Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

61. Victor Hugo, Notre-Dame de Paris. 1482, Paris, Charles Gosselin, 18311

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de Jacques Seebacher (Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (...)

1Claude Frollo, archidiacre de la cathédrale, constitue le personnage central de Notre-Dame de Paris, ses actions décidant du destin des autres protagonistes du roman historique de Victor Hugo. Le narrateur retrace ici son itinéraire intellectuel, qui en fait un archétype du savant romantique. Prêtre tourmenté, mû avant tout par la passion de la connaissance, il a approfondi l’étude de la médecine, de la théologie, des arts et du droit canon, avant de s’engager dans l’exploration de l’alchimie. Le narrateur dresse son portrait à trente-six ans, au moment où commence l’action, à travers le regard suspicieux que porte sur lui le peuple qui entoure la cathédrale. Rapproché, dans une allusion, de la figure emblématique de Faust, il incarne l’homme de science mené aux portes de la damnation par une quête alchimique infinie, et par la puissance destructrice du désir. Hugo souligne ainsi la porosité des frontières entre le savant et le sorcier, en cette fin de moyen âge mythique, reconstruit par la génération romantique.

  • 1 « Là où le cercle cessa. » Cf. plus haut : « le cercle presque entier des connaissances ».
  • 2 fas : ce qui est licite ; nefas : l’interdit.
  • 3 Référence à l’arbre de la connaissance, auquel Adam et Ève ne doivent pas toucher, dans la Genèse.
  • 4 Les élèves de la faculté des arts (artiens) se réunissaient devant la statue de saint Hilaire, qui (...)
  • 5 Selon l’un des premiers historiens de Paris, Jacques Du Breul, dont s’inspire Hugo, les étudiants e (...)
  • 6 « au bénitier de Notre-Dame », sous les tours de l’église, lieu de rencontre des congrégations de m (...)
  • 7 Averroès (1126-1198) de Cordoue, philosophe et médecin arabe, censuré par l’Université et la Papaut (...)
  • 8 Évêque de Paris entre 1228 et 1249, il critiqua le corpus Hermeticum (écrits attribués à Hermès), m (...)
  • 9 Alchimiste célèbre (environ 1340-1418), libraire juré de l’Université, qui aurait trouvé la pierre (...)
  • 10 Symbole du peuple juif.
  • 11 Le roi Salomon, constructeur du temple de Jérusalem, fondateur supposé de la Maçonnerie et des Temp (...)
  • 12 Pythagore, philosophe grec du VIe siècle av. J.-C. est l’auteur d’une théorie mystique des nombres (...)
  • 13 Zoroastre (ou Zarathoustra), qui vécut au VIIe siècle avant J.-C., fondateur du mazdéisme (culte du (...)

2Comme Claude Frollo avait parcouru dès sa jeunesse le cercle presque entier des connaissances humaines, positives, extérieures et licites, force lui fut, à moins de s’arrêter ubi defuit orbis1, force lui fut d’aller plus loin et de chercher d’autres aliments à l’activité insatiable de son intelligence. L’antique symbole du serpent qui se mord la queue convient surtout à la science. Il paraît que Claude Frollo l’avait éprouvé. Plusieurs personnes graves affirmaient qu’après avoir éprouvé le fas du savoir humain, il avait osé pénétrer dans le nefas2. Il avait, disait-on, goûté successivement toutes les pommes de l’arbre de l’intelligence, et, faim ou dégoût, il avait fini par mordre au fruit défendu3. Il avait pris place tour à tour, comme nos lecteurs l’ont vu, aux conférences des théologiens en Sorbonne, aux assemblées des artiens à l’image Saint-Hilaire4, aux disputes des décrétistes à l’image Saint-Martin5, aux congrégations des médecins au bénitier de Notre-Dame, ad cupam Nostrae-Dominae6. Tous les mets permis et approuvés que ces quatre grandes cuisines appelées les quatre facultés pouvaient élaborer et servir à une intelligence, il les avait dévorés, et la satiété lui en était venue avant que sa faim fût apaisée ; alors il avait creusé plus avant, plus bas, dessous toute cette science finie, matérielle, limitée ; il avait risqué peut-être son âme, et s’était assis dans la caverne à cette table mystérieuse des alchimistes, des astrologues, des hermétiques, dont Averroès7, Guillaume de Paris8 et Nicolas Flamel9 tiennent le bout dans le moyen âge, et qui se prolonge dans l’Orient, aux clartés du chandelier à sept branches10, jusqu’à Salomon11, Pythagore12 et Zoroastre13.

3C’était du moins ce que l’on supposait, à tort ou à raison.

  • 14 Femme de Nicolas Flamel.

4Il est certain que l’archidiacre visitait souvent le cimetière des Saints-Innocents où son père et sa mère avaient été enterrés, il est vrai, avec les autres victimes de la peste de 1466 ; mais qu’il paraissait beaucoup moins dévot à la croix de leur fosse qu’aux figures étranges dont était chargé le tombeau de Nicolas Flamel et de Claude Pernelle14, construit tout à côté.

  • 15 Les « hermétiques » concevaient la quête alchimique comme une recherche de la connaissance et de la (...)
  • 16 Piliers en tête d’un mur mitoyen.
  • 17 Le docteur Martin Magistri, mort en 1482 était l’aumônier de Louis XI.
  • 18 Le père Pacifique (1575-1653) était un capucin, missionnaire et grand chimiste, qui avait fouillé l (...)

5Il est certain qu’on l’avait vu souvent longer la rue des Lombards et entrer furtivement dans une petite maison qui faisait le coin de la rue des Écrivains et de la rue Marivaulx. C’était la maison que Nicolas Flamel avait bâtie, où il était mort vers 1417, et qui, toujours déserte depuis lors, commençait déjà à tomber en ruine, tant les hermétiques et les souffleurs15 de tous les pays en avaient usé les murs rien qu’en y gravant leurs noms. Quelques voisins même affirmaient avoir vu une fois par un soupirail l’archidiacre Claude creusant, remuant et bêchant la terre dans ces deux caves, dont les jambes étrières16 avaient été barbouillées de vers et d’hiéroglyphes sans nombre par Nicolas Flamel lui-même. On supposait que Flamel avait enfoui la pierre philosophale dans ces caves, et les alchimistes, pendant deux siècles, depuis Magistri17 jusqu’au père Pacifique18, n’ont cessé d’en tourmenter le sol que lorsque la maison, si cruellement fouillée et retournée, a fini par s’en aller en poussière sous leurs pieds.

6Il est certain encore que l’archidiacre s’était épris d’une passion singulière pour le portail symbolique de Notre-Dame, cette page de grimoire écrite en pierre par l’évêque Guillaume de Paris, lequel a sans doute été damné pour avoir attaché un si infernal frontispice au saint poème que chante éternellement le reste de l’édifice. L’archidiacre Claude passait aussi pour avoir approfondi le colosse de saint Christophe et cette longue statue énigmatique qui se dressait alors à l’entrée du parvis et que le peuple appelait dans ses dérisions Monsieur Legris. Mais, ce que tout le monde avait pu remarquer, c’était les interminables heures qu’il employait souvent, assis sur le parapet du parvis, à contempler les sculptures du portail, examinant tantôt les vierges folles avec leurs lampes renversées, tantôt les vierges sages avec leurs lampes droites ; d’autres fois, calculant l’angle du regard de ce corbeau qui tient au portail de gauche et qui regarde dans l’église un point mystérieux où est certainement cachée la pierre philosophale, si elle n’est pas dans la cave de Nicolas Flamel. C’était, disons-le en passant, une destinée singulière pour l’église Notre-Dame à cette époque que d’être ainsi aimée à deux degrés différents, et avec tant de dévotion, par deux êtres aussi dissemblables que Claude et Quasimodo ; aimée par l’un, sorte de demi-homme instinctif et sauvage, pour sa beauté, pour sa stature, pour les harmonies qui se dégagent de son magnifique ensemble ; aimée par l’autre, imagination savante et passionnée, pour sa signification, pour son mythe, pour le sens qu’elle renferme, pour le symbole épars sous les sculptures de sa façade, comme le premier texte sous le second dans un palimpseste ; en un mot, pour l’énigme qu’elle propose éternellement à l’intelligence.

  • 19 Hugo II de Bisuncio, 1326-1332. [nda]. L’auteur a relevé chez l’historien Du Breul (op. cit., p. 54 (...)

7Il est certain enfin que l’archidiacre s’était accommodé, dans celle des deux tours qui regarde sur la Grève, tout à côté de la cage aux cloches, une petite cellule fort secrète où nul n’entrait, pas même l’évêque, disait-on, sans son congé. Cette cellule avait été jadis pratiquée presque au sommet de la tour, parmi les nids de corbeaux, par l’évêque Hugo de Besançon19, qui y avait maléficié dans son temps. Ce que renfermait cette cellule, nul ne le savait ; mais on avait vu souvent, des grèves du Terrain, la nuit, à une petite lucarne qu’elle avait sur le derrière de la tour, paraître, disparaître et reparaître à intervalles courts et égaux une clarté rouge, intermittente, bizarre, qui semblait suivre les aspirations haletantes d’un soufflet et venir plutôt d’une flamme que d’une lumière. Dans l’ombre, à cette hauteur, cela faisait un effet singulier et les bonnes femmes disaient : Voilà l’archidiacre qui souffle, l’enfer pétille là-haut.

  • 20 Tribunal de l’évêque.
  • 21 Allusion au couple de Méphisto et de Faust.

8Il n’y avait pas dans tout cela après tout grandes preuves de sorcellerie ; mais c’était bien toujours autant de fumée qu’il en fallait pour supposer du feu ; et l’archidiacre avait un renom assez formidable. Nous devons dire pourtant que les sciences d’Égypte, que la nécromancie, que la magie, même la plus blanche et la plus innocente, n’avaient pas d’ennemi plus acharné, pas de dénonciateur plus impitoyable par-devant messieurs de l’officialité de Notre-Dame20. Que ce fût sincère horreur ou jeu joué du larron qui crie : au voleur, cela n’empêchait pas l’archidiacre d’être considéré par les doctes têtes du chapitre comme une âme aventurée dans le vestibule de l’enfer, perdue dans les antres de la cabale, tâtonnant dans les ténèbres des sciences occultes. Le peuple ne s’y méprenait pas non plus ; chez quiconque avait un peu de sagacité, Quasimodo passait pour le démon ; Claude Frollo pour le sorcier. Il était évident que le sonneur devait servir l’archidiacre pendant un temps donné au bout duquel il emporterait son âme en guise de paiement21. Aussi l’archidiacre était-il, malgré l’austérité excessive de sa vie, en mauvaise odeur parmi les bonnes âmes ; et il n’y avait pas de dévote si inexpérimentée qui ne flairât le magicien.

9Et si, en vieillissant, il s’était formé des abîmes dans sa science, il s’en était aussi formé dans son cœur. C’est du moins ce qu’on était fondé à croire en examinant cette figure sur laquelle on ne voyait reluire son âme qu’à travers un sombre nuage. D’où lui venait ce large front chauve, cette tête toujours penchée, cette poitrine toujours soulevée de soupirs ? Quelle secrète pensée faisait sourire sa bouche avec tant d’amertume au même moment où ses sourcils froncés se rapprochaient comme deux taureaux qui vont lutter ? Pourquoi son reste de cheveux étaient-ils déjà gris ? Quel était ce feu intérieur qui éclatait parfois dans son regard, au point que son œil ressemblait à un trou percé dans la paroi d’une fournaise ?

  • 22 « Sur tous les tons ».

10Ces symptômes d’une violente préoccupation morale avaient surtout acquis un haut degré d’intensité à l’époque où se passe cette histoire. Plus d’une fois un enfant de chœur s’était enfui effrayé de le trouver seul dans l’église, tant son regard était étrange et éclatant. Plus d’une fois, dans le chœur, à l’heure des offices, son voisin de stalle l’avait entendu mêler au plain-chant ad omnem tonum22 des parenthèses inintelligibles. Plus d’une fois la buandière du Terrain, chargée de « laver le chapitre », avait observé, non sans effroi, des marques d’ongle et de doigts crispés dans le surplis de M. l’archidiacre de Josas.

Notes

1 « Là où le cercle cessa. » Cf. plus haut : « le cercle presque entier des connaissances ».

2 fas : ce qui est licite ; nefas : l’interdit.

3 Référence à l’arbre de la connaissance, auquel Adam et Ève ne doivent pas toucher, dans la Genèse.

4 Les élèves de la faculté des arts (artiens) se réunissaient devant la statue de saint Hilaire, qui leur servait d’enseigne.

5 Selon l’un des premiers historiens de Paris, Jacques Du Breul, dont s’inspire Hugo, les étudiants en droit canon se retrouvaient sous la statue de saint Martin (Le Théâtre des Antiquités de Paris, Paris, P. Chevalier, 1612, p. 560).

6 « au bénitier de Notre-Dame », sous les tours de l’église, lieu de rencontre des congrégations de médecins (toujours selon J. Du Breul, op. cit., p. 451).

7 Averroès (1126-1198) de Cordoue, philosophe et médecin arabe, censuré par l’Université et la Papauté, célèbre pour ses Commentaires d’Aristote et source d’inspiration pour l’alchimie arabe.

8 Évêque de Paris entre 1228 et 1249, il critiqua le corpus Hermeticum (écrits attribués à Hermès), mais considéra la « magie naturelle » comme une des sciences de la nature. Selon les alchimistes, il aurait transmis sa connaissance de leur science par le biais des statues du portail de la cathédrale.

9 Alchimiste célèbre (environ 1340-1418), libraire juré de l’Université, qui aurait trouvé la pierre philosophale transmuant les métaux en or et procurant l’immortalité.

10 Symbole du peuple juif.

11 Le roi Salomon, constructeur du temple de Jérusalem, fondateur supposé de la Maçonnerie et des Templiers.

12 Pythagore, philosophe grec du VIe siècle av. J.-C. est l’auteur d’une théorie mystique des nombres et, selon les alchimistes, de traités fondateurs de leur science.

13 Zoroastre (ou Zarathoustra), qui vécut au VIIe siècle avant J.-C., fondateur du mazdéisme (culte du feu), et considéré comme l’ancêtre des alchimistes.

14 Femme de Nicolas Flamel.

15 Les « hermétiques » concevaient la quête alchimique comme une recherche de la connaissance et de la compréhension de la matière, tandis que les « souffleurs » visaient avant tout la production de l’or.

16 Piliers en tête d’un mur mitoyen.

17 Le docteur Martin Magistri, mort en 1482 était l’aumônier de Louis XI.

18 Le père Pacifique (1575-1653) était un capucin, missionnaire et grand chimiste, qui avait fouillé les caves de Flamel, selon l’historien sur lequel s’appuie Hugo, Henri Sauval (Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Moette et Chardon, 1724, t. I, p. 237).

19 Hugo II de Bisuncio, 1326-1332. [nda]. L’auteur a relevé chez l’historien Du Breul (op. cit., p. 54) la mention de cet évêque, qui lui permet un double clin d’œil à son propre nom et à sa ville natale.

20 Tribunal de l’évêque.

21 Allusion au couple de Méphisto et de Faust.

22 « Sur tous les tons ».

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de Jacques Seebacher (Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, p. 158-152).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search