Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

60. Pierre Daru, L’Astronomie, poème en six chants, Paris, Firmin-Didot, 1830, p. 148-152

Texte intégral

1Daru, proche ami de Napoléon, fut l’intendant de la Grande Armée et ses traductions d’Horace lui valurent un siège à l’Académie française. Ayant lu un poème didactique sur les facultés de l’homme devant les cinq classes de l’Institut, il fut encouragé par le grand astronome Laplace à écrire un poème entièrement consacré à l’astronomie et se vit promettre l’aide de savants pour les aspects les plus techniques. Il expose ici comment Copernic établit que le Soleil, et non la Terre, est le centre de notre système solaire, ce que nous appelons depuis révolution copernicienne. Cet astronome est ainsi la figure du vrai savant qui, par l’observation patiente et obstinée, parvient à renverser le dogme héliocentrique en corrigeant une illusion des sens.

  • 1 Saturne.
  • 2 Professeur de mathématiques à Vienne, Müller est le premier maître de Copernic.
  • 3 Copernic suivit l’enseignement de l’astronome Domenico Maria Novara. Les portiques sont une allusio (...)
  • 4 Les anciens se représentaient la voûte céleste comme une sphère de métal ou de verre sur laquelle é (...)

Vers le pôle du nord, dans ces plaines fécondes
Où la lente Vistule épand ses froides ondes,
Un sage, l’œil fixé sur ces globes errants,
Observait de leur cours les aspects différents.
Il voyait Jupiter, Mars, et l’époux de Rhée1
D’un vol capricieux traverser l’Empyrée,
S’avancer, hésiter, suspendre leur essor,
Revenir sur leur route et la reprendre encor.
Quel désordre, dit-il, constant, inexplicable,
Égare ces trois corps dans leur marche semblable.
Les étoiles sans cesse accomplissent leur tour ;
L’écharpe de Vénus enceint le dieu du jour ;
La déesse des nuits, paisible et solitaire,
Chaque mois de son orbe enveloppe la terre ;
Et ces autres flambeaux, incertains dans leur cours,
À des instants marqués l’interrompent toujours !
Est-ce une loi secrète à ces corps imposée ?
Est-ce une illusion de la vue abusée ?
Oh ! qui pénétrera ce mystère des cieux !
Et comment démentir ce qu’attestent mes yeux ?
C’en est fait ; ce problème, où sa gloire est placée,
Trente ans de Copernic assiège la pensée.
Pour lui plus de repos ; son bonheur, son destin
Est d’affranchir du doute un esprit incertain.
Il demande à la nuit ce secret qu’il ignore,
Et le jour se consume à le chercher encore.
Müller est des Germains l’oracle révéré2 ;
Par l’ardent Copernic Müller est imploré.
Maria de Bologne illustre les Portiques3,
Et Copernic descend des Alpes helvétiques.
Oh ! tant qu’il restera de ces cœurs généreux,
Des nobles vérités saintement amoureux,
Ils sauront quelle force à notre âme charmée
Donne le juste espoir de quelque renommée :
Mais pourront-ils jamais nous peindre leurs transports
Ceux à qui la science ouvre enfin ses trésors ;
Ceux qu’enivre la joie et la gloire féconde
D’expliquer la nature et d’éclairer le monde ?
Copernic, quel bonheur, lorsqu’un rayon divin
T’apporta les clartés qui te fuyaient en vain !
Plus éloignés que nous du dieu de la lumière,
D’un pas toujours égal poursuivant leur carrière,
Mars, Jupiter, Saturne à la voûte des cieux
Ne ralentissent point leur cours silencieux.
Par-delà le soleil quand leur sphère s’élance,
Plus bornée en son cours la nôtre la devance.
Par un rapide essor dans l’espace entraînés,
Aux erreurs de nos sens nous sommes condamnés.
Lois, mouvements, rapports, pour nous tout se complique ;
Observé du soleil, tout est simple et s’explique.
Il est donc vrai, tu tiens dans tes heureuses mains
Le flambeau désormais seul guide des humains !
Tu brises tous ces cieux de métal ou de verre4 :
Copernic a fixé les destins de la terre.
Qu’immobile à présent et remis dans ses droits
Le soleil nous dispense et ses feux et ses lois ;
Que les globes errants, que la terre elle-même,
Composent un cortège au monarque suprême,
Et, n’assignant qu’un centre à leurs orbes divers,
Qu’une loi générale explique l’univers.
Puissante vérité, tu vas enfin nous luire !
Ardent à te chercher, mais lent à te produire,
Le sage dont la main a fait briller tes traits,
Feint de douter encor et voile tes attraits.
La presse te revèle à la terre étonnée.
Ô néant ! Copernic ! dans la même journée,
Il s’est éteint ! la mort l’enlève aux nations,
À la gloire, et peut-être aux persécutions.

Notes

1 Saturne.

2 Professeur de mathématiques à Vienne, Müller est le premier maître de Copernic.

3 Copernic suivit l’enseignement de l’astronome Domenico Maria Novara. Les portiques sont une allusion à l’école stocienne fondée par Zénon.

4 Les anciens se représentaient la voûte céleste comme une sphère de métal ou de verre sur laquelle étaient fixés les astres lointains [nda].

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search