Version classiqueVersion mobile

La passion des petites filles

 | 
Laura Kreyder

Sophie

Texte intégral

1Quatre ans avant les Misérables, était apparue une petite fille, orpheline elle aussi, qui allait connaître une non moins longue célébrité. Fruit de la fantaisie intéressée (sa créatrice avait besoin d’argent) d’une parente par alliance de ces Ségur que Stendhal méprisait tant, c’est Sophie (de Réan-Fichini) dont les malheurs ne vont plus cesser d’être lus jusqu’à aujourd’hui.

2Sophie ressemble à son auteur, dont elle partage le nom de baptême. Mais on sait peu de choses sur l’enfance de Sophie Rostopchine. Elle n’a pas écrit de souvenirs, et seuls ses enfants se sont chargés de colporter les petites légendes édifiantes à base d’anecdotes familiales transmises par leur mère. Ils sont influencés eux-mêmes par ses livres et cèdent toujours à la tentation d’y retrouver une transposition de ses propres souvenirs.

3Il existe un portrait de Sophie enfant, peint par un italien, Tonci. Il date des premières années du XIXe siècle (Sophie est née en 1799). Il est en soi de la richesse de sa famille, à une époque où il est déjà coûteux pour des adultes de s’adresser à un peintre et où les enfants sont représentés, soit avec leurs parents si ceux-ci sont assez illustres ou fortunés pour se le permettre, soit dans des scènes de genre où leur identité reste inconnue. Ensuite, pour être la fille d’un homme aussi puissant et riche, Sophie y manque d’atours. Elle a les cheveux courts, non frisés, et une petite robe au col très simple.

4Mme de Ségur a commencé à publier tard, alors qu’elle était déjà grand-mère. Elle n’a pas tout de suite trouvé sa voie et s’est essayée d’abord aux conseils de nature paramédicale, puis aux contes de fées, aux petits livres édifiants et utiles pour les enfants, enfin aux romans.

  • 326 La « trilogie des Fleurville » est une expression de Marc Soriano, dans Guide de littérature pour l (...)

5Sophie de Ségur raconte des histoires à ses petits-enfants parmi lesquels elle se place elle-même, avec son nom : tel est le début des Nouveaux Contes de fées quand ils paraissent en feuilleton dans La Semaine des enfants. Après s’être lavée de son passé dans la trilogie des Fleurville326, elle pourra mieux, dans L’Auberge de l’Ange gardien et Le Général Dourakine, s’attaquer directement au thème de la Russie, envers d’une médaille dont la France et la Pologne, cette fois, sont l’endroit.

6Si le personnage de Sophie a si bien réussi, ce n’est pas seulement parce qu’à travers elle, Mme de Ségur raconte ses bêtises et comment lentement elle s’est corrigée, mais aussi parce que, grâce à elle, Mme de Ségur affronte son propre parcours de fille russe de l’incendiaire de Moscou qui lentement et difficilement se civilise. A ceci ont contribué la religion, la maternité et la famille d’alliance où elle a atterri et où elle s’est enracinée, famille qui l’a contrainte à renier son origine, certainement, mais non à l’oublier.

  • 327 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, in A la recherche du temps perdu, éd. publiée sous la direction d (...)
  • 328 Cette phrase n’est pas présente dans le texte définitif. Elle fait partie du cahier 57, Esquisse LI (...)

7« La généalogie », pensait Proust, est « un petit savoir d’autant plus précieux » qu’il sauve la vie des gens de « cet oubli si vivace qui recouvre si rapidement le passé le plus récent ». « Savoir prisé dans toutes les sociétés où règne un esprit conservateur », ses amateurs sont des « gourmets », « donnant de succulents dîners de corps comme la Société des bibliophiles ou des amis de Reims, dîners où on déguste des généalogies »327. Quand ils y découvrent que Mme de Forcheville est née Gilberte Swann, ils rentrent chez eux, et font part à leur femme de leur trouvaille, concluant, « l’œil allumé » : « C’est tout un roman ». « Je n’ose dire – commente le narrateur – qu’ils ajoutaient : c’est palpitant, puisque ce roman généalogique n’est intéressant que par celui que je viens d’écrire dans ces trois volumes. »328

  • 329 Cette lettre est datée de mars 1863. La correspondance de Sophie de Ségur avec son éditeur a été pu (...)

8Livres, arbres et pierres lestent les pages de la littérature. Les arbres sont souvent ceux d’une généalogie qui explique les secrets, réserve des surprises, et soutient comme une charpente les trames les plus échevelées. Tel est le cas chez la comtesse de Ségur, une réelle nouveauté dans la littérature enfantine, et qui lui a causé quelques ennuis, puisque les généalogies se fondent non seulement sur la filiation, mais sur les alliances. Et tout ce qui avait trait au mariage était tabou, à cet âge, comme en témoigne la semonce de Théodore Barrau, directeur de La Semaine des Enfants : « Nous avons dû promettre à un certain nombre de nos souscripteurs [...] d’écarter toute peinture du sentiment, quelque légitime qu’il soit, qui a pour but le mariage. »329

9La généalogie, en passe aujourd’hui de devenir un art populaire, était pour la noblesse pré et post-révolutionnaire, un savoir immanent à sa propre condition. Connaissant aussi bien « l’esprit conservateur » que l’imagination iconoclaste de Mme de Ségur, on peut se demander ce qu’il advient de sa lignée dans son œuvre, quelles doses de transposition ou de démolition elle a versées dans ses romans, puisqu’elle aimait y rendre hommage aux personnes qu’elle aimait en les nommant, ou y ridiculiser celles qu’elle détestait ou qui la gênaient sous un pseudonyme.

  • 330 Cette expression se trouve dans le manuscrit d’un article de Marcel Proust publié dans le Figaro, l (...)

10Mme de Ségur enveloppe ses petits récits de bêtises dans une trame faite de parentés, comprenant que les enfants sont obsédés par le mystère des origines et les promesses de l’avenir. Elle propose des solutions à la fois excentriques et familières, leur aménageant de rassurantes surprises. Balzac avait le premier eu l’idée de relier des scènes disparates par des alliances familiales ou souterraines. Proust écrira le « roman généalogique » englobant tous les mondes (les salons, l’amour, les sensations, l’art, la guerre, les sexes...). Or, peut-être Proust avait-il appris quelque chose de la comtesse et de la « fine fleur de cette coterie Ségur »330.

11Derrière l’histoire de famille romanesque dont est issue la petite orpheline qu’est Sophie, s’agence un modèle d’alliances élaboré à partir de l’expérience de la conteuse et de sa vision des stratégies matrimoniales.

Généalogies fictives

Contes

12Dès les Nouveaux contes, on trouve une généalogie, assez simple, mais qui n’en a pas moins ses courts-circuits. Ce schéma appelle plusieurs réflexions :

    • 331 Nouveaux Contes de fées, in Comtesse de Ségur, Œuvres, éd. cit., p. 74. Dorénavant, les citations s (...)
    • 332 Ibid. p. 73.
    • 333 Ibid., p. 75.

    Au début du conte Ourson, une jolie fermière appelée Agnella est frappée par le mauvais sort que lui lance un crapaud, lui prédisant qu’elle aura « un fils couvert de poils comme un ours »331. On apprend que le père d’Ourson est le roi Féroce, et qu’Agnella, dont le vrai nom est Aimée, s’est enfuie. Comme l’enfant naît trois mois après le maléfice du crapaud, on en conclut que sa mère était déjà enceinte et qu’elle s’est enfuie au début de sa grossesse. « Personne ne savait quand et comment Agnella et Passerose étaient arrivées dans cette ferme inconnue jusqu’alors. »332 Mais le tourbillon qui les enlève n’a guère mis plus de « douze heures »333 à les propulser hors d’atteinte de Féroce. A la fin du conte, le méchant roi meurt, ce qui permet à sa veuve d’épouser le génie Bienveillant.

  1. Or, dans l’ Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon, Blondine doit passer par une série d’épreuves avant de pouvoir épouser le prince charmant, dont la mère est la fée Bienveillante, mais dont le père n’est jamais nommé.

  2. Il apparaît que, dans deux contes, une fée et un génie portent le même nom de Bienveillant, ce qui laisserait supposer un lien de famille entre eux. Seraient-ils par hasard frère et sœur ? Ces deux contes sont reliés par une autre alliance : la fille d’Ourson et de Violette épousera le troisième fils de Blondine et de son prince.

13Comme on ignore qui est le père du prince Parfait, on pourrait même supposer, si l’on avait l’esprit mal tourné, que le génie Bienveillant est le père de ce prince, fils Parfait d’un inceste fraternel

14Bonne-Biche, en réalité fée Bienveillante, finit par épouser le roi Bénin, père de Blondine, et donc de sa bru. D’autre part, le remariage d’Aimée avec le génie Bienveillant, si celui-ci était le frère de Bonne-Biche, redoublerait l’alliance entre la fille d’Ourson et de Violette (qui étaient déjà cousins germains) et le fils de Blondine et Beau-Minon. Mme de Ségur donnera une suite à cette généalogie quelque peu consanguine dans l’histoire du roi Pétaud que raconte Camille dans les Bons enfants.

GÉNÉALOGIE DES CONTES

GÉNÉALOGIE DES CONTES

GÉNÉALOGIE DU CYCLE DES FLEURVILLE

GÉNÉALOGIE DU CYCLE DES FLEURVILLE

Trois familles

15Enfin apparaît, dans un roman qui ne lui est pas consacré, Les Petites filles modèles, le personnage qui va faire la fortune littéraire de son auteur. Sophie Fichini, orpheline et affligée d’une marâtre, y a l’âge des enfants qui savent lire et écrire. Mme de Ségur décide alors de raconter l’histoire de Sophie avant qu’elle ne perde ses parents.

  • 334 En français dans le texte. Dix siècles de lumières par le livre. Bibliothèque Nationale, 14 février (...)

16Elle commence à corriger les épreuves des Petites filles modèles en février 1858, et communique le mois suivant à son éditeur son intention d’en écrire les deux autres volets, l’un relatant les événements précédents, les Malheurs de Sophie, et l’autre successif, les Vacances. Mais on sait, d’après le manuscrit des Malheurs de Sophie, que Sophie s’est d’abord appelée Marie et que Paul était Pauline, sa sœur334. En commençant ce deuxième roman, elle n’avait donc pas encore eu l’idée de le connecter au premier. Nous ne connaissons pas le manuscrit ni les épreuves des Petites filles modèles, mais c’est probablement au moment des premiers placards qu’elle insère un bref résumé de la trame à venir dès les premières pages.

17Pour résumer, les Petites filles modèles, c’est le volet Fleurville/Rosbourg ; les Malheurs, celui des Réan/Aubert ; dans Les Vacances, tout le monde se retrouve, même les morts qui sont évoqués dans un long flashback. On peut reconstruire les événements, du point de vue de Sophie, de la manière suivante. Sophie de Réan naît le 19 juillet 1850. Elle est fille unique, et son principal compagnon de jeux est son cousin, Paul d’Aubert.

18A la fin de l’été 1854, les Réan et les Aubert quittent la France pour régler la succession de M. Fichini, qui vient de mourir en Amérique. Mais la Sibylle sur laquelle ils ont embarqué fait naufrage. Seuls rescapés, Sophie et son père. (Ainsi que le commandant. M. de Rosbourg, et Paul, comme Sophie l’apprendra plus tard.) M. Fichini a posé deux conditions à son leg : que M. de Réan prenne son nom et qu’il s’occupe d’une orpheline, Fédora, élevée par le défunt. M. de Réan épouse cette dernière. Peu après, le père de Sophie meurt la nuit d’un vomissement de sang. Mme Fichini et Sophie, qui a également changé de patronyme, rentrent en France et s’installent dans la propriété normande où habitait Sophie du vivant de ses parents. Mme Fichini abandonne Sophie à sa voisine, Mme de Fleurville, et part en Italie où elle reste un an et où elle rencontre le comte Blagowski (Gornbou, de son vrai nom) qu’elle épouse en 1857 et dont elle a une fille en 1858. Elle revient en Normandie en été 1859, celui où se déroule l’histoire des Vacances. C’est là qu’elle meurt, après avoir demandé et obtenu le pardon de Sophie, suivie de peu par sa petite fille d’un an. Sophie est devenue une héritière millionnaire, au contraire des petites filles modèles qui ont peu d’argent, ce dont elles se consolent par de bonnes maximes :

  • 335 Les Vacances, p. 504.

madeleine : Et nous qui ne sommes pas riches, ne sommes-nous pas très heureuses.
camille : Et notre bonheur est si vrai ! Personne ne peut nous l’ ôter ; il est au fond de nos cœurs, et c’est le bon Dieu qui nous le donne335.

19A vingt ans, en 1870, Sophie se mariera avec Jean de Rugès. A quarante ans, en 1886, son frère, Léon, prendra sa retraite de général. Le futur est de rigueur ici, puisque cette fin a été écrite en 1858 (en effet, le manuscrit des Vacances est rendu à l’éditeur en août de cette même année).

20Les liens de parenté exacts entre les adultes sont difficiles à déterminer, car Mme de Ségur, bien qu’elle utilise parfois le terme de beau-frère (mais jamais celui de belle-sœur), a tendance à simplifier en frère et sœur, que ce soit par naissance ou par alliance.

  • 336 « Mme de Réan alla chez sa sœur Mme d’Aubert » (Les Malheurs de Sophie, t. I. p. 350) ; « Mme de Ré (...)
  • 337 Ibid., p. 364.
  • 338 Les Vacances, p. 503.
  • 339 Ibid., p. 504.
  • 340 Ibid., p. 431.

21A la fin des Malheurs, Mme de Réan et Mme d’Aubert sont toujours appelées sœurs336. Dans ces mêmes pages, Mme de Réan ne spécifie pas à qui va l’héritage de M. Fichini : « Il nous a laissé toute sa fortune. »337 Plus tard encore, M. de Rosbourg, en apprenant à Paul d’Aubert qu’il est riche, lui rappellera que M. Fichini était « l’ami d’enfance » de son père338, mais qu’il a laissé une somme deux fois plus élevée à « son ancien et cher ami M. de Réan. père de Sophie. »339 Nous nous trouvons donc devant une alternative. Trois amis d’enfance, Fichini, Réan et Aubert, dont les deux derniers ont épousé deux sœurs d’une famille anonyme, ou bien dont le troisième, Aubert, a épousé la sœur du second, Réan. Seule la réminiscence de Sophie, quand elle précise que M. Fichini « laissait à papa et à ma tante d’Aubert toute sa fortune »340 permettrait de départager en faveur de cette dernière solution, que les autres indices ne contrediraient d’ailleurs pas.

22A côté de l’histoire familiale désastreuse des Réan-Aubert, celle, exemplaire, de Mme de Fleurville et de ses « sœurs » (c’est ainsi qu’elles sont toujours appelées), Mmes de Rugès et de Traypi. Là aussi, il est difficile de démêler ce qu’il en est. On remarque d’ailleurs quelques erreurs dans les

Vacances :

  • 341 Les Vacances. Paris, Hachette, 1959, coll. « Bibliothèque Rose », p. 7.

23« Camille, Madeleine et Sophie se précipitèrent vers le perron où elles trouvèrent leurs mamans. »341 Sophie étant orpheline, même si elle considère Mme de Fleurville comme sa mère, ce serait au singulier qu’il faudrait écrire « leur maman ».

  • 342 Ibid., p. 57.
  • 343 Ibid., p. 361.

24« Voilà maman, papa, ma tante et mes oncles assis pour quelque temps », pense Jacques342. Or, c’est « mes tantes et mon oncle », qu’il aurait dû dire, puisque Mme de Fleurville est veuve. On a noté que son mari réapparaissait fugitivement quand Sophie dit à Marguerite : « M. de Fleurville est pour moi ce que ton papa est pour Paul ». Il s’agit en fait d’une coquille postérieure, puisque la première édition porte bien à cet endroit « Mme de Fleurville »343 . Plus qu’une coquille, il s’agit peut-être de la leçon abusive d’un correcteur, trouvant inadéquat qu’une mère soit pour sa fille ce qu’un père est pour son fils.

  • 344 « Mme de Fleurville et ses sœurs » (Les Vacances, p. 479), « Mme de Fleurville. ses sœurs » (Ibid., (...)
  • 345 Ibid., p. 374.
  • 346 Ibid., p. 470.
  • 347 Quelques incongruités chronologiques : l’âge de Camille et Madeleine dans la première page des Peti (...)

25On pourrait supposer qu’il s’agit de trois sœurs ayant épousé trois hommes au nom naturellement différent. Le meilleur argument en faveur de cette hypothèse, outre le fait que Mmes de Traypi et de Rugès sont toujours qualifiées de sœurs de Mme de Fleurville344, est la phrase suivante : « Mme de Fleurville [...] était restée en bas avec ses sœurs et ses beaux-frères »345, mais peu après, « Mme de Fleurville, ses sœurs et ses frères étaient allés voir de pauvres gens »346. Comme il est impossible que MM. de Traypi et de Rugès soient tous deux ses frères, il faut bien en conclure que cette appellation recouvre tant un lien consanguin qu’une alliance. Toutefois, deux de ces trois patronymes sont dérivés des vrais Ségur et Pitray, et il peut sembler plus vraisemblable que Mme de Ségur s’inspire de ses enfants : Nathalie qui a épousé Paul de Malaret et dont les filles, Camille et Madeleine, sont nées à peu près la même année que Camille et Madeleine de Fleurville (respectivement en 1848 et en 1849)347 , Olga de Pitray, sa fille benjamine, dont le fils aîné se prénomme Jacques (qui n’a pourtant guère que dix-huit mois quand elle remet le manuscrit des Vacances, le 20 août 1858), et Anatole de Ségur, son troisième fils, dont néanmoins les deux premiers enfants, Pierre né en 1853, et Henri né en 1856, ne correspondent ni par les noms ni par l’âge aux enfants Rugès.

  • 348 Les Vacances, p. 390, 400 et 51 1.
  • 349 Ibid., p. 401.
  • 350 Ibid., p. 418.
  • 351 Lettre du 8 novembre 1856, in Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitr (...)

26D’autre part, Rugès et Traypi appellent Mme de Fleurville « ma sœur »348, Mme de Fleurville appelle Traypi « mon frère »349, et il est bien spécifié que Traypi est le « beau-frère » de Rugès350. On pourrait donc même imaginer que Mmes de Fleurville et Rugès sont nées Traypi, ce qui inclinerait l’interprétation de la famille idéale selon Mme de Ségur dans un sens inédit. Elle écrivait à son gendre, Emile de Pitray : « Tu serais le mari modèle qui me servirait de type si j’avais l’inconvénient d’écrire des romans. »351 Cela n’allait pas tarder à arriver. Une année après, le 12 octobre 1857, elle remettait à son éditeur le manuscrit des Petites filles modèles. Elle a donc un faible, ces années-là, pour son gendre, dont la sœur, Adèle, a épousé en 1848 Arthur de Breda, ou Berg de Breda. Ce dernier a de nombreux frères, dont l’un s’est marié avec Marie-Louise Mallard de La Varende, tante du romancier, dont les anecdotes sur Mme de Ségur sont d’ailleurs apocryphes puisqu’il est né en 1889. On trouvera donc une Thérèse d’Arbé (de Breda) dans les Mémoires d’un âne, et une Louise de Berg dans les Malheurs de Sophie. La famille Pitray intéresse beaucoup la comtesse de Ségur qui suit les maladies de Thérèse de Breda, sa pneumonie et sa première communion (en février et en mai 1861), le mariage de Jean de Pitray avec une riche héritière du sud (Marie-Emilie Dibarrart d’Etchégoyen, en 1860) et n’oublie jamais ses meilleurs souvenirs à chacun d’entre eux.

  • 352 Les Vacances, p. 400 et 403.
  • 353 Mme de Fleurville « alla ensuite rejoindre son frère (M. de Traypi), qui faisait vainement tous ses (...)
  • 354 Lettre à son fils Gaston de Ségur, 4 novembre 1854 (Bibliothèque Nationale mss naf 22833, publiée i (...)

27Mais il faut bien reconnaître que, dans la trilogie, les pauvres épouses Traypi et Rugès sont des figurantes, et en ce qui concerne la seconde pas même intelligente : elle ne prononce pas un mot. Mme de Traypi a deux répliques seulement : « Défendu de grimper aux arbres ! » et « Ah ! par exemple ! j’ai pris Madeleine, et puis Léon »352, cette dernière étant d’ailleurs illogique (c’est une réplique qui devrait appartenir à son mari353). C’est M. de Rosbourg qui se taille la part du lion, tout comme Mme de Rosbourg est dès les premières pages de la trilogie, la compagne par excellence de la mère des petites filles modèles. Le modèle en est peut-être Mme de Mosbourg, une amie de la comtesse de Ségur. C’était Alexandrine Janet, fille du baron, seconde épouse de Jean-Antoine-Michel Agar, comte de Mosbourg (1771- 1844), originaire du Lot, ministre des Finances du royaume de Naples (sous Murat, donc, dont il avait épousé la nièce en premières noces), nommé Pair de France en 1837. Elle est citée à plusieurs reprises dans la correspondance de la comtesse354, et était déjà veuve quand la trilogie prend corps. La comtesse corrigerait donc son veuvage en le déplaçant sur Mme de Fleurville. Mme de Mosbourg a une autre particularité que l’on rencontre fréquemment parmi les amitiés séguriennes, c’est d’être marquée au sceau de Napoléon, ici, à la fois par sa filiation et par son mariage.

Le chiffre

28Le patronyme décide de tout. Ainsi Sophie s’appelle-t-elle d’abord Fichini quand elle apparaît pour la première fois, car elle doit être un personnage repoussoir comme les Tourne-Boule, ou de nombreux autres nouveaux riches affublés de noms ridicules. Mais à peine l’écriture commence-t-elle à filer que c’est le personnage repoussoir qui devient le plus attachant.

29La branche Rugès d’un côté pourrait représenter les Ségur, et celle des Réan, de l’autre, les Rostopchine. Plusieurs indices le laisseraient supposer, en particulier le nom de Fichini, assez semblable à celui de la comtesse Filippi, l’« aventurière » italienne, qui a eu deux enfants de Serge, le frère aîné de Sophie. Le deuxième enfant est d’ailleurs une fille morte très tôt et dont on ignore le nom, comme dans la fiction. On ne peut éviter de remarquer que de Réan est l’anagramme, à un e près, d’André. Ainsi se prénommait le frère benjamin de Sophie Rostopchine, qu’elle revoit en 1846 à l’occasion du mariage de sa fille Nathalie. Mme de Ségur fournit de nombreux exemples de noms propres déguisés ou chiffrés. Ils sont parfois transparents, toujours significatifs, presque autant que ceux des contes comme Merveilleux, Drôlette, ou autres Lamalice, tout comme le capitaine de l’Invincible ne peut que s’appeler Duflot. A côté de Rugès (Ségur), Traypi (Pitray), on trouve d’Arbé-Breda (Mémoires d’un âne), Régis-Ségur (Les Bons enfants), Eliant-Natalie (à un a près, et c’est le père de Camille et Madeleine, et le mari de Nathalie de Ségur, qui en est affublé), Poucque-Pouqueville, Relmot-Morel, Dourakine, un jeu de mots sur dourak, mais aussi une référence au prince Kourakine que Louis-Philippe de Ségur avait bien connu lors de son ambassade à Paris sous l’Empire, et dont le fils de Nathalie Narishkine épouse une descendante.

30Dans la réalité Serge a eu d’abord Woldémar puis une petite fille de la comtesse Filippi, qu’il aurait épousée entre les deux naissances. Ceci diffère de la situation narrative. Mais on trouve dans cette deuxième famille un concentré des Rostopchine : des échos de Catherine Protassov dans le nom même de Fedora (la femme de Fëdor), tout comme elle était devenue Rostocina par son mariage, un mélange d’André (par le nom) et de Serge (par les événements familiaux), et peut-être aussi une touche perfide de Nathalie Narishkine, la sœur de Sophie, de Serge et d’André, chez Mme d’Aubert, mauvaise mère qui périt, sans que nul ne la regrette.

  • 355 Gabriel de Broglie, Ségur sans cérémonie 1757-1805, ou la gaieté libertine, Paris, Perrin, 1977.
  • 356 Lettre de Sophie à Eugène de Ségur, sans date, publiée in Les Amis de la comtesse de Ségur 8, 1997, (...)
  • 357 Lettre de Louis-Philippe de Ségur à Sophie de Ségur, 8 juin 1828, BN mss naf 22830. L’arrière-grand (...)

31Mais le voyage en Amérique est l’écho d’autres voyages : celui de Louis-Philippe de Ségur en 1782, par exemple, embarqué en compagnie de Lauzun, Broglie, Montesquieu, où il en profite pour visiter son habitation à Saint-Domingue (Haïti). Son frère, Alexandre, lèguera d’ailleurs la nue-propriété de ses possessions en Haïti à son neveu préféré, Philippe, ainsi que toutes ses rentes sur fonds d’état355. Il avait eu deux fils qu’il avait reconnus : l’un de Julie Carreau, devenue Mme Talma, qui mourra prématurément ; l’autre, de sa compagne Mme d’Avaux, qui se prénomme Alexandre, comme lui, et qui épousera Mlle de Mauvières. Il avait négligé d’épouser aucune des femmes mères de ses enfants. On sent que ses dispositions testamentaires, peut-être en partie compensatoires puisque Philippe, en tant que cadet d’une famille désormais peu fortunée, était mal loti, n’ont pas dû enchanter Octave, l’aîné. Au début des années 1820, Mme de Ségur, dans une lettre publiée par Hélène Jaulme, atteste que cette branche de la famille est encore très proche de celle d’Eugène356. C’est d’ailleurs la fille de la comtesse Alexandre de Ségur, Marie, qui aurait, selon la légende, décidé de la vocation de Gaston de Ségur, en lui préférant un Gramont duc de Lesparre. Quand Sophie de Ségur envoyait son fils, lors des sorties de la pension de Fontenay-aux-Roses, chez son arrière-grand-père, rue Duphot, l’aïeul lui permettait d’aller jouer chez les petits-enfants de son frère Alexandre357.

  • 358 On en cite généralement la description donnée dans les Souvenirs de la comtesse Golovine, née princ (...)

32Mais si on adopte la lecture selon laquelle les familles 1 et 2 sont d’origine féminine (une fondation par des sœurs), on voit bien ici combien le fait d’être avalée par l’immense arbre ségurien élague une autre branche qui tient à cœur à la comtesse de Ségur. Branche originale, qui est la sienne, puisqu’elle s’étend sur la Russie de manière prestigieuse. Des quatre sœurs de sa mère, Catherine Protassov, Alexandrine, l’aînée, épouse Alexis Galitzine, Véra, la quatrième épouse le prince Golovine et Anna, la benjamine, un Tolstoï, cousin du grand-père de Lev, l’auteur de La Guerre et la paix. Celui-ci y brossera d’ailleurs un portrait peu flatteur du père de Mme de Ségur, Fëdor Rostopchine, en imbécile, courtisan et francophobe par un patriotisme mal entendu, affectant de refuser de parler en français et fustigeant – comble de l’ironie, car sa femme elle-même s’est convertie – les dames catholiques. Cette remarquable réussite dans la stratégie matrimoniale est d’ailleurs l’œuvre d’une femme, une vieille fille laide et pauvre, comme on la décrit toujours358, la tante des demoiselles Protassov qui, outre ses dons pour concocter des alliances, devait en posséder d’autres, puisque c’est la seule qui résiste dans le rôle délicat de favorite de Catherine II de Russie jusqu’à sa mort. Un bel exemple de fondation féminine où les rejetons des familles les plus illustres ou riches (Rostopchine ne peut guère se vanter de ses ascendants) viennent s’accoler à des sœurs d’origine plus obscure. Une réminiscence qui a pu inspirer la généalogie du cycle Fleurville.

  • 359 Francis Marcoin, La Comtesse de Ségur, ou le bonheur immobile, Artois Presses Université. Arras, 19 (...)

33Mais, ce que la comtesse de Ségur essaie d’arranger, c’est peut-être d’un autre côté que celui de ses enfants qu’il faut regarder pour le comprendre. Elle voudrait venger les torts qu’a subis l’aîné (aussi bien Eugène, son mari, que son beau-père qu’elle n’a jamais connu, sont des aînés), oublier les parents ennuyeux et célébrer ceux qu’elle préfère même si leur lien familial est ténu, prôner une politique d’alliances qui, tout en sauvant les noms, évite « de grimper aux arbres » de la consanguinité. Car, quand il s’agit de Ségur, comme le dit Francis Marcoin, « tout se passe comme si l’épouse avait pris le nom de famille à son avantage »359 .

Généalogies réelles

La fratrie

Laure

34Le petit-fils d’Alexandrine Protassov, Augustin Galitzine, né en 1823, cousin germain de Gaston de Ségur, le fils préféré de la comtesse, vient à Paris en 1838 et impressionne beaucoup son entourage par sa piété, en particulier Gaston lui-même, qui n’a que deux ans de plus que lui, cherche sa voie et finira par la trouver en prenant les ordres. Augustin, lui, reste laïc et épouse en 1844 Louise de la Roche-Aymon. C’est la petite-fille de ce René de Villeneuve qui avait intimé à George Sand de rompre avec sa mère, tout comme son frère Auguste. En refusant, Aurore Dupin renonce à leur protection :

  • 360 George Sand. Histoire de ma vie, Paris, Gallimard, 1970, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I (...)

Je donnai des larmes à l’abandon de mes parents. Je les aimais. Ils étaient les fils de la sœur de mon père, mon père les avait chéris [...] ; j’aimais certains de leurs enfants : madame de La Roche-Aymon, fille de René ; Félicie, fille d’Auguste, adorable créature, morte à la fleur de l’âge, et son frère Léonce, d’un esprit charmant360.

  • 361 Voir les Carnets de notes d’Eugène de Ségur, BNF, ms. naf 122972, f. 57 verso, et Comtesse Jean de (...)
  • 362 Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 144.

35La grand-mère d’Aurore aurait voulu qu’elle épouse Septime ou Léonce. Le premier s’est marié avec une demoiselle de Bois-le-Comte. Le second, Léonce, épouse Léonie de Saint-Aignan. dont il aura cinq enfants. Né en 1801, orphelin à onze ans, il a grandi avec les petits Ségur : Eugène en témoigne dans ses carnets de jeunesse361. Ce sera l’un des rares membres de la famille à être invité aux fêtes intimes : ainsi, pour le jour de l’an 1861, Sophie de Ségur écrit qu’il y avait très peu de monde chez elle, dont l’oncle Léonce362.

36Félicie de Villeneuve est morte à trente-trois ans, s’étant marié avec le comte Cesare Balbo, et non sans avoir conçu, en dix ans, huit enfants dont sept garçons. Quant à Emma de La Roche-Aymon, la sœur de Septime, que George Sand déclare avoir aimée, c’est la mère de cette Louise qu’épouse Augustin Galitzine. En refusant d’épouser Léonce de Villeneuve, fils de Laure de Ségur, George Sand n’a pas raffermi le lien familial qui existait déjà avec les Ségur.

37Laure était la sœur d’Octave de Ségur, père d’Eugène, lequel écrivait des notes dans des agendas quand il était adolescent :

  • 363 Carnet de notes d’Eugène de Ségur, ms cit., f° 4 v., 37 v., 40v.-41 v., 45.

Le 15 ma tante Philippe est morte ce jour-ci l’an 1813 au soir elle avait la rougeole rentrée.
C’est le [1er juillet] 1813 que mon père a été blessé au bras et au côté et fait prisonnier.
C’est le [14 juillet] que nous avons su que mon père avait été blessé et fait prisonnier. Eugène.
C’est le [15 juillet 1812] (jour de ma fête) que ma tante Laure est morte d’une hydropisie de poitrine. Elle m’a laissé une bague comme gage de son amitié qui a été excessive. Eugène
C’est le [16 juillet] que ma tante a été ouverte. Elle avait un poumon gâté, l’autre adhérent et en mauvais état et une dilatation au cœur.
C’est le [17 juillet] que ma tante a été ensevelie à Montmartre près le maréchal Ségur, elle a été enterrée avec son anneau de mariage et une chaîne au col, comme elle le désirait.
C’est le [18 juillet] que j’ai chassé pour m’égayer pour la première fois avec mon grand-père Ségur à Fresnes.
C’est le [1er août] que j’ai reçu la bague que m’a laissée ma tante Laure. Eugène363.

38Bizarrement, et très différemment de notre usage des agendas, Eugène regroupe sous certains jours de l’année des événements importants de sa vie ou de l’histoire, qui se sont produit à des années différentes. Bref, il utilise son agenda comme un éphéméride, confirmant ainsi une sensibilité aux dates encore Ancien régime et qui perdure au XIXe siècle, où le jour est plus significatif que l’année, et la fête plus célébrée que l’anniversaire. Il s’en est servi pendant les années 1812-1815 (entre quatorze et dix-sept ans). Les souvenirs sont donc ordonnés par jour et mois, et non par année. Ainsi, la mort de sa tante Philippe le 15 janvier 1813 (Mlle de Luçay qui avait épousé le cadet de son père) apparaît-elle d’abord, puis la blessure de son père, prisonnier de guerre, le 1er juillet 1813, avant la mort de sa tante Laure le 15 juillet 1812.

Octave

39Mais qui est ce père blessé dont nous parle Eugène de Ségur ? Il a connu une destinée singulière et romanesque à la façon d’un Colonel Chabert de Balzac. Nous en possédons plusieurs témoignages. George Sand raconte comment, alors qu’elle vient de naître en juillet 1804, son père est pris d’une scarlatine,

  • 364 George Sand, op. cit., p. 474-5.

durant laquelle il paraît qu’il s’affecta beaucoup de la disparition du jeune Octave de Ségur [qui] sous-préfet à Soissons, vint passer quelques jours à Paris, en repartit un matin et resta plusieurs années sans qu’on entendît parler de lui. Plus tard il se brûla la cervelle. Un amour malheureux fut la cause de cette fuite et de ce suicide364.

  • 365 Mémoires de la comtesse de Boigne, op. cit., t. I, p. 208-210.

40Mme de Boigne est plus détaillée : alors que « Madame Octave », en service à Plombières auprès de l’impératrice, donnait des motifs de jalousie à son mari, celui-ci disparaît. De retour en France après avoir été blessé et fait prisonnier « dans une petite ville au fond de la Hongrie », il se réconcilie avec sa femme. « Quelques mois de bonheur le dédommagèrent de longues années de souffrance ». Mais quand Félicité redevient coquette, et refuse de céder à ses ultimatums, Octave « se précipita dans la Seine »365.

  • 366 Molé, que Stendhal appelle souvent Dijon dans ses écrits autobiographiques, est l’indulgent ministr (...)

41Et Félicité d’Aguesseau, la comtesse Octave, deviendra une redoutable belle-mère pour Sophie. Les jugements sur son compte sont généralement sévères. A commencer par l’un de ses amants, son propre cousin, Mathieu Molé366, qui deviendra l’un des hommes politiques les plus influents de la Restauration :

  • 367 Cit. in Marquis de Noailles, Le comte Molé (1781-1855). Sa vie, ses mémoires, t. II, Paris. 1923, p (...)

Mme de X revint à Paris avec son mari, tout au commencement de juillet, plus aigrie que jamais de la position fâcheuse où elle s’était mise et plus irritée de ce que je ne la partageais point. Je lui reprochais son égoïsme, elle me reprochait ma lâcheté. J’avais beau lui rappeler mes conseils, mes supplications, mes efforts pour l’empêcher de prendre le parti qu’elle avait suivi, elle n’écoutait rien et répondait par des injures adressées à mon caractère, au Roi, à sa cause et par des protestations enflammées de dévouement à Napoléon avec lesquelles elle croyait me braver. J’eus de la peine à la détourner de courir à la Malmaison et de faire à son héros le sacrifice de sa vie entière et de l’avenir de ses enfants. Les scènes qui avaient lieu entre nous devinrent si pénibles que je n’approchais plus de sa maison qu’en tremblant, j’en vins bientôt à désirer qu’elle repartît367.

  • 368 V. Jacques-Alain de Sédouy, Le comte Molé, ou La séduction du pouvoir, Paris, Perrin, 1914.

42Nommé ministre des Ponts et Chaussées par Napoléon durant les Cent-Jours, Molé le restera, même au lendemain du retour de Louis XVIII à Paris, le 9 juillet 1815, dans la formation du gouvernement de Talleyrand. Le 15, sa maîtresse le quitte. Le 17 août, en plein milieu de la préparation des élections, il est nommé Pair. Sa duplicité, durant toute cette période difficile, est évidente368, et Félicité d’Aguesseau n’a pour seules fautes que sa loyauté envers « son héros » et son mauvais caractère. Si Mathieu fustige la rigidité politique de sa cousine, c’est au contraire l’infidélité à la monarchie légitime qui indigne le baron de Frénilly :

  • 369 Baron de Frénilly, Mémoires (1768-1828) Souvenirs d’un ultra royaliste, Paris, Perrin, 1987 (1ère é (...)

Il [Adolphe de Ségur, que Frénilly prénomme d’ailleurs erronément Raymond] était fils d’Octave de Ségur dont on sait les aventures d’Amadis et de beau ténébreux, ainsi que celles de sa femme, charmante et digne fille de Mme d’Aguesseau, longtemps l’égérie de son cousin Mathieu, et qui savait beaucoup mieux que sa petite-cousine de Lamoignon, vivre en bonne intelligence avec certaines difficultés369.

  • 370 Lettre à Emile Templier du 5 septembre 1861.

43Là-dessus, il commence à débiter des horreurs sur Mme d’Aguesseau. On comprend dans ces conditions pourquoi M. de Trénilly est si odieux dans Pauvre Blaise, dont une persistante coquille avait dévoilé le vrai patronyme, et pourquoi la comtesse de Ségur proteste contre cet « entêtement extraordinaire à faire du comte Mr de Frénilly, au lieu de Trénilly [...] Je ne veux pas qu’il soit Frénilly parce qu’il existe une famille Frénilly »370.

Philippe

44Eugène était le fils aîné d’Octave, fils aîné de Louis-Philippe de Ségur, à son tour fils aîné de Philippe-Henri (1724-1801), maréchal de France et ministre de la guerre sous Louis XVI. Ceci coïncide avec la prééminence que l’on accorde aux branches aînées dans les dynasties. Mais, à partir d’Octave, ce privilège s’éteint et c’est son cadet qui va devenir riche, contracter les meilleures alliances, connaître la gloire et la longévité (il meurt à 93 ans en 1873).

45Le frère d’Octave, Philippe, se remarie après la mort de Mlle de Luçay, sa première femme, avec Célestine de Vintimille. Elle est veuve, et a trois enfants que la mort de leur père, Jean-Louis Greffulhe, puis de leur oncle, a rendu immensément riches. C’est Philippe de Ségur qui les élève. Il recommence à faire des enfants pendant que ses propres neveux, et Sophie de Ségur en particulier, sont eux-mêmes en pleine période de fécondité. Mieux, il marie l’aîné de son premier lit, Paul, à la benjamine du premier lit de sa femme, Amélie. Ceux-ci ont à leur tour deux enfants, d’abord Louis-Philippe, puis Juliette, née le 19 août 1835, qui se mariera en 1853 avec un La Rochefoucault d’Estissac. Le frère d’Amélie, Charles, avait lui aussi épousé une descendante de cette même famille, et eut trois enfants, Henry (1848), Jeanne (1850) et Louise (1852). Henry, héritier de toute l’énorme richesse des Greffulhe épouse en 1878 une Caraman-Chimay à la noblesse prestigieuse. Ce sont les fameux modèles des Guermantes de Proust.

46La comtesse de Ségur réussira à marier Nathalie avec un ami de son fils Gaston, Paul de Malaret, et Olga, avec un Simard de Pitray, dont la famille était déjà entrée chez les Ségur. Les autres unions se font à l’intérieur du personnel impérial. Toujours planent d’ennuyeuses difficultés financières. La gêne qui transparaît après la mort d’Eugène, le petit appartement de Grenelle, puis du 27 rue Casimir Périer où meurt la comtesse de Ségur en 1874, contrastent grandement avec le luxe et les fastes du mariage entre Henry Greffulhe, petit-cousin par alliance, et Elisabeth Caraman-Chimay, quatre ans après, en 1878.

  • 371 Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 90.
  • 372 Comtesse d’Armaillé, Quand on savait vivre heureux (1830-1860). Souvenirs de jeunesse publiés par l (...)
  • 373 Ibid., p. 128.
  • 374 Ibid., p. 214.

47Or, pour voir ce côté des alliances familiales, il faut déplacer l’axe généalogique et situer en pivot Célestine de Vintimille. Sophie a connu cette tante : elle en reçoit une lettre le 25 octobre 1959, et l’expédie à Olga en lui recommandant de l’ajouter à la collection de famille371. Sa fille, Célestine, n’aimait pas Sophie372, et ses souvenirs, malgré une dénégation elle-même révélatrice, sont perfides à l’égard de ces cousins. Cette « infériorité » de la branche aînée par rapport à la branche cadette explique peut-être la radicalisation des options politiques de Mme de Ségur, cet ultramontanisme dans lequel elle va sombrer. Opposition et singularisation qui ne vont pas sans violences d’expression et comportements provocateurs. Après avoir frappé ses contemporains par son farouche napoléonisme, la branche d’Octave passera à l’extrémisme ultra, alors que les autres Ségur, tout en restant parfois dans l’opposition, ne rompent jamais avec le régime en place. Il n’est que de voir la flexibilité de Raymond de Ségur Aguesseau, le neveu que Philippe de Ségur préférait au point d’en donner ombrage à son propre fils. Options politiques et politiques familiales font mauvais ménage : le soir du contrat de mariage de Célestine de Ségur, son père et son futur beau-père ont une altercation, l’un étant orléaniste, l’autre légitimiste373. On est à la veille du coup d’Etat du Deux-Décembre qui ne déplaira ni à Philippe ni à Raymond de Ségur. Les « cousins Ségur », comme les appellent Mme d’Armaillé s’abstiennent alors de fréquenter le salon de son frère Paul où se rencontrent Thiers, Molé, les Orléans : « Ils avaient passé tous plus ou moins au soleil impérial. »374 Il est savoureux de noter que si Célestine de Vintimille pouvait s’enorgueillir de descendre du côté de sa mère, des ducs de Lévis et, du côté de son père, d’une des plus puissantes et illustres familles de l’ancienne chevalerie de Provence (son propre grand-père était fils naturel de Louis XV), les Ségur pouvaient aussi, quant à eux, vanter une alliance avec une descendante naturelle de sang royal, Angélique de Froissy, qui avait épousé le bisaïeul d’Eugène. Mais elle était de sang royal cadet, celui du Régent.

  • 375 Voir Gabriel de Broglie, Ségur sans cérémonie, op. cit., p. 47 ss.

48Cette opposition entre la branche aînée et cadette n’est pas vaine, car c’est précisément ce qui distingue les Ségur. Bien que Philippe-Henri de Ségur ait été ministre de la guerre de Louis XVI et ses fils brièvement attirés dans le cercle de Marie-Antoinette (grâce à la princesse de Guéménée – on la retrouvera dans un des contes des Bons enfants) qui favorise la duchesse de Polignac appartenant au cercle Ségur et les entraînant à sa suite375, Louis-Philippe et Alexandre sont surtout orléanistes au moment de la Révolution (ils réussiront même par la suite à éviter l’émigration), puis se rallient avec enthousiasme à Napoléon. La monarchie de Juillet les redécouvre et le second Empire les récompense. Malgré une certaine prudence parfois proche de l’opportunisme, c’est leur ferveur napoléonienne qui les différencie et qui ne s’éteindra qu’avec l’empreinte ultramontaine que Mgr de Ségur et Louis Veuillot finiront, à des degrés divers, par leur infliger.

  • 376 Frank J. Sulloway, Bom to Rebel : Birth Order, Family Dynamics, and Creative Lives, New York, Panth (...)

49Il est intéressant de voir à l’œuvre le fameux « complexe de Caïn », antagonisme fraternel que la psychologie néo-darwinienne récemment mise à la mode dans les études américaines, considére comme décisif dans les choix et les comportements de la vie individuelle et sociale376. Déjà présent entre Louis-Philippe et Alexandre, lesquels le résolvent en délimitant leurs « créneaux » que résument les expressions par lesquelles ils se surnomment et sont nommés (Louis-Philippe, maître des cérémonies et Alexandre, Ségur sans cérémonie), il se répète entre Octave et Philippe, en broyant l’aîné.

50Le roman du bâtard qui prend sa revanche en devenant maître du (d’un) monde et se cristallise autour de Napoléon, est aussi celui du cadet. Chez Mme de Ségur, il se double d’une rêverie généalogique qui, par les mariages, les alliances, les enfances, permet de se venger de l’ordre réel en l’altérant. Mais si le sort des familles ascendantes est motif de réflexion amère, celui des branches descendantes offrait une vision guère plus édifiante, mais où, toutefois, sa position d’épouse exogame et prolifique pouvait être avantageusement exploitée.

51Au contraire de ce qu’on a souvent dit sur la conception familiale de Mme de Ségur et de ce que montre la généalogie des Contes, la trilogie met tout en œuvre pour éviter la consanguinité tout en sauvant le principe très XVIIIe siècle selon lequel les meilleures alliances se nouent dès l’enfance. Puisque les femmes doivent épouser, généralement pour leur malheur personnel, de parfaits inconnus (telle est la manière dont Célestine de Ségur définissait son mari M. d’Armaillé encore en 1851), mais puisqu’elles ne peuvent plus y remédier, comme au siècle précédent, par une liberté des mœurs qui leur permettait, par la suite, de choisir des compagnons plus à leur goût, il ne leur restait plus qu’à espérer épouser des amis d’enfance, dont elles auraient pu tester le caractère et l’inclination réciproque. Et généralement c’étaient des cousins, des demi-frères, ou pire, ce qui arrangeait tout le monde.

52La généalogie exemplaire, que propose Sophie de Ségur dans la trilogie, tend à résoudre deux écueils dans la stratégie matrimoniale (et dynastique) : l’extrême distance (dont le meilleur exemple est l’union Ségur-Rostopchine), la proximité dangereuse (la consanguinité).

53Dans le premier cas, on peut lire effectivement la trame Rugès-Réan comme une réflexion sur son propre mariage. Mme de Ségur se voit bien descendante des Rostopchine. La seule survivante, Sophie, non seulement est « adoptée » par les Fleurville, mais finit par épouser un Rugès. Puis elle extermine cette branche, mais sauve les millions, à l’opposé de sa propre histoire. La disparition de sa dot, quand, lors du règlement de la succession de son père en 1826, on s’aperçoit qu’elle a été engloutie dans les malversations d’un banquier, est l’occasion d’une humiliation absolue, puisqu’il n’y avait guère d’autre raison au mariage d’Eugène avec une fille Rostopchine (ceci ayant lieu deux ans après la fugue suivie d’un mariage entre Raymond de Ségur et Nathalie Swetchine, ce qui avait refroidi les liens avec la principale intermédiaire).

54C’est ainsi que Mme de Ségur règle son histoire personnelle. Et c’est aussi le terme d’un long apprentissage. Cette alliance est née, pour Sophie Rostopchine, non d’un naufrage, mais d’un incendie : pour éteindre les feux d’un incendie, surtout celui de Moscou, il faut bien toutes les vagues de l’Atlantique, de même qu’une catastrophe russe ne peut être mieux exorcisée que par l’évocation d’un malheur américain.

Cousins ou voisins ?

55Dans le second cas, il faut se tourner vers l’histoire des Ségur, pour mieux comprendre quel type de danger stigmatise la comtesse.

56Si, ce qui prédomine dans les Contes, c’est le cousinage, conçu d’ailleurs comme une sorte de variante de la fraternité qui permettrait le mariage, il en va autrement dans la trilogie. En faisant se rencontrer, non plus par cousinage, mais par voisinage, trois familles souches, la consanguinité des mariages trop fréquents entre cousins est alors évitée. Le cousinage suppose une vision verticale et temporalisée des liens familiaux, tandis que le voisinage n’implique qu’une contiguïté spatiale : comme celle de Chandai, Tubœuf et des Nouettes, les trois propriétés des Caumont-La Grange. Armaillé, Ségur (ce voisinage sera à l’origine du mariage de Célestine de S. et du comte d’Armaillé). Adopter la technique du voisinage pour unir les familles signifie éviter aussi bien la consanguinité que l’éloignement. Le sol prime sur le sang. Sophie de Ségur entend donc éviter les anomalies provoquées par les unions répétées au sein des mêmes familles et énoncer une défense pro domo sua de sa présence dans ce cercle vicieux.

57C’est qu’en effet, Sophie Rostopchine avait sous les yeux les résultats d’une politique d’alliance fondée sur la consanguinité. A l’origine, trois familles, Aguesseau, Lamoignon et Ségur, qui vont passer plusieurs générations à se croiser systématiquement, avec pour seul résultat l’extinction de deux de ses branches.

GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DES SÉGUR

GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DES SÉGUR

58Les trois fils de la comtesse Octave en sont la preuve. Très peu fortunés, l’aîné, Eugène, porte le nom exclusif de Ségur ; le second celui des Lamoignon ; le troisième, celui des Aguesseau. Le cas Lamoignon est particulièrement flagrant. On décide en effet de marier Adolphe à Mlle de Lamoignon. La mère d’Adolphe était née elle-même de l’union d’un Aguesseau et d’une Lamoignon, dont la sœur avait épousé un Molé. De cette dernière union était née une fille. Pour continuer le nom des Lamoignon, la famille imagine de marier cette fille à son propre oncle maternel, Christian. C’est de ce dernier mariage que naît de nouveau une fille unique, Marie-Louise-Félicité. En l’épousant, Adolphe de Ségur épouse donc à la fois une cousine germaine de sa mère et de sa tante. Son beau-père est aussi son grand-oncle. Sa belle-mère est la nièce de son beau-père, la fille de sa grand-tante, etc. Tout ceci, en vain, puisque l’union reste stérile, à tel point que c’est Edgar, le fils de Sophie de Ségur, qui prendra le nom de Lamoignon. Ici, en sous-main, une foule de petites manœuvres, que nous révèlent les lettres de Philippe de Ségur. Ainsi, au lendemain du mariage d’Adolphe et de Louise oppose-t-il la « rotondité » de Sophie à l’infertilité de Louise :

  • 377 Lettre de Philippe de Ségur à Sophie de Ségur, s.d., mais probablement peu après le mariage d’Adolp (...)

Louise vous imite-t-elle ? [...] Le bel exemple que votre majestueuse apparence lui donne en ce moment-là décideront-ils à nous faire présent d’un beau gros garçon. Au reste elle a le tems, et qu’elle ne s’impatiente pas, car c’est un obstacle. [...] Embrassez notre gentille Louise et vos enfants qui, s’ils réfléchissaient devraient faire de singulières réflexions sur votre rotondité377.

59Et quand il marie sa fille Laure à un Galard, il regrette d’avoir manqué de redoubler les liens entre la famille de son correspondant, Gaston de Ségur, et la sienne :

  • 378 Lettre de Philippe de Ségur à Gaston de Ségur, 2 mai 1853, ibid., f° 303. Avait-on imaginé de marie (...)

Quant à Laure, c’est demain 3 mai qu’elle sera mariée par Mgr le Cardinal et archevêque de Bordeaux qui a voulu l’unir à Mr de Galard et même officier. Quelqu’ait été mon premier désir, j’espère que ce choix de ta cousine tournera bien. Il n’y a rien de complet en ce monde, c’est celui des a-peu-près et nous voilà bien loin du redoublement de liens entre nous, que j’avais rêvé378.

  • 379 Selon la comtesse d’Armaillé, ces Vintimille du Luc seraient liés au Vintimille qu’épouse la tante (...)

60On remarque que les Lamoignon s’étaient aussi doublement liés aux Molé, deux familles appartenant à la noblesse de robe, qu’illustre particulièrement Mathieu Molé. Si on marie Mathieu à une La Briche, celui-ci n’en conserve pas moins le goût des amours familiales, puisque son premier amour, à seize ans, s’adresse à sa propre tante, Constance de Lamoignon (qui a épousé un Caumont La Force, la mère de la future Mme de La Grange, très amie de la comtesse de Ségur), et que son « égérie », comme on l’a vu, est sa propre cousine, Mme la comtesse Octave. Son choix se déplace ensuite sur les sœurs Vintimille379, d’abord Célestine qui deviendra, en secondes noces, la comtesse Philippe de Ségur, puis sa sœur, Mme de Girardin, pour se fixer enfin et définitivement sur le grand amour de sa vie, leur belle-sœur, Cordélia de Castellane, née Greffulhe. Cette impénitente romanesque n’avait pas choisi, comme on le voit, d’écrire des livres d’enfants pour se désennuyer, ainsi que le lui recommandait la duchesse de Broglie.

  • 380 La belle-mère de Mme de Duras était la cousine du duc d’Ayen, lequel avait épousé Henriette d’Agues (...)

61Quant à Raymond de Ségur Aguesseau, il élit la distance : il s’enfuit avec Nadine Swetchine, non seulement d’origine russe, mais, qui plus est, fille naturelle. Nathalie était une fille illégitime du général Swetchine. Sa femme, pieuse Russe catholique dont le salon, très en vue, réunissait les catholiques libéraux les plus puissants comme le comte de Falloux, était très amie aussi bien de Mme de Duras que de la comtesse Octave (celles-ci avaient un lien de parenté380).

  • 381 Selon François Michel, « Armance de Zohiloff », Le Divan, oct.-déc. 1949, repris in Etudes stendhal (...)

62C’est Mme Swetchine qui aurait organisé le mariage de la jeune Sophie Rostopchine, Russe et catholique comme elle, avec Eugène de Ségur. Et c’est elle qui aurait tenté, en vain, d’empêcher celui de Nadine, la fille de son mari, avec Raymond de Ségur, frère d’Eugène. Alliance qui ulcérait la famille Ségur et qui lui fera rompre tout rapport avec les Swetchine pendant longtemps. Si Mme Swetchine est aujourd’hui tombée dans l’oubli, peut-être Nadine y échappe-t-elle par un biais bizarre : ce serait peut-être elle, la source du personnage d’Armance, dans le roman homonyme de Stendhal381.

Des journées dans les arbres

63Les généalogies des familles nobles et illustres sont si ramifiées et étendues qu’on peut y faire les promenades que l’on veut, choisir ses bifurcations, élaguer à loisir des branches entières ou s’asseoir sur les rameaux qui vous flattent le plus.

64C’est ainsi qu’il n’est jamais question de Molé, mais que la comtesse de Ségur emphatise un autre cousinage, bien plus lointain.

  • 382 Lettre d’Olga de Pitray, 12 février 1901, Archives Hachette, Dossier du contentieux : Vicomtesse de (...)
  • 383 Stendhal, Souvenirs d’égotisme, in Œuvres intimes, éd. cit., p. 455.

65Olga de Pitray, dans une lettre confidentielle et désespérée à son éditeur, revendique son titre d’« arrière-petite-nièce de La Fayette »382. En effet, la demi-sœur de son grand-père, Henriette d’Aguesseau, avait épousé le duc d’Ayen (titre de l’aîné mâle des Noailles). L’une de ses filles s’était mariée avec La Fayette. De ce lien de famille, dont les ascendants d’Eugène de Ségur n’étaient pas peu fiers, on ne se targuait nullement durant la période légitimiste et romaine de Sophie, de Gaston, d’Anatole et d’Olga de Ségur (il y a des nuances de l’un à l’autre). D’ailleurs, Stendhal notait déjà, dans son amiration pour La Fayette : « Il faut avouer qu’il y a bien loin d’un tel homme à M. de Ségur, le grand maître. »383 Pas si loin, justement, d’un point de vue généalogique ; mais une distance élastique, pour ses collatéraux, selon leurs intérêts (politiques ou autres).

  • 384 Lettre du 22 décembre 1873, in Lettres d’une grand-mère. La comtesse de Ségur à son petit-fils Jacq (...)

66En revanche, Sophie de Ségur, à la veille de mourir, s’attendrit beaucoup sur les Mérode : « Ta cousine Albertine de Mérode, qui était religieuse au Sacré-Cœur, est morte hier de la poitrine », écrit-elle à son petit-fils Jacques de Pitray, en précisant que son frère Xavier l’a assistée jusqu’à la fin384. C’étaient les petits-enfants d’une autre fille Noailles, Mlle de Monclar.

  • 385 Cécile Sorel, Les Belles heures de ma vie, Monaco, éd. du Rocher, s.d., p. 135 ss.

67La proximité réelle de Mathieu Molé, chez qui les enfants Ségur allaient jouer avec Clotilde, son unique petite-fille, est négligée. Réels ou inventés, ces cousinages sont surtout électifs et sont dus à la prédilection pour l’entourage de Gaston de Ségur durant son séjour romain. Ils sont montés en épingle a posteriori, pourrait-on dire, pour justifier des affinités d’une autre nature. Comme si elles avaient besoin de l’être. Un peu comme dans l’épisode de la rencontre entre Cécile Sorel et son futur époux, très proustien dans la substance, mais pas du tout dans le ton et l’écriture. Elle prenait le train avec Robert de Montesquiou qui l’engage à aborder un très beau soldat. Quand celui-ci décline son identité, Guillaume de Ségur, « aussitôt Montesquiou découvre entre leurs deux familles alliances et cousinages. Mais Ségur n’a d’yeux que pour moi »385 .

68Tel est le rôle des adoptions et des tutelles dans la trilogie, donner une garantie familiale à ce qui n’est que sympathie et affinités ; et tel est aussi celui des mariages. On remarquera que dans la lutte à la survivance du patronyme, la famille des Fleurville/Rugès/Traipy sort victorieuse puisqu’elle englobe Sophie, tandis que le couple exemplaire des Rosbourg ne pourra perpétuer son nom. n’ayant pour héritières que deux filles. De même, la grande revanche de Sophie de Ségur est que seuls ses enfants pourront perpétuer le nom de Lamoignon et d’Aguesseau, ainsi que la branche Pontchapt de Ségur ; celles d’Alexandre et de Philippe, s’éteignant à la longue, par manque de descendance masculine.

Généalogies littéraires

69On a souvent comparé les livres de Mme de Ségur et de George Sand, sans voir qu’il existait un lien familial entre elles. Quant à Stendhal, il admire les Mémoires de Besenval qu’avait publié son fils naturel, Alexandre de Ségur, lui-même auteur d’une bible du libertin, son essai sur les femmes, que Byron possédait. Nullement lié aux Ségur, Stendhal connaissait leur parcours, mais semble avoir ignoré que l’un d’entre eux s’était marié avec une fille de ce Rostopchine qui l’avait étonné lors de sa campagne de Russie.

70Mais il y a chez un autre très grand romancier français une présence ségurienne. Il s’agit, comme je l’ai annoncé précédemment, de Proust.

  • 386 Marcel Proust, Correspondance, éd. établie par Philip Kolb, Paris, Plon, 1993. t. XXI, lettres à Ro (...)

71Il n’a pas lu la comtesse de Ségur, étant enfant, nous dit Jean-Yves Tadié dans sa récente biographie. Mais elle est citée, à plusieurs reprises, dans son œuvre et dans sa correspondance, et dans des endroits assez stratégiques. Proust félicite Robert de Montesquiou pour son article consacré au « Balzac de l’enfance ». Dans le Temps retrouvé, il cite Dourakine ; mais surtout, au moment où vient de sortir Sodome et Gomorrhe, il plaisante sur les louanges qui le comparent à une « Madame de Ségur supérieure », alors qu’il craignait d’être accusé d’obscénité386. Il fréquente Mme de Guerne, qui n’est autre que Marie-Thérèse de Ségur, la petite-fille de la comtesse. Enfin, ne serait-ce qu’à travers Montesquiou, il ne pouvait ignorer « les cousinages » et les amours qui liaient la famille de Ségur aux Greffulhe comme à Cécile Sorel (qu’il connaissait au point de passer le réveillon du jour de l’an 1920 chez elle), aux Gramont comme aux Molé (la petite-fille de Molé devient la belle-mère d’Anna de Noailles, ce dont il est parfaitement au courant). Il y a même des références plus subtiles. Le geste de Saint-Loup, sautant par dessus des banquettes par amitié pour le narrateur, est repris de la Princesse de Clèves, mais aussi d’un récit de Mme d’Armaillé où le jeune Vintimille du Luc, le père de Célestine, future épouse de Jean-Louis Greffulhe, puis de Philippe de Ségur, s’illustre par la même prouesse auprès de Nathalie de Laborde, future duchesse de Noailles.

72Le monde ségurien a envahi bien des provinces de la littérature et s’est même insinué dans ses capitales, tant il a vampirisé l’imaginaire enfantin. La honte et le plaisir, la vengeance et la légèreté, la bêtise et les bêtises, le pardon comme la férocité, tout y est. Et s’il est défendu de grimper aux arbres, on peut en dessiner à loisir. Il suffit de couper quelques branches, de risquer une bouture, d’écimer certaines espèces, et les amours enfantines essaimeront secrètement.

Annexes

Annexe

Liste des livres publiés par la comtesse de Ségur, accompagnés de la date du dépot légal.

La santé des enfants, 1855
Nouveaux contes de fées, 14 février 1857
Livre de messe des petits-enfants, 3 avril 1858
Les petites filles modèles, 15 mai 1858
Les malheurs de Sophie, 8 janvier 1859
Les vacances, 10 septembre 1859
Les mémoires d’un âne. 21 juillet 1860
Pauvre Blaise, 23 novembre 1861
La sœur de Gribouille, 28 décembre 1861
Le bons enfants, 6 décembre 1862
Les deux nigauds. 20 décembre 1862
L’auberge de l’Ange gardien, 4 juillet 1863
Le général Dourakine. 19 décembre 1863
François le bossu. 14 janvier 1865
Un bon petit diable, 10 juin 1865
Comédies et proverbe, 9 décembre 1865
Evangile d’une grand-mère, 9 décembre 1865
Jean qui grogne et Jean qui rit, 16 décembre 1865
La fortune de Gaspard, 17 novembre 1866
Quel amour d’enfant !, 24 novembre 1866
Les actes des apôtres, 5 janvier 1867
Le mauvais génie, 30 novembre 1867
Diloy le chemineau. 5 septembre 1868
Bible d’une grand-mère. 4 décembre 1869
Après la pluie, le beau temps, 29 novembre 1871.

Notes

326 La « trilogie des Fleurville » est une expression de Marc Soriano, dans Guide de littérature pour la jeunesse, Paris. Flammarion, 1975.

327 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, in A la recherche du temps perdu, éd. publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, t. IV, 1989, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 540.

328 Cette phrase n’est pas présente dans le texte définitif. Elle fait partie du cahier 57, Esquisse LI, p. 96-97. Cf. Ibid.

329 Cette lettre est datée de mars 1863. La correspondance de Sophie de Ségur avec son éditeur a été publiée par Claudine Beaussant in Comtesse de Ségur, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 1990, coll. « Bouquins », t. I.

330 Cette expression se trouve dans le manuscrit d’un article de Marcel Proust publié dans le Figaro, le 7 mai 1905, au sujet de la comtesse de Guerne. La phrase, qui a ensuite été retranchée à la publication, disait au sujet de la fille d’Anatole de Ségur : « Il y a là, parmi eux [les gens du monde], dans la fine fleur de cette coterie Ségur qui est une des plus fermées de Paris, une très grande artiste ». Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, éd. établie par Pierre Clarac, Paris, Gallimard, 1971, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 917.

331 Nouveaux Contes de fées, in Comtesse de Ségur, Œuvres, éd. cit., p. 74. Dorénavant, les citations se référeront à cette édition. Lorsque le texte diffère, je cite d’après la première édition originale, en le signalant.

332 Ibid. p. 73.

333 Ibid., p. 75.

334 En français dans le texte. Dix siècles de lumières par le livre. Bibliothèque Nationale, 14 février-13 mai 1990.

335 Les Vacances, p. 504.

336 « Mme de Réan alla chez sa sœur Mme d’Aubert » (Les Malheurs de Sophie, t. I. p. 350) ; « Mme de Réan regarda d’abors sa sœur. Mme d’Aubert » (Ibid, p. 363, également page suivante).

337 Ibid., p. 364.

338 Les Vacances, p. 503.

339 Ibid., p. 504.

340 Ibid., p. 431.

341 Les Vacances. Paris, Hachette, 1959, coll. « Bibliothèque Rose », p. 7.

342 Ibid., p. 57.

343 Ibid., p. 361.

344 « Mme de Fleurville et ses sœurs » (Les Vacances, p. 479), « Mme de Fleurville. ses sœurs » (Ibid., p. 501).

345 Ibid., p. 374.

346 Ibid., p. 470.

347 Quelques incongruités chronologiques : l’âge de Camille et Madeleine dans la première page des Petites filles modèles ; l’âge de Paul dans les Vacances. Camille et Madeleine ont respectivement neuf et huit ans au début comme à la fin de la trilogie (p. 512). Paul avait deux ans de plus que Sophie dans les Malheurs. A la fin, il en a trois de plus. Ne pas tenir compte de la mention temporelle, « Un an après », du chapitre 6 des Petites filles modèles résoud bien des problèmes, mais pas tous. La chronologie que je donne ici me semble être celle qui est généralement suivie par Mme de Ségur, avec toutefois quelques accrocs. Elle refaisait le compte des années en se relisant ainsi qu’en témoigne sa lettre du 27 septembre 1863 à Emile Templier, mais elle ne renonce pas à prophétiser.

348 Les Vacances, p. 390, 400 et 51 1.

349 Ibid., p. 401.

350 Ibid., p. 418.

351 Lettre du 8 novembre 1856, in Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 24.

352 Les Vacances, p. 400 et 403.

353 Mme de Fleurville « alla ensuite rejoindre son frère (M. de Traypi), qui faisait vainement tous ses efforts pour attraper Léon, Madeleine et les grands [...]. A force d’habileté et de persévérance, M. de Traypi finit par les prendre tous » (Ibid., p. 401).

354 Lettre à son fils Gaston de Ségur, 4 novembre 1854 (Bibliothèque Nationale mss naf 22833, publiée in Correspondance, établie par M.J. Strich, Paris, Scala, 1993), et lettre à sa fille Olga de Pitray, 3 février 1861, in Lettres... au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 151.

355 Gabriel de Broglie, Ségur sans cérémonie 1757-1805, ou la gaieté libertine, Paris, Perrin, 1977.

356 Lettre de Sophie à Eugène de Ségur, sans date, publiée in Les Amis de la comtesse de Ségur 8, 1997, p. 20-24, avec une brève présentation d’Hélène Jaulme.

357 Lettre de Louis-Philippe de Ségur à Sophie de Ségur, 8 juin 1828, BN mss naf 22830. L’arrière-grand-père de Gaston relate à sa mère comment celui-ci a passé sa journée et sa nuit de sortie chez lui.

358 On en cite généralement la description donnée dans les Souvenirs de la comtesse Golovine, née princesse Galitzine, Paris, 1910.

359 Francis Marcoin, La Comtesse de Ségur, ou le bonheur immobile, Artois Presses Université. Arras, 1999, coll. « Etudes littéraires et linguistiques », p. 131.

360 George Sand. Histoire de ma vie, Paris, Gallimard, 1970, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 1126-7.

361 Voir les Carnets de notes d’Eugène de Ségur, BNF, ms. naf 122972, f. 57 verso, et Comtesse Jean de Pange, « Souvenirs d’enfance du général de Ségur », in Revue des questions historiques, novembre 1935.

362 Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 144.

363 Carnet de notes d’Eugène de Ségur, ms cit., f° 4 v., 37 v., 40v.-41 v., 45.

364 George Sand, op. cit., p. 474-5.

365 Mémoires de la comtesse de Boigne, op. cit., t. I, p. 208-210.

366 Molé, que Stendhal appelle souvent Dijon dans ses écrits autobiographiques, est l’indulgent ministre à qui nous devons la Chartreuse de Parme, puisqu’elle fut écrite grâce au congé de trois ans qu’il accorda à son consul, lequel, par reconnaissance lui légua un buste de Tibère.

367 Cit. in Marquis de Noailles, Le comte Molé (1781-1855). Sa vie, ses mémoires, t. II, Paris. 1923, p. 7-8.

368 V. Jacques-Alain de Sédouy, Le comte Molé, ou La séduction du pouvoir, Paris, Perrin, 1914.

369 Baron de Frénilly, Mémoires (1768-1828) Souvenirs d’un ultra royaliste, Paris, Perrin, 1987 (1ère éd. 1905), p. 272. Il me semble que cette dernière phrase est une insinuation sur la paternité légitime de ses enfants.

370 Lettre à Emile Templier du 5 septembre 1861.

371 Lettres de la comtesse de Ségur au vicomte et à la vicomtesse de Pitray, op. cit., p. 90.

372 Comtesse d’Armaillé, Quand on savait vivre heureux (1830-1860). Souvenirs de jeunesse publiés par la Comtesse de Pange, Paris, Plon, 1934.

373 Ibid., p. 128.

374 Ibid., p. 214.

375 Voir Gabriel de Broglie, Ségur sans cérémonie, op. cit., p. 47 ss.

376 Frank J. Sulloway, Bom to Rebel : Birth Order, Family Dynamics, and Creative Lives, New York, Pantheon Books, 1996 (Les Enfants rebelles, Paris, Odile Jacob, 1998).

377 Lettre de Philippe de Ségur à Sophie de Ségur, s.d., mais probablement peu après le mariage d’Adolphe et de Louise qui a lieu en 1823, BN mss naf 22831, f° 265.

378 Lettre de Philippe de Ségur à Gaston de Ségur, 2 mai 1853, ibid., f° 303. Avait-on imaginé de marier Edgar à Laure de Ségur ?

379 Selon la comtesse d’Armaillé, ces Vintimille du Luc seraient liés au Vintimille qu’épouse la tante de Molé. Tel ne semble pourtant pas être le cas.

380 La belle-mère de Mme de Duras était la cousine du duc d’Ayen, lequel avait épousé Henriette d’Aguesseau, demi-sœur du père de Mme Octave de Ségur.

381 Selon François Michel, « Armance de Zohiloff », Le Divan, oct.-déc. 1949, repris in Etudes stendhaliennes. Deuxième édition augmentée présentée par Victor Del Litto, Paris, Mercure de France, 1972, p. 126-131.

382 Lettre d’Olga de Pitray, 12 février 1901, Archives Hachette, Dossier du contentieux : Vicomtesse de Pitray.

383 Stendhal, Souvenirs d’égotisme, in Œuvres intimes, éd. cit., p. 455.

384 Lettre du 22 décembre 1873, in Lettres d’une grand-mère. La comtesse de Ségur à son petit-fils Jacques de Pitray, Paris, Oudin, 1898, p. 142.

385 Cécile Sorel, Les Belles heures de ma vie, Monaco, éd. du Rocher, s.d., p. 135 ss.

386 Marcel Proust, Correspondance, éd. établie par Philip Kolb, Paris, Plon, 1993. t. XXI, lettres à Robert de Flers, p. 353, et à Jean Schlumberger, p. 357. toutes deux datées 16 juillet 1922.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre GÉNÉALOGIE DES CONTES
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre GÉNÉALOGIE DU CYCLE DES FLEURVILLE
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre SÉGUR-SAND
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DES SÉGUR
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search