Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

II. « Et l’idée de de “Génie”… Encore pis ! »

Vers burlesques1

Delphine Denis

Texte intégral

  • 1 Un zeste d’érudition conforme à toute note de bas de page… L’adjectif est emprunté à l’italien. Ce (...)

Finalement, et pourquoi pas
Offrir des vers de mirliton
En hommage à Alain Viala,
Et pour choisir un autre ton
Que bien d’autres contributions
Si du burlesque il n’est pas las…
Mais je n’écrirai pas trop long.
Presque fini ! Donc les voilà.
Maintiendrai-je la rime en – on ?
À tout prendre elle ne va pas
Sans quelque peu d’approbation.
Je peux y faire des addenda.
Ce n’est pas sans affection
Que je t’adresse un charabia
Soumis à ton évaluation
Et s’il y faut des errata
Je suis prête à prolongation.
Peut-être que cela ira ?
Je ne me fais pas d’illusion :
Des poèmes tu en auras
Et de bien meilleure façon.
Mieux vaut alors s’arrêter là,
Stopper toute continuation.
Donc on dira que cela va…
Il y a des inversions
De rimes en – on, de rimes en – a.
Ne faisons pas le fanfaron :
Peut-être tu pardonneras
À ce défaut d’invention.
Aussi faut-il renoncer à
Faire encore une contorsion.
« Ma foy c’est fait » : assez pour moi !

1Delphine

Notes

1 Un zeste d’érudition conforme à toute note de bas de page… L’adjectif est emprunté à l’italien. Ce serait le poète Jean-François Sarasin qui l’introduisit en ce sens en français, au milieu du XVIIe siècle. Selon Gabriel Naudé (Le Mascurat, 1649), il désigne un style « bas et plaisant, non pas naturellement, mais par affectation et gentillesse d’esprit ». Paul Scarron publie en 1643 un Recueil de quelques pièces burlesques : l’octosyllabe y est le mètre de référence.

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search