Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

IV. « Un écrivain engagé a de la chance et du malheur en parts égales »

Le manteau de la pudeur : réflexion sur la double galanterie poétique au XVIIe siècle

Michèle Rosellini

Texte intégral

  • 1 1 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines à (...)

1Il y a galant et galant. Le grand mérite d’Alain Viala, c’est d’avoir révélé la double face de ce phénomène culturel déterminant pour la production littéraire du XVIIe siècle. Ce que l’histoire littéraire a nommé classicisme, c’est, selon lui, la galanterie dans sa version policée. Mais elle coexiste avec son envers, qui se recommande du vieux verbe galer (plaisanter, jouer) : une galanterie railleuse et irrespectueuse, ne reculant devant aucun moyen d’amuser la galerie, fût-il déshonnête1. Reconnaître cette dualité, voire cette duplicité, permet d’envisager autrement les trajectoires des auteurs, notamment les poètes, qui pratiquent volontiers les deux registres pour des publics et selon des modes de publication bien distincts.

  • 2 Voir la notice que lui consacre Paul Pellisson dans l’Histoire de l’Académie françoise, Paris, Cour (...)
  • 3 Boileau lui a rendu un hommage mesuré dans ces vers de l’Art poétique (II, v. 94- 98) : « Un sonnet (...)
  • 4 Claude Malleville, Œuvres poétiques, Raymond Ortali (éd.), Paris, Didier, 1976, t. 2, p. 264-283.

2Prenons le cas de Claude Malleville, poète protégé par le maréchal de Bassompierre qui fit de lui son secrétaire sans lui donner beaucoup d’emploi, laissant ainsi le champ libre à une carrière poétique qui débute dans le cercle ronsardien des Illustres Bergers. D’abord favorisé par la proximité de son patron avec Richelieu, puis emporté par sa disgrâce sans lui retirer une fidélité qu’il manifeste par ses visites à la Bastille pendant les douze années de son incarcération, il retrouve faveur et prospérité à sa libération et son rétablissement en la charge de colonel des Suisses dont il occupe le secrétariat, ce qui lui rapporte assez pour se pourvoir d’une charge de secrétaire du roi valant à son titulaire titre de noblesse2. Ami de Valentin Conrart et assidu de la docte assemblée que celui-ci réunit chez lui et qui sera à l’origine de l’Académie française, il en fut l’un des premiers membres. Familier du salon Rambouillet, il en anime la vie culturelle en participant aux joutes poétiques – les sonnets de « La Belle Matineuse » – et aux hommages de circonstance – la Guirlande de Julie – initiés par Voiture. Son talent s’emploie ainsi dans les petits genres remis au goût du jour : rondeau, épigramme, madrigal, sonnet, élégie. Peu imprimée, mais connue et appréciée d’un cercle de connaisseurs3, sa production poétique le range parmi les auteurs qui doivent leur survie au clientélisme – comme en témoignent les pièces sur la prison de son patron, et l’élégie Armide à Daphnis sur la mort de la maîtresse de celui-ci, la Princesse de Conty4 – et leur réussite, toute relative, à l’appartenance aux cercles mondains. Ce n’est qu’après sa mort, en 1649, qu’elle fut rassemblée par les soins d’amis poètes et publiée chez Augustin Courbé sous le titre de Poésies du sieur de Malleville. L’ensemble compose un panorama assez fidèle de ce qu’on pourrait appeler en poésie la première galanterie : un style d’écriture d’un raffinement enjoué qui précède sa théorisation comme esthétique de l’existence.

3Or l’éditeur moderne des Œuvres poétiques de Claude Malleville, Raymond Ortali, a complété les poèmes de cette édition posthume par des pièces inédites glanées dans divers recueils manuscrits. Ce geste d’éditeur scientifique soucieux d’exhaustivité modifie notablement la physionomie de l’œuvre en la dotant de traits railleurs (les pièces satiriques) et licencieux (les satyriques). Mais par-delà cette œuvre singulière, ce que révèle cette exhumation de pièces non imprimées mais néanmoins conservées, c’est le clivage entre le décent et l’indécent, le publiable et l’impubliable, significatif des pratiques culturelles des cercles mondains et curiaux du premier XVIIe siècle.

4Tentons tout d’abord d’en déceler les critères. Des pièces inédites doublons, écrites sur le même sujet que des pièces publiées, peuvent nous y aider. L’épigramme imprimée sous le titre « Sur deux dames affligées de maux différents » traite à mots couverts des risques encourus par deux conduites extrêmes en matière de sexualité, la continence et la débauche :

  • 5 Poésies du sieur de Malleville., Paris, Courbé, 1649, p. 357 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxv, t (...)

Par le mal de Venus Aminthe n’est que cendre
Et les pasles couleurs font mourir Ysabeau.
Apres cet accident, quel party peut-on prendre ?
Le vice et la vertu nous mettent au tombeau.5

5Une pièce conservée dans le Recueil Conrart donne sans doute l’origine anecdotique de ce parallèle, en nommant les intéressés : « Épitaphe de M. de Vezine et de Mlle sa sœur qui moururent l’un de la verolle, et l’autre des pales couleurs » :

  • 6 Ms. Arsenal 4115, p. 88 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxiii, t. I, p. 146.

Cette tombe enserre et la sœur et le frère
En qui deux maux divers firent un même effet.
La fille ne mourut qu’à faute de le faire
Et le garçon n’est mort que de l’avoir trop fait.6

6La suivante, intitulée « Autre sur le même sujet », en donne une variante amplifiée :

  • 7 Ms. Arsenal 4115, p. 88 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxiv, t. I, p. 148.

Que des povres mortels la conduite est frivole !
Leur trépas naît souvent de contraires douleurs ;
Aminte le galand est mort de la vérolle
Et la chaste Isabeau meurt des palles couleurs.
O plaisir trop ingrat, ô vertu trop cruelle !
O non moins que pudique, imprudente Isabelle,
Qui fait de ses beautez un tombeau possesseur !
Pour vous sauver tous deux de la Parque sévêre,
Tu devois prendre part aux plaisirs de ton frère,
Il devoit prendre part aux vertus de sa sœur.7

7Par son éloquence pathétique et sa perspective moralisatrice, cette dernière pièce est à mi-chemin entre la chronique scandaleuse que rapporte la précédente et sa version pudique, qui feint la perplexité morale pour faire passer un propos égrillard. Ce qui fait la différence, et rejette l’épigramme du Recueil Conrart dans la clandestinité, c’est la désignation littérale et triviale de la maladie sexuelle – « la vérole » –, là où l’épigramme imprimée employait une périphrase honnête : « le mal de Vénus ». La frontière du publiable et de l’impubliable est donc verbale. Mais elle s’étend au-delà de la stricte littéralité, comme le montre l’exclusion de l’expression euphémistique « le faire » : sans doute sa spécialisation dans la désignation de l’acte sexuel en est-elle venue à la confondre avec les formes de désignation littérales et donc jugées obscènes.

8 La sensualité érotique n’est pas exclue de la thématique des petits genres mondains. Elle est, par exemple, très explicite dans ce rondeau sans titre, où le Je poétique convertit son agressivité meurtrière envers une médisante qui l’a brouillé avec sa maîtresse en fantasme de viol :

En beaux draps blancs je voudrois l’avoir veuë
Ensevelie, immobile, estenduë,
Et mise au fonds d’un triste monument ;
Bref, je voudrois pour mon contentement
Avoir desja la memoire perdue.

Elle a Philis contre moy trop émeuë
Et d’une langue et qui tranche et qui tuë,
Elle me blasme et me met laschement,
En beaux draps blancs.

  • 8 Poésies du sieur de Malleville, op. cit., p. 287 ; Œuvres poétiques, op. cit., clxiv, t. I, p. 187.

Quant à Philis qui sans raison l’a cruë,
J’en ay desja la vengeance conceuë.
Je la veux prendre au corps soudainement,
Mordre cent fois ses lévres vivement,
Enfin je veux la presser toute nuë
En beaux draps blancs.8

9Si le désir de violence sexuelle s’exprime ici dans une scène très nettement décrite, il s’énonce en des termes décents, l’effet de pointe reposant sur la modification de référent qui affecte l’expression « En beaux draps blancs » : du linceul à la couche sensuelle.

10La barrière de la décence est franchie dans cet autre rondeau, où le Je poétique s’excuse auprès de sa maîtresse de son manque de vigueur :

Debout Philis, je ne voy goute,
Ou je voy l’Aurore sans doute
Qui sort du lit de son époux,
Et s’en va malgré son jaloux
Mettre le Soleil en sa route.

La nuit rentre dedans sa voute ;
Les étoiles sont en déroute
Et Priape n’est plus pour vous Debout.

Ma foy, je vous fay banqueroute,
J’ay rendu la dernière goute
De mon sang amoureux et doux,

  • 9 Ms. Arsenal 4123, p. 890 ; Œuvres poétiques, op. cit., clxxii, t. I, p. 196.

Et pour vous porter d’autres coups,
Je n’ay plus, ou l’age me f,
De bout.9

11La chute est amenée d’abord allusivement par une périphrase euphémistique – « mon sang amoureux et doux » désignant poétiquement le sperme –, qui évolue vers une désignation métaphorique de l’acte sexuel – « vous porter d’autres coups » convoque l’image de l’assaut militaire, mais le terme « coup » peut aussi désigner crûment le rapport sexuel –, jusqu’au verbe obscène (f…), souligné plutôt que voilé par l’élision typographique de pudeur. Dans ce contexte, et transformé par sa graphie en deux mots, l’anodin adverbe « debout » en vient à désigner sans ambiguïté l’organe masculin. Le jeu avec la frontière du dicible est ici évident : il s’agit pour le poète de livrer in fine à son auditeur ou lecteur les mots crus qu’il s’est à lui-même formulés en décryptant les formules allusives dont se compose, pour ses deux tiers, le poème. Un tel mode d’écriture implique une collaboration interprétative, et même une sorte de co-énonciation, qui engage le récepteur dans la production du sens obscène. On peut y voir une extension sur un terrain plus excitant des pratiques ludiques qui régissent l’activité poétique des cercles mondains.

  • 10 Cette longue pièce poétique, qui comprend entre 258 et 343 vers selon les versions, appartient à un (...)

12Un autre mode de connivence consiste à détourner un genre élevé au profit d’un sujet licencieux. Il est amplement pratiqué dans le long poème héroïque écrit par Malleville, dans une forme d’émulation facétieuse avec d’autres poètes, pour rendre hommage au jeune roi d’Éthiopie, Zaga Christ, mort en liberté surveillée à la cour de France le 22 avril 163810.

  • 11 Ms. Godefroy 331, journal de Berlize, f° 3-4, Lille, Bibliothèque municipale (cité par Serge Aroles (...)

13Le poème conte l’arrivée aux enfers du prince à la peau noire, sa substitution à Pluton et ses ébats avec Proserpine. La crudité du sujet, qui fait précisément le sel de l’adoption du genre héroïque, ne pouvait que l’écarter de la publication imprimée dans les Poésies du sieur de Malleville. Un parfum de scandale pouvait de surcroît flotter sur le sujet, puisque Zaga Christ était mort en semi-captivité dans le château de Richelieu à Rueil, après avoir été arrêté sur des soupçons d’espionnage, détenu au Châtelet, jugé et acquitté. En dépit du diagnostic de pleurésie – relayé officiellement par la Gazette –, courait une rumeur de suicide par empoisonnement. Le poète exploite l’aura mystérieuse qui entoure cette figure fascinante du roi à la peau sombre du fait de son destin tragique, inscrit non seulement dans sa mort précoce à 28 ans, mais aussi dans le bruit de sa liaison passionnée à Rome avec une moniale, Caterina, supposée détenir de lui des « lettres de sang ». Selon le rapport de l’introducteur des princes étrangers à la cour, le sieur Berlize, Anne d’Autriche, à laquelle le prince éthiopien se serait présenté d’abord à son arrivée au château de Fontainebleau en dépit du protocole, aurait été sensible à son attrait11. Aussi Malleville peut-il être enclin à convertir la fascination en fantasmes sexuels. Il imagine que Proserpine, convoquée pour désigner son époux entre les deux lutteurs confondus dans l’enlacement de leurs corps à la peau brune, choisit l’Abyssin, par une méprise volontaire, en faveur de son organe sexuel prometteur. Ce dénouement libertin est suivi d’un très long éloge dudit organe, encore augmenté dans la version des recueils collectifs. Cette licence ne verse pourtant pas dans l’obscénité : l’expression est constamment allusive, selon un régime métaphorique qui, d’ailleurs, développe les thèmes ordinaires de la poésie héroïque : la guerre et la nature dans sa dimension cosmique. On peut citer – pour preuve de son style élevé – la fin de l’amplification de l’éloge :

  • 12 Claude Malleville, Œuvres poétiques, op. cit., t. I, p. 548.

Cher tresor de Venus, le mats de son navire,
Qui de son char de pourpre es le mobile essieu,
Qui comme la vertu tiens toujours le milieu,
Qui dans la mer d’amour est le fare adorable,
L’étincelant flambeau de ce lieu favorable,
L’aimant des volontez, le moule des humains,
L’ordinaire jouët des amoureuses mains,
L’alambic precieux d’où nature distille
Un baume salutaire, une essence subtille,
Par qui la volupté se communique au cœur,
Et qui verses la joye avecque ta liqueur,
Guerrier qui de tout age as la force éprouvée,
Qui tousjours à l’assaut vas la teste levée,
Enflée d’un bel orgueil du penser t’animant,
Amy de la meslée, et d’ardeur écumant,
Qui trouves dans le choc ton plaisir et ta gloire,
Et qui fais de ton sang le sceau de ta victoire,
Qui rends le vaincu mesme amoureux de son sort,
Et qui donnes la vie aussitost que la mort,
Qui défais moins d’humains que tu n’en fais renaistre,
Et qui devant le temps ayant receu ton estre,
As souvent mis en doute aux esprits curieux
Si les dieux t’avoient fait ou si tu fis les dieux.12

14Malleville choisit donc, en dépit de son sujet, de se tenir éloigné du style burlesque. Il se maintient dans la sphère stylistique de la galanterie, même s’il vise un référent (le sexe anatomique) qui est par principe exclu de la galanterie honnête.

  • 13 Voir, pour une étude détaillée des circonstances de l’affaire, Michèle Rosellini, « Faut-il “en abr (...)

15Cette extension du domaine du dicible nous conduit à reconsidérer notre conception de la culture mondaine et curiale. Loin de s’en tenir aux prescriptions de décence et de pudeur dans la conversation que publient les manuels de civilité, la société de cour, dans l’entre-soi de ses échanges et de ses divertissements, semble avoir du goût pour le piquant, le leste, voire l’obscène quand il est « enveloppé » avec esprit, ou suggéré par une pointe. Encore faut-il que les écrits qui satisfont ce goût soient réservés à la consommation de l’élite de la cour et de la ville, qu’ils ne se diffusent pas au-delà de cette sphère restreinte. D’où leur circulation exclusivement manuscrite. La publication imprimée ferait courir un risque non seulement à la réputation, voire à la liberté de leur auteur, mais encore à l’image du pouvoir royal, à travers celle de son cercle le plus rapproché. L’affaire Bussy-Rabutin est à cet égard significative. Tant que la scandaleuse Histoire amoureuse des Gaules a circulé à la cour en manuscrit, Louis XIV ne s’en est pas ému, et, semble-t-il, n’a même pas cherché à la lire, en dépit des avertissements de sa belle-sœur, Henriette, sur la manière infamante dont y étaient traités plusieurs membres de la famille royale. C’est quand il apprend la publication imminente du livre à Leyde qu’il sévit brutalement en faisant enfermer l’auteur à la Bastille. Sans doute a-t-il alors redouté l’effet désastreux pour l’image de son règne que cette satire de la cour pourrait avoir dans le public, en France comme en Hollande. Cette crainte s’est trouvée confirmée par l’impression d’une clef à la fin de l’ouvrage, qui désignait clairement comme destinataire de la publication un lectorat éloigné du cercle restreint des milieux mondains et curiaux, incapable d’identifier sous les noms d’emprunt les grands personnages de la décennie précédente. Et, de fait, ses multiples rééditions, plus ou moins clandestines, témoignent de son immense succès jusqu’au milieu du XVIIIe siècle13.

  • 14 Ce double mode de publication, caractéristique de l’époque moderne, est amplement documenté et préc (...)
  • 15 Voir Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au XVIIe siècle : Valentin Conrart, une histoir (...)
  • 16 Frédéric Lachèvre, La VIe et les Poésies libertines de Des Barreaux (1599-1673) et Saint-Pavin (159 (...)

16Cette double culture, si elle est inavouable au public, a du moins ses lieux de publication – dans l’acception large que confère au processus l’existence d’un public – que les copies manuscrites constituent aussi efficacement que l’impression14. C’est sans doute la valeur donnée à certaines œuvres par leur circulation manuscrite qui a favorisé leur conservation. Tel est le rôle joué par le recueil manuscrit composé par Valentin Conrart, comme une véritable entreprise de publication différée, pour laquelle il a engagé un atelier de copistes15. Certes, il était un ami proche de Malleville, comme il le fut aussi de Saint-Pavin, et, à ce titre, il pouvait leur faire la faveur de copier les textes non imprimés conservés dans leur « cabinet ». Mais en tant que secrétaire de l’Académie, il ne pouvait manquer d’avoir une vision patrimoniale de la production écrite de son temps. Le dispositif utilisé pour permettre l’attribution des « vers libertins » de Saint-Pavin, sans pour autant les signer – que Frédéric Lachèvre a judicieusement interprété16 – témoigne d’une volonté de transmettre aux générations futures une œuvre que les préjugés de son époque ne permettaient pas de reconnaître dans sa cohérence.

  • 17 Œuvres poétiques, op. cit., p. 549.

17Raymond Ortali note que la version de la priapée héroïque destinée à Bassompierre avait été amputée de ses vers « jugés trop libres », et qu’on peut donc supposer qu’ils étaient réservés « à l’un des manuscrits, hâtivement transcrits, qu’on devait alors se passer sous le manteau »17. La formule « sous le manteau » est un de ces clichés commodes que l’histoire littéraire a longtemps utilisés pour se dédouaner d’une certaine paresse à s’emparer des méthodes de l’histoire pour enquêter sur le terrain des pratiques littéraires et de leurs formes de réception. Les travaux d’Alain Viala sur la galanterie, et, pour ce qui m’occupe, son hypothèse de l’existence d’une forme gaillarde et railleuse de galanterie, nous mettent salutairement au travail sur les archives manuscrites de la production poétique imprimée. Nous pouvons ainsi vérifier la productivité d’une galanterie licencieuse, qui emprunte les formes stylistiques de la galanterie honnête tout en flattant, dans la clôture de l’entre-soi, le goût de l’élite cultivée pour les représentations du corps sexué, de ses plaisirs et de ses excès. C’est sur le fonds actif de cette duplicité poétique, que La Fontaine inventera, dans ses Contes, une forme subtile de galanterie licencieuse, susceptible de franchir, sous haute surveillance, le seuil de la publication imprimée.

Notes

1 1 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines à la Révolution, Paris, PUF, « Les Littéraires », 2008 ; chap. 1 : « Galin galant », p. 19-39 ; chap. 7 : « Les deux galanteries », p. 203-224.

2 Voir la notice que lui consacre Paul Pellisson dans l’Histoire de l’Académie françoise, Paris, Courbé, 1653, vol. I, p. 265-267.

3 Boileau lui a rendu un hommage mesuré dans ces vers de l’Art poétique (II, v. 94- 98) : « Un sonnet sans défauts vaut seul un long poème. / Mais en vain mille auteurs y pensent arriver ; / Et cet heureux phénix est encore à trouver. / À peine dans Gombaut, Maynard et Malleville, / En peut-on admirer deux ou trois entre mille ».

4 Claude Malleville, Œuvres poétiques, Raymond Ortali (éd.), Paris, Didier, 1976, t. 2, p. 264-283.

5 Poésies du sieur de Malleville., Paris, Courbé, 1649, p. 357 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxv, t. I, p. 148.

6 Ms. Arsenal 4115, p. 88 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxiii, t. I, p. 146.

7 Ms. Arsenal 4115, p. 88 ; Œuvres poétiques, op. cit., cxxxiv, t. I, p. 148.

8 Poésies du sieur de Malleville, op. cit., p. 287 ; Œuvres poétiques, op. cit., clxiv, t. I, p. 187.

9 Ms. Arsenal 4123, p. 890 ; Œuvres poétiques, op. cit., clxxii, t. I, p. 196.

10 Cette longue pièce poétique, qui comprend entre 258 et 343 vers selon les versions, appartient à un recueil manuscrit où figurent des poèmes sur le même sujet de Tristan L’Hermite et d’autres poètes, d’abord intitulé, sans signature, Poésies héroïques et gaillardes, puis Recueil de poésies héroïques et gaillardes mentionnant les noms des auteurs. Le Recueil Conrart en conserve une version plus courte, adressée par l’envoi final au maréchal de Bassompierre, dont la copie est jugée plus correcte par R. Ortali. C’est la version qu’il reproduit dans son édition critique (op. cit., t. I, p. 541-548), en livrant en note les vers supplémentaires des versions figurant dans les deux recueils de Poésies héroïques, avec les variantes.

11 Ms. Godefroy 331, journal de Berlize, f° 3-4, Lille, Bibliothèque municipale (cité par Serge Aroles, fiche Wikipedia sur Zaga Christ, n. 60).

12 Claude Malleville, Œuvres poétiques, op. cit., t. I, p. 548.

13 Voir, pour une étude détaillée des circonstances de l’affaire, Michèle Rosellini, « Faut-il “en abreuver le vulgaire” ? Le Roi, le sexe et la connivence », dans L’Âge de la connivence : lire entre les mots à l’époque moderne, Ariane Bayle, Mathilde Bombart, Isabelle Garnier (dir.), Cahiers du GADGES, Genève, Droz, 2015, n° 13, p. 83-110.

14 Ce double mode de publication, caractéristique de l’époque moderne, est amplement documenté et précisément théorisé dans le volume collectif De la publication entre Renaissance et Lumières, Christian Jouhaud et Alain Viala (dir.), Paris, Fayard, 2002.

15 Voir Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au XVIIe siècle : Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ vallon, 2003, p. 425-426.

16 Frédéric Lachèvre, La VIe et les Poésies libertines de Des Barreaux (1599-1673) et Saint-Pavin (1595-1670), Paris, H. Champion, 1911, p. 347-450.

17 Œuvres poétiques, op. cit., p. 549.

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search