecteur intéressé trouvera un examen approfondi de la poésie précieuse, ainsi qu’une étude de sa représentante par excellence dans le livre récent de R. Kroll, assorti d’un large corpus : Femme poète, Madeleine de Scudéry und die « poésie précieuse ». Les références subséquentes au livre seront indiquées par Kroll et les pages citées.

18 Mathilde, p. 196-197.

19 Ibid., p. 285-286.

20 La Promenade de Versailles, p. 54.

21 Ibid., « Histoire de Celanire », p. 156.

22 Ibid., p. 221.

23 Ibid., p. 202.

24 Ibid., p. 189-203.

25 A. Niderst. Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson [...], p. 463-464.

26 Pour les citations de « La Tubéreuse » je me réfère aux choix de poésies donné par E.J.B. Rathéry et Boutron. Mademoiselle de Scudéry : sa vie et sa correspondance, p. 518-519. Les références subséquentes à ce volume seront indiquées par RB suivi du numéro de la page.

27 RB, p. 519-520.

28 RB, p. 522.

29 U. Döring, A. Lyroudias et R. Zaiser (éds.), Ouverture et dialogue, p. 563-574.

30 RB. p. 287-288.

31 Ibid., p. 288.

32 Ibid., p. 522.

33 Kroll, voir n. 17. Toutes les références au poème se trouvent aux pages 425-426.

34 Ibid., p. 231-232.

35 « Réponse de Mlle de Scudéry à M. de Bétoulaud », dans RB, p. 529.

36 Ibid., p. 473-474 et 129.

37 Lettre de Racine dans RB, p. 96.

38 Mlle de Scudéry caractérise La Lettre du provincial comme « une excellente apologie ». Blaise Pascal, Les Provinciales, p. 38. C’est Racine qui révèle l’identité de cette lettre admirative, RB. p. 95.

39 RB. p. 120.

40 La lettre du P. Rapin du 21 septembre 1671 s’achève ainsi : « J’ai trouvé l’endroit où vous parlez du Roi très-beau, et la prière à Notre-Seigneur très-dévote [...] », citée dans RB. p. 463.

41 Les chapitres III et IV, « L’art de persuader » et « L’art de plaire » du livre récent de D. Denis, La Muse galante [...] sont fortement recommandés pour l’examen pertinent du rôle des trois fonctions classiques de l’orateur (probare, movere, delectare). Denis démontre que dans l’œuvre scudérienne le plaisir peut apparaître « comme une fin en soi », p. 243.

42 RB, p. 481-482.

43 Journal des Savans juillet 1701, p. 315-322. Les références subséquentes à l’Éloge se rapportent à ces pages.

44 Recueil des poésies chrétiennes, par M. de La Fontaine, cité dans Aronson. Mademoiselle de Scudéry [...], p. 355-356. Les vers cités ci-dessous se rapportent à ces deux pages.

45 Ps. 24. 7, 9. Dans Eph. 4.7-10, Paul se réfère aux Ps. 24 et 68, comme ayant préfiguré la Résurrection.

46 Pour le Baptême, par exemple « Les cieux s’ouvrirent, il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe » (Mat. 3.16) ; pour l’Ascension. « Pendant qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut enlevé au ciel » (Luc 24.51). Le Christ lui-même avait prédit l’accueil des anges et du ciel : « En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme » (Jn 1. 51). On peut y associer l’avènement futur du Christ dans toute sa gloire (Apoc. 11.15).

47 Les vers autorisent pleinement la double signification d’« entendre ».

48 Billet à M. de Charleval, RB, p. 511.

49 Ibid., p. 522.

50 « Les Quatre saisons » des Conversations, dans « Les Bains des Thermopyles » et dans « l’Histoire du comte d’Albe », publiées dans De la poésie françoise, éd. G. Michaut, p. 103-111.

51 « Billet à M. de Charleval ». RB. p. 511.

52 « Les Quatre saisons » dans De la poésie françoise, p. 108.

53 A. Niderst. Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson [...], p. 349.

54 Fables, livre VII, xvii, p. 178 (éd. Paris. Gallimard. 1963).

55 De la poésie françoise, p. 107, 106.

56 Il serait tentant d’examiner le rôle des sens chez les nombreux poètes anciens et modernes qu’évoque Mlle de Scudéry dans « Le Songe d’Hésiode » et dans « De la poésie françoise jusques à Henri IV ». tout en prenant à cœur l’avertissement que donne D. Denis dans son édition récente, une contribution très appréciée à l’archive galante : « Madeleine de Scudéry y exprime bien moins ses “goûts personnels”, [...] qu’elle n’y énonce, dans le cadre de l’“institution” qui est la sienne, les figurations communes à sa formation discursive, et qui en constituent les lieux de ralliement », « De l’air galant » et autres Conversations (1653-1684) [...], p. 189-190.

57 De la poésie françoise, p. 110.

58 Clélie, Ie partie, livre I. et Correspondance dans RB, p. 209.

59 Ph. Sellier, « “Se tirer du commun des femmes” : la constellation précieuse », p. 313-329.

Auteur

University of South Florida (Tampa)

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search