Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

67. Jules Verne, Voyage au centre de la Terre, Paris, J. Hetzel, 18641

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de la Librairie Générale Française (Paris, coll. « Le Livre de Poche », 2001 (...)

1Dès les premières pages de Voyage au centre de la Terre, le narrateur, Axel, trace un portrait ironique de son oncle, Otto Lidenbrock, professeur de minéralogie à Hambourg et protagoniste principal du roman. Ce personnage, ne vivant que pour la quête de la connaissance scientifique, semble en effet accumuler les traits caricaturaux du savant ridicule : irascibilité, bégaiement, entêtement, excentricité… L’illustration d’Édouard Riou en fait également une incarnation typique du scientifique, revêtu de sa blouse, portant des lunettes redoublées d’une loupe de naturaliste pour observer une ammonite, et caractérisé par la maigreur d’une silhouette longiligne. Les colères et le défaut de prononciation de Lidenbrock en font ainsi au premier abord un personnage comique. Mais si son neveu se moque de son Traité de cristallographie transcendante (qui malgré ses grandes planches « ne fit pas ses frais »), il suggère malgré tout la reconnaissance internationale dont jouit son oncle, notamment à travers l’énumération de ses interlocuteurs scientifiques – rassemblement de célébrités scientifiques contemporaines qui permettent de cautionner, pour le lecteur, la validité des thèses qui seront exposées par la suite, au fil de ce roman d’aventures encyclopédique.

2 Otto Lidenbrock n’était pas un méchant homme, j’en conviens volontiers ; mais, à moins de changements improbables, il mourra dans la peau d’un terrible original.

  • 1 Le Johannæum est un gymnasium (lycée) de Hambourg, fondé en 1529.

3Il était professeur au Johannæum1, et faisait un cours de minéralogie pendant lequel il se mettait régulièrement en colère une fois ou deux. Non point qu’il se préoccupât d’avoir des élèves assidus à ses leçons, ni du degré d’attention qu’ils lui accordaient, ni du succès qu’ils pouvaient obtenir par la suite ; ces détails ne l’inquiétaient guère. Il professait « subjectivement », suivant une expression de la philosophie allemande, pour lui et non pour les autres. C’était un savant égoïste, un puits de science dont la poulie grinçait quand on en voulait tirer quelque chose : en un mot, un avare.

4Il y a quelques professeurs de ce genre en Allemagne.

5Mon oncle, malheureusement, ne jouissait pas d’une extrême facilité de prononciation, sinon dans l’intimité, au moins quand il parlait en public, et c’est un défaut regrettable chez un orateur. En effet, dans ses démonstrations au Johannæum, souvent le professeur s’arrêtait court ; il luttait contre un mot récalcitrant qui ne voulait pas glisser entre ses lèvres, un de ces mots qui résistent, se gonflent et finissent par sortir sous la forme peu scientifique d’un juron. De là, grande colère.

  • 2 Le rhomboèdre est un cristal dont les six faces égales forment un losange.
  • 3 Le rétinasphalte est un minéral résineux que l’on trouve dans certains lignites.
  • 4 Verne a inversé les lettres de ce minéral, la gehlénite qui appartient au groupe des silicates.
  • 5 Variétés de silice.
  • 6 Minéraux typiques de l’oxydation des gisements de plomb.
  • 7 Composés naturels de tungstène et de manganèse.
  • 8 Verne déforme ici le nom d’un minéral existant, le titanate (et non titaniate), qu’il combine à un (...)

6Or, il y a en minéralogie bien des dénominations semi-grecques, semi-latines, difficiles à prononcer, de ces rudes appellations qui écorcheraient les lèvres d’un poète. Je ne veux pas dire du mal de cette science. Loin de moi. Mais lorsqu’on se trouve en présence des cristallisations rhomboédriques2, des résines rétinasphaltes3, des ghélénites4, des fangasites5, des molybdates de plomb6, des tungstates de manganèse7 et des titaniates de zircône8, il est permis à la langue la plus adroite de fourcher.

7Donc, dans la ville, on connaissait cette pardonnable infirmité de mon oncle, et on en abusait, et on l’attendait aux passages dangereux, et il se mettait en fureur, et l’on riait, ce qui n’est pas de bon goût, même pour des Allemands. Et s’il y avait donc toujours grande affluence d’auditeurs aux cours de Lidenbrock, combien les suivaient assidûment qui venaient surtout pour se dérider aux belles colères du professeur !

  • 9 Capacité d’un corps à passer de l’état solide à l’état liquide sous l’action de la chaleur.

8Quoi qu’il en soit, mon oncle, je ne saurais trop le dire, était un véritable savant. Bien qu’il cassât parfois ses échantillons à les essayer trop brusquement, il joignait au génie du géologue l’œil du minéralogiste. Avec son marteau, sa pointe d’acier, son aiguille aimantée, son chalumeau et son flacon d’acide nitrique, c’était un homme très fort. À la cassure, à l’aspect, à la dureté, à la fusibilité9, au son, à l’odeur, au goût d’un minéral quelconque, il le classait sans hésiter parmi les six cents espèces que la science compte aujourd’hui.

  • 10 Chimiste et physicien britannique (1778-1829). Au chapitre VI du roman, Lidenbrock s’appuie effecti (...)
  • 11 Alexander von Humboldt (1769-1859), naturaliste, explorateur et géographe (voir les textes 7, 16, 7 (...)
  • 12 Le capitaine John Franklin (1786-1847) et le général Edward Sabine (1788-1883) sont deux explorateu (...)
  • 13 Alexandre Edmond Becquerel (1820-1891) est un physicien français, professeur au Muséum d’histoire n (...)
  • 14 Jacques-Joseph Ebelmen (1814-1852), chimiste français spécialisé dans la production artificielle de (...)
  • 15 David Brewster (1781-1868), physicien écossais.
  • 16 Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), chimiste et directeur de l’Académie française (voir le texte 11).
  • 17 Henri Milne-Edwards (1800-1885), zoologiste français qui succéda à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire a (...)
  • 18 Charles Sainte-Claire Deville (1814-1876), géologue et météorologue français. Ce savant, qui avait (...)

9Aussi le nom de Lidenbrock retentissait avec honneur dans les gymnases et les associations nationales. MM. Humphry Davy10, de Humboldt11, les capitaines Franklin et Sabine12, ne manquèrent pas de lui rendre visite à leur passage à Hambourg. MM. Becquerel13, Ebelmen14, Brewster15, Dumas16, Milne-Edwards17, Sainte-Claire-Deville18, aimaient à le consulter sur des questions les plus palpitantes de la chimie. Cette science lui devait d’assez belles découvertes, et, en 1853, il avait paru à Leipzig un Traité de Cristallographie transcendante, par le professeur Otto Lidenbrock, grand in-folio avec planches, qui cependant ne fit pas ses frais.

  • 19 Karl ou Kirill Vassilevitch von Struve (1835-1907) fut ambassadeur de Russie au Japon, aux États-Un (...)

10Ajoutez à cela que mon oncle était conservateur du musée minéralogique de M. Struve, ambassadeur de Russie19, précieuse collection d’une renommée européenne.

11Voilà donc le personnage qui m’interpellait avec tant d’impatience. Représentez-vous un homme grand, maigre, d’une santé de fer, et d’un blond juvénile qui lui ôtait dix bonnes années de sa cinquantaine. Ses gros yeux roulaient sans cesse derrière des lunettes considérables ; son nez, long et mince, ressemblait à une lame affilée ; les méchants prétendaient même qu’il était aimanté et qu’il attirait la limaille de fer. Pure calomnie : il n’attirait que le tabac, mais en grande abondance, pour ne point mentir.

  • 20 C’est-à-dire un peu moins d’un mètre.

12Quand j’aurai ajouté que mon oncle faisait des enjambées mathématiques d’une demi-toise20, et si je dis qu’en marchant il tenait ses poings solidement fermés, signe d’un tempérament impétueux, on le connaîtra assez pour ne pas se montrer friand de sa compagnie.

Notes

1 Le Johannæum est un gymnasium (lycée) de Hambourg, fondé en 1529.

2 Le rhomboèdre est un cristal dont les six faces égales forment un losange.

3 Le rétinasphalte est un minéral résineux que l’on trouve dans certains lignites.

4 Verne a inversé les lettres de ce minéral, la gehlénite qui appartient au groupe des silicates.

5 Variétés de silice.

6 Minéraux typiques de l’oxydation des gisements de plomb.

7 Composés naturels de tungstène et de manganèse.

8 Verne déforme ici le nom d’un minéral existant, le titanate (et non titaniate), qu’il combine à un autre minéral, la zircône.

9 Capacité d’un corps à passer de l’état solide à l’état liquide sous l’action de la chaleur.

10 Chimiste et physicien britannique (1778-1829). Au chapitre VI du roman, Lidenbrock s’appuie effectivement sur une conversation qu’il a eue avec Humphry Davy en 1825 au sujet de la liquidité du noyau central terrestre pour convaincre son neveu Axel d’entreprendre l’exploration du centre de la terre.

11 Alexander von Humboldt (1769-1859), naturaliste, explorateur et géographe (voir les textes 7, 16, 75).

12 Le capitaine John Franklin (1786-1847) et le général Edward Sabine (1788-1883) sont deux explorateurs britanniques.

13 Alexandre Edmond Becquerel (1820-1891) est un physicien français, professeur au Muséum d’histoire naturelle et père d’Henri Becquerel, physicien qui découvrit la radioactivité en 1896.

14 Jacques-Joseph Ebelmen (1814-1852), chimiste français spécialisé dans la production artificielle de cristaux.

15 David Brewster (1781-1868), physicien écossais.

16 Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), chimiste et directeur de l’Académie française (voir le texte 11).

17 Henri Milne-Edwards (1800-1885), zoologiste français qui succéda à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire au Muséum d’Histoire naturelle.

18 Charles Sainte-Claire Deville (1814-1876), géologue et météorologue français. Ce savant, qui avait étudié les volcans et les phénomènes sismiques, était un ami proche de Hetzel. Il constitue une source d’information probable de Verne, et il avait précisément étudié le cratère du Stromboli par lequel les personnages retrouvent la surface terrestre, à la fin du roman.

19 Karl ou Kirill Vassilevitch von Struve (1835-1907) fut ambassadeur de Russie au Japon, aux États-Unis et aux Pays-Bas. Il est le fils de Friedrich Georg Wilhelm von Struve (1793-1864), astronome russe réputé.

20 C’est-à-dire un peu moins d’un mètre.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de la Librairie Générale Française (Paris, coll. « Le Livre de Poche », 2001), p. 7-11.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search