Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

75. Alexander von Humboldt, Cosmos, Paris, Gide et Baudry, 1848, t. II1

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition Utz (Paris, 2000, t. I, p. 393-392 et p. 402- 403).

1Publiés en allemand en 1845 et 1847, les deux tomes du Kosmos d’Alexander von Humboldt furent immédiatement traduits en français (et revus par l’auteur) en 1846 et 1848 ; ils furent abondamment commentés aussi bien par les savants que par les écrivains et les littérateurs contemporains (voir les textes 7 et 16). Dans cet ouvrage encyclopédique, Humboldt entreprend de retracer l’histoire et les manifestations du « sentiment de la nature », aussi bien dans les sciences que dans les arts. Le premier chapitre du second tome est consacré à l’histoire et à la définition de ce que Humboldt nomme la « littérature descriptive » : les œuvres, de tous les temps et de tous les pays, y sont classées en fonction de la part qu’elles accordent à la description de la Nature. Le « portrait » du grand poète portugais Camões (1524-1580), ou le commentaire de son épopée Os Lusíadas, est l’illustration de la grande littérature descriptive et s’informe in fine en un parallèle où la voix de Humboldt se confond avec celle de l’écrivain. Le second extrait est manifestement l’occasion, pour le naturaliste allemand, de répondre, grâce à la figure de Goerg Forster (né en 1754 et mort en 1794 dans le Paris révolutionnaire) aux critiques qu’ont formulées contre sa propre œuvre aussi bien des savants que des écrivains. Dans l’un et l’autre extrait, Humboldt lie intimement la qualité littéraire et scientifique de la littérature descriptive avec l’expérience du voyage.

  • 1 Karl Wilhelm Friedrich Schlegel (1772-1829) est l’une des figures du Cercle de Iena ; il est philos (...)
  • 2 Voy. F. Schlegel, t. II, p. 96 de ses Œuvres complètes, et sur le dualisme, bizarre à la vérité, qu (...)
  • 3 Lusiades, ch. I, st. 19 ; VI, 71-82. Voy. aussi la comparaison dont se sert le poète dans la descri (...)
  • 4 Le feu Saint-Elme : « Le feu vivant, que les gens de mer prennent pour saint, en temps de tempête…  (...)
  • 5 Ch. V, st. 19-22. La trombe d’eau ou trombe de terre, dans Camoens, peut être comparée à la descrip (...)

2Ce caractère de vérité qui naît d’une observation immédiate et personnelle brille au plus haut degré dans la grande épopée nationale des Portugais. On sent flotter comme un parfum des fleurs de l’Inde à travers ce poème écrit sous le ciel des tropiques, dans la grotte de Macao et dans les îles des Moluques. Sans m’arrêter à discuter une opinion hasardée de F. Schlegel1, d’après laquelle les Lusiades de Camoens surpasseraient de beaucoup le poème de l’Arioste pour l’éclat et la richesse de l’imagination2, je puis affirmer du moins, comme observateur de la nature, que dans les parties descriptives des Lusiades, jamais l’enthousiasme du poète, le charme de ses vers et les doux accents de la mélodie n’ont altéré en rien la vérité des phénomènes. L’art, en rendant les impressions plus vives, a plutôt ajouté à la grandeur et à la fidélité des images, comme cela arrive toutes les fois qu’il est puisé à une source pure. Camoens est inimitable quand il dépeint l’échange perpétuel qui s’opère entre l’air et la mer, les harmonies qui règnent entre la forme des nuages, leurs transformations successives et les divers états par lesquels passe la surface de l’Océan. D’abord il montre cette surface ridée par un léger souffle du vent ; les vagues à peine soulevées étincellent, en se jouant avec le rayon de lumière qui s’y reflète. Puis une autre fois, les vaisseaux de Coelho et de Paul de Gama, assaillis par une terrible tempête, luttent contre tous les éléments déchaînés3. Camoens est, dans le sens propre du mot, un grand peintre maritime. Il avait fait la guerre au pied de l’Atlas, dans l’empire du Maroc. Il avait combattu sur la mer Rouge et dans le golfe Persique. Deux fois il avait doublé le Cap, et pendant seize ans, pénétré d’un profond sentiment de la nature, il avait prêté l’oreille, sur les rivages de l’Inde et de la Chine, à tous les phénomènes de l’Océan. Il décrit le feu électrique de Saint-Elme, que les anciens personnifiaient sous les noms de Castor et Pollux. Il l’appelle « la lumière vivante sacrée pour les navigateurs4 ». Il dépeint la formation successive des trombes menaçantes, et montre « comment les nuages légers se condensent en une vapeur épaisse qui se roule en spirale, et d’où descend une colonne qui pompe avidement les eaux de la mer ; comment ce nuage sombre, lorsqu’il est saturé, retire à soi le pied de l’entonnoir, et, fuyant vers le ciel, laisse retomber en eau douce dans les flots de la mer ce que la trombe mugissante leur avait enlevé5 ». Quant à expliquer ces mystères merveilleux de la nature, cela appartient, dit le poète, dont les paroles semblent être encore la critique du temps présent, aux écrivains de profession qui, fiers de leur esprit et de leur science, témoignent tant de dédain pour les récits recueillis de la bouche des navigateurs sans autre guide que l’expérience.

3[…]

  • 6 Voy. une fort belle description de Tahiti, par Charles Darwin, « Journal and Remarks, 1832-1836 », (...)
  • 7 Sur les mérites de Georg Forster comme homme et comme écrivain, voy. Gervinus, Geschichte der deuts (...)

4On ne peut nier, d’après les considérations qui précèdent, que, dans les récits des voyageurs modernes, l’élément dramatique soit relégué sur le second plan ; que, pour le plus grand nombre, ce ne soit qu’un moyen de rattacher les unes aux autres, à mesure qu’elles se présentent, des observations sur la nature des pays et sur les mœurs des habitants ; mais il est juste d’ajouter que cette infériorité est bien rachetée par l’abondance de ces observations, par la grandeur des aperçus généraux sur le monde, par de louables efforts tentés pour relever la vérité des descriptions, en empruntant les termes propres à l’idiome du pays que le voyageur explore. Au progrès du temps nous devons l’agrandissement indéfini de l’horizon, l’abondance toujours croissante des émotions et des idées, et l’influence efficace qu’elles exercent réciproquement les unes sur les autres. Ceux mêmes qui ne veulent pas quitter le sol de la patrie, ne se contentent plus aujourd’hui de savoir comment est conformée l’écorce de la terre dans les zones les plus lointaines, quelle est la figure des plantes ou des animaux qui les peuplent : il faut que l’on nous en crée une image vivante, que l’on nous rende une partie au moins des impressions que l’homme dans chaque contrée reçoit du monde extérieur. C’est à satisfaire cette exigence, à fournir à notre esprit une jouissance inconnue de l’antiquité, que travaille le temps présent. Le travail avance parce qu’il est l’œuvre de toutes les nations civilisées, parce que le perfectionnement des moyens de transport, sur terre et sur mer, rend le monde plus accessible et facilite la comparaison des différentes parties qui le composent, en dépit des distances qui les séparent. J’ai essayé de faire comprendre dans ces pages comment le talent de l’observateur, la vie qu’il communique au monde sensible, la diversité des vues qui se sont successivement produites sur l’immense théâtre où se déploient les forces créatrices et destructrices de l’univers, ont pu contribuer à répandre le goût de la nature et à élargir les sciences dont elle est l’objet. L’écrivain qui, en Allemagne, a frayé cette voie avec le plus de puissance et de bonheur, est, à mon sens, mon illustre maître et ami Georg Forster. C’est de lui que date l’ère nouvelle des voyages scientifiques. Le premier il se proposa pour but l’étude comparée des peuples et des pays. Doué d’un sentiment exquis pour les beautés de la nature, il conservait toujours fraîches en lui les images qui à Tahiti et dans d’autres îles, plus heureuses alors, de la mer du Sud, s’étaient emparées de sa pensée comme tout récemment elles ont séduit Charles Darwin6. Georg Forster décrivit le premier avec charme la gradation des végétaux suivant la latitude ou l’élévation du sol qui les produit, la variété des climats et les effets de l’alimentation sur les mœurs des différents peuples, en tenant compte de leur patrie originaire. Tout ce qui peut rendre le tableau d’une nature étrangère plus vrai, plus individuel, plus saisissant, se trouve réuni dans ses ouvrages. Ce n’est pas seulement dans sa relation pittoresque du second voyage de Cook, mais plus encore peut-être dans ses œuvres diverses que l’on trouve le germe des grandes qualités que le temps a mûries plus tard7. Mais cette vie si noble, si riche d’émotions, toujours ouverte à l’espérance, ne devait pas être heureuse.

Notes

1 Karl Wilhelm Friedrich Schlegel (1772-1829) est l’une des figures du Cercle de Iena ; il est philosophe, poète écrivain et philologue.

2 Voy. F. Schlegel, t. II, p. 96 de ses Œuvres complètes, et sur le dualisme, bizarre à la vérité, que forme le mélange des fables anciennes avec les croyances chrétiennes, t. X, p. 54. Camoens a cherché à justifier ce dualisme mythique dans les stances 82-84, auxquelles on n’a pas assez fait attention. Téthys avoue d’une manière un peu naïve, mais au milieu du plus bel élan poétique, « qu’elle-même, Saturne, Jupiter et tout le cortège des dieux ne sont que de pures fables, nées de l’illusion des mortels. Tous ne servent, dit-elle, qu’à donner du charme au chant du poète : « A sancta Providencia que em Jupiter aqui se representa… » [nda].

3 Lusiades, ch. I, st. 19 ; VI, 71-82. Voy. aussi la comparaison dont se sert le poète dans la description de l’orage qui éclate au milieu d’une forêt, I, 35 [nda].

4 Le feu Saint-Elme : « Le feu vivant, que les gens de mer prennent pour saint, en temps de tempête… », ch. V, st. 18. Si une flamme brille seule, c’est l’Hélène des marins grecs, elle porte malheur (Pline, II, 37) ; deux flammes, Castor et Pollux, apparaissant avec bruit comme des oiseaux qui voltigent, sont au contraire d’heureux présages. Voy. Stobée, Eclogæ physicæ, I. p. 514 ; Sénèque, Natur. Quæst., I, 1. Pour se faire une idée de la vérité saisissante dont sont empreintes chez Camoens les descriptions de la nature, on peut voir, dans la grande éd. de Paris, 1818, la Vida de Camoens, par don José María de Souza, p. CII [nda].

5 Ch. V, st. 19-22. La trombe d’eau ou trombe de terre, dans Camoens, peut être comparée à la description également très poétique et très vraie de Lucrèce, VI, v. 423-442. Sur l’eau douce, qui vers la fin de l’apparition tombe visiblement de la partie supérieure de la trombe, voy. dans Amer. Journ. of Sciences de Silliman, t. XXIX, p. 254-260, un mémoire d’Ogden, « On Water Spouts », résultat d’observations faites en 1820 pendant un voyage de La Havane à Norfolk [nda].

6 Voy. une fort belle description de Tahiti, par Charles Darwin, « Journal and Remarks, 1832-1836 », dans l’ouvrage intitulé Narratives of the Voyages of the Adventure and Beagle, t. III, p. 479-490 [nda].

7 Sur les mérites de Georg Forster comme homme et comme écrivain, voy. Gervinus, Geschichte der deutschen Literatur, t. V, p. 390-392 [nda].

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition Utz (Paris, 2000, t. I, p. 393-392 et p. 402- 403).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search