Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

77. Paul Abaur [Henri-Étienne Beaunis], Contes physiologiques, Paris, Société d’éditions littéraires, 1895, p. VII-VIII

Texte intégral

1Le psychologue et physiologiste Henri-Étienne Beaunis (1830-1921) rédigea sous divers pseudonymes des pièces de théâtre (Les Fantoches sur la Côte d’Azur, fantaisie revue en 1 acte et en vers, 1908 ; La Fête du grand-papa, saynète en vers avec danses enfantines anciennes, 1912), mais également ces Contes physiologiques dont il semble s’excuser en préface. Connu pour ses travaux sur l’hypnose et les cas de dédoublement de la personnalité, Beaunis présente ici son œuvre littéraire comme le produit de son cerveau malade – que son cerveau de médecin semble désormais observer avec une certaine distance. La suite de sa carrière littéraire montre néanmoins que les rechutes furent nombreuses, et que son discours préfaciel relève davantage de la pose littéraire que de la posture du clinicien.

2Ces contes pourraient s’intituler : Contes de l’influenza. À la suite d’une longue et sérieuse maladie, l’auteur se trouva dans un état psychologique singulier : impossibilité absolue de se livrer comme d’habitude aux recherches scientifiques, tendance invincible aux travaux littéraires qui n’étaient pour lui auparavant qu’un passetemps momentané. Le cerveau peut se comparer à un meuble à tiroirs dont chaque compartiment est réservé à une activité spéciale de l’esprit. Le tiroir scientifique resta obstinément fermé pendant près de trois ans tandis que le tiroir littéraire s’ouvrait complaisamment, comme de lui-même, sous la plus légère pression.

3C’est dans ce dernier que l’auteur a trouvé les bluettes suivantes pour lesquelles il réclame l’indulgence du lecteur.

4Ont-elles quelque valeur ? N’en ont-elles aucune ? Il l’ignore.

5Pour une œuvre scientifique, cette hésitation n’existe pas et l’on sait toujours à quoi s’en tenir. A-t-on interprété un phénomène, inexpliqué jusque-là, on est sûr d’avoir fait progresser la science. En littérature, il n’en est plus de même, et le malheureux auteur se demande, non sans angoisse, s’il n’est pas la dupe de ses illusions paternelles et s’il ne risque pas, comme dit le poète,

  • 1 Reprise d’un vers de « La Coupe et les lèvres » (1832) d’Alfred de Musset : « Mais croire que l’on (...)

De presser tendrement un navet sur son cœur ?1

6Ce petit livre ne serait-il, hélas ! qu’un vulgaire navet ?

7À toi, lecteur, de décider !

Notes

1 Reprise d’un vers de « La Coupe et les lèvres » (1832) d’Alfred de Musset : « Mais croire que l’on tient les pommes d’Hespérides / Et presser tendrement un navet sur son cœur ! »

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search