Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

65. Émile Souvestre, Le Monde tel qu’il sera, Paris, W. Coquebert, 18461

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition Skol Vreizh, Morlaix, 2013, p. 49-51.

1Lorsqu’il imagine la société de l’an 3000 dans son roman d’anticipation Le Monde tel qu’il sera, Émile Souvestre (1806- 1854), journaliste et romancier breton, met en scène un naturaliste fictif, M. Vertèbre, professeur de zoologie au Muséum. Ce spécialiste des baleines, loin de représenter les progrès de la science du futur, semble une caricature directement transposée du monde savant de la monarchie de Juillet. Reprenant une critique ancienne à l’encontre du caractère vain du savoir taxinomique, Souvestre se moque dans cet extrait de l’inefficacité des connaissances exposées par le zoologue. Les personnages du roman voyagent en effet dans une « Dorade », bateau sous-marin en forme de poisson, qui se trouve avalée par une gigantesque baleine. M. Vertèbre, consulté pour les tirer de cette situation périlleuse, ne peut finalement délivrer qu’une description élémentaire du cétacé, l’emploi de termes techniques ne suffisant pas à dissimuler le caractère rudimentaire des connaissances du naturaliste. L’illustration ironique du caricaturiste Bertall évoque le genre des physiologies, particulièrement en vogue dans les années 1840. Elle renforce la charge contre ce naturaliste bonhomme, défenseur d’un savoir désuet, et plus occupé par les soins à donner aux animaux domestiqués qui l’entourent que par la construction d’une science vraiment novatrice.

2 Les passagers épouvantés, s’étant élancés vers les fenêtres, aperçurent un immense cétacé endormi dans les profondeurs de l’Océan, et que le choc de la Dorade avait réveillé : au moment même où les deux époux se penchèrent contre le vitrage, il venait de se retourner. Marthe eut à peine le temps de pousser un cri !... Le flot qui portait le bateau-poisson, attiré par l’aspiration du monstre, s’engloutit dans sa gueule entrouverte, comme dans un abîme et ne s’arrêta qu’au fond de l’estomac !

  • 1 Un débouquement est une passe, ou un canal étroit pour déboucher en pleine mer.

3L’événement avait été trop rapide pour qu’on pût l’éviter et, dans le premier instant qui suivit la catastrophe, les clameurs et les lamentations empêchèrent de s’entendre. L’équipage lui-même paraissait consterné. C’était la première fois qu’il avait à naviguer dans l’estomac d’une baleine et le capitaine, quoique vieux marin, fut forcé d’avouer qu’il en ignorait complètement les débouquements1.

4Chacun dut en conséquence donner son avis ; mais tous les moyens proposés paraissaient dangereux ou impraticables. Enfin on pensa au professeur de zoologie du Muséum, qui se trouvait par hasard à bord, et tout le monde se tourna vers lui :

5– Laissez parler M. Vertèbre ! s’écrièrent plusieurs voix ; il peut nous donner un bon conseil, lui qui a étudié les baleines.

6M. Vertèbre se redressa.

7– Je l’avoue, Messieurs, dit-il gravement ; cet intéressant mammifère a été l’objet de mes observations spéciales et, quoiqu’aient pu en dire mes adversaires, je crois avoir découvert le premier la véritable nature du lait dont il nourrit ses petits !

  • 2 Terme déjà vieilli en 1846, qui désigne des poissons ou coquillages habitant exclusivement la haute (...)

8 La baleine, Messieurs, est un cétacé, nom qui vient du mot grec kêtos ; il appartient à la famille du narval, du cachalot, du dauphin. C’est un grand mammifère plagiure2, vivipare, pisciforme, portant deux pieds appelés nageoires, et respirant par des poumons…

9Il fut interrompu par un soubresaut inattendu. Les propulseurs du bateau-poisson, qui continuaient à se mouvoir, venaient d’effleurer les parois de l’estomac de la baleine, et y avaient déterminé une contraction qui ramena la Dorade vers le canal alimentaire. Le mécanicien, voulant profiter de ce mouvement, lâcha toute sa vapeur, afin de forcer le passage, ce qui occasionna, chez le monstre, une nouvelle nausée, suivie d’un vomissement au milieu duquel le bateau se trouve rejeté au dehors.

Notes

1 Un débouquement est une passe, ou un canal étroit pour déboucher en pleine mer.

2 Terme déjà vieilli en 1846, qui désigne des poissons ou coquillages habitant exclusivement la haute mer. L’adjectif plus généralement employé est « pélagien ».

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition Skol Vreizh, Morlaix, 2013, p. 49-51.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search