Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

69. Max Nordau, Dégénérescence, Paris, Alcan, 1894, t. 2, p. 454-456

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails sur le livre Dégénérescence, voir les textes 22 et 54.
  • 2 Sur le professeur de médecine légale turinois Cesare Lombroso, voir le texte 32.

1Les attaques du médecin Max Nordau (1849-1923) contre l’art dit dégénéré1 prennent souvent des détours scientifiques pour expliquer ce qu’il voit comme une maladie. Dans cet extrait, Nordau s’appuie sur les travaux de Gilles de la Tourette afin d’expliquer le besoin incessant qu’éprouve Zola d’utiliser des blasphèmes et des termes scatologiques, avant de conclure, avec Cesare Lombroso2, à la psychopathie sexuelle du célèbre romancier naturaliste. Ce faisant, Nordau apporte une assise scientifique aux nombreuses représentations satiriques de Zola, qui remontent à l’article de Louis Ulbach sur la « littérature putride » (Le Figaro, 23 janvier 1868). La clinique, ici, permet au médecin austro-hongrois de confirmer les clichés véhiculés par la critique moralisatrice.

  • 3 Catrou, Étude sur la maladie des tics convulsifs (Jumping, Latah, Myriachit). Paris, 1890 [nda]. Pr (...)
  • 4 Médecin et homme politique (1811-1895), spécialisé dans l’étude des maladies mentales.
  • 5 Hyacinthe, « violeur de filles » et alcoolique. Quinzième volume des Rougon-Macquart, La Terre (188 (...)
  • 6 Lombroso, L’Homme criminel, p. 450 à 480 [nda].

2Gilles de la Tourette a formé le mot « coprolalie » (parole ordurière) pour l’explosion obsessionnelle de blasphèmes et d’expressions sales, qui caractérise une maladie décrite de façon complète par Catrou et nommée par lui « maladie des tics convulsifs »3. M. Zola est atteint de coprolalie à un très haut degré. C’est pour lui un besoin d’employer des expressions sales, et sa conscience est continuellement poursuivie de représentations qui se rapportent aux matières fécales, aux fonctions abdominales et à tout ce qui s’y rattache. Andréas Verga4 a décrit, il y a des années, une forme d’onomatomanie ou de folie du mot, qu’il nomme mania blasphematoria, ou folie de jurons. Elle se manifeste en ce que le malade éprouve le désir irrésistible de prononcer des malédictions ou des blasphèmes. Le diagnostic de Verga s’applique complètement à M. Zola. La chose ne peut s’interpréter que comme manie blasphématoire, si, dans La Terre, il a donné le sobriquet de Jésus-Christ à un gaillard flatulent5, cela sans aucune nécessité artistique, sans viser à un effet esthétique soit de gaieté, soit de couleur locale. Enfin, il a une prédilection frappante pour l’argot, pour la langue professionnelle des voleurs, des souteneurs, etc., qu’il n’emploie pas seulement quand il fait parler des personnages de cette espèce, mais dont il se sert lui-même quand il prend, lui auteur, la parole pour des descriptions ou des réflexions. Ce penchant pour l’argot est expressément signalé par Lombroso comme un indice de dégénérescence du criminel-né6. […]

  • 7 D’autres témoignages encore que ses romans semblent indiquer chez M. Zola des anomalies dans ce dom (...)
  • 8 Le passivisme renvoie à la pratique sexuelle des hommes « invertis », à l’homosexualité passive.
  • 9 Suivent de longs extraits d’Au bonheur des dames (1883), roman sur la naissance des grands magasins (...)

3Qu’il soit un psychopathe sexuel, cela se trahit à chaque page de ses romans7. Il se plonge continuellement avec volupté dans des représentations du domaine de la plus basse sexualité et les entrelace, sans pouvoir en rien motiver artistiquement cette introduction forcée, à tous les événements de ses romans. Sa conscience est peuplée d’images de luxure contre nature, de bestialité, de passivisme8 et d’autres aberrations, et il ne se contente pas de s’arrêter avec concupiscence aux actes en question des hommes, mais il produit même des animaux qui s’accouplent. (voir La Terre, p. 9-10). La vue de linge de femme lui procure une excitation particulière, et il ne peut jamais en parler sans trahir, par le coloris émotionnel de ses descriptions, que les représentations de cet ordre sont chez lui voluptueusement accentuées9.

Notes

1 Pour plus de détails sur le livre Dégénérescence, voir les textes 22 et 54.

2 Sur le professeur de médecine légale turinois Cesare Lombroso, voir le texte 32.

3 Catrou, Étude sur la maladie des tics convulsifs (Jumping, Latah, Myriachit). Paris, 1890 [nda]. Présidée par Jean-Martin Charcot (voir les textes 10, 12, 24, 40, 41, 56), la thèse de Jacques Catrou prolongeait les travaux de Georges Gilles de La Tourette (1857- 1904), médecin neurologue à la Salpêtrière. Ce dernier avait défini à partir de 1885 le « syndrome » qui porte son nom, en dissociant la « maladie des tics convulsifs » de la chorée, et en la rattachant à des troubles du langage tels que l’écholalie ou la coprolalie.

4 Médecin et homme politique (1811-1895), spécialisé dans l’étude des maladies mentales.

5 Hyacinthe, « violeur de filles » et alcoolique. Quinzième volume des Rougon-Macquart, La Terre (1887) est à l’origine de la publication du Manifeste des Cinq dans Le Figaro, le 18 août de la même année : choqués par la crudité de la peinture du monde paysan réalisée dans le roman, cinq anciens disciples (dont Paul Bonnetain ! – voir le texte 10) prenaient la plume pour stigmatiser la tournure sordide prise par le naturalisme, et ranger Zola parmi les « coprolaliques » soignés à la Salpêtrière.

6 Lombroso, L’Homme criminel, p. 450 à 480 [nda].

7 D’autres témoignages encore que ses romans semblent indiquer chez M. Zola des anomalies dans ce domaine. Je n’ai pas le droit de dire sur les défectuosités personnelles d’un vivant quelque chose qui ne puisse se trouver dans les sources imprimées accessibles à tous ; je me contenterai donc de citer ce passage du Journal des Goncourt (t. V, p. 174, 25 janvier 1875) : « Zola est tout heureux, tout épanoui de l’excellente cuisine, et comme je lui dis : – Zola, seriez-vous, par hasard, gourmand ? – Oui, me répondit-il, c’est mon seul vice, et chez moi, quand il n’y a pas quelque chose de bon à dîner, je suis malheureux, tout à fait malheureux… Il n’y a que cela… Les autres choses, ça n’existe pas pour moi… Ah ! vous ne savez pas quelle est ma vie ! ». Lorsque M. Zola, au témoignage de M. de Goncourt, parlait ainsi, il était juste âgé de trente-cinq ans ! [nda]. La gourmandise, précoce selon Nordau, semble avant tout convoquée pour confirmer la représentation stéréotypée de Zola en « cochon » capable d’engloutir tout ce qui se présente à sa portée, immondices comprises (sur le Journal des Goncourt, voir les textes 8 et 19).

8 Le passivisme renvoie à la pratique sexuelle des hommes « invertis », à l’homosexualité passive.

9 Suivent de longs extraits d’Au bonheur des dames (1883), roman sur la naissance des grands magasins parisiens, à l’image du « Bon Marché » (1852) d’Aristide Boucicaut (1810-1877).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search