Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

78. Émile Laurent, La Poésie décadente devant la science psychiatrique, Paris, Maloine, 1897, p. V-VII, et p. 7-9

Texte intégral

  • 1 Sur le livre de Laurent, voir le texte 33.

1De manière surprenante, la préface que le docteur Émile Laurent (1861-1904) rédige pour son ouvrage1 ne cherche pas à établir son autorité scientifique, mais à valider son sens esthétique. Sans doute parce que cette autorité allait, pour l’auteur, de soi, mais sans doute également parce que cet autoportrait du médecin en esthète reconnu révèle finalement la véritable nature du traité que le lecteur s’apprête à lire, comme celle des arguments qu’il sollicite : le goût, supposément bon, y est, finalement, le seul critérium de l’analyse, comme en témoigne la lecture du poème « Les Fleurs » de Mallarmé (1866) au chapitre II intitulé « Poésie et Névrose ».

  • 2 Homme politique (1882-1912), élu en 1877 à l’Académie des sciences morales et politiques.

2Il y a quelques années, j’avais déjà présenté, dans un article de Revue, quelques réflexions sur cette question de la poésie décadente dans ses rapports avec la dégénérescence. M. Frédéric Passy2 m’écrivait à ce sujet : « Je viens de me faire lire votre article Poètes et Dégénérés et je tiens à vous dire qu’il m’a très vivement intéressé. Me permettez-vous d’ajouter que ce n’est pas seulement comme étude médicale ou philosophique, mais aussi comme morceau littéraire d’une très haute valeur, que j’ai goûté cet article. Malgré ce qu’il y a parfois d’intéressant et même de remarquable, comme harmonie surtout, dans certaines de ces élucubrations maladives, il serait bien désirable que les aliénistes puissent guérir une partie de ceux qui s’y livrent. J’aime et j’admire la poésie ; mais quand elle fait tort au bon sens, je préfère que l’on laboure la terre ou qu’on gâche du plâtre en se remettant les muscles et le cerveau en équilibre ».

3Je n’ai rien voulu dire autre chose dans les pages qui vont suivre.

4J’ai simplement voulu montrer que chez certains individus, la poésie n’était qu’une sorte d’extériorisation du détraquement cérébral, une manifestation de leur état d’infériorité mentale.

  • 3 Sur Verlaine, voir le texte 54. Jean Moréas (1856-1910) est l’auteur du « Manifeste » qui fonde le (...)
  • 4 Voir note 3 p. 101.

5Certains dégénérés peuvent avoir des élans surprenants, s’élever sur les ailes de la poésie à des hauteurs presque inaccessibles, ciseler des vers d’une délicatesse exquise, d’une douloureuse et ravissante morbidesse, comme Verlaine ou J. Moréas3, d’autres ne dépassent jamais une incohérente verbigération presque uniquement basée sur les assonances. Les premiers sont ce qu’on est convenu d’appeler des dégénérés supérieurs, des progénérés4. Les seconds ne sont que des débiles et des faibles d’esprit. Mais chez les uns comme chez les autres, on retrouve, à certaines heures au moins, les signes incontestables, les stigmates indélébiles de la déséquilibration cérébrale. J’ai cru faire cette preuve en rapprochant leurs poésies de celles des aliénés et des dégénérés.

6[…]

7Tel est le poète dégénéré, ou décadent, si vous préférez. Et pour mieux me faire comprendre, je choisis un exemple : Stéphane Mallarmé, un des princes de la cohorte. Il chante les fleurs, et il débute sur un mode magnifique. Il dit :

  • 5 « ce », dans le vers exact.

Le glaïeul fauve, avec les cygnes au col fin,
Et le5 divin laurier des âmes exilées,
Vermeil comme le pur orteil du séraphin
Que rougit la pudeur des aurores foulées ;
L’hyacinthe, le myrthe [sic] à l’adorable éclair,
Et, pareille à la chair de la femme, la rose
Cruelle, Hérodiade en fleur du jardin clair,
Celle qu’un sang farouche et radieux arrose !

8Tout cela est ravissant et dit avec une richesse et une couleur presque inimitables. Il continue, sur un rythme vague et déjà presque obscur :

Et tu fis la blancheur sanglotante des lys,
Qui, roulant sur des mers de soupirs qu’elle effleure,
À travers l’Océan des horizons pâlis,
Monte rêveusement vers la lune qui pleure !

9À la rigueur, cela peut se comprendre, et cette poésie rêveuse et indécise conserve encore un certain charme.

10À la strophe suivante, il devient obscur et incompréhensible. On dirait qu’on a jeté un voile devant les yeux éblouis du poète. Il ne voit plus, il parle, mais ce ne sont plus que des sons :

Hosannah sur le cistre et dans les encensoirs,
Notre-Dame, hosannah au jardin de nos limbes !
Et finisse l’écho par les célestes soirs,
Extase des regards, scintillement des nimbes !
Ô mère qui créas, en ton sein juste et fort,
Calices balançant la future fiole,
De grandes fleurs avec la balsamique mort

11Pour le poète las que la vie étiole, ce dernier vers n’est-il pas un cri d’impuissance et de désespoir ?

12Le poète las que la vie étiole sent qu’il redescend de son rêve étoilé et que la chimère qu’il croyait avoir saisie va lui échapper, que ce n’est plus qu’un fantôme qui s’efface dans le lointain des brumes.

13Cela est dur et triste à dire : j’ai recueilli autrefois à Sainte-Anne des quantités de vers comme ceux-là. Quand je disais au pauvre fou que je ne le comprenais pas, il me répondait simplement : – Je suis en haut ; vous êtes en bas. Je parle de trop loin ; vous ne pouvez m’entendre.

Notes

1 Sur le livre de Laurent, voir le texte 33.

2 Homme politique (1882-1912), élu en 1877 à l’Académie des sciences morales et politiques.

3 Sur Verlaine, voir le texte 54. Jean Moréas (1856-1910) est l’auteur du « Manifeste » qui fonde le mouvement symboliste (Le Figaro, supplément littéraire du 18 septembre 1886).

4 Voir note 3 p. 101.

5 « ce », dans le vers exact.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search