Version classiqueVersion mobile

Albert Camus et les écritures du xxe siècle

 | 
Sylvie Brodziak
, 
Christiane Chaulet Achour
, 
Romuald-Blaise Fonkoua
, 
et al.

Diversité et réception de Camus

La représentation dictionnairique d’Albert Camus1

Jean Pruvost

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Annie Galarneau, lexicologue de talent, qui m’a considérablement aidé (...)

Le dictionnaire Larousse, tu penses peut-être qu’il est fait pour les mouches. Mon cher, avec le dictionnaire Larousse en sept volumes, celui qui a des images, tu as connu Stanley, Timour, Gustave Adolphe et pas mal d’autres. Tous les gens qui font ces romans extraordinaires que tu lis [...], tous ces gens ont pioché le dictionnaire Larousse.

C’est ainsi qu’en 1938 Georges Duhamel, dans la Chronique des Pasquier, rappelle indirectement que les dictionnaires, les Larousse en l’occurrence, constituent tout à la fois une source d’informations textuelles, un témoignage illustré et, ce faisant, un lieu d’interprétation et de représentation.

1Quelles informations successives sont données sur Camus dans les dictionnaires français à celles et ceux qui y « piochent », selon la formule de G. Duhamel ? Quelles sont plus largement les différentes représentations qui en sont offertes ? Quels éléments biographiques, quelles œuvres, quelles citations ont retenu plus particulièrement l’attention ? Ce sont là, dans le désordre, quelques questions qu’il a semblé utile de se poser dans le cadre du Colloque extrêmement stimulant organisé par Christiane Achour sur Albert Camus et les écritures du XXe siècle.

2Trois remarques préliminaires s’imposent concernant l’éclairage particulier offert par les dictionnaires sur les sujets qui y sont traités.

3Rappelons tout d’abord que l’apparente neutralité des dictionnaires ne représente en fait que le reflet de la doxa du moment, il suffit en effet de suivre un même article – en la circonstance celui consacré à Albert Camus – dans les éditions successives d’un même dictionnaire pour constater une manifeste évolution du regard porté sur un écrivain et son œuvre. On ne s’étonnera pas, par ailleurs, que deux dictionnaires distincts sur un même sujet laissent percevoir des différences sensibles d’interprétation. La présence ou l’absence d’un article ou d’une information restent de surcroît symptomatiques des choix et des interprétations qui sont mises en œuvre par les lexicographes.

4Soulignons ensuite que l’information apportée est directe ou indirecte. Tantôt, en effet, il s’agit d’un dictionnaire encyclopédique, et alors l’information est apportée directement sur l’homme et l’œuvre, avec donc une interprétation propre au lexicographe, au sein d’articles faciles à trouver dans leur ordre alphabétique. Tantôt il s’agit au contraire d’un dictionnaire consacré à la langue, et c’est indirectement, au détour d’un mot, que l’auteur et son œuvre sont requis pour offrir une citation opportune en guise d’exemple, avec en l’occurrence dans le choix de la citation un autre type d’interprétation qui n’a, malgré les apparences, rien d’objectif.

5Enfin, pour qu’une étude de ce type ait quelque pertinence, il convient de ne pas se contenter de quelques dictionnaires consultés au hasard des ouvrages disponibles dans telle ou telle bibliothèque, mais bien au contraire de procéder à une consultation réfléchie d’un grand nombre de dictionnaires, en ayant du recul sur leur histoire et les méthodologies mises en œuvre.

6Ainsi, faut-il tout d’abord, en diachronie, traquer l’apparition de Camus dans les dictionnaires, en quelque sorte repérer la naissance lexicographique d’Albert Camus, puis ce repérage étant fait, consulter à partir de là l’essentiel des dictionnaires offerts sur le marché, pour aboutir à une étude contrastive qui tire son intérêt par le fait même qu’elle est menée d’éditions en éditions. On s’intéressera donc ici plus particulièrement aux dictionnaires encyclopédiques, ceux qui incluent les noms propres et, puisqu’il s’agit de bénéficier d’une représentation biographique à l’échelle d’un public français, les Petit et Grandṡ Larousse constitueront un terrain d’observation privilégié. Mettre en relief les éventuels moments de rupture, d’ajouts et de métamorphose, tel pourrait être le premier objectif.

7La naissance lexicographique de Camus doit aussi être traquée dans la langue, et en l’occurrence dans les dictionnaires qui appuient leur description de la langue non pas sur des exemples forgés mais sur des exemples cités. Nous enquêterons donc ici dans un autre type de dictionnaire, les dictionnaires de langue tels que le Petit Robert et le Grand Robert, mais aussi dans le Trésor de la langue française élaboré par le CNRS et l’institut National de la Langue française. Mettre en valeur les différents choix qui ont été opérés dans l’œuvre d’Albert Camus, repérer les types de mots et les idées qui ont été retenus, essayer d’indiquer à la suite de ces constats quelques pistes de recherche, tel pourrait être le second objectif.

1. Albert Camus, objet d’articles et de métamorphoses lexicographiques

8L’objectif consiste ici d’abord à repérer la première entrée d’Albert Camus, en tant que thème d’article biographique au sein d’un dictionnaire et, ensuite, à partir de l’ouvrage lui décernant ainsi un acte officiel de naissance dictionnairique, à suivre l’évolution des articles qui lui sont consacrés jusqu’au seuil du XXIe siècle.

9Le premier dictionnaire où Albert Camus ait fait son entrée en tant qu’article est le Petit Larousse. On se propose donc d’effectuer un premier parcours camusien sur ce paradigme national que représente le Petit Larousse, présent selon les statistique dans tous les foyers français, et dont il faudrait rappeler qu’il s’en vend tous les ans plus de 600 000 exemplaires, avec par exemple pour le millésime 2001 plus d’un million d’exemplaires achetés.

1.1. Le Petit Larousse illustré

L’éclosion de l’article Camus : 1954

10Le premier Petit Larousse date de 1905 – il s’agit donc du millésime 1906 – et il serait bien évidemment ridicule d’y chercher Albert Camus. Rappelons cependant la présence de trois Camus, tout d’abord Jean-Pierre Camus, évêque de Bellay et ami de saint-François de Sales (1582-1863), ensuite Charles Étienne-Louis Camus, mathématicien français (1699-1768), et enfin, Armand-Gaston Camus, savant jurisconsulte et conventionnel (1740-1804). Signalons tout de suite que, dans le millésime 2002, les deux premiers Camus ont été éliminés au profit d’Albert Camus (1913-1960), pendant que le troisième, Armand Camus, a lexicographiquement survécu. Aux sept lignes qu’occupaient les trois Camus de 1905 dans la seconde colonne, correspondent en 2002, 12 lignes dont 8 pour Albert Camus dans une troisième colonne, sans oublier, pour être précis, une photographie d’Albert Camus de 4 cm sur 4 cm, en noir et blanc, légendée : « Albert Camus au festival d’Angers en 1953 ».

11La première question à laquelle il faut répondre reste donc celle concernant la première entrée d’Albert Camus dans les colonnes du Petit Larousse : Albert Camus fait en réalité sa percée dans le dictionnaire avec le millésime 1954, c’est-à-dire en juillet 1953, la même année que le festival d’Angers..., petit clin d’œil lexicographique, même si le premier article qui lui est dévolu est dépourvu de photographie. Comment Albert Camus y est-il présenté ? Quatre lignes lui sont consacrées :

CAMUS (Albert), écrivain français, né à Mondor (Algérie) en 1913 ; auteur d’essais (le Mythe de Sisyphe), de romans (l’Étranger) et de pièces de théâtre (Caligula).

12L’impression donnée est celle d’un écrivain complet, diversifié dans son œuvre, de l’essai au théâtre en passant par le roman. Cette naissance est sobre, mais l’on sait combien l’entrée dans le Petit Larousse illustré est déjà en soi une consécration.

Du vivant d’A. Camus, une photographie et un article à interpréter : 1959

13Il faut ensuite attendre qu’en 1959 le Petit Larousse illustré fasse peau neuve, c’est-à-dire qu’il bénéficie d’une refonte totale et change même de titre, devenant le « Petit Larousse » sans avoir besoin de préciser qu’il est illustré. Cette refonte comporte 1814 pages d’un format sensiblement supérieur, « avec une documentation continuellement renouvelée » et, pour la partie « Arts, Lettres, Sciences », « de nombreuses nouvelles notices concernant les hommes politiques, les écrivains », etc.

14Ici Camus, bénéficie d’un nouvel article, de six lignes, mais au-delà de ces deux lignes supplémentaires, se repère surtout, juste au-dessous d’un tableau représentant le compositeur français du XVIIIe siècle, André Campra, en perruque, la photographie en noir et blanc d’Albert Camus, âgé d’une trentaine d’année. Il s’agit d’une photographie d’identité sans cachet ni mise en scène. Camus y ressemble à un premier communiant...

15Quel est le contenu de l’article ?

CAMUS (Albert), écrivain français, né à Mondovi (Algérie) en 1913 ; auteur d’essais (le Mythe de Sisyphe), de romans (l’Étranger, la Peste) et de pièces de théâtre (Caligula, les Justes). [Prix Nobel de littérature, 1957.]

16Au-delà d’un détail, Mondor qui devient Mondovi, l’article s’étoffe des nouvelles œuvres et d’une information supplémentaire concernant le prix Nobel. En somme, le prix Nobel se concrétise dans le Petit Larousse par l’ajout insigne d’une photographie. Avouons tout de suite que, de son vivant, bénéficier d’une photographie dans le Petit Larousse représente une marque manifeste de grande notoriété. C’est le cas aussi de J.-P. Sartre, dont l’article comporte également six lignes.

17À titre indicatif, en consultant toute la partie « Arts et Sciences » du millésime 1959 du Petit Larousse, quels autres écrivains français contemporains bénéficient d’une photographie ? On en trouvera la liste complète en annexe mais parmi les contemporains d’A. Camus ou plus largement parmi les écrivains de la fin du XIXe s et du XXe s. sont retenus par exemple Anouilh, Apollinaire, Barrès, Baudelaire, Bergson, Berthelot, L. Bloy, Brecht, Carco, Claudel, Colette, Desnos, Duhamel, D’Annunzio, Desnos, Dos Passos. Duhamel, Eluard, Farrère, A. France, Giono, Giraudoux, E. et J. Goncourt, Herriot, Huysmans. Ibsen, Jammes, Kafka, Maeterlinck, Mallarmé. Malraux, Mauriac, Maurois, Maurras, Montherland, Moréas, Pagnol, Péguy, Marcel Proust, Rimbaud, Romains, R. Rolland, Saint-Exupéry, Saint-John Perse, Sartre, Simenon, Valéry, Verlaine, Zola.

18Cette consultation, à laquelle on a certes pris un certain plaisir, n’est pas par ailleurs sans indices intéressants pour éclairer Camus à travers l’interprétation dictionnairique dont il fait l’objet. Ainsi, 31 auteurs du XXe siècle ont bénéficié d’une photographie ou d’une illustration présentée sous la forme d’un portrait, peinture ou dessin. Dans la mesure où, du vivant d’un auteur, les éditeurs de dictionnaires demandent à ce dernier le portrait qu’il souhaite voir figurer dans le dictionnaire, la photographie dénudée, inexpressive, envoyée à la Maison Larousse par Camus ou par son éditeur reste quelque peu étonnante. Elle tranche avec la plupart des documents envoyés par ses contemporains, où la photographie se révèle au contraire expressive. Ainsi, Simenon est-il représenté avec la pipe, l’objet transitionnel par excellence, et en bras de chemise, chemise ouverte, en somme il se met en scène, pendant que Camus s’efface derrière la platitude d’une photographie d’identité.

19On ajoutera, pour faire bonne mesure, que ce Petit Larousse millésimé 1959 correspond à l’avant dernier Petit Larousse à offrir un article du vivant de l’auteur. Ce n’est pas sans importance, parce que comme il se doit, un article rédigé du vivant d’un auteur est toujours soumis à ce dernier, qui n’est certes pas maître du nombre de lignes qu’on lui consacre et de l’espace qu’on lui réserve pour une éventuelle illustration, mais il peut refuser, en tout cas un temps, de paraître dans le dictionnaire, comme il peut demander une modification des éléments qui le concernent. On a donc, peu ou prou, toujours plus ou moins une autobiographie minimale ou, à tout le moins, un texte contrôlé à travers l’article consacré à un auteur de son vivant. Il peut arriver qu’il y ait une modification l’année suivante. Ici, ce ne sera pas le cas, l’article restera inchangé jusqu’au millésime 1968, à l’exception bien entendu de la mention de la date de son décès.

20Quelque chose de très étonnant, est également à relever à propos de la représentation patronymique d’une personne, entendons ici la mention facultative du prénom. La consultation attentive de toutes les pages de la partie « Arts et Sciences » révèle que Camus est un des très rares écrivains à bénéficier de la mention de son prénom, et, pour sa génération, il est le seul écrivain dont le prénom figure en toutes lettres. Il s’agit certes de le dissocier d’Armand-Gaston Camus, « jurisconsulte français, né à Paris (1740-1804), premier conservateur des Archives nationales », ou de Jean-Piere Camus, « évêque de Belley, né à Paris (1584-1652) », « ami de saint François de Sales » qui « polémiqua avec les protestants et les moines ». Mais cette éventuelle justification reste insuffisante, parce que, d’une part, lorsque le prénom est donné en légende des illustrations de célébrités pour les dissocier d’autre patronymes homonymes, il s’agit toujours des initiales et, d’autre part, gageons qu’il n’y a guère de risques que Camus, en portrait américain, avec ses cheveux courts et sa cravate soit confondu avec ses homonymes du XVIe ou du XVIIIe siècle...

Un article post mortem : 1961

21Un changement majeur intervient naturellement pour le millésime 1961, paru en juillet 1960 : le décès de Camus, le 4 janvier 1960, entraîne en effet automatiquement une modification de l’article qui, au demeurant, n’est pas remis en chantier, il s’agit seulement d’un ajout, hélas définitif, la date du décès.

CAMUS (Albert), écrivain français, né à Mondovi (Algérie), [1913- 1960] ; auteur d’essais (le Mythe de Sisyphe), de romans (l’Étranger, la Peste) et de pièces de théâtre (Caligula, les Justes). [Prix Nobel de littérature. 1957.]

22Quelques années passent ainsi sans le moindre changement, mais comme l’histoire connaît des moments plus intenses que d’autres, on ne s’étonnera pas qu’en s’approchant de 1968, il y ait quelques métamorphoses.

La refonte de 1968 : l’homme et l’œuvre en réticulation

23Ainsi, avec l’édition du millésime 1968, dixit les éditeurs, on franchit « une nouvelle étape ». L’ensemble de l’ouvrage est en effet remis sur le chantier et cette refonte, profonde dans le domaine de la langue, touche aussi la partie « Arts, Lettres, Sciences » avec de nombreuses notices nouvelles et « une multitude d’indications plus précises qu’autrefois. ». Le Petit Larousse qui devient alors le « Nouveau Petit Larousse » se présente désormais sur trois colonnes et, à l’article CAMUS, installé en première colonne (p. 1216), correspond, en regard et sur la colonne du milieu, un portrait, d’Albert Camus, souriant cette fois et la tête légèrement penchée.

24Il ne s’agit plus désormais de la photographie confiée par l’auteur aux éditeurs mais du choix des éditeurs qui ont bien perçu que la photographie précédente était sans chaleur et correspondait en fait à une photographie de carte d’identité. Faut-il dire qu’avec ce changement opéré forcément sans le consentement de l’auteur commence la carrière d’un écrivain dans la légende et dans l’interprétation.

25Quant à l’article lui-même, quelques modifications sont apportées, mais elles sont importantes puisqu’il s’agit de précision et en l’occurrence des différentes dates des œuvres de l’auteur, celles qui ont été retenues par les auteurs du Petit Larousse :

Camus (Albert), écrivain français, né à Montdovi (Algérie) [1913- 1960], Il est l’auteur d’essais (le Mythe de Sisyphe, 1942), de romans (l’Étranger, 1942 ; La Peste, 1947) et de pièces de théâtre (Caligula, 1945 : Les Justes, 1949). [Prix Nobel de littérature. 1957].

26Si on limitait sa consultation à ce seul article, enrichi de quelques dates, on passerait à côté de l’essentiel. À mieux fouiller en effet le Petit Larousse, on prend conscience qu’Albert Camus a en réalité bénéficié d’une percée remarquable dans le dictionnaire : pour la première fois en effet, dans cette seconde partie du Petit Larousse dévolue aux noms propres, deux articles sont consacrés aux œuvres d’Albert Camus considérées par les lexicographes comme devant être signalées aux lectrices et lecteurs du Petit Larousse illustré, en l’occurrence, dans l’ordre alphabétique : l’ Étranger et la Peste.

27Ainsi le premier roman bénéficie-t-il de six lignes, ce qui représente un article non négligeable compte tenu du peu de place disponible.

« Étranger (l’), roman d’A. Camus (1942), court récit destiné à illustrer la pensée de l’auteur, exposée la même année dans l’essai le Mythe de Sisyphe, sur l’absurdité et l’inhumanité du monde moderne ».

28Un hasard extraordinaire, de ceux qui donne à l’ordre alphabétique le parfum du mystère, fait que l’article suivant est justement consacré à une œuvre de Jean-Paul Sartre, l’Être et le Néant :

« Être et Néant (l’), ouvrage de J.-P. Sartre (1943), dans lequel il décrit l’être humain dans ses rapports avec le monde (temporalité et surtout liberté), fondant ainsi la philosophie existentialiste issue d’Heidegger ».

29Le second roman présenté, la Peste, dispose de cinq lignes ce qui représente à l’échelle du Petit Larousse, une belle consécration, tant la place y est comptée pour les œuvres, peu nombreuses, qui ont droit à un article.

« Peste (la), roman d’Albert Camus (1947). En décrivant l’invasion de la ville d’Oran par une épidémie meurtrière, l’auteur brosse un tableau pathétique de la condition humaine ».

30Aucune autre œuvre de Camus n’est signalée, et l’article consacré au Sisyphe de la mythologie ne comporte aucune référence au Mythe du Sisyphe. Il n’en reste pas moins, si on fait le bilan des ajouts, que ce millésime est bien celui d’une percée symbolique et concrète forte de Camus et de son œuvre dans le Petit Larousse.

1981 : l’habile toilettage

31En 1981, le Petit Larousse fait de nouveau l’objet d’un toilettage important, d’abord en reprenant son titre initial « Le Petit Larousse illustré », ensuite et surtout en soumettant l’ensemble de l’ouvrage au crible d’une refonte effectuée « tant du point de vue du contenu que de celui de la présentation », en ne négligeant pas notamment « la culture contemporaine ». Ce toilettage commence par le portrait d’Albert Camus, avec une nouvelle métamorphose : plus de plan américain, mais un gros plan sur le visage, sans autre légende que la mention Albert Camus, et un portrait installé à la suite de l’article.

32Pour les initiés, on sait qu’il s’agit en réalité d’une partie de la célèbre photographie de l’écrivain prise au festival d’Angers en 1953. A. Camus, portant un imperméable mastic, très à la mode alors, y est assis au milieu des chaises vides qui font face à la scène, et il parle aux acteurs par l’intermédiaire d’un micro sur pied posé devant lui. Cette photographie est retravaillée avec un gros plan sur le visage, laissant juste apercevoir la main qu’on ne devine pas posée sur un micro. Avec le regard concentré sur l’horizon, dans l’attitude d’un intellectuel actif, Camus correspond en fait très bien au texte remodelé de l’article :

CAMUS (Albert) écrivain français né à Mondovi (Algérie) [1913- 1960], Il a traduit dans ses essais (le Mythe de Sisyphe, 1942), ses romans (l’Étranger, 1942 ; la Peste, 1947, la Chute, 1956) et son théâtre (Caligula, 1945 ; les Justes, 1949) le sentiment de l’absurdité du destin humain né du choc de la Seconde Guerre mondiale (Prix Nobel, 1957.)

33Le biographe et le critique littéraire, avec le recul qui convient, ont ici permis que soit conçu un article qui se présente comme une monographie. L’œuvre n’est plus énumérée dans ses différentes composantes, elle est insérée dans un développement de tonalité philosophique permettant de glisser ce qu’il semble essentiel de retenir, en l’occurrence le sentiment de l’absurdité.

34Quant aux articles consacrés à l’œuvre d’Albert Camus, celui consacré à l’Être et le Néant reste inchangé, mais en revanche celui proposé pour la Peste est légèrement modifié, pour gagner de la place. De même que l’Être et le Néant perd sa dernière allusion au fait que la philosophie existentialiste (qui devient d’ailleurs au passage « existentielle ») serait « issue d’Heidegger », l’article consacré à La Peste est simplifiée à une phrase de commentaire orientée différemment : « La ville d’Oran, envahie par une épidémie meurtrière, est une évocation symbolique de la condition humaine ». Du tableau pathétique on passe ainsi à l’évocation symbolique, plus proche d’une perception philosophique de l’ensemble du roman.

35Caligula ne fait toujours pas l’objet d’un article mais, en revanche, le Mythe du Sisyphe, évoqué dans l’article l’Étranger, est cette fois-ci indirectement traité dans l’article consacré au Sisyphe :

« Sisyphe, Myth gr. Roi légendaire de Corinthe, célèbre pour son ingéniosité et sa ruse. Il fut condamné après sa mort à rouler éternellement sur la pente d’une montagne un rocher retombant sans cesse avant d’avoir atteint le sommet. Lle mythe de Sisyphe est le symbole de la condition humaine se heurtant aux impératifs mystérieux de la divinité. Albert Camus a repris ce thème dans le Mythe de Sisyphe (1942) ».

36Qu’il n’y ait pas d’article consacré à l’essai est ici habilement contourné par une référence qui lui donne une aura particulière.

... et un trait d’union entre la langue et l’encyclopédie

37Un regard plus attentif de cette édition de 1981 met en relief une nouvelle avancée dans l’information apportée autour de Camus, et en l’occurrence dans le cadre du système réticulaire du Petit Larousse illustré qui ne se limite plus à la mise en réseau des éléments concernant Albert Camus dans la partie de l’ouvrage réservée aux noms propres. Il s’agit cette fois-ci d’un lien établi entre la première partie, correspondant à la description des mots de la langue, et la seconde, de nature purement encyclopédique.

38Si l’on consulte en effet l’article « absurde » dans la partie langue, on bénéficie de deux entrées, en fonction d’un dégroupement homonymique qui n’avait pas été mis en œuvre auparavant. Rappelons que le dégroupement homonymique relève de la conception distributionnaliste de la langue selon laquelle on crée de nouveaux articles, là où il n’y en avait qu’un pour un mot polysémique, considérant qu’à de nouveaux emplois correspondent des mots homonymes et non de nouveaux sens. Cette conception a notamment été défendue par Jean Dubois qui faisait partie de l’équipe de rédaction de Larousse et dont le frère, Jean Dubois, n’est autre que le rédacteur en chef de l’ouvrage. La première entrée est consacrée à l’adjectif, dans son sens général désignant ce « qui manque de logique, de sens commun », ou dans son sens philosophique qui, « selon les existentialistes », définit « la condition de l’homme caractérisée par l’absence de sens de son existence comme de l’univers ». La seconde entrée correspond au substantif et il est rappelé qu’il s’agit d’un « courant de pensée qui traduit une prise de conscience, souvent dramatique, de l’irrationalité du monde et de la destinée humaine. (Il se manifeste particulièrement dans l’existentialisme – Sartre, Camus – et le théâtre contemporain – Ionesco, Pinter, Beckett. ». Vient ensuite l’explicitation du syntagme « raisonnement par l’absurde ».

39On le constate, le réseau d’information est désormais très dense et le passage des mots de la langue aux réalités littéraires de nature encyclopédique est assuré, d’autant plus qu’il y a là un mouvement qui enrichit d’un nouveau sémantisme un mot de la langue. On ne trouvera pas cependant de lien entre l’article rédigé pour le roman l’Étranger et le mot « étranger », confirmant ainsi que le sémantisme de ce dernier mot en langue n’a pas vraiment été touché par les résonances littéraires apportées au mot qui sert de titre au roman.

1989, 1993 : la réduction d’information

40Une nouvelle mouture du Petit Larousse est élaborée pour le millésime 1989, dont le format change, mais cette mue du dictionnaire n’est pas synonyme de changement pour le réseau d’articles qui nous intéresse. Ainsi, l’article « Camus » ne subit aucun changement, si ce n’est que la photographie qui faisait suite à l’article, le concluant élégamment, est reportée en bas de page, profitant au passage d’une reprise élargie du champ de vision et d’une légende : « Albert Camus (festival d’Angers en 1953) ». La photographie et sa légende permettent ici d’accroître l’information et elle confère à Camus l’image d’un homme d’action.

41L’article proposé pour le roman La Peste est inchangé, mais en revanche celui rédigé pour l’Étranger est raccourci : l’évocation d’un « court récit destiné à illustrer la pensée de l’auteur, exposée de la même année dans l’essai le Mythe de Sisyphe » disparaît et la définition se réduit à l’évocation d’un « Roman d’A. Camus (1942), qui illustre l’absurdité et l’inhumanité du monde moderne ». C’est un peu court, mais l’ensemble n’a plus que trois lignes, et l’éditeur a dû faire de la place pour de nouveaux venus. Signalons au passage que le roman de Sartre, l’Être et le Néant, ne change pas, à ceci près qu’à la « philosophie existentielle » on substitue « existentialiste », avec décidément pour le lexicographe des doutes, existentiels peut-être... Quant à l’information apportée sur le Mythe de Sisyphe à l’occasion de l’article Sisyphe, elle reste identique à l’édition précédente.

42La période est aux économies de place comme d’énergie et, de fait, l’article « absurde » de la partie langue se transforme considérablement. La distinction est toujours établie entre l’adjectif et le substantif, mais pour ce dernier, l’explication est cette fois-ci placée en premier, en correspondance avec le « raisonnement par l’absurde », pendant qu’en second est donné le sens philosophique et littéraire : « philos, et littér. L’absurde : l’absurdité du monde et de la destinée humaine, qui ne semble justifiée par rien, chez certains auteurs contemporains. L’absurde chez Sartre, chez Camus. Théâtre de l’absurde (Beckett, Pinter, Ionesco, etc.). » Sont habilement ici mêlés des emplois du mot, l’absurde chez Camus, et des informations de type encyclopédique.

43Lors du nouveau changement de format, pour le millésime 1993, les modifications sont mineures : d’une part, la photographie de Camus reprend sa place, juste en dessous de l’article et, d’autre part, un détail est ajouté, dans les informations d’état civil toujours données en premier. Ces dernières sont en effet plus précises : « CAMUS (Albert), écrivain français (Mondovi, auj. Deraan, Algérie, 1913 – Villeblin 1960) ». Les caractères gras disparaîtront avec le millésime 1997.

1998 : un mauvais coup pour l’œuvre

44Il faut en réalité attendre le millésime 1998 pour constater de nouveaux changements, ce millésime correspondant à une véritable refonte, témoignant « de la permanence de la vocation du Petit Larousse comme ouvrage de référence pour tous, à l’écoute des évolutions de notre langue et de notre histoire, à l’heure de la « mondialisation », rappelle l’éditeur en avant-propos.

45La transformation est sensible dans la partie langue pour le mot absurde qui perd le dégroupement homonymique dont il faisait l’objet depuis les années structuralistes, symbole patent peut-être d’une influence bien amoindrie. La définition du substantif, dans son sens philosophique et littéraire, est un peu réduite : « philos., littér. L’absurde : l’absurdité du monde et de la conditions humaine qui n’apparaît justifiés par rien. Philosophie, théâtre de l’absurde ». Sartre et Camus semblent disparaître. Mais en réalité, s’ajoute à cet article une rubrique qui les réintroduit, rubrique introduite par la mention du générique « Encyclopédie » qui regroupe en quelque sorte, hors du champ linguistique, une information générale de type encyclopédique. « ENCYCL. La conscience de l’absurde, déjà présente chez Schopenhauer dont elle nourrit le pessimisme, est au cœur de l’existentialisme français (Camus, Sartre), qui en explore les dimensions éthiques et esthétiques ». On notera la mise en perspective internationale du mouvement, en écho éventuel à la « mondialisation » évoquée en avant-propos du dictionnaire, on repère également la mise en avant de Camus avant Sartre, qui ne relève sans doute pas du simple jeu d’une énumération donnée dans l’ordre alphabétique.

46L’article consacré à Camus ne change pas à l’exception d’une présentation différente des informations d’état civil, présentées en italiques et reportant la qualité d’écrivain français après les dates de naissance et de mort : « CAMUS (Albert), Mondovi, auj. Deraan, Algérie, 1913 – Villeblevin 1960, écrivain français ».

47Cependant, ce commentaire encyclopédique dans la partie langue et cette très légère modification de la présentation de la fiche signalétique cachent un mauvais coup dans la partie encyclopédique. En effet, les deux articles consacrés à l’Étranger et à la Peste ont disparu, engloutis par les économies d’espaces disponibles pour faire entrer toujours davantage de contemporains. Le coup est d’autant plus dur pour les camusiens que les sartriens n’ont pas tout perdu : l’Être et le Néant bénéficie encore de deux lignes : « ouvrage de J.-P. Sartre (1943), où il fonde sa philosophie existentialiste », ... existentialiste, les hésitations ont cessé.

48On compte évidemment sur notre Colloque pour réinsérer les romans perdus, depuis peu, puisque dans le millésime 1997, ils figuraient encore dans les colonnes du Petit Larousse. Seul le Sisyphe, sans doute de par sa vocation éternelle, échappe à la récession camusienne. On y signale toujours en fin d’article qu’ » Albert Camus en a fait le symbole de l’absurde inhérent à la condition humaine (le Mythe de Sisyphe, 1942). », ce qui est un peu plus explicite que la courte mention restée intacte depuis 1968.

49Rien ne change pour les deux millésimes symboliquement forts, 2001 et 2002 qui se vendent chacun à plus d’un million d’exemplaires, et bien entendu, pour conclure ce parcours à travers les millésimes du Petit Larousse illustré, on ne peut qu’inciter les Camusiens à faire savoir qu’il serait bon de réintroduire ce qui a été supprimé.

1. 2. Le Larousse mensuel illustré, le premier Grand Dictionnaire à avoir évoqué Camus

50À la suite des sept volumes du Larousse mensuel illustré publié entre 1898 et 1904, le directeur de ce dictionnaire, Claude Augé, a eu l’idée de publier une sorte de permanente remise à jour du dictionnaire, dans le cadre d’une revue mensuelle, présentée sous la forme d’articles, dans le même format et le même esprit que le dictionnaire encyclopédique qu’il venait d’éditer.

51Cette revue mensuelle a bénéficié alors d’un grand succès et, tous les trois ans, elle a fait l’objet d’un volume qui est venu s’ajouter à la manière d’un complément du Nouveau Larousse illustré. Il y aura ainsi 14 volumes supplémentaires publiés de 1907 à 1957, constitués en ajoutant bout à bout tous les numéros mensuels. On ne comptera qu’une seule interruption de la parution, pendant la Seconde Guerre mondiale, les éditions Larousse refusant en effet de collaborer. Ainsi, dans le tome 11 (1938-1947) du Larousse mensuel illustré publié en 1948, le numéro 400 couvrant à lui seul la période 1939-1947 fait-il partie d’un numéro spécial intitulé « La Seconde Guerre Mondiale, Numéro spécial du Larousse Mensuel, de 1939 à 1947 », avec une Préface du Général Weygand de l’Académie français. C’est dans ce numéro 400, que Camus fait son entrée lexicographique, en étant évoqué six fois successives.

1.2.1. Camus dans le n° 400 du Larousse mensuel illustré

52La toute première entrée lexicographique d’Albert Camus se fait donc page 164. dans un article intitulé Essais, récits et souvenirs où, année après année, sont présentés les faits littéraires, l’auteur n’est autre que Jean Roussel. Albert Camus se distingue en étant cité dès le début du passage consacré à l’année 1942, passage que nous reproduisons ci-dessous :

53« 1942 – Si, en 1942, la production romanesque est en baisse, celle des essais, récits et souvenirs n’aura pas été plus considérable.

54Le Mythe du Sisyphe retient, tout d’abord, l’attention. L’essai d’Albert Camus éclaire d’une vive lueur l’Étranger, qui n’était, sur le plan romanesque, qu’une illustration de cette ‘philosophie de l’absurde’ dont le Mythe du Sisyphe s’applique à dégager le contenu idéologique.

55La thèse de Camus traduit le désarroi de l’homme qui a rejeté les notions de l’humanisme traditionnel. À la question de savoir quel est le sens de la vie, l’homme ne peut apporter aucune réponse satisfaisante. Il est seul en face d’un univers irrationnel, et son intelligence ne lui est d’aucun secours. Il vit dans l’absurde. Comment affirmer la qualité d’homme dans un monde sans issue dépouillé de tous ses attributs ? Par la révolte et la lutte, qui tendent à substituer aux bonheurs des illusions un optimisme dont l’homme découvre la raison au fond même de son désespoir.

56La pensé contemporaine ne peut ignorer cet appel à un stoïcisme hautain qui souligne le caractère tragique d’une époque ».

57L’article se poursuit par une analyse du livre de Gustave Thibon, l’Échelle de Jacob, où est remarqué que l’auteur « s’applique à la défense des valeurs religieuses », puis vient Claudel, en somme en contrepoint à Camus. Il y a là, avec ce premier article lexicographique portant sur Camus, un beau témoignage du type d’analyse fait presque à chaud, au lendemain de la guerre.

58La deuxième mise en valeur de Camus a lieu page 369 de ce même numéro 400, Camus, revient en effet au cœur d’un article consacré à « la Résistance » et plus précisément dans un sous-ensemble évoquant « La littérature de la résistance ». On y rappelle entre autres que « Des écrivains, comme Jean-Paul Sartre et Camus sont en contact avec les organismes clandestins ».

59C’est page 372, que pour la troisième fois Albert Camus est évoqué, dans l’article « Roman » de l’année 1942. C’est une mise en scène au sens fort, puisque en plein centre de la page in-quarto trois photographies, trois portraits, sont proposés, celui de Marcel Aymé, celui d’Albert Camus, et celui de Louis Guilloux. Voici le commentaire consacré à Camus :

60« 1942. – L’année 1942 serait sans histoire, si elle n’était celle de la publication de l’Étranger, d’Albert Camus. Ce mince roman est l’une des œuvres maîtresses des années 1940 à 1950. Il se situe dans un climat qui n’est pas, à proprement parler, celui de l’existentialisme, bien qu’apparaissant influencé par lui. Nous entrons ici dans un monde du désespoir. Le héros de Camus est un personnage inoubliable, dont le comportement traduit un pessimisme à la fois tragique et inhumain. Il porte le poids d’un malentendu entre lui et le monde. Désorienté et solitaire dans un univers qui n’a pas de sens, il est plongé dans l’incohérence de sa destinée, incapable de donner une signification à une vie qui ne lui apporte aucune raison valable d’exister. Ainsi, Camus nous mène droit à cette philosophie de l’absurde qui sera le thème de son essai le Mythe de Sisyphe.

61Dans ce roman d’une ardente et émouvante sobriété, Camus, servi par ses dons de romancier, une fine intelligence et un sens très profond du drame, apparaît influencé par Kafka et Chestov. Il donnera le ton à une littérature pathétique qui ayant rompu avec l’humanisme traditionnel, cherchera désespérément de nouvelles façons de vivre et de penser pour exprimer le besoin de logique et de bonheur que les hommes portent en eux.

62L’événement que représente l’Étranger ne doit pas faire oublier la réapparition de Louis Guilloux, silencieux depuis le Sang noir, un très grand roman. Le Pain des rêves baigne dans cette atmosphère populiste... ».

63Dans le même article, quelques pages plus loin, on évoque à nouveau Camus, mais cette fois-ci, pour l’année 1947 : on y signale en effet dans un petit paragraphe qu’ » Albert Camus, dans un nouveau roman, la Peste, reste fidèle à sa conviction des êtres et de la vie. Derrière la fiction, ou, si l’on préfère, le documentaire d’une épidémie ravageant une grande cité algérienne, il y a le roman pathétique et douloureux de la condition humaine sentie, servie et appréhendée par une intelligence qui aiguise les grands problèmes de notre temps ». Jean Roussel reste l’auteur de cet article.

64Dans le cadre de ces synthèses par genre, ici « le roman », une autre rubrique est proposée pour le théâtre, rédigée par Jean Carat. L’article que ce dernier consacre au Théâtre, de la page 415 à la page 419 de ce numéro spécial (n° 400), comporte plusieurs parties et après quelques colonnes intitulées » L’organisation et le climat intellectuel », dans le développement suivant, « L’époque et ses thèmes », Albert Camus est de nouveau évoqué, dans le cadre d’une classification qui ne manque pas d’intérêt :

65« D’une manière générale, et peut-être sous l’influence des événements, un double courant se manifeste dans le théâtre français : renaissance d’un sens tragique accordé aux préoccupations majeures du monde actuel et s’élevant au-dessus du heurt des passions individuelles ; réapparition d’un théâtre d’idées, où sont abordées les plus graves questions métaphysiques, comme si les bouleversements extérieurs incitaient l’homme à s’interroger à nouveau sur son destin. Au premier groupe appartiennent Antigone d’Anouilh », et Jean Carat évoque alors, entre autres dans la suite, Mégarée (1942), de Maurice Druon, puis l’œuvre de Montherlant, etc. Intervient alors Camus appartenant au second courant :

66« Du second groupe, Albert Camus est le plus brillant représentant. Après le Malentendu (1944), symbole de l’effrayante solitude des hommes, il exprime, à travers les folies de Caligula (1945), l’angoisse d’un être épris d’absolu devant l’absurdité du monde ; mais ce théâtre d’une inspiration très élevée, souffre encoure d’un excès d’abstraction et d’une insuffisance de construction. ».

67Voilà ici encore un point de vue qui ne manque pas d’intérêt par rapport aux jugements portés sur Camus, considéré alors encore comme un débutant. Le temps qui passe a ensuite tôt fait, si l’écrivain confirme sa célébrité, de tout recouvrir de la marque du génie immarcescible. Ce temps n’était pas encore venu pour Albert Camus.

68Cependant, l’œuvre d’Albert Camus bénéficie déjà des projecteurs. Ainsi, à la page 417 de ce même article, on bénéficie d’une grande photographie (7,5 cm x 14), légendée « Caligula, d’Albert Camus, avec Michel Herbault (théâtre Hébertot) ». Une dernière mention d’Albert Camus est faite, en fin d’article, p. 419, où sont listés, dans une sous-partie intitulée « Les théâtres et les animateurs et les comédiens », les principaux « animateurs » du théâtre. Et Camus est à nouveau cité : « À côté des classiques (Molière, Sheridan, Becque, Musset, Ibsen) et des auteurs éprouvés (Marcel Achard, Steve Passeur), le Rideau de Paris sert avec dévouement, intelligence et discrétion les nouveaux dramaturges (Camus, Lucien Fabre, René Laporte) ou des auteurs étrangers peu connus en France (R. del Vaille Inclan) »

69On le constate, le numéro spécial 400 du Larousse mensuel illustré offre à Albert Camus un premier écrin dictionnairique, en même temps qu’il représente pour nous un témoignage critique à chaud sur son œuvre.

1.2.2. Camus dans les Chroniques du Larousse mensuel illustré

70On se contentera maintenant de signaler que dans le volume XIII, 1952- 1955, l’œuvre de Camus est évoquée par deux fois, dans la chronique intitulé « Le mois littéraire », avec le numéro 452 d’avril 1952, où figure un commentaire sur L’homme révolté, puis avec le n° 481, de Septembre 1954, avec un article est consacré à « Actuelles et l’ Été ».

71Enfin dans le dernier volume de ce Larousse mensuel illustré, le volume XIV, 1956-1957, pour le numéro 516 d’août 1957, la chronique « Le mois théâtral », est consacrée aux festivals « Les festivals : à Paris, à Angers et en Bourgogne », et dans la colonne « Au château d’Angers » sous l’article consacré au Chevalier d’Olmedo, de Lope de Vega, figure un article consacré à « Caligula d’Albert Camus ».

72La traque d’Albert Camus pourrait se continuer sans fin. mais ce serait le thème d’une thèse, compte tenu de la masse d’informations. Quels autres ouvrages lexicographiques français resterait-il ainsi à consulter dans le cadre de cette première recherche portant sur la biographie et l’œuvre d’Albert Camus ?

73Du côté de Larousse, le Larousse du XXe siècle, le Grand Larousse encyclopédique et ses successeurs jusqu’à la fin du siècle, mais aussi la série des Larousse élémentaires, des Larousse classiques. Du côté de Quillet, les petits et grands dictionnaires qui se sont succédé, en concurrence avec Larousse. Et enfin le Petit Robert des noms propres apparu en 1974.

74Il serait aussi très intéressant de repérer la réception lexicographique d’Albert Camus dans les dictionnaires étrangers. Chacun comprend qu’il y a là un travail qui n’a pas encore été fait et qui pourrait faire l’objet d’une thèse qui serait particulièrement bienvenue.

2. Albert Camus, l’homme et l’œuvre dans les dictionnaires de langue française

75Nous passons maintenant à une autre exploration dictionnairique, mais cette fois-ci dans les dictionnaires de langues, et il ne s’agit donc plus de traquer les biographies d’Albert Camus et les analyses de son œuvre, mais de repérer l’exploitation qu’il est faite de l’œuvre de Camus, et notamment pour permettre aux lexicographes d’appuyer leurs définitions sur des citations d’auteur, les exemples cités garantissant à leurs yeux et aux yeux des lecteurs une grande qualité, une sorte d’expertise.

76Comment avons-nous procédé ? Ont été choisis comme corpus des ouvrages représentatifs de la langue française, en l’occurrence le Petit Robert, puis le Grand Robert et le Trésor de la langue française (TLF). Au-delà du fait qu’il s’agit sans doute de nos meilleurs dictionnaires de langue, ils offrent un avantage immense et concret pour le chercheur : ils sont en effet disponibles soit sur cédérom, soit sur Internet. Ce qui nous a permis, grâce à Annie Galarneau, de procéder à différents calculs, en partant de diverses procédures qui devaient a priori être faciles à mettre en œuvre, mais qui se sont révélées en vérité très difficiles et très coûteuses en temps. En ont été tirés ici une série de synthèses qui nous semblent pouvoir éclairer l’œuvre de Camus.

2.1. Camus parmi les autres écrivains

77Une première recherche consiste à repérer la représentativité d’Albert Camus par rapport aux autres écrivains sollicités par les lexicographes. Il s’agit de comparer les écrivains en fonction du nombre de citations qui leur ont été empruntées, révélant ainsi une sorte de liste comparative des corpus les plus exploités, des écrivains les plus représentés dans nos dictionnaires de langue. Pour donner aux tableaux établis un caractère plus éclairant, les résultats obtenus sont présentés dans l’ordre décroissant des fréquences.

Représentation comparative des écrivains dans le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française à partir du nombre de citations choisies dans leur œuvre Le Petit Robert (1996), dans l’ordre décroissant :

Balzac : 1436 citations S. de Beauvoir 222
Gide : 1430 Marcel Aymé : 221
Victor Hugo : 1332 Pierre Corneille : 218
Zola : 881 Montherlant : 217
Proust : 650 Malraux : 175
Sartre : 626 Paul Bourget : 95
Pierre Loti : 618 Apollinaire : 76
Molière : 451 Paul Nizan : 40
Camus : 434 Mallarmé : 27
Aragon : 431 Yourcenar : 21
Colette : 409 Roger Vaillant : 10
Voltaire : 398 Corneille Thomas : 2
Racine : 327 Richard Jorif : 1.
Céline : 227

Le Grand Robert (1994) et le TLF (Internet 2000 : http://zeus.inalf.fr/​tlf.htm).

Le Grand Robert (Cédérom
1996)
Le TLF (2000) sur Internet
Molière : 5216 citations Balzac : 12157 citations
Balzac : 4879 Zola : 10913
Victor Hugo : 4564 Victor Hugo : 9587
Gide : 3709 Gide : 8206
Racine : 3160 Proust : 5256
Proust : 2655 Colette : 4078
Voltaire : 2788 Sartre : 3030
Zola : 2652 S. de Beauvoir : 2956
Pierre Loti : 1927 Céline : 2919
Pierre Corneille : 1894 Camus : 2884
Sartre : 1307 Racine : 1849
Colette : 1282 Aragon : 1679
Aragon : 1117 Malraux : 1647
Camus : 1075 P. Loti : 1646
Malraux : 912 Marcel Aymé : 1572
Céline : 769 Corneille Pierre : 1459
Marcel Aymé : 669 Molière : 1050
Montherlant : 636 Montherlant : 918
S. de Beauvoir : 701 Mallarmé : 841
Apollinaire : 292 Voltaire : 835
Paul Bourget : 232 Paul Nizan : 646
Yourcenar Marguerite : 133 P Bourget : 206
Mallarmé : 104 .
R. Vaillant : 158
Paul Nizan : 99 Apollinaire : 138
Corneille Thomas : 6 Corneille Thomas : 46
Roger Vaillant : 1 Yourcenar : 7
Richard Jorif : 0 Richar Jorif : 2

78Ces chiffres représentent une première manière d’appréhender un écrivain et sa popularité. Nous restons là cependant dans des analyses quantitatives, d’autres analyses peuvent être conduites, de type qualitatif, cette fois-ci.

2.2. Des pistes d’interprétation de la langue et du système conceptuel de Camus

79En examinant le réseau des articles où il a été fait appel à une citation de Camus, et en portant son attention sur le type de mots illustrés, une première image est perceptible à travers les dictionnaires de langue.

80Les chiffres qui ont précédé font très vite prendre conscience qu’il n’est pas possible, en tout cas hors du cadre d’une thèse, de construire une analyse sur un corpus de citations dépassant plus de mille mots. Or. pour le Grand Robert on compte 1075 citations d’Albert Camus, et pour le Trésor de la langue française, 2884. Si au départ, nous pensions traiter la totalité des corpus réunis, force nous a été d’admettre qu’il s’agissait d’une recherche de plus d’une année.

81J’ai donc choisi un corpus beaucoup plus accessible, et me semble-t-il très révélateur, en l’occurrence, les 434 citations du Petit Robert. En voici une première exploitation, l’objectif restant de dégager quelques pistes pour des camusiens dont la curiosité serait éveillée du côté de nos forêts lexicographiques.

Du maniement sémasiologique et onomasiologique des mots ayant requis une citation de Camus dans le Petit Robert

82Après avoir rassemblé l’ensemble des mots du Petit Robert concernés par des citations tirées des œuvres d’Albert Camus, il nous a semblé utile, plutôt que d’en donner une liste alphabétique formelle et froide, de les rassembler par ensembles sémantiques.

83Cette démarche, d’abord sémasiologique (du signifiant au concept), mais qui relève ensuite de l’onomasiologie (du thème aux mots qui en relèvent) s’inscrit dans la tradition sémantique structuraliste germanique instaurée par Hallig et Wartburg, celle-là même qui fit l’objet d’une grille conceptuelle (le Begriffssystem) propre à classer tous les mots d’une langue, quelle qu’elle soit, ou d’un écrivain, quel qu’il soit.

84Son application à l’analyse de l’œuvre d’un écrivain nous paraît être pour ainsi dire inexistante dans les analyses littéraires fondées sur le vocabulaire des auteurs. Il s’agit ici de regrouper tous les mots exemplifiés par une citation de Camus de manière sémasiologique, en recherchant en fonction du contexte le concept auquel il corresponde. Ensuite, on liste les concepts retenus, et on repère chaque sous-ensemble de mots relevant d’un même concept. La liste des concepts est déjà indicative par elle-même de la tonalité conceptuelle de l’œuvre de Camus, telle qu’elle est utilisée et perçue par les lexicographes.

85La démarche peut alors devenir onomasiologique : en ayant en effet repéré les concepts requis, on a une idée des mots qui illustrent chacun des concepts, avec en définitive un portrait dictionnairique et sémantique encore plus précis de l’œuvre de Camus.

Les thématiques révélées et les liste de mots y correspondant

86On présentera donc tout d’abord, dans un ordre décroissant, les thèmes qui sont issus du regroupement sémantique des mots qui ont appelé une citation extraite de l’œuvre d’Albert Camus.

8721 thèmes ont été révélés par le regroupement sémantique de l’ensemble des unités lexicales illustrées par une citation d’A. Camus. Un premier groupe de onze thèmes nous paraît susceptible d’interprétation, de par le nombre important d’unités que chaque thème regroupe. En revanche, un second groupe rassemblant dix autres thèmes nous semble très aléatoire quant à son interprétation, compte tenu du très petit nombre de mots regroupés pour chaque thème, parfois réduit à une seule unité.

88Les onze premiers thèmes sont les suivants donnés dans l’ordre décroissant par rapport au nombre des mots que chacun comporte : A. La relation, le rapport établi, avec 123 mots ; B. La philosophie et l’abstraction, avec 103 mots ; C. La médecine, avec 35 mots ; D. Le temps qui s’écoule, avec 31 mots ; E. Le corps, avec 27 mots ; F. Les cinq sens, avec 24 mots ; H. Les sentiments, avec 18 mots ; I. La politique, avec 13 mots ; J. L’église, avec 11 mots ; K. Le jugement, avec 12 mots.

89Et au-delà de ces onze premiers thèmes, on repère donc dix autres thèmes qui rassemblent trop peu de mots pour être significatifs : Le climat et la nature, avec 6 mots (diluvien, ensoleillé, flaque, un ciel lourd de menace, le vent sans aucun obstacle) ; La ville et son organisation, avec 6 mots (vérification domiciliaire, épicier, pilotis, passant, seuil, ville) ; La justice, avec 4 mots (éliminer, énoncé du jugement, plaider, dernière session) ; L’enseignement, avec 4 mots (enseignement, féliciter un instituteur, instruire, lycée) ; L’espace et le déplacement, avec 4 mots (espace, étendue, filer à toute allure, stopper) ; L’Algérie, avec 3 mots (le peuple arabe a gardé sa personnalité, qui pense au drame des rappelés, ce quartier où les gens vivaient toujours sur le seuil) ; Les métiers, avec 3 mots (emploi, mille métiers, titularisation) ; L’économie, avec un mot (perfectionnement) ; Le cinéma et la radio, avec deux mots (« je suis allé au cinéma avec Emmanuel qui ne comprend pas toujours ce qui se passe sur l’écran », les programmes radiophoniques de la semaine). Reste enfin un mot-outil : dont.

90Pour les onze premiers thèmes, on trouvera ci-dessous le relevé des mots concernés, en rappelant que le rattachement sémantique reste toujours à interpréter en fonction du contexte de la citation quand il s’agit de mots polysémiques. Le lien pouvant parfois être tenu, on n’a pas hésité à installer, quand cela semblait s’imposer, une unité dans plusieurs thèmes, certains mots relevant de plusieurs concepts à la fois. Qu’il s’agisse du thème qui s’est dégagé des regroupements sémantiques (démarche sémasiologique) ou des mots qui illustrent le thème (démarche onomasiologique), il semble bien qu’il y ait là matière à interprétation, notamment pour les onze premiers thèmes.

91Voici dans le détail chacun des thèmes du premier groupe.

A. La relation, le rapport établi : collectif, comporter, concernant, conjonction, corrélatif, difficilement, diminué, diminuer, distinguer, échelle, effectuer, élan, élever, éliminer, éloigner, empêtré, emplacement, emplir, emprunter, encadrer, endroit, enraciner, ensemble, entamer, entièrement, entre, entrer, envahir, envoyer, équilibrer, équiper, équivalence, équivoque, espace, essentiel, étendue, évacuer, évasivement, exception, exceptionnel, excuser, exemple, exigeant, expulser, extension, extérieur, face, file, filer, fort, franger, fréquentation, grossir, guère hisser, hors, importer, imputer, intérieur, jaillir, jeu, latéralement, tenir lieu de, maîtrise, manifeste, manquer, musique, milieu, monotone, multiplier, normal, obstacle, ordre, origine, ouest, pallier, participer, particularité, particularisme, partir, passer, percher, place, placer, plate-forme, pliant, poursuivre, préciser, perturber, pratiquement, prendre, pullulement, quitte pour, raccorder, rase-mottes, recouvrir, réduire, rejet, relance, remonter, renforcement, renouveler, renvoyer, réparer, replonger résider, résorber, réunion, séparer, sortir, spécial, suite, supérieur, suppression, surabondant, suspension, tendu, théorie (file), transformer, triompher, verser.
B. La philosophie, l’abstraction : absurde, bien, confrontation, conscient, conséquence, construction, création, créer, dénoncer, dessein, dialectique, dignité, dimension, envisager, équivoque, essayer, état, examen (de conscience), exemple (modèle), existence, exigence, famille (de pensée), fin, fléau, fondamental, fondation, fondement, idéologie, ignorer (attitude), imaginer (attitude), incapable, individuel, inégalité, excusable, insoumis, instable, intellectualisation, intelligence, intéressant, inutilité, juste, libération, liberticide, logique, lutte, malheur, méconnaître, menace, menacer, modèle, mort, nier, occasion, oppresseur, optimiste, outil, passif, péché, penser, perfectionnement, permanence, perpétuel, personnalité, plaider, point de vue, possibilité, préciser, prendre, preuve, prévenir, prophétie, raison, réconfortant, refuser, respect, revaloir, revaloriser, révolté, semailles, sens, signification, subversion, suicide, supérieur, supposer, suprême, sûr, surhomme, surmonter, tension, thème, théoricien, théorique, transformer, valable, valeur, versification, véritable, vide, vie, volonté
C. La médecine, la maladie : bubon, complexion, complication, convulsion, enfiévrer, égorgement, épidémie, épuiser, étouffer, expectorer, fléau, gonfler, hydrophile, inerte, infection, intérieure (douleur), lever (le cœur), pâlir, perler (de sueur), présenter (les symptômes de), préservation, prophylaxie, putréfier, quarantaine, sanitaire (personnel), secours, sous-alimenté, salles spéciales, salle spécialement équipées, stock de sécurité, verdâtre, mortalité, écarteler, équiper, établissement, grossir.
D. Le temps : avancée, continuel, différer, éternel, éternité, ère, genèse, hâte, heure, jeunesse, maintenir, naître, Noël, origine, permanence, perpétuel, poursuivre, pressant, presser, prévenir, prochain, quarantaine, renouveler, retard, suspension, temporaire, terme, tirer (un dimanche de tiré), toujours, toussaint, veille
E. L’écrit, le parler : broncher sur l’imparfait, diffuser, discours, écrivain, envolée, épigraphique, épreuve, fort (au sens fort du mot), hurler, interpeller, ironiser, mâchonner (des bouts de phrase), monologue, narrateur, plaider, plaisanter, prédication, prévenir, proposition, publier, radiophonique, rédiger, rhétorique, stylisation, témoigner, thème, voix.
F. Le corps : écarteler, écarter, s’effacer, bouillonnement d’écume du battement, épuiser, essuyer, s’étendre un peu, éventer (avec un mouchoir), huileux, humide, lancer (son pied), élan, grossir, main gauche désignant, empêtrer, exhumer, mener (son chien), osciller, faire mine de, mortalité air passif, percher, (faire la) planche, résistant, rubicond, sueur, vêtements, visage, voix.
G. Les cinq sens : écume, empester, foncer, état, gicler, glissement, inerte, iode (odeur), ligneux, limonade, liqueur, mâchonner, masse (élastique d’un cadavre), mégot, noir, ombreux, pâlir, poudreux, du rase-mottes, rubicond, (rocher), verdâtre, jubilation, monotone (une plainte), voix.
H. Les sentiments : endurci, être aimé, hésitation, imaginer, improviser, indication, malchanceux, masquer, nerveux, oisif, remâcher les fautes, renseigner, reportage, respirer (être tranquille), réticent, sautes d’humeur, surmonter, véhément.
I. La politique : édile, hérétique, institution, libération, liberticide, lutte, fusilleur, mitraillette, politicien, possédant, révolte, révolter, révolutionnaire.
J. L’église : défroquer, déicide, enfer, hérétique, judaïque, luciférien, nef, péché, prophétie, prédication, sauver.
K. Le jugement : draconien, fabuleux, faillite, fustiger, inexcusable, intéressant, lever le cœur, racaille, scandale, suprême, sûr, valable.

92De telles liste, au-delà des images générales qui s’en dégagent, permettent de se reporter au dictionnaire et de repérer ainsi les citations d’Albert Camus, dans le cadre d’un parcours conceptuel du dictionnaire.

Un lieu possible d’interprétation

93L’interprétation peut être faite à plusieurs niveaux. Tout d’abord, on constate que les mots pour lesquels on a choisi de faire appel à Camus pour les illustrer par une citation ne sont jamais, à une exception près (vérification domiciliaire), des mots rares. De la même manière, on ne repère aucun néologisme, aucun anglicisme, aucun mot familier. La langue de Camus s’y révèle dans toute sa sobriété et son classicisme.

94Ensuite, il semble bien que ce soit dans le domaine de la pensée – qu’il s’agisse de la relation, du rapport établi, ou de la philosophie, de l’abstraction – que Camus soit majoritairement exploité par les lexicographes, avec plus de 200 mots ainsi illustrés. Cependant, la liste des thèmes classés par fréquence d’illustration lexicale fait aussi apparaître l’importance de l’homme en tant qu’être physique, à travers la médecine, le corps lui-même et les cinq sens. Quant aux institutions, elles ne sont pas non plus absentes à travers l’église, la cité, et l’univers politique.

95On pouvait s’attendre à ce que l’Algérie y soit davantage représentée, mais il est clair qu’un dictionnaire de langue s’y prête bien moins qu’un dictionnaire encyclopédique et que les trois citations traitant explicitement de l’Algérie sont en revanche porteuses de messages traduisant le regard grave d’Albert Camus sur le sujet. S’agissant de l’illustration du mot personnalité, on mesure par exemple le respect qui est celui de Camus à travers la citation choisie, une citation qui éclaire évidemment aussi le lexicographe dans ses options : « Le peuple arabe a gardé sa personnalité qui n’est pas réductible à la nôtre ». La même profondeur humaine se ressent dans la citation illustrant le substantif rappelé : « Qui pense au drame des rappelés, à la solitude des français d’Algérie ? ». Plus indirecte est la remarque-citation choisie pour exemplifier le seuil : « Ce quartier où les gens vivaient sur le seuil ».

96Que Paul Robert soit né en Algérie, qu’Alain Rey et Josette Rey-Debove l’y aient suivi dans ce « phalanstère de jeunes linguistes » réunis autour de lui en 1950, n’est sans doute pas étranger aux choix des lexicographes. Il y aurait là également des pistes de recherche, avec une enquête précise sur les raisons qui ont poussé les lexicographes à choisir pour tel ou tel mot un texte d’Albert Camus. Une chose est certaine, c’est en partant d’un large relevé de citations tirées d’un vaste corpus que sont définis les mots, et ce n’est donc pas de manière déductive que ces citations sont choisies. C’est par leur pertinence, au milieu d’autres citations, qu’ont été choisis les extraits de l’œuvre d’Albert Camus.

Un dictionnaire de citations camusiennes dans le Petit Robert

97Il est bien sûr impossible de reproduire ici les citations de Camus qui ont servi à exemplifier 434 mots du Petit Robert. On se contentera de signaler que nombre d’exemples cités se prêtent en effet à remarques philosophiques.

98Qu’on en juge sur les quelques citations tirées de ce corpus, le mot illustré étant donné en italiques. « L’absurde est la notion essentielle et la première vérité. ». « Le bien public est fait du bien de chacun ». « Il n’y avait plus de destins individuels, mais une histoire collective ». « Cette confrontation désespérée entre l’interrogation humaine et le silence du monde ». « Le style d’un peintre est dans cette conjonction de la nature et de l’histoire ». « Toutes les morales sont fondées sur l’idée qu’un acte a des conséquences qui le légitiment ou l’oblitèrent ». « Une pensée profonde est en continuel devenir ». « Personne ne peut penser qu’une liberté conquise dans ces convulsions aura le visage tranquille et domestiqué que certains se plaisent à lui rêver ». « De toutes les écoles de la patience et de la lucidité, la création est la plus efficace ». « Créer, aussi, c’est donner une forme à son destin ». « L’homme peut s’autoriser à dénoncer l’injustice totale du monde et revendiquer alors une justice totale ». « Hitler, alors qu’il eût pu arrêter la guerre avant le désastre total, a voulu le suicide général ». « La seule dignité de l’homme : la révolte tenace contre sa condition ». « La révolte est une des dimensions essentielles de l’homme ». « Un écrivain garde un espoir même s’il est méconnu ». « Ce qui ne me flatte pas au bon endroit me hérisse », « La première espérance suffit à détruire ce que la peur et le désespoir n’avaient pu entamer », etc., etc. On le constate, environ un mot sur quatre fait l’objet d’une citation, ce qui constitue dans l’ensemble du dictionnaire une sorte de condensé en mosaïque de la pensée de Camus. Il y aurait là aussi une belle recherche à conduire pour analyser ce qui a été en définitive retenu d’essentiel dans la pensée d’A. Camus.

99On se souvient que dans le Petit Robert, si est bien sûr donné le nom de l’auteur de la citation, n’est pas précisée en revanche l’œuvre dont est tirée la citation choisie, ce qui rend impossible une étude immédiate sur la représentativité des œuvres exploitées. Il faut cependant rappeler que, par nature, le Petit Robert reprend en grande partie, en la réduisant, l’information apportée dans le Grand Robert. Aussi, à défaut d’avoir pu offrir une liste des œuvres citées pour le Petit Robert, en les classant dans un ordre de fréquence, nous avons effectué cette recherche à partir du Grand Robert, qui d’une certaine façon correspond à un grand Petit Robert...

2.3. La répartition des œuvres citées dans le Grand Robert et dans le Trésor de la Langue Française.

100Avec 1075 citations extraites de l’œuvre de Camus, le Grand Robert offre un corpus très important qu’il a été possible d’analyser en fonction de la représentation des œuvres utilisées. On a procédé au même travail pour un autre grand dictionnaire de langue française, le Trésor de la langue française (1971-1994) qui, avec ses seize volumes de papier et une consultation aujourd’hui possible sur Internet (http://www.inalf.fr/​tlfi), présente 2884 citations de Camus, soit plus du double que le corpus du Grand Robert, et qui donc à ce titre se révèle encore davantage représentatif.

101Sont donnés ci-dessous, dans un ordre décroissant de fréquence d’utilisation, les listes des ouvrages requis par chacun des ces deux grands dictionnaires de la seconde moitié du XXe siècle.

Liste de fréquence décroissante des ouvrages sollicités dans le Grand Robert (1075 citations)
La Peste, 466 occurrences : 43,3 % de l’ensemble.
L’Homme révolté, 233 occurrences : 21,7 %
Le Mythe de Sisyphe, 90 occurrences : 8,37 %
La Chute, 87 occurrences : 8,09 %
L’Étranger, 83 occurrences : 7,72 %
Actuelles, 78 occurrences : 7,26 %
Réflexions sur la guillotine, 9 occurrences : 0,83 %
L’Été, 8 occurrences : 0,74 %
L’Exil et le royaume, 7 occurrences : 0,65 %
Les Noces, 4 occurrences : 0,37 %
Politique et Culture méditerranéennes, 1 occurrence = 0,09 %
Noces à Tipasa, 1 occurrence : 0,09 %
Sur « les îles », 1 occurrence : 0,09 %
Un cas intéressant, 1 occurrence : 0,09 %
Lettre à Francis Ponge, 1 occurrence : 0,09 %
Les Muets, 1 occurrence : 0,09 %
La Conspiration, 1 occurrence : 0,09 %
Essais critiques, 1 occurrence : 0,09 %
Interview à « Servir », 1 occurrence : 0,09 %
L’État de siège, 1 occurrence : 0,09 %
Liste de fréquence décroissante des ouvrages sollicités dans le Trésor de la langue française (2884 citations)
La Peste, 616 occurrences : 23,65 %
L’Homme révolté : 555 occurrences : 21,31 %
L’Exil et le Royaume, 256 occurrences : 9,83 %
La Chute, 183 occurrences : 7,02 %
L’Étranger, 155 occurrences : 5,95 %
Le Mythe de Sisyphe, 145 occurrences : 5,57 %
L’État de siège, 120 occurrences : 4,61 %
Actuelles, 63 occurrences : 2,41 %
Un cas intéressant, 62 occurrences : 2,38 %
Caligula, 60 occurrences : 2,30 %
La Révolte des Asturies, 50 occurrences : 1,91 %
L’Envers et l’Endroit, 48 occurrences : 1,84 %
L’Été, 46 occurrences : 1,77 %
Le Chevalier d’Olmédo, 46 occurrences : 1,77 %
Les Possédés, 46 occurrences : 1,77 %
Les Noces, 32 occurrences : 1,23 %
Les Esprits, 27 occurrences : 1,04 %
Les Justes, 23 occurrences : 0,88 %
Le Malentendu, 23 occurrences : 0,88 %
Gournay, 20 occurrences : 0,77 %
Requiem pour une nonne, 17 occurrences : 0,65 %
La Dévotion à la croix, 10 occurrences : 0,38 %
Les Bohèmes du drapeau, 2 occurrences, 0,008 %

102Quelques constats fondés sur la comparaison s’imposent. Tout d’abord, se remarque immédiatement que viennent en tête les deux mêmes œuvres : La Peste et l’Homme révolté et si, dans le TLF, s’insère l’Exil et le Royaume en troisième position, ce sont ensuite pour l’un et l’autre dictionnaires la Chute, l’Étranger, et le Mythe de Sisyphe qui complètent le haut des deux listes.

103On remarquera ensuite que le TLF et le Grand Robert ne reprennent pas tout à fait le même corpus : 20 œuvres pour le premier et 23 pour le second, avec des choix différents. Ainsi, les œuvres choisies en commun par les deux équipes de lexicographes sont au nombre de onze (La Peste, l’Homme révolté, L’Exil et le Royaume, La Chute, L’Étranger, le Mythe de Sisyphe, État de siège, Actuelles, Un cas intéressant, l’ Été, Les Noces) et les œuvres relevant du choix exclusif de l’équipe éditoriale du Grand Robert au nombre de 8 (Réflexions sur la guillotine, Noces à Tipasa, Sur « les îles », Lettre à Francis Ponge, Les Muets, la Conspiration, Essais critiques, Interview à Servir) et de l’équipe du TLF au nombre de 12 (Caligula, La révolte des Asturies, L’Envers et l’ Endroit, Le Chevalier d’Olmédo, Les Possédés, Les Esprits, Les Justes, Le Malentendu, Gournay, Requiem pour une nonne, La Dévotion à la croix, Les Bohèmes du drapeau). Si la liste des œuvres consultées par les lexicographes du TLF est la plus large des deux listes, dans chacune des listes retenues on peut s’étonner de telle ou telle absence, par exemple de Caligula, de l’ Envers et l’ Endroit, des Possédés dans le corpus du Grand Robert et de Noces à Tipasa dans celui du TLF.

104Bien d’autres remarques pourraient être faites pour qui prendrait à bras le corps les 1075 citations du Grand Robert et les 2994 du TLF, ce qui en soit correspondrait à une belle recherche. On se contentera de rappeler que toutes les analyses portant sur l’utilisation de l’œuvre d’Albert Camus par des lexicographies, ici des équipes prestigieuses, éclairent, d’une part, la réception et la représentation de cette œuvre et, d’autre part, les choix qui sont faits par les lexicographes pour un dictionnaire dont se dégagent ainsi les caractéristiques. Que dans le Grand Robert, La Peste représente 43,3 % de l’ensemble des œuvres sollicitées, l’Homme révolté, 21,7 %, et le Mythe de Sisyphe 8,37 %, n’est évidemment pas équivalent au choix moins exclusif du TLF avec 23,65 % pour la Peste, 21,31 % pour l’ Homme révolté, et 5,57 % pour le Mythe de Sisyphe. De même que lorsque le TLF choisit une représentation de 9,83 % pour l’Exil et le royaume, le fait que cette dernière œuvre représente seulement 0,65 % des citations dans le Grand Robert n’est pas sans poser quelques interrogations. L’objectif n’est pas ici d’y répondre, mais de souligner combien les pistes de recherches sont nombreuses et sans doute prometteuses.

3. Camus dans le Littré ?

105On conclura par une anecdote significative : lorsque Christiane Achour m’a sollicité pour intervenir dans le Colloque Albert Camus et les écritures du XXe siècle, ce fut d’abord ressenti comme un grand honneur, bientôt suivi du sentiment qu’il y avait là l’opportunité de mettre en relief combien les dictionnaires constituent un lieu d’interprétation qui mériterait qu’on les prenne bien davantage en considération pour l’étude d’un auteur et de son œuvre. Cependant, l’amitié conduit à d’indignes plaisanteries et, l’espace d’un supposé bon mot, je proposais un sujet absurde : la représentation dictionnairique d’Albert Camus dans le Littré...

106Or, à la faveur d’un article sur l’œuvre lexicographique de Littré et de toutes les reprises qui en ont été faites, je découvrais quelques temps avant le Colloque que, contre toute attente, Albert Camus et l’œuvre dictionnairique de Littré n’étaient pas sans lien. En effet, en 1958, paraissait une nouvelle édition du Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré, abrégé par Beaujean, ouvrage paru initialement en 1874. Cette nouvelle édition, publiée par les Éditions universitaires et dirigée par Géraud Venzac, représentait une « refonte » selon le mot même des Éditeurs. D’une part, les étymologies y étaient revues en fonction des travaux récents et, d’autre part et surtout, puisque l’originalité de Littré consistait à offrir un grand nombre d’exemples cités, « une large place » y était faite à « des citations tirées d’auteurs du XIXe siècle non encore exploitées par Littré et même d’auteurs du XXe siècle ». En effet l’originalité de cet ouvrage qui s’est perdu dans les sables de l’édition en quelques années, malgré ses réelles qualités, consistait à offrir un corpus de citations contemporaines.

  • 2 « Des filles d’acheteurs », La Peste II ; « Je couchais sur un bat-flanc de bois », L’Étra (...)

107Qui figure en effet parmi les principaux auteurs du XXe siècle ? Albert Camus avec des citations tirées de L’Étranger, du Mythe de Sisyphe et de la Peste. Il s’agit donc ici du premier dictionnaire de langue proposé à un public lettré qui s’appuie sur l’œuvre de Camus. Certes, l’examen minutieux de 200 pages du dictionnaire ne révèle que six occurrences, celles-ci choisies par les lexicographes pour illustrer des mots très concrets (acheteur, bat-flanc, cabanon, cacheter, carte)2, ce qui d’une certaine façon fait pièce à l’usage du Grand Robert ou du Petit Robert, en partie séduit par l’aspect philosophique. Sans extrapoler, on retrouve ici, à l’échelle d’un dictionnaire, l’usage majeur qu’il est fait de l’œuvre d’Albert Camus en lexicographie : l’illustration d’un concept ou l’illustration d’un mot simple et concret.

108On a forcément conscience en formulant une telle hypothèse, que l’on procède là à une interprétation hâtive et qu’il faut aller plus avant, mais c’est bien justement l’objectif de tout ce qui a précédé : que ces quelques lignes consacrées à Camus dans les dictionnaires, l’homme et l’œuvre, suscitent force recherches plus achevées, avec de solides interprétations conduites en partant de ces données qui méritaient, nous semble-t-il, qu’on en montre l’intérêt.

Document Annexe

Auteurs bénéficiant d’une photographie dans le Petit Larousse de 1959
A. Fournier. d’Alembert (tableau : tab.), Alfieri. (tab.), Anouilh, Apollinaire (tab.), Archimède (sculpture), l’Arétin (tab.), l’Arioste (tab.), Aristophane (tab.), Aristote (tab.). Arnauld (tab.), d’Aubigné (tab). F. Bacon (tab.), J.A. de Baïf (tab.), H. de Balzac (statue). Guez de Balzac (tab.), Théodore de Banville, Barbey d’Aurevilly. Barrès (dessin de Forain), Baudelaire, Du Bellay (dessin). Béranger (dessin), Bergson, Cl. Bernard, M. Berthelot. L. Bloy, Boccace (tab.), N. Boileau (tab.), Bossuet (tab.), Brecht, Pearl Buck, Buffon (tab.), G. Budé (tab.), Byron, Calderon (tab.), Caldwell, Calvin, Camus, Carco (dessin), Carcopino. Alexis Carrel, Catulle tab.), Cervantes (tab.), Chamfort, Chateaubriand (tab.), Chaucer (tab.), Chênier (tab.), Cicéron, René Clair, Claudel, Clemenceau (tab. par Manet), Colette (par Forain), Commynes, A. Comte (tab.), Condillac (tab.), Condorcet (tab.), Confucius (tab.), J. Conrad. B. Constant (tab.), Copeau (tab.), Corneille (tab.), P.L. Courier (tab.), Courier (tab.) P. Crébillon (tab.), Cujas (tab.), Curel (tab.), Cyrano de Bergerac (tab ;), D’Annunzio, Dante (tab.), A. Daudet (tab.), Darwin (tab.), De Coster (tab.), Defoe (tab.), Descartes (tab.), Desnos (photo de profil), Dickens (tab.), Diderot (tab.), Diogène (bas-relief), Disraeli, Dos Passos, Dostoievsky (tab), Conan Doyle, Dreiser, G. Duhamel, Alex. Dumas père (tab.), A. Dumas fils (tab.), Eluard (dessin de Picasso), Emerson (tab.), Engels (tab.), Épicure (statue), Erasme, Ésope (statue), d’Euclide (tab.), Euripide (statue), H Fabre, Fabre d’Églantine, Claude Farrère, Fénelon (tab.), Feuerbach (tab.), O. Feuillet (tab.), Fichte (tab.), G. Feydeau, Flaubert (tab.), Florian (tab.), Fontenelle (tab.), A. France (par Van Dongen), Fréchette (écriv. canadien), Freud, Froissait (dessin), Fromentin (par lui-même), Furetière, Fustel de Coulanges (statue.), Galilée (tab.), Garcia Lorca, Gassendi (tab.), G. de Gaulle, Mme de Genlis, A ; Gide, Giono, Giraudoux, Goldoni (tab.), Gogol (tab.), Goethe (tab.), Edmont et Jules Goncourt (par Cavarni), Gorki (tab.), J. Grimm (tab.), W. Grimm (tab.), Guizot (tab.), Hamsum (Norvège, tab.?), Hauptmann (all., tab.), Hegel (tab.), Heine (tab.), Hemingway, Herder (tab.), Heredia (tab.), Herriot (tab.), Hobbes (tab.), Homère (statue), Hugo (tab.), A. Humboldt (tab.), Hume (tab.), A. Huxley, Huysmans (tab.), Ibsen (tab.), Jammes (tab.), Jansenius (tab.), Ben Jonson (tab.), (Jouvet), Juvénal (dessin), Kafka, Kant (tab.), Keats (tab.), (canad. Mackenzie King), Kipling (tab.), Klopstock (all., tab.), Labiche (tab.), La Bruyère (tab.), Mme de La Fayette (tab.), La Fontaine, Laforgue (dessin), Lamennais (tab.), Lamartine (2 tableaux : 1820 ; 1830 !), La Rochefoucauld (tab.). Larousse (tab.), D.H. Lawrence, Leconte de Lisle (dessin de Verlaine), Leibniz (tab.), Nino de Lenclos (tab.), Léopardi (it., masque mort, dessin), Lesage (tab.), Littré, Locke (tab.), London, Lope de Vega (tab.), Loti, Luther (tab.), Mabillon (tab.), Machiavel (tab.), Maeterlinck (dessin), Mme de Maintenon (tab.), J. de Maistre (tab.), X. de Maistre (tab.), Mallarmé (tab. par Manet), Malebranche (tab.), Malraux, Malherbe (tab.), T. Mann, K. Mansfield, Marivaux (tab.), Marmontel (tab.), Marot (tab.), Marx, Massillon (tab.), Maupassant, Mauriac, Maurois, Maurras, Mérimée (dessin), Michelet (tab.), Mickiewics (statue), S. Mill (tab.), Milton (tab.), Mistral, Molière (tab.), Montaigne (tab.), Montesquieu (tab.), Montherlant, Moréas (tab.), A. de Musset (tab.), Nerval (tab.), Nietzche (tab.), Nodier (tab.), Anne de Noailles (tab.), Novalis (all., tab.), Nostradamus (tab.), O’Neill, Charles d’Orléans (tab.), Pagnol, Papini (it. tab.), Pascal (tab.), Péguy, Perez de Ayal (esp.). Ch. Perrault (tab.), Pétrarque (tab.), Pirandello (tab.), Platon (sculpt.), Plutarque (tab.), Poe, Marquise de Pompadour (tab.), Pope (tab.), Pouchkine (tab.), M. Proust (avec son prénom), Proudhon, Pyrrhon (tab.). Quinault (tab.), Rabelais (tab.), Racine (tab.), Régnard (tab.), M. Régnier (tab.). Renan, J. Renard (dessin), Cardinal de Retz (tab.), Rimbaud, Rivarol (tab.), J. Romains, R. Rolland. Roland (Mme, tab.), Ronsard (tab.), E. Rostand (tab.), J.-J. Rousseau (tab.), Saadi (le plus grd poète persan, dessin), Lemaistre de Sacy (tab.), Sainte-Beuve (crayon de Heim), Saint-Évremond (tab.), Saint-Exupéry (dessin), Saint-Laurent (homme polit, canadien), Saint-John Perse, Duc de Saint-Simon (tab.), Salacrou, G. Sand (par Delacroix), SARTRE, Scaliger (it., tab.), Schiller (tab.), Schopenhauer (tab.), Madeleine de Scudéry (tab.), Walter Scott (tab.), comtesse de Ségur, Sénèque (tab.), Marquise de Sévigné (tab.), Shaw, Shelley (tab.), Sheridan (tab.), Shakespeare (tab.), Sienkiewicz (polonais, tab.), Simenon (avec la pipe, photo. : contraire de Camus, convenu, ici en bras de chemise, rappeler que c’est l’écrivain qui donne la photographie), Socrate (dessin de David), Sophocle (sculpt.), G. Sorel (tab.?), Spinoza (tab.), Mme de Staël (tab.), Steinbeck, Stendhal (par Cosyns), Stevenson (tab.). Sue (tab.), Swift (tab.), Synge (irlandais ; tab.), Tagore (poète indien, tab.), Taine (tab.), (Talma), le Tasse (tab.), Tchékhov (tab.), Teilhard de Chardin, Tennyson (tab.), Saint Thomas d’Aquin (tab.), F. Thomson (tab.), Thucydide (sculpt.), Tite-Live (tab.), L. Tolstoï (tab.), Tourguéniev (tab.), Twain (tab.), Uhland (all., tab.), Unamuno (esp.), d’Urfé (d’après Van Dick), Valera (esp.), Valéry, Vallès (tab.), Van den Vondel (par Courbet, hollandais), Vauvenargues (tab.), Vaugelas (tab.), Verhaeren, Verlaine (pointe sèche de Loévy), Jules Verne, De Viau (tab.), Vigny (tab.), Villehardouin (tab.), Villiers de l’Isle Adam (tab.), Virgile (mosaïque). Voiture (tab.), Voltaire (buste de Houdon), Walther von Wartburg (photo), Welles (tab.?), Wieland (all., tab.), Wilde (tab.), V. Woolf (les femmes sont peu nombreuses), Xénophon (sculpt.), Yeats (irl., tab.), E. Young (tab.), Zola, .

Notes

1 Je remercie vivement Annie Galarneau, lexicologue de talent, qui m’a considérablement aidé dans la seconde partie de cet article, consacrée à l’exploitation des données informatisées portant sur A. Camus au sein de grands corpus lexicographiques tels que le Trésor de la langue française et le Grand Robert.

2 « Des filles d’acheteurs », La Peste II ; « Je couchais sur un bat-flanc de bois », L’Étranger ; « Deux Arabes en bleu de chauffe », L’Étranger ; « L’ami de Raymond habitait un petit cabanon de bois », L’Étranger ; « Il a cacheté la lettre », L’Étranger ; « Elle a consulté fiévreusement la carte. », L’Étranger.

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search