Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

Préface

Delphine Denis et Anne-Elisabeth Spica

Texte intégral

Reine de Tendre ou souveraine des Précieuses, « institutrice des mœurs » d’après Sainte-Beuve ou nouvel « oracle de la galanterie », comme le lui écrivait en 1654 son ami Antoine Godeau, l’évêque de Grasse, l’« illustre Sapho » – autre avatar de Madeleine de Scudéry – a suscité dès l’origine les qualifications les plus diverses. Mêlée aux premières satires des Précieuses, exemplaire dans ses stratégies de résistance à cette entreprise polémique, fondatrice enfin, pour ses contemporains, d’une lignée moderne de femmes de lettres à qui elle aura ouvert, non sans difficultés, le chemin de l’écriture, la romancière occupe désormais dans l’histoire littéraire une place que nul ne songe plus à lui contester – même si cette place reste, précisément, à mieux situer dans des territoires dont les contours sont en pleine redéfinition, à l’heure où les catégories majeures (classicisme, baroque, préciosité, galanterie) se voient aujourd’hui l’objet d’un salutaire réexamen.

  • 1 Nous faisons évidemment allusion au livre de V. Cousin, La Société française au XVIIe sièc (...)
  • 2 « De l’air galant » et autres Conversations (1653-1684). Pour une étude de l’archive galan (...)
  • 3 L’ouvrage de Rathery et Boutron (Mademoiselle de Scudéry. sa vie et sa correspondance) ne (...)
  • 4 L’ouvrage de R. Kroll. Femme poète, Madeleine de Scudéry und die « poésie précieuse » réun (...)

1L’œuvre elle-même, dans sa richesse et sa diversité, s’ouvre enfin aux lectures savantes, après avoir été longtemps occultée par la figure presque mythique de sa créatrice – la « griffonneuse Sapho », selon le mot cruel de Chapelain –, et trop souvent traitée comme simple document pour une lecture pseudo-historique de la « société française au XVIIe siècle »1, de ses usages mondains et de ses figures légendaires. Peu à peu se multiplient les travaux éditoriaux qui la rendent accessible : après Célinte préparée dès 1979 par A. Niderst, conversations et romans sont en chantier ou déjà publiés2, tandis que l’édition des deux autres nouvelles (Mathilde d’Aguilar et La Promenade de Versailles) ont été confiées à d’autres spécialistes, comme le rappelle Philippe Sellier dans son Avant-propos. Pareil travail reste à entreprendre pour la correspondance3, et surtout pour les poésies, tantôt dispersées dans les recueils collectifs du temps ou dans les livraisons du Mercure Galant – alors rarement signées, comme il était d’usage pour ces pièces légères –, tantôt publiées en de minces plaquettes4. Le renouveau des problématiques ouvertes par la prise en compte de la spécificité de ces pratiques d’écriture, à l’étroite articulation entre invention littéraire et sociabilité mondaine, devrait favoriser des lectures mieux adaptées à ces singuliers objets, moins lourdement grevées par des présupposés critiques hérités d’une autre pensée de la littérature.

  • 5 Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde.
  • 6 R. Godenne. Les Romans de Mademoiselle de Scudéry ; N. Aronson. Mademoiselle de Scudéry ou (...)
  • 7 Madeleine de Scudéry, Bibliographie des Écrivains Français.

2C’est dire qu’il était temps de consacrer à Madeleine de Scudéry un colloque dont l’occasion (la célébration du tricentenaire de sa mort) offrait un prétexte à l’urgence. Car le rythme des « études scudériennes »– puisque l’on peut maintenant risquer l’adjectif – s’est lui aussi remarquablement accéléré depuis l’ouvrage pionnier d’Alain Niderst5 et les travaux de René Godenne et de Nicole Aronson6. Au point d’offrir une ample matière, tout récemment, à l’excellent panorama bibliographique présenté par Chantal Morlet-Chantalat7. L’entrée de Madeleine de Scudéry dans une collection vouée aux « écrivains français » a pour nous autres, lecteurs modernes, valeur de symbole : on ne méconnaîtra pas pour autant le caractère en soi paradoxal de ce geste, consacrant comme légitime auteur celle qui, avec bien d’autres en son temps, se défendit à toutes forces d’en endosser pleinement le redoutable titre.

  • 8 Les trois Scudéry. Actes du colloque du Havre (1-5 octobre 1991). recueillis par A. Niders (...)
  • 9 À signaler cependant, l’article de J. DeJean : « De Scudéry à Lafayette : la pratique et l (...)

3Le riche colloque du Havre, tenu dix ans auparavant8, avait placé sous le même éclairage les « trois Scudéry » : frère et sœur s’y trouvaient à juste titre associés – on sait à quel point la part de l’un et de l’autre dans l’œuvre romanesque demeure parfois malaisée à déterminer, tant est complexe la question trop souvent esquivée de la rédaction collective au XVIIe siècle9 –, et opportunément prolongés d’une belle-sœur aux indéniables talents de plume. Le moment paraissait venu d’offrir à la seule Madeleine une première moisson d’essais critiques, susceptibles d’interroger les divers aspects de son œuvre, d’en apprécier la portée, d’en évaluer les lectures.

  • 10 A. Niderst en a ouvert la voie en 1987, dans une étude centrée sur la fortune de la romanc (...)

4Regroupées pour la publication de ces Actes en trois ensembles, les questions abordées touchent ainsi successivement à la poétique, convoquant les principaux genres expérimentés par l’auteur ; à l’institution civile dont l’œuvre est porteuse, et à laquelle elle donne forme symbolique ; enfin aux appropriations ultérieures qu’elle aura suscitées, ces « lectures » qui se voudraient ici distinctes d’une « étude de réception » par ailleurs nécessaire10.

1. Questions de poétique

5La carrière littéraire de Madeleine de Scudéry, on le sait, est aussi longue que variée. À l’exception du théâtre, dont son frère Georges au contraire s’est fait l’un des législateurs, il n’est guère de genre qui n’ait été abordé, de la poésie épigrammatique à l’occasion d’un remerciement, au roman héroïque et galant destiné à remplacer en prose le poème épique qui manque si cruellement au panorama poétique de la France de Louis XIV. En même temps qu’elle accompagne Georges à Marseille, où les paysages méditerranéens inspirent le pittoresque du premier roman, Ibrahim ou L’Illustre Bassa, elle entretient un long commerce épistolaire avec ses amis restés à Paris, affinant sa plume de portraitiste en même temps qu’elle continue d’entretenir la conversation à distance ; quand à son tour Godeau gagne ses terres épiscopales, la correspondance qu’ils échangent s’est faite badinage galant où les billets en prose le cèdent à peine aux madrigaux et autres pièces de vers ; à l’âge d’or du roman héroïque et sentimental, elle en illustre aussi bien la théorisation avec Georges, de la préface d’Ibrahim à la quatrième partie de la Clélie, que les valeurs amoureuses et guerrières, à travers des personnages dont la gloire est militaire autant que passionnée ; à l’heure du bilan dans les Conversations, elle ne laisse pas de composer poésie de circonstance et poésie religieuse... Cette diversité n’est bien sûr pas le fruit d’une écriture à sauts et à gambades, qui se serait complu à se métamorphoser au gré des modes ; elle témoigne de l’attention constante portée à l’invention d’une parole dont la cohérence frappe dans la multiplication même de ses occurrences. Nous sommes ainsi invités à un examen élargi des possibles questions de poétique dès lors qu’on les pose au corpus scudérien, du point de vue de la réflexion sur les genres comme de la mise en œuvre d’une esthétique galante ; en regard, enfin, de l’éthique qu’une telle écriture engage, dans les variations de ses manifestations comme dans celles de sa lecture.

  • 11 Menagiana, II, p. 811. in G. Mongrédien. Madeleine de Scudéry et son salon, p. 157. Voir l (...)
  • 12 On pourra se référer à l’édition fournie par Fr. Graziani. Discours de l’art poétique. Dis (...)

6Cette parole s’impose dans sa nouveauté à travers un ensemble de textes dont le modelage générique se construit simultanément. La part de Madeleine de Scudéry est de première importance dans l’invention d’une poétique galante où se joue le retravail des genres acceptés par la tradition érudite – et c’est bien dans le rapport à cette érudition que les contemporains de la romancière évaluent son travail : « Elle a pris dans les Anciens tout ce qu’il y a de bon. et l’a rendu meilleur » disait Ménage11. En effet, comme le démontre avec rigueur Giorgetto Giorgi, Madeleine de Scudéry a donné au roman héroïco-galant le cadre théorique qui lui manquait, en tournant le dos à l’entrelacement des récits romanesques médiévaux et en attaquant l’intrigue in medias res, comme Honoré d’Urfé l’avait proposé en choisissant d’enchâsser les récits secondaires dans l’intrigue principale et de pratiquer l’analepse. Mais surtout, elle réélabore la tradition de l’épopée antique d’où vient la prééminence de l’enchâssement et celle du roman gréco-latin qui inspire l’analepse romanesque – Georges et Madeleine figurent parmi les lecteurs les plus exercés du Tasse qu’ils admirent comme poète et comme théoricien12. À l’unité d’action garantie par la narration épique, à l’effet énigmatique d’une saisissante entrée en roman, Madeleine de Scudéry substitue la mise en gloire du héros en suggérant dès la première scène, terrible, la stature exemplaire de ceux qu’elle illustre à tous les sens du terme. Voilà qui souligne l’exigence de vraisemblable en fiction, de vraisemblable de la fiction qui pose d’emblée la cohérence, tout exceptionnelle qu’elle soit, de ceux dont elle peint le cœur par les faits d’armes. Réactualiser l’antique par le moderne fonde l’exigence scudérienne, bien perceptible dans le coup d’essai en la matière – et le coup de maître – qu’ont constitué Les Femmes illustres dès 1642, comme Marie-Claire Chatelain le met en lumière. L’héroïde ovidienne, malgré la fureur des passions qui s’y font entendre et le raffinement rhétorique d’une suasoire où le sentiment doit être parfaitement feint pour plaire, est infléchie par Madeleine de Scudéry dans le sens d’un pathétique élégiaque, déjà présent dans la source latine, souligné ici par l’abstraction du vocabulaire et l’expression la plus nuancée du sentiment tendre. L’Ovide galant et érotique s’y fait modèle d’une épistolarité amoureuse et bienséante, capable d’assouplir l’artifice éloquent en délicatesse d’un cœur généreux parce que bien amoureux.

7Le réinvestissement de l’héritage antique au service d’une expression galante marque ainsi la cohérence du projet poétique de Madeleine de Scudéry d’un genre à l’autre. Tel est l’un des enjeux des Conversations souligné par Barbara Piqué : le « dessein » de leur cadre compose un « lieu » galant, qu’il s’agisse de camper les topoï de la promenade, des jardins et des palais destinés à remplacer le locus amœnus philosophique de la villa cicéronienne, ou qu’il s’agisse de transgresser le système allégorique issu de la Fable via la symbolique humaniste par la mise en scène de comportements mondains des devisants eux-mêmes, ou de leurs amis. L’herméneutique cède alors le pas à la morale enjouée, libre et railleuse de la conversation, dont la présentation ne diffère plus de ses représentations.

8La conversation galante constitue donc tout au long de la carrière littéraire de Madeleine de Scudéry le cœur de son esthétique. Son invention remonte aux débuts en fiction : telle est la constatation à laquelle parvient Rosa Galli Pellegrini en examinant les histoires « occidentales » par rapport aux récits « orientaux » dans Ibrahim. Tandis que ces derniers, inspirés de faits historiques de manière à intervenir avec force dans le récit principal, se définissent par la violence des passions et une fin tragique qui leur vaut une coloration très sombre, les premiers, issus pour la plupart de la seule imagination, se déroulent dans le cadre de conversations entre les héros génois, en Italie ou au cours de leur voyage vers la Sublime Porte et ont d’abord valeur ornementale. Aussi leur tonalité est-elle plus légère, voire comique ; leur propos en effet consiste dans l’analyse de la passion amoureuse sous une forme qui finit par tendre à la casuistique dialoguée, véritable Carte de Tendre avant l’heure. Preuve que les constantes poétiques construisent bien une esthétique identifiable : un tel faisceau de critères convergents permet de manière probante de porter ces récits au compte de Madeleine.

9Voilà qui accorde en retour l’esthétique galante à son éthique : l’évolution de la narration scudérienne des romans aux nouvelles puis aux Conversations le montre clairement. Marie-Gabrielle Lallemand s’attache avec bonheur à suivre les mutations héroïques que Madeleine fait subir à ses personnages, des nouvelles autonomes composées à la suite des grands romans aux narrations insérées dans le cadre de telle ou telle conversation, afin de mettre au jour le bilan poétique qu’elle tire d’une vie de littérature. Insérer la fiction dans la conversation favorise la réévaluation du vraisemblable romanesque et, partant, de l’exemplarité héroïque. De Célinte au Comte d’Albe, il s’agit comme dans le Cyrus ou la Clélie de mêler personnages et faits historiques et personnages et faits inventés, de manière à rendre crédibles les seconds tout en colorant avec éclat les oublis de l’histoire, moralisés par l’analyse des passions glorieuses. Au contraire, l’Histoire de Bélise dans les Conversations morales de 1686, l’Histoire de Mélinte dans les Nouvelles Conversations morales de 1688 et l’Histoire du Prince Ariamène dans les Entretiens de morale de 1692 ne s’inscrivent plus dans l’histoire héroïque ni dans une galanterie idéalement poursuivie, mais dans le monde aussi réel qu’imparfait des hommes et de leurs déceptions. En explorant jusqu’au vrai de la conversation et de son jugement moral la voie du vraisemblable romanesque et de ses fictions moralisées, Madeleine de Scudéry achève, dans une cohérence qui n’a d’égal que sa lucidité, la construction en toute rigueur d’une poétique sans concessions.

10La lecture de la poésie de Madeleine de Scudéry permet de constater les mêmes liens entre esthétique et éthique, comme le montre Christine McCall Probes en adoptant un angle d’étude original : celui des impressions sensorielles. Qu’il s’agisse de poésie galante, de poésie de circonstance ou des poèmes chrétiens composés à la fin de sa vie, Madeleine de Scudéry étend au domaine profane l’application des sens de la tradition mystique. Nous y saisissons pleinement le travail d’une expression galante servie par la finesse de l’évocation sensorielle des passions et la peinture des héros historiques – Condé ou le Dauphin – aussi glorieux que romanesques, car signalés par d’éblouissantes hypotyposes ; nous découvrons aussi l’expression d’une dévotion sincère à laquelle la critique scudérienne n’a jusqu’à présent guère prêté attention, et que cette communication invite sans aucun doute à relire.

11Ces questions de poétique trouvent encore leur unité dans celle de la langue et de sa littérarité. Wanda Klee et Sabine Koloch nous livrent une passionnante enquête sur une conversation, bien réelle celle-ci, à laquelle a participé Madeleine de son vivant. En 1665, l’érudit allemand Johann Christoph Wagenseil se rendit chez celle que les Allemands considéraient alors comme le plus grand écrivain français, en correspondance avec des savants comme Leibniz ou avec de grands aristocrates comme Sibylla-Ursula von Braunschweig-Wolfenbüttel et le prince Ferdinand de Fürstenberg, afin de la consulter sur la beauté de la langue allemande. Loin de relever de l’arbitraire du goût, le jugement attendu est de la plus haute importance : en effet, il s’agit de savoir si la langue allemande est désormais assez belle pour illustrer une littérature nationale qui fait encore cruellement défaut – la qualité de la traduction allemande de la Clélie, par rapport à la version italienne, pourrait en constituer la preuve. La romancière est érigée en arbitre souverain, prouvant la haute stature intellectuelle qu’elle s’est acquise dans la République des Lettres européennes : que Wagenseil ouvre son Histoire de la ville de Nuremberg par le récit de cet entretien confère alors valeur symbolique à la figure de Sapho, dont la « conversation »– entendons ici, commerce et forme de l’échange verbal – sert de modèle aux lettrés comme aux gens du monde.

2. La « Morale du monde »

  • 13 Selon Nicéron, Madeleine de Scudéry aurait désavoué ce faux-titre : Mémoires pour servir à (...)

12Car l’univers de Madeleine de Scudéry est loin de se fermer sur la clôture de formes littéraires achevées : cette œuvre se veut constamment ouverte sur le monde, dont elle accueille et refigure les valeurs, dont elle inscrit les pratiques (conversation, promenades, jeux galants, musique, etc.) au cœur même de son invention. Ce complexe et fécond va-et-vient entre littérature et sociabilité, entre les « innocents mensonges » de la fable et les objets bien réels du monde – personnalités historiques, lieux et temps, valeurs en débat, rituels sociaux et réseaux d’amitié déclinés sous tous leurs aspects – ne saurait se penser sur le mode réducteur du reflet, ni par l’opposition ici intenable entre texte et contexte. C’est au contraire dans la mise en évidence de la constante interaction de l’un et l’autre que l’on peut se donner une chance de saisir, dans sa spécificité, la richesse d’une œuvre dont les seules catégories poétique et esthétique échoueraient à rendre compte. La reconversion opérée par Madeleine de Scudéry dans la dernière partie de sa carrière, de romancière en moraliste, à partir des matériaux mêmes des romans, est à ce titre un signe net de cette vocation du discours à agir sur un monde dont par ailleurs il récite et recompose les phénomènes dispersés, donnant sens à une réalité sans lui muette. Thomas Guillain, éditeur parisien en 1686 des Conversations morales qui succédaient aux quatre volumes précédemment parus (1680 et 1684) l’avait-il compris, qui proposa comme faux-titre à ces deux tomes – sans l’aveu de Madeleine de Scudéry13 – l’intitulé ambigu de Morale du monde ?

  • 14 Dans une lettre datée du 28 février 1654, publiée par E. de Barthélemy (Sapho, le mage de (...)
  • 15 Voir E. Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme, 1580-1750, p. 9-14
  • 16 M. Fumaroli, « L’empire des femmes, ou l’esprit de joie », La Diplomatie de l’esprit, p. 3 (...)
  • 17 Voir aussi, de Ch. Morlet-Chantalat, « Parler du savoir, savoir pour parler : Madeleine de (...)

13Le mot-clé de cet univers, à la charnière entre le monde et les belles-lettres, est bien évidemment la galanterie, dont Sapho avait dès 1653 (dans une conversation du Grand Cyrus reprise et amplifiée en 1684) entrepris de préciser la source et les manifestations : inventé par A. Godeau, le Mage de Sidon, le terme de saphonisme en résumerait ainsi la doctrine, « pour expliquer la plus délicate galanterie »14. Et l’on est bien en droit, en effet, de donner quelque consistance philosophique aux propositions morales de Madeleine de Scudéry. Car cette « doctrine » non seulement s’alimente aux sources vives de la politesse mondaine, mais recueille encore l’héritage philosophique de l’antique paideia15, elle-même réinterprétée dans le contexte de l’humanisme dévot16 : « esprit de joie » et douceur en résument les vertus majeures, tolérance et complaisance les manifestent sur le plan des usages civils. C’est en ce sens que peut se comprendre la présence dans Clélie de la figure de Pythagore, analysée par Ch. Morlet-Chantalat. Un double enjeu sous-tend cette étude : mettre en lumière tout d’abord le rôle joué, dans la formation de la culture mondaine, par des « passeurs » comme Ménage (éditeur des Vies de Diogène Laërce à la tradition de laquelle Madeleine de Scudéry puise libéralement) ou Pellisson, et l’adaptation nécessaire de ces sources au public des honnêtes gens17 ; s’interroger dans le même temps sur l’actualisation possible de cette figure, qui prend sa pleine dimension à la lumière des débats contemporains. À travers les mystifications railleuses d’Amilcar – dont la clé renvoie au poète Jean-François Sarasin, connu pour ses positions sceptiques – et la crédulité fanatique du pythagoricien Damon, c’est à un examen critique des diverses postures religieuses que s’exerce le jugement mondain, refusant tout à la fois pruderie, mysticisme et libertinage.

14L’idéal galant ne s’épuise donc pas dans le jeu du rituel social : il peut encore se réaliser, si ce n’est se transcender, dans une conception héroïque de l’amour. C’est ce que montre M.-O. Sweetser, en s’appuyant tout particulièrement sur la nouvelle de Célinte : né de la force irrésistible de l’inclination, nourri par la tendresse, préservé enfin des aléas de la fortune, des effets de la jalousie et de l’ambition par une constance que les épreuves ne parviennent pas à ruiner, le lien qui unit Poliante et Célinte accomplit, dans la sphère privée de l’intimité conjugale, les plus riches promesses du saphonisme.

  • 18 Insérée dans le dernier tome du roman, paru en 1660.

15Qu’il y ait bien, dans l’œuvre de Madeleine de Scudéry, une place consentie au couple – et non pas ce refus de l’amour trop rapidement assimilé à la préciosité –, c’est ce que les communications de Cl. Carlin et S. Toczyski permettent de vérifier. L’arrière-plan théologique donne à l’enquête de Cl. Carlin la matière d’une convaincante lecture de quelques histoires intercalées de Clélie, aussi inédite que nécessaire, contrepoint légitime aux conclusions régulièrement tirées par la critique de la seule « Histoire de Plotine »18. Les thèmes orchestrés par les théologiens catholiques, depuis la tentative de revalorisation du sacrement du mariage par le Concile de Trente, trouvent en effet un écho fidèle dans la « casuistique nuptiale » que développent certaines histoires de Clélie : la résonance religieuse de la notion d’amitié tendre s’en trouve ici singulièrement précisée, ouvrant l’enquête au-delà de la seule sphère mondaine. Car ces réflexions sur l’institution du mariage ont cela en commun qu’elles s’efforcent de réguler dans une égale dynamique – celle de la modération des passions, de l’équilibre des rôles et des forces dans le couple – les exigences propres à la sphère publique de la scène sociale, et celles de l’intimité du couple.

  • 19 Dont la critique hésite encore, depuis Tallemant des Réaux, à attribuer la rédaction au fr (...)

16C’est encore dans la même tension que S. Toczyski examine dans Les Femmes illustres19 la mise en scène oratoire du couple conjugal, où se fait jour selon elle une véritable éthique, aux exigences cohérentes. Sujets de parole dans l’espace doublement public (comme fiction et comme genre littéraire) de la harangue, les « femmes illustres » ici étudiées ne tirent leur légitimité discursive que de leur statut d’épouse (veuve, répudiée, ou souillée comme Lucrèce) ; symétriquement, la force agissante de leur parole tient lieu du corps absent de l’époux, ruinant les paradigmes traditionnellement établis du féminin/corporel et du masculin/spirituel. À la différence encore des habituelles considérations théologiques, le recueil ne dénie pas au couple l’émouvante puissance du lien affectif.

  • 20 Voir notamment les travaux d’A. Génetiot. D. Denis et M. Maître cités dans la Bibliographi (...)
  • 21 Dont A. Viala a dessiné les contours depuis quelques années déjà.

17La singularité de cette voix féminine se fait tout particulièrement entendre, selon R. Kroll, dans l’œuvre poétique de Madeleine de Scudéry. Étudiée sous l’angle des gender studies, celle-ci résiste à se laisser appréhender sous l’imprécise dénomination de « poésie précieuse »– dont les20 récents travaux critiques ont en effet montré l’impropriété . Confirmant l’appartenance de ces textes poétiques à l’esthétique galante21, R. Kroll propose cependant d’y reconnaître une inflexion spécifiquement féminine, insistant sur la différence qui s’y exprime selon elle – subversion des thématiques dominantes, distance prise à l’égard de l’héritage formel du néo-pétrarquisme et du marinisme, modulation « tendre » de l’« air galant » : autant de caractéristiques qui, rapportées à cette instance féminine de l’énonciation, pourraient autoriser la formule substitutive de « poésie des Précieuses », alors conçue comme effort d’appropriation générique.

18C’est ainsi la place et le statut de cette parole ambiguë qu’il convient d’interroger. Aspirant à une dignité de droit, revendiquant l’autonomie de son espace d’expression, celle-ci a voulu trouver dans une figuration politique – le royaume de Tendre – sa représentation la plus opératoire. Si cette souveraineté est tout imaginaire, et foncièrement ludique, elle n’en est pas moins lourde de significations : l’importante communication de M. Maître s’attache à les mettre au jour, et en dégage les riches implications. Car cette fiction politique relève d’une double entreprise de modélisation. D’une part elle organise la sociabilité mondaine sous la forme d’un régime fondé en droit et en autorité : rapprochant ses principes juridico-politiques des analyses d’un Jean Bodin au siècle précédent, M. Maître en montre la saisissante modernité. Pour autant, cette figuration n’est pas exempte d’indécisions, ni la souveraine Sapho d’ambiguïtés : ici affirmée comme État républicain où la citoyenneté, fondée sur le mérite, se traduit en droit de bourgeoisie, ailleurs envisagée sous les espèces d’une monarchie absolue soumise au bon vouloir du monarque régnant sur des sujets soumis – certes de leur plein gré –, la fiction politique se déploie souplement en fonction des destinataires, des lieux de publication, et des auteurs qui la proclament. C’est d’autre part comme instrument d’une légitimation littéraire qu’elle fonctionne, construisant dans un espace singularisé, mais découpé sur le fond public des pratiques de sociabilité, une « dignité du particulier » désormais accordée à la ruelle féminine. De cette autorité nouvelle, les premiers bénéficiaires sont, autour de Madeleine de Scudéry-Sapho, les « maîtres du Parnasse galant » qui s’invente alors, en quête d’une légitimité que ce royaume imaginaire prétend leur conférer en retour.

  • 22 Voir l’Introduction à l’édition de ce texte, par A. Niderst, D. Denis et M. Maître (Paris, (...)

19Le gouvernement de Tendre figure ainsi une double régulation – celle des liens amicaux, et du champ littéraire ; c’est qu’il projette sur le plan de la cartographie allégorique les enjeux bien réels des réunions du Samedi. Celles-ci pourtant avaient suscité, dans les années 1653-1654 de la rencontre entre Madeleine de Scudéry et Paul Pellisson, une autre modalité de publication, tout à fait singulière dans sa forme : le manuscrit des Chroniques du Samedi, que présente ici A. Niderst, est en effet un objet au statut bien déroutant22. Archives scrupuleusement tenues des activités du groupe – non sans « tri » ni parfois savant désordre –, à la charge de Pellisson promu « chroniqueur », ce texte inédit s’offre au moins à trois lectures possibles : comme document sur les pratiques de sociabilité du temps, et les jeux d’écriture du groupe Scudéry en particulier, il fournit à l’historien de précieux témoignages. Ceux-ci cependant, loin d’être transparents, ont fait l’objet d’une mise en scène soigneusement concertée : l’ensemble acquiert le statut d’œuvre collective, mais à publication restreinte et contrôlée ; le manuscrit en effet ne fut jamais destiné à l’édition publique – il ne constitue donc en aucun cas le cahier préparatoire, brouillon ou dossier, d’un livre en chantier – mais circula à l’intérieur du groupe et peut-être auprès de quelques lecteurs privilégiés. Enfin les pièces ainsi rassemblées (billets, poésies, fictions allégoriques, etc.) et présentées dans le recueil livrent du groupe une autre figuration mémorable, « vive peinture » en actes de ses usages, de ses goûts, de ses ambitions littéraires.

20C’est sur les activités du Samedi que l’article d’Anne-Madeleine Goulet porte encore l’attention, dans une direction tout à fait nouvelle et prometteuse : jamais en effet n’avaient été étudiés la place ni le rôle de la musique dans l’œuvre de Madeleine de Scudéry, pourtant auteur de très nombreux airs chantés fort célèbres en leur temps. L’enquête s’appuie sur une confrontation précise entre les diverses pièces attribuables à l’auteur, présentes dans les recueils collectifs de poésie, les romans et les nouvelles, et les sources musicales contemporaines, au premier rang desquelles les fameux Recueils Ballard, du nom de leurs éditeurs parisiens de 1658 à 1694. Au terme de cette recherche, A.-M. Goulet non seulement parvient à redonner voix à ces chansons, dont elle a retrouvé les partitions, mais s’interroge sur la fonctionnalité des divertissements musicaux dans les pratiques mondaines, et sur leur présence remarquable dans le groupe Scudéry. De fécondes hypothèses en découlent, tant sur le régime de lecture des œuvres de Madeleine de Scudéry, encore très liées à une oralité au moins latente, que sur la hiérarchisation de leurs destinataires (de la connivence propre à la « compagnie choisie » qui retrouve ainsi « ses » chansons, au public élargi des lecteurs), ou encore sur la nature composite de la conversation des ruelles, ouverte aux jeux galants comme à ces « airs sérieux ».

3. Lectures de Madeleine de Scudéry

  • 23 B. Papásogli, « Il romanzo francese barocco in Italia. Bibliographia » ; E. Balmas, « Les (...)
  • 24 E. Dubois, « Les romans des Scudéry, productions et adaptations en anglais », in Les Trois (...)
  • 25 H. Bots, « La fortune des Scudéry dans les Provinces Unies aux XVIIe et XVIIIe siècles ». (...)
  • 26 « Les Scudéry en Allemagne, in Les Trois Scudéry, p. 591-596.
  • 27 Voir S. Koloch. « Madeleine de Scudéry in Deutschland. Zur Genese eines literarischen Selb (...)

21La fascination qu’exercent ces pratiques foisonnantes se répand bien-au-delà de la rue de Beauce et du Marais ; Wagenseil ne fut pas, de loin, le seul étranger à se rendre sur les terres de Sapho et à souhaiter acclimater les formes de la galanterie dans son pays d’origine : l’Italie23, l’Angleterre24, les Pays Bas25 traduisent les romans de Madeleine de Scudéry ou adaptent Ibrahim au théâtre, à la suite de Georges de Scudéry ; dès les années 1930, T. Ph. Haviland a montré l’influence des procédés narratifs scudériens sur la création romanesque d’outre-Atlantique. Mais c’est sans doute l’Allemagne qui lui a réservé le meilleur succès, bien plus durable même que dans son pays d’origine. Volker Kapp s’attache ici à prolonger et à compléter les pistes esquissées par Christian Wentzlaff-Eggebert en 199026, qui donnaient une idée de l’ampleur du sujet. L’œuvre de Madeleine de Scudéry trouve une conjoncture particulièrement favorable au moment de son introduction, et son succès ne se dément presque jamais jusqu’à nos jours. Madeleine de Scudéry est la correspondante des plus grands aristocrates, qui justement recherchent auprès d’elle la reconnaissance de leur style et de leur œuvre. De la sorte, les textes scudériens s’imposent comme modèle du goût et de la littérature, au moment même où l’Allemagne se dote d’une littérature nationale et d’une langue littéraire. Les traductions proposées par les nobles correspondants de Madeleine ou les grands auteurs de la société littéraire qui joue en Allemagne le rôle de l’Académie française, la Fruchtbringende Gesellschaft27, permettent d’inventer un lexique, une topique et une théorie des genres au service d’une littérature digne de rivaliser – le paradoxe n’est pas des moindres – avec l’hégémonie culturelle française que l’on ressent durement au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. À ce titre, la comparaison avec l’Astrée, l’autre roman français qui a fasciné l’Allemagne du XVIIe siècle, est éclairante : la guerre de Trente Ans a entraîné une considérable rupture, sociale et culturelle, si bien que le roman qui avait éduqué la France, et l’auteur que la Fruchtbringende Gesellschaft avait choisi pour maître à penser, n’a pu jouer le rôle que l’on attendait de lui, et que l’œuvre romanesque de Madeleine de Scudéry tint alors à sa place. Pour autant, les romans, dont Leibniz était assidu lecteur, ne sont pas seuls à avoir assuré l’éminence culturelle de Madeleine en Allemagne : ses Conversations furent saluées comme modèle de la politesse et du goût, érigeant Madeleine au rang de philosophe moral jusqu’au milieu du XVIIIe siècle : vision bien différente de la France au même moment !

  • 28 Voir la communication de M.-G. Lallemand dans ce volume.
  • 29 « Madeleine de Scudéry de 1660 à 1789 », art. cité supra.

22Dans son pays d’origine, Madeleine a d’abord fait l’objet de réécritures destinées à déformer, à pasticher, à transgresser la vision du monde héroïque ou la lecture précieuse du sentiment amoureux, érigé en idéal difficile à tenir même pour la romancière28. Rien de plus normal cependant : le contact des générations sur la même scène littéraire parisienne comme les prises de position de ses adversaires, qui s’estompent dès lors que l’on franchit les frontières, y conduisaient nécessairement. A. Niderst a retracé les fluctuations que connaissent les ouvrages de Madeleine de Scudéry jusqu’à la Révolution française29. Le mouvement de mépris s’amorce très tôt, dès la fin des années 1680 : Fontenelle est le seul à cette date à apprécier ouvertement les longs romans héroïco-galants dont elle reste la grande représentante.

23Les cinq études ici consacrées à l’immédiate réception nous invitent à prendre en compte la fécondité des distorsions que l’on fait subir à l’œuvre de Mlle de Scudéry. Ainsi en va-t-il du merveilleux et de la fantaisie contenue dans les cycles poétiques des Samedis : l’étude d’Elisa Biancardi montre avec beaucoup de finesse les colorations ovidiennes et le petit personnel animalier qu’en retiennent les contes de fées, qui y trouvent, autant que chez La Fontaine auquel on les associe d’abord, l’art du raccourci ironique à travers des être hybrides dont les passions et leurs stéréotypes deviennent l’objet de parodies. Ainsi en va-t-il du passage à la scène, comme le met en évidence Nathalie Pierson en étudiant la manière dont Quinault retravaille le personnage d’Artamène dans La Mort de Cyrus et Astrate, roi de Tyr. D’une part, Quinault écarte les germes de spectaculaire, voire d’horreur, que pouvait contenir le roman : nous sommes bien dans un univers tragique où règnent pitié et terreur ; d’autre part, le principe même de la double énonciation théâtrale subvertit le discours des passions, et du coup transforme la mélancolie du passionné en mercantilisme du sentiment. Cette posture ternit nécessairement l’image que des héros menacés dans leur identité généreuse donnent d’eux. S’engage dès lors une profonde transformation des passions : les spectateurs ne s’émeuvent plus au spectacle d’un destin exemplaire, mais éprouvent une étonnante combinaison de sentiments qu’il convient peut-être de nommer catharsis galante, destinée à accompagner durablement la tragédie lyrique alors naissante.

24Cette dégradation du héros conduit ainsi au pastiche – avec toute la dimension admirative envers la source que cette pratique peut contenir. E. Biancardi soulignait cette tendance aux origines du conte de fées en France : Marie-Agnès Thirard conduit une longue analyse des récits-cadres dans lesquels s’inscrivent les contes de Mme d’Aulnoy aux fins de montrer la portée de cette parodie, mais aussi ses ambiguïtés. Qu’il s’agisse de la mise en scène de l’écrivain et de son écriture, de la topique pastorale ou des stratégies amoureuses déployées dans des récits aux emboîtements multipliés, Madeleine de Scudéry apparaît bien comme le modèle de la conteuse. Si Mme d’Aulnoy raille avec bonheur dans Le Nouveau gentilhomme bourgeois de ridicules précieuses et de médiocres bourgeois – toutes et tous largement empruntés à Molière – elle revendique comme sa devancière en fiction la même liberté et gratuité de plume, elle s’attache à fragmenter en autant de voix d’une conversation partagée l’alternance irrégulière entre cadres et récits enchâssés, elle défend, enfin, la même conception d’un amour vertueux et d’une féminité moins soumise à la violence des pères ou des maris.

25Mme d’Aulnoy rejoint sur ce point Mme de Lafayette. La communication de Shirley Jones Day, consacrée au cas précis de la réception féminine dans La Princesse de Clèves, met en valeur les métamorphoses paradoxales des héros et des héroïnes chez Madeleine de Scudéry, pour souligner l’étonnante combinaison tragique qu’en retire une de ses plus brillantes héritières. En amont, Mlle de Scudéry avait déjà fait subir aux situations amoureuses des romans héroïques une transformation d’importance : le héros dont Cyrus est le parfait représentant avait placé sa gloire dans son amour et non dans sa valeur militaire. En contrepartie, l’héroïne animée par le souci de sa vertu où se fonde la gloire féminine, impose à l’amant un devoir de fidélité qui engage son action dans l’Histoire, anticipant le canevas des « histoires secrètes » qui tendront à remplacer le roman héroïque et galant au tournant des années 1670. Ainsi, l’héroïne conjure – plus ou moins efficacement – la dure politique des mariages, soumission à la tyrannie des pères ou des maris sans amour. Que Mme de Lafayette modifie le schéma et prenne le contre-pied de cette relation triangulaire (Mme de Clèves est libre de toute autorité paternelle, et tendrement aimée de son époux, ce qui ne nécessite plus l’entrée en scène de Nemours qui vient pourtant engager les péripéties du récit), voilà qui motive la tonalité tragique du roman.

  • 30 Ph. Sellier développe avec bonheur cette métaphore dans la Préface de son édition de La Pr (...)
  • 31 À preuve, le « Dialogue entre Marivaux et Mlle de Scudéry » publié en 1774 par La Dixmérie (...)

26Désormais enténébrée par ce « clair-obscur »30, la galanterie scudérienne ne peut plus s’envisager autrement que sous les espèces d’un âge d’or disparu de la conversation et de la civilité. Françoise Gevrey le met bien en valeur en interrogeant la radicale coupure que le XVIIIe siècle a pu tenter d’imposer entre le père du marivaudage et la représentante du saphonisme31 et étudie en ce sens les œuvres de jeunesse de Marivaux, des premiers romans aux journaux, puis à La Vie de Marianne. La transgression d’une poétique romanesque révolue fonde une parole qui désormais converse directement avec son lecteur – ainsi des préfaces conçues en dialogue exigeant – ou retravaille par la demi-teinte l’idéalisation du personnage romanesque. Marivaux refuse le modèle héroïque ou la conversation morale pour préférer une esthétique du plaisir, et manifeste à l’égard du monde une misanthropie marquée par le spectacle des passions ; la réécriture du personnage d’Anacharsis, présent dans le Cyrus, est à cet égard frappante. Voilà qui à rebours conduit Marivaux à ne jamais abandonner l’héritage de la conversation scudérienne, s’il se détourne d’un modèle romanesque qui lui semble périmé : les analyses de Françoise Gevrey suggèrent de pénétrantes comparaisons entre les deux arts de converser, qui font relire Marivaux sous un nouveau jour.

  • 32 A. Niderst, art. cit., p. 137.
  • 33 Rousseau. Œuvres complètes. T.I. Paris. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, p. L (...)
  • 34 A. Niderst. art. cit., p. 39.

27Il faut attendre 1768 et la publication par De la Croix de son Esprit de Mademoiselle de Scudéry32 pour que s’engage une réhabilitation acquise à la veille de 1789 – Marcel Raymond souligne combien les Rêveries du Promeneur solitaire doivent à la rêverie telle que l’a illustrée Clélie, sans que jamais pourtant Rousseau ne la mentionne dans ses lectures33. Cependant, l’œuvre n’est jamais republiée : « Elle était devenue un mythe, une forme presque abstraite, ou alors un tendre alibi, pour justifier des entreprises, qui pouvaient s’en réclamer, mais ne lui devaient rien »34.

  • 35 Béatrix, in La comédie humaine, éd. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (...)
  • 36 « Les romans de Mlle de Scudéry, qui faisaient de César une sorte de Gascon galant, étaien (...)
  • 37 Ainsi la féroce rubrique « Scudéry ». dans le Dictionnaire des idées reçues : « On doit le (...)

28En France, le rétablissement romantique de Madeleine de Scudéry dure moins encore que les monarchies... Chateaubriand rappelle dans les Mémoires d’Outre-Tombe que sa mère connaissait des passages entiers du Grand Cyrus, Balzac évoque encore avec une affectueuse ironie la tendresse de ses héros35 ; mais déjà Stendhal la rejette36, annonçant le mépris qu’entretiennent aussi bien Flaubert37 que Sainte-Beuve, dans les pages fameuses des Causeries du Lundi consacrées à Madeleine de Scudéry, dont voici l’explicit – ô combien cruel :

  • 38 Causeries du lundi, Paris, Garnier, 1859, [troisième éd. J, T. IV, p. 141-142.

Je rattacherais désormais au nom de Mlle de Scudéry l’idée non pas du ridicule, mais plutôt de l’estime, d’une estime très-sérieuse, et point du tout l’idée de l’attrait ou de la grâce.
Une fille d’un si grand mérite et sans grâce, c’est pourtant désobligeant à peindre, et c’est pénible à montrer : mais on aimerait tant à y mettre ce qui manque ! [...] Mais j’ai voulu qu’il y eût au moins [un portrait] de cette sorte, pour que la collection ne fût pas toute riante et toute flatteuse38.

  • 39 Sur Wagenseil, voir dans ce volume la communication de W. Klee et S. Koloch.

29Une fois encore, c’est d’Allemagne que vient le portrait le plus attachant qu’en donne le XIXe siècle, avec la jolie Fräulein von Scuderi d’E.T.A. Hoffmann – finement racontée et interprétée ici par Nathalie Grande. L’apparent désintérêt que pourrait manifester l’auteur des Contes fantastiques à l’égard de notre Sapho décrite plutôt en bourgeoise salonnière – erreur de datation de Clélie, mauvaise transcription de ses vers, connus uniquement par la source allemande de la nouvelle, J.C. Wagenseif39 – cache en réalité une sympathie profonde : opposée à la figure de l’artiste maudit, en l’espèce le joaillier Cardillac qui assassine ceux qui portent ses créations, Madeleine emblématise l’auteur généreux et engagé, qui mène l’action d’un bout à l’autre, sauve le couple innocent et dénoue l’énigme policière. Comme on pouvait s’y attendre, la réécriture française de la nouvelle fera purement et simplement l’économie du personnage de Madeleine de Scudéry : la revue que nous livre N. Grande est sans appel.

  • 40 Géographies du Tendre, préface de M. Onfray, Arles, Actes Sud, 1997.

30Voilà cependant qui souligne, pour finir, combien l’œuvre de Madeleine de Scudéry est une œuvre forte, susceptible d’autant de métamorphoses et de réinvestissements : tel est le constat, extrêmement positif, que nous pouvons dresser de sa présence la plus récente, accompagnant le renouveau des études critiques par lequel nous engagions ces lignes. La Carte de Tendre a tout l’air de devenir un objet privilégié de la création contemporaine : il y a quelques années, les éditions Actes Sud confiaient à différents écrivains, et non des moindres, le soin d’inventer un texte de leur cru à partir de celui de Madeleine40 ; aujourd’hui même, une artiste allemande organise ses installations en s’inspirant du texte et des gravures : nous avons le grand plaisir de publier ici pour la première fois l’interview qu’ont réalisée cet automne W. Klee et S. Koloch. Pouvait-on souhaiter meilleur renouveau, meilleur dynamisme à la vie littéraire de Sapho ?

Notes

1 Nous faisons évidemment allusion au livre de V. Cousin, La Société française au XVIIe siècle d’après Le Grand Cyrus.

2 « De l’air galant » et autres Conversations (1653-1684). Pour une étude de l’archive galante, éd. D. Denis ; Clélie. Histoire romaine, éd. Ch. Morlet-Chantalat, Paris, Champion. 2001 pour la première partie. 2002 pour la deuxième partie.

3 L’ouvrage de Rathery et Boutron (Mademoiselle de Scudéry. sa vie et sa correspondance) ne rassemble qu’un choix. certes large mais nécessairement incomplet. des lettres de Madeleine de Scudéry. et demeure de surcroît entaché de nombreuses inexactitudes et infidélités aux manuscrits.

4 L’ouvrage de R. Kroll. Femme poète, Madeleine de Scudéry und die « poésie précieuse » réunit cependant le corpus des pièces poétiques de Madeleine de Scudéry : mais il ne s’agit pas. à proprement parler, d’une édition critique.

5 Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde.

6 R. Godenne. Les Romans de Mademoiselle de Scudéry ; N. Aronson. Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au pays de Tendre.

7 Madeleine de Scudéry, Bibliographie des Écrivains Français.

8 Les trois Scudéry. Actes du colloque du Havre (1-5 octobre 1991). recueillis par A. Niderst.

9 À signaler cependant, l’article de J. DeJean : « De Scudéry à Lafayette : la pratique et la politique de la collaboration littéraire dans la France du dix-septième siècle ».

10 A. Niderst en a ouvert la voie en 1987, dans une étude centrée sur la fortune de la romancière aux XVIIe et XVIIIe siècles : « Madeleine de Scudéry de 1660 à 1789 ». Pareille enquête manque encore pour le XIXe siècle, où pourtant se cristallisent des interprétations contrastées, entre hagiographie et anathème, qui fourniront pour longtemps les lieux communs des études sur Madeleine de Scudéry.

11 Menagiana, II, p. 811. in G. Mongrédien. Madeleine de Scudéry et son salon, p. 157. Voir la communication de M.-Cl. Chatelain, dans ce volume.

12 On pourra se référer à l’édition fournie par Fr. Graziani. Discours de l’art poétique. Discours du poème héroïque.

13 Selon Nicéron, Madeleine de Scudéry aurait désavoué ce faux-titre : Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres, XV, p. 149.

14 Dans une lettre datée du 28 février 1654, publiée par E. de Barthélemy (Sapho, le mage de Sidon, Zenocrate. Étude sur la société précieuse d’après les lettres inédites de Mademoiselle de Scudéry, de Godeau et d’Isarn, p. 151).

15 Voir E. Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme, 1580-1750, p. 9-14.

16 M. Fumaroli, « L’empire des femmes, ou l’esprit de joie », La Diplomatie de l’esprit, p. 321-339.

17 Voir aussi, de Ch. Morlet-Chantalat, « Parler du savoir, savoir pour parler : Madeleine de Scudéry et la vulgarisation galante », Femmes savantes, savoirs des femmes, p. 177-195.

18 Insérée dans le dernier tome du roman, paru en 1660.

19 Dont la critique hésite encore, depuis Tallemant des Réaux, à attribuer la rédaction au frère ou à la sœur.

20 Voir notamment les travaux d’A. Génetiot. D. Denis et M. Maître cités dans la Bibliographie en fin de volume.

21 Dont A. Viala a dessiné les contours depuis quelques années déjà.

22 Voir l’Introduction à l’édition de ce texte, par A. Niderst, D. Denis et M. Maître (Paris, Champion, coll. « Sources classiques ». 2002).

23 B. Papásogli, « Il romanzo francese barocco in Italia. Bibliographia » ; E. Balmas, « Les Scudéry en Italie », in Les Trois Scudéry, p. 135-145.

24 E. Dubois, « Les romans des Scudéry, productions et adaptations en anglais », in Les Trois Scudéry, p. 597-607.

25 H. Bots, « La fortune des Scudéry dans les Provinces Unies aux XVIIe et XVIIIe siècles ». in Les Trois Scudéry, p. 579-590.

26 « Les Scudéry en Allemagne, in Les Trois Scudéry, p. 591-596.

27 Voir S. Koloch. « Madeleine de Scudéry in Deutschland. Zur Genese eines literarischen Selbstbewuβtseins bürgerlicher Autorinnen », p. 213-255. Bon historique de la société chez F.W. Barthold, Geschichte der Fruchtbringenden Gesellschaft. Sitten, Geschmacksbildung une schöne Redekünste deutscher Vornehmen von Ende des XVI. bis die Mitte des XVII. Jahrhunderts, Berlin. A. Duncker, 1848.

28 Voir la communication de M.-G. Lallemand dans ce volume.

29 « Madeleine de Scudéry de 1660 à 1789 », art. cité supra.

30 Ph. Sellier développe avec bonheur cette métaphore dans la Préface de son édition de La Princesse de Clèves, Paris, le Livre de Poche classique, 1999.

31 À preuve, le « Dialogue entre Marivaux et Mlle de Scudéry » publié en 1774 par La Dixmérie. sur lequel Fr. Gevrey ouvre de manière stimulante son texte.

32 A. Niderst, art. cit., p. 137.

33 Rousseau. Œuvres complètes. T.I. Paris. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, p. LXXVI.

34 A. Niderst. art. cit., p. 39.

35 Béatrix, in La comédie humaine, éd. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976, T. II, p. 788.

36 « Les romans de Mlle de Scudéry, qui faisaient de César une sorte de Gascon galant, étaient bien plus faux quant aux mœurs et n’avaient pas cette délicatesse [qu’ont les Mémoires de Bassompierre] ». Journal du 22 avril 1839, in Œuvres intimes. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1982, p. 347.

37 Ainsi la féroce rubrique « Scudéry ». dans le Dictionnaire des idées reçues : « On doit le blaguer, sans savoir si c’était un homme ou une femme ».

38 Causeries du lundi, Paris, Garnier, 1859, [troisième éd. J, T. IV, p. 141-142.

39 Sur Wagenseil, voir dans ce volume la communication de W. Klee et S. Koloch.

40 Géographies du Tendre, préface de M. Onfray, Arles, Actes Sud, 1997.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search