Version classiqueVersion mobile

La chanson dans la littérature d’enfance et de jeunesse

 | 
Florence Gaiotti
, 
Eléonore Hamaide-Jager

Partie 1 - Répertoires pour adultes, variations pour enfants : naissance d’un genre, émergence d’un public ?

L’ambivalence des chants dans la comédie des jésuites : La Boîte de Pandore du Père Brumoy, entre leçon et séduction

Béatrice Ferrier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Partant de la distinction entre théâtre d’éducation et théâtre scolaire du xviiie siècle établie par Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, nous pouvons mettre en exergue un critère déterminant, celui de la place de la musique. En effet, hormis quelques rares essais de Madame Campan et de Berquin1, aucune des nombreuses pièces d’éducation, jouées essentiellement dans les familles, ne comporte d’airs chantés, tandis que les scènes scolaires ne se conçoivent pas sans musique, conformément au grand spectacle attendu par le public.

Les tensions entre théâtre scolaire et musique profane ont d’ailleurs fait l’objet de récents travaux de la part d’Anne Piéjus2 et d’Édith Flamarion3 qui nous permettent de relever deux principaux modes d’insertion musicale : ou bien la musique accompagne l’ensemble de la pièce, ou bien elle obéit au principe d’alternance. Ce second cas correspond aux spectacles annoncés sur les scènes des jésuites de sorte que la pièce musicale et la pièce de théâtre sont chacune p...

© Artois Presses Université, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search