Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

III. « L’histoire littéraire sera globale, sociale, interactive, et osera courir sa chance d’être iconoclaste … ou ne sera pas »

Un Parnasse inaccessible. La non-participation des écrivaines aux académies (XVIIe-XXe siècle)

Nathalie Grande

Texte intégral

1C’est le 21 janvier 1981, soit près de 350 ans après la fondation de l’Académie française, qu’une femme fut pour la première fois admise sous la coupole ; et elle prit la précaution de ne pas y entrer seule :

  • 1 Marguerite Yourcenar, Discours de réception à l’Académie française, Paris, Gallimard, 1981. Disponi (...)

Ce moi incertain et flottant, cette entité dont j’ai contesté moi-même l’existence, et que je ne sens vraiment délimité que par les quelques ouvrages qu’il m’est arrivé d’écrire, le voici, tel qu’il est, entouré, accompagné d’une troupe invisible de femmes qui auraient dû, peut-être, recevoir beaucoup plus tôt cet honneur, au point que je suis tentée de m’effacer pour laisser passer leurs ombres.1

  • 2 Ibid.

2On peut observer que le ton adopté n’a rien de revendicatif ou de polémique, et cette attitude est confirmée par la suite du discours où Marguerite Yourcenar, la première académicienne, explique qu’« on ne peut […] prétendre que dans cette société française si imprégnée d’influences féminines, l’Académie ait été particulièrement misogyne ; elle s’est simplement conformée aux usages qui volontiers plaçaient la femme sur un piédestal, mais ne permettaient pas encore de lui avancer officiellement un fauteuil »2.

  • 3 C’est nous qui soulignons.
  • 4 D’ailleurs la candidature de Marguerite Yourcenar n’a pas été la première candidature féminine, et (...)

3De fait, Yourcenar n’avait pas tort : l’exclusion des femmes de l’Académie française vient d’une tradition, et non d’une exclusion explicite. Les lettres patentes de 1635 prévoyaient en effet que le nombre d’académiciens fût « limité à quarante personnes »3, et rien n’interdisait explicitement d’élire une femme4. Rien, sauf la tradition, l’usage, qui n’est pas seulement le « souverain des langues » selon la fameuse formule de Vaugelas, académicien de la première heure, mais plus encore un souverain universel. Hélène Carrère d’Encausse, autre académicienne (élue en 1990), le faisait aussi remarquer :

  • 5 Hélène Carrère d’Encausse, « Des femmes à l’Académie française ? » discours du 6 décembre 2012, htt (...)

Son conservatisme [de l’Académie] en ce domaine peut être attribué avant tout à une tradition qui, en France, excluait les femmes des fonctions électives dès lors que le droit écrit ne stipulait pas le contraire. Dans le silence de ses statuts qui n’évoquaient pas les femmes, l’Académie a suivi l’usage général.5

  • 6 Pour mémoire, on peut rappeler l’argument de Claude Lévi-Strauss contre la candidature de Marguerit (...)

4En ce sens, l’Académie française a donc suivi le mouvement global de la société, qui excluait les femmes de la sphère publique, des emplois, des titres, des statuts officiels, reléguant leurs talents et leurs compétences à la sphère du privé. Rien de vraiment scandaleux donc, sauf peut-être une résistance plus longue que d’autres corps sociaux, là où on aurait pu espérer que des esprits qu’on suppose grands témoignassent d’une audace au-delà des contingences de l’usage6. Pourtant, si l’usage de l’exclusion s’est longtemps imposé, certains éléments historiques viennent perturber la ligne claire de cette lecture rétrospective, et ce sont ces éléments discordants, qui montrent que l’usage participe d’une construction plus polémique qu’il n’y paraît parfois, que notre réflexion veut mettre en évidence.

  • 7 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Éd. de Minuit, 1985, p. 16.
  • 8 Dans son Discours au Roy sur l’établissement d’une seconde académie (section X, Paris, 1664), D’Aub (...)
  • 9 Giulia Savelli, mère de Mme de Rambouillet, est la « descendante d’une des plus importantes famille (...)
  • 10 A. Viala en a dénombré plus de soixante-dix au cours du XVIIe siècle (op. cit., p. 17).
  • 11 Ibid., p. 18.

5Première remarque, le mouvement académique naît « de cercles privés : [les académies] naissent d’une dynamique interne du milieu cultivé et non d’une volonté venue “d’en haut” »7. À cet égard, les « compagnies » lettrées et savantes qui se réunissaient n’excluaient pas a priori les femmes, à tel point que ce sont même parfois autour de certaines femmes et chez elles que les cercles se réunissaient8. Et on sait que les modèles du XVIe siècle autorisaient la présence féminine : la maréchale de Retz fut invitée à l’Académie du Palais fondée par Baïf en 1570, première des académies françaises. Pourtant cette mixité (toute relative) ne se comprend qu’à l’abri du flou linguistique du terme et de la chose académique : si l’on consulte le premier Dictionnaire de l’Académie (1694), le mot désigne « selon l’usage de la langue française […] une assemblée de quelques personnes qui font profession des belles lettres, des sciences, ou des beaux-arts ». Le terme ne désignant pendant longtemps que ces assemblées de beaux esprits, il entretenait une proximité de fait avec les réunions des salons auxquels certaines hôtesses donnaient une tournure et une ambition volontairement savante ou lettrée, comme c’était le cas par exemple chez la marquise de Rambouillet que son ascendance italienne avait prédisposée à ce genre de pratique9. Cependant l’essor des académies au XVIIe siècle10 s’est accompagné d’une spécialisation du terme parallèle à la codification grandissante des pratiques académiques. Or les critères qui vont distinguer les académies des cercles lettrés, tels qu’Alain Viala les a définis11, tendent à exclure les femmes : au fil du siècle, les académies deviennent des réunions réservées à des spécialistes aux compétences reconnues par leurs pairs, d’où une sélection pour intégrer une académie. De plus, elles s’orientent vers le travail, certes sous forme de discussions et de réflexions collectives, mais loin tout de même du loisir lettré propre à l’univers mondain : elles fondent leur légitimité pour réglementer, énoncer des normes, proscrire des formes, codifier des usages, sur la garantie d’un savoir propre aux doctes, et auquel les femmes n’ont pas accès par définition, faute d’éducation scolaire et… académique. Cependant si le XVIIe siècle voit s’installer la loi d’exclusion qui ne prit fin, pour la plus prestigieuse d’entre elles, qu’en 1981, ce ne fut pas sans rencontrer un certain nombre de questionnements sur la validité de cette règle.

6Autre élément qui montre comment l’exclusion des femmes n’a pas été sans doutes, le mot « académicienne » fait pour la première fois son entrée dans un dictionnaire au XVIIe siècle, preuve d’un besoin linguistique avéré. C’est à l’édition de 1694 du Dictionnaire de Pierre Richelet que revient ce mérite :

  • 12 Pierre Richelet, Nouveau Dictionnaire français [1680], Cologne, Jean-François Gaillard, 1694, p. 70

Académicienne, s.f. Mot nouveau, fait au sujet de Madame Deshoulières. Il signifie la personne du beau Sexe qu’on a reçue dans une Académie de gens de Lettres. L’Académie Royale d’Arles a envoyé à la spirituelle Madame Deshoulières des lettres d’Académicienne ; et elle est la première qui ait reçu des femmes. Cette célèbre Compagnie est aussi très galante, et ne saurait être assez louée d’une si glorieuse conduite en faveur du beau Sexe.12

  • 13 Voir Antoine-Joseph Rance-Bourrey, L’Académie d’Arles au XVIIe siècle, Paris, Librairie de la socié (...)

7L’Académie d’Arles venait en effet d’élire Antoinette Deshoulières, grâce au soutien de Claude-Charles Guyonnet de Vertron, le si féministe auteur de La Nouvelle Pandore13. Mais si Mme Deshoulières est la première Française à être devenue académicienne en France, d’autres Françaises l’étaient déjà, hors de France. Ainsi Madeleine de Scudéry fut invitée en 1684 à intégrer l’Académie des Ricovrati :

  • 14 Cité par Georges Mongrédien, Madeleine de Scudéry et son salon d’après des documents inédits, Paris (...)

Mademoiselle, quand notre Académie vous a choisie pour être de son corps, elle n’a pas prétendu rendre votre mérite plus connu qu’il ne l’est déjà par vos ouvrages. Elle a voulu marquer qu’elle connaît parfaitement ce mérite si exquis, et qu’elle n’a pas moins songé à se faire honneur qu’à honorer vos excellentes qualités.14

  • 15 Cette académie existe toujours. Voir son site : http://www.accademiagalileiana.it/?lang=it. L’ouver (...)

8Cette académie, fondée en 1599 à Padoue, faisait partie du tout petit nombre d’académies à accepter les femmes en son sein15. Encore faut-il préciser leur statut : les dames devaient être neuf, pour commémorer les neuf muses, et chacune recevait un surnom flatteur : Madeleine de Scudéry devint ainsi « l’Universelle », hommage sans doute à la diversité de ses curiosités savantes. Elle n’est d’ailleurs pas la seule française du XVIIe siècle à laquelle cet honneur fut réservé puisque Marie-Catherine d’Aulnoy (« L’Éloquente »), Catherine Bernard (« L’Invincible »), Charlotte-Rose Caumont de La Force (« L’Engageante »), Anne Dacier (« La Savante »), Antoinette Deshoulières (« La Parfaite »), Henriette de La Suze (« L’Immortelle »), Marie-Jeanne L’Héritier, Antoinette de Salvan de Saliès (« La Spirituelle »), Mme de Villedieu (« L’Inépuisable ») en furent également. Cependant, les dames étaient reçues à titre honorifique, et ne participaient pas véritablement aux travaux académiques, d’où d’ailleurs la possibilité d’honorer des dames françaises, puisque aucune présence aux séances n’était requise. Le titre d’académicienne était donc tout symbolique, mais le symbole n’est pas rien.

  • 16 Voir l’article « Pellisson » sur le site de l’Académie française : http://www.academie-francaise.fr (...)
  • 17 C’est toujours le cas aujourd’hui : dans la notice que le site de l’Académie consacre à Georges de (...)
  • 18 Sur cet épisode, voir la biographie de Nicole Aronson, Madeleine de Scudéry ou le voyage au pays de (...)

9Mais si Madeleine de Scudéry a été honorée en Italie, ne devait-elle pas d’abord l’être en France ? L’Académie française n’a-t-elle pas pensé un moment à la recevoir ? La question se pose particulièrement en raison de son amitié privilégiée avec Paul Pellisson, personnalité éminente de l’Académie depuis qu’il écrivit la première Histoire de l’Académie française depuis son établissement jusqu’en 165216. Or, vers 1670, les circonstances furent peut-être réunies pour que Madeleine de Scudéry devienne la première académicienne. Son frère Georges, lui-même académicien depuis 1650, venait de décéder (1667), et si l’élection de Georges avait été indirectement un moyen de reconnaître la sœur17, il fallait désormais trouver autre chose. De plus Pellisson, après sa disgrâce consécutive à ses liens avec Nicolas Fouquet, avait retrouvé la liberté en 1666, venait d’abjurer sa foi protestante, et était reparti victorieusement à la conquête des honneurs. Il avait retrouvé alors toute sa place à l’Académie, comme le montrent en 1671 son « Panégyrique de Louis XIV », œuvre mémorable qui fut traduite en italien, en espagnol, en anglais, en latin et en arabe, et l’honneur qui lui échut en 1676, puisqu’il fut chargé de haranguer, au nom de l’Académie, Louis XIV sur ses conquêtes. Or Madeleine de Scudéry participe en 1671 à un concours d’éloquence lancé par l’Académie française. Jean-Louis Guez de Balzac, un des premiers membres de l’Académie, avait en effet laissé à sa mort en 1654 un fonds pour décerner un prix d’une valeur de 200 livres, somme modeste à vrai dire, mais portée à 300 livres grâce aux intérêts du fonds, puisque l’Académie n’avait jusqu’alors jamais décerné le prix. Le discours, prévu pour pouvoir être lu en une demi-heure, devait être déposé anonymement chez Valentin Conrart, avec une simple marque pour retrouver son auteur. Est-ce l’anonymat, évitant aux femmes d’être exclues a priori, qui permit au discours composé par Madeleine de Scudéry de l’emporter ? En tout cas, ce fut bien à elle que fut donné ce prix, le premier dans son histoire décerné par l’Académie française18, et le Discours de la Gloire fut publié dès la fin de l’année chez Pierre Le Petit « imprimeur ordinaire du roi et de l’Académie française ».

  • 19 G. Mongrédien, Madeleine de Scudéry…, op. cit., p. 195, mais il ne donne pas de référence.
  • 20 Edme Rathéry et Boutron, Mademoiselle de Scudéry, sa vie et sa correspondance (1873), Genève, Slatk (...)

10À la faveur de cet ensemble de circonstances convergentes, l’hypothèse de l’élection de Madeleine de Scudéry a donc bien pu être envisagée ; c’est ce que dit en tout cas Georges Mongrédien19 à la suite de Rathery et Boutron, éditeurs au XIXe siècle de la correspondance de Madeleine de Scudéry20. Les deux érudits se fondent sur les Remarques critiques sur le Dictionnaire de Bayle de l’abbé Joly, lequel renvoie lui-même à un supplément manuscrit au Menagiana laissé par un conseiller au Parlement de Dijon, M. Le Gouz, qui assistait aux conférences de Gilles Ménage lorsqu’il se trouvait à Paris. En fait, en remontant la piste bibliographique, on arrive à un texte de Charles Sorel, longuement cité par l’abbé Joly à l’article « Pellisson », texte extrait du Discours sur l’Académie française établie pour la correction et l’embellissement du langage, pour savoir si elle est de quelque utilité aux particuliers et au public, et où l’on voit les raisons de part et d’autre sans déguisement, texte qui valut sans doute à Sorel de ne jamais devenir académicien. Voici ce qu’écrivait Sorel :

  • 21 Charles Sorel, Discours sur l’Académie française, Paris, Guillaume de Luyne, 1654, p. 172-173. Sur (...)

Pour ce qui est des divertissements que l’on y peut recevoir [à l’Académie] l’on les trouve plus grands dans les assemblées particulières […] ; et je n’en veux pour témoins que plusieurs de ceux qui ayant toujours été de l’Académie du Cardinal de Richelieu, ont pris en même temps tout un autre plaisir dans celle qu’ils tenaient encore, avec d’autres personnes, chez la feuë Vicomtesse d’Auchy, où ils ont quelquefois récité les mêmes harangues qu’ils avaient faites pour leur première Assemblée, et où, après les récits, la conversation était plus libre et plus galante, quelques Dames de condition et d’esprit y ayant été reçues.21

11Et là, Joly ajoute en note un commentaire sur la question de la présence des femmes à l’Académie, commentaire qu’il emprunte à Gilles Ménage :

  • 22 Louis-Philippe Joly, Remarques critiques sur le Dictionnaire de Bayle, Paris et Dijon, Ganeau et De (...)

On a proposé depuis peu dans l’Académie française (dit Ménage dans le Supplément manuscrit au Menagiana, recueilli par M. Le Gouz, conseiller au Parlement de Dijon) des dames, et des dames illustres par leur esprit et par leur savoir : Mademoiselle de Scudéry, Madame Deshoulières, Madame Dacier, et quelques autres, qui sont très capables d’enrichir notre langue par de beaux ouvrages, et qui en ont déjà fait de merveilleux. M. Charpentier appuyait cette proposition par les exemples des Académies de Padoue, où l’on reçoit les femmes savantes. Mon traité Mulierum Philosopharum [Historia] aurait pu fournir quelques exemples plus anciens des marques de distinction qu’on a accordées aux femmes savantes. La proposition, qu’on avait faite à l’Académie, n’a pourtant eu aucune suite.22

12On ne sait donc qui a pris l’initiative de proposer de faire entrer des dames à l’Académie ; on sait seulement que cette proposition eut au moins deux soutiens : celui de Ménage - mais qui ne compte pas car l’éminent érudit ne fut jamais élu à l’Académie ; et celui de François Charpentier, académicien élu en 1650, et qui siégea jusqu’à sa mort en 1702. L’absence de résultat, et plus encore la rareté des traces du débat, permettent de déduire que, si la proposition a été évoquée, elle n’a guère retenu l’attention. Les places sont limitées (40) ; s’il fallait en plus les partager avec des concurrentes…

  • 23 Gilles Ménage, Historia mulierum philosopharum, Lyon, Anisson, 1690, dédicace Ad Annam Fabram Dacer (...)

13L’exemple de Madeleine de Scudéry permet ainsi d’observer comment le succès d’une femme de lettres, un réseau de relations de premier plan, et de nombreux signes de reconnaissance institutionnelle, ne suffirent pas à renverser la loi non-écrite d’exclusion. L’autre figure féminine pour laquelle existent les traces d’une discussion à propos d’une éventuelle entrée à l’Académie française est celle de Mme Dacier. L’élection d’Anne Le Fèvre aurait en effet honoré la docte assemblée, car c’est une grande érudite aux compétences incontestables qui a été laissée à la porte. Or les académies, parce qu’elles s’orientent au fil du XVIIe siècle vers la spécialisation et l’exigence savantes, pouvaient peut-être faire le choix d’ignorer le succès d’une romancière comme Madeleine de Scudéry, parce que ce genre était littérairement et moralement peu valorisé ; mais comment ignorer Anne Le Fèvre-Dacier, celle que le docte Ménage définissait comme « la femme la plus savante qui soit et qui fût jamais »23 ? Et même si ce compliment prend place dans une dédicace, l’ouvrage qui suit donne du sens à cette dédicace, puisque c’est à Mme Dacier que Ménage dédie sa Mulierum philosopharum Historia, son Histoire des femmes philosophes (Lyon, 1690), où l’érudit singulièrement philogyne que fut Ménage tente de donner un passé aux femmes de pensée, et de reconstituer ainsi une généalogie de figures féminines éminentes de l’Antiquité, manière de les ressusciter dans une postérité qui a fait le choix de les oublier.

  • 24 Voir sa récente biographie par Éliane Itti, Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1 (...)

14Humaniste d’exception24, Anne Le Fèvre fut celle qui inaugura pour la collection Ad usum Delphini la publication des textes en signant modestement Anna Tanaquilli Fabri filia, hommage à son père, Tanneguy Le Fèvre, professeur à la célèbre Académie protestante de Saumur ; c’est aussi elle qui fut le seul contributeur de la fameuse collection auquel quatre volumes furent confiés (1674-1683), ce qui indique clairement combien sa compétence était connue et reconnue. Le dernier de ces volumes fut publié l’année de son mariage avec André Dacier, lui-même savant helléniste et disciple de son père. Cependant, si Mme Dacier prit alors de la distance par rapport à l’étude, se consacrant à la vie de famille et à l’éducation de ses enfants, comme il était d’usage, elle n’abandonna pas ses travaux d’édition puisqu’elle publia au total une quinzaine d’ouvrages entre 1674 et 1716 (des traductions d’Aristophane, d’Anacréon, de Sapho, de Plutarque, de Térence, de Plaute…). Cependant, son mari faisait une brillante carrière de savant reconnu… et même beaucoup plus reconnu qu’elle d’un point de vue institutionnel. En effet, à la suite de la conversion du couple au catholicisme en 1685, alors que les dragonnades menaçaient, André Dacier put entrer dans le cursus honorum littéraire : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1695, Académie française la même année, charge de garde des livres du cabinet du Louvre accordée par le roi en 1702 − et de recevoir ainsi pensions, gratifications, et même logement de fonction au Louvre, tous avantages bien nécessaires au ménage. Mais pour elle ? Rien… alors qu’il n’est pas invraisemblable de penser qu’elle était meilleure helléniste que son mari. En tout cas, c’est ce que laisse entendre La Bruyère, lui-même membre de l’Académie française à partir de 1693, qui suggéra qu’on lui ouvrît l’Académie française, plutôt qu’à son époux :

  • 25 Cité par É. Itti, op. cit., p. 289. Voir Joseph d’Ortigue, « La Bruyère à l’Académie donne sa voix (...)

Je n’ai pas oublié, Messieurs, qu’un des principaux statuts de cet illustre corps est de n’y admettre que ceux qu’on en estime les plus dignes. Vous ne trouverez pas étrange, Messieurs, si je donne mon suffrage à M. Dacier, à qui même je préférerais Madame sa femme, si vous admettiez parmi vous des personnes de son sexe.25

  • 26 Il faut rappeler que Les Caractères sont précédés des Caractères de Théophraste traduits du grec.
  • 27 La Bruyère, Les Caractères, « Des Femmes », remarque 49, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, p. 127.

15La Bruyère, lui-même helléniste26, confirme ici une remarque qu’il avait écrite dans le chapitre des Caractères « Des Femmes » : « Si la science et la sagesse se trouvent unies en un même sujet, je ne m’informe plus du sexe, j’admire »27. Visiblement, une telle neutralité n’a pas été partagée : la seule académie qui fit une place à Mme Dacier fut encore, dès 1679, l’académie des Ricovrati de Padoue.

  • 28 Voir Adeline Gargam, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des L (...)

16Cependant, alors que l’Académie française persistait dans son exclusion, d’autres académies en France se montraient plus ouvertes, comme le montrait la nécessité pour le Dictionnaire de Richelet d’enregistrer le mot académicienne. L’Académie d’Arles, académie fondée en 1666, « fille aînée » de l’Académie française car la première à lui être affiliée, s’était inspirée du modèle de Padoue en invitant Mme Deshoulières en 1689 ; mais encore une fois, il s’agissait d’être membre d’honneur, et non membre de plein droit. L’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, qui revendiquait d’avoir été fondée par la légendaire Clémence Isaure, faisait aussi place à quelques (rares) académiciennes, telle Marie-Jeanne L’Héritier entrée (à titre honorifique) en 169628. Ces deux académies du sud de la France, l’une sous l’influence italienne, l’autre par un particularisme local revendiqué, se distinguèrent donc, mais sans que leur modèle soit suivi à Paris.

  • 29 Sur le rôle des femmes comme médiateurs culturels, voir L. Timmermans, op. cit., p. 135-152.

17On peut s’interroger sur les motivations d’une telle exclusion, au moment même où louer le goût féminin, célébrer le langage des salons, vanter la société des femmes deviennent des topoï critiques29. Si l’explication par l’usage demeure toujours pertinente, on peut aussi s’interroger sur celui-ci et sur le sens de sa permanence. Car il faut prendre conscience que cette exclusion s’inscrit dans le cadre d’une lutte féroce pour les honneurs, mais aussi pour les avantages que représente une élection à l’Académie française, y compris en terme de gains indirects (pensions, gratifications, emplois…). L’abondance des littérateurs, en un temps où la littérature devient un enjeu national dont le prestige n’est pas absent, a très vite rendu la compétition fort rude, et les femmes représentaient une concurrence peu désirable pour la société masculine, d’où la récurrente tentation d’exclure a priori. L’épisode de la réussite de Madeleine de Scudéry à un concours académique anonyme prouve a contrario la pertinence de cette exclusion ; la possibilité d’une reconnaissance purement honorifique, et en province de surcroît, le confirme également : tant qu’il s’agit d’honneurs de second ordre, les femmes peuvent être admises. On peut certes relativiser cette injustice en rappelant le faible nombre de femmes susceptibles d’être reçues – nombre d’autant plus faible que le système académique, avec sa spécialisation croissante au fil du siècle, renforçait les obstacles – à tel point qu’on peut se demander si cette spécialisation savante n’a pas été elle-même une manière d’exclure les femmes sans injustice trop criante et de limiter ainsi leur influence grandissante à la sphère privée du salon. Il n’empêche que cette limitation n’a pas été sans résistance, et une lettre écrite par Mme de Salvan de Saliès, précieuse et romancière, pour remercier les académiciens padouans qui venaient de la distinguer, laisse clairement entendre la conscience d’une injustice, loin de l’habituelle autocensure que l’éducation apprend aux femmes à intérioriser et à pratiquer :

  • 30 Lettres de Mesdames de Scudéry, de Salvan de Saliez et de Mlle Descartes, Léopold Collin (éd.), Par (...)

Vous tenez dans le monde la place de ces fameux Grecs qui décidaient du mérite des auteurs, aussi bien que de celui des héros ; vous les surpassez même par une droiture de cœur, qui vous fait rendre justice à mon sexe, en me recevant dans votre illustre académie, et n’affectant point une distinction que le Ciel et la nature n’ont jamais eu dessein de mettre entre les hommes et nous ; leur jalousie la fit naître, notre modestie l’a soufferte, et sans que nous ayons troublé le monde par nos plaintes, les hommes commencent à se repentir de leurs usurpations, et leur empire tyrannique va tomber de lui-même.30

  • 31 Voir la conclusion du discours prononcé en 2012 par H. Carrère d’Encausse « Des femmes à l’Académie (...)

18La légende, aujourd’hui encore accréditée d’une absence de revendication féminine vis-à-vis de l’accès à l’académie31, participe de la construction d’un imaginaire de la concorde des sexes qui serait une particularité nationale ; elle cache une réalité plus polémique, et d’autant plus polémique que le littéraire est en France l’objet d’un fort investissement symbolique.

Notes

1 Marguerite Yourcenar, Discours de réception à l’Académie française, Paris, Gallimard, 1981. Disponible sur le site http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-marguerite-yourcenar, n.p.

2 Ibid.

3 C’est nous qui soulignons.

4 D’ailleurs la candidature de Marguerite Yourcenar n’a pas été la première candidature féminine, et son élection n’a demandé aucune modification des textes fondateurs de l’Académie.

5 Hélène Carrère d’Encausse, « Des femmes à l’Académie française ? » discours du 6 décembre 2012, http://www.academie-francaise.fr/des-femmes-lacademie-francaise-seance-publique-annuelle, p. 13.

6 Pour mémoire, on peut rappeler l’argument de Claude Lévi-Strauss contre la candidature de Marguerite Yourcenar, tel que le rapporte Hélène Carrère d’Encausse dans le discours cité ci-dessus : « Claude Lévi-Strauss […] donna au débat un tour scientifique : l’Académie est une tribu et l’observation de la vie tribale montre qu’à en changer les règles, à y introduire un corps étranger – pour la tribu composée depuis des siècles d’hommes, la femme est bien un corps étranger –, on risque fort de la tuer ».

7 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Éd. de Minuit, 1985, p. 16.

8 Dans son Discours au Roy sur l’établissement d’une seconde académie (section X, Paris, 1664), D’Aubignac cite par exemple « celle de Mme la vicomtesse d’Auchy [et les] Sabbathines », référence aux samedis de Mlle de Scudéry ; voir ibid. p. 16-17.

9 Giulia Savelli, mère de Mme de Rambouillet, est la « descendante d’une des plus importantes familles romaines, rendue illustre par deux papes ». Fille d’un noble romain, Cristoforo Savelli, et de Clarice Strozzi, issue de la fameuse famille de banquiers florentins, apparentée aux Médicis, Giulia Savelli était encore veuve de Ludovico Orsini : elle réunissait en sa personne les alliances les plus relevées de l’Italie. Voir Letizia Norci Cagiano, « Note sur les origines romaines de Madame de Rambouillet », Revue d’histoire littéraire de la France, 2013/1, Vol. 113, p. 123-134. Mme de Rambouillet, née à Rome, y passa son enfance jusqu’à l’âge de sept ans.

10 A. Viala en a dénombré plus de soixante-dix au cours du XVIIe siècle (op. cit., p. 17).

11 Ibid., p. 18.

12 Pierre Richelet, Nouveau Dictionnaire français [1680], Cologne, Jean-François Gaillard, 1694, p. 70.

13 Voir Antoine-Joseph Rance-Bourrey, L’Académie d’Arles au XVIIe siècle, Paris, Librairie de la société bibliographique, 1886-1890, t. I p. 4-5 et t. III, p. 337-340 ; Claude-Charles Guyonnet de Vertron, La Nouvelle Pandore, ou les femmes illustres du siècle de Louis le Grand, Paris, Veuve Mazuel, 1698.

14 Cité par Georges Mongrédien, Madeleine de Scudéry et son salon d’après des documents inédits, Paris, Tallandier, 1946, p. 196.

15 Cette académie existe toujours. Voir son site : http://www.accademiagalileiana.it/?lang=it. L’ouverture de l’Italie aux femmes savantes est attestée : c’est à Padoue aussi que le 25 juin 1678 Elena Lucrezia Cornaro Piscopia reçut le grade de docteur en philosophie, avec tout le protocole nécessaire. Elle est la première femme à obtenir ce grade, et la seule de son siècle ; la deuxième donna laureata, Laura Bassi, fut couronnée à Bologne en 1732. Voir Bruno Neveu, « Doctrix et magistra », dans Femmes savantes, savoirs des femmes, Colette Nativel (dir.), Genève, Droz, 1999, p. 27-37.

16 Voir l’article « Pellisson » sur le site de l’Académie française : http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/paul-pellisson.

17 C’est toujours le cas aujourd’hui : dans la notice que le site de l’Académie consacre à Georges de Scudéry, sa qualité de frère de Madeleine est toujours primordiale. Voici les premières lignes : « Né au Havre, en 1598. Originaire de Provence. Il fut le frère de la célèbre Madeleine de Scudéry morte en 1701 âgée de 94 ans ».

18 Sur cet épisode, voir la biographie de Nicole Aronson, Madeleine de Scudéry ou le voyage au pays de Tendre, Paris, Fayard, 1986, p. 288-295.

19 G. Mongrédien, Madeleine de Scudéry…, op. cit., p. 195, mais il ne donne pas de référence.

20 Edme Rathéry et Boutron, Mademoiselle de Scudéry, sa vie et sa correspondance (1873), Genève, Slatkine reprints, 1971, p. 121.

21 Charles Sorel, Discours sur l’Académie française, Paris, Guillaume de Luyne, 1654, p. 172-173. Sur l’« académie » de Mme d’Auchy, voir Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture sous l’ancien régime, Paris, Champion, 2005, p. 71-77. L. Timmermans ne pose pas directement la question de la participation féminine aux académies.

22 Louis-Philippe Joly, Remarques critiques sur le Dictionnaire de Bayle, Paris et Dijon, Ganeau et Desventes, 1752, article « Pellisson », p. 605.

23 Gilles Ménage, Historia mulierum philosopharum, Lyon, Anisson, 1690, dédicace Ad Annam Fabram Daceriam, p. 5.

24 Voir sa récente biographie par Éliane Itti, Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1720), Paris, L’Harmattan, 2012.

25 Cité par É. Itti, op. cit., p. 289. Voir Joseph d’Ortigue, « La Bruyère à l’Académie donne sa voix à Madame Dacier », Journal des débats, 30 mars 1862, p. 2-3. L’anecdote est accréditée par l’Académie française, qui la fait figurer dans sa notice sur le moraliste : « On a raconté que dès la première vacance qui suivit sa réception, deux candidats, les abbés Charles Boileau et Caumartin, se partagèrent également les voix de la compagnie. La Bruyère devait se prononcer le dernier et faire pencher la balance en faveur de l’un ou de l’autre ». Et c’est là qu’il déclara préférer Dacier ou sa femme. Voir http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jean-de-la-bruyere.

26 Il faut rappeler que Les Caractères sont précédés des Caractères de Théophraste traduits du grec.

27 La Bruyère, Les Caractères, « Des Femmes », remarque 49, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, p. 127.

28 Voir Adeline Gargam, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804), Paris, Champion, 2013, p. 63-66. D’autres académies décernèrent des prix à des femmes au XVIIIe siècle.

29 Sur le rôle des femmes comme médiateurs culturels, voir L. Timmermans, op. cit., p. 135-152.

30 Lettres de Mesdames de Scudéry, de Salvan de Saliez et de Mlle Descartes, Léopold Collin (éd.), Paris, Collin, 1806, p. 222-223. Pour découvrir Mme de Salvan, voir Nathalie Grande, « Madame de Saliez, une précieuse occitane », Garona (revue de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine), décembre 2000, n° 16, p. 47-62, et ici même, J.-F. Courouau, p. 115-127.

31 Voir la conclusion du discours prononcé en 2012 par H. Carrère d’Encausse « Des femmes à l’Académie française ? » (op. cit.) : « Aucune des femmes qui, de la marquise de Rambouillet à madame de Staël ou madame Helvétius, ont côtoyé et servi l’Académie n’a voulu, ni probablement pensé, la solliciter. Le sens des usages, de la tradition, de leur dignité et le choix de leur mode de vie et de leurs comportements, c’est-à-dire le sens de leur liberté, les ont préservées de briguer l’Académie. Et ce sont les académiciens qui, reconnaissant des qualités si éminentes et les services rendus, ont décidé un jour d’inviter les femmes à les rejoindre ».

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search