Version classiqueVersion mobile

Trouver une langue / Finding a language

 | 
Adrian Grafe
, 
Nicolas Wanlin

Le dire poétique en question / Poetic speech in debate

La poésie burlesque au XVIIe siècle : dévoyer la langue des dieux ou jouer de toutes « les langues de [la] lyre »1?

Claudine Nédelec

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’« Avertissement » dont La Fontaine accompagne la publication tardive (en 1669) d’Adonis, long poème en alexandrins écrit en 1658 en guise de cadeau à son mécène Nicolas Fouquet, il parle de la poésie comme d’« une langue assez charmante2 pour mériter qu’on l’appelle la langue des dieux »3 ; révérence gardée envers La Fontaine, ce n’est qu’un poncif. Cet « Avertissement » témoigne entre bien d’autres de la permanence au milieu du XVIIe siècle français de la représentation néoplatonicienne de la poésie comme « divine », dans son inspiration (sa fureur) comme dans son langage, même si se fait jour une tendance rationaliste qui tend à ne plus considérer cette mythologie que comme une façon allégorique de signifier ce que la poésie et le poète ont d’exceptionnel, voire de sublime, ou plus prosaïquement comme un simple ornement, suivant la valeur qu’on leur accorde.

Car, un peu amer peut-être, malgré le succès tout récent de ses Fables (en 1668), La Fontaine ajoute : « on est tellem...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search