Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

IV. « Un écrivain engagé a de la chance et du malheur en parts égales »

Lettre à Alain Viala sur les galanteries littéraires de La Fontaine

Richard Scholar

Texte intégral

1Oxford, le 27 mai 2017

2Mon cher Alain,

3Il est vrai que l’on écrit de nos jours de moins en moins de lettres ; mais je suis sûr que tu comprendras pourquoi j’ai choisi de m’adresser ainsi à toi. Car tu sais bien, j’espère, combien m’a plu la Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire que tu as lue à l’occasion de ta leçon inaugurale comme professeur de Lettres françaises à Oxford et que tu as ensuite publiée en 2005. T’écrire une lettre, c’est donc d’abord te rendre un premier hommage en m’exerçant à un genre où tu as excellé en t’inspirant de l’exemple de celui à qui tu t’adressais. C’est aussi trouver un nouveau moyen de continuer un dialogue avec toi sur des questions qui nous intéressent. Ce dialogue, entamé dans les années où tu venais d’arriver à Oxford et où je commençais ma thèse, nous l’avons ensuite poursuivi dans des contextes divers et variés : je pense notamment au voyage que nous avons fait ensemble à Gaza à l’occasion d’un colloque à Haïfa sur Racine et l’Orient, ainsi qu’à une promenade estivale nocturne en punt à Oxford… Depuis plusieurs années, les circonstances de la vie font que les occasions pour nous de dialoguer de vive voix se font cependant plus rares, bien que nous habitions la même ville. Raison de plus pour t’écrire.

4Je voudrais donc reprendre ici le fil de nos discussions autour de la galanterie, du rapport entre querelle et création littéraire dans la première modernité, et du cas La Fontaine. Tu sais combien tes recherches sur la galanterie m’ont marqué dans les années où je travaillais sur un phénomène si proche à bien des égards, le je-ne-sais-quoi, qui a fait l’objet d’abord de ma thèse et ensuite d’un livre que j’ai publié en anglais en 2005 (et puis, grâce à toi, dans une version française en 2010). Lorsque La France galante est parue entre-temps, en 2008, ton livre m’a non seulement donné matière à nouvelle réflexion sur le je-ne-sais-quoi mais, en plus, il m’a ouvert de nouvelles perspectives sur d’autres auteurs et d’autres textes que j’avais alors commencé à étudier de près.

  • 1 Charles-Augustin de Sainte-Beuve, Portraits littéraires, Gérald Antoine (éd.), Paris, R. Laffont, « (...)
  • 2 Hippolyte Taine, Essai sur les Fables de La Fontaine, Paris, Vve Joubert, 1853.

5Tu te souviendras, par exemple, que je t’ai fait lire un petit texte sur La Fontaine que j’ai écrit en anglais peu de temps après avoir lu La France galante. Dans ce texte, qui reste inédit, j’ai repris certains éléments du débat autour des Fables qui a opposé Lamartine à Hippolyte Taine et à Sainte-Beuve au XIXe siècle et dont l’enjeu principal était la formation d’une histoire littéraire française jugée digne de la nation. J’ai rappelé la phrase de Joubert citée par Sainte-Beuve au cours de ce débat pour maintenir, face aux attaques de Lamartine, la place prééminente de La Fontaine au Panthéon des lettres modernes françaises : « Notre véritable Homère, l’Homère des Français, qui le croirait ? c’est La Fontaine »1. J’ai rapporté les arguments qu’Hippolyte Taine et Sainte-Beuve ont avancés pour soutenir Joubert dans son application de cette épithète tout élogieuse à La Fontaine. Selon Hippolyte Taine2, c’était dans l’épopée de ses Fables que l’Homère des Français se révélait tel, et ce grâce à son universalité (« nos enfants l’apprennent par cœur, comme jadis ceux d’Athènes récitaient Homère »), à son esprit gaulois (« cette épopée de La Fontaine […] est hachée menu, en cent petits actes distincts, gaie et moqueuse, toujours légère et faite pour des esprits fins, comme les gens de ce pays-ci »), à sa diversité mêlée d’agrément à la française (« son rythme est aussi varié que notre allure »). Et Sainte-Beuve de faire son portrait de « l’Homère de la vieille race gauloise » en disant à propos des Fables que la postérité « en aime l’auteur » parce qu’elle « le reconnaît pour celui qui a le plus reproduit en lui et dans sa poésie toute réelle les traits de la race et du génie de nos pères ». J’ai voulu, pour ma part, m’approprier ce portrait de La Fontaine en y ajoutant, avec ton aide précieuse, le mot de la fin : à savoir, que l’on aurait toutes les raisons de dire que La Fontaine est le véritable Homère des Français, à condition toutefois de préciser qu’il s’agit de la France galante…

6Qu’y avait-il là de nouveau par rapport à la description de La Fontaine que proposent Joubert et ses successeurs ? La précision permettait surtout d’étendre le champ d’application de cette description, de façon à y inclure non seulement les Fables, comme Hippolyte Taine et Sainte-Beuve l’ont fait, mais également les Contes de La Fontaine, son Odyssée en licence et libertinage.

  • 3 Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008, p. 203-204.

7Mais comment est-il possible de voir dans ces deux textes si souvent opposés, les Fables et les Contes, l’expression de la galanterie française ? En acceptant tout simplement que la galanterie est à double face. C’est là ce que tu as montré dans La France galante en parlant des « deux galanteries », la belle et la licencieuse, cette dernière étant (je te cite) « une tradition égrillarde, voire obscène, que l’on nommait libre, gauloise ou gaillarde » et qui, au XVIIe siècle, « s’empare du nom de galante » et apparaît comme « une autre facette du phénomène »3. Tu as choisi ensuite de souligner la complexité du phénomène en étudiant de près les cas révélateurs de deux auteurs qui ont écrit dans les deux veines galantes, Bussy-Rabutin et Courtilz, avant de résumer en quelques mots (je te cite de nouveau) un « autre cas d’auteur duplice, le plus célèbre de ces auteurs galants, La Fontaine » :

  • 4 Ibid., p. 213-214.

Son Adonis, et puis Le Songe de Vaux et Psyché, comme ses poèmes imitant Marot et Voiture, sont des modèles de littérature délicate et enjouée, il avait bénéficié du mécénat le plus prestigieux au temps de Fouquet et ses fables ont des tonalités galantes. Mais l’humour égrillard rabelaisien fleurit dans ses Contes. Ils furent censurés, interdits, et ils figurent du coup parmi les ouvrages les plus souvent saisis par la police dans ses descentes chez les vendeurs de livres clandestins : signe indubitable de leur succès. Ils sont lestes, pas bien méchants à nos yeux. Cocuage, hystérie et faveurs intéressées, le sexe y est souvent l’objet obsédant des personnages fantoches. Mais ils grafignent volontiers des membres du clergé. C’est la tradition des Fabliaux, de Boccace, et encore de Rabelais. Ils lui valurent une réputation de libertin qui lui causa des soucis, entre autres bien du mal à se faire élire à l’Académie et plus encore à obtenir gratification. Pour lui aussi, ce clivage divise l’œuvre et l’opposition des deux galanteries passe par les pics et les abîmes de la légitimation.4

  • 5 Ibid., p. 247.
  • 6 Ibid., p. 256.
  • 7 Épître à Huet, v. 38.

8Ces trois cas d’auteur « duplice » t’ont permis d’en conclure que les deux galanteries quoique fort différentes n’étaient pas perçues à l’époque comme « radicalement antinomiques », qu’au contraire la frontière censée les séparer restait floue, qu’elle a donc suscité une ribambelle de querelles (auxquelles tu as consacré un chapitre de ton livre) et que ces querelles-là ont soulevé pour les auteurs des questions de stratégie (sur lesquelles tu termines ce même chapitre), autrement dit des moyens à mettre en œuvre en vue d’un but au cours d’une querelle, qu’ils soient offensifs ou défensifs. La Fontaine n’apparaît qu’une fois dans ce que tu dis des querelles et des stratégies galantes. Tu te tournes vers lui pour montrer que, dans la querelle des Anciens et des Modernes, les deux codes culturels qui s’affrontent « ne sont […] pas toujours sollicités de la même façon par les mêmes auteurs ». Exemple : « La Fontaine, écrivain galant, est amené, au moment des polémiques, à prendre position du côté des Anciens ; un Ancien très modéré, nuancé, certes, mais quand même… C’est que nous sommes devant du vivant, qui bouge et change »5. Si tu t’étonnais de la prise de position de La Fontaine du côté des Anciens, c’est parce que (je te cite de nouveau) « les galants sont presque tous partisans de la Modernité »6. La Fontaine, lui, aurait donc bougé d’un camp à l’autre au moment de publier en février 1687 son Épître à Pierre-Daniel Huet. (Je me permets de signaler, entre parenthèses, que La Fontaine a donc lui-même pratiqué l’art de la lettre, quoiqu’il ait composé la sienne en vers, à la différence de la tienne à Rousseau et de la présente missive… Eussé-je aimé t’écrire en vers alexandrins ! On s’égare en voulant tenir d’autres chemins !…). C’est dans cette lettre que La Fontaine énonce le principe cher aux Anciens selon lequel la création de nouveaux chefs-d’œuvre se fera par le moyen de l’imitation des modèles antiques ou bien elle ne se fera pas. Il ne tarde pas à se prendre lui-même en exemple : « Homère et son rival sont mes dieux du Parnasse… »7. C’est là peut-être une façon pour notre poète non seulement d’illustrer le principe des Anciens mais en même temps de se poser discrètement comme un Homère tout à la fois moderne et français…

9Comment donc comprendre la démarche de La Fontaine dans la querelle des Anciens et des Modernes autrement que comme on ne sait quelle métamorphose inopinée, au fond énigmatique, d’un vivant « qui bouge et qui change » ? C’est la question que ton livre a soulevée pour moi et que j’ai eu d’autant plus envie de creuser que j’ai eu le bonheur, par la suite, de participer au projet AGÔN que tu as dirigé avec Alexis Tadié et qui prenait comme objet de réflexion les querelles et controverses littéraires de la première modernité. Aussi suis-je bien content de pouvoir te présenter brièvement ici quelques éléments de réponse à une question qui nous intéresse tous les deux.

10Il me semble avec le recul que l’essentiel de cette réponse se trouvait en fait déjà dans ta France galante et que, même si tu ne reviens pas au cas La Fontaine lorsque tu y fais intervenir l’idée des « stratégies galantes », c’est bien de cette manière qu’il conviendrait de comprendre la démarche du poète dans la querelle des Anciens et des Modernes, ainsi que dans d’autres controverses dont il s’est mêlé, comme par exemple celle qui l’a opposé à son ancien ami Furetière au sujet du Dictionnaire de ce dernier. Roger Duchêne explique ainsi pourquoi La Fontaine a choisi de se précipiter dans la querelle des Anciens et des Modernes en publiant son Épître à Huet :

  • 8 Roger Duchêne, Jean de La Fontaine, Paris, Fayard, 1990, p. 447 et p. 450.

Toujours soucieux de sa réputation, il [La Fontaine] avait pensé que la querelle pouvait l’aider à corriger l’image qu’on se faisait de lui. […] Tout ce qui avait assuré son succès le rejetait malgré lui dans le camp des Modernes. […] L’Épître à Huet était donc, dans une large mesure, un plaidoyer personnel de La Fontaine. Elle renforçait l’effort qu’il avait déjà fait, dans son recueil conjoint avec Maucroix, de se placer parmi les doctes. […] Il cherchait par tous les moyens à échapper à son image de poète amusant et léger, bon pour les marquis, les femmes et les enfants.8

11J’en conviens, mais à condition que l’on résiste à la tentation de figer la tentative que représente l’Épître à Huet dans une renonciation totale, définitive, à toutes les galanteries, celle des Fables comme celle des Contes, la belle comme la licencieuse, et que l’on voie au contraire dans ce poème une stratégie galante parmi d’autres.

  • 9 Adrien Baillet, Jugements des savants sur les principaux ouvrages des auteurs [1685-1686], Paris, M (...)

12Je m’explique. On a trop souvent tendance, au moins depuis qu’Adrien Baillet a publié ses Jugements des savants9 en 1686, à considérer La Fontaine comme un poète du reniement : comme un pêcheur repenti qui aurait désavoué ses Contes à plusieurs reprises, d’abord devant son Roi pour que celui-ci lui permette de prendre son siège à l’Académie française (« Quelques esprits ont blâmé certains jeux, / Certains récits, qui ne sont que sornettes, / Si je défère aux leçons qu’ils m’ont faites / Que veut-on plus ? »), en dernier lieu devant son vicaire de paroisse dans l’espoir que son Dieu aura la grâce d’assurer son salut dès ce monde incertain (« Fais-moi persévérer dans ce juste remords : / Je te laisse le soin de mon heure dernière ; / Ne m’abandonne pas quand j’irai chez les Morts ») ; et du coup, pourquoi pas, comme un poète contrit qui aurait renié toutes ses galanteries littéraires, depuis la belle jusqu’à la licencieuse, pour passer définitivement dans le camp des doctes. La Fontaine, nouvel Augustin ? Ce serait aller un peu loin dans l’analyse. Je veux bien qu’on parle, comme tu le fais dans le volume consacré à l’âge classique de ton Histoire brève de la littérature française, de « l’évolution d’une tonalité nettement épicurienne vers une autre, plus chrétienne », dans l’œuvre de La Fontaine. Mais cela n’empêche pas qu’il y a dans l’œuvre coexistence de ces deux tonalités. Car après tout, il ne faut pas oublier que La Fontaine n’a jamais cessé de son vivant de publier des fables aux tonalités galantes et qu’il s’est même permis de glisser deux de ses Contes de 1682 (« La Matrone d’Éphèse » et « Belphagor ») dans l’édition des Fables parue en 1694 après sa conversion… On aurait quasiment envie de dire que si La Fontaine a été obligé de désavouer ses Contes à plusieurs reprises, c’est qu’il ne s’en est jamais repenti une bonne fois pour toutes… Tout cela, non pas pour nier les reniements du poète, mais pour dire qu’il s’agit de désaveux temporaires, pour ainsi dire tactiques, à l’intérieur d’une stratégie galante d’ensemble.

  • 10 A. Viala, La France galante, op. cit., p. 251.

13Or, comme tu le rappelles (et je te cite de nouveau), « toute stratégie est offensive ou défensive » et « elle peut être directe ou indirecte (d’attaque frontale ou de contournement), brutale ou temporisatrice, et d’initiative ou de réaction ; ces différentes manières peuvent bien sûr se combiner entre elles »10. C’est le cas chez La Fontaine, dont la devise est la diversité dans sa stratégie comme dans son écriture galante.

14Observons-en quelques manifestations. Dès la publication des premiers Contes en 1665, La Fontaine anticipe déjà dans une préface les objections qui lui seront faites (« l’une, que ce livre est licencieux ; l’autre, qu’il n’épargne pas assez le beau sexe ») et contre lesquelles il essaie de se défendre tout en s’éloignant quelque peu de son œuvre : « J’abandonne le reste aux censeurs : aussi bien serait-ce une entreprise infinie que de prétendre répondre à tout. » Même chose en 1666 : « Voici les derniers ouvrages de cette nature qui partiront des mains de l’auteur ; et par conséquent la dernière occasion de justifier ses hardiesses et les licences qu’il s’est données. » Geste de désaveu inaugural qui n’empêchera pas le poète de continuer à publier de nouveaux Contes pendant des années, comme on l’a déjà vu, malgré les condamnations qu’ont prononcées tour à tour la police, certains immortels (aujourd’hui oubliés) de l’Académie française, les dévots, des membres du clergé… La stratégie relative à la galanterie licencieuse des Contes a donc été, sur l’ensemble de la période, défensive ; elle s’est maintenue grâce à ce que tu appelles « une tactique privilégiée » des galants, c’est-à-dire la temporisation, qui consiste à « procéder en douceur », voire (dans le cas de La Fontaine) à reculons, à la manière d’un Fabius Cunctator ou d’un Koutouzov face à Napoléon.

15Il en va tout autrement s’agissant des Fables. La stratégie relative à la belle galanterie de ce texte a été, sur la même période, offensive ; elle a conquis par contournement ainsi que par expansion subreptice. Les éditions successives des Fables publiées du vivant de l’auteur (en 1668, 1678, 1692, et 1694) s’accompagnent de la rhétorique de la captatio benevolentiæ, comme il est de coutume galante, mais sans geste de désaveu. Les Fables sont plutôt l’occasion pour La Fontaine de commencer, et ce dès 1668, à se présenter comme l’héritier légitime de la tradition antique : « Je chante les héros dont Ésope est le père », dit-il dans le tout premier vers de son épître dédicatoire à Monseigneur le Dauphin. C’est là un vers qui, en reconnaissant ouvertement la dette de La Fontaine envers Ésope comme père de la sagesse grecque, n’en laisse pas moins de signaler, grâce à la formule épique qu’elle emprunte (« Je chante les héros… »), la présence d’Homère, père des poètes. Comme La Fontaine avait déjà commencé, dans la « Vie d’Ésope » qui ouvre l’ensemble du recueil, par présenter Ésope et Homère ensemble comme les « deux personnages qui ont le mieux mérité des siècles suivants », on n’a pas lieu de se méprendre sur les intentions du poète. Chose unique, il s’apprêtait donc déjà à participer à la belle galanterie littéraire à la manière des Anciens, pour lesquels il se déclarera par la suite… On pourrait presque parler, à ce sujet, d’une expansion de la galanterie en amont dans le temps : de sa conquête discrète d’un passé prestigieux. On constate la même tactique d’expansion à d’autres niveaux : à celui des sujets auxquels La Fontaine finit par toucher dans les Fables, où la morale se trouve progressivement coude à coude avec la satire sociale et politique, la philosophie, la science ; à celui des lecteurs auxquels le poète s’y adresse, enfants si l’on veut, mais de tous les âges comme des deux sexes ; à celui des formes, puisque, d’édition en édition, La Fontaine pratique la fable de façon à y inclure, en miniature, de plus en plus de genres poétiques, dont l’épître, l’ode, l’idylle, le madrigal, et j’en passe, sans parler de l’épopée ou du conte dont il a déjà été question ici… Bref, c’est un véritable cheval de Troie que la fable telle que La Fontaine la met en œuvre, fruit d’une stratégie offensive, indirecte, d’expansion.

16Je reviens, en fin de compte, à la duplicité de La Fontaine, Homère de la France galante dans la mesure où il a été tantôt Ancien, tantôt Moderne ; où il a écrit Fables et Contes et y a maîtrisé la belle galanterie ainsi que la licencieuse ; où il a su employer un ensemble de stratégies galantes, offensives comme défensives, pour faire passer en douceur ces deux galanteries littéraires. Une fois de plus, ces galanteries n’étaient pas perçues à l’époque comme antinomiques, loin de là. Et La Fontaine savait brillamment les combiner : pense aux deux Contes de 1682, déjà mentionnés, qu’il a glissés dans les Fables de 1694 au moment de renier une dernière fois les Contes dans leur ensemble ; l’équivalent stratégique, si l’on peut dire, d’un nouveau cheval de Troie russe apparaissant en plein Moscou au beau milieu de son occupation napoléonienne…

17Par ton érudition enjouée, par la force de ton imagination, par ton exemple, tu nous as galamment aidés à voir tout cela. Je t’en remercie vivement.

18 Tibi,

19Richard

Notes

1 Charles-Augustin de Sainte-Beuve, Portraits littéraires, Gérald Antoine (éd.), Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1993, p. 563, citant Joseph Joubert, Pensées, Victor Giraud (éd.), Paris, Le Normant, 1838, p. 125.

2 Hippolyte Taine, Essai sur les Fables de La Fontaine, Paris, Vve Joubert, 1853.

3 Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008, p. 203-204.

4 Ibid., p. 213-214.

5 Ibid., p. 247.

6 Ibid., p. 256.

7 Épître à Huet, v. 38.

8 Roger Duchêne, Jean de La Fontaine, Paris, Fayard, 1990, p. 447 et p. 450.

9 Adrien Baillet, Jugements des savants sur les principaux ouvrages des auteurs [1685-1686], Paris, Motte, 1722, t. 5, p. 412-415.

10 A. Viala, La France galante, op. cit., p. 251.

Auteur

Oriel College, Oxford

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search