Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

70. Christophe [Georges Colomb], L’idée fixe du savant Cosinus, Paris, Armand Colin, 18991

Texte intégral

  • 1 Cité d’après la 27e édition (même éditeur, 1958), p. 9-20.
  • 1 Sur François Arago, voir le texte 73.

1Docteur ès sciences (1887), Georges Colomb (1856-1945) publie à partir de 1889 ses premières bandes dessinées, sous le pseudonyme de Christophe (comme le fameux explorateur dont il partage le patronyme). Eusèbe Zéphyrin Brioché, dit savant Cosinus, a d’ailleurs pour « idée fixe » de faire le tour du monde, mais sa distraction et ses inventions saugrenues ne lui permettront guère de sortir de Paris. D’abord publiées en feuilleton dans Le Petit français illustré (1893-1899), les (més) aventures du savant Cosinus connaissent un franc succès, dû à la réussite de la caricature : la distraction de Cosinus en fait un archétype du savant perdu dans l’abstraction, et évoque tout aussi bien les mathématiciens André-Marie Ampère (1775-1836), également portraituré par Balzac (voir le texte 37), Jacques Hadamard (1865-1963) ou Henri Poincaré (1854-1912), que l’astronome François Arago1 (1786-1843).

L’enfance de Zéphyrin

  • 2 Instrument à vent, en cuivre, muni de clefs et à embouchure.

2C’est le 1er janvier, à minuit une seconde sexagésimale de temps moyen que le jeune Brioché poussa ses premiers vagissements. À son baptême, il reçut les noms harmonieux de Pancrace, Eusèbe, Zéphyrin, ce dont il parut se soucier comme un cloporte d’un ophicléide2.

  • 3 Sur la phrénologie, voir la section « Physiognomonies ».
  • 4 La danse de Saint-Guy est une maladie nerveuse qui se caractérise par des mouvements convulsifs inv (...)

3Consultée à son sujet, une somnambule extralucide, phrénologue distinguée, pédicure de nombreuses têtes couronnées, lui découvrit la bosse du mouvement perpétuel3. D’où elle conclut logiquement qu’il serait un grand voyageur ou un grand mathématicien, à moins qu’il ne fût affligé de la danse de Saint-Guy4.

4Conformément à la prédiction de la somnambule, Zéphyrin montra, dès sa plus tendre enfance, des dispositions étonnantes pour les sciences expérimentales. Livré à lui-même, il s’ingéniait avec beaucoup de persévérance à résoudre les problèmes les plus compliqués.

5À deux ans, il était déjà de première force sur l’addition, opération arithmétique dont il avait, sans l’aide de personne, découvert des applications culinaires fort ingénieuses, mais pour lesquelles la cuisinière, esprit borné, n’avait pas toute l’admiration qu’elles méritaient.

6Mais l’opération pour laquelle il se sentait vraiment doué, c’était la soustraction, qu’il exécutait avec une sûreté de main tout à fait digne d’éloges, dans l’armoire aux confitures de madame sa mère qui avait parfois le mauvais goût d’en témoigner quelque mécontentement.

7Sur les bancs du collège, Zéphyrin, absorbé comme doivent l’être tous les grands génies, appliqua avec persévérance un système de son invention pour la multiplication des taches d’encre. Encore un système qui ne reçut pas l’approbation de madame sa mère.

Comme quoi Cosinus devint un grand savant

8Ce n’est point tout encore : d’humeur batailleuse, Zéphyrin ne manquait pas une occasion d’opérer sur le nez ou l’œil de l’un de ses amis les plus intimes la multiplication des coups de poing. C’est ce qu’il appelait évangéliquement « la multiplication des pains ».

9Or, ces multiplications étant généralement suivies de divisions, M. Brioché père appliquait, sans hésitation, à son fils la règle des compensations proportionnelles, seule opération arithmétique pour laquelle Zéphyrin ne se soit jamais senti la moindre disposition.

10Après quoi, Mme Brioché mère se voyait dans la nécessité d’employer la méthode des substitutions ou remplacements, toute désignée en pareil cas. On comprend qu’une éducation aussi mathématique ait porté ses fruits.

  • 5 « Ainsi atteint-on les astres » (Virgile, L’Énéide, chant IX).

11Aussi, dans le cours de ses études, le jeune Zéphyrin obtint-il de brillants succès scientifiques ! « Sic itur ad astra5 », lui disait chaque année l’homme éminent qui présidait la distribution des prix. – « Oui, m’sieu », répondait Zéphyrin qui, épris de sciences exactes, n’avait rien compris à cette citation littéraire.

12En attendant qu’il aille ad astra, Zéphyrin est allé à Polytechnique, « la première École du monde », comme chacun sait. Il est bon de remarquer que chaque École est considérée comme la première du monde par tous ceux qui en sont sortis.

13Puis il devint, sous le nom du docteur Cosinus, un monsieur excessivement savant, mais très distrait et qui ne manquait jamais, lorsqu’il faisait son cours d’Astronomie théorique à l’École des tabacs et télégraphes, de prendre son mouchoir pour le torchon, et réciproquement.

Une distraction de Cosinus

14Il fit mieux, un soir qu’il devait conduire deux parentes au bal. À dix heures, une de ces dames ayant paru : « Mon cousin, dit-elle, il est temps. » Mais Zéphyrin, dont les regards ont rencontré l’ébauche d’un intéressant problème, répond : « Partez devant ! Vous ne serez pas au pont Neuf que je vous aurai déjà rattrapées. »

15Ces dames ayant préféré attendre, à dix heures et demi, la seconde parente est envoyée en reconnaissance : « Mon cousin Zéphyrin !… – Quoi ? – Il est temps de partir ! – Eh bien ! mais partez toujours, je vous dis que… + b2 x y2… vous ne serez pas au pont Neuf… égale zéro… que je vous aurai déjà rattrapées. »

16À minuit, Zéphyrin qui a trop chaud retire le superflu pour ne conserver que le nécessaire. Ces dames, après avoir fait plusieurs tentatives infructueuses pour mobiliser leur cousin et l’arracher à ses calculs, ont pris le parti de se passer de garde du corps.

17À minuit trente-cinq, Zéphyrin plie soigneusement le torchon sur une chaise, tout en se parlant à lui-même : « D’où je tire évidement, dit-il, la valeur de l’angle A. »

18Puis il essuie consciencieusement le tableau avec son nouvel habit : « Il s’agit maintenant, dit-il, de trouver le rapport de cosinus B à sinus D. »

19À trois heures et demi, le docteur découvre la valeur de x, l’inconnue cherchée ; ce qui lui cause une joie sans mélange. – Nous prions les esprits superficiels de s’abstenir de toute réflexion sur la valeur de x, et de ne point prétendre que Zéphyrin a beaucoup travaillé pour peu de chose.

20À quatre heures, ces dames reviennent du bal et, fort inquiètes, font irruption dans le cabinet de Zéphyrin. Alors, du sein d’un épais nuage de craie s’élève une voix : « Dieu ! que les femmes sont entêtées ! Allez donc toujours, puisque je vous dis que vous ne serez pas au pont Neuf que je vous aurai déjà rattrapées ! »

Notes

1 Sur François Arago, voir le texte 73.

2 Instrument à vent, en cuivre, muni de clefs et à embouchure.

3 Sur la phrénologie, voir la section « Physiognomonies ».

4 La danse de Saint-Guy est une maladie nerveuse qui se caractérise par des mouvements convulsifs involontaires. On parle également de « chorée » ou de « dansomanie ». L’expression remonte au Moyen-Âge : Saint-Guy était le protecteur des épileptiques.

5 « Ainsi atteint-on les astres » (Virgile, L’Énéide, chant IX).

Notes de fin

1 Cité d’après la 27e édition (même éditeur, 1958), p. 9-20.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17733/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search