Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Albert Camus et les écritures du xxe siècle

 | 
Sylvie Brodziak
, 
Christiane Chaulet Achour
, 
Romuald-Blaise Fonkoua
, 
et al.

Retour à L’Etranger

La réception d’Albert Camus et de son œuvre en Luxembourg

Frank Wilhelm

Texte intégral

1Étudier la réception d’un écrivain dans un pays ou dans un espace culturel donné est une tâche que les comparatistes se donnent pour mettre en valeur le message d’une œuvre et la façon dont elle est interprétée au fil du temps ou au gré des préférences de tel ou tel public.

2Cette réception peut revêtir grossièrement quatre formes. À un premier niveau se situent les rencontres avec l’écrivain en personne ou par livres interposés, mais sans publication à la clé. À un second niveau, il y a la réception journalistique. À un troisième niveau, la réception universitaire. Enfin, à un quatrième niveau, on trouve la réception par d’autres écrivains ou artistes. Dans le cas présent, l’exercice est intéressant dans la mesure où il concerne un grand écrivain français et son œuvre vus par les intellectuels d’un pays peu connu pour ses goûts littéraires.

Rencontres diverses

  • 1 Renseignement aimablement communiqué par Cornel Meder, directeur des Archives nationales à (...)
  • 2 Voir à ce sujet le roman autobiographique de Boris Schreiber, Un Silence d’environ une dem (...)
  • 3 Voir Mayrisch, A. – Schlumberger, J. : Correspondance 1907-1946, édition établie, présenté (...)

3Le premier contact d’Albert Camus avec un Luxembourgeois, en l’occurrence une Luxembourgeoise, a pu avoir lieu dès le début de la dernière guerre. En 1942, en effet, dans son journal inédit, la femme de lettres luxembourgeoise Aline Mayrisch de Saint-Hubert (1874-1947), note qu’elle vient de commencer la lecture de L’Étranger1 (Le 5 juillet 1943, elle parle des Mouches de Sartre.) Cette dame, veuve du plus grand patron sidérurgiste luxembourgeois, mécène internationalement reconnue, vivait alors dans sa villa La Messuguière à Cabris (Alpes maritimes). Elle y recevait beaucoup de gloires de la NRF et de chez Gallimard, étant en bons termes avec Jean Schlumberger et André Gide, notamment2. Ainsi, le 4 octobre 1944, Schlumberger écrit de Paris à son amie luxembourgeoise : « Je dois faire demain la connaissance du jeune Camus, dont vous a plu à Cabris un petit roman intitulé L’Étranger, mais sans doute pas le court traité philosophique qui le commente et, lui, hors de sa portée : Le Mythe de Sisyphe [1942] ». Dans la suite de la lettre, il est encore question de Camus, dont Schlumberger admire l’engagement au service de la Résistance à travers Combat et, aussi, « un sens de la métaphysique qui ne s’était peut-être jamais rencontré en France »3.

4Cela ne prouve pas qu’Aline Mayrisch ait personnellement rencontré Camus, mais, s’interrogeant elle-même sur le sens de la vie et sur les combats des hommes, elle était certainement très sensible aux questionnements de l’écrivain philosophe et surtout à son sens de la solidarité que, de son côté, elle pratiquait réellement. On le voit bien dans une lettre qu’elle écrit de Suisse (Montreux) à son ami Schlumberger à Paris, le 26 décembre 1944. À ce moment, elle s’inquiète du sort de son Luxembourg natal, certes libéré par les Américains le 10 septembre, mais à nouveau envahi par les Allemands le 10 octobre avec le début de l’Offensive des Ardennes qui allait entraîner des dégâts matériels considérables. Textuellement elle écrit :

  • 4 L’Offensive des Ardennes – autrefois appelée : Von Rundstedt. nom du maréchal allemand qui (...)
  • 5 Peut-être une allusion à Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra. Un livre pour to (...)
  • 6 Voir Mayrisch. A. – Schlumberger, J. : Correspondance 1907-1946, op. cit., lettre 245, p.  (...)

Peut-être la capitale [Luxembourg] a-t-elle été sauvée ?4 Les nouvelles sont bien contradictoires quand on connaît une région comme je connais la mienne. Ces destructions ne donnent pas, mais renforcent l’impression de néant, de l’absurde, comme dit Camus, dont les naïves découvertes ont une force de vision curieuse. La façon de donner comme nouveautés, encore contestables, ces lieux communs pour expliquer son propre « orgueil-je »5 (dites optimisme) constitue vraiment une nouveauté. Cela m’a occupée et amusée de la traduire et cela renforce solidement le dés-espoir6.

  • 7 Pour un portrait actualisé de cette femme de lettres, voir Hôtes de Colpach. Colpacher Gäs (...)

5La traduction qu’Aline Mayrisch7 aurait commencée d’une œuvre d’Albert Camus n’a pas été retrouvée à ce jour ; comme la Luxembourgeoise est décédée en 1947 et que son état mental et physique s’était considérablement dégradé dans les dernières années de sa vie, il est peu probable qu’elle ait achevé son travail de médiation. Sa traduction se serait faite en allemand, langue que le système scolaire grand-ducal impose avant même l’apprentissage du français.

  • 8 Édité au profit de la Croix-Rouge luxembourgeoise, organisation humanitaire présidée autre (...)

6Quant à Albert Camus lui-même, il s’est exprimé une fois à propos de cette dame qui représente l’intelligentsia libérale luxembourgeoise pendant la première moitié du XXe siècle. En 1957, l’ingénieur luxembourgeois Robert Stumper, un libéral également, très intéressé par les questions culturelles, publia sous sa direction éditoriale un hommage collectif aux époux Mayrisch, intitulé Colpach8, d’après le nom de leur château situé à la frontière belge. Il avait contacté les personnalités qui avaient été reçues à Colpach pendant l’entre-deux-guerres et après 1945. Les textes sont signés, par exemple, Jean Schlumberger, Henri Michaux, Marie Delcourt, Annette Kolb. L’éditeur avait aussi contacté Albert Camus. Celui-ci lui envoya un billet à en-tête de chez Gallimard NRF, daté de Paris le 19 janvier 1954 :

  • 9 Colpach connut le succès et fut réédité en 1978, sans le témoignage indirect, mais intéres (...)
  • 10 Billet inédit, dactylographié et signé à la main (Albert Camus), conservé à la Section des (...)

Cher Monsieur,
J’aurais bien voulu vous répondre positivement pour vous prouver ma sympathie pour votre entreprise. Malheureusement, je n’ai commencé à séjourner à Cabris qu’après la mort de Mme Mayrisch (c’est-à-dire après la guerre). J’ai eu beaucoup d’amis communs avec Mme Mayrisch, il m’a semblé la connaître sans l’avoir jamais vue et je sais aussi qu’elle avait commencé une traduction allemande du Mythe de Sisyphe. Là se sont bornés, à mon grand regret, mes rapports avec Mme Mayrisch.
Voulez-vous du moins me compter parmi les souscripteurs de votre Cahier d’hommage9 et croire, cher Monsieur, à mes sentiments bien sincères,
Albert Camus10.

  • 11 Il aurait pareillement entretenu une correspondance – dont la trace n’a pu être retrouvée  (...)
  • 12 Dans la même revue, au mois de février, le poète luxembourgeois Edmond Dune (1913-1988) a (...)

7Dans les années 50, le père Gaspard Krettels (1918-1960), un religieux luxembourgeois, était également en contact épistolier avec Camus11. En 1951, il publia à Luxembourg un essai intitulé La Vision de l’homme dans la littérature contemporaine. On ne sait où sont conservées les lettres ou les billets que l’auteur franco-algérien aurait pu envoyer à ce représentant de l’ordre du Sacré Cœur de Jésus. Toujours est-il qu’en juin 1952, le père Krettels a publié un « Dialogue avec Albert Camus » dans Simoun, revue maghrébine paraissant à Alger12

  • 13 Dans ses archives l’on retrouve la copie remise à ce propos par maint futur juriste qui fa (...)

8Le Luxembourgeois qui connaissait sans doute le mieux Albert Camus était le professeur Tony Bourg (1912-1991), qui enseignait la littérature française aux « Cours supérieurs », à destination des étudiants de première année en Droit (1955-1968). Ces cours avaient lieu à l’ancien Athénée de Luxembourg, bâtiment occupé actuellement par la Bibliothèque nationale de Luxembourg. Tony Bourg proposait par exemple à ses étudiants de rédiger un plaidoyer d’avocat d’assises pour la défense de Meursault13. À deux pas de l’Athénée, il y a l’ Hôtel Cravat (29, boulevard Roosevelt), le meilleur de la place, en 1958. C’est là que le professeur Bourg, qui avait recensé tous les livres d’Albert Camus dans les années 1950, a rencontré son auteur favori. Il trouvait évoquée chez celui-ci une situation existentielle que lui-même avait vécue comme fonctionnaire luxembourgeois muté de force en Allemagne nazie et confronté aux absurdités et souffrances générées par la guerre. Cette rencontre eut sans doute lieu le samedi 18 janvier 1958, lors de la venue à Luxembourg de l’écrivain. Camus suivait la tournée de la pièce Requiem pour une Nonne qu’il avait librement adaptée de William Faulkner et mise en scène, mais aussi pour être près de l’actrice principale Catherine Sellers, à laquelle il était très attaché. Très poliment, l’enseignant demanda par écrit – nous en avons le brouillon, rédigé sur le comptoir de la réception du Cravat – un entretien particulier à Albert Camus, s’excusant d’avance : « Je n’aime pas déranger les écrivains. » La réponse, pieusement conservée, respire la même chaleureuse sympathie que les autres billets envoyés par l’homme de théâtre à Tony Bourg :

Cher monsieur, Voulez-vous que nous nous rencontrions demain autour de 11 h. 30 à mon hôtel ? Si vous n’étiez pas libre, soyez assez bon pour me téléphoner à la même heure et nous prendrions alors rendez-vous pour l’après-midi. Je me réjouis en tout cas de vous rencontrer. A vous, sincèrement Albert Camus.

  • 14 La photo de M. Schroeder illustre l’article « Le théâtre. Luxembourg. Les Galas Karsenty o (...)

9L’entretien eut lieu. Albert Camus, fils d’un technicien caviste et d’une analphabète, qui devait rencontrer la S.A.R. la grande-duchesse héritière Joséphine-Charlotte, s’inquiétait auprès de Tony Bourg – lui aussi d’extraction modeste, mais habitué à vivre dans une monarchie constitutionnelle – des formes de politesse à observer en pareil cas et tout particulièrement du titre qu’il fallait accorder à son auguste hôtesse. « Dites-lui simplement Madame », conseilla le Grand-Ducal. « Comme c’est simple », répondit le Français d’Algérie, républicain convaincu, qui n’aimait pas être reçu dans les palais et refusa par exemple d’assister à un dîner auquel l’avait convié le général De Gaulle. En compagnie de Pierre Frieden (1892- 1959), alors président du Gouvernement luxembourgeois, Albert Camus assista à la représentation du Requiem, le samedi soir, 18 janvier 1958. Une photo, prise par le Luxembourgeois Marcel Schroeder au Théâtre municipal, les représente en conversation avec la grande-duchesse héritière Joséphine-Charlotte. Une notice parue dans le Bulletin de Documentation (janvier 1958, n° 1, p. 55) publié pour le Ministère d’État par le Service Information et Presse confirme que la représentation du samedi soir eut lieu « en présence de LL. AA. RR. Monseigneur le Grand-Duc héritier et Madame la Grande-Duchesse héritière » et que le Prix Nobel y assistait personnellement14. La pièce fut encore représentée à Luxembourg le dimanche 19 janvier.

  • 15 La sympathie d’Albert Camus tranche agréablement sur le ton indifférent, presque glacial, (...)

10Albert Camus ne manquait jamais d’envoyer un exemplaire dédicacé de ses publications à son fidèle lecteur luxembourgeois. À la suite de leur entretien à l’Hôtel Cravat, il lui dédicaça un exemplaire de son Discours de Suède (1958) en ces termes : « à Monsieur Tony Bourg / en souvenir d’une très / cordiale rencontre / Albert Camus »15.

  • 16 Photo encore publiée dans le supplément littéraire et culturel du Luxemburger Wort : Die W (...)
  • 17 Todd, O., Albert Camus. Une Vie, Paris, Gallimard, 1996, p. 668.
  • 18 Voir Frieden, P., L’Idée chrétienne face à l’idée communiste, Luxembourg, 1952 ; Variation (...)

11La visite d’Albert Camus à Luxembourg à l’occasion du Requiem en 1958, signalée par les journaux locaux et documentée par une autre photo qui le représente au Théâtre municipal en compagnie de Pierre Frieden, Ministre d’État président du Gouvernement16, est évoquée dans la biographie publiée par Olivier Todd dans une remarque générale sur une des premières tournées organisées conjointement par les galas Karsenty et les productions Georges Herbert17. Cette autre photo de Marcel Schroeder montre le Premier ministre, philosophe chrétien18, espèce d’Alain luxembourgeois, tenant fraternellement par le bras le Prix Nobel français, notoirement athée.

  • 19 Mme C. Camus m’a fait l’honneur de me recevoir dans la maison d’Albert Camus à Lourmarin, (...)
  • 20 E. Chariot n’allait pouvoir publier le roman qu’en 1945 (collection « Bibliothèque de Noël (...)
  • 21 Voir Wilhelm, F., « Du nouveau sur le “romancier de la médiocrité” ». À propos de la biogr (...)

12Mme Catherine Camus19, qui a travaillé pendant sept ans à l’établissement du manuscrit du Premier Homme, m’a signalé que tous les papiers laissés par son père, ses carnets, ses brouillons, sa correspondance, sa documentation sont déposés à l’institut Mémoires de l’Édition contemporaine (IMEC, 25, rue de Lille, F-75007 Paris), fondé en 1988. Malheureusement, la fille de l’écrivain ne se rappelle pas si les notices personnelles de l’écrivain contiennent des allusions à sa visite à Luxembourg ou à Tony Bourg. Mais tant qu’un dépouillement approfondi n’en aura pas été fait, on n’aura pas de certitude à ce sujet. À l’IMEC d’ailleurs, les manuscrits d’Albert Camus voisinent avec ceux d’Emmanuel Bove (1898-1945). Camus l’avait rencontré en 1943 à Alger et l’avait aidé à placer son roman Départ dans la Nuit chez l’éditeur algérois Edmond Charlot20, son ami. De son vrai nom Bobovnikoff, Bove était né d’un père russe exilé et d’une mère luxembourgeoise qui faisait des ménages à Paris. Étranger à sa façon, ce romancier de la médiocrité avait publié une nouvelle au titre déjà camusien : Un Malentendu (1930)21.

  • 22 Deux de ces portraits sont publiés dans Wilhelm, F., Du Nouveau sur Albert Camus. Les Luxe (...)

13Un autre Luxembourgeois a eu un contact plus direct, moins intellectuel avec Albert Camus : l’artiste Josy Greisen (1916-2001), décorateur au Théâtre municipal de Luxembourg depuis 1946. C’est avec lui qu’Albert Camus, metteur en scène du Requiem, a monté les décors et ajusté la mise en scène de son adaptation. La presse luxembourgeoise a même parlé d’une « création », ce qui est un peu exagéré. En fait, il s’agissait de la première de la pièce dans une distribution partiellement renouvelée à l’occasion de la tournée. Dès leur première rencontre – ils se sont vus plusieurs jours de suite – , Camus appelait le décorateur par son prénom et l’invita à le tutoyer en retour – chose normale entre professionnels de la scène. Il n’en reste pas moins que ce Prix Nobel n’était pas d’une excessive fierté. Josy Greisen a retenu de lui plusieurs détails qui confirment certaines révélations de la biographie d’Olivier Todd : Camus avait une attitude voûtée – visible sur la photo avec Pierre Frieden et qui peut semble-t-il être attribuée à ses deux poumons rongés par la tuberculose ; il donnait une impression de fatigue physique, d’épuisement, et en fait son espérance de vie était limitée au court terme ; il traversait une période dépressive ; il fumait comme un Turc ; il assurait son travail avec calme et méticulosité. Josy Greisen, spécialisé dans les croquis légèrement satiriques – il a réalisé plus de 2.000 portraits d’artistes dont certains parurent sous la rubrique « Josy Greisen köpft » (au sens de : se paye la tête de quelqu’un) – a fait de lui quatre dessins restés inédits pendant trente ans22.

  • 23 Modèle HK 500, fabriqué en 1959, dont la production fut arrêtée en 1965. Voiture française (...)
  • 24 Lottman, H., Albert Camus, traduit de l’américain par Marianne Véron, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 25 Voir le compte rendu signé L-E. [Ludovicy Ernest ?], « Théâtre Municipal. Les Possédés. Pi (...)
  • 26 Lottman, H., Albert Camus, op. cit., p. 667.

14L’Américain, Herbert Lottman, qui ignore la visite de 1958, écrit dans sa biographie de l’écrivain, sans indiquer ses sources, qu’Albert Camus s’en alla, fin décembre 1959, donc quelques jours avant sa mort, « pour le grand-duché de Luxembourg où les Michel Gallimard [son éditeur, qui allait conduire la Facel Véga23 accidentée, décédé quelques jours après l’écrivain, et sa femme Janine] le rejoignirent pour assister à une autre représentation des Possédés. Ils furent reçus au palais ducal [sic] par la grande-duchesse Charlotte »24. Les Possédés, pièce d’Albert Camus d’après le roman Les Démons de Dostoïevski, furent effectivement donnés à Luxembourg, les 12 et 13 décembre 1959, avec, entre autres Pierre Blanchar, Jean-Pierre Jorris et Charles Denner25. Mais aucun document ne prouve qu’Albert Camus soit revenu à Luxembourg pour cette pièce, même si Josy Greisen, sans l’avoir revu, croit avoir entendu que Camus serait passé dans notre capitale juste avant sa mort. Ce qui est sûr, c’est que, le 14 décembre 1959, il se rendit à Aix-en-Provence pour s’entretenir avec des étudiants étrangers26. On se demande d’où Herbert Lottman a bien pu apprendre la nouvelle d’une rencontre entre la grande-duchesse (1919-1964) Charlotte et Albert Camus, dont aucune trace ne figure dans le Bulletin de Documentation du Gouvernement luxembourgeois ou dans le Livre d’or du Palais grand-ducal qui contient les signatures des visiteurs illustres.

Échos dans la presse et dans les périodiques luxembourgeois

15Il n’a pas été possible de vérifier si la presse luxembourgeoise d’avant-guerre et les journaux paraissant pendant l’occupation contiennent des nouvelles concernant Albert Camus. Par contre, plusieurs critiques, professeurs de français représentant la fine fleur de l’enseignement luxembourgeois, se sont exprimés à son sujet au lendemain de la guerre.

16En 1947, Charles Becker (1881-1952), qui observait le monde des lettres depuis quarante ans, publia un compte rendu de La Peste. Il voulait lire et commenter le livre avant de le voir obnubilé par un des prix littéraires qui lui serait sûrement attribué. Cet observateur tenait surtout à rassurer son public : le roman de Camus n’était certes « pas gai », mais donnait des gages aux hommes de bonne volonté. C’est que Camus, dirigeant chez Gallimard une collection intitulée « L’Espoir », s’était « donné pour tâche de nous faire sortir du nihilisme et où nous plongeons ». Après avoir présenté l’attitude des différents protagonistes, ce critique écrivant pour la bourgeoisie de la gauche libérale, concluait que, sortant d’un guerre inhumaine, les Européens en restaient pestiférés et que « les vices qui nous abrutissent et nous pourrissent »« – hypocrisie, mensonge, piraterie, injustice, cruauté – n’avaient pas disparu à la Libération.

17Charles Becker, fonctionnaire luxembourgeois et francophile militant, avait essuyé les brimades de l’occupant nazi, tout comme son collègue Alphonse Arend (1907-1987), lequel avait été muté en Allemagne. Le professeur Arend a publié en 1951 dans Les Cahiers luxembourgeois, un excellent survol des « aspects du roman français contemporain ». Il compare essentiellement la pensée philosophique et politique de Camus à celle de Sartre : le premier serait « plus positif, plus tonique, et son écriture se maintient dans la tradition classique la plus pure ». Intellectuel de droite, Alphonse Arend insiste surtout sur les aspects stoïques de la morale de l’auteur de La Peste, sur ce qui le rapproche à la fois d’un Malraux et d’un Vigny : « L’homme de Camus accepte de vivre dans l’absurde, non en fermant les yeux, mais en vivant contre l’absurde ».

  • 27 Voir Bourg. T., Recherches et Conférences littéraires, 1994, p. 217-221, 623-654. Aux page (...)

18Dans les années 1950, la parution des derniers livres d’Albert Camus fut accompagnée par de nombreux comptes rendus dans les journaux et périodiques luxembourgeois. Le critique le plus fervent, le plus camusien fut sans conteste Tony Bourg. À partir de 1951, il allait publier huit articles consacrés à l’auteur algéro-français27.

19Dans le numéro 5 des Cahiers luxembourgeois en 1951, Tony Bourg publia une réflexion sur « Albert Camus ou le sens de la vie perdu et retrouvé ». Comme ses collègues luxembourgeois précités, l’auteur sortait d’une expérience de la guerre où la philosophie nazie avait généré un profond désarroi. C’est une des leçons qu’il retient de ses lectures de Camus :

Il faut donc vivre avec l’absurde. Mais comment vivre ? Aucune règle de vie révélée, aucune valeur transcendante ne s’offre aux lucides de Camus. Tout comme l’accusé K. du Procès de Kafka, ils voient la porte qui donne accès à la Loi inexorablement fermée. Athées décidés, placés seuls en face du néant moral originel, refusant tout ce qui peut « décharger l’homme du poids de sa propre vie », ils sont, comme dirait Sartre, « condamnés à ‘être libres ».

20En 1953, le même Tony Bourg présenta dans une conférence littéraire les « aspects de la morale de Camus ». Par la suite, ses comptes-rendus des derniers ouvrages de Camus lui donnèrent l’occasion de voir que celui-ci était de plus en plus accaparé par l’écriture journalistique, politique, ou dramaturgique. À chaque fois, le professeur luxembourgeois fit parvenir un exemplaire des Cahiers luxembourgeois ou du Letzeburger Land, où ses textes paraissaient alors, à l’écrivain, par l’intermédiaire de la maison Gallimard. Celui-ci ne manquait jamais de l’en remercier et d’échanger avec lui des idées littéraires ou philosophiques.

  • 28 Voir Wilhelm, F., « Bio-bibliographie de Rosemarie Kieffer (1932-1994) », Revue luxembourg (...)

21La parution de L’Exil et le Royaume, en 1957, inspira des commentaires nuancés à Tony Bourg, alors que la jeune Rosemarie Kieffer, dans le Journal des Jeunesses musicales luxembourgeoises (mai 1957, n° 5, p. 7), se montrait exceptionnellement sévère, presque féroce dans son compte rendu. Dans le numéro 19/20 de juin 1952 de La Lycéenne, journal scolaire du Lycée de Jeunes Filles de Luxembourg, Rosemarie Kieffer (1932-1994), qui avait passé son bac dans cet établissement l’année précédente et était alors étudiante aux Cours supérieurs Lettres à Luxembourg, avait publié « Quelques notes sur Albert Camus »28.

22Le 12 février 1954, Camus, dont L’Homme révolté (1950) avait été rudement attaqué par la presse d’extrême-gauche française, s’avouait flatté par l’écho luxembourgeois (Tony Bourg) :

Je vous remercie beaucoup, Monsieur, d’avoir bien voulu me faire connaître votre conférence. Je l’ai lue attentivement et j’ai été plus que sensible à la sympathie généreuse que vous avez apportée dans cette étude, mais je vous suis plus particulièrement reconnaissant de l’attention et de la précision avec lesquelles vous avez suivi les démarches d’une recherche, incertaine, douteuse, et dont je sais les limites. Être lu avec soin est aujourd’hui une chance autant qu’un honneur. Je vous remercie, très chaleureusement, de l’une et de l’autre et je n’oublierai pas votre témoignage.

23On remarquera que l’auteur de L’Être et le Néant, avec lequel Camus avait rompu, soumettait l’œuvre de son confrère au lit de Procuste d’une lecture existentialiste et sartrienne, que l’auteur du Mythe de Sisyphe récusait. Le critique grand-ducal était autrement sympathique – au sens étymologique du terme.

24En 1956, ayant reçu son compte rendu de La Chute, Albert Camus écrit encore au professeur Bourg :

Je vous remercie, cher monsieur, de votre excellent article et de votre lettre. C’est la première fois, dans un sens, que j’aborde de front le problème de la culpabilité (L’Étranger et La Peste, par exemple, sont centrés autour d’une certaine idée de l’innocence). Mais il est vrai que le problème du mal et de l’ambiguïté se retrouve dans tout ce que j’écris.

25Dans une autre lettre, suite aux félicitations de Tony Bourg concernant son discours de Suède, dont il avait dédié le texte à son instituteur à Mondovi (Algérie), Louis Germain, le neuvième Français à remporter le Prix Nobel de littérature remercie son correspondant grand-ducal :

J’ai été touché que vous ayez remarqué la dédicace [à L. Germain] des « Discours ». Mais je sais depuis longtemps avec quel cœur et quelle perspicacité vous me faites l’honneur de me lire.

26Sous le titre « De L’Isle-sur-Sorgue à Lourmarin » (Letzeburger Land, 13.05.1960), Tony Bourg publie son adieu à l’auteur avec lequel il partageait le « refus de faire le saut métaphysique » et la conviction que l’effort des hommes, la solidarité, l’engagement humanitaire peuvent victorieusement contrecarrer la tentation de capitulation devant l’Absurde.

  • 29 Cette revue littéraire, la plus ancienne qui paraît encore, a vu le jour en 1923.
  • 30 « Albert Camus me disait un jour ». Les Cahiers luxembourgeois, 1957, n° 5/6, p. 217-219.

27Un entretien avec Camus avait été publié aux Cahiers luxembourgeois29en 195730, les propos étant recueillis par Gabriel d’Aubarède.

  • 31 « Zum 10. Todesjahr von Carlo Hemmer (1913-1988). Carlo und Camus. Der seltsam synchrone L (...)

28En 1998, un journaliste luxembourgeois a comparé les biographies d’Albert Camus et du Luxembourgeois Carlo Hemmer, le fondateur de l’hebdomadaire libéral D’Letzeburger Lanc31.

Les travaux universitaires

  • 32 Depuis 2001-2002, un « en vue de l’obtention du titre de professeur de l’enseignement seco (...)

29Plusieurs professeurs-stagiaires de l’enseignement secondaire luxembourgeois se sont intéressés à notre auteur. Le travail de recherche que leur imposait le système de promotion du futur professeur s’appelait « mémoire scientifique » ou « dissertation littéraire » ; en luxembourgeois on disait couramment « thèse ». Au point de vue de leur ampleur et de leur degré d’érudition, ces travaux se situaient entre le mémoire de maîtrise que les professeurs d’avant 1970 n’avaient pas besoin de rédiger comme ils passaient leurs examens universitaires à Luxembourg après avoir suivi les cours à l’étranger, et la thèse de doctorat. Ces mémoires atteignaient entre 100 et 150 feuillets dactylographiés, la méthodologie exigée étant celle de la thèse universitaire32.

30Voici la suite chronologique de ces mémoires scientifiques soutenus dans le cadre de l’examen pratique des stagiaires de l’enseignement secondaire luxembourgeois :

  • 33 D’après Jean-Pierre-Roger Strainchamps, Cent cinquante ans de dissertations..., Luxembourg (...)

31Bonheur et malheur dans l’œuvre d’Albert Camus (Lony Anter, 1953), Albert Camus et le théâtre (René Hallé, 1960), L’œuvre d’Albert Camus, une leçon politique ? (Guy Linster, 1960), Albert Camus et le sentiment de culpabilité (Guy Neiertz, 1975), Albert Camus, journaliste face aux problèmes de l’Algérie (Alain Meyer, 1975), Analyse du temps dans L’Étranger (Gilbert Thiltges, 1978)33.

32Lony Anter fut la première stagiaire à étudier Camus dans ce contexte. En haut lieu, au Ministère de l’Éducation nationale, on lui avait conseillé de choisir plutôt un autre ouvrage à étudier, La Peste étant considérée comme un roman assez quelconque, dont la réputation, flatteuse, s’avérerait surfaite. Dans son travail, la candidate s’intéresse en particulier à l’« honnêteté » d’Albert Camus, qui consiste en une sorte de cohérence interne, un refus de se laisser embrigader. Au plus tard après le roman de 1947, note-t-elle. Camus prit ses distances par rapport à l’existentialisme sartrien. L’Algérien ne se voyait pas comme pessimiste fondamental, mais essentiellement comme lucide, il ne voulait pas apparaître comme philosophe. La bibliographie consultée pour ce mémoire confirme cette interrogation. Comment situer Camus sur l’échiquier des convictions ? Dans les titres du début des années 1950, il est question de « l’honnêteté désespérée » (Charles Moeller, Littérature du XXe siècle et christianisme, Tournai, Castermann, 1953) ou de » Pascal sans Christ » (article de Jean de Robu dans Études, octobre/novembre 1945). Lony Anter cite également ses compatriotes Tony Bourg (« Albert Camus ou le sens de la vie perdu et retrouvé », Les Cahiers luxembourgeois, 1961, n° 5) et Gaspard Krettels (« Dialogue avec Albert Camus », Simoun, juin 1952). La question qui se pose à certains est de savoir si Camus serait récupérable du point de vue du christianisme, ce qui semble invraisemblable à Lony Anter. laquelle insiste sur « l’animalité heureuse » de Camus doublée du primat de la conscience.

33En 1960, René Hallé étudie le théâtre de Camus, qui, selon lui, prête le flanc à bien des critiques, à l’image de Gaëtan Picon, convaincu que Camus avait « la passion du théâtre » mais peut-être pas le génie (Mercure de France, mai 1957). La réflexion de cette dissertation scientifique tourne autour de la pensée de Camus telle qu’elle s’exprime dans ses pièces et ses adaptations. Trois civilisations ont marqué cet homme né en Afrique mais éduqué à la française : la sagesse grecque, la renaissance ou « rédemption chrétienne » et la révolution marxiste. « Après Marx, il bannit la résignation de la Grèce antique ainsi que la foi et l’espérance du christianisme pour prêcher la révolte. » Cependant, Camus dédaigne le principe de la lutte des classes. Des Grecs il adopte le principe de la mesure et à l’Évangile il emprunte la charité. « Socrate athée », il n’est cependant pas un penseur de cabinet et « descend sur l’agora », ou « plutôt comme le Prométhée d’Eschylle, il monte sur les tréteaux » pour engager le dialogue entre l’homme et son destin. Même si d’aucuns estiment que le théâtre est l’enfant pauvre de son œuvre, la pratique dramatique lui a permis de trouver un dérivatif à ses hantises. Finalement, René Hallé pense que, comme auteur dramatique, Camus « n’atteint pas aux sommets de l’art d’un Jean Anouilh ou d’un Henri de Montherlant, mais le génie du penseur est plus profond ».

34En 1960 également, Guy Linster, homme de gauche qui, quatorze ans plus tard, entra au Gouvernement luxembourgeois comme Secrétaire d’État à l’Éducation nationale, consacra sa dissertation à la question de savoir si l’œuvre de Camus pouvait être lue comme réflexion politique. Camus, d’abord, dans certains entretiens, récusait l’idée qu’il était un moraliste, insistant au contraire sur son humour, voire son ironie. Or, selon Guy Linster, Camus a essayé tout au long de sa vie de sauvegarder, au besoin de réinventer certaines valeurs, dont l’humanisme. Il voulait devenir « une des consciences de la France nouvelle » au sortir de la Grande Guerre. Son action au service d’une presse libre, critique et socialement engagée devait lui en fournir les moyens, mais l’on sait à quel point il en fut parfois déçu. Dans cette optique, l’auteur de ce travail de recherche va donc interroger les œuvres proprement littéraires, comme La Peste, « par le biais d’articles de journaux écrits plus ou moins hâtivement ». Le bilan en est mitigé, certains reprochant à Camus une forme d’abdication, de prudence, notamment dans L’Homme révolté et plus tard dans La Chute. Pour Clamence, l’héritage humaniste s’avère « faux et pourri au départ ». Mais Guy Linster, socialiste militant, préfère voir dans la réaction de Camus face au soulèvement hongrois en 1956 un signe qu’il croyait encore à une action possible, tout en déplorant l’impuissance de la gauche européenne. Pour Camus, la question cruciale c’était de concilier l’engagement sur le terrain avec la volonté de garder les mains propres, de ne pas prôner le recours à la violence. C’est la lutte entre la conscience et le sens de l’histoire : la querelle avec Sartre est à ce propos révélatrice du fossé qui séparait ces deux penseurs et écrivains. Finalement, Camus s’en tire avec l’idée d’une « révolution au jour le jour », s’inscrivant dans la dimension du relatif face à l’absolu du communisme, par exemple.

35En 1975, Alain Meyer se pencha à son tour sur la question de l’engagement politique d’Albert Camus. À cette fin, il étudia les articles consacrés à la guerre d’Algérie par l’écrivain, lequel fut d’abord journaliste dans la colonie avant la guerre, puis chroniqueur dans divers journaux métropolitains. Ses articles n’étaient pas tous recueillis dans les différents tomes d’Actuelles ; par conséquent, une grande partie de ce travail de recherche était consacrée, en amont de la rédaction proprement dite, à l’établissement du corpus. Sentant que l’on pouvait lui reprocher de s’intéresser à des textes moins littéraires que référentiels, Alain Meyer justifie son choix par l’importance que la terre natale – l’Algérie du soleil et des plages, de la promiscuité des races et des ethnies – dans la vie personnelle de Camus et de certains de ses personnages. Tel Antée, c’est en Algérie qu’il pouvait reprendre contact avec les réalités concrètes de la vie ; il était viscéralement attaché à ce pays, au carrefour des civilisations kabyloberbère, arabe, occidentale. Le drame de cet homme ultrasensible, c’est qu’il plaidait pour une espèce d’État fédéral qui aurait dû maintenir un statu quo satisfaisant tous les bords. Solution utopique qu’il proposait au moment de la « Trêve pour les civils » (10 janvier 1956), mais restant inécoutée. L’ensemble des articles publiés dans Alger républicain, Combat, Communauté algérienne, L’Express et Le Monde s’étend de 1938 à 1956 et donne lieu à plusieurs périodes d’activité journalistique intense interrompues par un silence d’une dizaine d’années entre 1945 et 1956. Même s’il n’a pas pu influencer le déroulement du conflit, notamment à son point culminant, l’écrivain témoin a donné néanmoins une haute idée de sa conception du journaliste. Pour lui, l’information transmise n’est pas seulement recherchée, encore doit-elle obéir à une déontologie rigoureuse, ne pas mélanger la fin et les moyens, servir la justice, bref respecter des valeurs souvent bafouées dans les urgences de l’actualité.

36La même année qu’Alain Meyer (1975), un autre stagiaire, Guy Neiertz, travailla sur la notion de culpabilité chez Camus. Presque tous ses personnages commettent, en effet, des crimes, mais le sentiment de culpabilité qui en résulte, est soumis, tout au long de l’œuvre, à des transformations importantes. On peut distinguer plusieurs cycles d’œuvres. Dans le « cycle des coupables » (La Mort heureuse, Caligula, L’Étranger), les personnages commettent quelque forfait et en sont punis. Mais Mersault, Meursault et Caligula n’éprouvent pas de sentiment de culpabilité, leur crime leur est même indifférent. Dans le « cycle des innocents » (La Peste, Le Malentendu, Les Justes, L’État de siège), on ne peut évoquer le sentiment de culpabilité, on doit plutôt parler de responsabilité. Les vrais coupables n’y apparaissent d’ailleurs pas. On constate une évolution étonnante.

Le crime devient de moins en moins important pour cesser d’en être un dans La Chute. Par contre de La Mort heureuse à La Chute, nous assistons à un accroissement évident du sentiment de la culpabilité. Au début de la création camusienne il y a un crime sans sentiment de culpabilité, tandis que vers la fin nous sommes en présence d’un complexe de culpabilité mais le crime a disparu.

37Et le candidat professeur d’avancer une hypothèse difficile à vérifier : « Il se peut que par l’écriture l’auteur ait eu l’intention de se défaire de cette culpabilité qui l’a opprimé ».

38La dernière dissertation scientifique consacrée à ce jour par un Luxembourgeois à Albert Camus remonte à 1978, où Gilbert Thilges analyse le temps dans L’Étranger d’Albert Camus. Travaillant avec Danielle Bouverot (Université de Nancy), spécialiste de sémiologie narrative, il dissèque les indicateurs temporels, les indices de l’énonciation et finalement l’emploi des temps verbaux (présent, passé) dans les deux parties du roman. Ces deux parties sont prises en charge par le même narrateur : Meursault. Mais le personnage change radicalement de style et de façon de raconter. L’emploi du passé composé, qui avait tellement heurté les premiers lecteurs du livre, s’en trouve éclairé, justifié au point de paraître la seule forme possible du témoignage palpitant auquel se livre Meursault tant qu’il est encore en liberté. C’est le ton du journal intime. Une fois emprisonné, avec l’immobilité forcée, c’en est fini de cette forme d’anarchisme narratif, et le personnage retrouve comme fatalement les structures plus conventionnelles du roman. Cette dualité – diaristique et romanesque – constitue d’après l’auteur de ce travail la principale caractéristique de L’Étranger, comme systole et diastole marquent les phases cardiaques. Cette duplicité du récit est peut-être la plus grande réussite formelle du rapport sur sa vie que l’auteur attribue à son personnage.

  • 34 Luxembourg, éd. Édi-Centre J.-P. Krippler. Lettre-préface de Pierre Grégoire, ministre des (...)

39Le seul Luxembourgeois à avoir publié un livre sur l’auteur qui nous intéresse ici est Georges Goedert qui, en 1969, a donné Albert Camus et la Question du bonheur34. Professeur de philosophie, nietzschéen, chrétien, ce critique aborde Albert Camus avec un point de vue particulier et s’efforce d’exposer avec objectivité l’éthique non métaphysique de celui qui a signé Noces ou encore L’Été.

La réception par des confrères

40Dans l’œuvre de Camus, c’est L’Étranger qui a le plus inspiré les artistes luxembourgeois. Plusieurs d’entre eux, en effet, ont travaillé à partir de ce récit, soit en l’adaptant à leur moyen d’expression, soit en le prenant pour prétexte d’une création personnelle.

41Ainsi, en 1987, le Théâtre des Capucins à Luxembourg – qui n’a pas de troupe professionnelle fixe, mais dispose d’une belle salle en plein centre ville et fait jouer des acteurs professionnels luxembourgeois qui gagnent leur vie souvent à l’étranger – avait monté pour le public lycéen un spectacle scénique tiré de L’Étranger. Conny Scheel interprétait le rôle de Meursault, Claude Schmit jouait Raymond Sintès, Roger Nothar, avocat dans le civil et impliqué dans la vie littéraire locale, le procureur. Philippe Noesen, un ancien pensionnaire de la Comédie-Française, apparaissait à l’ avant-scène en lecteur assis dans un fauteuil, assurant la continuité du récit et donnant voix à Meursault narrateur de sa propre aventure. Cela créait, certes, un lien très fort, très pédagogique, avec la salle des matinées scolaires, mais en même temps produisait un effet de décalage que l’on chercherait en vain dans le texte de l’écrivain.

42Pas plus que le film du même titre (L’Étranger, 1967), de Luchino Visconti, pourtant tourné à Alger avec Marcello Mastroianni dans le rôle-titre, cette adaptation théâtrale luxembourgeoise ne sut restituer l’ambiance si particulière que Camus a créée à travers le journal apathique à la première personne du jeune Algérois, qui se mue en roman.

43En 1999, le graphiste et dessinateur luxembourgeois Marc Angel a publié dans le Gréngespoun [terme luxembourgeois pour « vert-de-gris »], journal du mouvement écologique luxembourgeois, une planche de bande dessinée avec six vignettes de format à l’italienne illustrant le chapitre de L’Étranger où Meursault tire sur l’arabe. Sur la première vignette, ce maghrébin, emmitouflé dans un burnous qui lui couvre la tête, se blottit contre les hautes falaises qui bordent le sable plat. Sur la vignette suivante, on voit à l’avant-plan la main droite de Meursault qui pend au-dessus de l’arme à feu glissée dans la poche de son pantalon, en face de la lame étincelante au soleil de midi : on ne découvre que la taille de Meursault et très peu de détails de l’arabe. Puis, la tête du blanc, avec ses cheveux ébouriffés, son front en nage et ses yeux comme hypnotisés, apparaît en gros plan : le seul de toute la planche. Le duel proprement dit se décline en trois vignettes, dont la première est une contre-plongée par rapport à la deuxième. Même si les dessins sont censés illustrer le texte du roman donné reproduit en voix hors champ, ils ont une certaine autonomie. On aura compris qu’en réalité l’artiste luxembourgeois traduit cette page littéraire et psychologique célèbre en images cinématographiques : il en fait une séquence de western, semble même s’inspirer du spaghetti western à la mode dans les années 1960 et 1970. Ce qui frappe, c’est l’impression d’horizontalité de l’espace. Du reste, la forme oblongue que le dessinateur a retenue pour ses vignettes rappelle l’écran du cinémascope, qui semble mettre en évidence sur la quasiimmensité de la plage inondée de soleil la solitude du héros meurtrier.

44En 2000, un autre artiste luxembourgeois a pris appui sur le texte de L’Étranger pour l’interpréter à sa façon et le réinventer, le réorienter. « Meursault sauvé ? », telle semble la question que s’est posée Jhemp Hoscheit dans son premier roman francophone : La Secte de Sisyphe. C’est son expérience frustrante de professeur d’enseignement technique obligé d’expliquer L’Étranger à des élèves peu motivés, maîtrisant à peine le lexique français, qui l’a poussé à écrire le récit. Il imagine un élève narrateur qui se définit par rapport au célèbre roman illustrant la théorie de l’absurde. Robert Loudas non seulement découvre l’aventure existentielle de Meursault, mais encore le parcours de l’enseignant dans ses relations avec les enseignés, et vice-versa. Seules ces deux catégories de vivants savent à quelle mystérieuse alchimie ressortissent leurs rapports plus souvent conflictuels que consensuels. En même temps que l’auteur, par ce biais, raconte l’histoire d’un adolescent s’éveillant à la culture littéraire et artistique, à la sensualité, à la sexualité – c’est un roman de formation, ce que celui de Camus n’est pas –, il aborde bien d’autres questions : les rapports de l’enfant aux parents, aux camarades rivaux, à son propre corps, à l’autre sexe, à la morale et aux censures qu’elle implique.

  • 35 Voir Bouissière, A., Le Bar du subjonctif, préface de Jean Dutourd, de l’Académie français (...)
  • 36 Échternach 1993, rééd. Bordeaux-Québec, 1999.

45Traiter autant de sujets en si peu de pages est, en soi, une performance. Mais la tentative romanesque peut paraître maladroite à des esprits chagrins. Des « profs » chatouilleux n’aimeront pas que leur métier soit déconsidéré par des formulations à l’emporte-pièce, d’autres déploreront le « populisme » littéraire auquel la subjectivité d’un lecteur novice et, au début du moins, réticent, réduit le texte de Camus, faisant l’impasse sur des questions essentielles. D’autres penseront que c’est peine perdue et qu’un adolescent ne s’adonnant pas spontanément au vice impuni qu’est la lecture ne pourra pas y être converti par des intermèdes ludiques comme des dessins personnels « d’après » des épisodes du roman ou encore la lecture à haute voix faite par le titulaire en dehors des contraintes disciplinaires qui pèsent habituellement sur le cours de lettres. Il est vrai aussi que la structure narrative de La Secte de Sisyphe ne donne pas totalement satisfaction, sa dimension « policière » paraissant un peu rapportée, soulignée encore par une illustration trompeuse figurant sur la couverture : on dirait que c’est une accroche pour une enquête du commissaire Maigret. Le personnage du narrateur manque de cohérence, la situation d’énonciation n’étant pas précisée. Tantôt il s’exprime en multipliant les subjonctifs de l’imparfait35, certains étant incongrus et superflus, comme si l’auteur voulait se dédouaner du soupçon qui pèse sur les Grand-Ducaux de ne pas maîtriser cette langue prestigieuse. Tantôt le narrateur donne dans le style « Petit Nicolas », comme le romancier luxembourgeois francophone le plus connu, Jean Portante, a si bien su le faire dans Mrs Haroy ou La mémoire de la baleine36. Ce procédé convient à la perspective du « héros » naïf qui découvre la vie à travers les épreuves, mais cadre mal avec le style soutenu d’autres séquences. À la fin du roman, le narrateur s’improvise défenseur de Meursault devant les assises et se lance dans un plaidoyer rhétorique à souhait. On peut aussi s’étonner que le narrateur se plaigne du manque de culture littéraire de ses parents, dont les seules lectures régulières sont, pour le père amateur de football, L’Équipe, et pour la mère pieuse au-delà du raisonnable, La Croix et La Bible. Si tous nos élèves lisaient le quotidien sportif parisien, le journal catholique ou encore les Saintes Écritures, il n’y aurait pas lieu de s’inquiéter pour la qualité de leur français. L’indice socioculturel fourni ici par le romancier pêche par invraisemblance. Mais c’est un détail.

46Voyons les choses de plus haut. Le fait est que le nombre des liseurs parmi notre population du secondaire n’a pas augmenté proportionnellement au nombre des nouveaux arrivants. La lecture est concurrencée par bien d’autres moyens de se divertir et de se cultiver. Dans cette perspective, le livre de Jhemp Hoscheit vient à point pour mettre le doigt sur des plaies dont souffre l’enseignement secondaire luxembourgeois et proposer certains moyens pour y remédier. Il a le mérite de lancer un débat sur le statut de la littérature « scolaire »« aux yeux des jeunes, sur les « malentendus » qui peuvent s’installer entre les auteurs officialisés et leur public ado réquisitionné d’office par les programmes ministériels. Le premier réflexe à cultiver est, d’après l’auteur, de personnaliser l’acte de lecture, de confronter directement le jeune aux problèmes qui se posent au personnage romanesque. La lecture, ainsi, passe par l’identification, la projection : le narrateur « hoscheitien » y excelle, même si sa lecture n’est ni exhaustive ni très juste. Au moins il arrive à insuffler vie à des personnages de papier. En cela, le personnage, enfant unique souffrant visiblement d’une mère castratrice, ressemble à sa génitrice qui s’investit tout entière dans sa propre lecture du personnage de Jésus, comme le fils s’investit dans celui de Meursault.

47En réalité, le narrateur bénéficie de deux initiations à la lecture. La première, donnée par le journaliste Bielle – on appréciera le symbolisme de ce nom d’intermédiaire –, le mettra en contact avec l’univers des livres. La seconde, conférée par le professeur Combettes – emprunt aux souvenirs universitaires de l’auteur –, lui ouvre les portes de la culture par le déchiffrement des lettres. Le personnage du pédagogue est intéressant, il met en œuvre des méthodes parfois peu académiques, mais efficaces à moyen terme face aux méfiances de la génération Bof. Il comprend parfaitement que tout enseignement, surtout faisant appel au pouvoir d’abstraction de l’enseigné, doit tenir compte des exigences et des possibilités mentales de celui-ci. L’expérience se vérifie aisément sur le comportement du narrateur face au texte à lire et sur celui de ses camarades dont certains sont encore plus récalcitrants que lui. C’est en se comparant continuellement au personnage principal du roman que le narrateur rentre de plain-pied dans l’histoire. Avant d’être un personnage fictif inventé par un écrivain, Meursault est pour lui une personne en chair et en os, que l’on peut rencontrer, interroger, influencer, tout comme on peut subir son ascendant. Dès lors, tout, dans le roman devient signe : ce que la mer est à Meursault, la bière l’est au père du narrateur, l’eau bénite à la mère, la chasse aux éponges aux lycéens, l’attrait de Claire à Robert, c’est-à-dire un moyen d’évasion. Lire les livres, c’est se rendre libre, ce message, Hoscheit l’avait déjà formulé dans son recueil poétique francophone Album, paru à Differdange (L) en 1981.

48Les rapports de Meursault à la mer protectrice s’inversent dans les rapports de Robert à sa propre mère destructrice, obstacle à son éveil sexuel. Meursault devient pour lui un modèle par rapport auquel il peut se développer, même si les scènes érotiques du roman de Camus sont relativement discrètes. Cela permet d’autant mieux au narrateur de remplir les blancs narratifs par ses fantasmes : ce qu’il n’obtient pas directement de Claire, assise devant lui en classe et offrant à son regard voyeur son dos où pointe l’agrafe du soutien-gorge, il y atteint pendant le tournage du film où, en pensées, il tient la jeune fille dans ses bras conquérants. Décryptant peu à peu les secrets du livre de Camus, il espère aussi dégrafer un jour le sous-vêtement aguichant de Claire. C’est finalement sa complice qui lui apportera inconsciemment le fin mot de l’énigme par lequel il arrive à « relire », à réinterpréter le roman de Camus et à aider son héros, en qui il est seul dans la classe à croire. En effet, le professeur de français et Claire ont abandonné Meursault qui, lui-même, a jeté l’éponge. La révélation à laquelle accède le narrateur passe par des ruses, comme les dessins schématiques, les récapitulations tactiques, les hypothèses à vérifier. Le rythme narratif y est calqué, lent au début, accéléré vers la fin, avec des ralentissements dus à des retours en arrière, des alternances entre le niveau de la lecture et le plan du vécu. Autour du narrateur gravitent des camarades dont Vincent est la figure la plus réussie : c’est un crâneur, un contestataire qui opère en retournant les mots pour leur faire dire des vérités cachées. Il sait porter la contradiction et aiguiser l’argumentation philosophique de son ami. L’enjeu pour celui-ci, c’est finalement de « sauver » Meursault, presque au sens métaphysique du terme, non pas tellement en lui épargnant la guillotine, mais plutôt en lui faisant découvrir des raisons insoupçonnées d’aimer la vie, malgré tout. On aura compris – il ne s’agit pas de dévoiler ici le fin mot de l’histoire – que Meursault est menacé par une secte, celle de Sisyphe.

49Il n’est pas sûr que Camus eût apprécié son roman visité par ce « révisionniste ». L’interprétation du narrateur, qui affecte parfois l’allure scolaire d’un commentaire suivi, a le désavantage de se concentrer uniquement sur le message moral du roman, et encore dans ses aspects les plus évidents. Elle ne tient pas compte des aspects formels de l’œuvre originelle, ni des liens subtils entre physiologie et psychologie chez le personnage de Camus. C’est que l’auteur semble se méfier de la « littérature », du cérébral ; son approche est essentiellement viscérale, approche partagée consciemment ou non par bien des jeunes. C’est le plus grand attrait de La Secte de Sisyphe, où l’on devine une part d’autobiographie.

  • 37 Esch-sur-Alzette, éd. Schortgen, 1998. Le livre obtint en 1999 le Prix Servais. Voir Fonda (...)

50Jhemp Hoscheit avoue que, rédigeant son roman en français – pour le présenter au 2e Concours littéraire francophone Tony Bourg, en 1995 à Luxembourg –, il avait pris cette option linguistique pour se cacher derrière un masque qu’il ne ressentait pas comme correspondant spontanément à son moi profond. Ce stratagème lui a permis de raconter des choses indicibles encore, pour lui, à ce stade, en langue luxembourgeoise. Ce n’est qu’une fois ce pas franchi, ce tabou brisé en quelque sorte, qu’il a osé écrire l’histoire de son enfance. Le résultat en est le roman luxembourgophone Perl oder Pica37. Sisyphe n’obtint pas le Prix Tony Bourg, qui ne fut pas attribué en 1995. Mais le président du jury, le Prix Concourt français Jean Rouaud, ayant dit à son confrère luxembourgeois tout le bien qu’il pensait de son manuscrit, Jhemp Hoscheit y travailla encore et remporta en 1999 le Prix Jean Lebon, en Belgique, ce qui lui valut cette publication, en coédition avec les Cahiers luxembourgeois de Nie Weber.

51Qu’est-ce que la réception luxembourgeoise apporte à une meilleure compréhension de l’homme et de l’œuvre ? Quelques inédits d’abord, des lettres, des portraits dessinés, des photos : ils soulignent chez Camus une certaine fragilité, une humilité non feinte, un sincère désir d’aller au-devant des autres. Quelques rencontres humaines, ensuite, comme celle, ratée mais virtuellement intéressante avec Aline Mayrisch, et celle, bien réelle, humainement et littérairement, avec Tony Bourg. Au niveau de la critique journalistique, les textes produits par les Luxembourgeois n’atteignent pas la qualité des jugements émis par les grands spécialistes de théâtre de la grande presse internationale. Les travaux universitaires ont ceci de particulier qu’ils s’intéressent aux marges de l’œuvre camusienne : le théâtre, le journalisme. Peut-être que la contribution la plus originale à la réception de son œuvre est-elle sa relecture scolaire par le professeur Hoscheit.

52Quoi qu’il en soit, Camus « philosophe pour classes terminales » a le mérite de susciter des échos bien plus divers que son rival Jean-Paul Sartre, dont l’écho, au Grand-Duché, est assez discret. De fait, seul Victor Hugo pourrait – facilement – rivaliser avec l’auteur de Caligula pour ce qui est du nombre de Luxembourgeois inspirés par sa personne et ses livres.

Notes

1 Renseignement aimablement communiqué par Cornel Meder, directeur des Archives nationales à Luxembourg, où ce journal a été déposé par le fils de l’auteur, Rémi Viénot.

2 Voir à ce sujet le roman autobiographique de Boris Schreiber, Un Silence d’environ une demi-heure, Paris, Le Cherche Midi, 1996.

3 Voir Mayrisch, A. – Schlumberger, J. : Correspondance 1907-1946, édition établie, présentée et annotée par Pascal Mercier et Cornel Meder, Luxembourg, Publications nationales, Ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2000, lettre 242, p. 628-629.

4 L’Offensive des Ardennes – autrefois appelée : Von Rundstedt. nom du maréchal allemand qui la commandait – avait touché le Nord et l’Est du pays, la capitale avait été épargnée et avait accueilli des milliers de civils évacués.

5 Peut-être une allusion à Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra. Un livre pour tous et pour personne. Voir la traduction de Georges-Arthur Goldschmidt, Paris, Livre de poche, 1972, p. 41 (« Des contempteurs du corps ») : « “Moi”, dis-tu, et tu es fier de ce mot ».

6 Voir Mayrisch. A. – Schlumberger, J. : Correspondance 1907-1946, op. cit., lettre 245, p. 636.

7 Pour un portrait actualisé de cette femme de lettres, voir Hôtes de Colpach. Colpacher Gäste, catalogue de l’Exposition concernant les Mayrisch et dix de leurs invités montée au Centre national de littérature à Mersch (L) du 12.11.1997 au 20.02.1998, Mersch, 1997.

8 Édité au profit de la Croix-Rouge luxembourgeoise, organisation humanitaire présidée autrefois par Émile Mayrisch et à laquelle sa veuve, par testament, légua le château de Colpach. Depuis 1947, il fonctionne comme centre de convalescence.

9 Colpach connut le succès et fut réédité en 1978, sans le témoignage indirect, mais intéressant de Camus.

10 Billet inédit, dactylographié et signé à la main (Albert Camus), conservé à la Section des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Luxembourg (ms. 760). Document aimablement signalé par M. Jean-Claude Muller, alors directeur, et communiqué par M. Luc Deitz, conservateur.

11 Il aurait pareillement entretenu une correspondance – dont la trace n’a pu être retrouvée – avec Paul Claudel. Voir Wilhelm, F., « Krettels, Gaspard S.C.J. », « Dictionnaire de la francophonie luxembourgeoise », La Francophonie du Grand-Duché de Luxembourg, numéro hors série des Cahiers francophones d’Europe centre-orientale, Universités de Pécs (H) et de Vienne (A), 1999, p. 184.

12 Dans la même revue, au mois de février, le poète luxembourgeois Edmond Dune (1913-1988) a publié un poème intitulé Air marocain : cet auteur avait été légionnaire étranger au Maghreb, notamment au Maroc. Voir Wilhelm, F., « Les écrivains luxembourgeois de langue française et les pays du Maghreb », Récré 9, Diekirch (L), 1993, p. 220-250.

13 Dans ses archives l’on retrouve la copie remise à ce propos par maint futur juriste qui fait aujourd’hui partie des cadres dirigeants du Grand-Duché.

14 La photo de M. Schroeder illustre l’article « Le théâtre. Luxembourg. Les Galas Karsenty ont présenté “Requiem pour une nonne”. Pièce en deux parties et sept tableaux de W. Faulkner, adaptation et mise en scène d’Albert Camus », signé P.-G. [Pierre Grégoire ?], Luxemburger Wort. Die Warte, 22.01.1958. Dans le Letzeburger Land du 24.01.1958, Rosemarie Kieffer a également publié un compte rendu de cette représentation.

15 La sympathie d’Albert Camus tranche agréablement sur le ton indifférent, presque glacial, adopté par André Malraux dans une lettre du 13.02.1957 au même T. Bourg (op. cit., p. 696).

16 Photo encore publiée dans le supplément littéraire et culturel du Luxemburger Wort : Die Warte. Perspectives (01.02.1996) comme illustration de l’article « De Mersault à Cormery : Albert Camus face à ses doubles », par Mugnier, J.-P.

17 Todd, O., Albert Camus. Une Vie, Paris, Gallimard, 1996, p. 668.

18 Voir Frieden, P., L’Idée chrétienne face à l’idée communiste, Luxembourg, 1952 ; Variations sur un Thème humaniste et européen, Luxembourg, 1956 ; De la Primauté du spirituel. Luxembourg, 1960.

19 Mme C. Camus m’a fait l’honneur de me recevoir dans la maison d’Albert Camus à Lourmarin, le 29 juillet 1994. Je lui ai remis le livre de Tony Bourg avec les pages consacrées à son père. Visite au cimetière de Lourmarin où reposent l’écrivain et sa seconde femme, ainsi que Henri Bosco (1888-1976) et sa femme. Voir Beyern B., Guide des Cimetières en France, Paris, Le Cherche midi éditeur, 1994, p. 247.

20 E. Chariot n’allait pouvoir publier le roman qu’en 1945 (collection « Bibliothèque de Noël »), après la mort d’E. Bove, le 13 juillet. Départ dans la Nuit est dédié au général de Gaulle.

21 Voir Wilhelm, F., « Du nouveau sur le “romancier de la médiocrité” ». À propos de la biographie « Emmanuel Bove. La Vie comme une ombre », Galerie, Differdange (L), 1995, n° 2, p. 263-290.

22 Deux de ces portraits sont publiés dans Wilhelm, F., Du Nouveau sur Albert Camus. Les Luxembourgeois et l’auteur de L’Étranger, 1996.

23 Modèle HK 500, fabriqué en 1959, dont la production fut arrêtée en 1965. Voiture française de 335 chevaux (34 chevaux fiscaux), moteur d’une cylindrée de 5,907 litres, vitesse maximale de 205 km/h, coupé à deux portes, sièges avant séparés, 4 places, prix d’époque : 3.850.000 francs français. Voir Lottman, H., Albert Camus, 1978, p. 685.

24 Lottman, H., Albert Camus, traduit de l’américain par Marianne Véron, Paris, Gallimard, 1978, p. 667.

25 Voir le compte rendu signé L-E. [Ludovicy Ernest ?], « Théâtre Municipal. Les Possédés. Pièce d’Albert Camus, d’après le roman de Dostoïevski », Luxemburger Wort, 18.12.1959, ainsi que la très russophile Rosemarie Kieffer, « Parallèles. Stavroguine [personnage principal de la pièce], héros contemporain », Luxemburger Wort. Die Warte, 06.05.1959, qui contient une comparaison entre l’écrivain russe et son confrère français.

26 Lottman, H., Albert Camus, op. cit., p. 667.

27 Voir Bourg. T., Recherches et Conférences littéraires, 1994, p. 217-221, 623-654. Aux pages 691-695 est présentée la correspondance Camus-Bourg.

28 Voir Wilhelm, F., « Bio-bibliographie de Rosemarie Kieffer (1932-1994) », Revue luxembourgeoise de Littérature générale et comparée 1994, p. 17-100.

29 Cette revue littéraire, la plus ancienne qui paraît encore, a vu le jour en 1923.

30 « Albert Camus me disait un jour ». Les Cahiers luxembourgeois, 1957, n° 5/6, p. 217-219.

31 « Zum 10. Todesjahr von Carlo Hemmer (1913-1988). Carlo und Camus. Der seltsam synchrone Lebenslauf zweier ungleicher Schriftsteller », Galerie. 1998, n° 3.

32 Depuis 2001-2002, un « en vue de l’obtention du titre de professeur de l’enseignement secondaire nouveau système est en vigueur, qui débouche sur un “travail de candidature », après les épreuves spécifiquement pédagogiques du stage pratique ; le statut scientifique de ce nouveau travail de recherche ne varie guère par rapport à l’ancien « mémoire scientifique ».

33 D’après Jean-Pierre-Roger Strainchamps, Cent cinquante ans de dissertations..., Luxembourg, Courrier de l’éducation nationale, n° spécial, mai 1988, p. 132-134.

34 Luxembourg, éd. Édi-Centre J.-P. Krippler. Lettre-préface de Pierre Grégoire, ministre des Affaires étrangères et des Affaires culturelles.

35 Voir Bouissière, A., Le Bar du subjonctif, préface de Jean Dutourd, de l’Académie française, Paris, Hatier, 1999.

36 Échternach 1993, rééd. Bordeaux-Québec, 1999.

37 Esch-sur-Alzette, éd. Schortgen, 1998. Le livre obtint en 1999 le Prix Servais. Voir Fondation Servais, Remise du Prix Servais 1999 à M. Jhemp Hoscheit, Luxembourg, 2000.

Auteur

Centre Universitaire de Luxembourg

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540