Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Albert Camus et les écritures du xxe siècle

 | 
Sylvie Brodziak
, 
Christiane Chaulet Achour
, 
Romuald-Blaise Fonkoua
, 
et al.

Avant-propos

Parcours des études camusiennes

Jacqueline Lévi-Valensi

Texte intégral

C’est sous le double signe de la continuité et de l’ouverture que se place ce Colloque sur Camus et les écritures du XXe siècle organisé par le Centre de Recherche Texte/Histoire de l’Université de Cergy Pontoise, auquel les maîtres d’œuvre, Christiane Chaulet Achour et Bernard Mouralis ont bien voulu associer la Société des Études Camusiennes.

1Continuité, parce qu’il se situe dans le prolongement des travaux menés depuis le Colloque de Cerisy-la-Salle, qui, en 1982, était le premier à se tenir en France, et a vu naître la Société ; c’est donc depuis vingt ans qu’en France – mais souvent aussi à l’étranger –, ont eu lieu de nombreuses rencontres, centrées sur un aspect précis de la pensée et des écrits d’Albert Camus : la politique, le théâtre, le lyrisme, la philosophie, l’Europe, la Méditerranée, par exemple ; ou bien, à l’occasion de leur cinquantenaire, sur L’Étranger ou La Peste, ou encore sur Le Premier Homme peu de temps après sa publication.

2Continuité parce que beaucoup d’entre nous poursuivent ici des parcours commencés en Algérie, et souvent à la Faculté des Lettres de l’Université d’Alger, où Camus lui-même avait fait ses premiers pas.

3Continuité enfin parce que les participants à ce Colloque appartiennent à des générations différentes, témoignant ainsi de la transmission féconde d’une fidélité et d’une passion.

4Mais aussi ouverture : les œuvres de Camus sont ici abordées dans leur relation à l’autre, au Maghreb, en particulier, mais également à d’autres mondes européens, à d’autres continents, à d’autres écrivains, à d’autres écritures. L’originalité des approches proposées ne s’énonce pas cependant en termes d’opposition, mais sous le signe, bien camusien, du dialogue. Camus ne pratique pas le « ou » de l’exclusion, mais le « et » de la prise en charge, en toute conscience, des contradictions : le « et » de la tension entre L’Envers et L’Endroit des choses et des êtres, entre L’Exil et le Royaume où vivent et meurent les hommes. C’est peut-être pourquoi son œuvre est à la fois singulière et universelle, classique et pourtant si moderne, tenant un « langage clair » et gardant ses énigmes, née « dans la chair et la chaleur des jours » et porteuse d’une véritable mythologie, qui nous parle, simultanément de la tragédie de la vie et du bonheur de vivre, qui nous apprend l’émerveillement et la lucidité. Une œuvre ancrée dans les fureurs de son temps, et qui reste d’une étonnante actualité. Les réflexions de L’Homme révolté – dont ce Colloque marque aussi le cinquantenaire – sur la terreur et le terrorisme, sur le refus de légitimer le meurtre ou d’accepter qu’on le légitime, sur la justice et la liberté qui se limitent l’une l’autre, sur « le midi de la pensée » qui, au-delà du nihilisme, prépare les renaissances semblent avoir été écrites pour nous en ce début du XXIe siècle... Elles nous renvoient à l’histoire la plus immédiate.

5Comment en ces journées consacrées à Camus ne pas évoquer le drame que vit l’Algérie, si présente pour beaucoup d’entre nous, ce pays magnifique, déchiré et meurtri de tant de façons ? Il n’est pas certain que Tipasa, même au printemps, soit encore « habitée par les dieux ».

6Mais Camus ne cesse de nous dire qu’il y a en l’homme quelque chose qui échappe aux violences de l’histoire et qui refuse de mourir, et que ce sont les artistes qui témoignent de cette part irréductible : les artistes, les écrivains, les écritures. Peut-être pouvons-nous alors placer ce dialogue entre les œuvres sous l’égide d’une phrase qui résume le bonheur grave de la création : « Écrire, ma joie profonde ».

Auteur

Présidente de la Société des études camusiennes

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540