Version classiqueVersion mobile

La passion des petites filles

 | 
Laura Kreyder

Cosette

Texte intégral

1Faire coïncider le plus grand et le plus petit, l’histoire et la contingence, l’événement et l’incident, tel est le secret plaisir de Stendhal quand il associe Waterloo à Eugénie. Un secret plaisir nourri de rage et d’amertume, mais aussi de la sagesse du cynique, de la clairvoyance du sceptique. Pour Victor Hugo, il s’agit d’autre chose. La petite fille sort des coulisses, et d’inspiratrice, de muse, devient une héroïne sur le théâtre du monde et des hommes. Sentimental, célèbre, croyant, tout ce que n’était pas Stendhal, mais après Stendhal et grâce à lui, Hugo attaque de front « l’incompréhensible » : Waterloo, les couvents, la révolution. Il réussit à en nouer les liens en un drôle de constat : tout cela sert à faire une petite fille, à la sauver, à l’éduquer, à la marier. Et cette petite fille, Cosette, sera une réponse à quelques questions de la modernité.

Waterloo

Conception

  • 277 Victor Hugo, « Le Dossier des Misérables », in Œuvres Complètes Chantiers, Paris, Laffont. 1990, co (...)

2Victor Hugo commence à écrire Les Misérables alors qu’il est obligé de s’éloigner de la scène publique, pour une histoire de femme et d’infidélité conjugale. Ce prétexte, qui est aussi une origine, possède une ironie qui ne lui échappe pas : « Injures que je prévois après la publication des Misères : l’auteur aurait pu nous peindre les Misères d’un Pair de France et d’une femme pris en flagrant délit d’adultère. »277

  • 278 Ibid.

3Mais, puisque les Misérables sont aussi « l’histoire d’une petite fille » et « l’histoire d’une poupée »278, c’est un événement plus profond qui s’élabore dans le projet de Victor Hugo. Sa fille Léopoldine est morte deux ans auparavant. En 1845-1848. alors qu’il rédige la première version de son roman, il compose les poésies de deuil, parmi les plus célèbres, des Meae pauca (qui paraîtront dans les Contemplations).

  • 279 Ibid., p. 736.

4L’idée de Waterloo ne lui viendra que bien plus tard, en 1860, quand, déjà en exil, il reprend le manuscrit en main. Il note alors : « (peut-être Waterloo – grand récit épique mêlé au roman) commencer le roman par là. »279

5Ce grand récit épique qui devait commencer le roman, a donc été rédigé en dernier, après une visite au champ de bataille en mai-juin 1861. Mais, tout comme Stendhal qui, en dépit des suggestions de Balzac, ne fait pas commencer la Chartreuse de Parme par Waterloo, Hugo choisit en fin de compte de placer sa bataille au début du second livre.

6Le roman commence bien par une date, « en 1815 », qui ouvre l’histoire et le portrait de l’évêque de Digne, Mgr Myriel. Mais quand entre en scène Valjean, on est déjà « dans les premiers jours du mois d’octobre », soit presque quatre mois après le désastre militaire de Napoléon. Suivent la conversion de Valjean grâce à sa rencontre avec l’évêque, la fortune de M. Madeleine à Montreuil-sur-Mer, Fantine abandonnée qui confie Cosette aux Thénardier à Montfermeil, sa déchéance et sa mort, tandis que Valjean, renonçant au masque de Madeleine, retourne au bagne. On est déjà en février 1823. Pourtant, Hugo inugure le second livre, intitulé Cosette par un retour en arrière de huit ans et raconte la bataille, qui aurait donc pu figurer en prologue au roman, où elle était appelée de par ses rapports chronologiques avec les autres événements du roman. Mais si Hugo l’a déplacée, c’est que Waterloo annonce une naissance, un Noël atroce, auquel répond celui de l’année 1823 où Valjean trouve sa vraie mission, qui n’était ni de secourir sa propre famille, ni d’assurer la prospérité d’une petite ville, mais de sauver Cosette.

7L’histoire des Misérables présente des escamotages étranges. Ainsi, quel est le lien qui unit Valjean à Fantine ? Si la paternité assumée par l’ancien bagnard rentre de plein droit dans le topos de la promesse à la morte, il est aussi impossible de ne pas voir que M. Madeleine, le maire philanthrope de Montreuil-sur-Mer, alias Jean Valjean, est le responsable de cette même mort. Responsable involontaire, mais responsable quand même. D’ailleurs, dans la première rédaction, c’est ainsi que Hugo expliquait cette inexplicable chaîne qui lie Valjean à Cosette (alors que l’ancien forçat ne cherchera jamais à revoir sa famille, sa sœur et ses sept enfants) :

  • 280 Ibid., p. 731.

Indiquer expressément dans la première partie que J.T. [Jean Tréjean, ainsi s’appelait d’abord Valjean] se regarde comme la cause du malheur et de la mort de Fantine et que ce qu’il fait pour Cosette est une réparation280.

8En fait, Hugo ne l’indiquera pas « expressément ». Bien au contraire, il sera ambigu sur ce qui pousse Valjean à se charger de ce fardeau. C’est que d’individuel, il faut que le fardeau devienne universel, que chaque homme se sente responsable d’une Cosette.

9Fantine est renvoyée par « Monsieur le Maire » quand la Victurnien, ayant découvert son secret (sa fille illégitime, Cosette), la dénonce à la directrice de l’atelier des femmes. Un peu comme une Javert au féminin, celle-ci, par un sens mal compris de son devoir et de l’obéissance aux règles morales édictées par Valjean-Madeleine (la conduite des ouvrières à l’intérieur et hors de la fabrique doit être sans reproche), expulse Fantine. « Du reste, M. Madeleine n’avait rien su de tout cela », précise l’auteur. A tel point que Fantine apparaît comme une tentation quand Valjean se retrouve en proie à « une tempête sous un crâne », celle, pour la sauver, de ne pas se livrer, et de sacrifier l’innocent Champmathieu :

  • 281 L’édition qui sert ici de référence est la suivante : Victor Hugo, Les Misérables, commentaires de (...)

Et cette femme qui a tant souffert, qui a tant de mérites dans sa chute, dont j’ai causé sans le vouloir tout le malheur ! Et cet enfant que je voulais aller chercher, que j’ai promis à la mère ! Est-ce que je ne dois pas aussi quelque chose à cette femme, en réparation du mal que je lui ai fait ?281

  • 282 Ibid., p. 199.

10C’est aussi comme ça que Fantine voyait les choses et les expliquait lors de l’épisode de la neige dans le dos : « Ce monstre de maire, ce vieux gredin de maire, c’est lui qui est cause de tout. »282

11Valjean a envie de sauver Fantine, pas Champmathieu. Un érotisme nécrophile l’attire vers cette femme jeune, enlaidie et mourante, dont tous les attributs féminins (les dents, les cheveux, le teint, la chair) lui ont été enlevées, non par une normale vieillesse, mais par la misère. Le charme physique qu’imprime pour lui la misère sur le corps féminin, est ce à quoi il va bientôt succomber à nouveau en rencontrant Cosette : un coup de foudre qui va durer toute une vie.

12Donc, Valjean est bien le responsable objectif de la mort de Fantine, mais c’est une faute dont il n’aurait pas à se charger. C’est pourtant bien là tout le sujet des Misérables. Après être allé se dénoncer à Arras, et avoir choisi de sauver Champmathieu, Valjean revient auprès de Fantine. Javert l’arrête devant elle, ce qui achève la jeune femme.

13Suit Waterloo.

La forme d’une bataille

  • 283 Victor Hugo, Choses vues, Paris, Gallimard, 1972, coll. « folio », t. III, 30 juin 1861, p. 364.

14Qu’est-ce que Waterloo ? Toute la longue digression ainsi intitulée n’est qu’une tentative de réponse. C’est d’abord une fin, celle de Napoléon et celle des Misérables : « J’ai fini les Misérables sur le champ de bataille de Waterloo et dans le mois de Waterloo. »283 Mais c’est aussi un commencement, figuré dans la topographie du champ de bataille, dans cette terre à laquelle Hugo consacre tant d’attentions et de métaphores.

  • 284 Chantiers, op. cit., p. 889.

15« Il n’est donné à aucun narrateur, si consciencieux qu’il soit, de fixer absolument la forme de ce nuage horrible qu’on appelle une bataille »284 , écrit-il. Et c’est pourtant ce qu’il va faire. A Waterloo, Hugo donne la forme d’un A. D’ailleurs, le titre du chapitre 4 consiste en cette simple lettre majuscule :

  • 285 Les Misérables. t. I. p. 319-320.

Ceux qui veulent se figurer nettement la bataille de Waterloo n’ont qu’à coucher sur le sol par la pensée un A majuscule. Le jambage gauche de l’A est la route de Nivelles, le jambage droit est la route de Genappe, la corde de l’A est le chemin creux d’Ohain à Brainel’Alleud. Le sommet de l’A est Mont-Saint-Jean285.

16Alors Hugo va nous raconter la bataille. On dirait une épopée gullivérienne ou rabelaisienne, où des bataillons de fourmis tentent de prendre la pointe du A en montant le long de ses jambes et en cherchant à crever son centre. L’attaque au genou gauche, Hougomont (chapitres 1 et 2), puis au genou droit, la Haie-Sainte (chapitres 3 et 4), entrecoupées par l’exposition du premier hasard : la pluie. L’attaque au centre et son écrasement dans le chemin creux d’Ohain, là aussi expliqué par un minuscule trait de hasard : le signe perfide du guide Lacoste qui tait l’existence du chemin chausse-trape. Immédiatement après, l’arrivée de Blücher au lieu de Grouchy, préparée par le troisième signe infinitésimal, le pâtre bon guide de Bülow (chapitre 11). Ce après quoi, le désastre, qui se termine par le mot de Cambronne. Hugo peut alors tirer les conclusions historiques et philosophiques de la défaite.

Waterloo n’est point une bataille ; c’est le changement de front de l’univers.
Waterloo, c’est le gond du dix-neuvième siècle.
La bataille de Waterloo est une énigme.

  • 286 Ibid., t. III, p. 339.

17(Et quand Valjean est dans l’égout, « il marchait dans une énigme »286, et à propos du couvent où sont tombés Valjean et Cosette fugitifs, les titres des chapitres « Commencement d’une énigme », « Suite de l’énigme », « L’énigme redouble ».)

Qu’est-ce que Waterloo ? Une victoire ? Non. Un quine.
Waterloo du reste est la plus étrange rencontre qui soit dans l’histoire. Waterloo est une bataille du premier ordre gagnée par un capitaine du second.
Waterloo est de toutes les batailles rangées celle qui a le plus petit front sur un tel nombre de combattants.
Waterloo [...] est intentionnellement une victoire contrerévolutionnaire.
Ne voyons dans Waterloo que ce qui est dans Waterloo.
La restauration. Voilà ce que c’est que Waterloo.

18Waterloo est et n’est pas une bataille, est et n’est pas une victoire. C’est un front (petit mais tout de même à la mesure de l’univers), qui, de ligne droite, devient un point, un axe, le gond qui fait basculer le siècle. C’est surtout le fruit d’un hasard qui ne s’explique pas (une énigme, un quine, une rencontre).

19Etrange géométrie d’un espace-temps turbulent, autour d’un A balancier. Justement, « la force des choses se gouverne par A + B, et les déplacements du pendule tiennent peu de compte de votre mécontentement », écrit Hugo ailleurs (Paris).

20De ce A, pénétré par les assaillants, ensemencé par la bataille, fertilisé par la pourriture des morts, va sortir un nouveau-né, une fille.

  • 287 Ibid., p. 338. Sur l’importance des lieux et des lettres qui s’y inscrivent, voir Françoise Chenet- (...)

21La terre est une page où s’inscrivent des lettres. Le A de Waterloo, trouve son complément chez les amis de l’ABC, (l’abaissé, le peuple), les héros et martyrs de la barricade de 1832, où ils périront tous, construite elle-même sur un N, le N de Napoléon, naturellement. Marius sera sauvé à travers un voyage dans des égouts aux impasses en forme de T et de Z287 ; et Cosette pourra faire son éducation de jeune fille grâce à un couvent niché au creux d’un Y.

  • 288 Le plan de Waterloo, levé sur le terrain au 10.000e, a été établi par W.B. Craan, « ingénieur du Br (...)

22Il suffit de comparer deux cartes, l’une des premières établies en 1816 de la bataille de Waterloo, curieusement orientée sud-nord, ce qui fait apparaître déjà le A de Waterloo comme un Y, et celle du Paris des années 1830288.

Plan de Waterloo

Plan de Waterloo

Emplacement du couvent

Emplacement du couvent
  • 289 Sur l’importance de l’arpentage et de l’adoption des mesures décimales au début du dix-neuvième siè (...)

23Les deux images sont homologues et la rêverie de Hugo sur le génie alphabétique des lieux a une origine identifiable sur les plans. Cette constatation permet d’affirmer que Hugo a travaillé directement sur les cartes. Cartes qui n’existaient pas à l’époque de Waterloo, ce qui explique d’ailleurs la désorientation du Fabrice stendhalien. Car c’est seulement vers cette époque que l’on a commencé à arpenter les terrains et à en relever la topographie par triangulation289.

24La topographie est donc un message que le poète décrypte, de même que les dates de l’histoire doivent être interprétées à travers les coïncidences qui s’y jouent. Ainsi, 1796 est l’année de la naissance de Fantine, mais aussi celle du départ pour le bagne de Valjean, son baptême de forçat ; et c’est aussi la première victoire de Bonaparte non encore despote.

Lit fosse couche

  • 290 Les Misérables, t. I, p. 306.

25La dernière phrase de la partie intitulée Fantine est restée célèbre : « Elle fut jetée à la fosse publique. Sa tombe ressembla à son lit. »290

  • 291 Notes avril-juillet 1861, in Chantiers, éd. cit., p. 896.

26Waterloo, fosse commune : « J’ai passé deux mois à Waterloo. C’est là que j’ai fait l’autopsie de la catastrophe. J’ai été deux mois courbé sur ce cadavre. » Mais Waterloo aussi lit de douleur et d’accouchement : « Terre aujourd’hui d’une fertilité étrange. Des seigles de six pieds de haut. »291

27Hugo courbé sur ce cadavre et sur cette fertilité est à la fois le médecin-légiste et l’accoucheur, double fonction souvent commune à l’obstétricien du XIXe siècle, quand il sacrifie la femme pour sauver l’enfant.

  • 292 Philosophie. Commencement d’un livre, in Victor Hugo, Œuvres complètes. Critique, Paris, Laffont, 1 (...)

28Waterloo (deux fois eau), entièrement dominé par le thème de la mer, des vagues, mais aussi cloaque, terre fumée par la pourriture et l’excrément, est la description d’une immense parturition. « Les désagrégations sont des germinations », avoue Hugo. Ou encore : « Les problèmes de la germination se ramifient les uns dans les autres jusqu’à produire l’ombre absolue. Tout est mêlé à la vitalité, même la pourriture [...]. Toute mort naît. »292 Le principe masculin (Napoléon) y est mis en déroute par une image maternelle toute-puissante (comprenant à la fois l’anéantissement et la génération). L’épisode culminant est l’écrasement de la cavalerie napoléonienne dans le chemin creux d’Ohain, vu lui aussi comme « une fosse ». Les métaphores employées pour caractériser les forces en présence sont explicites : l’infanterie anglaise, avec la batterie derrière, attend passivement l’attaque (la saillie ou l’assaut) de ce « bélier de bronze » qu’est la cavalerie française.

  • 293 Les Misérables, t. I, p. 339.

La figure de ce combat était monstrueuse. Ces carrés [d’infanterie] n’étaient plus des bataillons, c’étaient des cratères ; ces cuirassiers n’étaient plus une cavalerie, c’était une tempête. Chaque carré était un volcan attaqué par un nuage ; la lave combattait la foudre293.

  • 294 Ibid., p. 341.

29Mais l’attaque est repoussée, à cause des pertes qu’a provoquées le piège du chemin creux dans les rangs français. Le grand coït semble se terminer en fiasco, selon l’expression rendue célèbre par Stendhal. Seulement, « le lendemain de la bataille, un cuirassier et son cheval furent trouvés mort » à Mont-Saint-Jean. « Ce cavalier avait percé les lignes anglaises. »294 Il suffit d’un spermatozoïde pour féconder l’ovule, comme chacun sait.

30La pénétration ratée, ou presque, se transforme instantanément en une scène de délivrance où Hugo l’accoucheur n’est qu’un « chercheur penché sur cette terre pétrie de chair humaine » qu’est Waterloo.

31Qu’il s’agisse de génération (dans tous les sens du terme, car les Misérables sont aussi l’histoire d’une génération, celle des jeunes gens de 1830), est indubitable :

  • 295 Cette citation et celle qui précède sont tirées du tome I, p. 319.

Il va sans dire que nous ne prétendons pas faire ici l’histoire de Waterloo ; une des scènes génératrices du drame que nous racontons se rattache à cette bataille ; mais cette histoire n’est pas notre sujet295.

32La scène génératrice à laquelle fait allusion Hugo, anticipant une ficelle de l’action que nous (lecteurs) mettrons longtemps à comprendre, est celle où Thénardier, acharné à piller les corps, sauve sans le faire exprès le père de Marius, Pontmercy, laissé pour mort dans le chemin creux d’Ohain.

33Or, Marius est destiné, en épousant Cosette, à fonder une nouvelle humanité, celle de la moyenne bourgeoisie, aux idéaux privés, aux valeurs familiales.

De quoi accouche Waterloo

34Pourtant Marius était déjà né quand Thénardier sauve son père. Ce n’est donc pas le sauvetage involontaire de Pontmercy qui nécessite, narrativement parlant, la grande vision épique de Hugo. C’est une autre nécessité, symbolique, car Waterloo accouche de Cosette. C’est elle dont le chiffre s’inscrit dans la grande catastrophe napoléonienne.

35Hugo avait pensé, comme date de naissance pour elle, d’abord à 1822, puis à 1819, et 1817, et à une différence d’âge avec Valjean de plus de cinquante ans.

36Ce n’est qu’à la rédaction finale qu’il établit la date de naissance de Jean Valjean en 1767 et de Cosette en 1815. Mais, quel mois Cosette est-elle née ? Les indications ne sont pas univoques. Quand Fantine arrive chez les Thénardier, au printemps 1818, elle dit de sa fille qu’« elle va sur ses trois ans », et la Thénardier lui répond : « C’est comme mon aînée », Éponine, sorte de jumelle de Cosette. Or, Éponine, en avril 1832, quand elle retrouve Marius au Champ de l’Alouette, déclare avoir échappé à la prison parce que dans deux mois, elle aura l’âge du discernement : 16 ans et 1 jour. Ceci la fait naître en 1816. ce qui est certainement mal calculé, mais surtout en juin, ce qui nous importe ici.

  • 296 Yves Gohin propose le mois d’octobre mais Pierre Laforgue confirme l’hypothèse de juin.

37Si l’on rectifie l’évidente erreur de calcul sur l’année, Cosette serait née précisément en juin 1815 (et Éponine aussi)296.

38Fantine, née en 1796 (date incipit de la Chartreuse de Parme), conçoit donc Cosette en septembre 1814, accouche en 1815, grossesse couvrant ainsi assez exactement la durée du Congrès de Vienne, y compris les Cent Jours et leur tragique conclusion. D’ailleurs, c’est bien là le sens que lui donne Hugo :

Pendant que Napoléon agonisait à Longwood, les soixante mille hommes tombés dans le champ de Waterloo pourrirent tranquillement, et quelque chose de leur paix se répandit dans le monde. Le congrès de Vienne en fit les traités de 1815, et l’Europe nomma cela la restauration.
Voilà ce que c’est que Waterloo.

  • 297 La citation précédente et la phrase résumée ici sont tirées des Misérables, t. I. p. 360.

39Mais, pour cet « œil immense » qu’est la Providence, « un puceron... égale l’aigle »297. Et le puceron, cette chose infime qui, au regard divin, équivaut aux plus grandes secousses humaines, c’est la naissance de Cosette, l’enfance d’une petite fille.

A quoi sert Cosette ?

40L’originalité des Misérables est de montrer qu’un grand et unique but dans la vie peut être d’élever une petite fille, puis de la doter et de la marier à un jeune homme qu’elle aime, charmant et socialement passable. Valjean ne comprend pas tout de suite sa vocation : Myriel lui parle des fruitières, il essaie la philanthropie et l’industrie, fait tout le bien qu’il peut au passage (il sauve la vie successivement à Fauchelevent, Champmathieu, à un gabier, soigne Fantine), mais ne comprend quelle est sa mission qu’en rencontrant Cosette.

  • 298 Ainsi que la définit Nicole Savy, Cosette, Alice, Sophie, in Les petites filles modernes, Paris, Ed (...)
  • 299 Pierre Laforgue, Gavroche. Etudes sur Les Misérables, Paris, SEDES, 1994, p. 62.

41Malgré la ronflante, mais non moins touchante, épigraphe du roman (« ... tant que les trois problèmes du siècles, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront résolus ;... des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles »), l’utilité des Misérables ne consiste pas à attirer l’attention sur un problème social jusque-là ignoré ou à restituer dignité humaine, à travers la fiction, à un sujet inexistant. Car Cosette reste « inexistante »298 : abrutie par la misère, enfant ; sotte, jeune fille. Hugo lui attribue quelques formulations bien trouvées qui y insistent : « Je suis Madame Toi » ; « Est-ce que je suis quelqu’un ? », proches du Personne auquel s’adressait le journal de Fanny Burney, ou du célèbre incipit d’Emily Dickinson : « Je ne suis Personne. Qui êtes-vous ? ». Par ces trouvailles dans le dialogue d’amour avec Marius, Hugo renvoie Cosette à une identité nulle qui, comble de malaise, fait tout son charme primesautier. Jeune fille, « toute charge symbolique lui est retirée, sans doute parce que seule une enfant héroïque de huit ans peut porter tout le poids de l’histoire », commente Pierre Laforgue, retrouvant par là une intuition stendhalienne299.

42C’est seulement quand elle est toute petite qu’une fille peut valoir la peine qu’on lui consacre sa vie. qu’on en fasse un objet sublime d’amour et de désir, un idéal qui a le mérite de poser simultanément un tabou sur tout instinct sexuel :

  • 300 Les Misérables, t. III, p. 204-205.

Aucun mariage n’était possible entre eux ; pas même celui des âmes ; et cependant il est certain que leurs destinées s’étaient épousées. Excepté Cosette, c’est-à-dire excepté une enfance. Jean Valjean n’avait, dans toute sa longue vie, rien connu de ce qu’on peut aimer300.

  • 301 Ibid.

43Il avait donc « cette enfant pour lumière, pour demeure, pour famille, pour patrie, pour paradis », et « dans cette paternité la viduité même de sa vie avait introduit tous les amours »301.

  • 302 Annette Rosa, « Jeanne, femme fatale », Revue des Lettres modernes 1024-1032. série Hugo 3 : Femmes(...)

44Cette fonction érotique, amoureuse, idéale, attribuée à la fillette connaîtra son apogée dans L’art d’être grand-père, où « la femme s’exalte dans l’enfance, le personnage du grand-père connaît à la fois une régression vers l’enfantillage et une extension divine »302.

45Pour faire de Cosette ce que Baudelaire admirait si fort, c’est-à-dire un lieu commun, Hugo a employé un truc, celui du syncrétisme de mythes déjà existants. Et, comme sa poétique se fonde sur le mélange, du haut et du bas, du grand et du petit, du sublime et du vulgaire (de l’énorme et de l’atome, mot qui revient si souvent et à des moments si stratégiques qu’on a trouvé du lucrétien en lui), les mythes auxquels il aura recours sont d’origine très diverse, remodelés jusqu’à en faire cette pâte molle, parfaitement lisse et prête à lever qu’est Cosette.

Où Cosette démontre l’utilité de l’eau courante

  • 303 Dans la partie du roman intitulée Cosette, tel est le titre du chapitre qui commence le troisième l (...)

46A l’origine de la rencontre entre Valjean et la fille de Fantine, il y a « la question de l’eau à Montfermeil »303. Et l’eau est ce qui permet de faire le lien entre l’immémorial et le moderne. C’est à la fois l’eau des légendes et des rites lustraux, l’eau du baptême et de la naissance (on a vu à quel point Waterloo, dans son nom, dans ses circonstances, dans sa mise en récit, met à contribution cet élément), l’eau du progrès et de l’hygiène, du tout à l’égout et de la distribution à l’étage, si chers au XIXe siècle.

47Montfermeil, en 1823, dit Hugo, « était un endroit paisible et charmant, qui n’était sur la route de rien ». En tout cas, c’était sur la route de Fantine quand celle-ci décide de rentrer à Montreuil-sur-Mer où elle est née. Mais pour l’heure c’est un bourg que rien ne distingue, comme le seront tous ceux où auront lieu des apparitions mariales dans la deuxième moitié du siècle. Il est situé sur la lisière du plateau « qui sépare l’Ourcq de la Marne », ce qui explique la rareté de l’eau, qui doit être puisée aux étangs du côté de Gagny ou à la source dans le bois de Chelles.

48Or, l’Ourcq est au centre d’une polémique concernant l’alimentation en eau de Paris :

  • 304 Baron Haussmann. Mémoires du baron Haussmann, Paris. Guy Durier, s.d., t. I. p. 24-25.

Jaloux de pourvoir enfin Paris d’un volume d’eau qui pût satisfaire largement à tous les besoins, le Premier Consul décida, le 20 Floréal an X. la dérivation de l’Ourcq, dont il fit un canal de navigation en même temps qu’un Aqueduc d’alimentation des fontaines publiques et des concessions privées de sa capitale304.

  • 305 Guy Antonetti, Louis-Philippe, Paris, Fayard. 1994, p. 94.

49Cette loi napoléonienne s’appliquait à un bien, le canal de l’Ourcq, qui faisait partie de l’apanage de la maison d’Orléans, et que le futur Louis-Philippe va revendiquer pendant la Restauration. Et, drôle de coïncidence, pour ne pas nuire aux intérêts de la collectivité, « il céda en 1823 [justement l’année du fameux Noël où Cosette et Valjean se rencontrent] à la Ville de Paris ses droits sur le canal de l’Ourcq. pour 600 000 francs, et l’indemnité qu’il reçut servit à acheter trois arcades au Palais-Royal et quatre maisons rue Saint-Honoré ».305

  • 306 Baron Haussmann, op. cit., p. 28.

50En 1853, l’eau de l’Ourcq fournissait cent mille des 134 000 m3 débités par heure à Paris, et « formait donc la ressource principale du service des Eaux »306 , mais elle arrivait à un niveau trop bas.

  • 307 Ibid., p. 39.

La grande œuvre de la dérivation de l’Ourcq, dont les gouvernements postérieurs au Consulat et au premier Empire ne surent pas s’inspirer, en tenant compte de ses imperfections, pour aller chercher encore plus loin, et partant d’un niveau plus élevé, un volume d’eau considérable, de qualité meilleure, peut être justement comparée aux dérivations dont les Romains avaient fait l’emprise, dans l’Anio. l’affluent du Tibre307.

51Puis, Haussmann expose des idées qui sont identiques à celles de Hugo : la circulation de l’eau et des égouts dans la ville équivaut à la circulation sanguine du corps ; l’utilisation des rejets comme engrais.

52Que Montfermeil se trouve à proximité de l’Ourcq, principal fournisseur de l’eau parisienne, mais n’en dispose pas elle-même, que cette exploitation de l’Ourcq, toujours comparée aux chefs-d’œuvre des Romains, ait été décidée par Napoléon alors premier Consul, tout ceci alors que le symbole même de l’exploitation de Cosette consiste dans le fait qu’elle doit aller puiser l’eau seule la nuit dans le bois, occasion de son sauvetage « miraculeux » par Valjean, tout ceci montre que la solution à la misère de l’enfant se trouve dans une ville du progrès, bien illuminée et pavée, achalandée en eau courante et en tout à l’égout. Sans oublier le petit détour par Louis-Philippe, car il n’y a pas que Napoléon dans cette Histoire, vue à travers les faits et gestes d’un atome, d’un puceron.

Où Cosette justifie un Noël

53D’abord, l’Histoire. Le réveillon de Noël merveilleux que va passer Cosette est une date : le 24 décembre 1823, jour où tombe le ministère Villèle, et, avec lui, Chateaubriand, qui passe, dès lors, à l’opposition d’extrême-droite. C’est la fin de l’apogée de la Restauration qui a culminé cette année-là avec la guerre d’Espagne, voulue par le Congrès de Vérone et Chateaubriand.

  • 308 Les Misérables, t. I, p. 418.
  • 309 Ibid., p. 420. Sur l’identification Cosette/duchesse de Berry, voir Pierre Laforgue, op. cit.
  • 310 Ibid., p. 425.

54Dans les propos des personnages, surtout de la Thénardier, on trouve des références pittoresques. Après avoir reçu sa poupée, Cosette est transportée de bonheur : « Ce qu’elle éprouvait en ce moment-là était un peu pareil à ce qu’elle eût ressenti si on lui eût dit brusquement : Petite, vous êtes la reine de France. »308 Et la Thénardier, qui y est sensible, ajoute : « Encore un peu il lui dirait votre majesté comme à la duchesse de Berry. »309 Ravagée par la haine, elle conclura : « Elle me mange le cœur avec sa poupée ! J’aimerais mieux épouser Louis XVIII que de la garder un jour de plus à la maison. »310 Ce roi qui va mourir six mois plus tard est en effet veuf. Il s’était marié avec une très laide princesse de Savoie, Marie-Joséphine, surnommée « la princesse velue » (velue comme la Thénardier), morte depuis treize ans. Marie-Caroline de Naples, ayant épousé, quant à elle, le duc de Berry, fils du futur Charles X et neveu de l’actuel Louis XVIII, était à cette époque encore vénérée par les monarchistes et par le peuple. Icône de la légitimité et de la féminité martyre, elle met au monde l’enfant du miracle, en 1820, après l’assassinat de son mari par Louvel. Le duc de Bordeaux est l’unique héritier légitime de la branche des Bourbon.

55On voit donc qu’il y a une royauté dépréciée, celle du vieillissant Louis XVIII, qui s’oppose à celle, rayonnante, de la jeune duchesse de Berry, et que cette dernière est associée à Cosette. Mais quand le roman paraît, la duchesse de Berry s’est déconsidérée et a perdu son auréole depuis longtemps. Ce n’est pas à l’Histoire que Cosette appartient enfant.

56Elle est à la fois Cendrillon et le petit Chaperon rouge, la porteuse d’eau et l’orpheline du roman populaire. C’est aussi une petite bergère et une petite sorcière, une diablesse et une sainte.

  • 311 Ibid., p. 396-397.
  • 312 Ibid., p. 398, ainsi que la citation précédente.

57La légende païenne contamine également les personnages : Jean Valjean est un père Noël ; la forêt a une influence ensorcelante sur Cosette. Après l’épouvante, elle connaît une stase, près de la source : des « serpents de feu blanc » à ses côtés, au-dessus d’elle « des pans de fumée », « un tragique masque de l’ombre » qui se penche, « une plaie lumineuse »311 dans le ciel : c’est Jupiter (dans la première version, Hugo avait écrit Vénus, ce qui était encore plus clair) qui se couche. « Ce n’était plus seulement de la terreur qui la gagnait, c’était quelque chose de plus terrible, [...] Son œil était devenu farouche. Elle croyait sentir qu’elle ne pourrait peut-être pas s’empêcher de revenir là à la même heure le lendemain. » Pour retrouver l’ordre des choses, leur « perception vraie »312, le rationnel, elle se met à compter.

58Cependant, le récit hagiographique guide également la narration. Quand Hugo rédige la première version de ces chapitres, en 1847, une vision mariale a eu lieu à La Salette, qui connaît un grand retentissement. Quand il la relit, la corrige et la complète, au début des années 1860, c’est celle de Lourdes qui vient de défrayer la chronique. Ce sont de petits enfants, mais principalement de petites filles, misérables bergères de milieu rural qui, près d’une source, alors qu’elles sont harassées par quelque tâche pénible (recueillir du bois, etc), voient « une belle dame » qui leur confie des messages. Avant d’emporter l’adhésion, leur témoignage doit être soumis à une enquête chargée d’écarter toute suspicion d’inspiration diabolique. Dans le cas de Lourdes, par exemple, Bernadette sera lavée de tout soupçon, mais les dizaines de petits voyants s’étant manifestés sur son exemple, seront déclarés possédés.

59Le chemin de croix que doit parcourir Cosette dans cette nuit de Noël 1823, avec ses stations, reproduit certains des lieux communs de ce récit hagiographique qui est en train de se fixer, dans ses normes, durant ces années.

  • 313 Ibid., p. 386.
  • 314 Ibid., p. 383-384.
  • 315 Les particularités du vautour ont été communiquées par Théophile Guérin, un correspondant à Paris d (...)

60Tout d’abord, elle doit passer par la grand’rue où se sont installés les saltimbanques, les bateleurs, les rouliers. Or, la fête foraine n’est que le prolongement de l’auberge, avec la Thénardier, « de la race de ces sauvagesses colosses qui se cambrent dans les foires [...] Elle avait de la barbe »313. On a même monté une ménagerie dont l’une des attractions est le Caracara Polyborus, un vautour qui a « pour œil une cocarde tricolore [...] Quelques bons vieux soldats bonapartistes retirés dans le village allaient voir cette bête avec dévotion »314, Ce qui relie les deux thèmes : la politique et la petite fille. Car Cosette a elle aussi une cocarde à l’œil, « la paupière noire d’un coup de poing que la Thénardier lui avait donné »315.

  • 316 Les Misérables. t. I, p. 393.
  • 317 Ibid., p. 394.

61La « dame »316, c’est la poupée dans la vitrine du bimbelotier devant laquelle Cosette s’immobilise « en extase »317. Devant la source, lui viennent des tentations diaboliques qu’elle éloigne. Puis survient la Providence, advient le miracle avec l’arrivée de Jean Valjean.

Où l’on achète des joujoux

  • 318 Ibid., p. 414.

La poupée est un des plus impérieux besoin et en même temps un des plus charmants instincts de l’enfance féminine. Soigner, vêtir, parer, habiller, déshabiller, rhabiller, enseigner, un peu gronder, bercer, dorloter, endormir, se figurer que quelque chose est quelqu’un, tout l’avenir de la femme est là. Tout en rêvant et tout en jasant, tout en faisant de petits trousseaux et de petites layettes, tout en cousant de petites robes, de petits corsages et de petites brassières, l’enfant devient jeune fille, la jeune fille devient grande fille, la grande fille devient femme. Le premier enfant continue la dernière poupée.
Une petite fille sans poupée est à peu près ausi impossible qu’une femme sans enfant318.

62Tel est le manifeste de la poupée et de la femme au XIXe siècle, où la petite fille joue le trait d’union. Ce passage très connu, cité par le Grand Larousse, résume à merveille la fonction de la poupée, telle qu’elle s’est définie en une cinquantaine d’années, depuis la naissance du roman de poupées au tout début du siècle. Elle définit aussi à merveille ce qu’est une femme : un être qui prend quelque chose pour quelqu’un et qui, sans enfant, n’est rien.

  • 319 Telle est 1 hypothèse de Valérie Lastinger, « Of Dolls and Girls in Nineteenth-Century France », Ch (...)

63Pourtant, ce paragraphe sur la fonction affective et formatrice de la poupée ne correspond nullement à ce qui se passe chez Cosette quand Valjean lui offre la splendide Catherine. Le nom qu’elle lui attribue en serait déjà un indice suffisant : réminiscence du prénom de la belle-mère de Victor Hugo, référence à la grande Catherine de Russie, allusion à Léopoldine (la fille adorée et noyée), dont c’était le cinquième prénom et qu’on surnommait en famille « poupée »319 ? L’usage, en tout cas, étant de prénommer les poupées avec des diminutifs : Lolotte, Zézette, etc., comme pour mieux les détacher d’un caractère humain. Ici, l’usage se renverse. C’est l’enfant qui a un diminutif et la poupée un vrai prénom. Si Cosette était bien capable de jouer avec la poupée d’Éponine et Azelma en la berçant et en reproduisant les gestes de la maternité ; avec Catherine, elle se livre à la contemplation. C’est qu’il s’agit d’une véritable restitution de la mère opérée par Jean Valjean, après que Cosette lui a successivement déclaré n’en avoir pas eue, et qu’elle était morte.

64Quand Cosette, son seau rempli qu’elle arrive à peine à porter, repart, glacée et épouvantée,

  • 320 Les Misérables, t. I, p. 398.

Il n’y avait que Dieu en ce moment qui voyait cette chose triste. Et sans doute sa mère, hélas !
Car il est des choses qui font ouvrir les yeux aux mortes dans leur tombeau320.

  • 321 Ibid., p. 422.

65Cette même nuit, elle dormira serrée contre Catherine, « la poupée dont les grands yeux ouverts brillaient dans l’obscurité »321.

Où l’on glane des renseignements utiles sur l’éducation des filles

66Enfin, comme l’ont nettement montré les critiques, il y a tout un soubassement biographique et autobiographique du texte.

67Adèle Foucher, Juliette Drouet, Léonie Biard, mais aussi Léopoldine Hugo (un roman où le naufrage est aussi présent ne peut qu’impliquer un autre naufrage, celui où Léopoldine s’est noyée) : autant de femmes dont les souvenirs, communs ou non à l’auteur, ont servi à l’édification de la trame.

68Ces femmes sont Adèle Foucher, sa légitime épouse ; Juliette Drouet, sa maîtresse légitime ; Léonie Biard, une de ses maîtresses ; Léopoldine, sa fille aînée. Les éléments qui les rattachent à son roman sont multiples : la date des noces de Cosette et de Marius correspond à celle de la première nuit de l’écrivain et de Juliette Drouet. L’adultère commis avec Léonie Biard est à l’origine du début du processus d’écriture, comme nous l’avons vu. Léopoldine, qui n’a jamais été dans un pensionnat de sœurs pour son éducation, donne sa couleur émotive et sentimentale au lien entre Valjean et Cosette : le sens d’une faute indéfinie et le désir de réparation.

69Juliette Drouet et Léonie Biard ont, par ailleurs, participé activement à la rédaction en fournissant des renseignements autobiographiques sur leur séjour au couvent étant enfants et jeunes filles. On dispose ainsi de notes manuscrites qui, surtout celles de Juliette, sont un bel exemple de « récit d’enfance », grâce auxquelles on peut mesurer la distance entre ce qu’on appelle aujourd’hui le récit de vie et la littérature. Ainsi Juliette a-t-elle un souvenir du couvent animé par sa propre jeunesse mais qui trahit dégoût et malaise. Ses notes sont de la même eau (stylistique) que l’autobiographie de sainte Thérèse de Lisieux. Mais de tout autre contenu. Il n’est que de lire le passage où Mgr de Quelen lui parle de son noviciat et où elle éclate en sanglots :

  • 322 D’après la transcription de Jean Pommier, dans : Juliette Drouet, « Souvenirs du couvent », Revue d (...)

Lorsque je lui eus dit que je n’avais aucune vocation et que le couvent me faisait horreur, il s’empressa de me consoler et il me promit que je ne serais point religieuse contre mon gré. En effet quinze jours après je quittai le couvent322.

70Hugo au contraire transforme les anecdotes en les insérant dans un climat de solitude et de simplicité qui fait tout le prix de l’éducation des petites filles au couvent, et où l’ascétisme, le manque d’hygiène, la mauvaise alimentation, le froid, la faim, la discipline, l’ignorance, décrits par toutes ses informatrices, sont transfigurés.

71L’entrée au couvent de Cosette semble due au hasard et commandée par un épisode typiquement aventureux et romanesque, la fuite de Valjean traqué par Javert, et le moyen extraordinaire, nourri de suspense, par lequel il lui échappe. Ce même épisode semble également le prétexte à une divagation philosophique sur l’utilité du monachisme. Donc, c’est un épisode narrativement vide, d’autant plus que le séjour de Cosette parmi les religieuses est dénué d’incidents et narré à l’imparfait, dans la durativité. L’astuce hugolienne est celle du prestidigitateur. Il attire l’attention du spectateur sur un détail tandis que l’essentiel a lieu autre part. La fuite comme la digression philosophique sont amenées par une vraie nécessité, celle de donner à Cosette une éducation de jeune fille qui rende vraisemblable son mariage avec Marius, baron Pontmercy. Les cinq ans de Cosette chez les Bénédictines et les idées sur le monachisme féminin semblent contingents au lecteur. Ce qui le tient accroché au roman, c’est le suspense de la poursuite, au terme de laquelle et comme par un parfait hasard, Cosette et Valjean échappent à Javert et atterrissent dans un couvent. Or, en termes aristotéliciens, ce qui est nécessaire du point de vue de l’action, ce qui fait avancer la trame, c’est le couvent ; et la traque n’est qu’un truc pour nous y amener.

72Cosette était de toutes manières destinée à rencontrer Marius, avec ou sans Valjean, elle qui partage le destin des Thénardier et aurait bien fini par atterrir masure Gorbeau, voisine de Marius. Seulement elle y aurait atterri comme une seconde Éponine, sinon en pire état. Et on voit mal comment Marius aurait pu l’épouser, sinon à sauter dans une autre époque et un autre type de roman.

73C’est comme si Hugo écrivait un manuel d’éducation pour les filles : que leur faut-il ? Une mère pour les toutes premières années ; à partir de huit ans, un père ; à partir de douze ans, un couvent ; à partir de seize ans, un mari. Il leur faut, et dans cet ordre chronologique : du lait maternel, de l’eau courante, une poupée, une religion, un jardin, savoir lire et écrire, une dote.

Ecrire un roman, où comment joindre les deux boues

74Valjean meurt plusieurs fois. Par perte d’identité au bagne. Puis il tâte de l’eau, avec la fausse noyade du port de Toulon ; puis de la terre, avec le faux enterrement pour entrer au couvent. Mais c’est l’enlisement qui est la vraie mort à soi, le vrai sacrifice régénérateur. Par la noyade, Valjean se sauvait lui-même : il s’évadait. Par l’ensevelissement, il atteignait Cosette. Dans l’enlisement, il sauve Marius qu’il hait et perd Cosette qu’il aime ; il assure le projet nuptial et l’accouplement de la génération suivante, au prix de sa vie et de son bonheur. Donc, ni l’eau ni la terre, mais la boue. Mieux, la boue et l’excrément.

  • 323 Chantiers, éd. cit., p. 770. Que Thénardier soit l’auteur de ce calembour est une supposition de ma (...)
  • 324 Les Misérables, t. III, p. 319.

75« Joindre les deux boues »323 : Thénardier, peut-être l’auteur du calembour, est justement présent aux deux « boues », celle de Waterloo et celle de l’égout parisien ; et, chaque fois, une boue excrémentielle mais aussi génératrice, puisque Waterloo n’a été victorieuse que par le mot de Cambronne, puisque les déjections de l’égout transportent « un fœtus livide »324...

  • 325 Tout le monde meurt ou presque, sauf Marius, Cosette et Thénardier, chacun avec son lambeau de fami (...)

76C’est en général la valeur du personnage de Thénardier qui est mystérieuse. La fin des Misérables pourrait être flaubertienne. De même qu’Homais a eu sa croix, Thénardier a son Amérique (où il devient négrier). Mis à part le couple Marius-Cosette, enjeu de l’histoire, sinon de l’Histoire, tout le monde meurt, et surtout les plus vertueux325.

77Le récit de Stendhal est plus novateur littérairement, et son lien à l’enfance féminine est secret ; tandis que celui de Hugo, attaché au mythe et à la philosophie de l’histoire, est directement relié au destin de sa petite héroïne. Stendhal montre l’état d’enfance dans lequel se trouve un contemporain devant l’Histoire, Hugo persiste à concevoir ce même contemporain capable de dominer le sens des événements, ne serait-ce que pour reconnaître leur côté divinement arrangé.

78Une première conclusion : ce n’est pas Cosette sauvée et adulte qui nous plaît, c’est Cosette enfant et martyre qui nous trouble et nous ravit (nous : lecteurs, grands et petits). Fascination maligne, sentimentale et sensuelle. On préférerait rencontrer Cosette au coin d’un bois que converser avec la baronne de Pontmercy, installée chez sa belle-famille. Le plaisir contredit la morale. Ce livre, qui veut sauver les petites filles nues nous induit plutôt à préférer qu’elles le restent (et sans eau courante). Car, à la question de Hugo : « Quand elle se trouvent ainsi, dès l’aube, toutes petites, toutes nues, parmi les hommes, que se passe-t-il dans ces âmes qui viennent de quitter Dieu ? », on a envie de riposter : « Et dans les âmes de ces hommes, que se passe-t-il ? »

79Une seconde conclusion : c’est celle de Thénardier (qui n’existe qu’en Chantiers, mais qui fonde le roman). « Joindre les deux boues » : tel est le projet des Misérables, boucler la boucle, de la boue de Waterloo à la boue des égouts parisiens. On peut alors voir en Thénardier l’énonciateur du programme, présent, en vautour, en voyeur, aux deux bouts du roman, une image du romancier lui-même. D’ailleurs, c’est le seul à peu près qui survit. Et lui, il a réussi à garder à ses côtés au moins une de ses filles, accomplissant ainsi ce qui apparaît comme le but idéal, à la naissance d’une fille, au père romantique. Et. comme on l’a vu avec Shelley et Byron, comme avec Hugo, c’est un projet difficile à réaliser.

80Donc, Hugo montre, par Valjean, que les grands idéaux virils traditionnels, la gloire, l’ambition, la guerre, l’honneur, sont déchus pour des devoirs de tout autre nature, essentiellement ceux de père de famille, en particulier de petites filles qu’il faut à la fois adorer, éduquer et marier en les dotant – image du renoncement, de la résignation, du sacrifice. Sacrifice sensuel – c’est une chair défendue –, financier – la dote –, et affectif – en la mariant, on y renonce.

81C’est une nouvelle version de l’amour courtois : une vraie histoire d’amour incontaminée (bien qu’elle s’inscrive entièrement entre les deux bornes de la boue), celle d’un homme plus que mûr pour une petite fille non encore nubile, celle d’un père et d’une fille.

Notes

277 Victor Hugo, « Le Dossier des Misérables », in Œuvres Complètes Chantiers, Paris, Laffont. 1990, coll. « Bouquins », p. 731.

278 Ibid.

279 Ibid., p. 736.

280 Ibid., p. 731.

281 L’édition qui sert ici de référence est la suivante : Victor Hugo, Les Misérables, commentaires de Nicole Savy, notes de Guy Rosa, Paris, Le Livre de Poche, 1985. La citation se trouve au tome I, p. 235-236.

282 Ibid., p. 199.

283 Victor Hugo, Choses vues, Paris, Gallimard, 1972, coll. « folio », t. III, 30 juin 1861, p. 364.

284 Chantiers, op. cit., p. 889.

285 Les Misérables. t. I. p. 319-320.

286 Ibid., t. III, p. 339.

287 Ibid., p. 338. Sur l’importance des lieux et des lettres qui s’y inscrivent, voir Françoise Chenet-Faugeras, Les Misérables ou l’espace sans fond, Paris, Nizet, 1995.

288 Le plan de Waterloo, levé sur le terrain au 10.000e, a été établi par W.B. Craan, « ingénieur du Brabant méridional », ce qui explique peut-être son orientation (Waterloo 1815, 1990). Le plan des rues du couvent est extrait de l’Atlas d’Aristide-Michel Perrot (1834. fac-similé 1987).

289 Sur l’importance de l’arpentage et de l’adoption des mesures décimales au début du dix-neuvième siècle, voir Paul Johnson. The Birth of the Modern : world society, 1815-1830, New York, HarperCollins Publishers, 1991.

290 Les Misérables, t. I, p. 306.

291 Notes avril-juillet 1861, in Chantiers, éd. cit., p. 896.

292 Philosophie. Commencement d’un livre, in Victor Hugo, Œuvres complètes. Critique, Paris, Laffont, 1985, coll. « Bouquins », p. 490. Ce texte inachevé, rédigé entre mai et août 1860, devait servir de préface aux Misérables.

293 Les Misérables, t. I, p. 339.

294 Ibid., p. 341.

295 Cette citation et celle qui précède sont tirées du tome I, p. 319.

296 Yves Gohin propose le mois d’octobre mais Pierre Laforgue confirme l’hypothèse de juin.

297 La citation précédente et la phrase résumée ici sont tirées des Misérables, t. I. p. 360.

298 Ainsi que la définit Nicole Savy, Cosette, Alice, Sophie, in Les petites filles modernes, Paris, Edition de la Réunion des musées nationaux. 1989. coll. « Les dossiers du musée d’Orsay », p. 4-32.

299 Pierre Laforgue, Gavroche. Etudes sur Les Misérables, Paris, SEDES, 1994, p. 62.

300 Les Misérables, t. III, p. 204-205.

301 Ibid.

302 Annette Rosa, « Jeanne, femme fatale », Revue des Lettres modernes 1024-1032. série Hugo 3 : Femmes, 1991. p. 189.

303 Dans la partie du roman intitulée Cosette, tel est le titre du chapitre qui commence le troisième livre. Accomplissement de la promesse faite à la morte. V. Les Misérables, t. I. p. 382, d’où sont tirées également les deux citations suivantes.

304 Baron Haussmann. Mémoires du baron Haussmann, Paris. Guy Durier, s.d., t. I. p. 24-25.

305 Guy Antonetti, Louis-Philippe, Paris, Fayard. 1994, p. 94.

306 Baron Haussmann, op. cit., p. 28.

307 Ibid., p. 39.

308 Les Misérables, t. I, p. 418.

309 Ibid., p. 420. Sur l’identification Cosette/duchesse de Berry, voir Pierre Laforgue, op. cit.

310 Ibid., p. 425.

311 Ibid., p. 396-397.

312 Ibid., p. 398, ainsi que la citation précédente.

313 Ibid., p. 386.

314 Ibid., p. 383-384.

315 Les particularités du vautour ont été communiquées par Théophile Guérin, un correspondant à Paris de Victor Hugo, qui les lui a fournies, sur sa demande, in extremis, le 22 décembre 1861 (V. Bernard Leuilliot, Victor Hugo publie Les Misérables, Paris, Klincksieck, 1970, p. 400). De même, le détail de la cocarde de Cosette est annoté en Belgique en dernière instance de rédaction (mai-juillet 1861, Chantiers, éd. cit., p. 881).

316 Les Misérables. t. I, p. 393.

317 Ibid., p. 394.

318 Ibid., p. 414.

319 Telle est 1 hypothèse de Valérie Lastinger, « Of Dolls and Girls in Nineteenth-Century France », Children’s Literature 21, 1993, p. 20-42.

320 Les Misérables, t. I, p. 398.

321 Ibid., p. 422.

322 D’après la transcription de Jean Pommier, dans : Juliette Drouet, « Souvenirs du couvent », Revue d’Histoire Littéraire de la France 4, oct.-déc. 1962, p. 531.

323 Chantiers, éd. cit., p. 770. Que Thénardier soit l’auteur de ce calembour est une supposition de ma part.

324 Les Misérables, t. III, p. 319.

325 Tout le monde meurt ou presque, sauf Marius, Cosette et Thénardier, chacun avec son lambeau de famille, Marius avec son grand-père et sa grand-tante, Cosette avec son père Tholomyès qui ne la reconnaîtra pas et qu’elle ne verra jamais, Thénardier, plus heureux que Valjean, avec son Azelma. Pour les dates de naissance et de mort des personnages, voir la chronologie d’Yves Gohin, dans Lire les Misérables. Paris, Corti, 1985.

Table des illustrations

Titre Plan de Waterloo
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Emplacement du couvent
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/2142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Artois Presses Université, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search