Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

III. « L’histoire littéraire sera globale, sociale, interactive, et osera courir sa chance d’être iconoclaste … ou ne sera pas »

Adhérer ?

Sophie Houdard

Texte intégral

  • 1 Alain Viala, Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, PUF, « Quadrige », 2005.
  • 2 Ibid., p. 33.
  • 3 Ibid., p. 40.

1Dans sa leçon inaugurale donnée à Oxford pour la Chaire de Lettres françaises (éditée ensuite aux PUF en 2005), Alain Viala a choisi la manière d’une « lettre à », pour éviter le ton convenu de la leçon. C’est donc une Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire qui est prononcée puis rédigée, comme Rousseau l’avait fait pour s’adresser au public avec sa Lettre à d’Alembert, mais ici pour discuter et surtout affirmer l’utilité des Lettres, leur nécessité et même leur nature « salutaire »1. Au détour d’une page, Viala en venait à désigner un « pouvoir » des Lettres, « pouvoir sans force contraignante, mais qui a pour lui la puissance de l’adhésion intime »2 et c’est de ce pouvoir qu’il discutait dans la suite de cette correspondance imaginaire avec Rousseau. Poursuivant sa réflexion, Viala mettait la notion d’intérêt au cœur de son analyse ; il y voyait le « fil de cet écheveau » car l’art agitant des objets artificiels (imités) qui donnent du plaisir nous attache au bien, mais parfois nous fait même complices des vicieux : chaque œuvre, suggérait Viala, « place l’intérêt » mal ou bien ; chaque œuvre produit, organise et met en route le « mouvement par quoi on porte attention et s’attache et s’investit en ce que l’on trouve important »3.

2Un peu plus loin, la chose se précisait :

  • 4 Ibid., p. 49.

Les Lettres et les arts participent, c’est acquis, du « lien social », de l’adhésion. « Adhésion », ce mot n’est peut-être pas très élégant, mais clair et précis, il désigne le processus par lequel « ça tient ensemble », par lequel les hommes attachent à quelque chose de l’attention, de l’importance, s’y attachent et par là s’attachent les uns aux autres, dans des valeurs communes.4

  • 5 Ibid., p. 50.
  • 6 Ibid., p. 66.
  • 7 Ibid., p. 79.

3Les arts, plus encore que les discours qui nourrissent les pratiques (discours politiques, religieux, philosophiques) et les disciplines, seraient selon Viala « voués » à construire de l’adhésion5. Il s’agissait, lors de cette leçon inaugurale à Oxford, de revendiquer un type d’enseignement des Lettres : une histoire sociale des pratiques et des faits littéraires. Et d’abord, insistait l’orateur, parce qu’un texte littéraire ne l’est que de façon aléatoire, instituée, discutée, sans l’être jamais de façon stable, ensuite parce qu’il dispose d’un pouvoir faible sans l’appareil de contrainte que l’on reconnaît à la loi ou à la dogmatique religieuse. Il affirmait que les « arts sont le domaine d’une adhésion subjective » qui fait que l’on agrée, que l’on y porte son intérêt, effet de l’art qui, irrésistiblement, entraîne, attache, par le ton, par le style. Mais ce qui fait des Lettres un art spécifique, c’est d’être choses écrites avec du langage, échappant à tout contrôle efficace et, par là même, à la (mauvaise ou fausse) question de la moralité, car l’art littéraire « est une pratique morale mais fondée sur une logique foncière amorale »6. De cette défense d’un art instablement institué, Viala en vient à celle de l’enseignement des Lettres pour apprendre librement aux individus à juger, « sans quoi, adhésion obligée ? »7. Alain Viala énonce alors quelques questions : comment un texte de fiction suscite-t-il l’intérêt ? Avec quel style, quel genre ? Comment l’auteur travaille-t-il ? Avec quelle posture ? Quelles sont les pratiques sociales de publication, leurs enjeux ? Quelle réception ? Quels lecteurs ? Comment, dans l’histoire, les classes sociales ont-elles adhéré à des valeurs, à des « images » ? Comment les arts ont-ils façonné des habitus collectifs ? Soit encore, en quoi la première Modernité a-t-elle favorisé une première autonomie des Lettres en ce temps de « querelles » ?

  • 8 Alain Viala, La Culture littéraire, PUF, 2009, « Licence Lettres », p. 40.

4Quelques années plus tard, Viala reviendra sur ces problèmes, pour observer, à l’intention des étudiants de licence, « un monde d’adhésions » dans ce qu’il voudrait être un « petit organon littéraire » : encore une fois, l’adhésion et (grâce à) l’intérêt, sont la structure du littéraire, maniant le plaire et organisant ainsi des « communautés capables de fonctionner »8.

  • 9 Voir les références copieuses aux travaux d’Alain Viala chez David Vrydaghs de l’université de Namu (...)
  • 10 « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, 1988, n° 70.
  • 11 Naissance de l’écrivain, Paris, Éd. de Minuit, 1985, p. 295.
  • 12 Ibid., p. 298.

5 On pourrait – j’aurais dû – reconstituer le trajet de l’adhésion chez Alain Viala comme fil rouge de l’écheveau du littéraire. Le manque de temps m’a obligée d’y renoncer. Au départ, j’avais pensé que le mot d’adhésion était récent dans ses travaux, mais il m’a fallu reconnaître que si le terme est particulièrement important à partir des années 19909, il est déjà présent explicitement ou pas dans le travail pionnier Naissance de l’écrivain en 1985 : la conclusion mettait en perspective l’autonomie croissante du premier champ littéraire (avec ses effets de prisme sur lesquels il reviendrait vite10) et sa « confiscation » par le pouvoir monarchique, double mouvement qui saisit selon Viala les littérateurs dans la logique d’une « consécration confisquée » à laquelle ces littérateurs ont donné leur « accord, tacite, voire actif, qu’ils aient été conscients ou non », le processus se jouant dans les images de l’écrivain auxquelles ils « adhèrent, consciemment ou non, en les tenant pour normales »11. La notion de « duplicité » sur laquelle se terminait le volume constituait une belle amorce des réflexions à venir sur l’adhésion (duplicité d’action dans le théâtre, jeux de langage, dissimulation) ou plutôt de « l’adhérer » (si l’on veut garder ici quelque chose de ce double mouvement), qui s’opère en s’accompagnant de zones équivoques, changements de camp, stratégies, et réflexivité, puisque la dénonciation de la duplicité est chez tous en ce XVIIe siècle, et surtout chez ceux-là même qui l’exercent. Viala pensait alors l’histoire de ce processus dans un vocabulaire emprunté à Pierre Bourdieu : « C’est dans les schèmes de pensée, les habitus incrustés dans la forma mentis qu’il faudra chercher les racines de ce type de comportement ; mais c’est dans les œuvres qu’il faut d’abord en observer les formes et significations »12.

  • 13 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabyle(...)
  • 14 Ibid.

6Viala avait alors en tête, outre l’habitus sociologique, l’idée personnelle d’une pragmatique littéraire qui ne concevrait pas l’adhésion comme une mécanique de montages préétablis (je cite ici Bourdieu13), ni – toujours pour citer Bourdieu – le retour du libre arbitre créateur ou l’intention consciente et délibérée de l’auteur, pour saisir les effets d’un habitus (cette loi immanente par exemple de la prime éducation) et d’une conjoncture14. Pour Viala, il s’agissait de saisir une conjoncture déterminante pour comprendre l’adhésion comme processus littéraire, celle de la Fronde et ses pratiques littéraires.

  • 15 Alain Viala, « L’éloquence galante, une problématique », dans Images de soi dans le discours. La co (...)
  • 16 « L’éloquence galante », op. cit., p. 178.

7C’est avec la galanterie, l’un des grands chantiers d’Alain Viala, que les logiques de l’adhésion vont être historicisées et observées dans les genres et les discours. Il a alors recours à la notion de « position » qui est reconnue par les acteurs sociaux comme bonne, et surtout comme « la seule qui vaille »15. Un article publié dans un volume consacré à l’argumentation et à la construction de l’éthos réfléchit à l’adhésion en passant par l’éloquence, non sans verser du côté de la croyance et de « l’irrationnel dans les comportements et les choix »16. Ce glissement est sans doute dû au fait que le volume dirigé par Ruth Amossy, dans lequel des spécialistes de l’argumentation et du discours intervenaient (Maingueneau, Adam, Sternberg), obligeait Viala à envisager l’adhésion comme une forme (même extrême) de l’argumentation discursive, ce qui l’a fait un peu paradoxalement glisser du côté de la catégorie – suspecte depuis Durkheim – de croyance. Adhérer, ce serait croire à, croire dans. Il y avait là un glissement étrange, peu explicable selon moi, puisque l’intérêt chez Viala était jusque-là un intérêt bien compris, une forme de plaisir économiquement situé, placé et rétribué socialement.

8Quoi qu’il en soit, la galanterie, comme esthétique théâtrale, littéraire et comme mode de comportement, était offerte, selon Viala, aux « parvenus » qui, après la Fronde, passaient dans le camp légitimiste et changeaient alors de position en adhérant à la « posture » qui légitimait cette « position » nouvelle. La galanterie était conçue dès lors comme l’ensemble des signes, des codes et des manières d’être corporels ou sociaux, qui montraient, plus qu’ils ne racontaient ou disaient, comment faire partie du groupe galant :

  • 17 Ibid., p. 184.

Le but des entretiens galants n’est pas d’obtenir l’adhésion à une opinion, ni d’attirer l’attention, mais de manifester qu’on fait partie du groupe galant, ou qu’on est digne d’y être intégré. Qu’on se fond dans ce milieu comme un caméléon, qu’on adhère.17

  • 18 Ibid., p. 194.

9Il y avait là tout un travail à venir sur l’adhésion comme dire et comme faire qui dissimule une argumentation (politique) derrière des remarques esthétiques, ce que Viala résumait clairement : « je pense que si l’adhésion transforme une position en prise de position, et de prise de position en “ça va de soi”, nos travaux sur les arts verbaux peuvent servir à désigner les enjeux masqués des arts de la parole »18.

  • 19 Georges Molinié, Alain Viala, Approches de la réception, Sémiostylistique et sociopoétique de Le Cl (...)

10La réflexion de Viala articulait depuis son premier travail sur la définition du champ littéraire la « position » tenue par les acteurs sociaux (ou les agents ?) de manière conflictuelle, interactionnelle et stratégique, en tâchant de tenir ensemble espace d’énonciation et espace institutionnel. C’est à cela qu’avait servi un travail passé sur Le Clézio mené avec G. Molinié19. La sociopoétique qu’encourageait Alain Viala essayait de conjuguer l’étude de l’énonciation et celle des groupes (le groupe galant des parvenus galants) qualifiés pour tenir une position de domination à partir d’un savoir-vivre en société (manières d’être, postures de distinction, esprit, manières de dire, hexis corporel) comme compensation à leurs faibles origines sociales et, surtout, à leur domestication effective dans le régime politique des faveurs.

  • 20 Ruth Amossy, « L’éthos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champ (...)

11Selon Ruth Amossy qui dirigeait le collectif cité plus haut sur l’argumentation et la construction de l’éthos, le champ de forces et de compétition qui s’exerce dans la logique de l’adhésion telle que Viala la concevait ne relevait pas d’une possible étude des discours, car « tout exercice de la parole est l’alibi d’un jeu qui se joue ailleurs »20. En insistant comme il le faisait dans son article, Viala montrait (et répondait) au contraire qu’il y a toujours une argumentation discursive serrée au XVIIe siècle pour dire qui est galant et qui ne l’est pas, ce qui produit le « mythe » d’une communauté de personnes de qualité que réunit un « je ne sais quoi », un ressenti. C’est alors « l’adhérer », processus social et discursif, qui fait la disposition et qui est en vérité le moyen d’occuper une position : on le voit, la sociopoétique envisagée par Viala se donnait les moyens de résister à la critique d’une sociologie qui ne reconnaîtrait pas l’efficacité langagière.

  • 21 Avril 1998, n° 20, p. 77-100.

12Dans quelques pages rapides d’un numéro des Cahiers du Centre de Recherches Historiques de l’EHESS consacré aux Miroirs de la Raison d’État21, Viala avait proposé « Quelques remarques sur l’adhésion » : il y envisageait la puissance du « simulacre » à produire de l’adhésion. Dans ce court texte, Viala réfléchissait aux moyens de faire croire, faire que « ça marche ». Il intervenait dans ces quelques pages en partant de la notion de sacré, d’un État sacralisé pour sortir de l’impasse des conflits confessionnels, mais sacralisation qui n’a jamais qu’un caractère opérationnel. En partant de ce constat, Alain Viala prenait au sens fort l’idée de la fabrication de cette Raison (d’État) comme volonté d’organisation du côté de ceux qui l’ont acceptée, qui y ont même adhéré. Et ce sont dès lors les fictions, les simulacres de preuve chez Naudé, ou les épopées qui auraient agi pour produire, selon Viala, de l’adhésion. Le simulacre et le croire, le sacré comme instrument politique fabriqueraient de l’adhésion.

13Cette logique demanderait à être prolongée, développée. Car il y a toujours un moment où le postulat de l’adhésion l’emporte, même si Viala ne confond évidemment pas le fait de croire et le fait que les textes écrivent qu’un personnage y croit. Il n’empêche. C’est encore une fois sur la part d’irrationnel et sur le mouvement affectif et émotif que se terminait l’article, ainsi que sur la « déraison » qui, selon l’auteur, « fait la force de la raison d’État ».

14Quelques propositions ou invitations en guise d’excuse pour finir ce qui n’a été hélas qu’esquissé.

  • 22 John Henry Newman, Grammaire de l’assentiment [1870], Marie-Martin Olive, O.P. (trad.), Paris / Bru (...)

15Invitation faite à Alain Viala pour qu’il reprenne le bâton de pèlerin et regarde la notion d’assentiment (Newman22) conditionnel ou inconditionnel ; saisir dans le processus d’adhésion (ce que j’ai appelé l’adhérer) des « actes d’adhérer » ou de l’adhésion en actes, et ouvrir à nouveau l’idée de l’adhésion comme factualité littéraire (adhérer comme « fait » et non comme croyance). Question : y a-t-il moyen de faire une étude des procédés d’adhésion, non du côté de ceux qui adhéreraient, mais du côté du faire adhérer (existe-t-il une théorie de l’adhésion au XVIIe siècle comme on a pu parler d’une théorie du faire croire au XIIIe siècle) ?

  • 23 Maximilien Van der Sand (Sandaeus), Pro Theologia mystica Clavis [Cologne, 1640], Reproduction anas (...)

16Invitation à voir si les travaux de l’anthropologie cognitive aident à penser l’adhésion en passant par la croyance comme forme spécifique de conception de ce qui est contre-intuitif ; voir comment les médiations du littéraire appuient une sociopoétique. Sans verser du côté d’une invérifiable intériorité, peut-on voir comment l’adhésion est performée ? Enfin, regarder le vocabulaire – Furetière, bien sûr, mais aussi les dictionnaires de spiritualité et la place centrale de l’adhæsio comme « attachement, réunion, conjonction » et de l’adhæsio mistica, cet attachement mystique « plus étroit que celui qui lie les époux et les amants, où l’homme s’abandonne pour l’amour de Dieu »23 : ce vocabulaire est davantage une injonction qu’une description quand les logiques de la raison s’imposent et qu’adhérer devient une affaire très importante.

Notes

1 Alain Viala, Lettre à Rousseau sur l’intérêt littéraire, PUF, « Quadrige », 2005.

2 Ibid., p. 33.

3 Ibid., p. 40.

4 Ibid., p. 49.

5 Ibid., p. 50.

6 Ibid., p. 66.

7 Ibid., p. 79.

8 Alain Viala, La Culture littéraire, PUF, 2009, « Licence Lettres », p. 40.

9 Voir les références copieuses aux travaux d’Alain Viala chez David Vrydaghs de l’université de Namur qui travaille sur ces logiques d’adhésion dans la fabrication des groupes en littérature (« La variation idéologique des systèmes d’adhésion. L’exemple du Traité du style de Louis Aragon », COnTEXTES, 2007, n° 2, en ligne) ou chez Hervé Serry (« Littérature et religion catholique (1880-1914). Contribution à une sociohistoire de la croyance », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2002, n° 87, p. 37-59) comme chez tous ceux qui, dans l’héritage de Bourdieu, travaillent une sociohistoire de la croyance.

10 « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, 1988, n° 70.

11 Naissance de l’écrivain, Paris, Éd. de Minuit, 1985, p. 295.

12 Ibid., p. 298.

13 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz, 1972, p. 178.

14 Ibid.

15 Alain Viala, « L’éloquence galante, une problématique », dans Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, Ruth Amossy (dir.), Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999, p. 199. Voir aussi Alain Viala, « Stylistique et sociologie : classe de postures », Revue belge de philosophie et d’histoire, 1993, t. 71, fasc. 3 (en ligne).

16 « L’éloquence galante », op. cit., p. 178.

17 Ibid., p. 184.

18 Ibid., p. 194.

19 Georges Molinié, Alain Viala, Approches de la réception, Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, 1993.

20 Ruth Amossy, « L’éthos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs », Images de soi, op. cit., p. 153.

21 Avril 1998, n° 20, p. 77-100.

22 John Henry Newman, Grammaire de l’assentiment [1870], Marie-Martin Olive, O.P. (trad.), Paris / Bruxelles, Desclée de Brouwer, 1975.

23 Maximilien Van der Sand (Sandaeus), Pro Theologia mystica Clavis [Cologne, 1640], Reproduction anastatique de la Bibliothèque SJ du Collège philosophique et théologique, Heverlee-Louvain, 1963, p. 50, entrée Adhæsio.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Formes et Idées de la Renaissance aux Lumières – GRIHL

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search