Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

III. « L’histoire littéraire sera globale, sociale, interactive, et osera courir sa chance d’être iconoclaste … ou ne sera pas »

Ainsi soit-elle : intellectuelle et toujours rebelle ?

Sandrine Aragon

Texte intégral

  • 1 Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le (...)
  • 2 Sandrine Aragon, Des liseuses en péril, images de lectrices dans les textes de fiction (1656-1856), (...)

1Commençant ma thèse sous la direction d’Alain Viala, j’essayais d’appréhender les représentations de lectrices dans les textes de fiction et de cerner leur évolution dans la littérature quand est sorti l’essai de Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception1. J’ai alors trouvé brillante leur proposition de mettre en parallèle la rhétorique classique de construction du discours et celle du lecteur. Pour comparer les représentations de lectrices, j’ai donc utilisé une grille de lecture appelée « la rhétorique de la lectrice », en référence à la « rhétorique du lecteur » proposée dans Approches de la réception, de façon à étudier à la fois les choix de lecture, les objectifs, les lieux, les méthodes et capacités de lecture et les conséquences que les auteurs attribuent à la lecture. Cette étude m’a permis de dessiner l’évolution des représentations sur trois siècles, du XVIIe au XIXe siècle2. Aujourd’hui, plus de vingt ans après, on ne peut que constater que certaines de ces images et des stéréotypes dont les femmes intellectuelles font l’objet ont la vie dure : ils persistent à travers les siècles, renaissent sous des formes différentes et perdurent jusqu’à nos jours.

2Quels sont donc ces stéréotypes, ces images qui reviennent régulièrement à propos des femmes lettrées et que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les médias ?

Au XVIIe siècle

3Au XVIe siècle, la querelle des femmes pose la question de l’éducation des femmes : faut-il apprendre à lire aux femmes ? Est-il bon de les instruire ? Elles sont encore très peu nombreuses à savoir lire et écrire et à participer à la vie littéraire et les figures d’intellectuelles sont encore peu représentées.

4Au XVIIe siècle, au milieu du siècle, le nombre de femmes instruites s’accroît, sous l’effet de deux causes : tout d’abord, la première grande vague d’alphabétisation féminine dans les villes. La Contre-réforme catholique, pour contrer la religion réformée, crée des groupes de religieuses enseignantes. Ensuite, la multiplication des salons au milieu du siècle donne l’occasion aux femmes de recevoir chez elles lettrés et artistes, de se former et de participer à des activités autour du livre.

5Le mouvement qu’on nomme la préciosité met la femme au cœur d’une réforme de la société, en faveur de plus de civilité et de galanterie dans les mœurs et le langage. Des dames prétendent s’occuper de bien parler, sélectionner les bons auteurs et les bons ouvrages.

6Immédiatement, des images fortes de « précieuses ridicules » envahissent la scène romanesque et la scène théâtrale et, entre 1656 et 1661, le personnage est à la mode. Ces femmes sont accusées de s’enticher de n’importe quel auteur ridicule sans le comprendre, d’avoir plus d’intérêt pour les ragots que pour les vrais ouvrages, de parler avec affectation, d’« être des façonnières », d’avoir des prétentions extraordinaires et de dominer les hommes, telles des amazones. Certaines caricatures de l’époque invitent à rectifier l’esprit de ces demoiselles des ruelles, avec Lustucru, celui qui, dans les caricatures de l’époque, rétablit les têtes dérangées de certaines. Ces images faisaient rire, au théâtre, même les instigatrices du mouvement précieux, car les pièces invitaient surtout à rire, bien sûr, des bourgeoises qui imitaient ces grandes dames, et non des plus célèbres salonnières.

7Cependant, ces images ridicules ont marqué les esprits féminins et on trouve ensuite, dans les ouvrages de la décennie suivante, des images de « lectrices sages et honnêtes » qui savent se taire, et parler avec le naturel et la modestie qui conviennent aux femmes. Mlle de Scudéry invite ses lectrices à être modérées dans leurs commentaires comme dans leurs essais d’écriture, afin de ne pas donner prétexte à rire des femmes. Dans La Critique de l’École des Femmes, Molière met lui aussi en scène un personnage de femme mesurée, Uranie, qui invite ses consœurs à être raisonnables. Ainsi, agiter ces épouvantails ridicules est bien parvenu à faire taire certaines femmes et à rectifier leurs comportements.

  • 3 Molière, Les Femmes Savantes, III, 2, Œuvres complètes, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, vol. 4, p. (...)

8Ces images évoluent, à la fin du XVIIe siècle, en deux types de lectrices. D’un côté, les représentations de personnages de « vierges folles », des jeunes filles qui lisent des romans et s’identifient totalement aux héroïnes (dans La Fausse Clélie de Subligny ou Javotte dans Le Roman bourgeois de Furetière). La femme qui lit des romans est décrite en termes médicaux, comme atteinte de folie, l’esprit dérangé par ses lectures. C’est le propre de jeunes filles qui découvrent la lecture en cachette et s’en trouvent « entêtées », l’esprit corrompu et empoisonné par la lecture. Parallèlement, parfois dans la même œuvre, des images de « femmes savantes » connaissent le succès : la femme savante se passionne pour les sciences (alors que les premiers cours scientifiques apparaissent à Paris et deviennent des sujets de discussions dans les salons) mais sans toutefois maîtriser ce dont elle parle. Elle prétend à des domaines savants sans éducation : philosophie, grammaire, droit… et entend rivaliser avec les plus grands. Philaminte déclare dans Les Femmes savantes de Molière : « Platon s’est au projet simplement arrêté, / Quand de sa république, il a fait le traité. / Mais à l’effet entier, je veux pousser l’idée »3. La femme savante est insupportable pour son époux et sa famille, par sa prétention et son goût du pouvoir. Appelée « virago », elle n’est autre qu’une rivale ridicule des hommes.

9Avec la Querelle des anciens et des modernes, des images opposées s’affrontent. Les anciens sont partisans d’une sphère qui exclut les femmes et mettent en valeur ces images ridicules issues d’une tradition misogyne chrétienne : c’est Ève qui, en mordant dans la pomme du savoir, entraîne la chute. En regard, les modernes valorisent l’entrée des femmes dans le lectorat et même dans le champ des auteurs, puisque des groupes de femmes écrivant des contes se créent, autour de Mlle Lhéritier notamment, la nièce de Charles Perrault. Quand on compare les images des contes écrits par des femmes et par des hommes, on constate d’ailleurs des différences dans les représentations : dans les écrits féminins, les fées prennent plus souvent leurs grimoires pour étudier des questions importantes et donnent plus d’importance au beau langage des demoiselles ainsi qu’à la lecture. C’est le début d’une lente évolution de l’image des femmes qui, dans les représentations du XVIIIe siècle, vont se trouver de plus en plus accompagnées de livres et dépourvues de ridicule.

La femme et le livre au XVIIIe siècle

  • 4 Samuel Auguste Tissot, Onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation [1760] (...)
  • 5 Voir l’étude de Jean-Marie Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lectrices et lecteurs (...)

10La mode des contes va profiter aux représentations de femmes lisant et accédant au savoir grâce au livre. Le motif va même connaître une fortune certaine dans les contes libertins qui se développent au début du XVIIIe siècle. La femme qui lit attire par la dimension secrète de ses pensées et devient un sujet érotique : dans les illustrations de contes libertins, ces demoiselles sont dépeintes lisant d’une main, l’autre occupée sous la robe. Les plaisirs de la petite oie, de l’onanisme féminin, à la lecture de contes licencieux sont au cœur de romans érotiques à succès tels que Thérèse philosophe. Les médecins, Tissot ou Bienville, expliquent que la lecture déclenche des fureurs utérines chez les femmes, aisément sujettes à la nymphomanie4. Mais les lecteurs aiment à s’introduire en observateur caché – derrière le trou de la serrure, dans l’intimité de la femme, dans ses lectures au lit – se dissimulant sous l’oreiller avec Crébillon ou dans l’introduction des Bijoux indiscrets de Diderot. Dans les images comme dans les textes, la femme qui lit au lit ne peut avoir que des pensées libertines : qu’elle lise un livre de morale ou de philosophie, elle est une femme prête à vivre tous ses fantasmes et à passer à l’acte sexuel5. La lecture féminine est souvent accompagnée par un homme, maître de lecture, qui guide l’éducation intellectuelle et sexuelle de la femme.

  • 6 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Paris, Garnier, 1960, Préface p. 4.
  • 7 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, livre cinquième, p (...)

11Au milieu du siècle, Rousseau suscite un bouleversement fondamental. Il reprend ce modèle de lectrice avec son maître de lecture dans Julie ou la Nouvelle Héloïse pour créer un personnage de jeune fille sage lectrice, une lectrice qui épouse l’homme choisi par son père et devient une mère, une amie et une épouse fidèle. Vivant entouré de femmes qui l’hébergent et le financent, Rousseau crée ce personnage de sage lectrice qui a un succès fou auprès des lectrices, en même temps qu’il multiplie les anathèmes misogynes. Il écrit en exergue du roman : « Jamais fille chaste n’a lu de roman »6. Et dans son traité L’Émile ou de l’Éducation, il donne pour femme à Émile Sophie, qui pour être l’épouse idéale doit être une terre non cultivée ; son mari choisira seul les connaissances à lui donner à l’âge adulte. Peu de lecture surtout car « toute fille lettrée restera fille toute sa vie tant qu’il n’y aura que des hommes censés sur la terre »7.

  • 8 Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne, La Paysanne pervertie [1784], Béatrice Didier (éd.), Paris, Garn (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Nicolas-Edme Restif de La Bretonne, Les Contemporaines ou aventures des plus jolies femmes de l’âge (...)

12Après lui, la collusion entre lectrice et libertine perdure, sous la plume de l’abbé Prévost, de Mirabeau ou de Laclos dans Les Liaisons dangereuses. Les femmes qui lisent ne sont plus toujours accompagnées d’un homme formateur : la marquise de Merteuil a fait son éducation dans les livres, sans aide masculine, en autodidacte. Ainsi, la femme n’a pas toujours besoin de l’homme pour la former et la nécessité d’une éducation féminine est le sujet d’un traité de Laclos, De l’Éducation des Femmes, où il reconnaît qu’il faut qu’elles aient quelques connaissances pour gérer famille et domaine. Les paradoxes de Rousseau restent présents dans les écrits d’auteurs, tel que Rétif de la Bretonne, qui condamne les « autrices » et fait dire à Gaudet, son personnage dans La Paysanne pervertie : « si je voyais à la promenade une jolie femme qui me plut infiniment, il suffirait de me dire : elle est autrice, elle a fait tel ou tel ouvrage, pour m’inspirer à son égard un dégoût si complet, qu’il irait jusqu’aux nausées »8. Être femme et écrire, c’est se ranger selon lui sous l’exemple de Sapho : « Je leur demande si elles souhaitent qu’on leur attribue les mœurs de cette lesbienne ? Toute femme qui se produit en public par sa plume est prête à s’y produire comme actrice, j’oserais dire comme courtisane »9. Pourtant, en même temps, dans Les Contemporaines10, il cite plus de vingt femmes qui voient ainsi leur nom introduit au panthéon des auteurs contemporains – et mieux vaut être condamnée pour « sortir de la modestie de son sexe », mais être citée et connue, que d’être ignorée de tous ; mieux vaut l’insulte que l’indifférence et le silence pour les femmes, peu reconnues et invitées à publier sous l’anonymat.

  • 11 Madame d’Épinay, Les Conversations d’Émilie [1773], Rosena Davison (éd.), Oxford, Oxford Voltaire F (...)
  • 12 Madame de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, [1782], Isabelle Brouart-Arends (éd (...)

13Paradoxalement, Rousseau va entraîner les femmes à écrire. Elles vont s’investir dans les romans pédagogiques ou les traités d’éducation, telles Mme d’Épinay ou Mme de Genlis. Ces dernières décrivent des mères attentives et dévouées à l’éducation de leurs filles et accordent beaucoup plus de savoir aux femmes que n’en donnait Rousseau. « Pour instruire, il faut être instruite », affirme Mme d’Épinay11 ; pour former des mères qui seront de bonnes éducatrices, il faut donc une bonne formation. Le programme tracé par Mme de Genlis dans Adèle et Théodore12 s’étend de 6 mois à 20 ans pour les deux sexes. Ces femmes vont remplacer le couple libertin constitué du maître de lecture et de la fille perdue, par celui de la mère attentionnée et de sa fille sage. On le retrouve dans la peinture, avec les sages lectrices de Fragonard (dans L’Étude) ou sous le pinceau d’Élisabeth Louise Vigée-Lebrun, qui se peint avec sa fille Julie.

14Ces femmes auteures de livres d’éducation vont accéder aux honneurs : Mme d’Épinay et Mme de Genlis sont en lice pour le prix Monthyon, qui récompense l’ouvrage le plus utile à la société et c’est Mme d’Épinay qui l’emporte ; parfois leurs rivalités les font s’affronter et elles ne sont pas toujours tendres entre elles. Mme de Genlis est la première femme à être gouverneur d’un prince (le futur Louis-Philippe) et pas seulement nourrice ou gouvernante de l’enfant, mais on l’accuse d’avoir obtenu ses fonctions parce qu’elle était la maitresse du duc de Chartres et d’être une Messaline éducatrice, même si elle est l’auteure d’un traité éducatif de 800 pages. Mme du Châtelet publie ses traductions de Newton ainsi que des essais qui gagnent des prix dans les académies scientifiques. Des femmes plus âgées, comme Mme du Deffand, lancent des piques sur son visage et ses tenues peu soignées. Les insultes faites aux femmes intellectuelles ne sont pas le monopole des hommes. Certains hommes soutiennent d’ailleurs ces femmes intelligentes et instruites : Voltaire partage la vie de Mme du Châtelet, Poullain de La Barre défend la nécessité de leur instruction.

15La fin du siècle et la Révolution voient s’épanouir des images positives de femmes libres qui apprennent seules à se diriger dans le champ social et réussissent durant la période révolutionnaire, dans les romans d’émigration notamment. La liberté permet à certaines de voyager, de s’instruire, de converser, et les oblige à prendre des initiatives. Mais cette période sera de courte durée, comme celle des femmes révolutionnaires engagées, qui seront vite invitées à retourner dans leur foyer pour tricoter plutôt que de fréquenter les assemblées politiques. Les intellectuelles les plus connues sont guillotinées, telles Olympe de Gouges ou Mme Roland.

Le XIXe siècle : la restauration de certaines images repoussoirs

16Avec la Restauration, on constate au XIXe siècle un fort retour des images négatives des femmes désirant se cultiver. Dès le début du siècle, les auteures décrivent les déboires de celles qui prétendent être instruites et raisonner. Le mal du siècle touche aussi les femmes, désabusées après la Révolution. Mme de Staël, dans Delphine puis Corinne, peint les difficultés des femmes qui ont de l’instruction et qui demeurent incomprises et enserrées dans les carcans des représentations idéales du beau sexe.

17Reviennent alors au premier plan des personnages de jeunes filles qui lisent beaucoup, comprennent leurs lectures désormais, mais pérorent dans les salons et sont rejetées de ce fait par les hommes, telle Mathilde de La Môle dans Le Rouge et le Noir ; Indiana, Valentine ou Lélia de George Sand témoignent des difficultés de femmes avec un peu de culture au début du siècle. Celles qui prétendent ainsi parler littérature sont désignées désormais sous le terme de « bas-bleu ». Le terme est d’abord positif, puis utilisé de façon négative comme « précieuse ». Les représentations reprennent d’ailleurs celles des précieuses ridicules, mais ce n’est plus pour rire d’elles, sauf dans quelques caricatures ; au XIXe siècle, on les condamne et on les abandonne au célibat.

  • 13 Balzac, Béatrix [1839], Paris, Gallimard, « Folio », 1979, p. 97. Pour illustrer la méchanceté ambi (...)

18De même reviennent les images de « femmes savantes ». Dans Le Secrétaire intime, George Sand peint une princesse au savoir immense, mais vivant isolée sans amour. Dans La Muse du département puis dans Béatrix, Balzac s’inspire de son amie George Sand et de ses émules. Camille Maupin dans Béatrix est une auteure à succès, condamnée à n’être pas aimée, à être « cette monstrueuse créature qui tenait de la sirène et de l’athée, formait une combinaison immorale de la femme et du philosophe »13. L’auteure brillante est exclue de la communauté des épouses désirables ; sa destinée est de rester seule. Les caricatures s’amusent des femmes qui prétendent à l’écriture : comment peuvent-elles se diviser entre tâches ménagères et travail lettré ? Ces femmes ne peuvent être de bonnes épouses. Celles qui prétendent parler littérature ou politique sont des monstres transgenres, telle George Sand qui ose porter le pantalon et fumer le cigare.

19Pourquoi cette montée de boucliers ? La seconde moitié du XIXe siècle voit l’avènement de la seconde vague d’alphabétisation féminine, qui touche les campagnes. Avec l’école publique, tout le monde va apprendre à lire, garçons et filles, et on constate une nette progression du lectorat féminin. Ce phénomène inquiète, ainsi que la montée de femmes qui se font un nom dans la sphère littéraire, comme George Sand, et qui créent des vocations. Le développement du roman au XIXe siècle est aussi un phénomène qui donne la part belle aux héroïnes féminines, et face à cela réapparaissent les images répulsives des stéréotypes négatifs.

20La jeune lectrice qui lit seule et se perd du fait de ses lectures, celle qui était baptisée « vierge folle » au XVIIe siècle, revient aussi sous la forme de personnages de lectrices du peuple perdues du fait de leurs lectures – Graziella de Lamartine ou la plus connue, Emma Bovary, dont le nom a donné par dérivation la création du « bovarysme », mode de lecture supposé typiquement féminin, avec identification au personnage et perte de réalité (alors même que Flaubert se serait écrié : « Madame Bovary, c’est moi »). La femme n’est pas faite pour les lectures savantes : elle ne peut lire qu’en s’imprégnant, car son imagination est faible, comme les médecins continuent de l’écrire. Les peintres s’en amusent comme les caricaturistes, tels Daumier et d’autres encore.

21Toutes ces images qui avaient disparu au XVIIIe siècle reviennent donc sous de nouvelles formes au XIXe siècle, alors même que les lectrices sont de plus en plus présentes en peinture, dans les tableaux des impressionnistes, en littérature, dans la société.

Et au XXe siècle ?

22Au début du XXe siècle, de grandes femmes sont célèbres. Mais comme au début du XVIIIe siècle, la femme lettrée et la femme libertine sont souvent associées. Les auteurs affectionnent les femmes fatales et héroïnes dangereuses, telle Salomé ou Cléopâtre, figures de la fin du siècle décadent. Face à ces images célèbres, les femmes auteures s’affichent sulfureuses. Il semble qu’elles adoptent le modèle qu’on leur a donné de l’intellectuelle. Rachilde ou Gyp règnent sur le milieu littéraire du début du siècle et s’habillent en homme (malgré l’interdiction du port du pantalon pour les femmes sans autorisation de la préfecture, interdiction qui n’a été levée qu’en 2013 !). Elles revendiquent une certaine virilité et refusent le sentimentalisme fleur bleue qu’on associait facilement aux écrits féminins. Colette se fait connaître par ses écrits à tendance libertine dans sa série des Claudine, et sa vie dissolue de bisexuelle ne remet pas en question son talent, mais l’association entre femme lettrée et sexualité débridée revient régulièrement sur le devant la scène.

23De Françoise Sagan à Pauline Réage, l’auteure de l’Histoire d’O, jusqu’aux auteures actuelles comme Catherine Millet ou Virginie Despentes, en passant par Marguerite Duras, des femmes auteures qui se sont fait connaître en affirmant une sexualité libre dont elles témoignent dans leurs œuvres sont nombreuses au XXe siècle. Et même si elles ont écrit bien d’autres choses, la collusion entre sexualité libre et écriture féminine reste prégnante. Au milieu du siècle, Simone de Beauvoir avec Le Deuxième Sexe produit une révolution féministe : elle affirme qu’une femme intellectuelle peut être heureuse en créant, sans avoir ni mari ni enfant, et elle revendique cette vie libre d’intellectuelle et de philosophe. Dès lors, plus de condamnation possible de l’auteure au célibat, plus d’anathème jeté sur la femme intellectuelle, puisqu’elle revendique elle-même cette position et privilégie des amours libres des deux sexes.

24Désormais, la capacité à accéder aux savoirs et à toutes les connaissances est reconnue. Au XXe siècle, les femmes sont devenues savantes, médecins, scientifiques, littéraires ; les auteures sont nombreuses et accèdent à de hauts postes, même si elles ne sont pas encore à égalité avec les hommes. Marguerite Yourcenar est la première femme à accéder à l’Académie française, en 1980 ; elles sont cinq aujourd’hui sur 40 académiciens. Des femmes ont obtenu des prix prestigieux, le prix Nobel, le prix Goncourt (12 femmes depuis la création en 1903, donc en 113 ans). Mais ce n’est pas sans combat et sans recul parfois. Le combat de Marguerite Durand, de Louise Michel ou d’Hubertine Auclerc au début du XXe siècle pour le droit de vote a mis plus de cinquante ans à aboutir. Le XXe siècle a connu de grandes avancées pour les femmes – droit à avoir un travail, ou un compte en banque sans l’accord du mari, droit au divorce (qui fut d’abord accordé, puis annulé, puis remis), droit au congé maternité, droit à disposer de son corps, droit à la pilule et à l’avortement – mais non sans vives tensions et insultes à l’encontre des hommes et des femmes qui ont mené ces combats politiques. Simone Veil, malgré tout le respect de son statut de déportée et de ministre, s’est ainsi vue sévèrement conspuée lors des débats sur la loi autorisant l’avortement en France. Édith Cresson a été la première femme à devenir premier ministre, mais son très court mandat (11 mois) a été ponctué de scènes misogynes à l’Assemblée, si bien que des députés de droite se sont levées pour la défendre et dire qu’elles n’avaient jamais vu tant d’acharnement et de mépris à l’égard d’une femme.

25Ainsi, si lors des deux grandes vagues d’alphabétisation féminine, aux XVIIe et XIXe siècles, on retrouve des figures semblables, précieuses et bas-bleu, femmes savantes, vierge folle et bovarysme, le XXe siècle a été, comme le XVIIIe, un siècle de progrès pour les femmes qui ont pu accéder à des fonctions nouvelles et prétendre à de plus en plus de savoir et de reconnaissance sociale. Mais non sans souffrir de nombreuses insultes et, souvent, de l’association entre accès à la culture et sexualité débridée.

26Mais l’insulte n’est peut-être pas le plus grave ; elle fait au moins parler du rôle des femmes et de leurs écrits. L’oubli et l’effacement sont, de longue date dans l’Histoire, une pire condamnation infligée aux femmes. Lorsqu’on trouve trace des insultes, on trouve trace des femmes. Or l’histoire a eu tendance à effacer le rôle de beaucoup de femmes célèbres en leur temps, à négliger les femmes dans les anthologies littéraires. Combien d’entre elles figurent ainsi dans le Lagarde et Michard ? Une minorité. Le travail des historiens et des critiques littéraires aujourd’hui est d’inscrire dans l’histoire littéraire ces femmes de lettres qui ont été oubliées parce qu’elles étaient femmes, de refuser l’image de la femme comme écrivain mineur, écrivant toujours avec l’aide un homme, épouse dont le travail est négligeable.

  • 14 Tweet du candidat Donald Trump, le 16 avril 2015. Effacé ensuite, mais resté célèbre sur la toile e (...)

27Pour cela il est important de réfléchir sur ces images dégradantes et de se méfier des stéréotypes : les jeunes lectrices s’identifiant sans réfléchir se retrouvent dans les blagues sexistes des blondes au petit cerveau incapables de lectures sérieuses ; les femmes qui parlent haut et fort sont toujours moquées comme des péronnelles ridicules ; les femmes qui prétendent au savoir sont toujours sans féminité, des femmes à lunettes, des hommes refoulés, qui veulent voler la primeur aux hommes. Ces discours qui paraissent d’un autre âge se font malheureusement toujours entendre quand des femmes prétendent aux plus hautes fonctions en ce début du XXIe siècle. Lors du débat Hillary Clinton-Donald Trump pour la présidence des États-Unis en 2015-2016, on a pu entendre des attaques telles que : « Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, comment peut-elle penser satisfaire l’Amérique ? »14. Face à des femmes de pouvoir, comme Angela Merkel en Europe, les caricatures n’ont de cesse de montrer la femme autoritaire maîtresse sexuelle ou la mère nourricière en Europe.

  • 15 Il suffit de demander à Google < Ségolène Royal caricatures > pour avoir un échantillonnage conséquent des clichés sexistes.
  • 16 Benoîte Groult, Ainsi soit-elle, Paris, Grasset, 2000, 4e de couverture.

28En France également, ces images traditionnelles résistent : face à la candidature de Ségolène Royal, les caricatures ont posé le problème (comme pour Bill Clinton) du second rôle attribué à son conjoint, montrant François Hollande relégué à la cuisine en tant que première dame15. Les rôles étaient inversés et c’était impossible ; ce fut finalement lui l’élu. Quand Marine Le Pen est candidate à la présidence, les caricatures jouent sur le physique de la femme candidate, la dessinant en miss France de façon ridicule (l’idéal de toute femme serait-il d’être élue pour son corps ?) ou en amazone, nouvelle Jeanne d’Arc prenant le costume de l’homme dès qu’elle prétend à de hautes fonctions. Le traitement des femmes qui prétendent accéder au pouvoir ou y accèdent n’est pas le même que celui des hommes. La sexualité et le corps de la femme sont souvent mis en avant, tout comme son rôle dans le foyer ou en tant que mère. Virago, péronnelle ou bas-bleu, la femme qui prétend accéder au savoir ou au pouvoir se heurte toujours à ces images d’amazone asexuée ou inversement de femme à la sexualité débridée. Doit-on les appeler des auteures, des autrices ou des autruches (comme l’a proposé la dessinatrice Florence Cestac) ? Même la féminisation du mot auteure peine à s’imposer. Mais les femmes intellectuelles savent en rire, et continuer à écrire, sans arrêter de défendre l’égalité des sexes, car rien n’est jamais acquis, comme l’a écrit Benoîte Groult : « À toutes celles qui vivent dans l’illusion que l’égalité est acquise et que l’histoire ne revient pas en arrière, je voudrais dire que rien n’est plus précaire que les droits des femmes »16.

Notes

1 Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, « Perspective littéraire », 1993.

2 Sandrine Aragon, Des liseuses en péril, images de lectrices dans les textes de fiction (1656-1856), Paris, H. Champion, 2003.

3 Molière, Les Femmes Savantes, III, 2, Œuvres complètes, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, vol. 4, p. 335.

4 Samuel Auguste Tissot, Onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation [1760], 3e éd. augmentée, Lausanne, Chapuis, 1764, et De la Santé des gens de lettres, Paris, Benoit Duplain libraire, 1758 ; et D. T. de Bienville, La Nymphomanie ou traité de la fureur utérine [1771], Amsterdam, Marc Michel Rey, 1778.

5 Voir l’étude de Jean-Marie Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lectrices et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1991.

6 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Paris, Garnier, 1960, Préface p. 4.

7 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, livre cinquième, p. 537.

8 Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne, La Paysanne pervertie [1784], Béatrice Didier (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, 1972, p. 354.

9 Ibid.

10 Nicolas-Edme Restif de La Bretonne, Les Contemporaines ou aventures des plus jolies femmes de l’âge présent [1780], Pierre Testud (éd.), Paris, H. Champion, t. 1 (nouvelles 1-27).

11 Madame d’Épinay, Les Conversations d’Émilie [1773], Rosena Davison (éd.), Oxford, Oxford Voltaire Foundation, 1996, douzième conversation, p. 238

12 Madame de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, [1782], Isabelle Brouart-Arends (éd.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

13 Balzac, Béatrix [1839], Paris, Gallimard, « Folio », 1979, p. 97. Pour illustrer la méchanceté ambiante, l’article de Luce Czyba, « George Sand et la caricature », Les Amis de George Sand, 1995, p. 5-21, est consultable sur le site : www.amisdegeorgesand.info/pdf/R1995- (16) ist.pdf, dernière consultation le 20 février 2018. On appréciera le contraste au total plein d’humour avec l’article de Claudine Puel sur « L’image de Sand dans les manuels scolaires », ibid., p. 28-31.

14 Tweet du candidat Donald Trump, le 16 avril 2015. Effacé ensuite, mais resté célèbre sur la toile et repris par de nombreux journaux pour dénoncer la misogynie de Donald Trump.

15 Il suffit de demander à Google < Ségolène Royal caricatures > pour avoir un échantillonnage conséquent des clichés sexistes.

16 Benoîte Groult, Ainsi soit-elle, Paris, Grasset, 2000, 4e de couverture.

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search