Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Albert Camus et les écritures du xxe siècle

 | 
Sylvie Brodziak
, 
Christiane Chaulet Achour
, 
Romuald-Blaise Fonkoua
, 
et al.

Présentation : de L’île pauvre du quartier au Monde

Christiane Chaulet-Achour

Texte intégral

Tu as navigué d’une âme furieuse loin de la demeure paternelle, franchissant les doubles rochers de la mer. et tu habites une terre étrangère
Médée

Camus qui a si fréquemment intégré les mythes anciens dans ses essais, ne fait allusion à Médée que dans cette citation, combien significative, mise en exergue de Retour à Tipasa. Je la fais mienne aujourd’hui, de manière emblématique, pour ouvrir ce volume sur cet écrivain du XXe siècle, reconnu internationalement.

1L’idée du colloque qui permet la publication de cet ouvrage est née justement du désir de comprendre ou, au moins, de montrer comment un écrivain, né dans un milieu populaire de la colonie, était devenu un écrivain national pour la France et un écrivain lu dans le monde entier. C’est ce double aspect de la reconnaissance nationale et internationale que nous avons voulu approcher en un intitulé où « écritures » désigne à la fois, celle de l’auteur, celle de ses fraternités littéraires, de ses successeurs héritiers heureux ou héritiers contestataires et critiques, de l’institution littéraire, des autres arts (musique, cinéma, théâtre). Nous nous intéressons à toutes sortes d’incursions dans les dialogues voulus par Camus avec d’autres créateurs ou de dialogues qui se sont instaurés... à son insu. De la Grande-Bretagne au Canada, de l’Allemagne à l’Italie, le texte camusien n’en finit pas de tisser ses liens et par là même de s’affirmer comme un des grands textes de référence du XXe siècle... « Tu habites une terre étrangère »... Camus habite désormais de nombreuses terres étrangères !

2Ce recueil ouvre donc très largement le champ de recherche sur cette œuvre par la relation de l’écrivain aux idées importantes de son temps, son implication dans le présent vécu ; sa place institutionnelle dans différentes instances. D’une contribution à l’autre, une « bibliothèque » universelle est offerte, sans jamais faire oublier le point central des travaux, l’importance de l’écrivain au siècle dernier et à l’aube de celui-ci.

3Mais il nous fallait aussi, revenir à « la demeure paternelle ». Ce retour au Maghreb et plus particulièrement au pays de Camus, l’Algérie, pourrait à lui seul faire l’objet de tout un colloque. Ce retour peut se comprendre de différentes façons et ouvrir, en particulier, un chantier à peine effleuré : celui d’une autre lecture de Camus, originée dans sa terre, l’Algérie, pas seulement comme référence, obligée mais vite oubliée d’une biographie, mais comme facteur déterminant de la genèse d’une création. Si le reproche le plus fréquemment entendu est celui de l’absence de reconnaissance de Camus dans sa terre de naissance, il doit être mis en écho avec une autre carence, la lecture amputée de l’Algérie, que sa patrie choisie, la France, lui a réservé.

4Car Camus est de ces deux pays. Un petit sondage récent, sans prétention scientifique mais tout de même révélateur, le montre bien. Vingt six étudiants de DEA à Cergy, en ce début d’année, invités à mettre à côté du nom d’une trentaine d’écrivains, une qualification géo-historique, ont caractérisé Camus de treize manières différentes, manifestant la difficulté à simplement écrire, à côté de son nom, la mention « Français » comme pour Molière, Stendhal ou Sartre ou la mention « Algérien » comme pour Kateb Yacine ou Mouloud Feraoun. Treize ont bien noté la qualification de Français mais les treize autres ont proposé : écrivain algérien de langue française-francophone / Français né en Algérie / écrivain du XXe siècle né en Algérie / franco-algérien (deux fois) / écrivain français, pied-noir d’Algérie / Algérien-Français / écrivain français d’Algérie / écrivain français d’origine algérienne / romancier et philosophe ayant choisi la France / écrivain français ayant vécu en Algérie. Deux l’ont qualifié par une œuvre et un des deux pays : L’Étranger – L’Algérie/ la France et L’Homme révolté.

  • 1 Janos Riesz, « Introduction : tendances centripètes et centrifuges dans les littératures françaises (...)
  • 2 Le Premier Homme. Gallimard. 1994. p. 293.

5Citant le cas de Senghor, Janos Riesz montre comment cet écrivain de la « périphérie » a opéré « une percée de la ‘périphérie’ vers le centre du système français-francophone ». De là, il a acquis lui-même « des fonctions ‘centralisantes’ en servant de modèle (ou d’homme à combattre) à de jeunes auteurs [...] en devenant lui-même une instance du centre ». Une analyse semblable peut être faite pour Camus qui lui aussi, selon les termes de Bourdieu, occupe « une place centrale au niveau des instances du ‘pouvoir symbolique’ [...] il semble que le processus ait gagné en complexité [d’après le nombre de personnes impliquées], en dimension internationale [‘littérature mondiale’] et peut-être aussi en intensité [si l’on considère les énergies et le passions investies] »1. C’est le paradoxe passionnant de cette œuvre qui, née dans « l’île pauvre du quartier », périphérie de la périphérie coloniale, a essaimé à travers tant de pays ! Paradoxe dont un article étudie le nœud secret, « la confrontation à un défaut d’origine », « la tentative sans cesse recommencée d’écrire l’origine absente » : « Arracher cette famille pauvre au destin des pauvres qui est de disparaître de l’histoire sans laisser de traces. Les Muets »2, et dont l’ensemble des articles ici regroupés montre qu’elle n’en finit pas de faire naître de nouvelles écritures. Cette œuvre ne cesse de nous parler, suggérant que, malgré les cymbales des centres décideurs en matière de culture et leurs moues condescendantes pour des auteurs « trop » lus, de nombreux « muets » souhaitent faire entendre leurs propres instruments et voix, certains accédant à la consécration.

  • 3 Ce volume réunit les différentes contributions du colloque qui s’est tenu à l’Université de Cergy-P (...)

6Il aurait été juste et hautement symbolique que ce colloque ait eu lieu à Alger ou... à Tipasa ! Mais suffisamment nombreux étaient les participants à réfracter de mille manières un air d’Algérie pour compenser l’absence du lieu... Il a fallu le concours et le soutien des collègues du Centre de Recherche Texte/Histoire et du Département des Lettres Modernes de l’Université de Cergy-Pontoise pour qu’il puisse se tenir ; la Société des Etudes Camusiennes a accepté d’accompagner cette entreprise et tout particulièrement sa présidente, Jacqueline Lévi-Valensi. La tenue du colloque a été possible aussi grâce aux collègues d’Algérie, de Tunisie, de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Espagne, du Luxembourg, du Canada, des Etats-Unis et d’Autriche qui sont venus participer à cette étape dans la connaissance de l’œuvre. C’est enfin grâce aux Presses universitaires d’Artois qu’il touchera un plus grand public par l’édition de ces Actes3.

7Les différentes contributions sont regroupées en quatre rubriques.

Retour à L’Etranger

8Plusieurs articles font une place conséquente à L’Etranger à travers les approches intertextuelles (dominantes), les parallélismes d’époque ou le phénomène de la réception. Neuf articles s’y consacrent entièrement.

9* Dans des registres tout à fait différents, Daniel Delas (UCP), André Abbou (Paris XIII/Paris IV), et Roger Dadoun (Paris VII) reviennent sur le texte même, proposant d’autres entrées de lecture et d’autres variations critiques.

10* Pierre Grouix (Nancy) montre l’importance de cette lecture pour les prisonniers marocains dans le dernier roman de Tahar Ben Jelloun. Mourad Yellès (Paris VIII) met en lumière son incrustation parodique dans un roman de Réjean Ducharme. Bertrand Murcier (Paris III) remet en mémoire le film de Visconti, ses écueils et son intérêt. Frank Wilhelm (Luxembourg) évoque la réception luxembourgeoise de Camus et la résurgence de L’Etranger, de l’enseignement du français à un roman récent. Jorge Calderon (McGill) fait entendre les voix du groupe ‘The Cure’ et analyse leur succès, Killing an Arab.

Autour de L’Homme révolté

11Jacques Le Marinel (Angers) et Jason Ryan Herbeck (Bowling Green State University) approchent une partie de l’inter et de l’intratextualité de l’essai en choisissant d’éclairer le rapport à Dostoïevski d’une part et la manière dont il s’articule avec d’autres œuvres de l’auteur d’autre part. Mustapha Trabelsi (Sfax) s’intéresse au style même de l’essayiste à partir d’une étude de l’aphorisme et Hélène Rufat (U. Pompeu Fabra de Barcelone) montre l’importance de L’Homme révolté pour les anarchistes espagnols qui l’ont lu clandestinement. Olivier Salazar-Ferrer (Glasgow) met en résonance les préoccupations camusiennes avec celles de Benjamin Fondane, parallèle et rapprochement particulièrement suggestifs.

Diversité et réception de Camus

12John Oswald (Stirling) cerne le rapport de l’écrivain à l’Europe, le « dialogue des Europe » dans plusieurs textes. Zohra Bouchentouf-Siagh (Vienne) mène de front les préoccupations de Camus et de Barthes sur des points qui auraient pu être de convergence mais ne l’ont pas été (le signe, la ville et le théâtre). C’est aussi au théâtre que s’est intéressée Virginie Lupo (Paris) en étudiant le rapport de Camus à Faulkner et à Dostoïevski. Brigitte Sändig (Potsdam) a mené une étude d’échos intertextuels entre Camus et deux écrivains allemands, Günter Grass et Christoph Hein.

13Quelques articles cernent la réception camusienne autrement : la manière dont Camus a été (mal ?) lu par E-W. Saïd est le sujet de Bernard Mouralis (UCP) ; l’insertion de Camus et de son œuvre dans les dictionnaires de langue française, celui de Jean Pruvost (UCP). Emmanuel Fraisse (UCP) embrasse, pour sa part, l’inscription de l’écrivain dans différents lieux de l’institution scolaire.

Retour à l’Algérie

  • 4 Lors du colloque, Alek Baylee Toumi (Wisconsin) a donné une lecture de larges extraits de sa pièce (...)

14Danielle Marx-Scouras (Ohio) a re-situé L’Hôte dans l’Algérie de 1957. Bouba Mohammedi-Tabti (Alger) et Amina Azza-Bekkat (Blida) repèrent, l’une dans les œuvres de Maïssa Bey et de Mouloud Mammeri, l’autre dans celle de Rachid Boudjedra, le dialogue avec Camus. Negin Malevergne (UCP) s’intéresse aux échos camusiens dans l’écriture d’Abdelkader Djemaï et Martine Job-Mathieu (Bordeaux) dans celle de Rachid Mimouni. Jean-Jacques Gonzalès (Paris) approche la coulée profonde de l’écriture sous un angle de vue rarement développé. Ce texte conclut le volume de ces Actes4.

Notes

1 Janos Riesz, « Introduction : tendances centripètes et centrifuges dans les littératures françaises/francophones contemporaines », in Français et francophones, Etudes francophones de Bayreuth, Ed. Schultz & Stellmacher, Bayreuth. 1998, p. 17.

2 Le Premier Homme. Gallimard. 1994. p. 293.

3 Ce volume réunit les différentes contributions du colloque qui s’est tenu à l’Université de Cergy-Pontoise (UCP), Centre de recherche Texte/Histoire (CRTH). en collaboration avec la Société des Etudes Camusiennes, les 22, 23 et 24 novembre 2001.

4 Lors du colloque, Alek Baylee Toumi (Wisconsin) a donné une lecture de larges extraits de sa pièce inédite (2001), Entre la mère et l’injustice ou Daru l’Algerian (iste). Etant donné sa longueur et sa qualité de fiction, il n’a pas été possible de la publier dans ce volume d’articles. Elle est disponible au CRTH de l’Université de Cergy-Pontoise. Elle constitue un hommage particulièrement intéressant d’un « Algéro-américain » à Albert Camus.

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540