Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

63. Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Charles Gosselin, 1842-1843, série 7, p. 59-63

Texte intégral

1Au fil de la parution de son roman-feuilleton dans Le Journal des Débats, Eugène Sue (1804-1857) « devient » socialiste et dénonce de plus en plus volontiers les maux de son époque. Parmi ceux-ci, les hôpitaux où sont soignés les pauvres – qui en contrepartie servent d’objets d’expérimentation. C’est dans ce cadre qu’apparaît le Docteur Griffon : on peut le classer dans la catégorie, très vaste à l’époque romantique et postromantique, des savants insensibles. Son amour de la science est tel qu’au lieu de servir l’humanité, il va jusqu’à sacrifier l’humain qu’on lui confie. Nous ne sommes pas loin des médecins meurtriers que l’on trouve dans d’autres romans populaires, tels Les Mystères de Londres de Paul Féval (1843), où une figure de médecin va jusqu’à expérimenter sur un être en parfaite santé pour faire progresser ses chères études (sur le thème du savant insensible, voir également le texte 20).

2– On sent à peine les battements du pouls ; mais, chose singulière, la peau de la face n’est pas colorée en bleu chez ce sujet, comme cela arrive ordinairement après une asphyxie par submersion, répondit le docteur avec un sang-froid imperturbable, en considérant Fleur-de-Marie d’un air profondément méditatif.

3 Le docteur Griffon était un grand homme maigre, pâle et complètement chauve, sauf deux touffes de rares cheveux noirs soigneusement ramenés de derrière la nuque et aplatis sur ses tempes ; sa physionomie creusée, sillonnée par les fatigues de l’étude, était roide, intelligente et réfléchie.

4D’un savoir immense, d’une expérience consommée, praticien habile et renommé, médecin en chef d’un hospice civil (où nous le retrouverons plus tard), le docteur Griffon n’avait qu’un défaut, celui de faire, si cela peut se dire, complètement abstraction du malade et de ne s’occuper que de la maladie : jeune ou vieux, femme ou homme, riche ou pauvre, peu lui importait ; il ne songeait qu’au fait médical plus ou moins curieux ou intéressant, au point de vue scientifique, que lui offrait le sujet.

5Il n’y avait pour lui que des sujets.

6– Quelle figure charmante !… Combien elle est belle encore, malgré cette effrayante pâleur ! dit M. de Saint-Remy en contemplant Fleur-de-Marie avec tristesse. Avez-vous jamais vu des traits plus doux, plus candides, mon cher docteur ?… Et si jeune… si jeune !…

7– L’âge ne signifie rien, dit brusquement le médecin, pas plus que la présence de l’eau dans les poumons, que l’on croyait autrefois mortelle… On se trompait grossièrement ; les admirables expériences de Goodwin… du fameux Goodwin, l’ont prouvé de reste.

8– Mais, docteur…

  • 1 Expériences rapportées par Edmund Goodwyn (1756-1829) dans The Connexion of Life with Respiration, (...)

9– Mais c’est un fait…, répliqua M. Griffon, absorbé par l’amour de son art. Pour reconnaître la présence d’un liquide étranger dans les poumons, Goodwin a plongé plusieurs fois des chats et des chiens dans des baquets d’encre pendant quelques secondes, les en a retirés vivants et a disséqué mes gaillards quelque temps après… Eh bien ! il s’est convaincu par la dissection que l’encre avait pénétré dans les poumons, et que la présence de ce liquide dans les organes de la respiration n’avait pas causé la mort des sujets1.

10Le comte connaissait le médecin, excellent homme au fond, mais que sa passion effrénée pour la science faisait souvent paraître dur, presque cruel.

11– Avez-vous au moins quelque espoir ? lui demanda M. de Saint-Remy avec impatience.

12– Les extrémités du sujet sont bien froides, dit le médecin, il reste peu d’espoir.

13– Ah ! mourir à cet âge… malheureuse enfant !… C’est affreux.

14– Pupille fixe… dilatée…, reprit le docteur impassible en soulevant du bout du doigt la paupière glacée de Fleur-de-Marie.

15– Homme étrange ! s’écria le comte presque avec indignation, on vous croirait impitoyable, et je vous ai vu veiller auprès de mon lit des nuits entières… J’eusse été votre frère, que vous n’eussiez pas été pour moi plus admirablement dévoué.

16Le docteur Griffon, tout en s’occupant de secourir Fleur-de-Marie, répondit au comte sans le regarder, avec un flegme imperturbable :

17– Parbleu, si vous croyez qu’on rencontre tous les jours une fièvre ataxique aussi merveilleusement bien compliquée, aussi curieuse à étudier que celle que vous aviez ! C’était admirable… mon bon ami, admirable ! Stupeur, délire, soubresauts des tendons, syncopes, elle réunissait les symptômes les plus variés, votre chère fièvre ; vous avez même été, chose rare, très rare et éminemment intéressante… vous avez même été affecté d’un état partiel et momentané de paralysie, s’il vous plaît… Rien que pour ce fait, votre maladie avait droit à tout mon dévouement ; vous m’offriez une magnifique étude ; car, franchement, mon cher ami, tout ce que je désire au monde, c’est de rencontrer encore une aussi belle fièvre… mais on n’a pas ce bonheur-là deux fois.

Notes

1 Expériences rapportées par Edmund Goodwyn (1756-1829) dans The Connexion of Life with Respiration, or an Experimental Inquiry into the Effects of Submersion, Strangulation, and several kinds of Noxious Airs on Living Animals (1788).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search