Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

58. Jacques-Antoine de Révéroni Saint-Cyr, Pauliska ou la perversité moderne, 17981

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition Payot et Rivages, Paris, 2001, p. 216-217.

1Le baron savant de Révéroni Saint-Cyr, également auteur d’ouvrages scientifiques, est décrit par une de ses victimes comme « un maniaque effroyable, athée, chimiste profond, naturaliste en délire qui fait des expériences sur les infortunées assez insensées pour le croire. Craignez son éloquence, le pouvoir du magnétisme qu’il emploie et surtout ses compositions chimiques ». Et elle conclut : « Il a des secrets inouïs… Tremblez ! ». Cette figure de savant semble, du point de vue scientifique, faire feu de tout bois ; on pourrait le voir comme un alchimiste s’appropriant des expériences récentes – l’extrait ci-dessous semble évoquer notamment les expériences de chimie pneumatique de Lavoisier, lors desquelles il enferme fréquemment un oiseau sous une cloche de verre. Version édulcorée des savants de Sade, il appartient encore au XVIIIe siècle ; mais il annonce déjà le savant monomaniaque épris d’expériences sur de la chair humaine vivante, qu’on retrouve dans les romans populaires du XIXe siècle (voir les textes 20 et 63).

  • 1 Cette expérience, qui est le comble de la folie, n’en est pas moins actuellement en vogue et a été (...)

2Il tira alors un flacon de mon haleine condensée, qu’il avait déjà recueillie, en but quelques gouttes avec ivresse et replaça avec précaution le vase dans son sein. « Vous conviendrez, me dit-il alors, que me régénérant pour ainsi dire par votre haleine, qui devient pour moi une atmosphère, une base de l’existence, mon souffle même se purifie, puisqu’il se compose du vôtre ; que vous devez donc vous livrer avec moins de dégoût à l’idée d’aspirer votre propre haleine, combinée ainsi avec la mienne, et d’opérer ce mélange imperceptible qui finira par établir entre nous un équilibre parfait. » Quelle aversion tous ces systèmes ne me donnaient-ils pas, quand je jetais les yeux sur l’être décrépit qui me tenait ce langage ! J’étais sûre, hélas ! trop sûre que les aliments qui me seraient offerts jetteraient bientôt un nuage sur mon esprit, qui, exalté, ne pourrait analyser les traits du baron ; mais combien les instants de raison et de calme en devenaient plus terribles ! « Vous me regardez avec dédain, reprit le baron ; mes traits altérés par une imagination de feu, ce front calciné par des idées volcaniques ont devancé par leurs rides les impressions de l’âge. Calmez-vous ; ce ne sera point à l’illusion seule que vous devrez de les trouver moins haïssables ; mes secrets vont jusqu’à rajeunir l’homme, et toujours par les mêmes moyens. » Je baissai les yeux pendant quelques instants ; quelle fut ma surprise en relevant mes regards sur lui, de lui trouver la peau tendue, le visage plein ! Ses joues creuses avaient disparu, son air paraissait plus vif… « Mon rajeunissement extérieur, madame, est l’effet du souffle pur des enfants choisis, placés dans le cabinet voisin ; gaz que je fais insinuer dans mes chairs par un soufflet de mon invention, tandis que j’en abreuve l’intérieur ». Je ne compris rien à ce langage bizarre ; mais bientôt il parla à mes yeux. Il me fit observer un soufflet d’ébène, garni en argent, placé sous une niche et qui paraissait puiser son aliment dans la pièce voisine. De l’extrémité de ce soufflet partaient cinq petits tuyaux en gomme élastique, terminés chacun par un tube d’argent fort aigu et recourbé. De ces cinq tubes, quatre étaient enfoncés d’une ligne à peu près dans chacun de ses membres, le cinquième aboutissait dans sa poitrine. Je remarquai que le jeu de soufflet, donnant un aliment aux tubes, remplissait imperceptiblement les chairs du baron, et lui donnait, en apparence, un bien-être inconcevable, tandis qu’il n’en résultait réellement qu’une bouffissure1.

Notes

1 Cette expérience, qui est le comble de la folie, n’en est pas moins actuellement en vogue et a été transportée de Berlin à Paris [nda].

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition Payot et Rivages, Paris, 2001, p. 216-217.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search