Version classiqueVersion mobile

Balzac ou comment ne pas raconter une histoire

 | 
Nathalie Solomon

Résumés des œuvres de Balzac citées

Texte intégral

Albert Savarus

Au cours d’une soirée chez les Watteville, grande famille de Besançon, Rosalie, la fille de la maison, dont la stricte éducation a développé l’imagination, entend parler de l’avocat Albert Savarus comme d’un homme de grand talent qui vient de s’installer en ville. Elle rêve de lui, intrigue pour l’apercevoir, décide de connaître son histoire. Ayant appris qu’Albert édite une revue, elle se la procure et lit une nouvelle écrite par lui dont le héros, voyageant en Suisse, rencontre une femme mystérieuse dont il tombe amoureux et qui s’avère être une duchesse italienne en exil. Il lui faut donc devenir un homme illustre pour la mériter. Années d’efforts. Rosalie comprend que la nouvelle est autobiographique et qu’elle a une rivale. Furieuse, elle intrigue afin de faire échouer la carrière politique qu’Albert est en train de réussir à Besançon. Après cet échec, la duchesse italienne en épouse un autre, Albert entre dans les ordres. Rosalie comprend qu’elle a manqué sa vie.

Autre étude de femme

Une soirée parisienne chez Mlle des Touches. En réponse à une question de Blondet, de Marsay raconte son premier amour : à 17 ans, il aimait une femme d’un amour très pur et qu’il croyait partagé. Mais il a découvert qu’elle lui mentait et s’apprêtait à épouser un duc. Cela a fait de lui un homme d’État et il s’est tranquillement vengé.

Réflexions du salon sur différentes femmes aristocrates du XIXe siècle, sur les grandes dames d’autrefois, sur l’effet des changements politiques et sociaux sur les femmes d’aujourd’hui. Longue tirade de Blondet sur la « femme comme il faut ». Tirade de Canalis sur Napoléon.

La princesse de Cadignan reprend le sujet des femmes : celles de ce siècle ne valent pas moins que les autres. Le général Montriveau approuve et raconte l’histoire de Rosine : pendant la campagne de 1812, après le passage de la Bérézina, Montriveau, alors lieutenant, se réfugie dans une petite ferme en Pologne. Il y retrouve son colonel, homme violent et autoritaire. Il est amoureux d’une Italienne, Rosina, femme d’un capitaine apparemment complaisant. Au moment d’aller se coucher, le colonel emmène Rosina dormir dans une petite grange sans que le mari ose rien dire. En repartant le lendemain, les soldats voient la grange en feu et entendent les cris désespérés des deux amants.

Bianchon raconte la mort de la duchesse dont il était question au début. Il annonce une histoire beaucoup plus terrible, celle de « la Grande Bretèche », le récit de l’horrible vengeance d’un mari trompé : la comtesse de Merret a pour amant un prisonnier espagnol des guerres napoléoniennes. Elle le cache dans son cabinet de toilette un jour qu’elle entend venir son époux. Le comte ayant entendu du bruit dans la pièce, Mme de Merret lui jure qu’elle est vide ; son mari accepte le serment et fait murer le cabinet où le malheureux Espagnol se trouve condamné à mourir de faim. La comtesse meurt de désespoir. Son mari se jette dans une débauche qui finit par le tuer.

Béatrix

A Guérande, ville bretonne et catholique, vit le baron du Guénic, vieil émigré très attaché aux valeurs d’Ancien Régime et son épouse. Leur fils Calyste passe tout son temps chez Félicité des Touches, célèbre femme de lettres connue sous le nom de Camille de Maupin, qui ne répond pas à son amour. Il est fasciné par cette femme qui représente le raffinement intellectuel et les nouveautés du siècle. Une amie de Félicité, Béatrix, annonce son arrivée : maîtresse du musicien Conti, elle a provoqué un certain émoi en quittant son mari. Calyste rêve de cette femme scandaleuse et, dès son arrivée, il en tombe amoureux, au moment même où il découvre que Félicité l’aime. Éducation sentimentale de Calyste entre les deux femmes pendant plusieurs semaines. Béatrix, que Conti n’aime plus, quitte les Touches. Après la mort du baron du Guénic, Calyste et sa mère partent pour Paris où Félicité arrange le mariage du jeune Breton avec une belle et riche fille du meilleur monde, Sabine de Grandlieu. Mais Calyste n’a pas oublié Béatrix qu’il revoit à Paris et qui devient sa maîtresse. Il délaisse sa femme, dont Béatrix s’emploie à le détacher. Les amis des Grandlieu font en sorte que cesse cette situation : le dandy Maxime de Trailles envoie son disciple, La Palférine, séduire Béatrix, qui rompt ; par ailleurs il s’arrange pour que le mari de Béatrix soit congédié par sa maîtresse. Le mari et la femme, ainsi abandonnés, vivent à nouveau ensemble et Sabine retrouve Calyste.

La Bourse

Le célèbre peintre Schinner tombe de son tabouret dans son atelier. Il est secouru par des voisines, une jeune fille et sa mère. Attiré par la jeune fille, il est cependant assez vite pris de soupçons quant à la vertu et à l’honnêteté de celle-ci. Tous les renseignements qu’il obtient semblent accabler Adélaïde qui, en jouant au cartes, lui dérobe un jour sa bourse. Il s’apprête à abandonner définitivement tout espoir quand ses soupçons sont dissipés au cours d’une soirée où tous les indices inquiétants sont expliqués au bénéfice des deux femmes. Adélaïde lui rend sa bourse qu’elle avait prise pour la broder.

César Birotteau

A l’apogée de sa fortune, le parfumeur César Birotteau se prépare à donner un bal somptueux qui doit montrer à chacun l’étendue de sa réussite. Il est secondé par sa femme, la belle Mme Birotteau et par sa fille, Césarine, qui aime le commis Anselme Popinot. Le bal a lieu, magnifique, mais il cause en partie la ruine de Birotteau escroqué par son notaire et par un de ses propres employés, du Tillet. Celui-ci est plein de haine pour son patron, ses avances repoussées par Mme Birotteau l’amènent à s’acharner sur le pauvre parfumeur jusqu’à la faillite. Décidé à se relever de ce déshonneur et à payer ses créanciers, Birotteau, sa femme, sa fille et Anselme, se mettent au travail. Grâce à l’habileté d’Anselme et à la scrupuleuse honnêteté de Birotteau, le commerçant est réhabilité. Anselme et Césarine peuvent enfin envisager de se marier. Birotteau meurt de joie.

Les Chouans

1799. Marie de Verneuil, chargée de mission par le gouvernement, arrive en Vendée escortée par la troupe du général Hulot. En route, elle fait la connaissance d’un homme, le chef chouan Montauran. Marie empêche Hulot d’arrêter Montauran qui, de son côté, est prévenu que cette femme qui lui plaît est ennemie de sa cause. Ils prennent la route ensemble, mais, lors d’un dîner dans un château où Montauran a convié Marie et les officiers républicains, il les fait attaquer par surprise. Le général et Marie s’échappent de justesse et Marie jure de se venger. Plus tard, elle découvre où est le camp chouan, réussit à s’y introduire lors d’un bal, mais retombe sous le charme de Montauran. Diverses scènes chouannes. Marie, de retour en ville (Fougères), et dans l’attente de son mariage avec Montauran, apprend que celui-ci la trompe par une lettre mensongère ; elle le livre quand il la rejoint pour l’épouser. Elle comprend trop tard son erreur. Montauran est tué, Marie aussi.

Le Colonel Chabert

Au tout début de la Restauration, un personnage fantomatique se présente à l’étude de l’avoué Derville : il prétend être le colonel Chabert, officier de l’armée napoléonienne laissé pour mort à Eylau en 1807. Amnésique et gravement blessé, il fut soigné à l’hôpital d’Heilsberg. Revenu après bien des difficultés à Paris, il a découvert sa mort officielle, trouvé son épouse remariée, devenue comtesse Ferraud, et s’est trouvé incapable de rentrer en possession de sa fortune. Il demande à Derville de l’aider à recouvrer son identité. L’avoué fait son enquête, se persuade que Chabert dit vrai, mais se heurte à la mauvaise volonté de Mme Ferraud. Celle-ci réussit, en mettant en avant l’intérêt et l’honneur de ses propres enfants, à persuader Chabert de disparaître légalement. Six mois plus tard, Derville retrouve Chabert au Palais, condamné pour vagabondage, puis, en 1840, à Bicêtre. dans l’hospice des vieillards. L’ancien colonel, devenu gâteux, se fait appeler le père Hyacinthe.

Les Comédiens sans le savoir

Le méridional Gazonal est à Paris pour un procès. Son cousin, le peintre Léon de Lora le guide dans la capitale : il lui présente un rat d’opéra, le gérant d’un journal, un chapelier, une marchande à la toilette, un portier, un usurier, un coiffeur, un peintre, une tireuse de cartes, un député, un pédicure républicain, et Jenny Cadine, actrice aux mœurs légères aux soins de qui il confie Gazonal. Trois jours plus tard, Léon et son ami Bixiou retrouvent le provincial gagnant du procès, mais ruiné par Jenny. Ils récupèrent pour lui ses lettres de change : il a été instruit et amusé « à l’œil », selon l’expression de Léon.

La Cousine Bette

La belle Adeline a épousé le baron Hulot, général d’Empire ruiné par sa passion pour les femmes. La cousine d’Adeline, Lisbeth Fisher est une vieille fille laide, dévorée de jalousie, qui le dissimule fort bien. Elle rencontre Wenceslas Steinbock, un jeune sculpteur polonais qu’elle sauve de la misère et qu’elle protège autoritairement, avec des sentiments à la fois maternels et amoureux. Mais Wenceslas rencontre Hortense, la fille des Hulot, et l’épouse. Lisbeth décide de se venger : elle devient l’amie de Valérie Marneffe, une petite bourgeoise ravissante qui devient la maîtresse de Hulot et l’aide à ruiner la famille : elle séduit Wenceslas et Crevel, le riche beau-père du fils Hulot. Tout en travaillant à sa vengeance, Lisbeth rêve d’épouser le maréchal Hulot, frère aîné du baron. Ses manœuvres finissent par échouer et Valérie meurt assassinée par un ancien amant.

Le Cousin Pons

Pons est un musicien pauvre, qui partage un appartement avec un autre vieux garçon, musicien également, l’Allemand Schmucke. En plus de son métier, il a deux passions : l’amour de la gastronomie, qu’il assouvit à la table de ses cousins Camusot au prix des pires humiliations, et la « bricabracologie » qui le pousse à chercher chez les antiquaires les objets d’art les plus rares. Traité avec la plus grande cruauté par les Camusot à cause de l’échec d’un mariage avantageux qu’il avait espéré faire conclure à leur fille, il tombe malade et commence à décliner. C’est à ce moment que ses cousins, puis ses voisins et un certain nombre d’autres personnages, découvrent ce que Pons lui-même ignorait : l’immense valeur de sa collection d’antiquités. Se met alors en place autour du mourant tout un dispositif visant à capter sa succession. Seul Schmucke aime sincèrement son ami et Pons, dans un sursaut de lucidité, lui lègue sa collection mais, après la mort de son ami. le naïf Schmucke se fait dépouiller avec la plus grande facilité.

Le Curé de Tours

Birotteau, vicaire de Saint-Gatien, à la mort de son ami Chapeloud, s’installe avec bonheur dans le confortable appartement de celui-ci, chez Mlle Gamard. Ses maladresses provoquent l’hostilité de la vieille fille qui se met à le persécuter manipulée par un autre pensionnaire, l’abbé Troubert qui a des desseins d’ambition personnelle fort au-delà de l’entendement du bon vicaire. Sa situation empire alors que les manœuvres de son ennemi se font de plus en plus complexes. Abandonné par sa protectrice, Mme de Listomère, dont la famille risquerait de pâtir du ressentiment de Troubert, Birotteau perd son logis, sa joie de vivre et finit tristement victime de puissances qui le dépassent.

Le Curé de village

Véronique Sauviat, fille de ferrailleurs limousins enrichis est atteinte, encore enfant, d’une petite vérole qui la prive de sa céleste beauté. Mariée au riche Graslin, elle s’entoure des hommes les plus intelligents de Limoges et devient une des femmes recherchées de la ville. Le jour où Jean-François Tascheron, un ouvrier, est accusé d’assassinat, ses amis la voient décliner. Après l’exécution de Tascheron et la mort de Graslin, Véronique se retire à Montégnac, le pays d’origine de Tascheron et, aidée de l’abbé Bonnet, le curé du pays, mais aussi de l’ingénieur Gérard, du médecin et du juge de paix, elle travaille au bonheur et à la prospérité de la région. L’abbé Bonnet comprend que Véronique a un secret qu’elle confesse publiquement sur son lit de mort : elle était la maîtresse de Tascheron qui a tué et volé pour partir avec elle.

L’Envers de l’histoire contemporaine

« Madame de la Chanterie » : un jeune homme, Godefroid, ruiné, prend pension dans une mystérieuse maison de l’Île de la Cité, tenue par Mme de La Chanterie, vieille dame entourée par des amis fidèles et discrets. Godefroid comprend vite que la maîtresse de maison et ses compagnons cachent un secret, que lui-même s’efforce de découvrir. Il finit par apprendre que le groupe est une entreprise de charité, l’Ordre des Frères de la Consolation ; un des associés, Alain, lui raconte alors l’histoire de Mme de La Chanterie, ses malheurs durant la Révolution, abandonnée qu’elle fut par son mari, puis par sa fille, mariée à un aristocrate et maîtresse d’un chef chouan devenu brigand, et qui périt avec lui sur l’échafaud. Mme de La Chanterie, accusée de complicité, fit plusieurs années de prison.

« L’Initié » : Godefroid participe aux œuvres de l’organisation, il secourt un certain M. Bernard dont la fille est atteinte d’une étrange maladie. Il réussit à la faire soigner et à arracher l’homme à la misère en sauvant un précieux manuscrit convoité par des libraires peu scrupuleux. On découvre que M. Bernard est le baron Bourlac, le juge qui fit condamner à mort la fille de Mme de La Chanterie. Celle-ci pardonne et Godefroid entre définitivement dans ľOrdre des Frères de la Consolation.

Étude de femme

Bianchon raconte comment la marquise de Listomère, femme froide et vertueuse, a dansé un soir avec le brillant Eugène de Rastignac. Le lendemain, Rastignac écrit une longue lettre enflammée à sa maîtresse, Mme de Nucingen, se trompe, y met l’adresse de Mme de Listomère. Ce n’est que quelques jours plus tard que, se rendant compte de ľerreur, il va s’en expliquer auprès de la marquise chez qui le travail de cristallisation s’est effectué dans l’intervalle. Détrompée, elle s’enferme chez elle pendant deux semaines, prétextant une gastrite.

La Fausse Maîtresse

Adam Laginski présente à sa jeune épouse son ami Paz à qui il a autrefois sauvé la vie en Pologne. La reconnaissance de Paz est immense et quand il sent qu’il aime Clémentine et qu’il pourrait bien être payé de retour, il fait tout pour la détourner de lui, en particulier en s’inventant une maîtresse écuyère. Ayant mérité en apparence le mépris de Clémentine, il disparaît tout en continuant à veiller de loin sur elle. Elle comprend tardivement la vérité.

La Femme abandonnée

Gaston de Nueil, qui s’ennuie à la campagne, accomplit l’impossible pour rencontrer Claire de Beauséant, une voisine dont l’histoire est bien connue dans le monde (et évoquée plus tard dans Le Père Goriot) : abandonnée par son amant, elle s’est retirée sur ses terres, décidée à en finir avec le monde. Gaston s’efforce de séduire Claire qui s’enfuit en Suisse pour lui échapper, il la suit, ils s’aiment, vivent heureux pendant quelques années. La famille de Gaston s’inquiète cependant de cette liaison irrégulière et le presse d’épouser une héritière. Il finit par céder, quitte Mme de Beauséant qui se trouve ainsi abandonnée pour la seconde fois. Au bout de quelque temps, cependant, Gaston comprend qu’il aimera toujours cette femme supérieure, il tente de revenir, mais la porte de Mme de Beauséant lui reste fermée. Il se suicide.

La Femme de trente ans

« Premières fautes ». Mal mariée à l’officier d’Empire comte d’Aiglemont, Julie est aimée par un jeune Anglais, lord Greenville, qui lui rend service en 1815 en la délivrant des Prussiens afin qu’elle rejoigne son époux. Mère d’une petite fille, toujours aussi malheureuse avec d’Aiglemont qui la trompe, elle revoit Greenville pendant la Restauration. Leur relation reste chaste, malgré un voyage qu’ils font ensemble à la montagne, Greenville se vouant à la santé fragile de Julie. Deux ans plus tard, la jeune femme accepte de recevoir son admirateur et de se donner enfin à lui. Mais d’Aiglemont étant rentré inopinément, Greenville meurt de froid sur l’appui de la fenêtre de sa maîtresse.

« Souffrances inconnues ». Julie, désespérée, s’enterre à la campagne. Le curé lui rend visite : il lui raconte l’histoire d’un homme très malheureux, lui-même. Julie lui avoue qu’elle a tout sacrifié à son enfant, mais qu’elle ne l’aime pas. Le curé lui prédit qu’elle retournera dans le monde. Malgré les protestations de la jeune femme, qui jure de rester fidèle à la mémoire de Greenville, c’est le curé qui a raison. Julie rentre à Paris.

« À trente ans ». Charles de Vandenesse, jeune homme brillant et séduisant, tombe amoureux de Julie. Les charmes d’une femme de trente ans pour un jeune homme. Leur amour.

« Le doigt de dieu ». Le narrateur aperçoit un jour, au Jardin des Plantes, une jeune femme et un jeune homme accompagnés d’un garçonnet et d’une petite fille triste. Des indices prouvent que la petite fille, Hélène, n’est pas aimée par sa mère, contrairement à son frère. Profitant d’un moment d’inattention de la femme et de son compagnon, Hélène pousse à l’eau l’enfant qui se noie. Deux ou trois ans plus tard, lors d’une représentation de théâtre, Hélène a pleuré en voyant un enfant jeté à l’eau. Un notaire stupide parle des enfants adultérins préférés par leur mère. Charles, présent, le congédie sans ménagement.

« Les deux rencontres ». Des années plus tard, un soir de Noël, toute la famille d’Aiglemont, composée des parents et de quatre enfants est réunie dans sa maison à Versailles. Des coups sont frappés à la porte : il s’agit d’un fugitif que d’Aiglemont accepte de cacher. Hélène, qui s’est reconnu une parenté de cœur avec l’inconnu, décide de partir avec lui. Encore des années plus tard, d’Aiglemont qui revient de l’étranger, est enlevé par des pirates. Il reconnaît son gendre dans le capitaine et il retrouve Hélène qui vit là heureuse avec ses enfants. Il est ramené à terre sain et sauf. Encore plus tard, Julie et sa fille cadette, aux eaux, assistent une femme qui se meurt dans la chambre à côté. Julie reconnaît Hélène qui a tout perdu.

« La vieillesse d’une mère coupable » 1844. Julie a cinquante ans. Ses deux fils sont morts. Elle a tout sacrifié pour que sa fille Moïna fasse un beau mariage, mais la jeune femme se montre ingrate. Désespérée, elle découvre que Moïna va prendre pour amant le fils de Charles de Vandenesse, qui est donc son demi-frère. Elle meurt de honte et de désespoir. Remords de Moïna.

Ferragus

Amoureux de l’épouse de Jules Desmarest, Clémence, Auguste de Maulincour découvre que la jeune femme se rend à des rendez-vous mystérieux avec ce qu’il prend pour un amant. Ses indiscrétions provoquent les soupçons de Desmarest à qui son épouse promet de tout dire plus tard. Jaloux, le mari n’attend pas ces révélations et, ayant intercepté une lettre, assiste caché à l’entretien de sa femme avec un homme qui s’avère être son père, Ferragus, grand criminel. Incapable de supporter le manque de confiance de Desmarest, Clémence tombe malade et meurt. Voulant réaliser les dernières volontés de son épouse, Desmarest tente en vain de la faire incinérer ; une puissance occulte derrière laquelle se trouve Ferragus lui assure finalement le succès.

La Fille aux yeux d’or

Préambule sur les cinq cercles de l’enfer parisien ; or et plaisir principes du Paris moral. Histoire d’Henri de Marsay, fils illégitime, beau, cynique et talentueux de Lord Dudley. Henri croise aux Tuileries une jeune fille gardée sévèrement par une duègne à l’air espagnol. La jeune fille se montre stupéfaite d’admiration et de surprise en le voyant, il en tire des conclusions optimistes pour la suite. Il découvre qu’elle habite chez le marquis de San-Réal où elle est sévèrement gardée, il parvient à s’y introduire, parle à Paquita, qui lui promet un rendez-vous. Quelques jours après, le mulâtre qui protège et garde Paquita vient chercher Henri, lui bande les yeux, l’emmène dans un boudoir oriental, où il découvre que la jeune fille est vierge, mais pas innocente. Au second rendez-vous, elle l’appelle « Mariquita » au milieu du plaisir ; il comprend qu’il a « posé » pour quelqu’un d’autre. Furieux, il décide de se venger. Une semaine plus tard, il s’introduit dans la maison avec l’intention de tuer Paquita, mais la marquise de San-Réal, qui a compris que Paquita a eu un amant en son absence, s’en est déjà chargée. Scène sanglante. Henri et la marquise, en se voyant, constatent leur parfaite ressemblance ; ils comprennent qu’ils sont frère et sœur et que Paquita ne les a pas vraiment trompés.

Gaudissart II

Le texte se présente comme un article sur l’art de la vente : les commis (une anecdote), typologie des commis, de leur maître, le décor, comment une femme et sa bourse sont analysés sitôt qu’elles entrent dans le magasin, le commis choisi selon le type de femme à servir. Dialogue : un vendeur explique à ses amis Bixiou et Duronceret l’éloquence qu’il faut déployer. Arrive une Anglaise à laquelle un commis correspondant à son « type » cherche à vendre un châle. La cliente se montrant récalcitrante, le patron, M. Bigorneau, prend la place de son employé. Victoire du patron. Il explique à Duronceret comment il s’y est pris. Sur le génie des négociants parisiens.

Gobseck

L’avoué Derville raconte aux Grandlieu dont la fille aime le jeune comte de Restaud une histoire qui doit les intéresser : quand il était étudiant, il avait pour voisin l’usurier Gobseck, obsédé par l’or et monstre d’avarice, qui lui dévoila les abîmes du cœur humain. Un exemple de matinée racontée par Gobseck : le matin, il est allé chercher l’argent dû par une ouvrière, Fanny Malvault, puis par une comtesse, Mme de Restaud. Apprenant que sa femme le trompait, le comte de Restaud a tenté de réserver sa fortune à ses enfants et a pour cela transféré fictivement sa fortune à Gobseck. À la mort du comte, Mme de Restaud a cru sauver l’héritage de ses enfants en brûlant le testament. Elle a ainsi fait disparaître toute preuve que la fortune n’appartient pas à Gobseck. L’usurier en a profité pour garder la fortune, mais Derville apprend aux Grandlieu que l’usurier va bientôt mourir et qu’il a promis de restituer par testament leurs biens aux jeunes Restaud.

Illusions perdues

« Les Deux Poètes » Angoulême, 1818. David Séchard est l’ami de Lucien Chardon, qui se fait appeler Rubempré, du nom de sa mère. Les jeunes gens sont pauvres, mais pleins de génie. David est imprimeur, Lucien poète. Amoureux de Mme de Bargeton, figure aristocratique de la ville, Lucien a comme rival M. du Châtelet. Pendant que Lucien connaît triomphes et déconvenues dans le salon de Mme de Bargeton, au milieu de la fielleuse bonne société d’Angoulême, David se prépare à épouser Ève, la sœur de Lucien et espère faire une découverte décisive dans la fabrication du papier. Mme de Bargeton, qui n’a pas encore cédé à Lucien, décide de partir à Paris, et propose à son admirateur de l’accompagner.

« Un grand homme de province à Paris » A Paris, Mme de Bargeton, qui comprend que sa situation est compromise par la présence de Lucien, abandonne le jeune homme. Lucien découvre vite qu’il n’est rien à Paris. Sans argent, il mène une vie studieuse et austère, mais ne parvient à vendre ni son roman, ni son recueil de poèmes. A la bibliothèque Sainte-Geneviève, il fait la connaissance d’un inconnu de génie, l’écrivain Daniel d’Arthez, qui le conseille et l’introduit auprès de ses amis, tous artistes de talent. Mais Lucien, qui veut réussir rapidement, plutôt que de rester dans la voie du véritable travail littéraire, devient journaliste. Il découvre le monde de la librairie (les éditeurs) et des journaux, et fait son chemin en acceptant de renoncer à ses scrupules. Il devient l’amant de l’actrice Coralie. Sa nouvelle position d’influence lui permet de vendre sa poésie et de se venger de ceux qui l’ont offensé du temps de sa misère. Mais, après avoir trahi ses vrais amis, et en particulier d’Arthez, il se fait des ennemis dangereux et le succès devient plus rare. Il sombre peu à peu dans la misère avec Coralie qui tombe malade et meurt. Lucien doit composer des chansons grivoises pour payer l’enterrement puis, après avoir liquidé tout ce qui lui reste, il s’apprête à rentrer à pied à Angoulême. « Les Souffrances de l’inventeur » A Angoulême, Lucien retrouve sa famille dans une grande détresse : David est ruiné par les manœuvres de ses concurrents, les frères Cointet, qui tentent de lui voler son invention ; il est menacé de prison pour dettes. Ses ennemis utilisent son beau-frère contre lui, ce qui est rendu possible par l’aveuglement de Lucien à qui les promesses de protection de Mme de Bargeton devenue Mme du Châtelet, laissent croire qu’il peut encore réussir. Abusé, Lucien est la cause de l’arrestation de David. Il tente de se noyer, mais est sauvé par un mystérieux prêtre espagnol, don Carlos Herrera, qui paie les dettes de David, à condition que Lucien accepte de devenir sa créature. David, dépouillé de son invention, est cependant sauvé. Lucien part à Paris avec Herrera. Annonce de Splendeurs et misères des courtisanes.

L’Interdiction

Mme d’Espard a demandé l’interdiction légale de son mari qu’elle prétend fou, parce qu’il a offert de larges sommes d’argent à une famille inconnue. L’enquête du juge Popinot prouve que c’est l’honnêteté du marquis d’Espard qui l’a amené à réparer une injustice commise par son aïeul. Mais, au moment où il va rendre un jugement favorable au marquis, Popinot se trouve cloué au lit par la maladie.

Le Lys dans la vallée

Félix de Vandenesse écrit à la comtesse Natalie de Manerville pour lui annoncer une confession qui, espère-t-il, amènera Natalie à l’aimer : son enfance malheureuse, sa vie de paria au pensionnat de Tours. Tout jeune homme, dans un bal, il rencontre une femme dont les épaules l’éblouissent. Amoureux de l’inconnue il devient apathique. Envoyé à la campagne chez M. de Frapesle, il retrouve la femme du bal qui habite Clochegourde, le domaine voisin de Frapesle. Mme de Mortsauf vit pour ses enfants, dans une inquiétude perpétuelle à cause de leur mauvaise santé, et doit supporter un mari, ancien émigré, méchant et faible d’esprit. Félix fréquente Clochegourde et tente de se faire aimer des enfants et du comte, pour conquérir Mme de Mortsauf, mais, malgré leur complicité et leur intimité spirituelle. Mme de Mortsauf refuse de partager les sentiments du jeune homme, qu’elle traite comme le ferait une mère. Récits d’épisodes heureux. À la Restauration, sur les conseils d’Henriette, Félix part faire sa fortune et profiter des possibilités que lui donne son rang dans le nouveau régime. Il gagne la faveur du roi. Deux ans plus tard, il revient en jeune homme élégant et trouve Mme de Mortsauf affaiblie, harcelée par les exigences de son mari. Celui-ci tombe malade, Félix aide à le soigner, il connaît des jours de bonheur près d’Henriette, mais, M. de Mortsauf guéri, elle refuse toujours de l’aimer. De retour à Paris, Félix travaille pour oublier, il rencontre lady Dudley qui réussit à le séduire. Quand il retourne à Clochegourde, il retrouve Henriette malade ; elle connaît sa liaison avec l’Anglaise et laisse voir son amertume. Rentré à la cour, Félix apprend qu’Henriette meurt, il arrive à temps pour la voir mourir. Dans une lettre posthume, Henriette avoue à Félix son amour pour lui : elle en est morte.

Lettre de Natalie à Félix : elle le congédie, refusant d’avoir une telle rivale, qu’elle lui reproche d’avoir tuée. À l’avenir, il devrait cacher ce qu’il vient de raconter.

Madame Firmiani

La question est : Mme Firmiani, sa maîtresse, est-elle responsable de la mine d’Octave ? M. de Bourbonne vient à Paris pour observer cette femme dont la rumeur publique prétend que son neveu s’est ruiné pour elle. Il est favorablement impressionné par sa beauté et par son évidente bonté. Octave finit par expliquer à son oncle que sa ruine est due à la restitution faite à une famille ruinée par son père, et qu’il est en cela encouragé par Mme Firmiani.

La Maison du chat-qui-pelote

Augustine Guillaume, fille de petits commerçants bornés, est aperçue et aimée par le peintre Sommervieux qui fait son portrait et, malgré la réticence des Guillaume et leur différence de conditions, l’épouse. Aimante mais peu éduquée, Augustine a la douleur de voir son mari s’éloigner d’elle et prendre pour maîtresse la brillante duchesse de Carigliano. Malgré une ultime tentative pour ramener Sommervieux grâce au tableau. Augustine finit par mourir de désespoir.

La Maison Nucingen

Le narrateur anonyme raconte comment il entendit depuis le cabinet particulier d’un cabaret parisien une conversation tenue dans la pièce voisine par des convives bien connus de La Comédie humaine, tous brillants esprits et grands plaisantins : le directeur de journal Andoche Finot, le journaliste Émile Blondet, le spéculateur Couture et le caricaturiste Bixiou. Celui-ci annonce à ses amis qu’il va leur raconter l’histoire de l’origine de la fortune de Rastignac. L’essentiel de la nouvelle est constitué par la relation fidèle de la conversation animée à laquelle se livrent ces quatre personnages : Bixiou raconte longuement l’histoire du dandy Beaudenord, ami de Rastignac, et de ses amours avec la jeune Isaure d’Aldrigger ; la faillite frauduleuse de la maison Nucingen ruine Mme d’Aldrigger et Beaudenord qui vit aujourd’hui pauvrement avec Isaure et sa mère. Conclusion : la fortune de Rastignac. Cette histoire est constamment interrompue et commentée par les convives.

Le Médecin de campagne

Un ancien soldat d’Empire, Genestas, rencontre le docteur Benassis avec qui il visite le pays, découvrant les bienfaits dont le médecin est l’auteur. Bénassis finit par raconter son histoire à son visiteur : il eut une maîtresse qu’il quitta, tomba amoureux d’une jeune fille qu’il ne put épouser à cause de la révélation de cette liaison, puis il fut appelé au chevet de son ancienne maîtresse agonisante qui lui laissait un fils jusque là inconnu, à qui il consacra dorénavant sa vie mais qui mourut également. De son côté, Genestas raconte à Benassis qu’il a recueilli le fils orphelin d’une femme tendrement aimée qui lui avait préféré un camarade. Il décide de confier l’enfant à Benassis.

Mémoires de deux jeunes mariées

Deux amies de couvent s’écrivent : Louise de Chaulieu, noble et riche, raconte son initiation à la vie mondaine à Paris, tandis que Renée, depuis la Provence, évoque les projets de mariage que sa famille a formés pour elle avec le fils des voisins, un homme un peu éteint, d’âge moyen. Don Felipe Henarez, dans une lettre à son frère aîné, lui raconte comment, grand d’Espagne, baron de Macumer, il a dû quitter son pays pour raisons politiques, s’exiler en France et donner des cours d’espagnol. Louise écrit à Renée pour lui raconter l’amour que son maître d’espagnol semble éprouver pour elle, elle le trouve à la fois laid et grand. Elle relate comment elle a découvert qui est vraiment cet homme qui recouvre bientôt sa fortune. L’amour inconditionnel qu’il éprouve pour elle. Pendant ce temps. Renée, mariée, fait part à Louise de ses réflexions sur le mariage qu’elle considère comme étranger à l’amour ; elle a offert son amitié à son mari, M. de l’Estorade, qu’elle transforme petit à petit. Après avoir éprouvé Macumer jusqu’à l’esclavage, Louise accepte de l’épouser, malgré les avertissements de son amie qui lui rappelle que la passion n’est pas propice au mariage. Les deux bonheurs : Renée et son enfant, Louise et ses succès parisiens, l’amour absolu que lui porte son mari. Mais, tandis que la famille de Renée s’agrandit, Macumer meurt, tué par les exigences de Louise qui, elle, n’a toujours pas d’enfant.

Quatre ans plus tard : Louise écrit enfin à Renée pour lui parler de son nouvel amour, un homme pauvre, plus jeune, qu’elle aime avec autant de passion que Macumer l’avait aimée. Elle veut disparaître du monde pour plaire à son jeune mari dans l’intimité. Après deux ans de silence, Renée écrit à Louise, elle lui raconte ses bonheurs et ses inquiétudes concernant ses enfants. Louise lui répond qu’elle s’est enfermée à Ville-d’Avray avec son mari qu’elle craint de perdre. Sa jalousie quand elle s’aperçoit qu’il lui cache des visites qu’il fait à une femme à Paris. Renée, après une enquête faite par son mari devenu député, apprend à Louise qu’il s’agit de la belle-sœur de Gaston, veuve, qu’il cherche à aider sans demander d’aide à sa riche épouse, par orgueil. Mais Louise répond à Renée qu’il est trop tard : par désespoir, elle s’est donné une pneumonie dont elle meurt. Elle regrette d’avoir ainsi vécu pour l’amour.

Le Message

Le narrateur rencontre un jeune homme sur l’impériale d’une diligence. Ce dernier parle avec passion de sa maîtresse, une femme mariée. La voiture se renverse, le jeune homme, blessé à mort, charge le narrateur d’aller annoncer la triste nouvelle à la comtesse dont il est amoureux, le narrateur s’efforce d’accomplir sa mission, mais l’annonce du drame et la remise des lettres de son amant à la comtesse sont sans cesse perturbées par la bêtise et la vulgarité du mari. Après une entrevue émouvante, le narrateur repart songeur.

Modeste Mignon

Une jeune fille exaltée par ses lectures écrit au célèbre poète Canalis avec qui elle croit entretenir une correspondance amoureuse. Or c’est le secrétaire du grand homme, La Brière, qui écrit à sa place. Quand Canalis, attiré par la perspective d’une dot considérable, vient faire sa cour à Modeste, accompagné d’un La Brière sincèrement amoureux, le quiproquo se complique encore : se retrouvent au Havre Canalis, que la jeune fille admire passionnément, Ernest de La Brière, pour qui elle professe une profonde indifférence et l’aimable mais physiquement débile duc d’Hérouville qui est amoureux de Modeste. Après de longs développements et une série de malentendus, Modeste comprend que Canalis ne s’intéresse qu’à sa fortune et que c’est La Brière qui l’aime le plus sincèrement.

La Muse du département

Dinah de La Baudraye domine la haute société de Sancerre par son intelligence et sa beauté. Mariée à un propriétaire terrien avare, âgé et assez ridicule, elle reçoit les notables de la ville dans son salon. Plusieurs d’entre eux sont amoureux de cette femme supérieure, accusée de pédantisme par les dames, qui se désespère de ne pas pouvoir quitter Sancerre. Au bout de six années, elle est devenue une femme de province, en dépit de ses prétentions littéraires. Elle fait venir le célèbre journaliste Lousteau qui décide de la conquérir et parvient à se faire aimer d’elle. Rentré à Paris, il l’oublie assez vite, mais Dinah le rejoint et s’installe chez lui. Elle se dévoue à sa réussite, s’occupe du ménage et écrit même ses articles quand surviennent les difficultés financières. Elle lui a sacrifié sa position sociale et sa réputation, mais Lousteau, paresseux et intéressé, ne reste son amant que parce qu’elle doit être une riche veuve. Au bout de quatre ans, Dinah, qui a eu deux enfants de Lousteau et sait que celui-ci ne l’aime pas, retourne chez son mari qui vient de se faire nommer pair de France et veut avoir une épouse dans son hôtel à Paris. Après avoir vainement tenté de se faire une position à Paris, Dinah retourne à Sancerre où ses enfants sont élevés comme s’ils étaient ceux de La Baudraye.

La Paix du ménage

En 1809, lors d’un bal donné en l’honneur de l’armée impériale, le maître des requêtes Martial de la Roche-Hugon et son ami le colonel Montcornet s’interrogent sur une jolie dame en bleu que nul ne semble connaître. Martial est l’amant de la belle Mme de Vaudremont qui a eu une liaison avec le comte de Soulanges. Tous ces personnages se croisent, se cherchent, s’évitent, se posent des questions. Martial parie qu’il fera danser l’inconnue. C’est la vieille Mme de Lansac qui révèle à Mme de Vaudremont, jalouse, le nom de la dame en bleu : il s’agit de Mme de Soulanges, qui accepte de danser avec Martial. Tous pensent (Martial le premier) que Mme de Soulanges est séduite par le maître des requêtes qui, à sa demande, accepte de lui donner un brillant qu’il porte au doigt. Il s’agit en fait d’une bague que Mme de Soulanges avait donnée à son mari, que celui-ci avait offerte à Mme de Vaudremont qui l’avait à son tour abandonnée à Martial. Rentrée chez elle, Mme de Soulanges s’en sert pour reconquérir son époux.

Les Paysans

« Qui terre a, guerre a » Lettre de Blondet à l’écrivain Nathan : le domaine enchanté des Aigues, où il demeure, à l’invitation du général de Montcornet dont l’épouse est sa maîtresse. Épisode de la loutre : Blondet est escroqué par un vieux paysan, le père Fourchon. Fourchon est le beau-père de Tonsard, qui tient une buvette sur le domaine. Les mœurs relâchées du cabaretier, de sa femme et de leurs deux filles, les vols qu’ils commettent sont un mauvais exemple pour les Aigues. Les paysans pillent le domaine autant qu’ils le peuvent, sous l’œil complaisant du régisseur Sibilet. Seul le garde, Michaud, tente de faire quelque chose. Les antécédents de cette situation : Gaubertin était l’intendant de Mlle Laguerre, l’ancienne propriétaire, qui se laissait voler par lui pour être tranquille. Avec le maire de Soulanges, Soudry, et l’usurier Rigou, il a tenté de racheter la terre à la mort de Mlle Laguerre, mais c’est Montcornet qui l’a emporté et qui, constatant sa malhonnêteté, l’a chassé. Gaubertin s’est arrangé pour que Sibilet devienne régisseur et ils s’allient à Rigou et à Soudry contre Montcornet. Celui-ci fait venir des gardes de Paris, sous le commandement de Michaud pour garder ses bois, ce qui indispose le pays. Les paysans, Tonsard à leur tête, et les bourgeois Gaubertin, Soudry et Rigou sont tous les ennemis du général, qui ignore le danger.

« La Première Société de Soulanges » Les trois conspirateurs prévoient d’exciter les paysans à la révolte. Les habitués du cabaret de Tonsard se préparent. Montcornet, qui tente de faire du bien dans le pays croit que tout est pour le mieux, mais Michaud est assassiné. L’enquête ne donne rien, Montcornet est obligé de vendre à Gaubertin et à ses acolytes. En 1837, Blondet, qui a épousé la comtesse Montcornet, passe par le pays qui, divisé, s’est considérablement appauvri.

Le Père Goriot

Eugène de Rastignac, étudiant pauvre, vient loger dans la pension de Mme Vauquer, habitée entre autres par Bianchon, étudiant en médecine, par Poiret, retraité idiot, par Mlle Michonneau, indicateur de police, par Victorine Taillefer, jeune fille reniée par son père, par Vautrin, bourgeois qui est en fait chef de brigands, et par le père Goriot, vieillard apparemment sénile et pauvre. Rastignac fait son apprentissage parisien, il échoue à s’introduire chez la belle Mme de Restaud mais, grâce à sa cousine, Mme de Beauséant, il pénètre chez le banquier Nucingen et se rapproche de son épouse, Delphine. Parallèlement, il découvre l’histoire de Goriot, vermicellier enrichi qui donna toute sa fortune à ses filles, Anastasie, devenue comtesse de Restaud et Delphine, Mme de Nucingen. Il est peu à peu réduit à la misère par l’égoïsme et l’ingratitude de ses filles qui, pressées par des besoins d’argent, continuent à le dépouiller. Rastignac découvre ainsi l’abîme que recouvrent les apparences les plus séduisantes à Paris et est soumis à la tentation par Vautrin qui lui propose de faire assassiner le frère de Victorine, devenue ainsi riche héritière, et que Rastignac épouserait. L’étudiant refuse et, aidé de Bianchon, il assiste dans ses derniers moments Goriot abandonné par ses filles parties au bal après l’avoir achevé par leurs exigences.

Les Petits Bourgeois

Brigitte Thuillier, une vieille fille assez riche, vit avec son frère, Jérôme Thuillier, sous-chef de bureau à la retraite depuis 1830 et la timide épouse de celui-ci. Elle est la marraine de la jeune Modeste Colleville, dont Jérôme est le véritable père. Flavie Colleville, la mère de Modeste, compte sur ses amants pour aider la carrière de son mari, également chef de bureau, ami intime de Jérôme. Les employés à la retraite Phellion et Minard fréquentent le salon des Colleville en espérant chacun que son fils épousera Modeste, probable héritière de Brigitte. Un jeune avocat pauvre et ambitieux, Théodose de La Peyrade, s’introduit chez les Colleville et, avec la complicité de Dutocq, greffier et de Cerizet, usurier, il se procure les bonnes grâces de la vieille fille en lui présentant comme une affaire inespérée l’acquisition d’un immeuble en adjudication ; il promet également à Thuillier de chercher à le faire élire au conseil général de l’arrondissement contre la main de Modeste. D’autres personnages sont introduits : Mme Cardinal, belle-mère de Cérizet, Poupillier, son oncle dont il espère hériter et Lydie, folle, cousine de Théodose. Le roman est inachevé.

Pierrette

Pierrette, une petite Bretonne, a été confiée à ses cousins de Provins, les Rogron, après la ruine de sa grand-mère. Les Rogron, frère et sœur, sont des épiciers retraités et médiocres, qui exercent vite un despotisme insupportable sur la jeune fille. Le parti libéral de la ville, groupé autour des Rogron, composé de personnages stupides, cruels ou vipérins, la maltraite également, d’autant qu’elle se trouve prise involontairement dans des manœuvres matrimoniales, en butte à la jalousie de sa cousine et utilisée dans des rivalités de partis. Brutalisée par Sylvie Rogron, incapable de se défendre, et malgré le soutien de son ami d’enfance, Brigaut, qui tente de la tirer des griffes de sa famille, Pierrette meurt, mettant en péril judiciaire les Rogron qui s’en sortent de peu.

Sarrasine

Bal chez les Lanty. Les origines mystérieuses de la famille Lanty ; la beauté de Mme Lanty et de ses enfants. L’étrange vieillard que toute la famille semble craindre et protéger. Le lendemain du bal, le narrateur raconte à Mme de Rochefide l’histoire de ce personnage : comment le sculpteur Sarrasine, élève de Bouchardon part à Venise où il s’éprend de la cantatrice Zambinella, qu’il finit par rencontrer à une orgie d’artistes. Mais la cantatrice se refuse à lui, elle prétend vouloir rester un idéal. Un soir, à une fête, Sarrasine, voit Zambinella chanter habillée en homme et il apprend qu’elle est en fait un castrat. Il l’enlève pour l’assassiner, mais il est tué par les hommes du cardinal Cicognara, protecteur de Zambinella. Retour au récit-cadre : le vieillard est Zambinella. Réflexions sur les passions et sur Paris qui accueille toute fortune.

Les Secrets de la princesse de Cadignan

La princesse de Cadignan, beauté de la Restauration qui s’est retirée loin du monde sous la Monarchie de Juillet, évoque lors d’une conversation avec la marquise d’Espard, sa vie amoureuse : elle rêve d’inspirer une passion vraie à un homme qui croirait en son innocence. Mme d’Espard promet de lui présenter Daniel d’Arthez, écrivain de génie que la princesse se targue de séduire. Elle parvient à s’en faire aimer en jouant la comédie de l’ange livré par sa mère à l’amant de celle-ci, devenu mari cruel et dépravé. La vérité est que la bonhomie du prince de Cadignan n’a d’égale que sa discrétion. D’Arthez croit si bien le mensonge qu’il défend la princesse lors d’une soirée où les convives disent la vérité sur elle. Amour partagé des amants qui vivent heureux ensemble.

Splendeurs et misères des courtisanes

« Comment aiment les filles » Au bal de l’Opéra de 1824, Lucien rencontre Esther, célèbre fille entretenue, qui tombe follement amoureuse de lui. Mais le protecteur de Lucien, Carlos Herrera, interdit à Esther de voir Lucien avant de s’être convertie au catholicisme. Quinze mois plus tard, les deux amants se rejoignent enfin, aux conditions imposées par Herrera. Dès 1829, grâce aux conseils de son mentor, Lucien, qui est toujours fort heureux avec Esther, connaît les plus grands succès dans le monde et s’apprête à épouser une demoiselle de Grandlieu. Une nuit, le baron Nucingen aperçoit Esther au bois de Vincennes et en tombe amoureux. Herrera, qui a appris la nouvelle par Lucien, se promet de vendre Esther : ils ont besoin d’argent et le mariage de Lucien va les obliger à se débarrasser de la courtisane. Pendant que Lucien continue son chemin dans les salons et qu’Esther se désespère à l’idée de devoir quitter son amant, Nucingen emploie Contenson et Peyrade, deux espions, pour retrouver Esther. Mais Herrera s’arrange pour escroquer le banquier, et il fait perdre à Peyrade ses espoirs d’avancement dans l’administration.

« À combien l’amour revient aux vieillards » Nucingen rencontre enfin Esther et paie de prétendues dettes inventées par Herrera. Il l’installe, et promet de ne pas la toucher avant quarante jours, quand elle pendra la crémaillère. Pendant ce temps, les espions que Nucingen avait employés organisent toute une opération pour faire chanter Lucien, et Peyrade, qui veut se venger, apprend aux Grandlieu l’origine trouble de la fortune du jeune homme. Herrera fait empoisonner Peyrade, mais les amis de celui-ci dénoncent Lucien et le faux prêtre à la police : ils sont arrêtés, alors qu’Esther, qui a dû céder à Nucingen, s’empoisonne.

« Où mènent les mauvais chemins » Les amis et les ennemis de Lucien intriguent pour le faire innocenter ou condamner. Pendant ce temps, Herrera, qui est en fait Jacques Collin, alias Vautrin, ancien forçat, tente de faire parvenir des instructions à ses affidés et à son protégé. Malgré les preuves qui accablent Lucien, de grandes dames, Mme de Maufrigneuse et surtout Mme de Sérizy, mettent le juge Camusot dans les intérêts du jeune homme, mais celui-ci se suicide.

« La dernière incarnation de Vautrin » Collin, désespéré par la nouvelle de la mort de Lucien, est reconnu par d’anciens complices dans le préau de la Conciergerie. Il reprend son ascendant sur eux et s’emploie à sauver son nouveau protégé, le jeune forçat Théodore Calvi. Pendant ce temps, il s’agit pour le juge Camusot et son épouse de sauver les grandes dames qui risquent d’être compromises par l’affaire Rubembré. Collin, qui possède les lettres en question, négocie avec le procureur Grandville, obtient la grâce de Calvi et sa propre libération. Il assiste au convoi funèbre de Lucien et devient auxiliaire de police.

Un début dans la vie

Un jeune homme pauvre et très inexpérimenté, Oscar Husson, est envoyé par sa mère rendre visite à son parrain et protecteur, régisseur des terres du comte de Sérizy. Dans la voiture (le coucou) où il a pris place se trouvent justement le comte, qui voyage incognito, et d’autres jeunes gens dont l’un, Georges Marest, exerce vite une influence déplorable sur Oscar qui parle trop et révèle aux autres voyageurs des secrets provenant de confidences faites par le comte à son régisseur. Le garçon provoque ainsi la raine de son parrain et compromet son propre avenir. On le retrouve ensuite clerc dans une étude d’avoués où le même Marest le pousse à nouveau à faire des erreurs catastrophiques et, à la fin du récit, dans le coucou où les personnages du début moins le comte se retrouvent par hasard et où il évoque son honorable carrière militaire.

Une passion dans le désert

À la sortie d’une ménagerie, le narrateur et « elle » parlent de la possibilité d’apprivoiser une bête sauvage. Récit du narrateur qui a recueilli la confidence d’un vieux soldat : prisonnier en Égypte, celui-ci s’évada, se retrouva dans le désert, obligé de se réfugier dans une grotte où se trouvait une panthère. Au lieu de le dévorer, l’animal, qui avait heureusement le ventre plein, se laissa caresser, se mit à l’aimer au point de ne plus le laisser partir. Ils passèrent quelque temps plutôt heureux ensemble, mais, un jour, croyant que la panthère l’attaquait, le soldat la tua, découvrant trop tard qu’elle voulait seulement jouer.

Un prince de la bohème

Mme de la Baudraye raconte à un interlocuteur (l’écrivain Nathan) qu’elle a écrit une nouvelle à partir de ce qu’il lui a raconté sur Béatrix de Rochefide. Scène dans un boudoir : l’écrivain relate à la marquise de Rochefide l’histoire d’un jeune homme de la bohème, La Palférine. dont il fait un portrait semé d’anecdotes. Il raconte que Claudine, une maîtresse de La Palférine est folle de lui, capable du dévouement le plus absolu. Nathan a découvert qui est Claudine : il s’agit de Tullia, danseuse de petite vertu, épousée par son amant du Bruel et qui vécut honorablement après son mariage. Mais La Palférine, pour éprouver l’amour de sa maîtresse, a des exigences déraisonnables, qui poussent Claudine à demander toujours plus à son mari qui, forcé de réussir pour complaire son épouse, fait brillamment son chemin en politique. Claudine, devenue comtesse, a parfaitement exécuté le programme de La Palférine. Nathan en conclut que du Bruel a bien de la chance de voir son ménage régi par les plaisanteries d’un célibataire. Retour au récit-cadre. Ouverture vers Béatrix.

Une ténébreuse affaire

1803. Gondreville, l’ancienne terre de la famille Simeuse, qui a émigré pendant la Révolution, est revendue par le nouveau propriétaire au sénateur Malin, malgré les tentatives de Michu, ancien garde-chasse devenu régisseur, pour racheter la terre qu’il veut rendre à ses premiers maîtres. La situation est compliquée : les deux jumeaux Simeuse et leurs cousins d’Hauteserre sont revenus dans la région, tandis que deux Parisiens, espions de Fouché, font leur apparition pour des raisons obscures ; ils suspectent une conspiration contre Bonaparte. Michu sert les jumeaux Simeuse et leur cousine Laurence de Cinq-Cygne ; ils attendent que les jeunes gens puissent revenir officiellement. Mais Fouché, représenté par ses espions Peyrade et Corentin, a intérêt à les faire arrêter, sans qu’on sache de quel crime exactement les jumeaux et les d’Hauteserre sont accusés. Ils réussissent à se sauver et se cachent pendant trois mois, aidés par Laurence, par Michu et par sa femme.

Á la proclamation de l’Empire, une demande de grâce est présentée à Napoléon, et leur réintégration semble acquise. Les cousins retournent au château d’Hauteserre rejoindre Laurence dont ils sont tous deux amoureux. Les choses étant rentrées dans l’ordre, Michu et les gentilhommes partent déterrer l’or que le premier avait caché pour ses maîtres pendant la Révolution. Or, pendant leur absence, Malin est enlevé. Des détails fortuits accusent les cinq hommes qui sont arrêtés et accablés par l’enquête. Suite à de malheureux concours de circonstances, ils sont condamnés à mort. Une demande de grâce est adressée à Talleyrand qui enjoint Laurence d’aller porter un recours à l’empereur pour ses cousins. Michu est sacrifié. La jeune fille trouve Napoléon sur le champ de bataille d’Iéna ; la grâce est accordée à condition que les jeunes gens s’engagent dans l’armée. Ils sont tués au combat et Laurence épouse son autre cousin, Adrien d’Hauteserre. Sous la Monarchie de Juillet, lors d’une soirée chez la princesse de Cadignan, Laurence et sa fille sortent quand on annonce l’arrivée de Malin. De Marsay raconte ce qui s’est vraiment passé à l’occasion d’une conspiration antibonapartiste dans laquelle Malin avait trempé.

Ursule Mirouët

Le docteur Minot, qui a pour fille adoptive la jeune Ursule Mirouët, vit heureux à Nemours entouré par les amis dont il fait sa tranquille société : l’abbé Chaperon, M. de Jordy, M. Bongrand. Il s’est converti au mesmérisme lors d’une séance de magnétisme à Paris et s’apprête à marier Ursule au jeune Savinien de Portenduère qu’il a tiré d’un mauvais pas, mais Mme de Portenduère refuse le mariage de son fils. Pendant ce temps, la famille du docteur, qui craint d’être déshéritée au profit d’Ursule, complote. À la mort du docteur, son neveu, Minoret-Levrault brûle le testament, vole les inscriptions sur le Livre qui devaient constituer la fortune d’Ursule et chasse la jeune fille de la maison de son parrain. Elle mène une vie pauvre, désespère d’épouser Savinien, et Minoret-Levrault, qui a des remords, se prend de haine pour elle et se met à la persécuter. Finalement, le docteur apparaît en rêve à Ursule, pour tout lui révéler, et à Minoret-Levrault pour le forcer à rendre l’argent en le menaçant de provoquer la mort de son fils, Désiré. Minoret-Levrault n’obtempère pas, Désiré est tué dans un accident ; son père, fou de douleur, rend l’argent. Ursule épouse Savinien.

La Vieille Fille

Mlle Cormon, riche demoiselle d’âge moyen a plusieurs prétendants : le noble chevalier de Valois, vieillard rusé et rompu aux usages du monde, le riche bourgeois du Bousquier et Athanase Granson, un jeune homme pauvre et de talent, le seul à aimer authentiquement la vieille fille. Après de longues hésitations et des péripéties diverses, Mlle Cormon, ayant entendu dire que du Bousquier a engrossé la belle Suzanne, au lieu de s’en scandaliser, se montre impressionnée par l’épisode et l’épouse. Désespéré, Athanase se suicide.

Z. Marcas

Deux étudiants, Charles et Jules, sont fascinés par leur mystérieux voisin dont ils découvrent qu’il est un homme d’État de génie contraint à la misère et à l’obscurité par la médiocrité de ses pairs.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search