Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

73. François Arago, « Caritat de Condorcet. Biographie lue en séance publique de l’Académie des sciences, le 28 décembre 1841 »1

Texte intégral

  • 1 Dans Œuvres complètes, Paris et Leipzig, Gide et Baudry et T. O. Weigel, 1854, t. II, p. 156-160 et (...)

1La biographie du mathématicien, philosophe et homme politique français Condorcet (1743-1794), composée par l’astronome et physicien François Arago (1786-1843) excède largement la taille et la visée des éloges académiques. François Arago, élu secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences en 1830, souligne d’ailleurs, dans la version publiée de ses éloges, le soin qu’il a pris à rassembler de nombreuses sources inédites et le travail d’historien qu’il a mené. Arago est lui-même un savant et un homme politique ; derrière le portrait surgit l’autoportrait. Le premier extrait donne à lire les premières expériences « littéraires » de Condorcet. La biographie du grand homme est alors pour le mathématicien qui la rédige l’occasion de se livrer à un véritable commentaire stylistique de la qualité littéraire des travaux de Condorcet et de la défendre contre l’avis du « spécialiste » de la littérature qu’est Jean-François de La Harpe et contre l’avis des membres de l’Académie française : le mathématicien se fait critique littéraire pour justifier, par le biais de Condorcet, qu’un géomètre puisse poursuivre également une carrière littéraire. L’effet de mise en abyme produit par le commentaire, au sein de l’éloge de Condorcet, de l’éloge qu’il rédigea lui-même de Michel de L’Hôpital (homme politique et écrivain français) est assez manifeste. Le second extrait retenu est la conclusion de la biographie ; il couronne la démonstration menée dans le premier texte en justifiant que le géomètre ait pu briguer un siège à l’Académie française et mériter d’y être reçu pour ses talents littéraires, davantage peut-être, du point de vue d’Arago, que certains savants contestables ou certains littérateurs médiocres.

2Nous avons suivi pas à pas jusqu’ici le géomètre, le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. Maintenant nous verrons notre confrère se jeter dans la polémique ardente des partis littéraires et philosophiques. Plusieurs fois il y paraîtra sans se nommer, pour ne pas augmenter, disait-il, les ennemis de sa cause de tous les ennemis de sa personne.

  • 1 Michel de L’Hôpital (1506-1573) est un homme politique français ; il est également l’auteur de Poés (...)

3Condorcet était déjà secrétaire en titre de notre compagnie, lorsque l’Académie française mit au concours l’Éloge de Michel de L’Hôpital1. Entraîné par la beauté, par la grandeur du sujet, notre confrère se jeta étourdiment dans la lice, comme aurait pu le faire un jeune homme sans antécédents connus, sans réputation acquise. Il n’obtint pas le prix. On accorda la préférence à la pièce, aujourd’hui complètement oubliée, de l’abbé Rémi.

4Il m’a été donné de retrouver quelques-unes des causes qui amenèrent cet échec. Peut-être méritent-elles de nous arrêter un instant.

5Que désirait l’Académie française en proposant l’Éloge de L’Hôpital pour sujet de prix ? un aperçu sur les œuvres littéraires de l’illustre chancelier, une appréciation générale de ses actes politiques et administratifs ; un hommage à sa mémoire, écrit d’un style noble et soutenu. Aujourd’hui, ce genre de composition est peu goûté du public ; aussi, on se hasarderait presque à qualifier de discours à effet, d’amplification, ce que voulait la célèbre assemblée.

6Ce n’est pas ainsi que Condorcet envisagera le thème qu’on lui présente. Dans son esprit, l’utilité prime tout autre genre de mérite. La vie de L’Hôpital lui semble pouvoir être offerte en exemple « à ceux qui, se trouvant placés dans des circonstances difficiles, auraient à choisir entre leur repos et le bonheur public. » Il n’hésite plus, c’est la vie de L’Hôpital qu’il écrira.

7La vie de L’Hôpital ! mais c’est l’histoire d’un siècle affreux, d’une longue suite de concussions éhontées, de désordres, d’événements barbares, d’actes cruels d’intolérance, de fanatisme. Le cadre devient immense ; il ne dépasse, toutefois, ni les forces, ni le savoir, ni le zèle de l’écrivain.

8Dans son bel ouvrage, Condorcet nous montre d’abord L’Hôpital en Italie, chez le connétable de Bourbon, au parlement et au concile de Bologne. On le voit ensuite à la tête des finances. Plus tard, c’est le chancelier, le ministre, l’homme d’État, dont les actes se déroulent devant le lecteur.

  • 2 Jean-François de La Harpe (1739-1803) est un écrivain et homme de lettres français : on lui doit no (...)

9Une vie si pleine, si glorieuse, ne pouvait être convenablement appréciée dans un écrit de soixante minutes de lecture, comme le demandait l’Académie. Aussi, Condorcet avait trois fois plus d’étendue que ne le voulait le programme. La mise hors de concours était donc pour notre confrère un événement prévu. Je ne pense pas que nous devions nous montrer aussi faciles au sujet des critiques que l’ouvrage fit naître dans l’aréopage littéraire, et dont l’auteur du Lycée a conservé divers échantillons2.

10 Suivant La Harpe, le style de l’éloge de L’Hôpital manque de nombre. Le reproche me paraîtrait plus grave si l’on avait dit, si surtout on avait pu dire : le style manque de trait, de nerf et de correction ; les idées n’ont ni nouveauté, ni profondeur. Il est vrai qu’en ce cas la réfutation eût été très facile, et qu’elle se serait réduite à de courtes citations ; à celles-ci, par exemple :

11« Si Bertrandi (garde des Sceaux d’Henri II) a échappé à l’exécration des siècles suivants, c’est que, toujours vil au sein de sa puissance, toujours subalterne, même en occupant les premières places, il fut trop petit pour attirer les regards. »

12« Tous les citoyens pleuraient la ruine de leur patrie ; L’Hôpital seul espérait encore. Jamais l’espérance n’abandonne les grandes passions. L’amour du bien public était chez le chancelier une passion véritable ; il en avait tous les caractères, même les illusions. L’Hôpital jugeait les obstacles, mais il sentait ses forces. »

13Le style a de l’obscurité ! C’est, ce me semble, un devoir rigoureux de formuler de pareilles critiques avec une incontestable clarté ; or je ne sais ce que La Harpe entend par « des phrases qui se redoublent les unes dans les autres. » Je le comprends parfaitement, au contraire, lorsqu’il nous dit : « Le ton (de Condorcet) est souvent au-dessous d’une narration noble. Il parle d’échalas carrés, de bûches et de petits pâtés dans l’éloge d’un chancelier : Bossuet en aurait été un peu étonné. »

  • 3 Surnom donné par Voltaire à Jacques-Bénigne Bossuet (1627- 1704), évêque de Meaux et auteur, notamm (...)

14 Nous devons nous persuader ici, par esprit de corps, que la remarque de La Harpe n’exerça pas d’influence sur la décision de l’Académie. Savez-vous, en effet, où figurent les termes que vous venez d’entendre, ces termes dont le critique se montre si indigné, que, par voie de contraste, ils reportent ses idées sur l’éloquence majestueuse de l’aigle de Meaux3 ? C’est dans une citation, dans une note où Condorcet signale avec raison les étranges, disons mieux, les déplorables règlements que le système prohibitif inspira jadis à l’esprit, cependant, si droit, si élevé, de Michel de L’Hôpital.

15Oui, Messieurs, le fait est vrai : le vertueux chancelier défendit de crier des petits pâtés dans la rue, et cela, il faut bien l’avouer, car ses expressions n’admettent pas l’équivoque, pour ne pas exposer les pâtissiers à l’oisiveté, et le public à des indigestions. Qu’on en rie aujourd’hui, qu’on s’en étonne tant qu’on voudra, les bûches et les échalas carrés n’en étaient pas moins proscrits. Les lois de l’époque allaient jusqu’à déterminer la forme des hauts-de-chausse et des vertugadins. De telles citations montrent clairement à quel point les hommes de génie eux-mêmes subissent l’influence de leur siècle ; mais je ne saurais, en vérité, à quelle influence Condorcet aurait obéi, s’il eût substitué des périphrases aux expressions techniques que L’Hôpital, de sa main de poète, consigna dans des lois ; s’il avait essayé du style descriptif à propos de vertugadins, d’échalas et de petits pâtés.

  • 4 Jean de Vaines (1733-1803), tour à tour administrateur des Domaines, Receveur Général des Finances, (...)

16Voltaire, en tout cas, était loin de s’associer aux demandes, aux désirs de La Harpe et de ses confrères ; car, le 3 octobre 1777, il mandait à M. de Vaines4 : « Je viens de lire avec une extrême satisfaction, le L’Hôpital de M. de Condorcet : tout ce qu’il fait est marqué au coin d’un homme supérieur. »

  • 5 Benjamin Franklin (1706-1790) est à la fois l’inventeur du paratonnerre et un publiciste, un écriva (...)

17Je trouve ces paroles non moins significatives, dans une lettre inédite de Franklin5 : « J’ai lu avec le plus grand plaisir votre excellent éloge de L’Hôpital. Je savais déjà que vous étiez un grand mathématicien ; maintenant, je vous considère comme un des premiers hommes d’État de l’Europe. »

18[…]

  • 6 Bernard-Joseph Saurin (1706-1781) était un avocat et un poète, auteur de poèmes dramatiques et ami (...)
  • 7 Jean-Sylvain Bailly (1736-1793) était un écrivain et un homme politique français. Il fut le premier (...)

19Condorcet se mit sur les rangs, en 1782, pour remplacer Saurin6 à l’Académie française ; il ne l’emporta sur Bailly7, son concurrent, que d’une seule voix.

  • 8 Le baron Melchior de Grimm (1723-1807) est un écrivain allemand qui vécut à Paris à partir de 1749  (...)

20« C’est une des plus grandes batailles que d’Alembert ait gagnées contre Buffon », mandait Grimm à son correspondant d’outre-Rhin8. Je lis ailleurs que, ce jour-là, on fit assaut de finesse à l’Académie comme dans un conclave. La Harpe ne donnait pas une moindre idée du zèle dévorant qu’on avait montré de part et d’autre, quand il rapportait qu’à l’issue du scrutin, d’Alembert s’était écrié en pleine Académie : « Je suis plus content d’avoir gagné cette victoire que je ne le serais d’avoir trouvé la quadrature du cercle. »

21La défaveur que cette nomination fit rejaillir sur Condorcet (l’expression non déguisée de cette défaveur se lit dans la plupart des écrits de l’époque), m’a paru vraiment inexplicable. Les titres littéraires de Bailly avaient-ils donc une supériorité tellement évidente, qu’on ne pût consciencieusement leur préférer ceux du secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences ? Des rêveries relatives à un ancien peuple qui nous aurait tout appris, disait malicieusement d’Alembert, excepté son nom et celui du lieu qu’il habitait, primaient-elles de haute lutte des appréciations savantes ingénieuses, souvent élégantes, des œuvres de nos contemporains ?

22En tout cas, s’il était vrai que Condorcet se fût trompé sur ses droits au fauteuil académique, il aurait cédé à une illusion bien naturelle. Dans la Correspondance inédite de Voltaire, que j’ai souvent citée, je lis à la date de 1771 : « Il faut que vous nous fassiez l’honneur d’être de l’Académie française. Nous avons besoin d’hommes qui pensent comme vous. »

23 Regarde-t-on cette invitation comme une politesse sans conséquence ? Je franchis un intervalle de cinq années, et, le 26 février 1776, je trouve dans une autre lettre de l’illustre poète :

24« Soyez de notre Académie. Votre nom et votre éloquence imposeront du moins à la secte des sicaires qui s’établit dans Paris. »

25[…] Voltaire doute de tout, excepté du mérite, de l’attachement et de la reconnaissance de notre confrère.

26Nous sommes au commencement de 1776. À la fin de l’année suivante, le 24 novembre 1777, l’auteur de Mérope écrivait encore à notre ancien secrétaire :

27« Je serai tendrement attaché, tant que je respirerai, à celui qui fait la gloire de l’Académie des sciences, et je souhaite qu’il daigne un jour faire la nôtre. »

28Lorsque l’histoire littéraire fait tristement mention de tant de candidats qui n’arrivèrent à l’Académie qu’après avoir été longtemps solliciteurs, il devait m’être permis de montrer un homme de lettres devenant académicien après avoir été longtemps sollicité.

Notes

1 Michel de L’Hôpital (1506-1573) est un homme politique français ; il est également l’auteur de Poésies écrites en latin.

2 Jean-François de La Harpe (1739-1803) est un écrivain et homme de lettres français : on lui doit notamment le Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne publié pour la première fois de 1799 à 1805 et très souvent réédité au cours de la première moitié du XIXe siècle. La Harpe se présenta très souvent à l’Académie française où il finit par être élu, grâce à l’appui de Voltaire et de Buffon, en 1776.

3 Surnom donné par Voltaire à Jacques-Bénigne Bossuet (1627- 1704), évêque de Meaux et auteur, notamment, de célèbres sermons.

4 Jean de Vaines (1733-1803), tour à tour administrateur des Domaines, Receveur Général des Finances, et commissaire du Trésor. Sous le Consulat, il est nommé conseiller d’État (1799), et devient membre de l’Institut.

5 Benjamin Franklin (1706-1790) est à la fois l’inventeur du paratonnerre et un publiciste, un écrivain, un naturaliste, un homme politique et un diplomate américain.

6 Bernard-Joseph Saurin (1706-1781) était un avocat et un poète, auteur de poèmes dramatiques et ami de Voltaire.

7 Jean-Sylvain Bailly (1736-1793) était un écrivain et un homme politique français. Il fut le premier maire de Paris. Il composa une célèbre Histoire de l’astronomie (Histoire de l’astronomie ancienne en 1775, puis Histoire de l’astronomie moderne de 1778 à 1783) où il défendait l’hypothèse de peuples antérieurs aux grecs et plus savants qu’eux en matière d’astronomie. Il fut finalement élu à l’Académie française mais ne fut jamais membre de l’Académie des sciences.

8 Le baron Melchior de Grimm (1723-1807) est un écrivain allemand qui vécut à Paris à partir de 1749 où il fréquenta les milieux littéraires et mondains. Grand admirateur du style de l’Histoire naturelle de Buffon, il rédigea de 1753 à 1773 une Correspondance littéraire, philosophique et critique dont la publication commença en 1812 et s’acheva en 1882.

Notes de fin

1 Dans Œuvres complètes, Paris et Leipzig, Gide et Baudry et T. O. Weigel, 1854, t. II, p. 156-160 et p. 176-178.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search