Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Balzac ou comment ne pas raconter une histoire

 | 
Nathalie Solomon

III – La représentation du récit

Chapitre 6 – Détournement des références

Texte intégral

  • 1 Comme le note E. Bordas le « narrataire est invité à aller vérifier la véridicité de l’éno (...)

Le discours balzacien propose une réflexion continuellement en mouvement sur les fins qu’il se propose et sur les moyens qu’il met en œuvre. Il établit un dialogue incessant et caractéristique avec d’autres éléments à l’intérieur et à l’extérieur de l’ouvrage1 ; les allusions à la littérature, à l’histoire, ou même à la réalité référentielle servent aussi à remettre en perspective les éléments de l’intrigue. Il arrive cependant qu’elles soient utilisées à contre-emploi ou perverties, ce qui permet de déplacer les enjeux du commentaire ; détourner les références permet de détruire l’effet de connivence produit par le savoir que le narrateur partage avec le lecteur. À partir du moment où ce processus ne fonctionne plus, si la reconnaissance rassurante du patrimoine commun n’est pas fiable, la comparaison change de nature. Par exemple, dans La Fille aux yeux d’or, Henry de Marsay est amené à supposer que la jeune fille des Tuileries, Paquita, est jalousement gardée par un riche et vieil amant :

  • 2 La Fille aux yeux d’or, t. V., p. 1071.

Il allait jouer cette éternelle vieille comédie qui sera toujours neuve, et dont les personnages sont un vieillard, une jeune fille et un amoureux : don Hijos, Paquita, de Marsay. Si Laurent valait Figaro, la duègne paraissait incorruptible. Ainsi la pièce vivante était plus fortement nouée par le hasard qu’elle ne l’avait jamais été par aucun auteur dramatique ! Mais aussi le hasard n’est-il pas un homme de génie ?2

Cette façon de pointer la recette littéraire permet de la mettre à distance, de justifier l’usage d’un ressort dramatique usé, ce qui est erroné, puisqu’on apprend par la suite que le triangle amoureux n’est pas celui imaginé par de Marsay, le vieillard étant ici remplacé par une femme. Le topos littéraire est donc détourné à l’insu du lecteur qui ne connaît pas encore, à ce moment du récit, le fin mot de l’histoire. Plus la situation décrite est canonique, plus l’écart illustré par La Fille aux yeux d’or est perceptible, plus la monstruosité de la situation est amplifiée. Puisque le détournement de la référence littéraire n’est sensible qu’à la relecture, on peut interpréter ce passage dans la perspective du récit à énigme, comme un élément de fausse piste qui éloigne le lecteur de la vérité, on peut également le lire comme un indice sophistiqué de la distance ironique du narrateur à l’égard de son récit. C’est l’erreur de contexte qui rend paradoxalement signifiante l’allusion à une situation bien connue : la marquise de San-Réal, demi-sœur inconnue de de Marsay, assimilée à un vieillard jaloux, trouve ici une première incarnation ; sa présence menaçante, qui se fait sentir tout au long de la nouvelle sans qu’on sache avant la dernière page qui est l’être terrible qui fait si peur à Paquita, confère à l’évocation du triangle de comédie une valeur rétrospective qui peut faire sourire à cause du contresens, mais qui souligne également par contraste la cruauté sanglante de la fin de l’histoire de Paquita Valdès. Immédiatement lisible en apparence, la référence n’a en fait de sens que dans la mesure où elle n’agit pas comme elle en a l’air. C’est le principe même de La Fille aux yeux d’or qui est à lire dans la perversion d’une donnée dont le lecteur croit posséder le mode d’emploi, mais qui se révèle rétrospectivement à double fond.

1Le recours à des composantes extradiégétiques pour caractériser introduit un élément familier dans le texte ; mais en trahissant la confiance du lecteur dans ce qu’il connaît, la référence dépasse la simple description et devient facteur d’interprétation. Ainsi de la disproportion de certains poncifs, quand il y a disparité entre le contexte narratif et les images utilisées pour le décrire. Ce type d’écart constitue le détournement de référence le plus couramment pratiqué par le narrateur balzacien : le décalage ironique entre comparant et comparé peut faire des ravages dans la perception du récit :

  • 3 Les Petits Bourgeois, t. VIII., p. 321.

… mais, avant de peindre Pylade, il est d’autant plus indispensable d’en finir avec Oreste, que l’on doit expliquer pourquoi Thuillier, le beau Thuillier, se trouvait sans famille...3

L’inadaptation héroï-comique du commentaire ajoute une dimension aux portraits liminaires de Thuillier et de Colleville en suggérant, avec cette évocation classique accessible à n’importe quel collégien, la suffisance satisfaite et la bêtise stéréotypée qui caractérisent à la fois les personnages et leur conversation. Détourner la référence est ici le meilleur moyen de la mettre au service de la fiction.

2La signification d’une analyse peut être donnée plus simplement par l’assimilation de la pensée d’un autre :

  • 4 Etude de femme, t. II, p. 176.

Un homme d’esprit, Stendhal, a eu la bizarre idée de nommer cristallisation le travail que la pensée de la marquise fit avant, pendant et après cette soirée.4

L’utilisation de la notion de « cristallisation » n’est pas dénuée d’ironie dans le contexte d’Étude de femme, puisque cette analyse de la naissance de l’amour de la marquise de Listomère pour Rastignac est la conséquence d’une simple erreur d’adresse ; le texte de Stendhal est évoqué à propos d’un sentiment traité de manière désinvolte dans la nouvelle balzacienne. La référence littéraire contribue à renforcer le décalage entre un ton faussement sérieux – qui prétend avoir valeur de démonstration quasi-scientifique dans la bouche de Bianchon – et un propos satirique, où le personnage de la prude qui succombe à un amour inexistant est surtout ridicule ; l’allusion à De l’amour souligne encore cet écart, parce que le ton du texte dans son ensemble montre bien qu’il s’agit moins ici d’amour que de l’étude scientifique de l’effet nécessaire d’une lettre passionnée sur une femme du monde froide et vertueuse.

3Le même effet est obtenu par le recours aux références historiques ; c’est ainsi que l’échec de Popinot est mesuré à une victoire de Richelieu ; que la maison Birotteau prend, le temps d’une boutade, la dimension d’un royaume :

  • 5 L’Interdiction, t. III p. 470.
  • 6 César Birotteau, t. VI, p. 81.

Cette journée perdue fut, dans cette affaire, ce que fut, à la journée des Dupes, le bouillon pris par Marie de Médicis, qui, retardant sa conférence avec Louis XIII, permit à Richelieu d’arriver le premier à Saint-Germain.5
César Birotteau. qui devait se considérer comme étant à l’apogée de sa fortune, prenait ce temps d’arrêt comme un nouveau point de départ. Il ne savait pas, et d’ailleurs ni les nations, ni les rois n’ont tenté d’écrire en caractères ineffaçables la cause de ces renversements dont l’histoire est grosse, dont tant de maisons souveraines ou commerciales offrent de si grand exemples.6

  • 7 J. Gleize parle d’une « réévaluation globale » à laquelle « matières et formes romanesques (...)

En élevant le coryza du vieux juge à la dignité d’un événement historique fameux, le narrateur ajoute à l’intensité dramatique de la fin de la nouvelle où le dénouement brutal, qui donne gain de cause à Mme d’Espard, souligne par là même l’absurdité d’un système judiciaire fondé sur l’ambition des magistrats, où le bon droit ne triomphe pas. L’ironie est sensible, en revanche, dans César Birotteau car la comparaison disproportionnée permet d’écraser encore le personnage, après toute une série d’indications qui, dès les premières pages du roman, font prévoir la chute du commerçant, royaliste d’ailleurs, blessé pour la cause en 1795 : la coordination des « maisons souveraines et commerciales » donne l’impression qu’on pourrait la trouver dans la bouche du personnage qui, lui, n’en sentirait pas le ridicule7.

4Quand de Marsay donne la clé du mystère d’Une ténébreuse affaire, c’est tout naturellement que les références historiques abondent à propos d’une intrigue qui est enracinée dans la grande Histoire de la révolution et de l’Empire :

  • 8 Une ténébreuse affaire, t. VIII, p. 688.

« Mais je vais racheter ma faute et vous donner les moyens de faire votre paix avec les Cinq-Cygne. Voici plus de trente ans que la chose a eu lieu ; c’est aussi vieux que la mort d’Henri IV, qui certes, entre nous, malgré le proverbe, est bien l’histoire la moins connue, comme beaucoup d’autres catastrophes historiques. Je vous jure, d’ailleurs, que si cette affaire ne concernait pas la marquise, elle n’en serait pas moins curieuse. Enfin, elle éclaircit un fameux passage de nos annales modernes, celui du Mont-Saint-Bernard. Messieurs les ambassadeurs y verront que, sous le rapport de la profondeur, nos hommes politiques d’aujourd’hui sont bien loin des Machiavel que les flots populaires ont élevés, en 1793, au-dessus des tempêtes, et dont quelques-uns ont trouvé, comme dit la romance, un port. Pour être quelque chose en France, il faut avoir roulé dans les ouragans de ce temps là. »8

Il est bien sûr significatif que ce discours soit placé dans la bouche d’un homme d’État – de Marsay a été Premier Ministre – d’autant plus fondé à proposer, dans la dernière page du roman, une réflexion politique en forme de conclusion du sombre récit qui précède. Dans cet exemple cependant l’abondance de la matière historique qui laisse espérer des révélations exceptionnelles masque simplement la médiocrité de l’information fournie par de Marsay : à la fin d’Une ténébreuse affaire en quelques lignes, on apprend seulement que l’enlèvement de Gondreville, qui a provoqué toutes les péripéties du récit et tous les malheurs des héros, fut accompli par des agents de Fouché pour une raison qui demeure assez obscure. Il n’y a pas ici décalage, mais déception : l’importance des éléments historique est inversement proportionnelle à ce qu’on apprend de l’intrigue. Il est significatif que l’histoire soit traitée comme la littérature dans les références balzaciennes : ce n’est pas la matière même de la comparaison qui est importante, c’est son absence de pertinence. La rencontre mal fondée ou contradictoire est proposée avec tant d’assurance qu’elle est acceptée pour argent comptant par un lecteur subjugué par l’autorité de l’instance narratrice dont le choix arbitraire des références rappelle l’ambition d’accéder à la figure de l’historien. Dans Une ténébreuse affaire, le bluff est particulièrement poussé, parce que rien dans la diégèse ne justifie l’allusion, finalement gratuite, mais dont le caractère péremptoire force l’adhésion. En imposant de cette manière des références disproportionnées ou inopportunes, le commentaire impose un coup de force qui, avec la plus absolue mauvaise foi, oblige le lecteur à accepter l’interprétation qui lui est dictée et qui, dans le meilleur des cas, apporte une lumière nouvelle et révélatrice non justifiée diégétiquement.

5Reste le problème de l’assentiment qu’on accorde à ces références décalées. Certaines comportent une telle disparité avec le récit qu’elles finissent par ajouter au commentaire qu’elles accompagnent une dimension presque comique. Il ne s’agit du reste pas de déconsidérer le récit après coup, d’en réduire la portée, mais de modifier légèrement la perspective. Une constante de ce renouvellement du point de vue est celle du passage d’une dimension anecdotique, provinciale ou intime, à une dimension beaucoup plus large, qui permet au narrateur de souligner le caractère exemplaire de son propos. Ainsi, la rivalité des curés de Tours se termine par le triomphe de l’abbé Troubert qui devient l’égal des plus grands stratèges de l’histoire :

  • 9 Le Curé de Tours, t. IV, p. 245.

L’histoire des Innocent III, de Pierre le Grand, et de tous les meneurs de siècle ou de nation prouverait au besoin, dans un ordre très élevé, cette immense pensée que Troubert représentait au fond du cloître Saint-Gatien.9

Le personnage prend tout à coup, dans les dernières pages de la nouvelle, une hauteur inattendue qui invite à relire le récit d’un autre œil, en oubliant l’anecdote et en considérant son caractère universel. Le problème est de déterminer le degré de sérieux de cette phrase qui place Tours au même plan qu’un « siècle ou [qu’une] nation », qui associe brusquement un chanoine dont la grande affaire dans la nouvelle a été de vaincre un pauvre abbé assez benêt, à un grand pape et à un conquérant qui appartiennent à l’Histoire.

6On retrouve le même procédé à propos de Pierrette : l’orpheline de Provins acquiert la dignité d’une noble figure du seizième siècle au destin tragique, ce qui confère ironiquement par contrecoup aux Rogron, épiciers en retraite, la stature de grands et cruels seigneurs de la Renaissance :

  • 10 Pierrette, t. IV, p. 162.

Pour donner à ceci d’immenses proportions, il suffit de rappeler qu’en transportant la scène au Moyen-Age et à Rome sur ce vaste théâtre, une jeune fille sublime, Béatrix Cenci, fut conduite au supplice par des raisons et par des intrigues presque analogues à celles qui menèrent Pierrette au tombeau.10

7Le commentaire est applicable à l’œuvre même, c’est la dignité du projet balzacien qui est à l’ordre du jour dans ces phrases conclusives où le narrateur revendique la possibilité de parler de Tours et de Provins, d’en souligner les travers et les petitesses en étant pris parfaitement au sérieux. Dans les deux cas, on hésite à se prononcer sur le crédit à apporter à ces commentaires qui arrivent in extremis dans le récit, qui lui confèrent une dimension sans rapport avec le propos initial, si bien qu’on est tenté de ne voir qu’une simple plaisanterie dans le rapprochement intempestif de figures importantes avec des personnages insignifiants. L’incertitude où l’on se trouve pour interpréter ces passages est caractéristique ; ils invitent à se retourner sur l’ensemble du récit pour le relire à leur lumière et c’est tout le texte qui change de caractère selon que l’on prenne ou non au sérieux ces ultimes commentaires d’un narrateur qui semble se moquer autant de lui-même que de son lecteur.

8On doit donc se demander comment lire une référence qui laisse une large place à l’ironie ou qui, quand elle est proportionnée à son objet, se révèle inopérante. Ces renvois ont une fonction essentiellement rhétorique destinée à mettre en perspective, à dramatiser le propos, ou encore à masquer l’absence d’un discours consistant. L’impropriété du rapprochement est ainsi un excellent moyen de commenter l’intrigue, en donnant l’impression au lecteur qu’il assume lui-même le jugement suggéré par la référence inadaptée. L’erreur de contexte sert de commentaire au second degré, mais le sérieux manifesté dans l’utilisation des comparaisons pose un problème d’interprétation : le décalage marque-t-il de l’ironie, ou s’agit-il au contraire de donner de l’importance à des personnages ou à des situations que l’historien des mœurs présente comme les nouveaux éléments épiques du XIXe siècle ? C’est parce qu’on ne peut pas donner de réponse satisfaisante à cette question qu’elle est intéressante ; le projet narratif n’est pas clair parce que la crédibilité d’un commentaire peut-être emphatique, peut-être facétieux, demeure douteuse. Les références qui servent à décrire, à caractériser et à comprendre le récit sont à la fois un facteur d’ouverture et de fermeture, de contrainte et de liberté. Ce qui prétend être un élément de clarification du récit se révèle en fait capable de brouiller le message en dévoyant la référence littéraire ou historique, ce qui permet à l’instance narratrice de donner de fausses indications, de lancer discrètement des fausses pistes sans se compromettre, puisqu’elle se réfugie derrière l’autorité d’auteurs ou de personnages extérieurs à l’œuvre. En jouant sur des effets de décalage et de disproportion, la référence parvient à proposer des explications non articulées qui constituent un métacommentaire ironique, qui avertissent le lecteur de ne pas prendre pour argent comptant ce qui est affirmé dans le discours.

Notes

1 Comme le note E. Bordas le « narrataire est invité à aller vérifier la véridicité de l’énonciation narrative dans le monde de référence extradiégétique » (Balzac, discours et détours. Pour une stylistique de l’énonciation, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1997, p. 304.

2 La Fille aux yeux d’or, t. V., p. 1071.

3 Les Petits Bourgeois, t. VIII., p. 321.

4 Etude de femme, t. II, p. 176.

5 L’Interdiction, t. III p. 470.

6 César Birotteau, t. VI, p. 81.

7 J. Gleize parle d’une « réévaluation globale » à laquelle « matières et formes romanesques sont ainsi soumises » à propos de la majoration d’un détail du texte auquel on accorde ainsi une importance non motivée par la seule diégèse : l’« immense, caractéristique du sublime classique, caractérise désormais le détail, l’accessoire, le rien » (« “Immenses détails”. Le détail balzacien et son lecteur », art. cil., p. 104 et p. 105.

8 Une ténébreuse affaire, t. VIII, p. 688.

9 Le Curé de Tours, t. IV, p. 245.

10 Pierrette, t. IV, p. 162.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540