Version classiqueVersion mobile

Les Métaphores de la traduction

 | 
François Géal
, 
Touriya Fili-Tullon

Deuxième partie : du Moyen Âge à la Renaissance

L’écorce et la cire : deux métaphores de la traduction chez fray Luis de León

Marion Vidal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon Antoine Berman, au XVIe siècle, il n’y a pas de véritable « théorie de la traduction » : c’est la métaphorisation qui remplace la théorisation (Berman 2012 : 99). Cela ne veut pas dire que les traducteurs du XVIe siècle ne réfléchissent pas sur la traduction, bien au contraire. En fait, ces réseaux métaphoriques montrent la vitalité de la réflexion chez ces traducteurs, et nous éclairent sur le sens que prend alors l’activité traductive : ils en disent long sur la conception de la langue – la langue originale et la langue traduisante –, sur le rôle du traducteur, sa tâche, ses devoirs, sur l’opération traductive et son résultat, etc.

Parmi les traducteurs du Siècle d’Or espagnol, fray Luis de León semble avoir été délaissé par la critique : ses traductions ont été bien moins étudiées que ses poèmes originaux, alors que la traduction est une activité à laquelle le poète a dédié plus de temps qu’à la création originale ; de mon côté, je poursuis l’objectif de tirer les traduction...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search