Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

III. « L’histoire littéraire sera globale, sociale, interactive, et osera courir sa chance d’être iconoclaste… ou ne sera pas »

L’histoire des institutions littéraires – L’Histoire littéraire aujourd’hui, colloque (1990)

Alain Viala

Texte intégral

1« Discours sur le peu ou prou de scientificité » : ainsi pourrait-on intituler les propos de cet ouvrage ; la plupart en tous cas, et à coup sûr celui que je vais tenir. En effet nous parlons ici d’une « discipline paradoxale » (selon le titre que je donnais à un récent article du Français aujourd’hui, n° 72), une discipline qui se cherche parce qu’elle subit une tension entre deux appels contradictoires qui lui font subir à tout instant le risque de se perdre ; soit se perdre en tant que discipline, en perdant les qualités scientifiques auxquelles elle prétend pour s’ajuster aux attentes d’un large public scolaire et parascolaire qui ne lui demande qu’un vernis culturel ; soit à l’inverse, perdre en audience ce qu’elle peut gagner en rigueur. De là la multiplicité des théories et des manières de faire l’histoire de la littérature, multiplicité telle qu’on peut s’y égarer, et telle aussi que tout le monde ou presque, dans l’espace universitaire, fait de l’histoire littéraire, mais que chacun dose, à sa guise ou selon la mode, les ingrédients qu’on y incorpore.

2C’est aussi que faire l’histoire de la littérature, c’est faire l’histoire d’un objet variable et contingent. Ce ne peut donc être que faire l’histoire de ces variations, de leurs modalités, de leurs implications. Si l’objet empirique consiste dans la collection des textes exposés dans les panthéons scolaires et éditoriaux et conservés par la mémoire des bibliothèques, l’objet épistémique est constitué par ces variations, et inclut donc, avec les textes, leurs relations aux situations d’énonciation, les effets de significations collectives qui s’y jouent, et les processus qui les qualifient et les hiérarchisent comme littéraires et non-littéraires.

3Pour analyser ces variations, il est diverses voies ; mais toutes ne sont pas égales, pas également aptes à en rendre compte selon les époques, les espaces et les phénomènes considérés. Penser qu’en les additionnant on fera une histoire littéraire enfin « vraie » (i.e. légitimée dans sa prétention scientifique) et donc « intéressante » (i.e. reconnue comme une discipline majeure, avec l’audience et le prestige afférents) parce qu’on aura entassé l’histoire des formes sur celle des auteurs et du livre, en y ajoutant celle de la lecture, etc, c’est de la naïveté empiriste. Je m’attacherai à suivre ici une des voies possibles : l’étude des institutions littéraires, parce qu’elle m’a paru pertinente pour explorer les variations survenues dans la définition sociale de la catégorie « littérature » à certaines époques, et leurs relations avec la facture des œuvres.

4Mais sitôt que l’on envisage cette question, trois écueils apparaissent. Le premier consiste justement en un effet typique d’institution. Aujourd’hui et depuis un bon siècle, il va de soi que la littérature est une valeur sociale de premier plan ; et cela va de soi, même et peut-être surtout quand on débat de la crise de la littérature et de son enseignement. En d’autres termes, la littérature est instituée, avec des ancrages très concrets (dans l’enseignement, dans les médias, dans les prix littéraires…) et avec des gammes de représentations, discours et imageries (le génie, les chefs-d’œuvre, les plaisirs, le vedettariat…) qui entretiennent l’illusion que « ça va de soi ». Cette illusion de la valeur évidente se traduit, en matière d’histoire littéraire, par une vision qui ignore ou sous-estime le rôle des institutions, qui fait l’inventaire des chefs-d’œuvre et des génies sans se demander comment, par qui, à quels titres, et au détriment de qui, ils ont été qualifiés de chefs-d’œuvre et de génies. C’est perdre de vue l’enjeu social des qualifications et hiérarchisations des œuvres et des auteurs, et perdre de vue que les significations se jouent dans l’espace des positions permises et interdites, valorisées ou dévalorisantes, qui tissent le réseau de la communication sociale spécifique qu’est la littérature. Je dirai donc que pour se prémunir contre l’illusion institutionnelle, on peut s’attacher au principe suivant : « L’histoire littéraire sera sociale, ou ne sera pas » (à allusion institutionnelle, allusion et demi…).

5Mais il existe aussi l’écueil diamétralement inverse : comme la littérature est une valeur instituée, quelques-uns ont la tentation de ne plus voir en elle qu’une affaire d’institutions. Ainsi ont été lancées, ces dernières années, des « analyses institutionnelles de la littérature ». Or, outre qu’elles empruntent ce nom à des démarches qui sous ce terme-là faisaient tout autre chose qu’elles, ces analyses créent, par leur monoculture du « tout institutionnel », un danger qui n’est pas moindre que celui du « non-institutionnel ». En effet, d’une part tout n’est pas institution dans la littérature, et d’autre part, le caractère institutionnel est loin d’y être uniforme et univoque. Face à ce deuxième risque, un deuxième principe : l’histoire des institutions n’a de sens et de portée que replacée dans une perspective d’ensemble des phénomènes littéraires : soit, en forme d’aphorisme, « L’histoire littéraire sera globale, ou ne sera pas ».

6À mi-chemin entre ces deux écueils, il en existe encore un troisième, et le pire, car il est fait du corail de la bonne conscience qui fournit, on le sait, le meilleur pavage des enfers de la science. Il consiste en la croyance qu’une histoire érudite et « objective » de tel ou tel phénomène pris isolément est possible. Entre autres, l’histoire de chacune des institutions littéraires. Certes une telle démarche peut procurer des gains appréciables de savoir. Car si l’histoire des institutions littéraires est ancienne, si, par exemple, l’Académie n’avait pas encore vingt ans que déjà Pellisson entreprenait d’en immortaliser les travaux, les jours et les membres, il reste bon nombre de chantiers à peine commencés. Pour qui a un peu fréquenté les bibliographies concernant ces sujets, l’intérêt des monographies possibles est manifeste. Mais le danger est manifeste aussi, et il est double. D’une part, à faire, même avec une érudition impeccable, l’histoire de chacune de ces institutions, on court le risque de ne pas rendre compte de l’essentiel de leur dynamique, à savoir qu’elles fonctionnent en réseaux, en s’épaulant, se conjuguant ou se combattant les unes les autres. D’autre part, en les isolant pour les étudier de la sorte, on manquera l’essentiel de leur rôle littéraire, à savoir leur participation aux effets de sens et aux débats esthétiques. D’où un troisième principe : « L’histoire littéraire sera interactive ou ne fera rien qui vaille ».

7Reste, pour passer des principes aux pratiques, à spécifier les conditions et modalités selon lesquelles l’histoire des institutions s’intègre à une histoire de la littérature saisie dans ses variations. Ce que je ferai en reprenant les principes que je viens d’énoncer, mais en en inversant l’ordre, pour être inductif, et en soulignant ce qui a déjà été acquis en la matière pour ne pas être seulement, dans la vaine facilité que cela procure, cantonné au discours programmatique.

8Ce qui conduit à préciser d’abord de quoi l’on parle en traitant d’institutions littéraires ; car les emplois du terme sont souvent très flous, comme ceux du concept même d’« institutions ».

9En effet, on entend par « institution », en un sens très large, une structure établie comme durable par la loi et la coutume, et on range, un peu pêle-mêle, dans les institutions littéraires, les académies, la critique, le mécénat, les prix, etc. Si l’on décape le sens commun, on peut désigner comme institutions des instances qui élèvent les pratiques du rang d’usages à celui de valeurs par un effet de pérennisation (et qui, ce faisant, s’érigent elles-mêmes en autorités), et les valeurs ainsi établies. On peut alors dépasser non seulement l’illusion banale qu’il n’est d’institution que l’officiel, mais aussi que l’institution a toujours une présence immédiate, ou matérielle ou écrite.

10Appliquée au domaine littéraire, cette notion permet de distinguer, selon les pratiques concernées, trois ordres d’institutions. À cet égard, je reprendrai en les modifiant un peu pour les compléter, les distinctions que j’en ai proposées il y a quelques années (thèse, 1983).

Les institutions littéraires

11Un premier ensemble est constitué si, au sens strict, on désigne par cette appellation les classes de textes érigées en codes collectifs, classes fondées sur des propriétés formelles et sémantiques, donc sur des façons d’écrire et de lire, et classes en même temps classées, fondant des hiérarchies de valeurs littéraires. Sont donc institution de cet ordre celles qui constituent la substance même du code littéraire, les « genres » et les « écritures » (pour reprendre deux termes et notions eux-mêmes sujets à discussion et dont l’histoire des institutions devra, justement, spécifier les extensions et acceptions) : on peut donc nommer aussi ces institutions « institutions génériques ». Et il est essentiel d’envisager ces codes en termes d’institutions, puisqu’ils consistent en usages érigés en règles, présentés, et collectivement représentés comme dépassant le stade de l’événement contingent pour s’inscrire dans la pérennité et l’universalité. Le propre de l’institution réside en effet dans cette métamorphose d’un usage contingent en valeur pérenne et générale (au moins à l’échelle d’un groupe social), en même temps que dans l’occultation du processus qui produit ainsi la valeur, en donnant à croire que cette fondation en valeur relève d’une vertu sui generis de la pratique ou de l’objet concernés, et en dissimulant par là même qu’elle est en réalité le fait de certaines forces sociales qui y trouvent leur intérêt. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple célèbre, la règle des trois unités du théâtre classique était présentée comme une valeur vraie de toute éternité (par la référence à Aristote) et universelle (puisque fondée sur le bon sens qui est, comme on sait, la chose du monde, etc.). En s’imposant, elle a imposé une redistribution dans la hiérarchie des genres (la tragédie supplantant la pastorale et la tragicomédie) et une sélection des référents (personnages de haut rang, sujet historique ou mythologique, resserrement du synopsis autour d’un événement central et néfaste) comme des effets produits (catharsis), donc défini un espace de signification.

12Faire l’histoire des genres est usuel. Mais il est rare qu’on la fasse dans une perspective institutionnelle : on y enregistre plutôt les évolutions comme résultant de la logique interne des formes ou de l’apport des grands génies qui les ont pratiquées ou marquées de leur empreinte, et on réduit les forces sociales (groupes d’auteurs, de publics, pouvoirs) à un rôle de simples circonstances. Or la première strate d’analyse est indissociable d’une seconde, où le jeu de ces forces apparaît clairement.

Les institutions de la vie littéraire

13Il s’agit des cadres spécifiques dont la pratique sociale nommée « littérature » ou « belles lettres » se trouve dotée, ou non, aux divers moments de son histoire, comme lieux propres de son exercice, et qui régulent, non plus l’énoncé, comme les institutions génériques, mais l’énonciation du discours littéraire. Il s’agit donc soit d’instances matérielles (des lieux, des groupes), soit de façons d’agir érigées en lois, officielles ou tacites. Ainsi, notamment, les académies et les cercles littéraires, les concours de littérature et les prix qui les accompagnent, les lois et coutumes régissant la propriété littéraire et l’édition, le mécénat, la censure. La liste n’est pas exhaustive : elle n’est pas close non plus, car des institutions naissent et meurent au fil du temps, rythmant les tensions entre l’instituant et l’institué.

14Entre ces institutions et les précédentes les liens sont nombreux et étroits, les interactions constantes et constitutives. Ainsi, pour en rester au même exemple, l’Académie française et la règle des trois unités se sont imposées ensemble. Pour autant l’une n’est pas la cause ou le fruit de l’autre : l’Académie n’a pas plus inventé les règles que les règles n’ont suscité l’Académie. Entre les deux, il y a eu conjonction, et cette conjonction indique assez que l’imposition des trois unités allait de pair avec les intérêts de ceux qui composaient ou imposaient l’Académie.

Les institutions supralittéraires

15Mais les institutions génériques et de la vie littéraire sont aussi en relation avec une troisième strate ; j’entends parler de ces instances sociales à l’autorité communément reconnue et qui incluent « du littéraire » parmi d’autres objets et disciplines, qui sont des agents actifs dans les pratiques littéraires sans que pour autant celles-ci constituent leur objet principal, encore moins leur raison sociale. Telles sont l’École, l’Église, et à l’époque classique les parlements, la Cour, les salons mondains même, et, plus proches dans le temps, les bibliothèques et cabinets de lecture, tout l’appareil des médias, les festivals, les ministères et les maisons de la Culture… De ces institutions supralittéraires, il ne faut ni surestimer ni minimiser le rôle : l’École ne fait pas la littérature, mais elle en entretient certaines valeurs et certains héritages, et elle assure la constitution d’habitus de lecture et d’écriture. Sans multiplier les exemples, il faut aussi ne pas perdre de vue les relais multiples qui s’établissent entre elles et les deux ordres précédemment énoncés. L’Académie devint officielle et « française » par une intervention de la Cour, qui lui commanda une Poétique et un dictionnaire, faisant du débat sur les règles des genres et de la langue un enjeu pour la monarchie centralisatrice. Je pense avoir assez montré ailleurs comment, à partir de cette intervention d’une instance supralittéraire, le débat s’instaure au sein des cercles académiques, donc dans la strate de la « vie littéraire », qui donna naissance au genre neuf du dictionnaire du français vivant (institution générique) dans ses diverses représentations, elles-mêmes révélatrices du débat pour l’imposition de la norme linguistique ; laquelle nous ramène au plan des institutions supralittéraires, à l’enjeu politique de la centralisation, ce qui montre comment le littéraire agit aussi sur le social.

16Il est donc assez clair qu’existent entre ces trois ordres à la fois différences et interférences, divisions et interactions, et que leur histoire « sera interactive ou ne sera pas ». En particulier dans la mesure où l’histoire des genres en termes d’institutions est indispensable, s’impose, à côté de la poétique qui en décrit les propriétés générales, une « sociopoétique » qui en décrit les variations historiques comme gammes et enjeux de valeurs sociales (en disant cela j’énonce l’imposition d’une institution de plus… effet inéluctable du processus institutionnel dès lors qu’on participe aux activités de ce qui n’existe comme tel, faut-il le rappeler, que par son existence sociale, le « littéraire »). Pour autant il n’est pas concevable qu’on l’isole des autres interactions en jeu dans les pratiques littéraires : au contraire, leur logique même oblige à inclure les faits institutionnels dans une histoire littéraire qui doit, second principe, être « globale ».

L’inscription des usages

17L’étude des institutions peut alors montrer son utilité première, sa raison d’être, qui réside dans sa capacité à éclairer la signification des textes et la valeur sociale du littéraire par l’analyse de l’« inscription des usages » : la formule n’est pas usuelle, elle appelle explication et comme un bon exemple vaut mieux qu’un long discours théorique, je l’expliquerai par une brève étude de cas, résumant des recherches en cours.

18En novembre 1663, alors qu’il rédige La Thébaïde, Racine confie à son ami Le Vasseur :

Le quatrième [acte] était fait dès samedi ; mais malheureusement, je ne goûtais point, ni les autres non plus, toutes les épées tirées ; ainsi il a fallu les faire rengainer, et pour cela ôter plus de deux cents vers, ce qui est assez malaisé (Pléiade, t. 2, p. 457)

pour le moins Quelques jours plus tard, au même ami et sur le même sujet :

J’y ai mis des stances, qui me satisfont assez.

19Et quelques jours plus tard encore, bis repetita :

J’en ai changé toutes les stances avec quelque regret ; ceux qui me les avaient demandées s’avisèrent de me proposer quelques difficultés sur l’état où était ma princesse, peu convenable à s’étendre sur des lieux communs. J’ai donc réduit à trois stances.

20On voit ici Racine aux prises avec des donneurs d’avis, des donneurs d’ordres même, qui « demandent », et puis se ravisent et changent leur commande ; et il s’exécute, même « à regret ». On sait avec une suffisante précision comment s’engage la carrière de Racine dans ses premières années, et avec quels conseilleurs et commanditaires il a affaire. Ce sont Chapelain, Perrault, le duc de Saint-Aignan ; Le Vasseur, Vitart et La Fontaine, membres comme lui d’un petit salon littéraire ; c’est aussi Molière, qui met en scène La Thébaïde. Des hommes donc, qui appartiennent à l’espace des institutions académiques, mécéniques, salonnières, théâtrales. Sa correspondance le montre sollicitant les avis des confrères les plus expérimentés et qui occupent des positions en vue dans la vie littéraire (Chapelain, Perrault, Molière) ; il sollicite aussi des conseils ou consignes auprès des mécènes et commanditaires éventuels, ou du moins de leurs hommes de confiance (Perrault, commis de Colbert, Saint-Aignan, conseiller personnel de Louis XIV pour les questions culturelles), et il se plie aux rituels des institutions supralittéraires (Saint-Aignan le présente à la Cour). Lorsqu’il parle de ses stances, ou de la structure de son quatrième acte, il relate une opération où des contraintes émanant des institutions de la vie littéraire se retraduisent par une certaine façon de traiter le code générique, engagent des choix esthétiques (faire mettre ou non l’épée à la main par ses héros, placer ou non des stances dans la pièce) et sémantiques (interrogations sur l’état psychologique du personnage d’Antigone à la scène i de l’acte V, moment où elle prononce ses stances). Un débat s’établit donc, entre les effets propres des institutions génériques (la tragédie admet les stances, mais elles sont passées de mode en 1663 ; la bienséance rebute la vision de combats sur scène) et les effets des institutions de la vie littéraire, jusque dans leurs contradictions (stances demandées, puis rejetées). Le texte, en son état définitif et en ses variantes (analyse que je ne détaille pas ici faute de temps et d’espace) présente des incertitudes ou ambiguïtés structurelles qui apparaissent comme le résultat de ce processus qui a inscrit dans la lettre de l’œuvre les débats sur les usages dont les institutions sont le lieu.

21Le cas de La Thébaïde est un peu exceptionnel dans l’œuvre de Racine : on dispose de peu de documents permettant de suivre ainsi le détail du processus. Plus généralement, de tels cas sont rares dans la littérature ; d’ordinaire l’inscription des usages est plus implicite, voire inconsciente. Ils ne sont cependant pas absents : par exemple, Anna Boschetti a pu observer des phénomènes de même type pour Le Mur et pour La Nausée. Ils suffisent à assurer que de telles analyses sont non seulement possibles et pertinentes, mais même indispensables pour construire la pragmatique sociale du littéraire.

22Ainsi pour revenir du plan des exemples à celui de la proposition théorique, l’étude des institutions et l’analyse pragmatique sont indissociables. Instances normatives par leur nature même, les institutions sont des lieux de pouvoir. Elles érigent en normes, modèles et valeurs certains usages au détriment d’autres. Et elles contraignent l’auteur qui en est tributaire (tel Racine corrigeant sa Thébaïde) comme elles servent celui qui s’en est rendu maître (ainsi Chapelain, maître de l’Académie et des listes de gratifiables, peut imposer ses vues à Racine et infléchir la facture de ses œuvres et les débuts de sa trajectoire littéraire). L’histoire des institutions littéraires se trouve, de ce fait, concernée par deux maillons de la chaîne des savoirs sur les œuvres et les mouvements esthétiques. D’une part elle a à rendre compte du devenir de ces lieux où se déroulent des luttes pour la possession de l’autorité normative, lieux qui sont à la fois le terrain et l’enjeu de ces débats. Et d’autre part, de façon indissociable, elle doit aussi prendre en compte la façon dont l’exercice de cette autorité et ces luttes pour le pouvoir symbolique se retranscrivent dans les textes.

23À cet égard, l’étude des effets d’institutions s’impose comme une analyse des usages en œuvre dans les œuvres. Aussi l’histoire des institutions ne peut ni ne doit se cantonner au rôle que lui assignaient jusqu’ici les habitudes de l’histoire littéraire, celui de dessiner un « contexte » pour la création et la réception. Les institutions sont des forces agissantes de l’échange littéraire : elles interviennent donc dans son sémantisme et sa codification comme dans la définition des interlocuteurs fondamentaux et dans le jugement qui confère ou dénie la valeur de « bonne littérature ». On peut donc balayer une bonne fois le reproche banal fait à l’étude des institutions littéraires et, au delà, à la sociologie de la littérature, de ne s’occuper que des hors-textes, et non de la « littérature » elle-même… Qu’y a-t-il de plus intimement textuel que les choix stylistiques (stances, ou pas ?) et quoi de plus « littéraire » au sens le plus traditionnel du terme que la psychologie des personnages (qui tirent l’épée sur-le-champ ou non, qui prennent ou non le loisir de monologuer) ?

24À procéder ainsi, ces questions usuelles appellent d’autres protocoles méthodologiques. L’analyse pragmatique va de pair avec une réflexion qui se fonde sur une théorie du « prisme » et non plus du « reflet » ou de la « projection » plus ou moins directe. « Prisme », car entre le social, tout à la fois référent et destinataire du discours littéraire, et ce discours lui-même, s’intercalent ces réalités, à la fois translucides et déformantes que sont les trois ordres d’institutions : le jeu des valeurs sociales se lit alors dans la modalité des médiations. Et il se lit aussi, autre option méthodologique inéluctable, dans l’analyse des « stratégies » : stratégies de carrière, stratégies textuelles et stratégies sociales, qui rendent compte de la façon dont un écrivain et son œuvre prennent place dans l’espace symbolique des usages érigés en valeurs.

25D’autre part, en conséquence, l’inscription des usages apparaît comme un point-carrefour pour les diverses séries d’interrogations qui font l’histoire littéraire. Revenons un instant à Racine, qui nous en fournit l’illustration concrète immédiate. Lorsqu’il parle des stances d’Antigone, il dit qu’il s’agit d’y déployer des « lieux communs ». L’analyse des effets d’institutions se trouve ainsi en prise directe sur une autre dimension importante de l’histoire littéraire : l’étude de la topique littéraire d’un temps et d’un groupe social, ou d’un milieu. La même œuvre permet aussi de voir Racine confronté à la question des modèles, des sources : il affiche la référence à Euripide et Aristote comme moyen d’affirmer avec zèle, lui le néophyte, la légitimité de sa création, ainsi cautionnée par les autorités reconnues. Il y a donc lien patent entre l’histoire de stratégies induites par celle des institutions littéraires, et l’histoire des sources. Et encore ceci : La Thébaïde, quelle que fût sa déférence envers les autorités, ne connut qu’un succès mitigé. Satisfaire les institutions ne signifie pas satisfaire le public. Ou plus exactement dit : les institutions forment un ensemble de destinataires, qui n’est à peu près jamais homogène, et les diverses fractions du public en sont un autre, qui peut privilégier d’autres usages que ceux que les instances normatives promeuvent. Cette tension impose de construire la relation entre l’histoire des institutions et celle des publics. Comme aussi, et enfin, l’analyse des stratégies littéraires impose de réécrire en termes de trajectoires et carrières l’histoire biographique des auteurs et l’histoire sociale des groupes et des écoles.

26En résumé, sans développer ici toute la chaîne des corrélations, l’histoire des institutions ne prend son sens que par son insertion dans une problématique d’ensemble de l’histoire littéraire.

27Qui, disais-je, sera sociale ou sera vaine. La série des médiations (ou « effets de prismes ») institutionnelles peut, en effet, s’écrire, en première approche, comme suit : les institutions génériques sont tributaires des institutions de la vie littéraire qui, elles-mêmes, se trouvent tributaires des institutions supralittéraires. Le débat et le mouvement sociaux se trouvent, dans cette concaténation, métamorphosés en même temps que repris dans la logique des institutions de la vie littéraire, et repris et métamorphosés une seconde fois dans la logique des institutions génériques. Le texte apparaît alors comme le lieu et le produit de ces tensions et de leur retranscription codifiée ; et comme, aussi, un agent actif. Car, pour le cas où le mot de « concaténation » induirait le doute, ces relations n’ont rien d’équivoque, de mécaniste ou de déterministe : chaque élément, chaque strate de l’ensemble a sa logique propre et peut soit subir docilement, soit se montrer résistant ou réticent à l’influence qu’exerce la strate immédiatement supérieure, soit, enfin et surtout, agir en retour, comme on l’a vu à propos de l’imposition de la norme linguistique par les académies et leurs dictionnaires.

28L’ensemble de ces médiations et interactions trouve sa force historique la plus complexe dans la constitution d’un « champ littéraire ». Ce concept est aujourd’hui d’un usage de plus en plus courant, mais du coup sujet à discussions en même temps que menacé de galvaudage. J’ai tenu à l’introduire ici de façon inductive, pour parer à toute illusion sur les vertus déterministes dont certains le dotent à tort. Qu’il suffise sans entrer dans le débat, de rappeler que l’analyse en termes de « champ » rend compte des situations où une pratique sociale en vient à constituer une sphère d’activité relativement autonome, avec ses codes, ses valeurs, ses produits, ses agents, dont certains deviennent des spécialistes qui s’approprient les valeurs en jeu dans cet espace, enfin ses instances de légitimation et de régulation. Je le soulignais en commençant : si nous consacrons aujourd’hui tant d’énergies, de temps et d’attentions à la littérature, c’est qu’elle est instituée en valeur « en soi », qu’elle fonde un champ social.

29Le champ littéraire, pris dans son ensemble, constitue, comme l’a montré Pierre Bourdieu, la médiation fondamentale dans le processus de signification. Et en son sein, les institutions littéraires dessinent le relief de cet espace, les zones ouvertes, les points de passage obligés, les terrains périlleux. Elles sont les parties visibles d’un ensemble, dont les œuvres, les mouvements esthétiques, les conflits de groupes et de valeurs composent la tectonique.

Institutions et périodisation

30Un autre apport majeur d’une telle approche réside dans les éléments de périodisation qu’elle fournit. Chaque institution a sa propre chronologie, mais considérées dans leurs relations, elles offrent un cadre général où l’évolution des institutions scande une évolution d’ensemble de la littérature, selon les avancées ou retraits de l’autonomisation qui l’institue en valeur majeure. Je me bornerai à cet égard à cinq propositions résumant ce que j’ai déjà formulé sur le sujet.

  1. Il existe des institutions littéraires depuis aussi longtemps que la littérature existe ; du moins, depuis aussi longtemps qu’elle est identifiable comme pratique sociale régulière et régularisée. Mais durant une très longue période, les institutions génériques sont restées directement tributaires des institutions supralittéraires, sans que la strate intermédiaire, les institutions de la vie littéraire, intercale son prisme spécifique dans cette relation. Soit parce qu’elles n’existent pas, soit parce que leur état est trop embryonnaire. Par exemple, au Moyen Âge et à la Renaissance, il existe une censure littéraire ; mais elle émane directement de l’Église et des autorités politiques, sans que soit constituée une instance spécifique. On pourrait faire une analyse du même ordre à propos du mécénat, dans l’Antiquité et au Moyen Âge, et jusqu’à la Renaissance, et des concours littéraires… Cette phase du peu d’autonomie des lettres s’étend donc jusqu’à la Renaissance inclusivement. Elle correspond aussi, pour la France du moins, à un état des mentalités où les lettres ne sont pas séparables des divers ordres du savoir, et où « littérature » signifie avant tout connaissance.

  2. Une configuration nouvelle se dessine au milieu du XVIIe siècle, avec l’apparition d’institutions de la vie littéraire inédites (par exemple la propriété littéraire) et la spécification d’autres, qui existaient antérieurement mais qui passent d’un état où l’effet d’hétéronomie dominait à un état où elles se constituent en instances propres (le mécénat, la censure, les académies). Il se forme de la sorte un réseau, contrôlé par des spécialistes de la chose littéraire, et la chaîne des effets de prisme se complexifie. Cette tension qui s’instaure alors entre des forces d’hétéronomie persistantes et des forces neuves d’autonomie fonde un premier état du champ littéraire (Viala, 1983). Et la notion même de « littérature » se modifie, commençant à échapper à l’ordre des savoirs pour s’inscrire dans celui des arts, où elle occupe, ou revendique, une position prépondérante.

  3. Une seconde modification structurelle majeure survient vers le milieu du XIXe siècle, où s’opère L’institution de la littérature : je reprends là le titre de l’ouvrage de Jacques Dubois qui, à partir des travaux de Sartre, Bourdieu et Bénichou, a donné la synthèse la plus éclairante de cette question. Dès lors, non seulement l’activité sociale nommée littérature est entièrement dominée par les corps de spécialistes, mais surtout le rapport des valeurs se modifie : littérature et littérateurs ne font plus seulement figure de représentants de valeurs constituées en dehors d’eux, ils peuvent prétendre être les producteurs de valeurs et, pour les œuvres, les objets de valeur. Ce mouvement tectonique, qui fonde le champ littéraire moderne a de nombreuses causes, et de multiples effets, la gamme des genres s’en trouvant modifiée en profondeur. Je n’en citerai qu’un exemple (Fayolle, 1964) : la critique accède alors au rang de genre majeur et public, échappant à la sphère des seuls spécialistes.

  4. Chacune des grandes phases ainsi distinguées comprend à son tour des subdivisions. Et l’ensemble ne doit pas être envisagé comme l’histoire d’une avancée régulière vers plus d’institutions et plus d’autonomie du littéraire, selon une progression linéaire. Il y a eu, là aussi, des soubresauts, des bonds en avant et des temps de stagnation, des reculs aussi. Ils se lisent dans l’évolution interne des institutions. Par exemple : au moment du premier essor des académies, entre 1630 et 1660, elles sont dominées par des écrivains qui y conquièrent la prééminence sur les savants ; mais à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècles, l’entrée de plus en plus massive dans ces assemblées de gens d’Église, d’aristocrates et de « notables » fait dévier ce mouvement initial, marque un retour de la préoccupation savante et de l’orthodoxie qui donne l’« académisme »… Mais les questions de périodisation ont été l’affaire d’une autre partie des débats ; qu’il suffise ici de souligner que l’histoire des institutions donne une base de périodisation qui a le mérite d’être moins arbitraire que bien d’autres…

  5. Ultime proposition en ce domaine, mais non la moindre : ces divisions du temps supposent dans le détail de la recherche et de la didactique, des variations de méthodes assez considérables. En particulier, entre des temps relativement courts, où existe un champ littéraire et ceux, nettement plus longs, qui correspondent à un état antérieur, outre les différences dues à des états différents de la langue (autre institution dont je n’ai ici fait que mention, car elle aurait justifié à elle seule, ce me semble, toute une section des travaux), les différences dans la structure des médiations exigent des protocoles d’analyse spécifiques. Jusque et y compris dans l’étude des faits institutionnels. Leur histoire impose le constat qu’une réflexion est indispensable sur la dialectique de l’unité et de la diversité des méthodes de l’histoire littéraire.

31Elle implique aussi – et c’est par là que je conclurai – nombre de changements d’habitudes. La périodisation que je viens d’esquisser, par exemple, casse le cadre d’une habitude séculaire de découpage… séculaire du temps littéraire, en désignant des mutations essentielles « au milieu du XVIIe siècle » et « au milieu du XIXe siècle ». Elle oblige aussi, en réfléchissant sur ce et ceux qui consacrent ou refusent la consécration à une œuvre ou à un auteur, à réfléchir sur le processus de consécration et à se demander « de quelle littérature faisons-nous l’histoire ? ». Envisager l’inscription des usages, c’est constater que le phénomène peut être signifiant au plus haut point dans des œuvres que la tradition n’a pas panthéonisées. Tout à l’heure, j’ai pris pour exemple central La Thébaïde : j’aurais pu choisir plutôt Britannicus (il n’existe pas de documents aussi commodes, mais l’analyse des implicites y est aussi probante) ou bien La Thébaïde de Boyer, avec qui Racine vint rivaliser. Mais dans ce cas, j’en prends les paris, vous ne m’auriez pas cru, vous auriez pensé que Boyer est un « petit » auteur et que s’il est ainsi tributaire des institutions, c’est faute de… génie. Peut-être la même suspicion pèse-t-elle sur La Thébaïde de Racine ? Pourtant, en rééditions et commentaires, elle a eu bonne ration d’histoire littéraire. C’est que « c’est Racine », que l’effet d’institution joue à plein, qui nous fait admettre comme « important » tout ce qui vient d’un auteur réputé « grand ».

32L’étude des institutions invite donc à modifier ce qui était au cœur du programme lansonien : l’histoire littéraire au service de l’explication des grandes œuvres des grands auteurs, pour prendre comme objectif la dialectique permanente entre les œuvres, les mentalités, et les réseaux de valeurs. Comme elle incite aussi à changer le cadre de référence de la périodisation en siècles, qui était le corollaire de l’effet de consécration.

33C’est pourquoi, à mes trois mots d’ordre initiaux j’en ajoute un quatrième, l’indispensable d’Artagnan de l’entreprise : l’histoire littéraire doit être interactive, globale, sociale ; mais on peut dire encore : aujourd’hui l’histoire littéraire osera courir sa chance d’être iconoclaste, ou ne sera pas.

34L’Histoire littéraire aujourd’hui, Henri Béhar et Roger Fayolle (dir.)

35Paris, Armand Colin, 1990, p. 118-128

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search