Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

II. « Et l’idée de de “Génie”… Encore pis ! »

Racine et August Wilhelm Schlegel

Thomas Pavel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Grâce à Alain Viala et à son ouvrage La France galante1, nous percevons beaucoup mieux la spécificité de la culture et des mœurs en France au XVIIe et au XVIIIe siècle. Concernant la littérature et les arts, cet ouvrage nous rappelle que leurs soucis et leurs normes étaient loin de coïncider avec ceux de l’Antiquité classique et que, par conséquent, l’enjeu de l’importante polémique qui a opposé les partisans des Anciens et ceux des Modernes n’était pas l’imitation exacte des auteurs anciens2. En écrivant ses tragédies, on s’en rend compte, Racine n’essayait pas de « faire comme Euripide ». Il se proposait, au contraire, d’évoquer des valeurs et des comportements nettement plus proches de ceux que Viala, en généralisant un terme employé par Mlle de Scudéry et relancé par un important travail de Delphine Denis3, appelle « galants », la différence entre le théâtre racinien et celui des tragiques grecs étant donc volontaire et bien motivée.

Cet aspect de l’œuvre de Racine a échappé aux ...

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search