Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le Corps jazzistique de Suzan-Lori Parks

p. 79-88


Extrait

1Pendant l’écriture de la pièce The Death of the Last Black Man in the Whole Entire World1, parue aux États-Unis en 1989, Suzan-Lori Parks écoutait beaucoup Ornette Coleman, l’un des fondateurs du free-jazz (1930-2015). Dans une interview parue dans le magazine américain Bomb en 1994 (elle est en couverture du numéro), Parks explique que chacune de ses pièces correspond à une musique différente : « It’s a different music for each play. For The Death of the Last Black Man in the Whole Entire World, it was a lot of jazz. I listened to Ornette Coleman practically all the time when I was writing that play. The play moves like that »2. Cette dernière phrase peut se traduire par : la pièce bouge comme ça, la pièce avance comme ça, c’est-à-dire comme la musique d’Ornette Coleman. Cette question éminemment organique du mouvement, qui paraît paradoxale appliquée à un écrit figé par la publication, est au fronton du texte, dont la toute première réplique est : « The black man moves his h

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.