Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

68. Rachilde, La Marquise de Sade, Paris, E. Monnier, 18871

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition Gallimard (avec une préface inédite d’Édith Silve, Paris, coll. « L’Imaginai (...)

1Marguerite Eymery (1860-1953) connaît, sous le pseudonyme de Rachilde, une carrière littéraire exceptionnellement longue. La future épouse d’Alfred Vallette (1889), directeur de la revue Le Mercure de France, a déjà une réputation sulfureuse lorsque paraît La Marquise de Sade. Dans ce roman à l’intertexte évident, elle reprend ce qui avait fait le succès (et le scandale) de Monsieur Vénus, en 1884 : le thème de l’inversion sexuelle et du lien morbide entre Eros et Thanatos, notamment. Mary, la « marquise » du titre, a depuis l’enfance gravé sur son lit « Aimer, c’est souffrir », devise que tous les hommes tombant sous son charme vénéneux sont conduits à éprouver. Oncle et tuteur de Mary, le savant Célestin Barbe n’échappera pas à la règle, bien que la dimension exclusive de sa passion scientifique semble a priori le préserver. Celle qui fut surnommée la « Reine des décadents » mobilise ici une image d’Épinal pour mieux ensuite la renverser, et l’intégrer à une esthétique générale de l’inversion : rattrapé par ses pulsions, le savant désincarné et polymathe mourra au cours d’une bien symbolique explosion dans son laboratoire – au côté de la Vénus anatomique à partir de laquelle il avait appris et enseigné, en théorie, les mécanismes physiologiques de l’Amour.

2 Antoine-Célestin Barbe, homme d’action, d’une rare intelligence, se sentait lié par ses plus secrètes fibres au monde savant. Là, on l’avait suivi dans ses théories, on avait applaudi ses audaces, couronné ses découvertes. Professeur à l’École de médecine, grand amateur de sciences naturelles, botaniste enragé, diplômé de tous les congrès, ayant publié un traité d’anatomie fort en honneur, il possédait des amis et des élèves respectueux ; puisque tout n’avait pas sombré dans les derniers désastres, il espérait bien voir luire encore de beaux jours pour les débats de ces questions ardues qu’on ne peut résoudre qu’après de longues années. Or, voici que des femmes... Célestin Barbe, le grave professeur de soixante ans, n’aimait guère les femmes. Aux époques passionnées de sa vie, il avait su borner ses aventures galantes à de simples relations hygiéniques. De tempérament calme, il ne comprenait que pour les autres la nécessité du mariage, prétendait même qu’il vaut mieux subir l’amputation d’une jambe que de se faire une maîtresse et répondait en ricanant, quand on lui indiquait une jolie femme sur un trottoir : « Croyez-vous qu’elle ait eu quelque maladie honteuse ? Vous ne le croyez pas ? Eh bien ! ou elle en a une ou elle en aura deux ! Cela est à peu près certain. »

3Le docteur Barbe plaisantait parce qu’il ne craignait pas le nuage de sang qui, montant aux yeux, les trouble et transforme un laideron en beauté idéale. Il ignorait donc, sachant tout ce qu’on peut savoir des choses sérieuses, la douceur des parties fines, et il avait, durant sa carrière d’accoucheur célèbre, tant palpé, tant retourné, tant respiré de belles créatures répugnantes, qu’il haussait les épaules dès qu’on vantait devant lui ce fameux sexe faible.

4Ainsi son frère avait eu grand tort de se marier. Maintenant qu’il reposait sur un lointain champ de bataille, pourquoi sa fille, pourquoi ce morceau de sa personne, errait-il autour de son cabinet ? Ce morceau vivant, ni bon à disséquer, ni propre à se conserver en un bocal d’alcool ! La reproduction, dont il parlait publiquement trois fois par semaine, était une merveille très attachante en ses développements, mais pas quand elle vous jetait en travers de votre existence et de votre corridor une jeune fille nattant ses cheveux ou mangeant des cerises !

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition Gallimard (avec une préface inédite d’Édith Silve, Paris, coll. « L’Imaginaire », 1996, p. 174-175).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search