Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

72. Gustave Flaubert, « Une leçon d’histoire naturelle. Genre Commis », Le Colibri, Rouen, 30 mars 18371

Texte intégral

  • 1 Recueilli dans l’édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes (Œu (...)
  • 1 Sur ce sujet voir Valérie Stiénon, La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panora (...)

1Lorsque cette « leçon d’histoire naturelle » paraît dans la rubrique « Mœurs rouennaises » du journal Le Colibri, Flaubert n’a que quinze ans. Le propos et le ton ironique de cette chronique la rattachent très nettement à la vogue des physiologies, véritable « genre » littéraire depuis le milieu des années 18301. Ils évoquent également la posture adoptée par Balzac dans son « Avant-propos », dans la mesure où le narrateur, qui se présente comme un « savant zoologue », esquisse un projet d’histoire naturelle dans lequel les espèces naturelles rejoignent les espèces sociales. Cette double référence n’est certes pas originale en 1837, et peut en outre aisément s’expliquer par la jeunesse de l’auteur. Elle annonce néanmoins l’objectivité redoutable avec laquelle le romancier Flaubert pratiquera l’étude de mœurs. Dans Madame Bovary ou Bouvard et Pécuchet, le « genre commis » renverra en effet tout autant à l’espèce sociale qu’il s’agit de naturaliser, qu’à la manière littéraire employée pour la pourfendre : « donner [à l’art], par une méthode impitoyable, la précision des sciences physiques » (lettre du 18 mars 1857), c’est déjà ce qu’entend réaliser cet autoportrait de l’écrivain en naturaliste.

  • 2 Le zoologiste Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850) est un proche de Cuvier, élu à l’Acadé (...)

2Depuis Aristote jusqu’à Cuvier, depuis Pline jusqu’à M. de Blainville2, on a fait des pas immenses dans la science de la nature. Chaque savant est venu apporter à cette science son contingent d’observations et d’études : on a voyagé, fait des découvertes importantes, tenté de périlleuses excursions d’où l’on n’a rapporté le plus souvent que de petites fourrures noires, jaunes ou tricolores ; et puis l’on était bien aise de savoir que l’ours mangeait du miel, et qu’il avait un faible pour les tartes à la crème.

3Ce sont de bien grandes découvertes, je l’avoue : mais aucun homme n’a encore songé à parler du commis, l’animal le plus intéressant de notre époque.

4Aucun sans doute n’a fait des études assez spéciales, n’a assez médité, assez vu, assez voyagé pour pouvoir parler du commis avec ample connaissance de cause.

  • 3 Le bradype est le nom savant de l’aï, ou paresseux.

5Un autre obstacle se présentait ; comment classer cet animal ? À quelle famille le rattacher ?... Car on a hésité longtemps entre le bradyppe3 [sic], le hurleur et le chacal. Bref, la question resta indécise, et on laissa à l’avenir le soin de résoudre ce problème avec celui de découvrir le principe du genre chien.

  • 4 Sorte de grand cabriolet à deux roues.

6 En effet, il était difficile de classer un animal aussi peu logique dans sa complexion. Sa casquette de loutre faisait opiner pour la vie aquatique, ainsi que sa redingote à longs poils bruns, tandis que son gilet de laine, épais de quatre pouces prouvait certainement que c’était un animal des pays septentrionaux ; ses ongles crochus l’auraient fait prendre pour un carnivore, s’il eût eu des dents. Enfin l’académie des sciences avait statué pour un digitygrade [sic] : malheureusement on reconnut bientôt qu’il avait une canne en bois de fer, et que parfois il faisait ses visites de jour de l’an en fiacre et allait dîner à la campagne en coucou4.

7Pour moi, que ma longue expérience a mis à même d’instruire le genre humain, je puis parler avec la confiance modeste d’un savant zoologue. Mes fréquents voyages dans les bureaux m’ont laissé assez de souvenirs pour décrire les animaux qui les peuplent, leur anatomie, leurs mœurs. J’ai vu toutes les espèces du commis, depuis le commis de barrière jusqu’au commis d’enregistrement. Ces voyages m’ont entièrement ruiné, et je prie mes lecteurs de faire une souscription pour un homme qui s’est dévoué à la science et a usé pour elle deux parapluies, douze chapeaux (avec leurs coiffes en toile cirée) et six ressemelages de bottes.

8[…]

9J’ai dit, je crois, tout ce qu’il y avait à dire sur le commis en général, ou du moins je sens que la patience du lecteur commence à se lasser. J’ai encore dans mes cartons de nombreuses observations sur les diverses espèces de ce genre, telles que le commis de barrière, le commis de rouennerie, le commis douanier, qui s’élève quelquefois jusqu’au rang de maître d’études, se lance dans la littérature et rédige des affiches et des feuilletons ; le commis-voyageur, l’employé de mairie et mille autres encore.

10Tel est le fruit ingrat des veilles de ma vie studieuse. Mais si des temps meilleurs se font plus tard sentir, si les orages politiques qui tendent à augmenter diminuent, eh bien ! je pourrai alors reparaître sur la scène et publier la suite de ce cours de zoologie, immense échelon social qui s’étend depuis le commis de barrière jusqu’au caissier de l’agent de change.

Notes

1 Sur ce sujet voir Valérie Stiénon, La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Paris, Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012. Et ici même, les textes 28 et 62.

2 Le zoologiste Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850) est un proche de Cuvier, élu à l’Académie des sciences en 1825 (sur Cuvier, voir note 2 p. 51). Aristote est l’auteur d’une Histoire des animaux, et Pline d’une Historia naturalis en 37 volumes.

3 Le bradype est le nom savant de l’aï, ou paresseux.

4 Sorte de grand cabriolet à deux roues.

Notes de fin

1 Recueilli dans l’édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes (Œuvres de jeunesse, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2001, p. 197-198 et 201).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search