Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

57. Raoul Odinot, Étude médico-psychologique sur Alfred de Musset, Lyon, Storck, 1906, p. 191-192

Texte intégral

1Sous l’impulsion d’Alexandre Lacassagne (1843-1924), professeur à la Faculté de médecine de Lyon et l’un des fondateurs de l’école d’anthropologie criminelle française, de nombreux étudiants en médecine consacrent leur thèse aux « études médicopsychologiques » d’hommes de lettres. C’est le cas de Raoul Odinot sur Musset, quand d’autres choisissent Dostoïevski (Pierre-Gaston Loygue, 1903), Edgar Allan Poe (Georges Petit, 1906), Nerval (Gaston Barbier, 1907), Thomas de Quincey (Paul Guerrier, 1907), ou encore Hoffmann (Marcel Demerliac, 1908). L’optique est bien différente de celle du docteur Toulouse (voir le texte 14), comme en témoignent, parmi d’autres, les « conclusions » d’Odinot reproduites ci-dessous : chaque écrivain constitue un document pathologique dont l’exemplarité mêle bien souvent évaluation clinique et jugement moral. La particularité du cas tend alors à s’effacer au profit de l’évidence d’une « loi » déjà bien admise : celle de la proximité du génie et de la folie.

  1. Alfred de Musset fut avant tout un malade, et nous en trouvons la preuve, non seulement dans le témoignage de ses contemporains, mais encore dans les confessions personnelles qu’il fait à chaque instant dans son œuvre.
  2. Ses antécédents héréditaires sont très peu chargés au point de vue pathologique. Il compte, par contre, parmi ses ascendants, bon nombre de lettrés et d’érudits.
  3. Musset, dès l’enfance, s’est montré extrêmement irritable, mélancolique et très inégal de caractère. Il a commencé ses premiers excès alcooliques vers l’âge de la puberté, et les a continués toute sa vie, il a également abusé de l’opium et du tabac.
  4. Ce fut un être très sentimental, dans la vie duquel l’amour joua un grand rôle. Sans volonté aucune, il ne chercha jamais à réagir contre les impulsions de sa nature nerveuse.
  5. Sans volonté aucune, il ne chercha jamais à réagir contre les impulsions de sa nature nerveuse.
  6. Sur ses symptômes de dégénérescence sont venus se greffer de bonne heure des signes de névroses hystérique et neurasthénique.
  7. II a exprimé ses sentiments et ses souffrances, il a décrit ses états morbides dans des œuvres géniales.
  8. Il fut usé de bonne heure, ayant trop produit en peu de temps et trop abusé de la vie.
  9. Il mourut à l’âge de quarante-sept ans d’une « insuffisance aortique », probablement d’origine paludéenne, dont un des symptômes les plus caractéristiques fut, pendant les dernières années de sa vie, un hochement de tête correspondant à chaque systole cardiaque. Ce symptôme a porté depuis le nom de « Signe de Musset ».

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search