Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

III. « L’histoire littéraire sera globale, sociale, interactive, et osera courir sa chance d’être iconoclaste … ou ne sera pas »

Marie de Gournay et le Parnasse des Femmes

Helena Taylor

Texte intégral

1Ce recueil de Mélanges offerts à Alain Viala constitue un exemple d’hommage collectif, le rassemblement d’une communauté d’universitaires et d’artistes qui ont tous l’intention de célébrer une figure d’influence. Dans ce court chapitre, je voudrais étudier cette même notion d’hommage, mais dans un contexte différent et dans une optique autre : à travers plusieurs genres, dans une communauté lointaine et dans le but d’analyser comment une femme écrivaine, à qui nous reconnaissons une certaine influence aujourd’hui, est traitée à son époque. La communauté se compose d’écrivains de la deuxième moitié du XVIIe siècle ; les genres sont les vies et les catalogues ; et l’écrivaine est Marie de Gournay.

  • 1 A History of Women’s Political Thought in Europe, 1400-1700, Jacqueline Broad et Karen Green (dir.) (...)
  • 2 A History of Women Philosophers : Medieval, Renaissance and Enlightenment Women Philosophers, Mary (...)
  • 3 Madeleine de Scudéry, « Histoire de Sapho », dans Artamène ou le grand Cyrus [Paris, Courbé, 1649-5 (...)
  • 4 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle de ses origines jusqu (...)

2Bien qu’elle soit connue comme la « fille d’alliance » de Montaigne, dans des études récentes, Marie de Gournay est également érigée en figure d’influence dans l’histoire de la pensée des femmes européennes de l’époque moderne1. Dans la tradition anglo-saxonne, au moins, les critiques donnent tantôt plus d’importance à Mlle de Gournay qu’aux autres femmes de son époque, y compris Madeleine de Scudéry, tantôt autant. Marie de Gournay est souvent reconnue comme étant la représentante par excellence de la femme française intellectuelle de la première modernité2. Or, ce n’était pas tout à fait le cas à son époque. En analysant des catalogues et des vies et en privilégiant les écrits de Marguerite Buffet et Marie-Jeanne L’Héritier, nous allons interroger les raisons pour lesquelles Mlle de Gournay a été reçue de manière ambiguë par ses contemporains et par la génération suivante. Pour bien comprendre cette réception, il faut la contextualiser et l’analyser à la lumière de la construction de l’intellectuelle idéale par Madeleine de Scudéry dans son « Histoire de Sapho »3. Comment la femme moderne, telle que Marguerite Buffet ou Marie-Jeanne L’Héritier, éduquée par la galanterie et la politesse de Madeleine de Scudéry, traite-t-elle une femme de la génération précédente qui possède une idéologie différente ? Cette étude s’appuiera sur le travail novateur d’Alain Viala en ce qui concerne la galanterie et les querelles4. Ses méthodes nous aideront à comprendre pourquoi l’on ne témoignait pas à l’époque le même respect à Mlle de Gournay que celui que nous lui témoignons aujourd’hui !

  • 5 Voir Jean de La Forge, Le Cercle des femmes savantes, Paris, Loyson 1663 : Gournay est louée sous l (...)
  • 6 Marjorie Henry Isley, A Daughter of the Renaissance : Marie Le Jars de Gournay, her Life and Works, (...)
  • 7 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, Michel Jeanneret et Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard, (...)
  • 8 Ibid., p. 259.

3Il est difficile de parler de la réputation de Mlle de Gournay à son époque sans prêter attention au ridicule dont elle était la victime. Quoique certains biographes et éditeurs soulignent que Mlle de Gournay était tenue en haute estime – ce qui était sans doute le cas5 – la situation était un peu plus complexe : même ceux qui l’ont louée ont décrit Mlle de Gournay sous une figure de ridicule et ont perpétué cette représentation6. De toutes les femmes intellectuelles du siècle, Mlle de Gournay a subi le ridicule le plus violent ; seules les « précieuses », groupe vaste et parfois anonyme, ont été plus mal traitées. Tallemant des Réaux, qui n’épargne personne dans ses anecdotes satiriques, les Historiettes, dresse d’elle un portrait particulièrement acerbe. Il méprise sa production littéraire : « Elle savait faire et elle faisait des vers, mais méchants »7. Il raconte une farce dont elle fut victime : on lui fit croire que le Roi d’Angleterre voulait lire un récit de sa vie, récit qu’elle passa six semaines à écrire avant de se rendre compte du tour qu’on lui avait joué ; il se moque de la pension qu’elle a reçue (il note qu’elle avait besoin d’un supplément pour chaque chaton de son chat célèbre pour sa fidélité…) et de son apparence physique (« elle avait un râtelier de dents de loup marin »)8. Même les louanges enthousiastes sur son intelligence dans les écrits de Michel de Marolles et Pierre Bayle sont marquées par une reconnaissance de la dérision dont elle a souffert. Dans ses Mémoires, Marolles, un ami avoué de Mlle de Gournay, écrit :

  • 9 Michel de Marolles, Mémoires de Michel de Marolles, Paris, Sommaville, 1656, t. I, p. 58.

Cette bonne fille que j’ay tousjours beaucoup estimée, et que je visitois souvent en mon particulier, avoit l’ame candide et genereuse. Sa beauté estoit plus de l’esprit que du corps, et elle sçavoit force choses qui ne sont pas ordinaires aux personnes de son sexe. […] Ceux qui l’ont voulu railler, n’ont pas trouvé sujet de s’en glorifier, et plusieurs grands personnages luy ont donné des loüanges pendant sa vie, et apres sa mort, et entre-autres Michel de Montagne, Juste Lipse, les Cardinaux du Perron et de Richelieu, M. Cospean Evesque de Nantes, M. de la Rocheposai, Evesque de Poictiers, M. Seguier Chancelier de France et Mess. les Surintendans, qui ont tousjours eu soin de luy payer une pension assez mediocre.9

4Plus tard, il énumère plusieurs savants illustres qui lui rendaient visite (dont La Mothe Le Vayer, Habert, Colletet), mais néanmoins, il fait référence à la « raillerie » dont elle était l’objet.

  • 10 Cette approche est évidente dans Adrien Baillet, Jugement des savants sur les principaus ouvrages d (...)
  • 11 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, 4 vols, Amsterdam, Brunel/ Leiden, Luchtmans/ Th (...)

5De façon similaire, dans son Dictionnaire historique et critique, Pierre Bayle inclut une description, plus détaillée que celle de Marolles, du ridicule et de la moquerie qui ont poursuivi Mlle de Gournay. Une telle description fait partie de son article, ce qui montre que le ridicule dont Mlle de Gournay a été affublée était aussi important dans une évaluation de sa vie que ce qu’elle a accompli et écrit10. Bayle fait l’éloge de son intelligence, en la décrivant comme la « fille d’alliance de Michel de Montagne et célèbre par son savoir »11 ; à propos de l’édition des Essais de Montaigne qu’elle a fait publier, il écrit : « la préface qu’elle y ajoûta vaut la peine d’être lue ». Bayle poursuit en détaillant les critiques et les farces qui lui ont été faites. Il fait référence à « un trait fort desobligeant contre cette Demoiselle » qui est paru dans le Perroniana parce qu’elle voulait empêcher la publication d’un texte intitulé Le Remerciement des Beurrieres dans lequel elle est décrite comme une « femme qui a tousjours bien servi au public ». Selon le Perroniana, Peletier est censé avoir dit :

Je crois que le Lieutenant [Criminel à qui Gournay a fait sa requête] n’ordonnera pas qu’on la prenne au corps, il s’en trouveroit fort peu qui voudroient prendre cette peine ; et pour ce qui est dict qu’elle a servi le public, ça esté si particulièrement qu’on n’en parle que par conjecture, il faut seulement que pour faire croire le contraire, elle se fasse peindre devant son livre.

  • 12 Ibid. p. 586.

6Bayle juge que cette critique est mortellement offensante, car « la nature [a] hautement réparé en elle les défauts du visage par les perfections de l’esprit ». Il esquisse son conflit avec Gilles Ménage en ce qui concerne « les vieux mots » proscrits par l’Académie française ; et il continue de dénombrer de telles anecdotes méprisantes, par exemple il raconte deux petites histoires qui ont pour sujet les rapports entre Mlle de Gournay et le poète Racan : selon l’une, ils s’entendaient bien ; selon l’autre, ils s’entendaient mal, surtout à cause d’une (autre) farce qui lui a été faite. Deux hommes ont feint d’être Racan et ont rendu visite à Gournay l’un après l’autre, tout en sachant qu’elle attendait le vrai Racan : lorsque ce dernier finit par arriver, Mlle de Gournay, exaspérée (selon Bayle, « un peu bilieuse de son naturel »), l’a attaqué, « s’armant d’une de ses pantoufles »12.

  • 13 Pierre Coton, Lettre déclaratoire de la doctrine des Pères jésuites, Paris, C. Chappelet, 1610.
  • 14 Voir aussi L’Anticoton, ou refutation de la lettre declaratoire du Pere Coton. Livre où est prouvé (...)
  • 15 Pierre Bayle, Dictionnaire, op. cit., p. 586.

7L’article de Bayle est significatif parce qu’il révèle quelques raisons pour lesquelles Mlle de Gournay était si ridiculisée : elle se mêlait aux querelles ; sa nature était « bilieuse ». Premièrement, se mêler aux querelles provoque des réponses satiriques, critiques et parfois personnelles (cela fait partie des va-et-vient d’une querelle), ce qui est évident dans le cas du Remerciement des Beurrieres. Ce texte, dans lequel Mlle de Gournay est ridiculisée, fait partie d’une série de libelles contre les Jésuites (et surtout contre la défense des Jésuites par Pierre Coton)13, conséquence de l’assassinat d’Henri IV par Ravaillac, qui est censé avoir été « radicalisé » par certains écrits jésuites. Mlle de Gournay elle-même a écrit une défense de la Compagnie de Jésus, L’Adieu de l’Ame du Roy de France et de Navarre Henry le Grand, avec la defence des Peres Jesuistes (1610), ce qui peut expliquer qu’elle soit ensuite prise à partie dans des textes comme Le Remerciement des Beurrieres de Paris, Au Sieur de Courbouzon Montgommery (1610)14. Mais ce qui est plus compliqué encore est le fait d’être une femme querelleuse ; Bayle, il faut le noter, loue la prudence que Mlle de Gournay a montrée quand elle s’est abstenue de répondre aux contre-attaques, parce qu’« une personne de son sexe doit éviter soigneusement cette sorte de querelles »15. Et la question du genre sous-tend la critique du Remerciement des Beurrieres dans lequel Mlle de Gournay est décrite comme une femme « qui a tousjours bien servi au public ». Comme Michèle Fogel l’explique :

  • 16 Michèle Fogel, « “La Damoiselle de Gournay, qui a tousjours bien servi au public” », dans Les Femme (...)

l’Adieu est un discours traitant d’affaires publiques […]. Que son auteur soit une femme, il y a là une indécence très vite dénoncée comme telle : « la Damoiselle de Gournay qui a tousjours bien servi au public ». Une prostituée qui n’aurait de public que de ses relations sexuelles marchandes avec la multitude des particuliers, autre sens, récent et très minoré, du mot « public ».16

  • 17 La Requete des Dictionnaires, Paris, 1649 ; Menagiana, Paris, F. et P. Delaulne, 1693.

8La prise de parole publique, la prise de position dans des querelles, sont autant de domaines masculins ; une femme qui sert au public est, de façon plus ou moins explicite, « indécente ». Or, malgré de pareilles attaques, Mlle de Gournay n’était pas découragée : elle s’est lancée dans un autre débat en 1624 avec le Remerciement du Roy qui ouvre son édition des Essais de Montaigne. Cette fois il s’agit de questions poétiques et linguistiques : elle s’est engagée dans « l’affaire Ronsard » en défendant ce poète et en attaquant ce qu’elle voyait comme l’appauvrissement du vocabulaire et de la langue annoncé par le mouvement « puriste » de Malherbe. Cette intervention a suscité des réactions critiques de Guillaume Colletet et Gilles Ménage, comme Bayle l’a noté17.

  • 18 Pour une discussion des écrits polémiques de Mlle de Gournay avant 1610, voir Jean-Claude Arnould, (...)

9Ce n’était pas simplement l’investissement de Mlle de Gournay dans ces deux querelles spécifiques qui lui a valu sa réputation de « bilieuse », mais aussi le rôle qu’elle a joué dans une querelle de longue date, la querelle des femmes18. Ses arguments en faveur de l’égalité des femmes, surtout en ce qui concerne l’intellect et l’accès à la culture et aux savoirs, sont présentés en particulier dans deux textes, L’Égalité des hommes et des femmes (1622) et Grief des dames (1626), textes grâce auxquels Mlle de Gournay a gagné sa place dans l’histoire de la pensée féminine, voire féministe. Dans L’Égalité des hommes et des femmes, elle montre son propre savoir en évoquant une tradition de penseurs chrétiens et de philosophes qui ont eux aussi promu l’avancement des femmes :

  • 19 Marie de Gournay, Égalité des hommes et des femmes (1622), dans Égalité des hommes et des femmes ; (...)

Est-il besoing d’alleguer infinis autres anciens et modernes de nom illustre, ou parmy ces derniers, Erasme, Politien, Agripa, ny cet honneste et pertinent precepteur des courtisans : outre tant de fameux poëtes si contrepoinctez tous ensemble aux mespriseurs du sexe feminin, et si partisans de ses advantages, aptitude et disposition à tout office et tout exercice louable et digne ?19

  • 20 Marie de Gournay, Grief des dames, ibid., p. 66.

10Son ton est amer, acerbe, même satirique ; dans le Grief des Dames, elle méprise les hommes qui critiquent les ouvrages des femmes : « J’en ay cogneu qui mesprisoient absolument les œuvres des femmes, sans se daigner amuser à les lire pour sçavoir de quelle estoffe elles sont »20. Cette approche est renforcée dans son Apologie pour celle qui escrit qui constitue une défense beaucoup plus personnelle de sa décision de mener une vie intellectuelle et une justification de sa situation domestique ; son amertume envers ceux qui l’ont calomniée est évidente :

  • 21 Marie de Gournay, Les Advis ou les presens de la demoiselle de Gournay, Paris, T. du Bray, 1641, p. (...)

Pour le moins j’ay cet advantage que ceux qui m’ont bannie de leurs bonnes graces, soit par retraicte ou par querelle, comme ils ont apperceu ma mauvaise fortune, m’ont loüée sans fin et grandement, tandis que je l’ay peu cacher et m’ont longuement estudiée et recogneuë ; ma maison ayant tousjours esté pendant ce temps là fort frequentée et mon accez libre à chacun.21

  • 22 J.-C. Arnould, « Marie de Gournay polémique », op. cit., p. 237.
  • 23 Jonathan Patterson, « Marie de Gournay, Poetry and Gender : In Search of “La vraye douceur” », Seve (...)
  • 24 Voir Myriam Dufour-Maître, « Les Précieuses, de la guerre des sexes aux querelles du Parnasse : jal (...)

11À la fois dans sa façon d’argumenter et dans sa demande d’égalité entre les hommes et les femmes, Mlle de Gournay se sert d’une approche intransigeante et directe ; elle a un « goût pour la controverse »22. Comme le souligne Jonathan Patterson à propos de son style de traduction, elle privilégie une « forceful oratorical vehemence »23, ce qui est aussi manifeste dans ses écrits polémiques. Il faudra attendre jusqu’à la fin du siècle pour trouver des propositions aussi exigeantes, notamment dans les écrits de Poullain de la Barre et de Gabrielle Suchon24. Autrement dit, Mlle de Gournay ne cadre pas avec le discours conciliant et agréable qui serait prôné dans les années 1650 et 1660 par Madeleine de Scudéry et qui influencerait au moins une génération de femmes écrivaines. En tant qu’agitatrice franche, Mlle de Gournay s’éloigne de l’image idéale de la femme savante que Mlle de Scudéry dépeint dans son « Histoire de Sapho », écrite presque dix ans après la mort de Gournay ; selon Scudéry la femme intellectuelle doit être modeste, agréable, et ne pas trop montrer sa sagesse et sa culture :

  • 25 Madeleine de Scudéry, « Histoire de Sapho », dans Artamène, op. cit., p. 401.

En effet on peut sçavoir quelques Langues Estrangères ; on peut avouer qu’on a lu Homère, Hésiode, et les excellents Ouvrages de l’illustre Aristée, sans faire trop la sçavante : on peut mesme en dire son avis d’une maniere si modeste, et si peu affirmative, que sans choquer la bienséance de son sexe, on ne laisse pas de faire voir qu’on a de l’esprit, de la connoissance, et du jugement.25

  • 26 Ibid., p. 351.

12En revanche, le contre-modèle de Sapho, Damophile, bien qu’une « fausse savante », ce qui n’est pas le cas de Marie de Gournay, est néanmoins présentée comme une femme qui cherche à étaler sa culture et ses savoirs, qui ressemble sur ce point, peut-être, un peu à Mlle de Gournay : « De plus, Damophile non seulement parle en stile de Livre, mais elle parle mesme tousjours de Livres : et ne fait non plus de difficulté de citer les Autheurs les plus inconnus, en une conversation ordinaire, que si elle enseignoit publiquement dans quelque Academie celebre »26.

  • 27 Karen Green, « Women’s Writing and the Early Modern Genres Wars », Hypatia, 2013, n° 28, p. 499-515 (...)
  • 28 Voir Madeleine Alcover, « The indecency of knowledge », Rice University Studies, 1979, n° 64, p. 25 (...)
  • 29 Voir Alain Viala, « La Querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », Littératures Classiques, 2013, n° 8 (...)

13Les différences entre le « féminisme » de Mlle de Scudéry et celui de Mlle de Gournay ont été remarquées par des critiques et des historiens : Karen Green constate que les idéologies des deux femmes préfigurent les deux courants différents du féminisme du vingtième siècle ; Mlle de Scudéry annonce le féminisme de différence et Mlle de Gournay celui d’égalité27. Et il faut noter que le « féminisme » de Mlle de Scudéry a été remis en question, et nuancé, du fait qu’elle paraît céder aux angoisses des hommes dans certains de ses propres jugements sur la femme savante28. Pourtant, ce qui nous intéresse spécifiquement ici, et ce qui a été moins noté, est la différence discursive entre les deux femmes : Mlle de Gournay a préféré se battre dans le domaine masculin ; Mlle de Scudéry a défini un nouvel espace de l’influence féminine. Il est non seulement question de ce qui constitue une femme savante ou intellectuelle, mais aussi de comment se comporter et comment se quereller en tant que telle. Une mondaine, qui s’inspire de la galanterie, ne se querelle que de façon « agréable », c’est-à-dire, de façon modérée et équilibrée, ayant recours à une présentation des deux côtés du débat (en témoigne l’exposition dialogique dans le Parallèle de Perrault, partisan lui aussi de la galanterie)29.

14Cette différence semble déterminer en partie la représentation divergente de Mlle de Scudéry et de Mlle de Gournay dans les catalogues écrits par les femmes dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle. Je me propose d’en analyser trois : Les Éloges des Illustres savantes qui constitue la deuxième partie des Nouvelles observations sur la langue française (1668) de Marguerite Buffet ; et deux textes de Marie-Jeanne l’Héritier, Le Parnasse reconnaissant (1694) et L’Apothéose de Mademoiselle de Scudéry (1711). Marguerite Buffet fait l’éloge de Gournay dans une partie de son texte qui s’intitule « Éloges de quelques illustres sçavantes des siecles passez » :

  • 30 Marguerite Buffet, Nouvelles observations sur la langue françoise, Paris, Cussons, 1668, p. 291-293

Mademoiselle de Gournay dont la reputation a brillé par toute l’Europe. Cette sçavante fille a sacrifié le plus beau de la vie à l’étude des belles lettres où elle passoit les jours et les nuits. Elle a fort sçavamment écrit en prose et en vers. Les plus grands et les plus doctes du Royaume l’ont infiniment estimée. M. de la Montagne qui estoit un des rares esprits de son temps, reconnoissoit en elle de si éminentes vertus qu’ils l’appelloit sa fille d’alliance. On peut dire que cette illustre fille n’ignoroit rien de ce qui fait les hommes sçavants. Elle conferoit souvent par lettres avec plusieurs Cardinaux, Evêques, et hommes doctes, non seulement de France, d’Alemagne, de Holande qui en parlent tous avec eloges dans leurs écrits. Apres son deceds on a trouvé plusieurs lettres qui luy ont esté écrites par plusieurs Cardinaux, Evêques et de plusieurs personnes de tres-haute qualité, dont les Originaux sont entre les mains de Monsieur de La Mothe Le Vayer, Historiographe du Roy qu’elle fit executeur de son testament.30

  • 31 Ibid., p. 245.
  • 32 Isabelle Ducharme, « Une formule discursive au féminin : Marguerite Buffet et la Querelle des femme (...)
  • 33 I. Ducharme, op. cit., p. 147.

15Ces louanges sont manifestement enthousiastes : Mlle de Gournay est décrite comme une « scavante fille » sans référence au ridicule qu’elle a subi (à la différence des commentaires de Bayle et Marolles). Mais pourquoi est-elle mise avec les femmes des « siecles passez » ? Marie de Gournay, née en 1565 et morte en 1645, est à cheval sur les deux siècles. Ce classement démontre-t-il qu’il y a quelque chose de démodé, de vieux jeu, dans ses écrits ? En effet, cet éloge de Mlle de Gournay est modéré par rapport à ce que Marguerite Buffet dit de Mlle de Scudéry ; c’est Mlle de Scudéry qui représente la femme savante moderne par excellence : « nous trouverons en la Sapho de nos jours, l’incomparable Mademoiselle de Scudéry, plus de science, de doctrine, et d’esprit que dans la Sapho des Grecs tant vantée de l’antiquité »31. Le bon usage de la langue, surtout pour les femmes, l’importance de la conversation et le français parlé que préconise le texte de M. Buffet correspondent aux idées présentes dans les écrits de Mlle de Scudéry. Comme l’ont noté les critiques Beasley et Ducharme, Marguerite Buffet promouvait une esthétique « mondaine » et même « moderne » qui exalte l’influence féminine sur les manières et le comportement et qui valorise la culture parlée et écrite des salons32. Isabelle Ducharme souligne aussi que Marguerite Buffet prête plus d’attention aux femmes de son propre milieu et de sa propre génération : il n’est peut-être pas étonnant, alors, que Mlle de Scudéry reçoive de telles louanges33. Cependant sa description de Mlle de Gournay montre que celle-ci est écartée, éloignée, à tel point qu’elle est classée dans une époque différente.

  • 34 Marie-Jeanne L’Héritier, Le Triomphe de Madame Des-Houlières, receue dixième muse au Parnasse, Pari (...)

16Dans les deux textes de Marie-Jeanne L’Héritier, l’attention prêtée à Mlle de Gournay est encore plus tempérée. Dans Le Parnasse reconnaissant, qui honore la mort d’Antoinette Deshoulières et qui est dédié à Madeleine de Scudéry, après un bref catalogue de femmes anciennes, Marie-Jeanne L’Héritier décrit des femmes illustres modernes, représentées sur le bas relief d’un arc de triomphe. La liste se compose de « Pizan, les deux fameuses Des-Roches, la docte Schurman, la Princesse Palatine [Élisabeth de Bohême], celle de Rohan [Mme de Malnoüe], Arténice [Mme de Rambouillet], Julie [Julie d’Angennes], La Suze, Ville-Dieu, Cornaro [Elena Lucrezia Cornaro Piscopia] et beaucoup d’autres » : Mlle de Gournay est absente34. La nature étendue de cette liste qui inclut les femmes d’autrefois et d’ailleurs rend son absence plus remarquable : cette absence ne s’explique pas par une attention privilégiée aux amies proches de l’auteur.

  • 35 Marie-Jeanne L’Héritier, L’Apothéose de Mademoiselle de Scudéry, Paris, Moreau, 1711, p. 42-43.
  • 36 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux (...)
  • 37 M.-J. L’Héritier, op. cit., p. 43.
  • 38 Ibid., p. 43-44.

17L’Apothéose de Mademoiselle de Scudéry comprend un autre catalogue de femmes illustres. Dans ce cas, les femmes participent à un cortège qui fête l’entrée de Mlle de Scudéry au Parnasse ; elles sont rassemblées dans différents chars, dont deux sont dédiés aux femmes anciennes et cinq aux femmes modernes. Mlle de Gournay est évoquée dans ce texte ; elle est dans le premier char des modernes, derrière un char qui porte les femmes de la haute antiquité : la Reine Zénobie, Athénaïs, Pulchérie et Anne Comnène. Dans le char de Marie de Gournay se trouvent aussi Christine de Pizan et la Comtesse Béatrice de Die : « Un autre Char qui ne renfermoit que trois personnes, étoit rempli de la tendre Comtesse de Die, de la laborieuse Pisan et de la singulière Gournay »35. Il est remarquable que Gournay ne soit pas placée avec les femmes de son temps, mais avec deux femmes médiévales. L’épithète, « singulière », est certainement employée ici comme une louange (tout comme sa compagnie illustre) – cela veut dire « unique » ou bien « hors de comparaison ». Mais « singulier » peut aussi signifier « seul » ou « qui est à part »36, ce qui suggère la place ambivalente de Gournay par rapport aux femmes de son temps. Les femmes rassemblées dans les quatre autres chars correspondent en partie à des amies et à des contemporaines de Marie-Jeanne L’Héritier, mais tout comme dans Le Parnasse reconnaissant, s’y mêlent des femmes du siècle précédent et des femmes étrangères, ce qui rend la séparation de Mlle de Gournay et sa réunion avec deux femmes d’une époque toute différente encore plus intéressante. Un char porte « les deux Marguerites Reines de Navarre, la sçavante Christine Reine de Suede, et la docte Princesse Elisabeth Palatine […] quatre sçavantes d’un rang plus suprême »37 ; et les éloges les plus ardents sont réservés pour le char qui contient les contemporaines de l’auteure : « l’illustre » Madame Deshoulières, la « célèbre » Madame de Villedieu, la « sçavante » Mademoiselle de La Vigne et la « tendre et gracieuse » Comtesse de La Suze. Marie-Jeanne L’Héritier écrit : « Mais que le Char pompeux qui suivoit ce petit char modeste étoit bien rempli, [… elles] y paroissoient avec éclat et sembloient laisser lire dans leur air cette promesse inviolable que le Destin leur a fait de la durée éternelle de leur nom et de leur gloire »38.

  • 39 Je nuance l’assertion de Colette Winn qui constate que « lorsqu’une femme prend la parole pour défe (...)

18Dans les trois exemples analysés ici, Mlle de Gournay, bien que louée, ne reçoit pas les éloges qu’on aurait attendus étant donné le statut qu’elle a gagné dans l’histoire de la pensée féminine. Ce n’est pas simplement à cause de son âge et du fait qu’elle vient d’une génération différente, même si Marguerite Buffet et Marie-Jeanne L’Héritier montrent une préférence pour les femmes de leurs propres milieux. Je propose d’expliquer ce phénomène par une raison apparentée : Mlle de Gournay n’était pas galante, mondaine ; elle ne se comportait pas de façon modérée. Bien que Marguerite Buffet et Marie-Jeanne L’Héritier se mêlent aux querelles dans leurs textes, et malgré certaines différences qui distinguent leurs approches de celle de Mlle de Scudéry, toutes les deux néanmoins se servent d’un ton qui est un peu plus agréable, moins direct que celui de Mlle de Gournay. Cette forme de légèreté souligne le rapport complexe entre le genre et les querelles, un rapport qui est rendu encore plus tendu par l’esthétique galante. Une telle analyse souligne aussi l’importance d’une méthodologie endogène, une méthodologie prônée par Viala, qui nuance l’idée selon laquelle les allégeances ne se construisent qu’autour du sexe39, et indique que le goût et le partage de mœurs sont également importants.

Notes

1 A History of Women’s Political Thought in Europe, 1400-1700, Jacqueline Broad et Karen Green (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 110-140.

2 A History of Women Philosophers : Medieval, Renaissance and Enlightenment Women Philosophers, Mary Ellen Waithe (éd.), London, Springer, 1989 ; The Neglected Canon : Nine Women Philosophers, First to the Twentieth Century, Therese Boos Dykeman (dir.), London, Springer, 1999 ; Leah L. Chang, Into Print : The Production of Female Authorship in Early Modern France, Newark, University of Delaware Press, 2009 ; Perspectives on Feminist Thought in European History : from the Middle Ages to the Present, Tjitske Akkerman et Siep Stuurman (dir.), London, Routledge, 1998.

3 Madeleine de Scudéry, « Histoire de Sapho », dans Artamène ou le grand Cyrus [Paris, Courbé, 1649-53, 10 vol.], Claude Bourqui (éd.), Paris, Flammarion, 2005, p. 444-488.

4 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008 ; Alain Viala, « La Querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », Littératures Classiques, 2013, n° 81, Le Temps des querelles, Jeanne-Marie Hostiou et Alain Viala (dir.), p. 91-106 ; Alain Viala, « Querelles galantes », Seventeenth-Century French Studies, 2007, n° 29, p. 9-18.

5 Voir Jean de La Forge, Le Cercle des femmes savantes, Paris, Loyson 1663 : Gournay est louée sous le nom de « Germinie », (n.p.).

6 Marjorie Henry Isley, A Daughter of the Renaissance : Marie Le Jars de Gournay, her Life and Works, The Hague, Mouton and Co., 1963 ; Marie Le Jars de Gournay, Apology for the Woman Writing and Other Works, Richard Hillman and Colette Quesnel (trad. et éd.), Chicago, Chicago University Press, 2003.

7 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, Michel Jeanneret et Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard, 2003, p. 257.

8 Ibid., p. 259.

9 Michel de Marolles, Mémoires de Michel de Marolles, Paris, Sommaville, 1656, t. I, p. 58.

10 Cette approche est évidente dans Adrien Baillet, Jugement des savants sur les principaus ouvrages des auteurs, Paris, Moette, 1722, t. II, p. 654 ; t. III, p. 122 ; t. V, p. 457 ; t. VII, p. 84.

11 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, 4 vols, Amsterdam, Brunel/ Leiden, Luchtmans/ The Hague, Gosse/ Utrecht, Neaulme, 1740, 4 vol., t. II, p. 585-587.

12 Ibid. p. 586.

13 Pierre Coton, Lettre déclaratoire de la doctrine des Pères jésuites, Paris, C. Chappelet, 1610.

14 Voir aussi L’Anticoton, ou refutation de la lettre declaratoire du Pere Coton. Livre où est prouvé que les Jesuites sont coulpables et autheurs du parricide execrable commis en la personne du Roy tres-Chrestien Henry IIII d’heureuse memoire 1610.

15 Pierre Bayle, Dictionnaire, op. cit., p. 586.

16 Michèle Fogel, « “La Damoiselle de Gournay, qui a tousjours bien servi au public” », dans Les Femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould (éd.), Mont Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 205-217, ici p. 214.

17 La Requete des Dictionnaires, Paris, 1649 ; Menagiana, Paris, F. et P. Delaulne, 1693.

18 Pour une discussion des écrits polémiques de Mlle de Gournay avant 1610, voir Jean-Claude Arnould, « Marie de Gournay polémique », Littératures classiques, 2006, n° 59, p. 237-250.

19 Marie de Gournay, Égalité des hommes et des femmes (1622), dans Égalité des hommes et des femmes ; Grief des dames, suivi du Proumenoir de Monsieur de Montagne, Constant Venesoen (éd.), Genève, Droz, 1993, p. 46.

20 Marie de Gournay, Grief des dames, ibid., p. 66.

21 Marie de Gournay, Les Advis ou les presens de la demoiselle de Gournay, Paris, T. du Bray, 1641, p. 595.

22 J.-C. Arnould, « Marie de Gournay polémique », op. cit., p. 237.

23 Jonathan Patterson, « Marie de Gournay, Poetry and Gender : In Search of “La vraye douceur” », Seventeenth-Century French Studies, 2010, n° 32, p. 206-20, ici p. 209.

24 Voir Myriam Dufour-Maître, « Les Précieuses, de la guerre des sexes aux querelles du Parnasse : jalons d’une polémique empêchée », Littératures Classiques, 2006, n° 59, p. 251-63, ici p. 258.

25 Madeleine de Scudéry, « Histoire de Sapho », dans Artamène, op. cit., p. 401.

26 Ibid., p. 351.

27 Karen Green, « Women’s Writing and the Early Modern Genres Wars », Hypatia, 2013, n° 28, p. 499-515, ici p. 504.

28 Voir Madeleine Alcover, « The indecency of knowledge », Rice University Studies, 1979, n° 64, p. 25-39, ici p. 28 ; Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture sous l’ancien régime, Paris, Champion, 1993, p. 331 ; Lewis C. Seifert, Manning the Margins : Masculinity and Writing in Seventeenth-Century France, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2009, p. 89 ; Domna C. Stanton, The Dynamics of Gender in Early Modern France : Women Writ, Women Writing, Farnham Ashgate, 2014, p. 98.

29 Voir Alain Viala, « La Querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », Littératures Classiques, 2013, n° 81, Le Temps des querelles, Jeanne-Marie Hostiou et Alain Viala (dir.), p. 91- 106 ; Marine Roussillon, « “Agréables différends” : L’esthétique galante de la querelle dans deux dialogues de Jean Chapelain et Jean-François Sarasin », ibid., p. 51-62.

30 Marguerite Buffet, Nouvelles observations sur la langue françoise, Paris, Cussons, 1668, p. 291-293.

31 Ibid., p. 245.

32 Isabelle Ducharme, « Une formule discursive au féminin : Marguerite Buffet et la Querelle des femmes », Papers on French Seventeenth Century Literature, 2003, n° 58, p. 131-155 ; Faith E. Beasley, « Marguerite Buffet et la sagesse mondaine », dans Actes de VIrginia, John D. Lyons (éd.), Tübingen, G. Narr, « Biblio 17 », 2003, p. 227-235.

33 I. Ducharme, op. cit., p. 147.

34 Marie-Jeanne L’Héritier, Le Triomphe de Madame Des-Houlières, receue dixième muse au Parnasse, Paris, Mazuel, 1694. La version utilisée ici est Le Parnasse reconnoissant ou Le triomphe de Madame Des-Houlières. À Mademoiselle de Scuderi, dans Œuvres mêlées de Mlle L’H***, Paris, Guignard, 1696, p. 404-424, ici p. 419.

35 Marie-Jeanne L’Héritier, L’Apothéose de Mademoiselle de Scudéry, Paris, Moreau, 1711, p. 42-43.

36 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, The Hague, A. et R. Leers, 1690.

37 M.-J. L’Héritier, op. cit., p. 43.

38 Ibid., p. 43-44.

39 Je nuance l’assertion de Colette Winn qui constate que « lorsqu’une femme prend la parole pour défendre le droit de la femme au savoir, c’est au nom de toutes les femmes qu’elle parle » (Colette Winn, « Les femmes et la rhétorique de combat : argumentation et (auto) référentialité », dans Femmes savantes, savoirs des femmes : du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Colette Nativel (dir.), Genève, Droz, 1999, p. 39-50, ici p. 39).

Auteur

Université d’Exeter

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search