Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

Images d’Épinal

Texte intégral

1En visant l’emblème, le portrait peut solliciter des représentations archétypales, et jouer avec les lieux communs. La fonction allégorique prend alors la forme d’une image d’Épinal, où la reconnaissance de l’idée allégorisée n’est pas la finalité du portrait, mais son prérequis.

2Bien avant le savant Cosinus inventé par Christophe, la « silhouette » esquissée par Balzac est ainsi immédiatement familière au lecteur parce qu’elle évoque la distraction propre au penseur. De même, dans le roman d’anticipation rédigé par Émile Souvestre, le sel de la caricature repose sur le contraste entre l’érudition et l’action, et mobilise une représentation peu novatrice pour railler le savoir inutile du « spécialiste ». C’est également à partir de l’image stéréotypée de l’« original » que Jules Verne construit le personnage de Lidenbrock, et Rachilde celui de Célestin Barbe : si l’un est homme d’action, et l’autre de laboratoire, tous deux ont en commun le mépris et le désintérêt pour leur entourage, poussés jusqu’à leurs extrêmes conséquences par le savant « sadien » de Jacques-Antoine de Révéroni Saint-Cyr, ou le docteur Griffon d’Eugène Sue. « Originaux » eux aussi, Claude Frollo ou le docteur Cherbonneau de Gautier n’en incarnent pas moins une figure aisément reconnaissable du savant romantique, à mi-chemin du « Prométhée moderne » de Mary Shelley et du Méphistophélès de Goethe.

3La figure du savant fou, criminel, voire diabolique, est quoi qu’il en soit très présente dans la littérature du XIXe siècle, et elle trouve d’ailleurs parfois à s’incarner dans des scientifiques de chair et d’os (voir les textes 9 et 23). Seul le portrait d’Évariste Galois en génie foudroyé s’en démarque très nettement, la « légende » forgée à sa mort et sans cesse reprise répondant, finalement, à l’image stéréotypée du héros romantique. Le portrait du savant en nouvel enchanteur ou en éternel porte-lumière est certes toujours pratiqué, mais il semble se cantonner aux éloges poétiques, comme en témoignent les textes de Louis-Aimé Martin et de Pierre Daru.

  • 1 Voir sur ce point les portraits de Zola regroupés dans l’exposition virtuelle de la Bibliothèque Na (...)

4Communément partagées, les représentations que mobilisent ces images d’Épinal ne sont donc que rarement l’indice d’une relation pacifiée entre hommes de lettres et de science. Il est vrai que, de son côté, le discours savant se plaît à reprendre et conforter les lieux communs négatifs attachés à la figure de l’écrivain. Abondamment pratiquée, l’association du génie et de la folie (voir le texte 32) en est sans doute l’exemple le plus flagrant, dans la mesure où l’actualité des théories scientifiques semble paradoxalement coïncider avec des représentations beaucoup plus anciennes. Max Nordau, coutumier des stéréotypes, dresse également le portrait d’un Zola « coprologue » qui ne fait que reprendre les clichés sur « l’ordure » naturaliste véhiculés par la presse à grand renfort de caricatures1. Dans ce cas comme dans celui de l’analogie entre le génie et la folie, le discours scientifique relève davantage de la reprise que de la découverte. L’efficacité de ces images d’Épinal de part et d’autre témoigne de la permanence de représentations, mais surtout de leur polarisation autour du dialogue souvent polémique noué par l’homme de lettres et l’homme de science.

Notes

1 Voir sur ce point les portraits de Zola regroupés dans l’exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France, http://expositions.bnf.fr/zola/portraits/cochon.htm

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search