Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

62. X…, « Travaux mathématiques d’Évariste Galois », Revue encyclopédique, Paris, Baudoin frères éd., t. LV juillet-septembre 1832, p. 566-568

Texte intégral

1Évariste Galois est un jeune et brillant mathématicien français, né en 1811 et mort en 1832 des suites d’un duel dont les causes demeurent obscures. Le jeune savant écrivit dans les heures qui précédèrent le duel une lettre qu’il adressa à son ami Auguste Chevalier afin qu’il la fît publier dans la Revue encyclopédique ; cette lettre est considérée comme le testament mathématique de Galois. L’extrait qui suit, anonyme, précède immédiatement la lettre publiée. Il constitue le point de départ et l’origine de la formation de la légende qui va très vite entourer le mathématicien ; Caroline Ehrhardt a précisément étudié les étapes de cette transformation du génie précoce en légende dans Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique (Paris, EHESS, 2011). Le portrait qui suit s’adresse à un large public et l’appelle à la « contemplation » des théorèmes mathématiques formulés par Galois dans sa lettre ; il informe le jeune savant en un génie accédant aux vérités universelles. Enfin, il procède déjà à une métamorphose « littéraire », sinon dramatique, de Galois en le comparant à quelques-uns des grands héros de la littérature romantique.

  • 1 Il s’agit ici d’Archimède (287 av. J.-C. - 212 av. J.-C.) qui mourut pendant le siège de Syracuse.
  • 2 Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) est un philosophe et mathématicien allemand. Les frères Berno (...)

2 La connaissance des mathématiques transcendantes étant aujourd’hui le partage d’un petit nombre d’esprits seulement, la lettre suivante n’est sans doute pas destinée à être entièrement comprise de tous nos lecteurs ; elle a droit cependant à être contemplée par tous avec un sentiment de respect et de piété. Galois, appelé à l’improviste par la mort, et ne voulant point emporter avec lui dans la tombe le secret de ses travaux, consacra la dernière heure de sa vie à ce résumé de ses calculs analytiques, faisant taire ainsi par une admirable force de raison toutes les passions qui, à cette heure suprême, venaient assaillir son âme ardente, et, comme le géomètre de Syracuse1, oubliant la menace et le voisinage de la mort pour méditer sur la recherche des vérités absolues. Que l’on compare cette lettre d’analyse, calme et impassible comme la correspondance mathématique de Leibnitz ou de Bernouilli2, avec les deux lettres d’adieu que nous rapportons à la suite de cet article ; que l’on songe que tout cela est écrit dans la même heure, avec la même plume, sous le même regard de la destinée ; et que l’on se demande alors s’il n’y a pas, dans ces pages rapides, où les idées se hâtent et se précisent en de courtes phrases et de brèves formules, un caractère de grandeur d’âme et de grandeur de raison unique peut-être dans les annales de la science. Ces pages sont le legs sacré d’un génie qui, se sentant mourir avant d’avoir achevé sa tâche, se tourne en mourant vers l’humanité, comme par un instinct religieux, afin de s’acquitter envers elle, en lui payant, pour droit de passage, son tribut de vérités nouvelles ; ce sont les derniers restes de la pensée d’un homme mort sans avoir atteint sa grandeur, et déposés de sa propre main dans l’urne funéraire qu’il a voulu lui-même construire. Son âge était encore sur le seuil de l’enfance, et son génie commençait à peine à se débarrasser des entraves qui arrêtaient le déploiement de sa force ; et déjà cependant son nom était devenu une espérance, et laissait entrevoir un successeur aux mathématiciens de l’empire. La tourmente politique qui l’avait précipité au milieu des dissensions civiles promettait en s’apaisant de le rendre à l’étude ; et, continuant dans le calme de la méditation ses recherches d’analyse, il devait unir une partie de ses travaux avec les nôtres, et se charger dans ce recueil de la philosophie des sciences. L’avenir entr’ouvrait à peine devant lui l’espoir d’une carrière moins orageuse et plus philosophique, et tout à coup, au travers de cette fantaisie de rêves et de projets, est venue la loi sévère de la mort ; et maintenant plus rien que le silence des souvenirs. Nous avons recueilli avec une pieuse fidélité tout ce qui reste de lui, et la publication de ses manuscrits sera le monument que nous élèverons à sa mémoire. Que ce dernier témoignage d’affection et de respect lui suffise ; nous ignorons aujourd’hui quels honneurs sont dus aux funérailles, et la piété de notre âme envers les mânes de ceux qui ne sont plus est le seul culte que nous sachions leur rendre : il y a dans la mort un mystère de Dieu devant lequel notre pensée s’incline, et si elle se sent religieuse, c’est surtout en présence de ceux qui sont frappés contre toute raison humaine ; car elle se sent alors sous quelque chose de plus grand qu’elle, qui la confond et la domine.

  • 3 Chatterton et Gilbert sont deux poètes morts très jeunes et devenus très vite des héros romantiques (...)

3La lettre qui suit nous a été adressée par l’intermédiaire de M. Auguste Chevalier, le plus proche ami de Galois, qui a bien voulu nous adresser en même temps une courte Notice sur la vie de son ami. Cette vie est courte, mais passionnée et pleine, et elle montre avec une douloureuse évidence que les sciences, aussi bien que les lettres, ont leur Gilbert et leur Chatterton3.

Notes

1 Il s’agit ici d’Archimède (287 av. J.-C. - 212 av. J.-C.) qui mourut pendant le siège de Syracuse.

2 Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) est un philosophe et mathématicien allemand. Les frères Bernoulli (Jean et Jacques) sont deux mathématiciens suisses qui étudièrent le calcul infinitésimal inventé par Leibniz et entretinrent avec lui une correspondance. Jacques Bernoulli (1654-1705) donna son nom aux « nombres de Bernoulli ». L’amitié de Jean Bernoulli (1667-1748) avec Leibniz dégénéra cependant peu à peu en une véritable inimitié.

3 Chatterton et Gilbert sont deux poètes morts très jeunes et devenus très vite des héros romantiques ; ils furent notamment deux des trois figures emblématiques du génie incompris décrites dans le roman Stello d’Alfred de Vigny, publié en 1832, qui semble constituer ici une référence implicite de l’article. Thomas Chatterton (1752- 1770), avant de devenir le héros du drame éponyme de Vigny, fut un poète anglais qui se suicida à l’âge de 17 ans pour ne pas mourir de faim. Nicolas Gilbert (1750-1780) était un poète lorrain qui souffrit de voir ses travaux négligés par l’Académie (comme Galois, sans doute) et qui publia notamment la satire de son siècle ; il mourut dans une crise de délire, après avoir avalé une clé.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search