Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

74. Honoré de Balzac, « À M. le Docteur J. Moreau » [1845]1

Texte intégral

  • 1 Lettre recueillie dans Correspondance, 1819-1850, Paris, Calmann Lévy, 1876, t. 2, p. 209-210.

1Dans cette lettre, Balzac remercie le docteur Jacques-Joseph Moreau de Tours (1804-1884) de l’envoi de son livre Du hachisch et de l’aliénation mentale (1845). Balzac inverse néanmoins rapidement l’acte de déférence en affirmation d’une compétence au moins égale à celle du « physiologiste ». Plutôt que de parler de l’œuvre reçue, l’auteur de La Comédie humaine rappelle sa propre ambition scientifique et, par là même, sa très nette antériorité…

À M. le Docteur J. Moreau, à Paris

Passy, décembre 1845

Monsieur,

J’ai reçu votre livre sur l’aliénation mentale, et je suis en train de le lire ; j’éprouve donc le besoin de vous remercier, et du plaisir que m’a fait le début, et de votre attention.

  • 1 Le livre de Moreau fait de la consommation du haschisch le moyen de provoquer une « folie expérimen (...)
  • 2 Partie de l’anatomie qui traite des muscles. La mention de ce terme par Balzac semble avoir pour pr (...)
  • 3 Voir note 2 p. 51.
  • 4 Ces thèmes sont au cœur des théories du fluide vital développées dans La Comédie humaine : le modèl (...)
  • 5 Vénus et Apollon sont tous deux associés à l’art et la beauté. Leur opposition croise plutôt ici ce (...)

C’est une idée que j’ai eue aussi, que celle de rechercher les causes de la folie dans celles de nos aberrations ou exaltations momentanées1. Vous savez ou vous ne savez pas que voici vingt-sept ans bientôt que je m’occupe de ces matières dites physiologiques ; mais je ne suis pas assez instruit en anatomie et surtout en myologie2 pour être de quelque utilité. Je ferai plus tard des études en ce genre. Voici pourquoi. Je crois que nous ne ferons rien de bon, tant que l’on n’aura pas déterminé la part que les organes de la pensée, en tant qu’organes, ont dans les cas de folie. En d’autres termes, les organes sont les gaines d’un fluide quelconque, inappréciable encore. Je tiens cela pour prouvé. Eh bien, il y a un quantum quelconque d’organes qui se vicient par leur faute même, par leur constitution, et d’autres qui se vicient par un trop grand afflux. Ainsi ceux qui (tels que Cuvier3, Voltaire, etc.) ont de bonne heure exercé leurs organes, les ont faits si puissants, que rien ne peut les rendre fous ; aucun excès ne les atteint ; tandis que ceux qui s’en tiennent à certaines parties de l’encéphale idéal, que nous nous représentons comme le laboratoire de la pensée, les poètes qui laissent dans l’inaction la déduction, l’analyse, et qui font jouir le cœur et l’imagination exclusivement peuvent devenir fous4 ; mais on devient nécessairement fou quand on abuse de Vénus et d’Apollon à la fois5.

Enfin, il y aurait une belle expérience à faire et à laquelle j’ai pensé depuis vingt ans : ce serait de refaire un cerveau à un crétin, de savoir si l’on peut créer un appareil à pensée, en en développant les rudiments. C’est en refaisant des cerveaux qu’on saura comment ils se défont.

  • 6 Balzac est, comme Moreau, de Tours.

En voilà assez. Mon remerciement pourrait vous paraître un cas pathologique ; quoique, dans cette dernière idée réussie, il y ait toute une gloire pour un médecin. Nous sommes compatriotes, monsieur, et vous ne vous étonnerez pas de me voir étonné de trouver un Tourangeau de plus faisant des livres6 ; mas le vôtre est dans les bons, et les miens sont spéculatifs.

  • 7 Allusion aux « fantasias » de l’hôtel Pimodan (voir le texte 38). Dans sa lettre à madame Hanska da (...)

Vous savez que vous me devez une autre partie de hachich, puisque je n’en ai pas eu pour mon argent la première fois7. Ayez l’excessive bonté de m’avertir à l’avance du lieu et de l’heure ; car je tiens à être le théâtre d’un phénomène complet, pour bien juger de votre œuvre.

Agréez l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Notes

1 Le livre de Moreau fait de la consommation du haschisch le moyen de provoquer une « folie expérimentale » que le médecin peut alors analyser « de l’intérieur ».

2 Partie de l’anatomie qui traite des muscles. La mention de ce terme par Balzac semble avoir pour principale fonction de montrer au destinataire que le vocabulaire de l’anatomie lui est familier.

3 Voir note 2 p. 51.

4 Ces thèmes sont au cœur des théories du fluide vital développées dans La Comédie humaine : le modèle physiologique y côtoie les thèses mystiques du suédois Emanuel Swedenborg (1688-1772) et du magnétisme animal, pour exprimer, par le biais d’une tentative de synthèse, une théorie du nécessaire équilibre entre l’âme et le corps, le spirituel et le matériel.

5 Vénus et Apollon sont tous deux associés à l’art et la beauté. Leur opposition croise plutôt ici celle du masculin et du féminin, tout en symbolisant l’emprise du cœur et de l’imagination.

6 Balzac est, comme Moreau, de Tours.

7 Allusion aux « fantasias » de l’hôtel Pimodan (voir le texte 38). Dans sa lettre à madame Hanska datée du 23 décembre 1845, Balzac racontait cette première expérience à demi-concluante : « J’ai résisté au haschich et je n’ai pas éprouvé tous les phénomènes : mon cerveau est si fort qu’il fallait une dose plus forte que celle que j’ai prise. Néanmoins, j’ai entendu des voix célestes et j’ai vu des peintures divines. J’ai descendu pendant vingt ans l’escalier de Pimodan... Mais ce matin, depuis mon réveil, je dors toujours, et je suis sans volonté ».

Notes de fin

1 Lettre recueillie dans Correspondance, 1819-1850, Paris, Calmann Lévy, 1876, t. 2, p. 209-210.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search