Version classiqueVersion mobile

Littéraire - Tome 1

 | 
Marine Roussillon
, 
Sylvaine Guyot
, 
Dominic Glynn
, 
et al.

II. « Et l’idée de de “Génie” … Encore pis ! »

Racine et August Wilhelm Schlegel

Thomas Pavel

Texte intégral

  • 1 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines à la (...)
  • 2 Comme l’a bien montré Larry Norman dans The Shock of the Ancients. Literature & History in Early Mo (...)
  • 3 Delphine Denis, Le Parnasse Galant. Institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle. Paris, (...)

1Grâce à Alain Viala et à son ouvrage La France galante1, nous percevons beaucoup mieux la spécificité de la culture et des mœurs en France au XVIIe et au XVIIIe siècle. Concernant la littérature et les arts, cet ouvrage nous rappelle que leurs soucis et leurs normes étaient loin de coïncider avec ceux de l’Antiquité classique et que, par conséquent, l’enjeu de l’importante polémique qui a opposé les partisans des Anciens et ceux des Modernes n’était pas l’imitation exacte des auteurs anciens2. En écrivant ses tragédies, on s’en rend compte, Racine n’essayait pas de « faire comme Euripide ». Il se proposait, au contraire, d’évoquer des valeurs et des comportements nettement plus proches de ceux que Viala, en généralisant un terme employé par Mlle de Scudéry et relancé par un important travail de Delphine Denis3, appelle « galants », la différence entre le théâtre racinien et celui des tragiques grecs étant donc volontaire et bien motivée.

  • 4 August Wilhelm Schlegel, Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres texte (...)

2Cet aspect de l’œuvre de Racine a échappé aux critiques qui, au XVIIIe siècle, ont comparé sa Phèdre à l’Hippolyte d’Euripide pour souligner la supériorité de la tragédie grecque et désapprouver celle de Racine. L’exemple le plus frappant en est fourni par l’essai d’August Wilhelm Schlegel, Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (1807)4. A. W. Schlegel faisait partie de la jeune génération d’intellectuels allemands qui, inspirés d’une part par la redécouverte de l’art et de la littérature médiévale et mortifiés d’autre part par les victoires de Napoléon, espéraient que l’avenir serait défini par la culture et par la politique allemandes, à leur avis seules véritables héritières du passé antique, médiéval et chrétien. Soutenir, en 1807, dans un pamphlet rédigé en français, que Racine, dramaturge unanimement respecté, n’était qu’un épigone maladroit des tragiques grecs faisait partie de l’assaut contre l’hégémonie de la France, assaut lancé dans les années 1790 par les partisans du nationalisme romantique allemand.

  • 5 Ces textes sont disponibles dans A. W. Schlegel, Comparaison, op. cit., p. 255-291.

3Selon A. W. Schlegel, donc, pour évaluer cette pièce, dont le sujet était tiré du répertoire des tragédies grecques et latines, il fallait la soumettre à un examen qui devait prouver la grandeur d’Euripide et la faiblesse de son imitateur. La liste de défauts découverts par Schlegel aîné dans Phèdre de Racine semblait à première vue assez convaincante, car elle confirmait certaines des réserves exprimées par ses prédécesseurs français, dont l’abbé Batteux (1776) et Mme de Staël (1800)5. Il s’agissait de :

  1. la domestication du personnage d’Hippolyte, dont la chasteté sauvage, chez Euripide, est remplacée, chez Racine, par un amour chaste pour la jeune Aricie, changement qui, selon Schlegel aîné, « le range dans la classe nombreuse des héros galants et soupirants de la tragédie française »6 ;
  2. la complication de l’intrigue, qui chez Racine inclut le conflit entre Thésée et la famille d’Aricie ;
  3. l’« étrange » projet d’Hippolyte et d’Aricie de s’enfuir pour éviter la colère de Phèdre ;
  4. la faiblesse et l’incohérence du personnage de Phèdre qui, chez Racine, n’a pas le courage de mettre fin à ses jours après avoir déclaré : « Mourons » ;
  5. la fausse nouvelle « mal choisie » de la mort de Thésée ;
  6. l’allusion répétée et inappropriée aux aventures érotiques de Thésée.

4La pièce de Racine opère en effet ces changements. Il ne suffit cependant pas de les signaler, il s’agit également d’en comprendre les raisons. À la différence de la dramaturgie antique, le théâtre français du XVIIe siècle, comme d’ailleurs celui d’Angleterre et d’Espagne, introduit dans la tragédie des intrigues amoureuses, en particulier celles qui représentent la constitution – réussie ou non – des couples, sujet qui dans le théâtre ancien appartenait quasi exclusivement à la comédie. Les critiques romantiques, Schlegel aîné inclus, s’imaginaient pouvoir souligner le contraste entre Shakespeare, véritable génie du Nord, et les trop élégants imitateurs français du théâtre grec. En réalité, à bien regarder les choses, au cœur des tragédies de Shakespeare on retrouve Roméo et Juliette, Hamlet et Ophélie, Othello et Desdémone de la même manière dont chez Corneille les disputes amoureuses mettent face à face Rodrigue et Chimène, Rodogune, Séleucus et Antiochus et, chez Racine, Oreste, Pyrrhus et Hermione, Phèdre, Hippolyte et Aricie, personnages dont les conflits mettent toujours en valeur la formation des couples et les défis auxquels ils font face.

5Quel est donc le sens de ce nouveau type de tragédie ?

  • 7 Les Essais sur l’individualisme (Paris, Seuil, 1983) de Louis Dumont et Le Désenchantement du monde(...)

6Dans le théâtre ancien, les conflits tragiques s’enracinent dans l’organisation archaïque des élites tribales/guerrières, dont les actions, guidées par les rivalités et les devoirs, sont surveillées de loin par les multiples dieux de l’âge polythéiste, présents à l’horizon et prêts à intervenir de temps en temps, parfois même brutalement. Les couples amoureux ne deviennent un sujet sérieux, voire tragique, que plus tard, lorsqu’autour de la Méditerranée une nouvelle vision du monde prend forme, vision qui, par-delà la multiplicité des tribus et des cités, saisit l’unité du genre humain, abandonne le polythéisme en faveur du monothéisme, honore la femme et la stabilité des couples, et accorde à l’individu une importance sans précédent7.

  • 8 Héliodore d’Émèse, Les Éthiopiques [Théagène et Chariclée], IIIe siècle [première traduction frança (...)

7Cette manière de voir le monde est tout d’abord promue par la réflexion philosophique et religieuse de l’époque hellénistique et du début du christianisme, mais aussi par la littérature de cette période, en particulier par les romans grecs, dont Les Éthiopiques d’Héliodore8, œuvre au cours de laquelle l’amour partagé sépare du reste du monde le couple béni par une divinité invisible et unique. Diverses formes de ce choix apparaissent plus tard dans les romans de chevalerie et dans la nouvelle italienne, espagnole et française, dans la pastorale et, par conséquent, dans les pièces de théâtre espagnoles et anglaises qui en adaptent les intrigues. Marquées par l’essor de l’individu, les œuvres qui racontent l’amour courtois, l’amour pastoral et, dans le cas des nouvelles, les passions de la vie quotidienne, mettent en scène des conflits difficiles à imaginer dans une tragédie ancienne, mais que le nouvel horizon, appelé parfois « civilisé » (Giambattista Vico), parfois « poli » (David Hume) et parfois « galant » (Mlle de Scudéry), rend possibles, grâce aux valeurs qu’il promeut.

8 Cette manière de voir le monde et ses manifestations artistiques et philosophiques ne sont certes pas restées inchangées au cours des siècles. Au contraire même, de remarquables mutations en ont accompagné l’évolution dans la longue durée. Les romans de chevalerie, par exemple, qui allient l’option héroïque avec le culte de l’individu – un individu sinon entièrement séparé du monde, du moins nettement supérieur à son milieu –, continuent de promouvoir le respect quasi religieux pour la femme, mais assignent au couple un rôle légèrement différent de celui qu’il remplit dans le roman hellénistique. Objet d’un amour qui vient d’en haut, Chariclée, la protagoniste des Éthiopiques, vrai modèle d’intelligence, de chasteté et de courage, demeure aux côtés de Théagène, son élu, dans la plupart des épisodes du roman. Aucun malentendu, aucun désaccord ne les sépare. Dans les romans de chevalerie, en revanche, chez Chrétien de Troyes, par exemple, ainsi que dans l’Amadis de Gaule, œuvre plus tardive, les rapports du couple sont chaque fois mis à l’épreuve. Dans Le Chevalier au lion Yvain offense sa bien-aimée en oubliant une promesse et doit racheter sa faute, dans Érec et Énéide l’épouse doit apprendre à respecter le silence, dans Amadis de Gaule Oriane congédie son amoureux pendant un certain temps. De surcroît, dans Lancelot de Chrétien et dans les Tristan de Thomas, de Béroul et de Gottfried, la passion est plus forte que la loyauté maritale et le couple n’arrive pas à s’unir durablement. Le roman médiéval joint donc la représentation du couple amoureux à celle du guerrier solitaire qui protège ses semblables et, de surcroît, nuance l’image de la passion idéale en la confrontant parfois aux faiblesses des amoureux, sinon même, d’autres fois, à l’institution du mariage sans amour. Quant aux histoires d’amour simples, rapides, et dramatiques, les nouvelles italiennes, espagnoles et françaises en proposeront, du XIVe au XVIIe siècle, une multitude d’intrigues qui examinent les divers visages de l’amour, des plus sublimes aux plus ridicules.

9Au XVIe siècle, la redécouverte d’Héliodore et, grâce à son roman, celle du couple-hors-du-monde, de l’amour indestructible qui l’anime et de ses interminables aventures par-delà les mers et les terres rappelle aux écrivains que ce genre d’amour, quelle qu’en soit la plausibilité, attire et émeut le public. On sait à quel point de nombreux écrivains du XVIIe siècle, parmi lesquels Cervantès, Gomberville, Mlle de Scudéry et Aphra Behn sont les plus connus, ont repris l’image et l’histoire du couple-hors-du monde lancée par Héliodore. Les échos de cette histoire ne cessent de s’entendre dans la littérature de l’époque, dramaturgie comprise, chez Shakespeare, par exemple, dans les pièces tardives appelées romances par la critique anglaise, terme qui désigne également les romans idéalistes dans la tradition d’Héliodore et les récits de chevalerie.

10C’est un exemple de cet amour que Racine rattache à l’intrigue d’Hippolyte d’Euripide. Comme dans la tragédie grecque, chez Racine Phèdre éprouve pour le jeune fils de Thésée une passion violente, propre à l’âge où les anciens dieux gouvernaient encore les humains. Elle aime, se rend-elle compte, « Puisque Vénus le veut… » (I, 3, v. 257). La honte qu’elle en ressent l’empêche au départ d’avouer sa passion. Tenant compte de la sensibilité de son public bien élevé, Racine introduit la fausse nouvelle de la mort de Thésée (cinquième objection de Schlegel aîné) afin de rendre cet aveu plus plausible et moins choquant. Et si dans cette pièce Phèdre et Hippolyte font allusion aux nombreuses conquêtes amoureuses de Thésée (sixième objection de Schlegel aîné), la raison en est le besoin de souligner que le roi d’Athènes agit en représentant de l’ancien âge héroïque, polythéiste et polygame, peu sensible à l’amour chaste et à la fidélité des couples.

11Ce genre d’amour et cette fidélité à toute épreuve sont ceux qui unissent Hippolyte et Aricie, visiblement modelés d’après l’histoire de Théagène et de Chariclée dans Les Éthiopiques, roman que Racine avait lu en grec, admiré dans son adolescence et, selon le témoignage de son dernier fils Louis Racine, connaissait par cœur. Couple-hors-du-monde, Hippolyte et Aricie projettent de s’enfuir ensemble, en faisant d’abord un serment de fidélité au temple d’un dieu sans nom « formidable aux parjures » (V, 2, v. 1393-1394). La réponse aux objections 1 et 3 formulées par Schlegel aîné consiste donc à souligner le contraste, essentiel chez Racine, entre la violence de l’éros archaïque et la noblesse de l’amour respectueux et constant, amour bien représenté, comme le remarque August Wilhelm Schlegel lui-même, par « la classe nombreuse des héros galants et soupirants de la tragédie française ».

12Chez Euripide, Phèdre agit jusqu’à la fin selon les lois archaïques du monde de Thésée, car dans une lettre que celui-ci découvre après le suicide de son épouse, elle accuse Hippolyte de tentative de viol. En revanche, chez Racine, Phèdre hésite entre les deux mondes, celui de Thésée, passionné et violent, et celui d’Hippolyte, chaste, fier et fidèle. En rencontrant son beau-fils, elle lui avoue indirectement son amour, en affirmant croire voir en lui son époux, et lorsque Hippolyte rend hommage à sa fidélité pour le disparu, elle décrit enfin ses vrais sentiments. Oui, répond-elle, elle brûle, elle languit pour Thésée, mais pas pour le « Volage adorateur de mille objets divers / Qui va du dieu des morts déshonorer la couche » (II, 5, v. 636-637), mais pour sa nouvelle image, son fils, fidèle, fier, « et même un peu farouche » (II, 5, v. 638).

  • 9 A. W. Schlegel, Comparaison, op. cit., p. 128.

13Ce que Schlegel aîné, dans la quatrième objection, appelle « la faiblesse et vacillation continuelle »9 du personnage de Phèdre, se rapporte en réalité à la différence entre la protagoniste de Racine et celle d’Euripide. La dureté de cette dernière, son manque de scrupules, sa capacité à faire le mal même après la mort sont remplacés chez Racine par les incertitudes d’un personnage qui au départ appartient au monde tribal / guerrier – « héroïque » si l’on veut – et qui, grâce à son amour pour Hippolyte, souhaite entrer dans le nouveau monde, loyal et pacifique. Cette noblesse, Phèdre finit par en faire preuve lorsque, après avoir choisi la mort, elle avoue à Thésée sa propre faute et l’innocence d’Hippolyte. La disparition de celui-ci – victime, grâce à la coopération d’un dieu, de l’ancien monde des guerres et des rivalités – signale l’aube de la paix et de la loyauté. Thésée lui-même, le héros à l’ancienne, annonce la fin du conflit entre sa famille et celle d’Aricie, qu’il considère désormais comme sa fille (V, 7, v. 1654). La deuxième objection d’Auguste Wilhelm Schlegel, « la complication de l’intrigue, qui chez Racine inclut le conflit entre Thésée et la famille d’Aricie », reçoit ainsi sa réponse : Racine introduit ce conflit parce que sa résolution souligne un aspect essentiel de sa tragédie, à savoir l’établissement – douloureux mais final – de l’âge civilisé, poli, sinon même « galant », si l’on veut en désigner la spécificité à l’époque de Racine par le terme lancé par Mlle de Scudéry, repris par les travaux de Delphine Denis et développé par l’ouvrage d’Alain Viala.

  • 10 Cette analyse de Phèdre de Racine converge avec les interprétations que j’en ai proposées dans « L’ (...)

14Il faudrait certes mieux préciser les divers traits que les avatars de cette manière d’envisager et d’organiser le monde ont acquis ou perdus au cours des siècles. Il reste qu’à partir de l’époque hellénistique, la relative stabilité des valeurs concernant l’individualité humaine et la formation des couples, et la différence entre ces valeurs et celles que mettent en scène l’épopée et la tragédie classiques n’en sont pas moins discernables. Quant au respect que les dramaturges français des XVIIe et XVIIIe siècles témoignaient pour la Poétique d’Aristote, il s’agissait sans doute moins d’un effort pour bien imiter les anciens que d’un choix artisanal : les unités du temps et du lieu simplifiaient la réception d’intrigues toujours fort compliquées, alors que la bienséance et la vraisemblance convergeaient admirablement avec l’esprit « galant »10.

Notes

1 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines à la Révolution, Paris, PUF, « Les Littéraires », 2008.

2 Comme l’a bien montré Larry Norman dans The Shock of the Ancients. Literature & History in Early Modern France, Chicago, University of Chicago Press, 2011.

3 Delphine Denis, Le Parnasse Galant. Institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle. Paris, Champion, 2001.

4 August Wilhelm Schlegel, Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres textes), Jean-Marie Valentin (éd.), Arras, Artois Presses Université, 2013.

5 Ces textes sont disponibles dans A. W. Schlegel, Comparaison, op. cit., p. 255-291.

6 Ibid., p. 127.

7 Les Essais sur l’individualisme (Paris, Seuil, 1983) de Louis Dumont et Le Désenchantement du monde de Marcel Gauchet (Paris, Gallimard, 1985) offrent deux convaincantes descriptions de cette vision du monde.

8 Héliodore d’Émèse, Les Éthiopiques [Théagène et Chariclée], IIIe siècle [première traduction française par Jacques Amyot, 1547], dans Les romans grecs, Pierre Grimal (trad.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1958. Sur son influence aux XVIe et XVIIe siècles, voir Georges Molinié, Du roman grec au roman baroque. Un art majeur du genre narratif en France sous Louis XIII, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 1982.

9 A. W. Schlegel, Comparaison, op. cit., p. 128.

10 Cette analyse de Phèdre de Racine converge avec les interprétations que j’en ai proposées dans « L’auteur : génie ou artisan ? » dans Retour à l’auteur, Joël Loehr et Jacques Poirier (dir.), Reims, Presses Universitaires de Reims, 2013, p. 345-353, et « Roland Barthes, Sur Racine » dans Roland Barthes : continuités, Colloque de Cerisy 2016, Paris, Christian Bourgois, « Titres », 2017.

© Artois Presses Université, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search