Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

59. Louis Aimé-Martin, « Lettre VIII : Génie de l’homme », 18101

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de 1811 des Lettres à Sophie sur la physique, la chimie et l’histoire nature (...)

1Les Lettres à Sophie sont un de ces prosimètres (mélange de vers et de prose) didactiques qui ont pour ambition d’instruire les jeunes gens tout en les divertissant. Se donnant pour premier destinataire une jeune fille, l’auteur-précepteur relève le défi de vulgariser les sciences pour le beau sexe, encore supposé rétif à ces matières. Cet héritier de Bernardin de Saint-Pierre fait ici l’éloge du savant moderne en montrant qu’il ne désenchante pas la nature par de sèches explications rationnelles mais ré-enchante au contraire l’univers comme un magicien, mettant en évidence les merveilles de la Création divine. Il s’applique en effet à promouvoir un merveilleux scientifique qui réconcilie la raison et la foi, la science et la religion. Ce portrait générique du savant en « enchanteur » participe des efforts, souvent naïfs et confinant à l’imagerie populaire, pour redorer le blason des savants.

  • 1 Allusions à trois innovations récentes : la chimie de Lavoisier, les montgolfières et le paratonner (...)

Vous voulez donc que je prenne la lyre
Pour célébrer le magique pouvoir
De ces savants que l’univers admire ?
Vous désirez égaler leur savoir ?
Jamais on n’eut si beau sujet d’écrire.
Sans invoquer Farfadet ni Lutin,
Le monde entier sera votre conquête :
Point ne vous faut de philtre, de baguette,
Point ne vous faut de grimoire à la main ;
Et vous verrez que l’enchanteur Merlin,
Dont on nous fait maint récit fort honnête,
Ne fut sorcier, enchanteur ni devin.
Dans notre siècle agréable et volage,
On apprend tout, et l’on ne croit à rien ;
On réfléchit, on n’en est pas plus sage ;
On rit, on danse, et l’on s’en trouve bien.
Vous dédaignez tous ces vains badinages,
Et vous voulez connaître les ouvrages
De ces savants qui règlent l’univers ;
Décomposer les éléments divers ;
Vous élever au-dessus des nuages,
Et diriger la foudre dans les airs1.
Après avoir vu ces grands phénomènes,
Dont les savants font leur amusement,
Nous reviendrons réfléchir un moment
Aux vanités des sciences humaines.

  • 2 Le gaz acide carbonique [nda].
  • 3 Le gaz hydrogène [nda].
  • 4 Le gaz hydrogène sulfuré. Voyez les notes [nda]. Ces notes de bas de page, seulement destinées à él (...)
  • 5 Les effets de l’électricité statique étaient mis en scène lors de démonstrations publiques pour imp (...)

2Eh bien ! le cabinet du savant nous est ouvert. Voyez le physicien environné d’une multitude d’instruments qui lui servent à peser les mondes, et de machines ingénieuses avec lesquelles il arrache le feu du ciel. Ses fourneaux sont allumés ; l’or s’y change en une poussière fulminante qui, sans le secours du feu, s’enflamme avec un bruit horrible ; mille gaz invisibles s’élèvent à la fois dans des globes de cristal : l’un doit éteindre la flamme2, l’autre produire la foudre3 ; le simple contact d’un troisième donne la mort4. Mais je vois le sage lui-même couvert d’étincelles brillantes ; ses cheveux se hérissent ; il touche un tube de cuivre, et des rayons de lumière le couronnent5 ; et Jupiter, qui du haut de son trône contemple ce moderne Prométhée, s’écrie dans son effroi :

3N’attendons pas que cet audacieux,

4Nouveau Titan, escalade les cieux.

5Il veut créer, qu’il soit réduit en poudre.

6Jupiter dit, s’arme et lance la foudre ;

7En un moment tout le ciel est en feu. Mais l’homme à ses projets a su mettre un obstacle,

8Et nous faire un brillant spectacle

  • 6 Allusion au paratonnerre, inventé par Benjamin Franklin, et qui est emblématique, à cette époque, d (...)

9De l’impuissance de ce dieu6.

10Voyez le savant, avec sa baguette magique, diriger la foudre, et lui dire : Tu tomberas là. Donnez-moi un levier et un point d’appui, disait Archimède, et je remuerai l’univers. Donnez-moi de la matière et du mouvement, disait Descartes, et je vais faire un monde.

  • 7 Le phosphore [nda].
  • 8 Allusion au célèbre récit du « festin de Balthazar » dans l’Ancien Testament (Daniel, chap. 5).

11 Voulez-vous à présent que le physicien évoque les ombres, qu’il s’entoure de fantômes et de spectres, et qu’il s’élève dans les cieux avec cette pâle assemblée de morts ?... Je l’ai vu, dans les ténèbres de la nuit, tracer en lettres de feu sur les ruines des vieux monuments, les arrêts terribles du destin7 : ainsi Balthazar, au milieu d’un festin, vit une main qui écrivait sur la muraille sa sentence de mort8.

  • 9 Allusions aux miroirs concaves qu’Archimède fit utiliser, d’après la légende, pour mettre le feu à (...)

12Voulez-vous que, comme Archimède, il enflamme les flottes ennemies au moyen d’un miroir ardent, que, nouveau Gallinique, il invente un feu terrible qui s’anime dans les eaux ; ou voulez-vous que suivant les traces de Phérécide, il prévoie un tremblement de terre9 ? Ô âme ! esprit divin ! qu’es-tu ? toute cette puissance est ton œuvre.

13Eh bien, Sophie ! ces expériences extraordinaires ne sont que les jeux des savants : c’est ainsi qu’ils préludent à la véritable science, et qu’ils nous tendent des appâts.

14Mais malgré leur pouvoir, leurs spectacles brillants,

La jeune beauté, d’un sourire,
Sait soumettre en quelques instants
Bien plus de cœurs à son aimable empire Que la science dans cent ans.

Notes

1 Allusions à trois innovations récentes : la chimie de Lavoisier, les montgolfières et le paratonnerre.

2 Le gaz acide carbonique [nda].

3 Le gaz hydrogène [nda].

4 Le gaz hydrogène sulfuré. Voyez les notes [nda]. Ces notes de bas de page, seulement destinées à élucider des allusions, renvoient aux longues notes développées à la fin du volume.

5 Les effets de l’électricité statique étaient mis en scène lors de démonstrations publiques pour impressionner les amateurs de science.

6 Allusion au paratonnerre, inventé par Benjamin Franklin, et qui est emblématique, à cette époque, du défi lancé par la science à la nature : il déjoue la puissance destructrice attribuée par la fable à la foudre de Jupiter.

7 Le phosphore [nda].

8 Allusion au célèbre récit du « festin de Balthazar » dans l’Ancien Testament (Daniel, chap. 5).

9 Allusions aux miroirs concaves qu’Archimède fit utiliser, d’après la légende, pour mettre le feu à des bateaux grâce aux rayons du soleil ; aux feux grégeois (engin incendiaire résistant à l’eau ou s’enflammant au contact de l’eau) dont l’invention est attribuée à Gallinique et à Phérécide, philosophe grec censé avoir prédit un séisme en examinant l’eau d’un puits.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de 1811 des Lettres à Sophie sur la physique, la chimie et l’histoire naturelle. Avec des notes par M. Patrin, Paris, H. Nicolle, 1811, p. 103-107.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search