Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

56. Jules Claretie, « Charcot le consolateur », Annales politiques et littéraires, n° 1056, 20 septembre 1903, p. 179-180

Texte intégral

1Écrivain, journaliste, critique d’art, élu à l’Académie française en 1888 et administrateur général de la Comédie-Française en 1885 (jusqu’à sa mort), Jules Claretie (1840-1913) est, à la fin du siècle, un homme incontournable, dont l’avis est écouté et sollicité. Il est également l’auteur d’un roman-enquête sur la Salpêtrière, Les Amours d’un interne (1881), et figure à ce titre sur le tableau d’André Brouillet (Une leçon clinique à la Salpêtrière, 1887). Il rend ici hommage à celui qui, selon lui, a le mieux incarné son siècle : le neurologue Jean-Martin Charcot (1825-1893), véritable Saint laïc de la IIIe République. (Sur Charcot, voir les textes 10, 12, 24, 40, 41)

2C’est, pour nous, une mélancolie particulière et comme étonnée de retrouver peu à peu, sous forme de statues, ceux que nous avons connus, salués et aimés. Où sont nos maîtres et nos amis ? Couchés au cimetière ou dressés, sur quelque piédestal, en place publique. Se souvenir, c’est passer en revue des ombres.

  • 1 Georges Leygues (1857-1933), homme politique, républicain modéré.
  • 2 La statue de Charcot réalisée par Alexandre Falguière avait été inaugurée en 1898, à l’entrée de la (...)

3Je ne crois pas qu’un homme de ce temps ait, mieux que Charcot, incarné, personnifié notre époque même. Le siècle des névrosés a trouvé en lui son docteur. Le Paris neurasthénique de ces dernières années, vouées au pessimisme, fut le tributaire de ce grand Parisien, à l’œil aigu et enfoncé dans l’orbite profonde, et qui dardait sur la Vie un regard clair, brillant comme l’acier. Jean-Martin Charcot, cet apôtre, comme l’appelait M. Leygues1, domina son temps et le consola. Falguière l’a montré debout, en sa robe de professeur, désignant du doigt, sur le crâne d’un mort, quelque localisation cérébrale2. On pouvait aussi le figurer dressé de même, mais la prunelle fixée sur quelque pauvre fille hystérique à qui il disait :

4– Tu guériras !

5Il fut un grand consolateur en son genre, un « chasseur » de souffrances, un poète en action, comme Pasteur. Et quel charmeur ! Je n’oublierai jamais avec quelle bonne grâce il consentit à m’introduire à la Salpêtrière, afin de me permettre d’étudier sur place, pour un roman projeté, les effets de la suggestion, les phénomènes de la grande hystérie. […]

6Non, jamais je n’oublierai la conversation exquise, la causerie éloquente de Charcot pendant que sa voiture filait le long des quais et que nous étions là, dans ce coupé, côte à côte. Avec une clarté saisissante, des mots qui peignaient, des phrases courtes et profondes, le maître enseignait, à cet étudiant de hasard, enfiévré par les problèmes que le savant, lui, avait résolus, l’art de connaître, d’analyser, de comparer. Il lui ouvrait, en une demi-heure, le trésor même de son érudition. Il lui donnait la clé de ce qui, tout à l’heure, allait lui sembler si étrange et mystérieux. Il le mettait en garde contre l’ironie stupide des sceptiques et la crédulité béate des sots. […]

  • 3 La Salpêtrière, que Claretie désigne ailleurs comme « le Versailles de la Douleur ».
  • 4 Étude « médico-artistique » (1887) que Charcot réalise en collaboration avec l’anatomiste et dessin (...)

7Charcot […] était le roi de la Cité Douloureuse3. Il fallait le voir entrer dans cette petite salle, qu’il avait décorée (il était très artiste) de toutes les reproductions de tableaux, gravures, œuvres d’art, représentant quelque cas de convulsion, d’après Raphaël ou Rubens, la Porte de San-Zeno de Vérone ou les pochades de Jordaens : possédés, exorcisés, agités, misérables frappés du mal caduc, – étudiés par lui en son livre : les Démoniaques dans l’Art4.

8Il arrivait. On le saluait. Une haie de souffrants était là, tapie contre la muraille et, silencieuse, attendant sa venue. Toute une théorie de gens malades, tributaires désolés de la grande névrose, défilait alors devant lui : hémiplégiques, ataxiques, déformés par les myélites, titubants, pris de vertiges, pieds bots, recroquevillés, desséchés, déhanchés. Une Cour des Miracles se traînant vers l’homme qui faisait des miracles.

9Car c’était là la croyance de tous ces êtres humains frappés de paralysie, le cerveau débilité, la peau gangrenée, atteints de troubles trophiques. Ils venaient à Charcot comme au thaumaturge, à la Salpêtrière comme à la neuvaine.

10– Il hypnotise !... leur disait-on.

11Et sans comprendre, ils comprenaient que cet homme pouvait leur enlever ce casque douloureux qui leur broyait la tête ou ces stigmates qui déformaient, déshonoraient leurs membres. […]

  • 5 Allusion au célèbre vers de « L’Enfer », première partie de La Divine comédie de Dante Alighieri (1 (...)

12Quand il était entré, en 1862, à la Salpêtrière, dans ce petit bâtiment situé entre le pavillon des incurables et celui des épileptiques, Charcot avait trouvé là une section spéciale, celle des hystéro-épileptiques, où tous les dolents, les hurlants, les convulsionnaires, étaient misérablement confondus dans une promiscuité sinistre. On eût pu écrire, sur la porte de ce quartier, le Lasciate… du Dante5. […]

13Charcot était là, passant, le chapeau sur la tête (il le gardait en opérant), la revue de ces misères ; Je l’ai vu souvent. Il me semblait alors, ressemblant au premier consul, un Bonaparte rendant, dans la bataille quotidienne, les êtres à la vie, au lieu de les envoyer à la mort.

Notes

1 Georges Leygues (1857-1933), homme politique, républicain modéré.

2 La statue de Charcot réalisée par Alexandre Falguière avait été inaugurée en 1898, à l’entrée de la Salpêtrière. Elle a été détruite en 1942.

3 La Salpêtrière, que Claretie désigne ailleurs comme « le Versailles de la Douleur ».

4 Étude « médico-artistique » (1887) que Charcot réalise en collaboration avec l’anatomiste et dessinateur Paul Richer (1849-1933) : il s’agissait d’analyser de manière clinique les représentations artistiques de la possession, et de les rapprocher des symptômes de l’hystérie. Pierre Paul Rubens (1577-1640) y est présenté comme un modèle clinique, alors que sont pointées les erreurs de Raphaël (1483-1520). San-Zeno est une basilique, Jacob Jordaens (1593-1678) un peintre flamand.

5 Allusion au célèbre vers de « L’Enfer », première partie de La Divine comédie de Dante Alighieri (1265-1321) III, 9 : « Lasciate ogni speranza voi ch’entrate » (Vous qui pénétrez dans ces lieux, abandonnez tout espoir).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search